Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Ingérence économique

 | 
Christian Comeliau

Controverses

L’ampleur des réformes économiques en Inde

Gilbert Etienne

Texte intégral

1L’article d’Arun Gosh est bienvenu dans le sens où il suscite la discussion sur des points majeurs de l’économie indienne. Cependant, le lecteur peu informé risque de ne voir dans les réformes actuelles qu’un simple programme d’ajustement structurel (PAS), alors qu’il s’agit d’un mouvement beaucoup plus ample. Ce dernier s’est amorcé à la fin des années 1970, soit avant le début de la vague néolibérale qu’ont suscitée Mme Thatcher et le président Reagan. Fait non moins significatif, les Indiens ne sont pas les seuls à s’interroger sur leur politique de développement. Il en va de même au Pakistan, au Bangladesh, en Indonésie, en Chine...

2D’aucuns l’ont constaté : l’économie est trop contrôlée par l’Etat, encore que le degré des interventions varie selon les pays. Les pesanteurs bureaucratiques sur le secteur privé entraînent retards, corruption, coûts surélevés. L’industrie a accumulé de gros retards techniques. Les équipements sont devenus vétustes, faute d’ouverture suffisante sur le monde. Le secteur public fonctionne mal. Les investissements privés ont été accueillis avec réticence en Inde. Le regretté économiste Raj Krishna évoque “The Hindu rate of growth” de 3,5 % par an de 1950 à 1980, alors que les taux d’investissement et d’épargne ont plus que doublé pour dépasser 20 % par an, ce qui sous-entend une économie peu efficace. A fortiori, les niveaux de vie ne progressent que faiblement, alors que la croissance démographique dépasse 2 % par an.

  • 1 L.K. Jha, Economic Strategy in the 80’s, New Delhi, Allied Publ., 1980.

3Déjà en 1972, P.N. Haskar, secrétaire du Bureau du Premier ministre, 105 homme peu suspect d’être à la solde du grand capital international, me confiait, au moment pourtant où les réformes socialistes d’Indira Gandhi battaient leur plein : “Il est temps de devenir plus pragmatique.” En 1980, L.K. Jha, éminent haut fonctionnaire, qui avait joué un rôle en vue lors des premiers plans quinquennaux, lançait un cri d’alarme en faveur de la libéralisation de l’économie.1 Peu après, d’autres hauts fonctionnaires, P.C. Alexander et Abid Hussain, présentaient des rapports soulignant l’urgent besoin d’ouverture, de manière à moderniser les industries en important biens d’équipement et composants, pour, dans une seconde phase, exporter davantage grâce à des biens plus compétitifs sur le marché mondial.

4Il est piquant de souligner que, comme au Pakistan, les attaques contre la bureaucratie proviennent principalement de hauts fonctionnaires. Lorsque Rajiv Gandhi accède au pouvoir à la fin de 1984, il s’engage beaucoup plus que sa mère sur la voie des réformes. D’autres hauts fonctionnaires comme M. Ahluwalia montent en ligne, mais le mouvement s’essouffle après quelques années à mesure que Rajiv Gandhi se trouve empêtré dans des problèmes de politique intérieure.

5Même si les réformes des années 1980 ne vont pas très loin, elles se traduisent par une croissance économique de 5,5 % par an. Malheureusement, ces bons résultats s’accompagnent de la montée d’un double endettement interne et externe qui aboutit à la crise de 1991.

6L’Inde est acculée au PAS. Toutefois, celui-ci survient au moment où les courants réformistes vont bien au-delà. Le système économique existant est arrivé à une impasse du double point de vue de la croissance et du niveau de vie qui progressent trop lentement.

7Le premier ministre Narasimha Rao a le mérite de le comprendre et de choisir un ministre des finances hors série, Manmohan Singh. Cet ancien haut fonctionnaire, économiste chevronné, s’est rendu compte du besoin de profondes réformes. Il est secondé par une équipe de hauts fonctionnaires qu’il n’est pas très élégant de traiter de “compradors” (sic) comme le fait Arun Gosh !

8Les réformes se mettent en place par étapes, en même temps qu’un esprit nouveau souffle sur l’Inde. Les nouvelles classes d’entrepreneurs apparues dans les années 1980 profitent de la déréglementation de l’économie privée, en même temps que nombre d’Indiens sortent de leur ethnocentrisme pour s’interroger sur leur pays et sur les succès économiques et sociaux de la Corée du Sud ou de Taiwan.

