Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Ingérence économique

 | 
Christian Comeliau

Paroles

Le consensus ghanéen

Propos recueillis par Christian Comeliau

Claude Akpokavié

Texte intégral

1Vous êtes chercheur ghanéen, vous terminez une thèse à l’Université de Louvain-la-Neuve (Belgique). Quelle expérience et quelle connaissance avez-vous de l’ajustement structurel au Ghana ?

2Ma thèse porte sur l’intervention des organisations internationales dans les politiques économiques, et plus particulièrement dans les politiques alimentaires. J’essaie d’évaluer les interventions de la Banque mondiale, tant au niveau des projets qu’à celui des programmes d’ajustement structurel depuis 1983, principalement dans le domaine alimentaire.

3Quelle appréciation portez-vous sur l’ensemble de l’expérience du Ghana en matière d’ajustement structurel, alors que ce pays est souvent considéré comme “le bon élève” de la Banque mondiale ? Comment analyser cette expérience dans sa perspective historique et dans son contexte politique ?

4Deux éléments du contexte doivent être rappelés : celui d’une longue stabilité politique suivie d’une crise et enfin de la paralysie en 1981 ; celui d’un Etat faible, marqué par un conflit entre une aile nationaliste et une aile pragmatique, au sein d’une même coalition populiste. L’aile pragmatique à laquelle appartient Rawlings, l’actuel chef de l’Etat, préconise la modernisation, avec l’aide de la Banque mondiale ; elle triomphe en 1983. La sécheresse, le retour de nombreux Ghanéens expulsés du Nigeria, des consultations sans résultat à l’Est font croire qu’il n’y a pas d’alternative à la solution pragmatique, celle qui recommande l’ajustement structurel.

5Comment apprécier le résultat global obtenu par cette politique d’ajustement structurel ?

6Les indicateurs macroéconomiques traditionnels sont assez positifs : la croissance reste encore faible, mais elle a repris ; les importations s’accroissent mais les exportations aussi, et l’équilibre extérieur se rétablit. Cette croissance est fondée sur les exportations traditionnelles (l’or, le cacao dont les cours sont en baisse) ; elle ne fournit donc pas une issue à long terme, notamment pour sortir de la dépendance et du système d’exploitation d’origine coloniale. Et, à la différence de pays comme l’Ile Maurice, on ne voit pas d’évolution vers la diversification économique, critère fondamental du développement.

7Et les conséquences sur le niveau de vie ?

8Le coût social de la dévaluation et des mesures macroéconomiques est 116 terrible. Il y a bien le PAMSCA (Programme of Action to Mitigate the Social Cost of Adjustment), mais il s’agit de simples transferts de ressources par le gouvernement, transferts globaux et non ciblés sur les victimes. Une sorte de programme alibi, car les éléments de base de la situation de pauvreté ne sont même pas connus.

9Cela ne correspond guère aux exigences de développement à long terme ?

10Non, mais c’est déjà mieux que les programmes précédents. On réhabilite l’exportation, on relance la croissance par l’aide et l’endettement. Mais au fond, on est toujours dans l’impasse, et on ne peut pas éliminer la pauvreté de cette manière.

11Quelles sont, dans ce cadre, les modalités pratiques de ce que nous appelons “l’ingérence économique” des organisations internationales ?

12Il faut d’abord rappeler le contexte politique : fragilité des classes dominantes, préoccupées essentiellement de demeurer au pouvoir ; existence de deux projets concurrents au sein de la coalition populiste. La victoire de l’aile pragmatique signifie : oui au discours populiste (par souci d’autolégitimation), oui à une certaine préoccupation nationaliste, oui à la modernisation et à ceux qui peuvent la favoriser. C’est-à-dire : oui à la Banque mondiale. D’où une négociation pour faire accepter, par la Banque mondiale et le FMI, un projet ghanéen d’ajustement structurel. Selon les radicaux, le projet ghanéen a été accepté par la Banque dans le souci de maintenir le Ghana dans l’orbite occidentale et d’en faire un exemple. Le projet avait été rédigé par un groupe de technocrates nationaux qui avaient déjà une longue habitude des circuits financiers internationaux. Dès que le projet est accepté, la “machine Banque mondiale” commence à fonctionner, à plusieurs niveaux. C’est d’abord celui de la conditionnanté macroéconomique et des privatisations : le projet ghanéen contenait déjà des propositions dans ce sens, qui vont tenir lieu de base de discussion. Puis c’est l’escalade : accroissement du rôle de la Banque mondiale dans la gestion quotidienne de l’économie, jusqu’au niveau du Conseil des Ministres ; la conditionnalité est suivie de près par un bureau de la Banque.

