Version classiqueVersion mobile

Dérives humanitaires

 | 
Marie-Dominique Perrot

Paroles

Entre non-ingérence et besoin d’aider : l’humanitaire d’Etat

Entretien avec Hans Schellenberg, chef de section, Direction de la coopération au développement et de l’aide humanitaire (DDA), Berne

Marie-Dominique Perrot

Texte intégral

1La Suisse est un pays neutre ; c’est aussi un pays où la tradition humanitaire, avec notamment la Croix-Rouge, s’est constamment appuyée sur l’idée d’impartialité dans l’aide apportée aux victimes des catastrophes humaines ou naturelles. Le droit d’ingérence humanitaire, que les Etats les plus puissants s’accordent à eux-mêmes, a-t-il provoqué un débat parmi les responsables de l’humanitaire d’Etat en Suisse ? De ce point de vue, peut-on parler en Suisse d’un “avant” et d’un “après” l’introduction de la notion et des pratiques d’ingérence humanitaire ?

2Je ne vois personnellement pas de grande différence dans la politique suisse après 1988, après les premières ingérences de type dit humanitaire, si ce n’est la plus grande difficulté pour la Suisse de jouer un rôle bien à elle. Le jeu politique ou comme nous disons en allemand, l’humilitaire (hum(anitär-militär), ne l’intéresse pas vraiment. Malheureusement, cela signifie aussi que nous n’avons pas de stratégie claire. Du côté gouvernemental, on essaye tant bien que mal de développer quelque chose allant dans le sens d’une politique, mais je ne crois pas tellement à ces efforts. A supposer que nous ayons des casques bleus, il serait de toute façon impensable de les utiliser sur le terrain de l’ex-Yougoslavie par exemple. Alors, puisque ni l’intervention sur la scène politique, ni celle sur la scène militaire n’est envisageable, il nous reste l’humanitaire. L’importance de la participation suisse aux actions humanitaires dans cette région est avant tout l’expression de cette impuissance politique. Les 80 millions de francs envoyés en ex-Yougoslavie au titre d’aide humanitaire représentent le seul instrument de politique étrangère suisse. On se rabat, faute d’autre chose, sur l’humanitaire qui s’inscrit dès lors dans une dynamique qui lui est propre et qui s’autoreproduit, un certain type d’activisme. C’est cela dont j’ai peur. En outre, l’effort particulier de l’humanitaire suisse en ex-Yougoslavie est animé par une perspective eurocentriste : le peuple suisse admet mal que des Européens vivent en-dessous d’un certain niveau de vie et puis il y a la peur d’une extension du conflit, de la proximité de la guerre.

3Doit-on faire une distinction, dans la logique de l’humanitaire, et dans celle de l’ingérence au sens large, entre l’aide humanitaire que j’appellerais “classique” et les activités du corps suisse en cas de catastrophe ?

4Oui, je dirais que la tendance du corps suisse en cas de catastrophe est de ne pas beaucoup tenir compte des besoins du tiers monde, en tous cas moins que dans le cadre de l’aide humanitaire classique et de l’aide au développement. Il est soumis à d’autres pressions, internes. Tout d’abord, il y a chez nous en Suisse l’envie d’occuper le terrain, de se mettre en scène. Or, il n’y a pas assez de tremblements de terre ou d’éruptions de volcan pour occuper le corps suisse en cas de catastrophe et ses quelque 1 000 volontaires. La question qui se pose alors est la suivante : que donner à faire aux pompiers lorsqu’il n’y a pas assez d’incendies ? On compte seulement environ 30 volontaires sur le terrain en dehors des périodes de pointe”. Par ailleurs, il arrive un moment où les candidats volontaires, ceux qui ont rempli un formulaire et suivi un cours de préparation, souhaitent partir et le font savoir.

5Cette importance de l’offre de volontaires constitue-t-elle réellement une pression suffisante pour que l’on se décide à intervenir dans tel ou tel pays, sans que le besoin ne s’en fasse sentir du point de vue du pays d’accueil ?

6Ce n’est qu’un élément mais, qui ajouté à d’autres, nous pousse parfois vers des actions assez farfelues, notamment en ex-Yougoslavie. Si vous demandez à un Suisse moyen à quoi il pense quand on lui dit “humanitaire”, il vous décrira la descente de l’avion des volontaires dans leurs combinaisons oranges avec leur chien en laisse. Il y a une forte identification des Suisses à ces héros positifs que sont les volontaires en cas de catastrophe et pourtant ils ne représentent que 10 % des dépenses de l’Etat en aide humanitaire. Ils jouent un rôle important dans l’imaginaire suisse et le corps lui-même a besoin de participer, tous les 3 ou 4 ans, à une opération d’envergure ; lorsqu’ils peuvent envoyer leur “chaîne de sauvetage”, ils ont un véritable orgasme collectif. Même si la plupart déplorent la mise en scène, le rôle des média, de toute façon la pression de l’opinion publique fait le reste.

