Version classiqueVersion mobile

Dérives humanitaires

 | 
Marie-Dominique Perrot

Points d’appui

Ingérence humanitaire : un débat

Delphine Bordier

Texte intégral

1L’intervention armée justifiée par des raisons humanitaires ne date pas d’hier. Ce qui est nouveau en revanche c’est qu’avec la fin de la polarisation du monde en deux blocs antagonistes, le système des Nations unies s’est soudainement libéré, permettant à l’ONU d’intervenir plus rapidement dans un plus grand nombre de conflits. Ainsi, un nouveau type “d’ingérence humanitaire”, promu par la France, a vu le jour à la fin des années 1980 en faveur des Kurdes irakiens, puis des Bosniaques et des Somaliens. Mais ces exemples d’intervention n’ont pas convaincu tout le monde et les critiques n’ont pas tardé à fuser. La légalité des décisions du Conseil de sécurité de l’ONU au regard de la Charte des Nations unies a été contestée. On a soulevé le manque de neutralité et d’impartialité des ingérences humanitaires récentes. On a constaté que le prétendu apolitisme des motivations humanistes cachait mal une certaine démission des autorités occidentales face à des problèmes difficiles. La soumission des hommes politiques par rapport aux exigences de communication des médias a aussi été relevée et on s’est interrogé sur le rôle qu’a joué l’opinion publique internationale dans la débâcle de l’opération humanitaire en Somalie. Du téléspectateur occidental au soldat américain chargé de protéger un convoi de vivres, tous les rouages de l’ingérence humanitaire furent interrogés. A ce jour, le débat sur l’ingérence humanitaire a soulevé plus de questions qu’il n’a fourni de réponses. En voici une lecture.

La France et l’ingérence humanitaire

  • 1 Le détail des références citées en marge se trouve dans la bibliographie en fin d’ouvrage.

2Le concept moderne “d’ingérence humanitaire”1 a été inventé par Bernard Kouchner. C’est lui qui, en 1987, a obtenu du président français François Mitterrand et de son premier ministre, Jacques Chirac, alors en cohabitation gouvernementale, qu’ils acceptent de porter et de défendre à la tribune des Nations unies le projet de résolution qui a été la base de la notion moderne de “droit d’ingérence humanitaire”. Cette résolution soutenait que les populations victimes de catastrophes naturelles ou humaines devraient bénéficier d’un droit international à recevoir de l’assistance humanitaire. Ceci, afin que “le droit des personnes ne soit plus nié par le droit des Etats”, disait François Mitterrand.

3Cette impulsion en faveur de la codification d’un nouveau “droit d’ingérence humanitaire” est devenu, au tournant des années 1980, un axe majeur de la politique étrangère française. Sur l’initiative de la France, cinq étapes ont été franchies aux Nations unies entre 1988 et 1992 ; l’Assemblée générale a adopté les résolutions 43/131 (8.12.1988) et 45/100 (14.12.1990) puis le Conseil de sécurité, les résolutions exécutoires 688 sur les Kurdes irakiens (5.4.1991), 770 sur la Bosnie-Herzégovine (13.8.1992) et 794 sur la Somalie (3.12.1992).

4Personnage médiatique, Bernard Kouchner représente, aux yeux de tous, la France humanitaire des années 1980. Dans ses publications, il raconte volontiers ses vingt ans de médecine humanitaire passés sur les scènes internationales du désespoir. Il sait partager son goût pour l’aventure, son engagement auprès des minorités, sa haine des oppresseurs. Pourtant Bernard Kouchner est un homme désabusé. Il a rangé ses convictions au placard et ne croit plus aux idéologies. “Nous bâtissons sur le négatif, sur le moindre mal, sur l’idée de l’insupportable”, dit-il. L’action est son principe de vie, la lutte contre la mort, sa valeur morale. Pour lui, l’ingérence humanitaire est un détournement provisoire de l’État de droit, qui “défaille à contenir le meurtre programmé”. “Il s’agit moins de révérer le droit que de protéger les hommes”, dit-il. Dès lors, “la référence suprême ne peut pas être le droit mais la morale et la compassion”.

L’ingérence humanitaire : une pratique morale qui transcende le droit

5Kouchner n’a jamais accepté l’attitude de la Croix-Rouge qui s’était tue sur la réalité des camps de concentration nazis. Quand on est volontaire, il faut dénoncer, témoigner, alerter l’opinion publique, estime-t-il. Kouchner exècre les silences : “la parole protège”. Et ceux qu’il appelle les volontaires de “la troisième génération des droits de l’homme” tiennent dans leur main, en plus du stéthoscope, une caméra ; car l’ingérence humanitaire est née de l’information. C’est la télévision qui a su créer l’indignation, et avec elle la “nécessité morale” de secourir les plus faibles. Les malheurs doivent désormais être popularisés, les remords des riches utilisés, estime Kouchner.

