Version classiqueVersion mobile

Dérives humanitaires

 | 
Marie-Dominique Perrot

Paroles

L’ingérence humanitaire et les médias

Entretien avec Jean-Philippe Rapp, journaliste, Journal télévisé, Télévision Suisse romande (TSR), Genève

Yvonne Preiswerk

Texte intégral

1Le lien entre image et action, la présence de la presse sur les lieux d’intervention, légitiment, d’une certaine manière, l’ingérence militaro-humanitaire. Comment s’accommode le journaliste de ce rôle politique de l’information ?

2C’est une situation que les journalistes connaissent assez bien. Les organisations humanitaires tentent, par tous les moyens, de nous utiliser. Elles recherchent à la fois une crédibilité et des fonds, tout en se livrant une forte concurrence. Les médias leur sont nécessaires pour transmettre leur message. Comment ces organisations s’y prennent-elles ? En associant les médias à des actions en cours. La proposition est séduisante : accès à des théâtres d’opération, à des événements qui nous sont, d’ordinaire, interdits, mais aussi réduction des frais de reportage. De telles ouvertures peuvent être ambiguës, même si la cause est noble. Limitation du regard, limitation du propos, limitation de la liberté d’agir. Autre exemple, certaines organisations humanitaires mobilisent des ambassadeurs et des ambassadrices qui, par leur renom, auront facilement accès aux médias, qui les choisiront parfois davantage pour leur notoriété que pour leur connaissance de la situation où l’organisation humanitaire est engagée.

3Pour séduire, ces organisations multiplient leurs “coups de gueule”, leurs déclarations. Même les plus discrètes et les plus soucieuses du devoir de réserve revoient leur position. Ce réajustement dans leurs attitudes les poussent, toutes, à emmener des journalistes dans leurs bagages. Cela leur permettra d’augmenter leur crédibilité, d’obtenir des fonds et de se montrer sous leur meilleur jour.

4Dans ce double compagnonnage, qui entre dans le jeu de qui, et pour quel profit ? Un double compagnonnage qui représente souvent un avantage. La réponse varie naturellement d’une situation à l’autre. Les organisations humanitaires essaient aussi de trouver une place dans les médias en produisant elles-mêmes des reportages sur leur propre action. Elles ont souvent leurs propres services audiovisuels. Une formule qui a moins de succès : langage inadéquat, autopublicité un peu lourde et maladroite. Pour parer à ces défauts, ces organisations engagent au contrat des professionnels de l’information. A charge pour eux de gommer cette autosatisfaction. Le résultat est meilleur, mais l’ambiguïté encore davantage présente.

5On sait aujourd’hui que l’image rend “vendablel’ingérence humanitaire qui fonctionne sur le registre de l’émotion. Se pose alors la question du choix des endroits névralgiques à montrer. Ainsi, pourquoi par exemple, en 1988, le Soudan n’est-il pas arrivé à se vendre malgré ses 250’000 morts de faim ? Les médias vont-elles seulement là où vont tous les autres ? Est-ce une question de visibilité politique consensuelle à laquelle on ne peut échapper ?

6Pour répondre sérieusement à cette question, il faudrait expliquer en détail les circuits qu’empruntent les informations, leur circulation au gré des intérêts politiques ou mercantiles, le mode de couverture sur l’ensemble de la planète qui engendre des zones d’ombre et des zones dont on parle énormément. Aucune télévision ne peut prétendre pouvoir agir seule, aucune n’a l’ubiquité ou l’instantanéité. Toutes doivent collaborer. Elles mettent donc en commun leurs reportages d’actualité et se les échangent ou se les vendent. Mais les plus puissantes, les plus performantes ont naturellement davantage de poids. La Télévision suisse romande est une télévision de moyenne importance. Elle ne produit que les 40 à 45 % de ce qu’elle montre. Elle ne peut être à la fois au Soudan, au Burundi, au Rwanda, en Amérique latine... Elle enverra, certes, ses propres équipes régulièrement à l’étranger, mais la plupart du temps elle s’approvisionnera aux images des autres. Elle suit le mouvement quand celui-ci se concentre en un point du globe. Comme les autres, elle hésite à parler d’une situation dont elle n’a aucune séquence à montrer.

