Version classiqueVersion mobile

Ingérence économique

 | 
Christian Comeliau

L’ingérence économique

Texte intégral

1La mondialisation de l’économie est un fait, ou plutôt un ensemble de faits, que plus personne ne songe à nier. Le triomphe de l’idéologie libérale, et la suprématie de l’économie de marché sur toute autre forme d’organisation de l’économie mondiale et des économies nationales qu’elle rassemble, ne sont guère davantage contestés.

2Dans ce contexte, la prédominance des critères de la mondialisation paraît s’imposer sans discussion aux gestionnaires des économies nationales. De la même manière, l’intervention des bailleurs de fonds internationaux et des grandes organisations financières internationales – celles de Bretton-Woods, en particulier Banque mondiale, Fonds monétaire international, et aussi le GATT (appelé à céder la place prochainement à la nouvelle Organisation mondiale du commerce) – est reconnue désormais comme inéluctable.

3Conséquence : l’“ingérence économique” de ces acteurs internationaux – définie comme l’intervention autoritaire des gestionnaires de l’économie mondiale dans la gestion des économies nationales – est à la fois saluée par l’immense majorité des commentateurs spécialisés comme un indéniable progrès de l’humanité, et violemment critiquée par les associations de base, par divers courants nationalistes, et bien sûr par ce qui reste de la pensée dite “de gauche”. L’absence de dialogue entre les partisans de ces diverses interprétations est totale, mais à la limite elle n’a pas beaucoup d’importance : la suprématie de l’ordre économique international paraît désormais incontestable, au moins en tant que condition inéluctable de la modernisation et du développement.

4C’est cette interprétation simpliste d’une situation complexe que nous avons cherché à remettre en cause dans l’ensemble de ce cahier. Nous avons cru d’abord que cette situation n’était qu’un nouvel exemple d’ingérence dans les relations internationales, mais cette fois dans un domaine particulier, et que le thème qui s’imposait ainsi à notre analyse était simplement celui de l’ingérence économique. Dans cette perspective, nous étions frappés par une similitude apparente de cette problématique avec celle de 1’“ingérence humanitaire”, qui avait fait l’objet du cahier précédent. Même référence à une tradition ancienne d’intervention des plus puissants chez les plus faibles ; même constatation d’une nouveauté dans les modalités de cette intervention, due à des circonstances nouvelles évidentes dans l’économie et la géopolitique du système mondial. Même constatation de nouveauté, surtout, dans la légitimation qui est proposée de cette intervention : c’est au nom d’un intérêt général mondial – et non plus à celui, plus brutal, du plus fort – que l’ingérence s’exerce, et c’est à ce titre qu’elle interdit les contestations puisqu’il s’agit de l’intérêt de tous, y compris de celui chez qui s’exerce l’ingérence.

5Mais les différences entre ces deux formes d’ingérence sont bientôt apparues, et avec elles les difficultés d’un traitement de ce nouveau thème suivant des lignes exactement parallèles au précédent. D’abord parce que, contrairement à l’ingérence humanitaire, l’ingérence économique ne paraît pas constituer un phénomène nouveau : il est présent tout au long de l’histoire, il s’accroît avec la colonisation, puis avec l’émergence des entreprises multinationales et de la coopération au développement ; le processus actuel de la "globalisation" de l’économie mondiale et les impératifs de l’ajustement structurel ne constituent ainsi que l’intensification d’un phénomène ancien. L’ingérence économique est aussi beaucoup plus complexe que l’ingérence humanitaire, notamment parce qu’elle ne s’exerce pas de manière ponctuelle et dans la courte durée comme la plupart des interventions humanitaires, mais de manière beaucoup plus diffuse, plus longue et probablement plus organisée. Comme on le verra plus loin, il devient d’ailleurs difficile d’identifier une ingérence purement économique et, plus encore que pour l’ingérence humanitaire, de l’isoler d’une ingérence beaucoup plus générale à caractère politique.

6D’où les difficultés prévisibles des collaborateurs de ce cahier, tentés de parler d’emblée d’ingérence économique, puisque le terme figurait dans les termes de référence que nous leur avions indiqués, mais incapables de donner à cette formule un sens suffisamment précis pour permettre des comparaisons internationales, et peut-être une première généralisation. En même temps, ces collaborateurs ont découvert la nécessité d’expliquer l’ingérence en se référant à un processus de globalisation/mondialisation de l’économie, de la société et de la culture, qu’il faut expliquer de manière beaucoup plus précise, et en tenant compte de l’analyse macroéconomique. Enfin, ils constatent que l’ingérence entraîne des conséquences extrêmement hétérogènes et parfois entièrement opposées – en termes d’acceptation ou de rejet -, selon les pays et peut-être selon les époques concernées, et qu’en toute hypothèse l’interprétation de ces conséquences doit tenir compte du contexte historique, politique et sociologique de chacune des situations étudiées.