6L’information et l’humanitaire forment un tout qui précède la politique de demain, dit encore Bernard Kouchner. Et pas n’importe laquelle, “une politique exaltante” car “l’extrême urgence” permet les rencontres interculturelles. “Le combat des solidarités lointaines est la dernière aventure qui rôde en Occident. L’ingérence sera le ciment du pacte mondial avant que le droit ne le rejoigne.” Elle “préfigure, au loin, un gouvernement mondial” dans lequel les citoyens des pays riches se chargeront de la misère humaine. A terme, “l’ingérence limitera ou empêchera les guerres”. Elle “gagnera la bataille à titre préventif, à force de conviction”.

7Avec ce discours enthousiaste, Bernard Kouchner a progressé dans la hiérarchie politique de l’Etat français. Président des ONG Médecins sans frontières puis Médecins du monde entre 1971 et 1988, il fut nommé, en 1988, secrétaire d’Etat chargé de l’Action humanitaire puis, en avril 1992, ministre de l’Action humanitaire. En mars 1993 cependant, Bernard Kouchner quitte son poste en précisant que l’ingérence humanitaire “régresse désormais sous les coups de boutoir des humanitaires eux-mêmes”. C’est que, entre-temps, les grands principes du nouveau droit d’ingérence humanitaire ont été confrontés aux réalités du terrain, porteuses d’objections parfois si radicales qu’elles sont loin d’avoir trouvé leur solution.

8Le rôle de juriste de Mario Bettati, le principal promoteur du droit d’ingérence humanitaire aux côtés de Bernard Kouchner, a été de démontrer que l’ingérence humanitaire n’est pas illicite au regard du droit international et ce, bien qu’elle prenne le contre-pied du principe de non-intervention dans les affaires intérieures des Etats, un principe clé de la Charte des Nations unies. Ainsi, selon Mario Bettati, l’ingérence humanitaire peut être considérée comme licite en raison de sa finalité spécifique, celle de sauver des vies humaines, qui n’est pas contraire à la Charte des Nations unies dont le préambule proclame le respect de la “dignité et de la valeur de la personne humaine”.

Le Conseil de sécurité de l’ONU tente de codifier l’ingérence

9Et puis, les résolutions de principe des Nations unies 43/131 et 45/100 ont aussi récemment renforcé le droit d’ingérence humanitaire, explique Mario Bettati. Certes, elles ont échoué dans leur tentative de consacrer le droit des victimes à recevoir une assistance humanitaire. Les protagonistes français du droit d’ingérence auraient voulu que les victimes acquièrent le droit d’être secourues. Cela aurait engendré un devoir des autres membres de la communauté internationale d’apporter une assistance humanitaire. Avec les deux résolutions de l’Assemblée générale des Nations unies, la proposition est inversée. L’énonciation du principe selon lequel “l’ouverture de couloirs humanitaires en direction des populations en danger ne saurait être entravée ni par l’Etat touché, ni par les Etats voisins” garantit au contraire aux parties donatrices d’aide un embryon de droit, celui de porter assistance aux victimes.

10Mais l’avancée la plus spectaculaire en faveur du droit d’ingérence date de l’adoption par le Conseil de sécurité des Nations unies de la fameuse résolution obligatoire 688, le 5 avril 1991, qui a permis à la France, aux Etats-Unis et à la Grande-Bretagne de prendre le contrôle de l’assistance alimentaire, médicale et de la réhabilitation agricole en faveur des populations kurdes irakiennes dans la région située au nord du 36e parallèle. Par la suite, c’est encore au nom de l’humanitaire, que le Conseil de sécurité a décidé d’ouvrir un “compte-séquestre” sur lequel les acheteurs de pétrole irakien devaient verser leur dûs jusqu’à concurrence de 1,6 milliards de dollars pour financer l’aide humanitaire. Ces actions humanitaires, qui ont acquis alors “une légalité internationale incontestable”, représentent des “progrès considérables” du droit international en matière d’assistance humanitaire. Elles constituent un “précédent” qui peut permettre d’évoquer une “coutume naissante”, estime Mario Bettati.

11Evolution de broutille, rétorquent en revanche les chercheurs de l’Université Paris XIII dans la revue Relations Internationales et Stratégiques (RIS). La codification du “droit d’ingérence humanitaire” ne présente pas de réponse aux grands problèmes sur lesquels bute aujourd’hui le droit international humanitaire, celui des Conventions de Genève, garanties par le Comité international de la Croix-Rouge (CICR). Il ne résout notamment pas le problème de la souveraineté des Etats sur leur territoire puisque cette souveraineté est réaffirmée en préambule des résolutions humanitaires en question.