7Dire qu’il y a une domination économico-politique d’un Etat lorsqu’il entraîne la masse mondiale des gens de l’image est juste, mais le mouvement n’est pas irréversible. Nous transmettons des images que nous ne maîtrisons que partiellement. Elles peuvent nous être offertes avec une “intention stratégique” pour accréditer une thèse... Double danger donc : ne pas parler d’une situation par manque d’images, en parler sous pression (surabondance d’images), en parler sans véritable vérification (en utilisant des images orientées dont on cherche à modifier le sens).

8Pour reprendre Virilio, je me sens journaliste lorsque que je relate des faits, mais je me sens “surjournaliste” chaque fois que j’en exploite le sens. Ce sens ne sera pas nécessairement donné par une contre-image, mais plutôt par un commentaire, une explication qui accompagnent le document visuel : des explications fournies soit par le journaliste, soit par un expert, un témoin, un acteur de l’action.

9Le choix du témoin permet-il plus d’adéquation entre image et réalité ?

10Je suis un médiateur qui doit, en priorité, donner le sens et si nécessaire davantage de crédibilité à l’image qui serait imparfaite ou manipulatrice. Ma fonction est de la choisir, de la tourner, de la proposer au public. L’expert, le témoin ou l’acteur n’interprète pas nécessairement l’image, il la resitue, le plus souvent, dans un contexte général.

11En tant que journaliste-reporter, je dois accréditer l’image que j’ai moi-même tournée, en tant que journaliste-médiateur (présentateur) je dois en assurer le sérieux et la nécessité. Je peux choisir de la diffuser tout en mettant le spectateur en garde contre son ambiguïté. Il faut alors qu’elle alimente impérativement un sens que je maîtrise. D’où la nécessité de sortir du rôle du journaliste omniscient et d’entrer dans celui du médiateur qui offre la possibilité de réfléchir ensemble : “je vous propose cette image à propos de laquelle nous nous posons des questions mais qui pourrait permettre de penser que...”

12Cependant la pression, la vitesse, l’absence de recul nous conduisent souvent à la faute. Lorsque nous proposons aux téléspectateurs l’image d’une Somalienne battue violemment par ses pairs, dans le champ d’une caméra, parce qu’elle aurait, semble-t-il, entretenu des liens avec des soldats américains en Somalie, nous nous trompons. La source n’est pas clairement définie, elle n’en recoupe pas d’autres, cette n’est pas révélatrice d’un phénomène d’ensemble. Il ne s’agissait, probablement, que d’un fait divers dont le déroulement aura été modifié par la présence même de la caméra. Nous avons été piégés par son caractère spectaculaire. Nous avons été piégés par notre manque de réflexion.

13Pour l’ex-Yougoslavie on ne voit plus tellement les casques bleus en action. Pourquoi ?

14On les voit moins parce qu’ils doivent obéir à des consignes sévères et que toute déclaration à la presse peut leur coûter cher. En revanche on entend davantage leurs responsables, ces généraux qui clament haut et fort, et avec beaucoup de pertinence, “Attention, tout le monde est responsable. Le problème est complexe, vous n’avez pas d’un côté les cow-boys et de l’autre les Indiens, les bons et les méchants...” Pourtant les médias, et en particulier la télévision, sont, par nature, réducteurs. Il faudrait d’emblée distinguer le tortionnaire et la victime. Le problème devient très complexe lorsque chaque camp est un peu tortionnaire et un peu victime. Il faut alors, parfois, qu’un personnage charismatique s’exprime (le général Morillon, le président du CICR Cornelio Sommaruga) pour qu’on revienne à davantage de nuances. Autre lacune dans les médias qui ont déjà oublié les errances informatives de la guerre du Golfe, l’absence sur le plateau de télévision des historiens et des géographes.