7La conclusion qu’il fallait tirer de ces difficultés, et qui nous est apparue dans le courant même du travail collectif d’élaboration de ce cahier, devenait alors assez claire : c’était l’inadéquation, ou en tous cas l’ambiguïté, du concept d’ingérence économique que nous avions adopté au départ, au moins dans la mesure où on veut l’utiliser de manière autonome ; c’était aussi, dès lors, la nécessité de l’intégrer dans un processus plus large dont il ne constitue qu’une étape provisoire.

8Dans le texte introductif de ce numéro, Christian Comeliau se propose de dépasser la simple notion d’ingérence économique pour l’insérer dans un processus plus complexe. Ce processus va de la mondialisation à l’ingérence, puis de celle-ci à son “internalisation” ou à son rejet. L’analyse de ce processus permet d’identifier ses conséquences en fonction des intérêts en présence, puis de les soumettre à une évaluation éthique et donc politique.

9Susan George précise les multiples différences entre l’ingérence humanitaire et l’ingérence économique, en replaçant cette dernière dans le cadre plus global du système économique mondial et de ses acteurs dominants. Elle étudie les objectifs réels et les conditions de la “nouvelle ingérence économique internationale”, en montrant comment cette ingérence, et la mondialisation qui l’inspire, peuvent ignorer toutes les lois qu’elles n’ont pas définies elles-mêmes.

10Suivent alors trois études de cas spécifiques. Antoine Brawand s’attache à l’évolution du Ghana de 1982 à 1993. Il montre le renversement d’alliances auquel conduisent l’émergence du régime Rawlings et son dialogue avec les institutions de Bretton-Woods ; il analyse ensuite l’émergence d’une combinaison subtile d’ingérence économique et d’ingérence politique, ainsi que les perspectives incertaines qui résultent des “leçons de démocratie” imposées par les bailleurs de fonds internationaux.

11Rodrigo Vidal-Rojas et Jorge Caucotto examinent aussi le mélange d’ingérence économique et d’ingérence politique dans l’histoire récente du Chili. Ils montrent comment le régime Pinochet s’est appuyé à la fois sur la transformation de l’Etat et sur la libéralisation de l’économie ; ils analysent les formes subtiles d’intervention qui, même au-delà du retour à la démocratie, ont permis l’assimilation interne du modèle néolibéral, et posent aujourd’hui la question fondamentale des rapports entre la démocratie et le marché.

12Enfin Arun Gosh étudie le contenu et les résultats du programme d’ajustement structurel mis en œuvre par le gouvernement indien depuis 1991. Il affirme que cette “internalisation” des exigences de la mondialisation en Inde ne répond en définitive qu’aux intérêts d’une minorité, et qu’elle ne résout aucun des problèmes structurels fondamentaux du pays. Il montre cependant à quelles conditions une autre stratégie de développement pourrait être conçue et mise en œuvre.

13L’un des points communs de ces analyses est d’insister sur la combinaison nécessaire des dimensions économiques et politiques pour comprendre les évolutions observées. Il ne faut donc pas s’étonner de la possibilité d’analyses bien différentes, et c’est ce que nous avons voulu montrer en laissant une large place aux controverses et à la critique de cet ensemble d’articles. Les textes de Marian Stepczynski, de Jean-Christian Lambelet et de Gilbert Etienne soutiennent des points de vue assez radicalement différents de ceux qui sont défendus dans les articles précédents.

14Les “témoignages” apportent de nouveaux points de vue sur la diversité de ces expériences. Ils portent à la fois sur des évolutions observées par des acteurs ou des témoins en Amérique Latine (Alejandro Martinez-Cuenca au Nicaragua, Helga Salinas en Bolivie) et en Afrique (Claude Akpokavié au Ghana, Géraldine Faes sur les circonstances de la dévaluation du franc CFA).

15Sous la rubrique “Points d’appui”, un premier texte (Christian Comeliau) souligne les ambiguïtés de la “doctrine” du développement de la Banque mondiale telles qu’elles ont pu être analysées lors d’un débat public récent à l’I.U.E.D., ambiguïtés qui sont également développées dans le texte de Bruce Rich. Nous avons dû renoncer, malgré notre ambition, à présenter une véritable enquête bibliographique sur un domaine aussi vaste et aux frontières aussi imprécises. Nous avons néanmoins tenté de proposer quelques points de repères, en rappelant et en commentant quelques ouvrages ou rapports particulièrement importants pour aborder ce sujet (Yves Corpataux).

16Au total, ce dossier contradictoire n’a d’autre ambition que d’intensifier une réflexion critique plus que jamais nécessaire, à la fois sur la nature de la mondialisation de l’économie et sur les mécanismes de soumission qui en résultent.

17Le Comité de rédaction

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search