Contourner le principe de la souveraineté étatique : une entreprise périlleuse

12Par ailleurs, au regard de l’histoire des anciennes “interventions d’humanité”, la revue RIS craint que l’actuelle “ingérence humanitaire” ouvre la porte au renouveau de “l’idéologie interventionniste”, selon laquelle “un Etat pourrait, dans le même temps, définir unilatéralement les objectifs qu’il souhaite atteindre et écarter les obstacles juridiques contrariant leur réalisation”. Dans le cadre de la question d’Orient, au xixe siècle, c’est sous l’appellation “d’interventions d’humanité” que les grandes puissances européennes sont intervenues à plusieurs reprises sur le territoire ottoman et l’ont dépecé. L’idée maîtresse des interventions d’humanité était qu’il existait un droit naturel, lié à la “civilisation”, qui permettait de passer outre à la souveraineté de l’Etat turc si le but était celui de protéger ses sujets chrétiens de la sauvagerie des sultans. On sait désormais que ces interventions d’humanité servaient aussi les intérêts des puissances européennes, dans le cadre de leur équilibre précaire, et que certains massacres n’entraînèrent pas d’intervention.

13La publication insiste sur l’ambiguïté constante dans l’histoire du concept “d’intervention d’humanité”. Il a servi à justifier toutes sortes d’interventions : des tentatives de médiation ou d’interposition diplomatiques et des véritables opérations guerrières et même à légitimer jusqu’à la colonisation, estime la revue. Le nouveau “droit d’ingérence humanitaire” montre actuellement les mêmes difficultés de définition de sorte qu’il semble improbable qu’on parvienne à le codifier juridiquement, selon RIS.

14D’ailleurs, l’exemple de la résolution 688 et de l’opération “Provide Comfort” en Irak, qui a suivi son adoption, rappelle l’idéologie interventionniste. La résolution 688 n’a fait qu’“insister” pour que l’Irak “permette” l’accès des organisations humanitaires, liant ainsi l’action internationale à l’accord des autorités de Bagdad. Cet accord qui portait sur les modalités de livraison de l’assistance humanitaire, a été conclu le 18 avril 1991 entre le gouvernement irakien et le Secrétaire général de l’ONU. Il autorisait la présence des Nations unies en territoire irakien, pour autant qu’elle ne préjuge pas “de la souveraineté, de l’intégrité territoriale, de l’indépendance politique, de la sécurité et de la non-ingérence dans les affaires intérieures de la République d’Irak”. Pourtant, l’opération “Provide Comfort” déployée par le Pentagone a eu pour effet d’instaurer une véritable enclave américano-européenne dans le nord de l’Irak, le dépouillant ainsi de sa souveraineté sur une partie de son territoire. “Elle s’est donc déroulée en violation de la résolution 688, soit, du point de vue du droit, comme une intervention.”

15Franchissant un pas de plus, Pierre-Marie Dupuy, rédacteur responsable de la Revue générale de droit international public (RGDIP) s’étonne lui aussi, dans son langage de juriste pointilleux, de la pratique humanitaire récente, qui paraît “pour l’instant affranchie de tout contrôle de légalité”. Pierre-Marie Dupuy doute ainsi de la validité juridique de la résolution 688 et plus encore de la résolution 794, qui a décidé l’opération “Rendre l’espoir en Somalie”. Dans les deux cas, le Conseil de sécurité de l’ONU a dû, pour intervenir, s’appuyer formellement sur le chapitre VII de la Charte des Nations unies qui, seul, autorise le recours à la force armée multilatérale. Or, toujours selon la Charte, la communauté internationale ne peut se placer dans le cadre du chapitre VII que s’il y a “menace pour la paix et la sécurité internationale”. Peut-on véritablement admettre qu’une atteinte massive aux droits de l’homme constitue de facto une telle menace même si elle reste confinée à l’intérieur de frontières comme c’était le cas en Somalie ? Cette interprétation relève d’une “conception particulièrement extensive des compétences du Conseil” et semble “transcender” les dispositions de la Charte des Nations unies, estime Pierre-Marie Dupuy.

Sur le terrain, des opérations alliées ambiguës

16De plus, l’attitude de la coalition alliée après l’adoption de la résolution 688, a aussi relevé d’une conception “sans doute a priori difficilement compatible avec la lettre de la résolution”. La coalition occidentale sous commandement américain a cru pouvoir se fonder sur cette résolution pour implanter derechef, et sans attendre l’accord du 18 avril, des “enclaves humanitaires” en territoire irakien. En fait, il s’est agi là d’une “amplification, voire d’un dépassement” de la résolution 688, qui ne mentionnait pas que d’autres entités que les Organisations non gouvernementales (ONG) puissent intervenir et alors que la Charte des Nations unies n’autorise en principe pas le Conseil de sécurité à déléguer à une puissance nationale le commandement militaire d’une opération menée sous ses auspices. D’une manière générale, cette situation crée un “déséquilibre organique” en faveur du Conseil de sécurité et place les Etats-membres de l’ONU “devant les contraintes inhérentes à une institution hiérarchisée”, d’autant plus problématique que les actes du Conseil de sécurité, “bénéficiant d’une marge discrétionnaire, paraissent pour l’instant affranchis de tout contrôle de la légalité”, conclut Pierre-Marie Dupuy.

17Plus proche des réalités de terrain, Cornelio Sommaruga, président du CICR, s’est employé quant à lui à distinguer radicalement l’action humanitaire de terrain de l’action juridico-politique des Nations unies. Il a largement insisté sur l’importance, pour son organisation, de conserver son indépendance, “indispensable au succès de son action d’assistance humanitaire aux victimes de conflits”.