15En revanche, en Somalie, l’outrance de la mise en scène du débarquement US à seule destination des chaînes américaines a entraîné ailleurs dans le monde de violentes critiques télévisées. Mais il y a eu d’autres dérapages auxquels nous n’avons pas échappé. Les médias se sont concentrés sur ce qui paraissait le plus spectaculaire, c’est-à-dire un quartier de Mogadiscio où les soldats de l’opération “Restore Hope” recherchaient le général Aïdid. Hélas, le fait qu’aujourd’hui, un an plus tard on mange davantage et on meurt moins en Somalie est un message moins spectaculaire et nettement moins diffusé. L’essentiel du message était destiné au seul public américain afin de le rassurer sur le sort des boys.

16Savez-vous en tant que journaliste que vous faites allégeance à la politique américaine ?

17Dans presque toutes les situations, des Etats ou des groupes tentent de manipuler les journalistes. Cela se fait par tous les moyens. Refus de visa, contrôle des déplacements, censure, mainmise sur certains modes de transmission. La faiblesse des moyens de certains médias, les pressions économiques ou politiques, la concurrence débridée facilitent encore les choses. Nous courons le risque d’une allégeance à la politique de celui qui maîtrise l’essentiel de la communication. C’est à la fois complexe et beaucoup plus simple. Lorsque nous ne parlons pas du Burundi, de l’Angola ou de Madagascar, cela relève de notre responsabilité. Il faut oser, faire preuve d’imagination, rechercher des archives, utiliser des cartes, trouver un témoignage extérieur, tout plutôt que le silence...

18Surgit alors une autre difficulté, celle du langage très conventionnel qu’utilisent les professionnels. Ceux-ci sont souvent plus intolérants que le public. Ils modifient à grand-peine leur façon de raconter le monde. Nous nous fixons nous mêmes nos étroites limites.

19Par ailleurs je revendique totalement le fait d’avoir une histoire personnelle, une culture, un point de vue, une crédibilité et l’ambition que le reportage que je fais ou le journal que je présente aient mon empreinte. Je crois à l’honnêteté, non à l’objectivité. Et l’honnêteté me force à dire qu’on ne peut faire un métier aussi exposé sans commettre une faute un jour ou l’autre.

20On sait aujourd’hui que ce sont les images qui font l’événement et non le contraire. On connaît aussi l’effet de saturation. Comment décide-t-on ce qu’on va privilégier, par exemple plutôt la Somalie, plutôt l’ex-Yougoslavie ? Quel genre d’ingérence va choisir le journaliste ?

21Il n’existe pas un public, mais un “conglomérat” de publics. Les différents éléments de ce conglomérat ont chacun leur histoire, leur identité, leur niveau de connaissance. Ils n’ont pas tous entendu la même histoire, certains l’ont suivie de bout en bout, d’autres par à-coups. Difficile de resituer à chaque fois l’événement. Je m’adresse à quelqu’un qui sait et quelqu’un qui découvre. Mais l’événement que je lui rapporte me permet, en principe, de revenir sur l’ensemble de la situation.

22Selon les cas, le sujet a un caractère empathique (intervention humanitaire, changement de régime en Roumanie). S’exerce alors une autre pression sur le journaliste qui risque d’être moins vigilant que d’ordinaire. Il se sentira porté par une certaine attente du public, au détriment d’une hiérarchie de l’information. Cette hiérarchie doit tenir compte de plusieurs paramètres : importance de la nouvelle, lien avec le public visé, caractère exemplaire. On peut également être surpris par le changement d’attitude d’un des acteurs de la communication, par la nouveauté. Au début de la guerre du Golfe, CNN signe des contrats avec une centaine de télévisions dans le monde qui soudain peuvent s’approvisionner à une source ininterrompue. Nous commencerons par le faire sans discernement jusqu’au moment où l’orientation et les méthodes nous apparaîtront clairement. L’information fournie par CNN ne nous concerne pas en priorité, elle ne s’adresse pas à notre public. De même à Bucarest. Au plus fort des événements, nous avions la possibilité, nouvelle, de pouvoir capter, sans interruption, le programme de la télévision roumaine. Nous l’avons considérée comme crédible, alors que les journalistes avaient été purement et simplement remplacés par les responsables politiques du coup d’Etat. La désinformation était une arme de guerre qu’ils utilisaient à seule destination des camps en présence. Résultat : par précipitation, par manque de discernement, plusieurs télévisions occidentales ont repris plusieurs fausses informations. Et difficile aussi de distinguer le bon grain de l’ivraie... Il suffit qu’une chaîne se trompe pour qu’immédiatement on parle du mauvais fonctionnement de la télévision.