7Quelle est votre expérience de l’ingérence humanitaire sur le terrain, dans le cadre des opérations humanitaires les plus courantes (90 % des activités) ?

8Je considère comme “ingérencele fait d’apporter de l’aide là où tout le monde en achemine déjà avec comme conséquence “l’oublides autres victimes. C’est peut-être une façon indirecte de traiter de l’ingérence humanitaire mais cela me semble important car la Suisse a, de ce point de vue, une politique intéressante. Prenons l’exemple des Kurdes en Irak après la guerre du Golfe en 1991. Nous avons envoyé quelques camions ou quelques avions aux Kurdes, côté turc ; en Irak, c’était impossible. Ce fut cette petite opération qui reçut l’attention des médias, ce fut elle qui fut transcrite en images à la télévision. Par ailleurs, nous avons emprunté au gouvernement iranien une partie de leur stock de céréales contre la garantie de la leur rendre dans les trois mois. On a pu, grâce à cette opération, faire parvenir 5500 tonnes de nourriture, soit 50 fois plus que ce qui avait été livré sous l’œil de la caméra aux Kurdes, côté turc. Cette opération fut bénéfique aux Kurdes réfugiés en Iran auxquels ni les médias, ni l’opinion publique ne s’intéressaient particulièrement. En Somalie, l’action humanitaire avait pris une telle ampleur que, lorsqu’on nous a demandé notre participation, nous avons refusé. Les fonds que nous avions encore à disposition pour l’Afrique ont été donnés au Mozambique, pays qui n’a rien de médiatique. Depuis quelques années, nous sommes plus attentifs aux grandeurs respectives des actions humanitaires, à l’équilibre à conserver entre les situations de catastrophe humanitaire. En Somalie, tout nous poussait à investir : la Chaîne du bonheur, l’opinion publique, mais nous avons résisté.

9Le même souci existe dans notre action en ex-Yougoslavie. Nous avons eu pour préoccupation de nous en tenir au plus près des souffrances des gens et ceci en écartant le critère politique. Pour moi, c’est cela la non-ingérence, faire parvenir l’aide suisse, via les Nations unies et le CICR, aux régions sous contrôle serbe là où les gens ont les conditions de vie les plus difficiles et pas seulement du côté croate, “politiquement correct”. Dans des régions comme le Kosovo, le Monténégro, il existe des centaines de milliers de réfugiés et la paupérisation de la population est terrible. Nous essayons dans ce contexte d’aller à l’encontre d’un certain “favoritisme”. Maintenir les principes humanitaires avant les considérations d’ordre politique, c’est cela pour moi la non-ingérence, même si nous ne vivons naturellement pas dans un vacuum politique.

10Dans certains pays, notamment en Afrique, l’aide humanitaire tend à prendre une importance croissante. La frontière entre aide humanitaire et aide au développement ne tend-elle pas à s’estomper ?

11Si l’on prend le cas du HCR, ce dernier s’occupe avant tout des besoins de base : tentes, nourriture, eau potable. Mais la tendance existe un peu partout d’aller au-delà de ce type d’action. Il est alors question des quick impact projects au moyen desquels on tente d’intégrer l’aide humanitaire dans un projet de nature plus économique. A mon avis, c’est une bonne chose, sauf que les spécialistes du HCR ne sont pas réellement outillés pour ce genre d’actions. Le CICR lui aussi se charge dans certaines régions en Afrique de la vaccination du bétail ou s’occupe des chameaux. Il est toujours possible de justifier ces nouvelles opérations car indirectement, il s’agit de la survie des populations. Par ailleurs, dans nombre de pays où la DDA a développé une présence continue et importante, la détérioration des conditions de vie (que l’on peut expliquer de diverses manières, notamment par les guerres qui déchirent ces pays) a amené le gouvernement suisse à financer des actions humanitaires afin de sauver ce qui, du développement, pouvait encore l’être. On peut citer à cet égard le Rwanda, Madagascar, le Pérou. Actuellement, il faut déployer passablement d’énergie pour pouvoir jouer la carte du tiers monde. Dans le cadre du crédit supplémentaire de 10 millions octroyé à l’ex-Yougoslavie, nous avons réussi à obtenir 15 millions pour la lutte contre la sécheresse en Afrique australe, en “liantles deux situations. C’est une opération dont on peut dire qu’elle a été un succès. Grâce au système d’alerte fondé sur les photos satellites, nous avons pu avoir une action de réelle prévention. La collaboration a bien joué avec le PAM, la CEE et les grands exportateurs de céréales. Mais c’est parce que nous avons profité de “l’effet Yougoslavie” que nous avons obtenu de quoi participer à cette action car, sinon sans images de famine (inexistantes, puisque justement il s’agissait de prévenir cette dernière), cette action n’aurait sans doute pas été possible.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search