18Politiquement, l’ONU pourrait jouer un rôle accru pour aider au respect plus ample du droit humanitaire, estime le président du CICR. D’une part, l’ONU devrait développer une nouvelle juridiction pénale capable de sanctionner les gouvernements qui violent abusivement ses préceptes. Cela devrait être son rôle parce que les Conventions de Genève, mères du droit humanitaire, obligent les Etats parties non seulement “à respecter” mais aussi “à faire respecter le droit humanitaire en toutes circonstances”. D’autre part, lorsque les problèmes humanitaires prennent des proportions très graves en raison de la mauvaise volonté explicite d’un Etat, la communauté internationale peut se résoudre à intervenir au titre du chapitre VII de la Charte, estime Cornelio Sommaruga. Mais elle doit alors se déployer en tant que force de police internationale combattant un gouvernement reconnu criminel. La justice doit être bien distinguée de la charité. Il ne s’agit pas de demander aux forces armées de poursuivre avec les mêmes méthodes l’action des organisations humanitaires.

La neutralité de l’assistance humanitaire est mise à mal

19Sur le terrain “l’aide doit provenir d’une organisation neutre et indépendante et être impartiale”, dit-il. Neutralité, indépendance et impartialité : tels sont les trois principes fondamentaux auxquels toute opération d’assistance humanitaire doit obéir. “L’ingérence humanitaire” peut-elle être conforme à ces trois principes si elle est récupérée par le Conseil de sécurité, dont les décisions sont “toujours le résultat d’une pesée d’intérêts, souvent contradictoires, entre diverses considérations d’ordres politiques, économiques et stratégiques ?”, s’interroge Cornelio Sommaruga. D’autre part, une action d’ingérence, “relativement aisée à rencontre d’un Etat faible militairement peut-elle être envisagée face à un Etat puissant ?” Ou bien devra-t-elle “choisir ses victimes en fonction des rapports de force qui entourent les conflits” ? Et puis, “comment accepter une démarche humanitaire qui, s’appuyant sur la force, ne peut qu’inexorablement provoquer d’autres morts encore ? Sans parler des risques d’escalade.” Enfin, si l’on doit se résigner à recourir à des escortes armées pour protéger les convois humanitaires, “cela ne signifie-t-il pas que l’on abandonne en fait tout espoir d’obtenir des belligérants non seulement qu’ils respectent l’action humanitaire mais surtout qu’ils respectent les populations civiles qui, elles, demeurent sans défense ?”

20“Je crois qu’il n’est pas sans danger de concevoir l’action humanitaire comme un autre moyen de l’action politique ou, à l’inverse, comme un alibi des Etats pour ne pas assumer leurs responsabilités sur un plan politique”, dit Sommaruga.

21L’ingérence humanitaire est-elle le bras médiatique de politiques bien comprises ou au contraire le substitut consensuel de politiques qui font défaut ?

22Le Monde diplomatique insiste sur les politiques occidentales qui sous-tendent les opérations humanitaires récentes. Alain Joxe rappelle, au sujet de l’opération “Rendre l’espoir” en Somalie, que ce pays fait partie, pour les Américains, de la zone intitulée “Asie du Sud-Ouest” depuis laquelle le Commandement central des Etats-Unis (US CENTCOM) “prévoit en permanence le déploiement éventuel de 200’000 hommes autour du Golfe”. Il montre aussi comment l’objectif initial des Etats-Unis en Somalie “était d’obtenir une relance de l’économie de marché par un mixage de distribution gratuite et de vente aux commerçants locaux”. Selon le journaliste du Monde diplomatique, “on ne peut pas reprocher à l’ingérence humanitaire en Somalie d’avoir été purement caritative”. Elle correspond en fait “à une définition politique et économique de l’aide alimentaire, comme système destiné à relancer l’économie de marché en dehors des régulations politiques”.

Sous des dehors d’humanité : des intérêts politiques

23Gérard Prunier, journaliste et chercheur au Centre national de recherches scientifiques (CNRS), analyse pour sa part les fonctions électoralistes et politiques de l’intervention américaine en Somalie. En soulevant la question du drame somalien, le candidat à la présidence Bill Clinton visait à “ramener au Parti démocrate les voix de la bourgeoisie noire américaine passées au reaganisme dans les années 1980”. Quant au président Georges Bush, il voulait “quitter sa présidence sur un coup d’éclat qui “recentrerait” en même temps l’image internationale de la puissance américaine : la Somalie devenait le pendant humanitaire de la realpolitik qui avait inspiré l’opération “Tempête du désert”. Enfin, Georges Bush cherchait aussi à “renforcer le complexe militaro-industriel face aux velléités de compression du budget du Pentagone dont on crédite Bill Clinton”.

