Version classiqueVersion mobile

Ingérence économique

 | 
Christian Comeliau

Paroles

L’expérience bolivienne

Témoignage d’Helga Salinas, ex vice-ministre des finances en Bolivie

Helga Salinas

Texte intégral

1L’ingérence en Amérique latine n’est pas seulement économique mais aussi politique et sociale. Les organismes internationaux ont élaboré différents types de modèles de développement que nos pays ont dû adapter plus ou moins bien selon les cas. La Bolivie, par exemple, a suivi dès les années 1950 le modèle keynésien et le modèle de la CEPAL fondé sur la substitution des importations.

2Pour un pays en développement, l’ingérence des organismes internationaux dans la définition de sa politique économique se joue à deux niveaux. Au niveau commercial d’abord, il existe des produits dont l’échange n’est pas réglé par les lois du marché ; ce sont par exemple les 127 produits agricoles d’Amérique du Nord et d’Europe dont les prix sont protégés et subventionnés. La deuxième forme d’ingérence se fait à travers les crédits accordés par des organismes multilatéraux comme la Banque mondiale, la Banque interaméricaine du développement ou le Fonds monétaire international pour assurer l’équilibre de la balance des payements.

3On traite rarement le domaine des relations commerciales. Celles-ci constituent pourtant, de manière fort subtile, un type d’ingérence. En protégeant ou en manipulant les prix, en édictant des mesures de protection phytosanitaires, douanières ou autres, les pays riches empêchent les produits latino-américains d’accéder au marché mondial. Cela se manifeste en Bolivie dans le prix de l’étain, déterminé par les stocks disponibles aux Etats-Unis et non pas par la libre concurrence. La chute des prix de cette matière première est l’un des facteurs externes les plus importants de la crise actuelle.

4L’application du modèle de protection et de subvention défendu par la CEPAL dans certains secteurs de la production et l’intervention de l’Etat dans tous les domaines, qu’il s’agisse de production, de financement ou de fiscalité, ont engendré des problèmes internes. Notons le déploiement de tout un réseau de subventions cumulées, difficilement perceptible et incontrôlable qui a pour effet de privilégier certains groupes économiques et d’accentuer la crise provoquée par les cours mondiaux de l’étain. On peut le constater dans :

  • les exportations : celles-ci ont été découragées par un taux de change surévalué, favorisant ainsi les secteurs privilégiés qui s’enrichissent en spéculant sur des devises à taux préférentiels,

  • l’endettement élevé de l’Etat ; il est dû à des investissements non productifs et aux conditions de plus en plus dures du service de la dette. Il a contribué à augmenter le déficit, ce qui a provoqué une accélération de l’inflation 128 qui a atteint 2000 % en 1986,

  • le renchérissement des produits élaborés par les entreprises publiques et dont le prix est fixé par ces entreprises elles-mêmes (le sucre par exemple),

  • la participation inefficace de l’Etat et de son gouvernement dans les secteurs de la production et des finances, faussant les prix, les tarifs et les taux d’intérêt.

5Dans un tel contexte, la Bolivie, ayant pour objectif de freiner l’inflation, a décidé d’appliquer le modèle de la libre concurrence afin d’éliminer le système des prix fixes qui a provoqué la rareté, le renchérissement, le développement du marché noir et un déséquillibre généralisé de l’économie. L’application des lois du marché devenait plus que nécessaire faute d’une alternative pour sortir de la crise.

6Dans une telle situation, la relation avec le Fonds monétaire international devenait de plus en plus difficile. Cet organisme offre une compensation effective en devises pour assurer l’équilibre du commerce extérieur et de la balance des payements mais il impose une politique monétaire ; il définit un programme à court terme qui consiste le plus souvent en un stand-by d’une année durant laquelle il est difficile de mesurer les effets d’une réforme économique à long terme. Finalement, les buts à atteindre sont affectés par des facteurs politiques et sociaux que le Fonds monétaire international est incapable de mesurer et de maîtriser. C’est ainsi qu’un cercle vicieux s’installe : la rigidité du système ne cesse d’augmenter alors que son efficacité diminue.

