Desktop versionMobile Version

Dérives humanitaires

 | 
Marie-Dominique Perrot

Paroles

Savoir ou ne pas savoir intervenir, le cas de la Somalie

Entretien avec Yves Audéoud, responsable du département Afrique à Caritas Suisse

Marie-Dominique Perrot

Volltext

1Vous revenez d’une mission effectuée cet automne pour le compte de Caritas en Somalie, quelle est votre appréciation de la situation, que représente le cas somalien pour une organisation comme Caritas ?

2Le cas de la Somalie est exceptionnel. Rarement, une calamité n’a été aussi médiatisée, rarement la médiatisation s’est autant soldée par la désinformation. Jusqu’à l’invasion des Américains, nos écrans n’ont fait voir que des affamés, des morts et des enfants qui agonisaient. A partir du débarquement des forces américaines, les populations qu’on nous montrait étaient relativement bien portantes, souriantes, comme si tout avait été gagné à ce moment-là. Or, le cap décisif qui a été franchi dans le sens d’une amélioration de la situation sur le plan de la famine remontait à la période qui allait de la fin du mois d’août 1992 à la mi-octobre. Lorsque les Américains et le grand contingent des casques bleus sont arrivés, le pire était passé en bonne partie.

3La situation aurait-elle permis à ce moment-là de se passer graduellement de l’aide humanitaire ?

4On aurait effectivement pu passer du pur humanitaire à un travail de réhabilitation. En décembre 1992, il y avait certes encore des affamés mais pas sur une grande échelle et ceci, il faut le dire, grâce à l’intervention massive des ONG et du CICR. Après l’invasion, la situation s’est encore améliorée puisque la présence des casques bleus a permis un afflux important de vivres.

5Cet afflux est-il à considérer comme indispensable, ou au contraire responsable de la mise en place d’une situation de dépendance compromettant l’avenir des populations somaliennes ?

  • 1 Le kat est une herbe dont on mâche les tiges. Son effet est comparable à celui des feuilles de coca

6Il fallait l’aide, la discussion porte sur les quantités à acheminer. A cet égard, les effets pervers de l’assistance sont déjà perceptibles. Nous avons actuellement un programme qui vise, par le biais de mesures de réhabilitation, à recréer les conditions-cadre nécessaires à la réinstallation des déplacés et des réfugiés. Dans la mise en place du programme, nous nous heurtons déjà au fait que les “partenaires” demandent et attendent les secours, sans songer à ce que pourrait être leur contre-valeur ou leur apport propre à l’effort qui devrait être commun. A tel point que la question se pose de savoir si les clans n’ont pas intérêt à ce que leurs affrontements se poursuivent afin que l’aide continue d’affluer le plus longtemps possible. Lorsque l’on considère la situation de Baidoa en septembre 1992 et à fin mars 1993, c’est le jour et la nuit. Je parlerais même d’une revitalisation à outrance, partout des bars, des hôtels, un marché florissant, peu importe d’ailleurs que certaines des marchandises aient été volées et réapparaissent ainsi sur les marchés. Ce fourmillement de vie existe grâce à la présence des casques bleus et aux ONG qui apportent l’argent servant à remettre à flot l’économie locale. A cela s’ajoutent les revenus du kat1. Nous avons estimé au début de 1993, après notre distribution de semences et d’outils, que le tiers environ des surfaces cultivables étaient travaillées ; ceci est attribuable à la guerre, à l’insécurité, à la décimation des populations.

7Quelle était l’expérience de Caritas en Somalie avant l’éclatement de la guerre civile ?

8Nous étions inactifs en Somalie, car pour nous la période d’arrosage de l’aide au développement par continent entier est révolue, elle n’a plus de sens. Nous avons développé une politique de concentration. Mais, dans le cas de la Somalie, nous avons été contraints d’entrer dans le jeu de l’assistance humanitaire en raison des besoins qui s’exprimaient sur le terrain et à cause de la pression de l’opinion publique. L’argent ayant été récolté, la pression de la prétendue volonté du peuple suisse nous a obligés d’intervenir en Somalie, pays où nous n’avions pas d’expérience de terrain. Quand les images de la Somalie ont commencé à affluer à la télévision et que le conflit a fait la une des journaux, nous avons reçu des centaines de téléphones par jour nous poussant à agir : “Pourquoi n’y êtes-vous pas, qu’est-ce que vous attendez ? Vous ne faites rien !” Pourtant depuis la fin de l’année 1991, nous suivions de près la situation. Nous étions désespérés parce que déjà à l’époque, nous présentions l’ambiguïté des secours d’urgence et de l’humanitaire. Lorsque l’aide humanitaire contribue à prolonger et à intensifier la guerre, que faire ?

9Votre action se poursuit-elle en Somalie aujourd’hui ?

10Elle continue par la force des choses... Mais nous essayons de faire passer l’aide humanitaire à la marge. Toutefois, en tant qu’organisation caritative, nous ne pouvons pas nier la fonction du Samaritain au bord de la route. Le secours d’urgence doit être conçu comme préalable au développement sinon on cultive la mendicité des populations au lieu de mobiliser les forces qui restent et aider au redémarrage de l’économie locale.