13Influence dans les politiques sectorielles ; ainsi peut-on se référer, par exemple, au document de la Banque 117 sur les politiques agraires. Influence très lourde surtout au niveau des idées : la Banque mondiale est considérée comme la référence en matière de théorie du développement. Face à des fonctionnaires peu formés et peu motivés, la Banque en sait souvent plus sur le Ghana que les Ghanéens. Il faut dire cependant que les fonctionnaires de la Banque, qui sont de plus en plus recrutés à travers les Young Professional Programmes, ont eux-mêmes de moins en moins d’expérience en dehors de la Banque.

14Mais la présence physique de la Banque au Ghana n’est donc pas très importante ?

15Non, parce que beaucoup d’études sont faites ailleurs, et parce que la Banque peut mobiliser des intellectuels sur place. Les politiques sectorielles font également l’objet de nombreuses études. Mais bien entendu toutes ces études ne sont pas neutres. Au niveau des projets, l’influence s’exerce plutôt à travers l’assistance technique, voire par le truchement de bureaux d’études chargés de suivre les projets. Des crises éclatent cependant, notamment lorsque la Banque veut imposer la présence d’expatriés : elle a dû parfois faire marche arrière.

16Comment s’effectue la mise en œuvre des programmes macroéconomiques et sectoriels ?

17Par pénétration de l’Etat, au niveau des ministres, de l’élite bureaucratique et de l’administration. La Banque introduit notamment des Ghanéens, amis ou anciens de la Banque, à des postes de haute responsabilité et avec des salaires élevés. Je ne sais pas s’ils sont nombreux, je ne dispose pas de chiffres, mais j’en ai connu personnellement plusieurs. La même chose se passe au niveau de l’assistance technique et des bureaux d’études. Ceux-ci jouent un rôle important, particulièrement dans les projets et dans l’évaluation des résultats. On peut s’étonner que ces bureaux d’études soient liés à la Banque par des rapports de type clientéliste ; mais ils ont un intérêt évident à être d’accord avec la Banque mondiale et jouent donc le jeu. Il se forme une sorte de collusion entre la Banque mondiale et les bureaux d’études étrangers. D’où résistance de l’élite bureaucratique ghanéenne, qui était capable d’assumer le même travail que les bureaux d’études étrangers. Mais la Banque a, elle aussi, besoin de se perpétuer, de prouver son efficacité.

18Y a-t-il un débat public au Ghana sur ces questions, parmi les responsables politiques, les techniciens, les intellectuels ?

19La classe politique tout entière discute, toutes tendances confondues, surtout sur l’ajustement structurel : il y a consensus pour le considérer comme incontournable. Il n’y a donc pas débat, il y a surenchère : si le gouvernement annonce qu’il va assurer une croissance de 5 %, l’opposition prétendra qu’il garantit un taux deux fois plus élevé. Il n’y a pas de véritable projet alternatif : toute la classe politique considère qu’il faut composer avec la Banque, parce qu’il n’y a pas d’autre solution, parce que les enjeux financiers sont importants... et parce qu’il faut se maintenir au pouvoir. Cette conviction est renforcée par l’effondrement des pays de l’Est, ainsi que par le rôle majeur que joue la Banque (rôle catalyseur et rôle coordinateur) en matière d’aide.

20Et la classe intellectuelle ?

21Là, il y a véritablement débat : on discute notamment la viabilité à long terme des programmes, viabilité qui paraît sacrifiée aux résultats macroéconomiques à court terme. C’est le cas, par exemple, quant à l’accès à l’éducation pour les pauvres. Cependant, il y a de nombreux passages, dans les deux sens, entre la classe politique et la classe intellectuelle ; et la coalition populiste dispose d’une forte base d’intellectuels. Beaucoup de ceux-ci disent : la logique du programme est bonne, c’est sa mise en œuvre qui est critiquable. Certains membres de la classe politique, des ministres mêmes, ont été des marxistes – des “marxistes de café”, peut-être – et ont formulé des critiques socialistes radicales du clientélisme. Ils auraient pu provoquer une réflexion socialiste importante, ils ont préféré prendre un virage, devenir “pragmatiques”, et donc être récupérés. Rawlings, lui, n’a jamais été marxiste.

22Etes-vous optimiste pour l’avenir ?

23A voir l’évolution actuelle de l’économie mondiale et de l’ajustement structurel, on est tenté de se montrer pessimiste. La modernisation vers l’extérieur avec une bourgeoisie néo-comprador internationalisée n’offre pas beaucoup de marge de manœuvre pour l’avenir, et l’on risque une marginalisation accrue. On peut cependant espérer une certaine recomposition sociale, avec l’émergence d’une bourgeoisie nationale préoccupée d’accumulation productive plutôt que d’accumulation de rente. Plus profondément, on peut espérer l’émergence de mouvements sociaux à partir de la base. Je suis donc optimiste.

Auteur

Universitaire ghanéen