23Autre exemple d’une manipulation à plus grande échelle encore. Vers la fin de la guerre du Golfe, nous avons reçu une séquence tournée dans le Koweït libéré. On y voyait un hélicoptère au-dessus de l’ambassade américaine. Des hommes en descendaient le long d’une corde et prenaient pied sur le toit. Selon les agences, ces soldats agissaient ainsi parce qu’ils craignaient que les Irakiens n’aient miné le bâtiment avant leur départ. Mais quelques jours plus tard nous apprenions que ce bâtiment ne représentait aucun danger puisqu’il avait été nettoyé une semaine plus tôt par voie terrestre. Les Américains avaient donc mis en scène cette séquence. Dans quel but ? Peut-être pour gommer dans la mémoire collective américaine un mauvais souvenir. L’image de l’humiliation, lorsque le personnel de l’ambassade de Saigon quittait précipitamment les lieux et cherchait à s’accrocher aux patins du dernier hélicopère qui s’envolait alors que l’adversaire entrait dans les jardins de cette même ambassade. Et si la guerre du Golfe, menée par des anciens du Vietnam, avait été un excellent prétexte pour une grande opération de propagande, savamment organisée par de puissantes agences de relations publiques... Histoire de gommer d’autres mauvais souvenirs encore. On comprend mieux alors les “informations” sur la guerre technologiquement maîtrisée.

24Il faut que j’ajoute qu’aujourd’hui, si je souhaitais parler de la Somalie ou du Koweït je devrais attendre un événement majeur qui mobiliserait l’attention d’une partie du monde sur ces régions ou décider d’envoyer une équipe de reportage sur place ; mais nos moyens sont limités.

25Les médias n’étant pas égaux devant l’événement, quelle est la marge de liberté qui reste au journaliste ?

26La liberté de faire preuve d’imagination. Les images manquent ou ne nous conviennent pas, il faudra exprimer les choses différemment lors de l’envoi d’équipes de reporters sur le terrain, ne pas chercher à se joindre au plus grand nombre pour filmer les mêmes choses, mais privilégier une approche originale. Que des pressions s’exercent, que l’on tente d’exercer sur nous des formes de censure, c’est dans la logique du système. A nous de les détourner, à nous de ne pas y céder. Lors du coup d’Etat qui élimina brutalement Thomas Sankara au Burkina Faso, il se déroula une scène magnifique et exemplaire. Imaginez : la tension, la violence. Les troupes des putschistes prennent la radio-télévision à Ouagadougou. Ils interpellent un journaliste pour qu’il lise devant la caméra le message des nouveaux dirigeants. L’homme prend le texte entre ses mains, l’examine avec attention et le rend à ses auteurs en disant : “je ne peux pas le lire.” La tension monte encore d’un cran. “Pourquoi ?” demandent les militaires extrêmement excités. “Parce que je ne sais pas traduire un terme... celui de renégat...” A ma connaissance, on n’a jamais revu ce journaliste vivant.

27L’ingérence humanitaire est un produit, soit construit, soit manipulé. Existerait-elle sans les médias ?

28Non, je ne le pense pas, l’ingérence humanitaire ne s’imagine pas sans l’utilisation des médias. C’est l’un des canaux pour recueillir des fonds et pour expliquer l’usage que l’on en fait. Dans ce système, le journaliste que je suis peut être pris en “otage” et se trouver dans l’incapacité de dominer la situation, d’en tenir tous les éléments. Il me sera nécessaire, alors, de prendre de la distance. Pas facile. Pas toujours facile, vraiment.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search