24Le “droit d’ingérence humanitaire” s’insère forcément dans les rapports de force internationaux, constate aussi Jean-Christophe Rufin, administrateur de l’ONG Médecins sans frontières. La décision d’ingérence étant prise par le Conseil de sécurité des Nations unies, le rôle prépondérant qu’y jouent les pays du Nord rend invraisemblable l’idée que l’ingérence s’applique au territoire de l’un d’entre eux ou dans des régions dénuées, à leur yeux, d’intérêt. Par exemple, elle n’a pas été décidée pour le Libéria ou le Burundi... Jusqu’à présent l’ingérence humanitaire s’est montrée sélective. En fait, “là où l’ingérence a des chances d’être décidée, c’est sur cette zone tampon entre Nord et Sud, là où le Nord a tout à craindre d’une catastrophe qui accentuerait la pression migratoire”. “Le droit humanitaire était jusqu’ici un droit universel : le droit d’ingérence est, lui, un droit de l’inégalité.”

25Ainsi, l’ingérence humanitaire dans le Kurdistan irakien poursuivait des buts de guerre clairs mais peu avouables qu’il s’agissait “d’habiller de sollicitude”. Plus difficile à classer dans la catégorie des ingérences humanitaires politiques, l’intervention humanitaire en ex-Yougoslavie masque une passivité politique dont les raisons sont claires : il s’agit avant tout de “laisser faire dans les Balkans”, ne pas s’impliquer dans le conflit. En Somalie en revanche, “la rationalité politique fait radicalement défaut”, la réaction au coup par coup est la règle. En ex-Yougoslavie comme en Somalie, la fonction politique de l’ingérence humanitaire est avant tout d’être “un moyen de faire peu, de calmer l’émotion de l’opinion, de déguiser des abandons”. “Peu coûteuse, de fort effet médiatique, consensuelle, la diplomatie de la charité et de l’urgence est idéale pour des gouvernements en mal de perspectives politiques.” Et Jean-Christophe Rufin d’établir une “échelle de clarté politique” de l’ingérence humanitaire avec, en haut de l’échelle, l’Irak et en bas, la Somalie.

26Nombreux d’ailleurs sont les observateurs qui dénoncent l’absence de politiques circonstanciées sur les terrains de l’ingérence humanitaire, les erreurs politiques, les contradictions stratégiques, notamment en Somalie. Il est reproché aux responsables des ingérences humanitaires la faiblesse du travail politique par rapport au travail de communication qu’exigent les médias, leur manque de vision à long terme.

27Ainsi, Gérard Prunier, qui est probablement le plus fin connaisseur français de l’histoire du peuple somalien, rappelle inlassablement l’histoire des trente dernières années de la société somalienne. Une société organisée selon le mode de vie nomade, typique des région semi-désertiques, où les relations entre les clans, souvent conflictuelles, sont réglementées par une “loi”, la Heer, “la loi des clans, toujours bien vivante aujourd’hui et qui est distincte tant de la chari’a islamique que des lois de type occidental inspirées de la colonisation”. La Heer dicte tant les “responsabilités civiles” que les obligations “pénales” : toutes les infractions se paient, l’assassinat coûte cent chameaux. Gérard Prunier explique aussi l’importance de l’honneur, liant social majeur et gage d’intégration dans la société somalienne. Cependant, cette organisation sociale a été déstructurée par la colonisation, puis surtout par Siyad Barré, qui a joué sur la division des clans nomades et leur a juxtaposé un modèle unitaire difficilement compatible avec l’organisation antérieure. Siyad Barré déchu, l’ingérence humanitaire s’est déployée sur un terrain où seule la réalité des clans subsistait. Mais c’était une réalité “avilie, longtemps manipulée, lourde des souvenirs sanglants de son usage perverti par Siyad Barré”. Pour autant, faire croire, comme l’ont fait les médias, que la Somalie est une société sans histoire et que les “bandes” actuelles “retournent à leurs haines ancestrales” entre tribus opposées, est un “contresens historique”, dit-il. Va pour les médias, par essence a-historiques et simplificateurs ! Mais les hommes politiques, “hypnotisés par le tir de barrage des signes médiatico-humanitaires, sont d’une myopie et d’une légèreté consternante”. Par exemple, “croire que les diverses ‘conférences de réconciliation’ organisées par les Etats occidentaux, qui aboutissent à l’adoption d’un petit bout de papier blanc, signé dans une salle triste, sans aucun liant social, sans honneur, puissent engager la responsabilité des Somaliens revient à penser que des diplomates européens croiraient à un traité qu’on les aurait obligés de jouer aux dés”, dit-il. Il aurait fallu s’appuyer sur la société civile, donner leur chance à ceux qui, intellectuels, notables, leaders divers, ne purent en fait jamais accéder à une forme d’expression publique. De Kouchner à Bush en passant par Roland Dumas, tous ont cru et fait croire, quelques jours avant l’intervention américaine en Somalie en décembre 1992, que “l’intervention internationale en Somalie réussira très vite parce qu’en face il y a des jeunes gens de quatorze ans en possession de mitrailleuses et qui vont s’enfuir très vite” (Kouchner). A ce niveau “d’aveuglement”, “l’action humanitaire commence à ressembler dangereusement à un rituel idéologique, auquel on ne demande pas de se confronter à la complexité du réel (sale et déprimant) mais de s’y substituer et d’apaiser nos âmes”, estime Gérard Prunier.