7Ces relations sont également faussées dans la mesure où l’appui financier qu’accorde le Fonds monétaire international ne parvient pas à payer le coût des réformes structurelles. Ce type de réformes coûte cher. Il en est ainsi des indemnités à payer lors de privatisations ou du prix exigé par le renouvellement du personnel, conséquence la plus fréquente d’un changement dans la raison sociale ou la direction de la plupart des entreprises. Il faut y ajouter le problème d’accumulation des intérêts de la dette que ni le secteur privé ni le Trésor ne peuvent payer et la difficulté du financement des programmes d’emplois temporaires ou d’assistance pour pallier les déficits du système jusqu’à ce que celui-ci se réadapte au nouvel ordre économique. Ces réformes structurelles ont un coût élevé. Elles exigent un financement que le pays est incapable d’assurer aussi longtemps 129 qu’elles n’ont pas été réalisées.

8En général, les négociations avec le FMI ne remettent pas en cause les mesures à long terme conduisant au développement de l’économie de marché, mais elles mettent en péril les mesures à court terme. Par exemple, une réduction de l’inflation de 12 % à 6 % est difficile à atteindre tant que les réformes structurelles ne sont pas réalisées. Bien que la Bolivie ait négocié un ESAF ou Programme des Facilités Elargies, différent du stand-by habituel, les mesures à prendre pour le court terme sont restées très difficiles à négocier.

9La dernière rencontre avec le FMI a permis à la Bolivie de renégocier sa dette extérieure. Sa dette commerciale a été allégée de quelque 679 millions de dollars et sa dette bilatérale de quelque 300 millions. Les 1237 millions restants ont été rééchelonnés, diminuant ainsi les dépenses de l’Etat et par là même, son déficit.

10Les relations avec la Banque mondiale, lors des négociations en faveur de réformes structurelles tendant à l’économie de marché, varient beaucoup en ce qui concerne les priorités à accorder dans les programmes d’appui. Dans certains cas, la Banque mondiale a appliqué avec succès un certain type de programmes dans d’autres pays et elle a de la peine à accepter une autre manière de faire. La durée de la négociation peut être très longue. L’approbation du projet et sa réalisation, l’ouverture effective des crédits peuvent faire perdre plus d’une année, ce qui est beaucoup dans des pays comme la Bolivie, où les gouvernements changent tous les quatre ans, la quatrième année étant réservée à la préparation des élections. Un autre cas est déterminant : l’absence d’indicateurs permettant d’évaluer et de contrôler le développement des projets à chaque étape de leur mise en place. Cela explique pourquoi des crédits de plus de 50 millions de dollars n’ont pas un impact réel sur la vie économique du pays.

11Etant donné le niveau de plus en plus mondial des interdépendances économiques et l’irréversibilité de ce processus, le défi actuel des pays d’Amérique latine est de réussir à court terme des changements structuraux essentiels, sans en faire supporter le coût à la population, tout en acquérant un financement extérieur moins contraignant et en préservant un équilibre quant aux groupes de pression internes.

12Les gouvernements d’Amérique latine ont pour défi d’atteindre la cohérence et la stabilité dans leurs négociations avec les organismes internationaux et multilatéraux et de maîtriser durant l’étape préliminaire des réformes les changements politiques afin d’atteindre un équilibre économique. Durant la deuxième étape, le principal problème à résoudre est celui de l’ingérence des pays riches dans le marché mondial. Ce qu’il faut atteindre ce sont des accords équitables et un libre accès aux marchés jusqu’ici protégés. L’expérience du Chili, qui ne reçoit de supports financiers ni du FMI, ni de la Banque mondiale, illustre bien cette seconde bataille à mener contre les pays développés (il suffit de penser aux fruits chiliens lors des contrôles douaniers des Etats-Unis).

Auteur

Ex vice-ministre des finances en Bolivie. Consultante DDA ; Section Amérique latine, Berne.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search