Version classiqueVersion mobile

Ingérence économique

 | 
Christian Comeliau

Controverses

De l’économie immatérielle à l’ingérence virtuelle

Andràs November

Texte intégral

1La contribution de Susan George reflète une vision critique “radicale” des relations économiques internationales, en particulier des rapports inégalitaires entre le Nord et le Sud ; c’est la vision des “tiers-mondistes” depuis des décennies, malheureusement sans grand effet sur la marche du monde (ou celle des affaires...). La démonstration est certes juste, mais elle s’arrête précisément là où la vraie nature de l’ingérence économique apparaît : l’effet du processus de “globalisation” des activités économiques.

2Dans son article, Susan George met en cause deux importants acteurs, les entreprises transnationales qui forment l’infrastructure de l’ingérence, et la Banque mondiale et le FMI qui en constituent la superstructure. C’est ici qu’il faut reprendre le flambeau et élargir l’analyse à la “métastructure”. D’ailleurs la clé de l’exploration de ce champ est livrée par la dernière phrase de l’étude de Susan George : “Ingérer est après tout le seul verbe que nous ayons qui veut dire à la fois s’immiscer et avaler”. Cette observation nous renvoie directement à la notion de “globalisation” qui absorbe et englobe tout ce qui est économique.

3Comparée à l’internationalisation, à la mondialisation ou à la transnationalisation des activités économiques, la globalisation est un concept qui est caractérisé avant tout par la rupture entre l’économie réelle, tangible, visible, matérielle, relationnelle, localisable et l’économie virtuelle, immatérielle, insaississable, incontrôlable. Notons que l’économie globalisée n’est pratiquement pas maîtrisable au moyen des instruments dont disposent les Etats. Les récents soubresauts du dollar, pendant la réunion des chefs d’Etat des pays les plus puissants du monde, début juillet 1994 à Naples, montrent le caractère illusoire ou dérisoire d’un contrôle de l’économie “globalisée” qui échappe complètement à ceux qui gouvernent les nations.

4La globalisation comporte la circulation accélérée des flux financiers (on parle de transactions pour un montant de 1000 milliards de dollars par jour), des informations, des technologies. La communication et l’interconnexion entre les lieux les plus reculés du monde passent par ordinateurs interposés et souvent “intelligents”, c’est-à-dire programmés pour accomplir certaines tâches – ou accélérer la prise de décision – dans des conditions déterminées. Avec la globalisation, on ne connaît plus de répit, l’agencement du temps (en jours, semaines, mois ou ans) disparaît ; la globalisation active les marchés, les bourses, les usines qui restent en compétition vingt-quatre heures sur vingt-quatre tout au long de l’année. Le globe est entouré d’une maille finement tissée de fils invisibles parcourus sans cesse par des électrons porteurs d’informations, de données et de messages.

5La globalisation économique contribue à l’effacement des frontières nationales et à la perte de contrôle des transactions immatérielles par les Etats, les organisations internationales, les groupes sociaux et les individus. Elle renforce les inégalités et aboutit à l’exclusion. Certains ont accès à ce monde d’économie globale pour acheter et vendre sans entraves n’importe quel produit de n’importe quel pays, conformément aux règles du GATT, tandis que d’autres en sont exclus. D’aucuns s’enrichissent en spéculant sur les “dérivés” financiers, cependant que d’autres s’appauvrissent ou deviennent chômeurs.

6Enfin, la globalisation économique correspond à une démarche à court terme, tous les problèmes écologiques planétaires étant évacués. Si les ressources naturelles suscitent un intérêt, c’est uniquement en tant qu’objets de spéculation.

7Où se situe alors l’ingérence économique dans la globalisation, dans un monde qui est en passe de devenir un immense supermarché ? Apparemment nulle part, puisqu’il y a une coupure entre économie réelle et immatérielle. Et pourtant elle est partout, car chaque acte, chaque geste économique et social est conditionné par la globalisation. Pour freiner la pression spéculative sur une monnaie “dure” comme le dollar (mais doit-on toujours considérer le dollar comme une devise vraiment “dure” ?) ou le mark allemand, les banques centrales augmentent leur taux d’intérêt. Ce type de mesure, qui vise en principe un domaine spécifique et devrait être limité, touche cependant les économies de tous les pays et même le simple citoyen en ressent les répercussions. Par exemple, quand le dollar amorce une chute, les montants de l’aide au développement fondent, la trésorerie des entreprises est mise à mal et le salaire des fonctionnaires internationaux diminue.

8Dans son analyse, Susan George conclut que “le mot, le concept d’ingérence est peut-être le bon” car il “exprime assez bien l’idée que celui qui commet cette action se fiche de la loi comme d’une guigne”.

9Cette acception de la notion d’ingérence économique semble ignorer que toute transaction économique repose sur un contrat, tacite ou écrit ; elle est donc contractuelle et relationnelle. Autrement dit, l’ingérence économique réelle (qu’il faut nettement distinguer de l’ingérence économique virtuelle) est une ingérence “consentie” entre partenaires. Ce consentement ne signifie cependant pas qu’il n’existe guère d’inégalité, de manque d’équité ou carrément de tromperie dans une transaction économique. Bien au contraire, un des partenaires peut imposer sa loi, au nom de la propriété privée par exemple. Dès lors on peut dire que l’ingérence économique est une “ingérence par procuration” (par rapport à l’ingérence humanitaire qui est une ingérence “sans procuration” au nom d’un principe humanitaire). Les Etats qui subissent l’ajustement structurel avaient demandé à la Banque mondiale et au FMI de venir chez eux et de les “restructurer”. En fait, la présence des entreprises transnationales et des experts du FMI est “légitimée” par cette demande des pays en question.

10Que deviennent les entreprises transnationales et la Banque mondiale : sont-elles acteurs ou plutôt spectateurs sur la scène globale ? Dictent-elles leur loi ou profitent-elles de l’anarchie ? Les deux sont complémentaires, dans le sens que la Banque mondiale est “l’agent” de la globalisation, elle fait sa promotion auprès des Etats qui recourent à ses services (bancaires ou d’ajustement structurel qu’elle exécute suite aux recommandations du FMI), les entreprises transnationales étant les “acteurs” de ce processus. Mais la globalisation économique est un phénomène que ni l’une ni les autres ne maîtrisent. Peut-être est-là un danger encore plus grand que la domination de la scène économique par quelques puissantes organisations économiques.

11Le monde change et les forces occultes sont à l’œuvre. La globalisation économique apparaît comme un processus insaisissable mais envahissant, et son corollaire, l’ingérence économique, est virtuel tout en étant redoutable.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search