Les responsables de l’ingérence humanitaire se réfugient dans “l’urgence”

28Stephen Smith, journaliste à Libération, dénonce aussi, à sa façon, le manque de vision politique, des Français notamment. Il a constaté sur place que dans les trois jours qui ont suivi le départ des Français du centre-ouest de la Somalie, presque toutes les installations qu’ils avaient contribué à construire (puits, dispensaires, écoles) ont été pillées. Après enquête sur les auteurs des faits, l’armée française a dû conclure que les pilleurs étaient les notables de la communauté avec lesquels, dès le début, elle avait coopéré pour “relever le pays”. “L’humanitaire français a ainsi travaillé avec des notables qui avaient même perdu jusqu’à la notion du bien public.” Stephan Smith s’interroge aussi sur la courte vue des responsables français de l’opération humanitaire, qui avaient oublié “que la meilleure volonté du monde, si elle n’est pas au service d’une politique qui tienne compte de la durée propre du conflit, n’a pas de sens”.

29De même, Rony Brauman, président de l’ONG Médecins sans frontières, fait l’agenda détaillé d’une série d’“erreurs politiques” perpétrées par l’ONU et les forces alliées en Somalie. A commencer par l’arrivée très tardive de l’ingérence humanitaire, après plus d’un an d’indifférence quasi totale et 300’000 morts, et alors que le paroxysme de la crise somalienne était déjà dépassé, le taux de mortalité ayant commencé de baisser. Il a en fait fallu, pour que l’ingérence humanitaire se déploie, que, vers août-septembre 1992, “toutes les caméras du monde convergent vers Baïdoa, l’épicentre du désastre”. C’était “comme si les journaux télévisés déterminaient les choix gouvernementaux”. A partir de ce moment-là, la gestion de la crise somalienne s’est transformée en une gestion de l’émotion internationale, estime Rony Brauman. “Il fallait des résultats télégéniques susceptibles de satisfaire les attentes du public en émotion, seule manière de l’intéresser à la cause.” Et voilà que les responsables de l’ingérence humanitaire, en prise directe avec “l’opinion internationale” ont plongé dans “le spectacle de l’humanitaire”. Un spectacle facile à mettre en scène car le “médiateur”, cette personne indispensable aux médias, qui sert à “authentifier la victime, permettre la canalisation de l’émotion suscitée, instaurer tout à la fois la distance et le lien entre spectateur et victime”, est tout trouvé : le médecin, le volontaire remplit parfaitement cette fonction. “Le volontaire humanitaire, nouveau personnage de l’actualité, simultanément acteur et narrateur, assure désormais la médiation avec une réalité qu’il sait ramener à une composante centrale : la victime et les soins qu’il va lui prodiguer.” Mais lorsqu’ils deviennent discours, “les bons sentiments, et surtout leur mise en scène”, discréditent le discours politique, la recherche des causes des souffrances et donc du moyen de les endiguer ; ils discréditent aussi “par conséquent la classe politique dans son ensemble en accréditant la vieille thèse de leur impuissance et de leur parasitisme”. Car “la caméra ne se contente donc pas de retranscrire l’événement. Elle contribue à le façonner en y introduisant des contraintes d’instantanéité et de visibilité difficilement compatibles avec les exigences complexes d’une action qui ne peut se contenter d’écumer la surface des événements.”

Une “urgence” qui convient fort bien aux responsables des médias télévisés...

30L’ingérence humanitaire est caractérisée par “l’extrême urgence”. La télévision est déterminée par l’impératif de la rapidité. L’ingérence humanitaire et la télévision partagent bien cette contrainte commune de l’instantanéité, remarque Dominique Wolton, sociologue des médias. Et si on a pu distinguer une “avancée spectaculaire de l’humanitaire” ces dernières années, Dominique Wolton constate quant à lui une victoire parallèle de l’information, victoire qui s’est manifestée dès la guerre du Golfe. “Une victoire technique : pour la première fois dans l’histoire, on était en mesure de couvrir une guerre en direct.” Or “la victoire de l’information est une victoire de la chronologie de l’urgence, qui exprime par excellence la conception du temps qui prévaut en Occident : l’instant, l’instant, l’instant... L’information triomphante c’est l’hypostase de l’instant”, ajoute le sociologue. Pourtant “son moment de triomphe est aussi le moment où ses méfaits se découvrent. Dans la chronologie d’un individu comme dans celle d’une société, rien ne se joue dans l’instant.” Et Wolton de formuler un vœu pieux. “Il va falloir éviter que l’instant écrase l’histoire, que l’événement sature tout le temps historique. Il est indispensable de réintroduire l’histoire dans l’information” afin d’empêcher que la communication ne serve de “paravent à l’irresponsabilité”.