11Comment jugez-vous le rôle des Nations unies à partir de votre expérience du terrain en Somalie ?

12En Somalie l’ONU s’est constitué une structure de réalisation à trois niveaux : humanitaire, politique et militaire. Le problème réside en ce que les trois axes de l’ONU ne sont pas articulés entre eux mais parallèles. J’ai eu l’occasion de m’entretenir avec beaucoup de casques bleus qui n’avaient qu’une connaissance partielle et étroite de leur mandat. Par ailleurs, ce qui me frappe c’est le jeu politique très dangereux de l’ONU en Somalie. Les politiciens se servent du délai du 15 mars 1994 (date de la fin du mandat de l’ONU ou de sa renégociation) pour forcer “à fond la caisse” la structuration politique et civile des Somaliens en conseils de district. En faisant pression, c’est-à-dire en prolongeant leur ingérence tout en ignorant les constellations multiclaniques extrêmement complexes et largement incompréhensibles pour nous Occidentaux. Sur le terrain, les Anciens nous disent qu’ils ne veulent pas former de conseils de district avant le retour de leurs frères et sœurs. Précisons que la moitié de la population est déplacée et qu’il y a encore 350’000 réfugiés au Kenya. Je ne puis dire si cette réticence des vieux est une stratégie du style “reculer pour mieux sauter” dès le retrait des forces onusiennes, ou s’il s’agit d’autorités traditionnelles qui défendent réellement les intérêts de leurs communautés. De toute façon, ce qui est clair, c’est que l’ONU est en train de brûler les étapes de façon irresponsable. Prenez l’exemple de l’Ethiopie, c’est un autre type d’ingérence, un chantage économique au politique. Personne n’y investit, tout le monde est en “stand by” en attendant que le gouvernement fasse ses preuves et démontre qu’il est capable de réaliser des élections démocratiques. Tant qu’on ne votera pas, le peuple peut bien rester le ventre creux ! On a consenti des investissements faramineux pour promouvoir des élections et pousser à la démocratisation mais on s’abstient de toute action visant à faire redémarrer l’économie locale.

13Peut-on dire qu’il y ait une “bonneet une “mauvaiseingérence humanitaire ou la question est-elle ailleurs ?

14Du point de vue de l’ONG, ce n’est pas l’ingérence en tant que telle qui pose problème, ce sont les tensions engendrées par trois phénomènes. L’appel d’ordre éthique et moral qui engage à se porter au secours de ceux qui sont à bout de souffle ; la pression de l’opinion publique qui vous fait savoir que vous devez faire quelque chose tout de suite, massivement, et qui veut constater les premiers résultats plutôt avant-hier qu’après-demain ; enfin, la dimension économico-politique caractérisée par l’arrivée d’immenses contingents d’excédents de nourriture qu’il faut liquider d’une manière ou d’une autre. L’aide humanitaire est un terrain très pratique puisqu’il permet de rentabiliser les émotions au profit de considérations de politique interne. Ma problématique consiste à vivre ces tensions, ces pressions, tout en gérant de manière responsable l’argent qui nous a été confié. En Somalie, le diktat de l’urgence et sa médiatisation ont été particulièrement clairs.

15On a de nouveau entendu parler du Soudan il y a quelques mois, puis le silence-radio s’est imposé, ou devrait-on plutôt dire “silence-TV”, Pensez-vous que la “Chronique d’une ingérence annoncéeau Soudan ne soit plus au goût du jour politique et des médias ?

16Le Sud-Soudan constitue l’exemple inversé de l’ingérence humanitaire, la non-assistance à population en danger. Il s’y produit un génocide de grande envergure dont sont victimes les Noubas. Depuis plus d’un an, nous nous efforçons de créer un lobby en Suisse. Tous les mois, nous envoyons des informations sur la situation au Soudan qui sont distribuées à tous les journaux. Mais le fait est que nous n’arrivons pas à les placer. On essaye d’interpeller les journalistes, de les sensibiliser à la question du défi soudanais, mais non, ce type d’information ne se vend pas. J’ai l’impression que notre société est tellement amorphe qu’elle ne s’émeut que si elle est conditionnée dans ce sens et que si ce conditionnement fait recours à des images extrêmes : du sang, des morts, de l’horreur. Et là nous retrouvons le donateur et sa volonté sacro-sainte. C’est lui qui dit : Je veux que mes 10 francs aillent ici ou là. Or il faudrait qu’il comprenne qu’il n’y a pas de souffrance qu’en Somalie ou en Angola où on ne peut pas faire grand-chose de constructif actuellement, même du point de vue d’une aide humanitaire d’urgence. Nous aimerions avoir la possibilité d’élargir le champ de notre aide sans être soumis à l’effet pervers de la gestion des émotions par les médias de sorte que notre aide puisse être sensée, constructive et plus efficace.

Anmerkungen

1 Le kat est une herbe dont on mâche les tiges. Son effet est comparable à celui des feuilles de coca.

Diese digitale Publikation wurde durch automatische optische Zeichenerkennung erstellt.
Suche in OpenEdition Search

Sie werden weitergeleitet zur OpenEdition Search