9C’est vrai pourtant, comme l’écrit Arun Gosh, que, jusqu’à maintenant, la reprise du secteur industriel est lente. Néanmoins, des signes positifs commencent à apparaître. Là où par contre il est difficile de le suivre, c’est lorsqu’il parle de la dépendance de l’économie vis-à-vis du “capital international (qui) aboutit inévitablement à réduire sa marge de manoeuvre”.

10Tout d’abord, c’est faire peu de cas de son pays et de ses compatriotes. Par sa taille, par le calibre de ses cadres dans l’administration et l’économie, l’Inde est-elle ou pourrait-elle devenir une république bananière ? De surcroît, les flux de capitaux ont certes atteint “un volume que l’on n’avait encore jamais vu”, mais ils restent bien modestes par rapport à d’autres pays qui n’ont pas pour autant compromis leur indépendance. Si l’on fait une comparaison, on constate que, pour la période 1980-1993, les investissements privés étrangers versés se sont montés à 2,1 milliards de dollars pour l’Inde, alors qu’ils ont atteint 6 à 7 milliards pour l’Indonésie et 60 milliards pour la Chine. Pour l’Inde, il convient d’ajouter environ 3 milliards d’investissements en actions et obligations.

  • 2 Cf. G. Etienne, Food and Poverty. India’s half won Battle, New Delhi, Sage, 1988.

11Arun Gosh parle d’une accentuation des inégalités de revenus en invoquant les gros stocks de grain du gouvernement “alors qu’une grande partie de la population a faim”. Une telle situation n’a rien à voir avec le PAS car elle a existé à plusieurs reprises bien avant les réformes. Elle provient du fait que, dans les régions agricoles avancées, les revenus des plus pauvres augmentent, alors que dans celles – notamment les plaines de l’est – où la production progresse trop lentement, les revenus paysans n’augmentent guère, ou très faiblement. Les plus pauvres n’ont pas les moyens d’acheter le grain des zones de révolution verte. Il est donc erroné de parler de “baisse effective de la demande”.2

12En matière de développement rural, la planification des bassins hydrauliques (watershed development) concerne surtout les plateaux de l’Inde péninsulaire exposés à l’érosion et mal dotés en possibilités d’irrigation. Ces travaux sont complexes et exigent beaucoup de temps pour des gains modestes. C’est pourquoi, même s’il est juste d’encourager davantage de tels projets, ceux-ci auront, pris isolément, une portée relativement limitée. Dans les Etats comme le Gujrat, le Maharashtra, le Karnataka, le recul de la pauvreté sera facilité par le développement d’industries de tout type et l’essor des services. Ces tendances déjà en marche ont des chances d’être encouragées par la libéralisation de l’économie.

  • 3 N. Mukarji fut un des rares hauts fonctionnaires à ne pas accepter l’état d’urgence décrété par Ind (...)

13L’espoir d’Arun Gosh de voir les panchayats (Conseils locaux) stimuler le développement est discutable, en tout cas à court et moyen terme. Nirmal Mukarji, ancien haut fonctionnaire, remarquait récemment “qu’il y a peu à attendre des panchayats” aussi longtemps que les structures de la société rurale resteront dominées par les castes et classes supérieures, ou si l’on préfère que les sans-terre et les très petits paysans ne continueront à exercer qu’un faible poids au niveau local.3 La société rurale n’est pas statique, certes. Certains rapports de force évoluent, mais les principaux détenteurs des terres, très souvent de caste supérieure ou moyenne, sont les premiers à profiter des Conseils locaux et à s’en servir. Cette constatation élémentaire avait déjà échappé au Mahatma Gandhi.

14Sur d’autres points, nombre d’excellents experts indiens de l’économie rurale partagent, comme nous, les soucis d’Arun Gosh quant au besoin d’investissements publics accrus dans l’agriculture. Ici aussi, le phénomène n’est pas nouveau.

15En conclusion, les réformes économiques peuvent prêter à discussion sur divers points, mais la critique si massive d’Arun Gosh n’est guère convaincante.

Notes

1 L.K. Jha, Economic Strategy in the 80’s, New Delhi, Allied Publ., 1980.

2 Cf. G. Etienne, Food and Poverty. India’s half won Battle, New Delhi, Sage, 1988.

3 N. Mukarji fut un des rares hauts fonctionnaires à ne pas accepter l’état d’urgence décrété par Indira Gandhi en 1975. Il renonça à conserver le poste particulièrement sensible de secrétaire du ministère de l’Intérieur. Cf. Economic and Political Weekly, 2.4.1993.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.