31Parallélisme fortuit ou rapport de causalité entre ces victoires conjointes de l’ingérence humanitaire et de l’information ? L’intellectuel militant Régis Debray pose une hypothèse. Selon lui, la codification dans le droit international du “devoir d’ingérence humanitaire” serait peut-être, en fait, la tentative de convertir en une norme la nouvelle capacité technique qui est celle de “l’ingérence visuelle du Nord sur le Sud”. Autrement dit, “un fait technique aurait eu des conséquences diplomatiques”.

... et à l’attrait du “spectacle” que manifestent les téléspectateurs

32Derrière l’ingérence humanitaire se trouve la télévision. Derrière la télévision, c’est le public qui agit, cette “nouvelle personne morale” (Brauman), qui incite la télévision à montrer des “images humanitaires” et, à travers elle, qui soutient les médecins et les Etats dans leurs actions d’aide. Le téléspectateur est à un bout de la chaîne. De l’autre, l’ingérence humanitaire en Irak, en Yougoslavie, en Somalie. C’est l’avènement du couple individuel-universel. Ainsi, plus que jamais, l’ingérence humanitaire pose la question du grand public, de notre image de l’autre, de nous, Occidentaux, millions de téléspectateurs qui ouvrons nos cœurs et nos porte-monnaie en faveur de miséreux en détresse. Qu’est-ce qui nous fait agir ? Qu’est ce qui nous fait bourse délier ? L’ONG Médecins du monde nous interroge. Est-ce la pitié, cette identification à l’autre, considéré comme son semblable, son prochain, qui souffre ? Dans ce cas, attention. Car le sentiment de communauté identitaire est une illusion, avertit Patrick Declerck, psychanalyste à Paris. Cette identification sera battue en brèche par le malade qui, pathologiquement, refusera bientôt les soins que tente de lui prodiguer le soignant. “Celui qui apparaît comme un autre ‘moi-même’ se révèle alors, dans la trahison et la déception, quelqu’un de différent qui veut autre chose, qui relève d’une autre jouissance.” Le soignant, le “volontaire”, devient alors un “bénévole haineux” qui peut tenter de résoudre la contradiction qui l’agresse, par exemple par ce que Declerck appelle “le clivage” : une manière de diviser la réalité en deux, de diviser les patients en bons et mauvais sujets, au lieu d’une représentation d’un sujet comme étant à la fois bon et mauvais. Une telle représentation faussée de la réalité peut à son tour entraîner des “passages à l’acte faussement positifs, tels que l’acharnement thérapeutique face à des patients qui refusent les soins. Folie thérapeutique à forcer les portes du désir et du corps de l’autre, à le vider de ses objets et à y substituer les siens.” Ou bien l’avidité des téléspectateurs occidentaux pour les “images humanitaires” s’explique-t-elle non pas par une identification à l’autre – “il est impensable que cela nous arrive un jour” – mais plutôt par une “émotion traumatique” qu’engendre “le choc des images”, comme le propose Claude Aiguesvives, membre du conseil d’administration de Médecins du monde. Le geste généreux du téléspectateur choqué relèverait alors d’un “désir de réparation” dû à un “déplacement psychologique dont le but est d’exorciser les peurs qui nous menacent”, peurs pour notre propre vie et notre propre sécurité. Car les médias privilégient ce qui touche aux sentiments au détriment des reportages analytiques ou explicatifs. “Mais là aussi, à l’inverse, cette image peut aggraver la peur, l’angoisse, le rejet, attaquer la sécurité psychologique du spectateur et donc augmenter l’exclusion de ceux justement qui sont exclus.” L’image renforce en fait ce qui distingue. Pour prendre un exemple interne à nos sociétés, “cette image du ‘sans domicile fixe’ entraîne-t-elle un supplément d’insertion sociale ou, a contrario, favorise-t-elle les processus de rejet ?”, s’interroge Aiguesvives. Simple constat : le “trop” d’images produit sur les banlieues a-t-il favorisé le rapprochement avec les quartiers nantis ?

L’ingérence humanitaire doit être instantanée ; au-delà de l’instant, elle s’embourbe

33L’ingérence humanitaire du tournant des années 1980 est issue de la volonté d’un homme, Bernard Kouchner, d’imposer le droit des victimes de catastrophes à recevoir de l’assistance humanitaire. Elle n’a pas encore trouvé, et ne trouvera pas de si tôt, sa consécration juridique, qui ferait d’elle une véritable norme internationale, soit une règle clairement formulée (et pas improvisée au gré des circonstances), connue de tous et réellement appliquée de la même façon pour tous. Mais elle est déjà une pratique. Une pratique du Conseil de sécurité des Nations unies et de quelques Etats occidentaux qui, avec le soutien de leurs armées, ont forcé l’acheminement de l’aide humanitaire dans des lieux où la tension était extrême et dans l’urgence du désespoir : au Kurdistan irakien, en Somalie et, plus difficilement, en Bosnie-Herzégovine. L’ingérence humanitaire peut réussir à sauver dans l’urgence des centaines, peut-être des milliers de vies humaines. Un apport soudain de vivres, une saturation brutale du marché si une catastrophe s’est produite quelque part, c’est là sa vocation. Créer un choc – choc alimentaire, choc des images, choc technique – puis s’en aller. Là où elle échoue, c’est dans la durée. Elle n’est pas faite pour cela, trop influencée par les médias, et en particulier par la télévision. Ils la conditionnent et la mettent en scène. Ils lui imposent leur temporalité, la rapidité, mais aussi la brièveté. Un événement fera la “une” le jour où il se produit, mais il ne pourra retenir l’attention longtemps. Les jours suivants, d’autres attractions seront prioritaires. La télévision, cette “bombe informatique qui explose actuellement”, comme le dit Paul Virilio, génère “le temps mondial”, “le temps unique”, qui surpasse les temps “cosmique”, “universel” et “local”. Déterminée comme elle l’est par ce temps de l’instantané, l’ingérence humanitaire ne parvient pas à dépasser ses contradictions au-delà de l’instant. C’est que, tout comme un malade, “l’assisté humanitaire”, rapidement, la catastrophe à peine passée, le ventre tout juste nourri, s’émancipe, sort de sa situation de victime pure, non participante, et commence à conditionner son acceptation de l’aide. Alors, la relation entre l’assistant et l’assisté, le médecin et le malade, le téléspectateur occidental et les peuples en détresse, retrouve ses enjeux relationnels, nécessite à nouveau la négociation et, avec elle, la vision politique, la vision fondée sur la prise en compte du temps long, de l’histoire. A partir de ce moment, l’ingérence humanitaire n’a plus sa raison d’être. Si elle reste, elle s’embourbe.

Annexes

Mario BETTATI et Bernard KOUCHNER, Le devoir d’ingérence. Cet ouvrage réunit les contributions d’une cinquantaine de personnalités françaises intéressées par l’action humanitaire, parmi lesquelles F. MITTERRAND, J. CHIRAC, B. KOUCHNER, M. BETTATI, P.-M. DUPUY, J.-C. RUFIN, R. DEBRAY notamment.

Bernard KOUCHNER, Le malheur des autres.

Mario BETTATI, “Un droit d’ingérence ?”.

...ou une version abrégée du même texte parue dans Le Débat, dossier “Ingérence : vers un nouveau droit international ?”. Dans ce même numéro, voir aussi les articles de Jean-Christophe RUFIN et de Bernard KOUCHNER.

Relations Internationales et Stratégiques (RIS), dossier “Du devoir d’assistance au droit d’ingérence”. Voir notamment les contributions de Pierre Michel EISEMANN, Nasser Eddine GHOZALI et Jean-Marc SOREL.

Pierre-Marie DUPUY, “Après la guerre du Golfe. Revue générale de droit international public, tome 95 et “Sécurité collective et organisation de la paix”, RGDIP, tome 97.

Cornelio SOMMARUGA, Revue internationale de la Croix-Rouge, n° 796, n° 801 et n° 802. Voir notamment n° 795.

Alain JOXE, “Humanitarisme et empires”, Le Monde diplomatique.

Gérard PRUNIER, “Deux politiques d’intervention en Somalie”, Le Monde diplomatique.

Jean-Christophe RUFIN, “Guerre ici, famine là”, Le Monde des Débats, dossier “L’alibi humanitaire”. Dans ce même numéro, voir aussi les articles de P.-M. DUPUY, G. PRUNIER et G. SALAMÉ.
et Jean-Christophe RUFIN, “Les paradoxes de la protection”, dans BACKMANN, René et al., Face aux crises..., Médecins sans Frontières.

Gérard PRUNIER, “La dimension historique de la crise somalienne”, Relations Internationales et Stratégiques.

Gérard PRUNIER, “Somalie. La politique bafouée”, Le Monde des Débats.

Stephen SMITH, Somalie. La guerre perdue de l’humanitaire.

Rony BRAUMAN, Le crime humanitaire. Somalie.

Rony BRAUMAN, “Comment les médias viennent aux crises”, dans BACKMANN René, et al., Face aux crises..., Médecins sans Frontières.

Rony BRAUMAN, “Contre l’humanitarisme”, Esprit.

Dominique WOLTON, “Information : une victoire-problème”, Le Débat.

Régis DEBRAY, “Les images-sons de l’utopie humanitaire cachent mal la misère politique des Etats”, Le Nouveau Quotidien.

voir aussi : Régis DEBRAY, “Les droits de l’homme : une fausse réponse”.

Patrick DECLERCK, “Le thérapeute et son désir de ‘soins’ en question” et Claude AIGVESVIVES, “Désir d’humanitaire, angoisse et pulsion scopique”, Ingérences, Le désir d’humanitaire.

Paul VIRILIO, “Médias: la bombe du troisième type”, Globe Hebdo.

Notes

1 Le détail des références citées en marge se trouve dans la bibliographie en fin d’ouvrage.

Auteur

Journaliste, Genève.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search