Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dérives humanitaires

 | 
Marie-Dominique Perrot

Dérives humanitaires

Marie-Dominique Perrot

Texte intégral

1S’ingérer signifie “s’introduire indûment sans en être requis ou en avoir le droit”. Le droit d’ingérence renvoie donc littéralement au “droit de s’introduire dans les affaires intérieures d’un autre Etat sans en avoir le droit”. Ce paradoxe se dénoue, apparemment, de deux façons : d’une part, en invoquant la légitimité du droit d’ingérence à partir des résolutions onusiennes qui émanent soit de l’Assemblée générale soit du Conseil de sécurité ; d’autre part, en joignant à l’ingérence le qualificatif d’humanitaire ce qui, d’avance, est censé absoudre toute entreprise effectuée en son nom. Aujourd’hui trois cas d’ingérence humanitaire caractérisée, en Irak, en Somalie et en ex-Yougoslavie, offrent le recul nécessaire pour faire un premier bilan de cette démarche bien particulière. Journalistes, hommes politiques, porte-parole de différentes organisations humanitaires, intellectuels ne se sont d’ailleurs pas fait faute d’examiner, de commenter, de juger, de défendre, de critiquer l’ingérence humanitaire en tant que telle ou d’évaluer l’action de n’importe lequel de ses protagonistes. Pourtant, en dépit des nombreux ouvrages, articles, émissions de radio ou de télévision consacrés au sujet, celui-ci est loin d’être épuisé. Ceci non pas tant à cause des multiples situations de conflit qui pourraient maintenir vivaces les raisons d’intervenir et partant celles de s’interroger. Il semble tout au contraire qu’au vu des situations en ex-Yougoslavie et en Somalie, aux piètres performances de l’humanitaire d’Etat dans ces pays et à leur coût prohibitif, on doive s’attendre à un progressif recul des grandes croisades humanitaro-militaires.

2Toutes les leçons n’ont cependant pas encore été tirées des trois expériences d’ingérence humanitaire auxquelles nous avons assisté depuis 1990 ; de même, certaines questions importantes les concernant restent sans réponse satisfaisante pour la simple raison qu’elles n’ont pas été extraites de la gangue d’évidences qui les maintient prisonnières.

3Nous avons donc pensé qu’il fallait revenir sur la problématique de l’ingérence humanitaire en attendant que la communauté internationale “passe à autre chose”, comme elle sait si bien le faire dans les moments délicats où rien n’a été résolu, mais où il faut de toute urgence jeter un nouvel os dans la gueule de l’avenir et de la poudre aux yeux des médias.

4Avec l’introduction du droit d’ingérence humanitaire, les puissances qui comptent sur l’échiquier international ont maintenant les coudées encore plus franches. Elles peuvent laisser pourrir une situation ou provoquer délibérément la déchéance d’un Etat (pour différentes raisons, propres à la vision qu’elles se font de leurs intérêts) pour ensuite intervenir au nom de l’humanitaire. Mais elles peuvent tout aussi bien provoquer la dégradation d’une société et de son gouvernement, sans pour autant intervenir et en invoquant le principe de non-ingérence dans les affaires intérieures d’un Etat pour justifier leur abstention. Le fait est qu’on ne sait plus bien, aujourd’hui, quand il y a ingérence ou s’il y a ingérence, tout comme on n’arrive plus à distinguer clairement l’humanitaire du politique et du militaire. Situation étrange puisque depuis la guerre du Golfe, ce qui semblait mobiliser les “grands” de ce monde était, ironiquement, l’instauration d’un nouvel ordre mondial. La résolution 43/131 du 8 décembre 1990, votée par l’Assemblée générale, prévoyait, quant à elle, l’instauration d’un Nouvel ordre humanitaire international. Ces tentatives solennelles s’inscrivent parfaitement dans le cadre du réflexe qui s’empare des Nations unies quand, dans un domaine particulier, les déséquilibres prennent des dimensions alarmantes qui imposent de leur part une initiative destinée à trancher d’avec la routine. Ainsi en fut-il avec le Nouvel ordre économique international ou le Nouvel ordre international de l’information.

5Aujourd’hui tout se passe comme si nous étions entrés dans une ère où le droit et la morale se mettent au service de l’humanitaire, tandis que ce dernier sert de couverture aux nouveaux enjeux politiques et stratégiques. Que cherche-t-on à conserver, protéger ou prolonger sous cet étalage médiatisé d’indignations collectives et de bons sentiments ? Le Nouvel ordre humanitaire servirait-il à faire oublier ce qui de “l’ordre international” est inacceptable et injuste ? Car il s’agit de ne pas se laisser abuser par la façon dont on définit certains conflits en termes de “catastrophes humanitaires” plutôt qu’en tenant compte du cynisme politique et de l’état des rapports de force.

6L’expression de “droit d’ingérence humanitaire” ou de “devoir d’ingérence”, selon que l’on mette l’accent sur le juridique ou l’éthique, obéit à cette “tournure d’esprit occidental” qui s’attache à jumeler étroitement des logiques contradictoires. On fait “comme si” on avait trouvé la formule magique qui permet de gagner sur deux tableaux opposés sans rien avoir à céder pour autant. Double contrainte qui, loin de n’être qu’un paradoxe logique, reflète et détermine des pratiques importantes. Celles-ci ne sont pas aussi nouvelles qu’on veut le croire, mais elles sont légitimées différemment, comme si le “produit ingérence” nécessitait une publicité plus moderne, mieux à même de mettre en valeur l’empressement humanitaire à alléger les souffrances d’autrui.

7Par ailleurs, l’exercice du droit d’ingérence humanitaire a mis en lumière de façon aveuglante la fiction que représente le principe d’égalité souveraine entre les Etats ; mais au-delà de ce constat qui, en soi, n’est pas nouveau, se posent un certain nombre de questions.

8Jusqu’à présent, les interrogations soulevées par l’ingérence humanitaire se sont logées dans la question du “comment”. Comment assurer ses intérêts politiques sous le couvert d’activités humanitaires ? Comment atteindre réellement les victimes grâce aux nouveaux couloirs humanitaires ? Comment mobiliser l’opinion publique afin que, sollicitée par les médias, elle réagisse avec son cœur et son portefeuille ? Comment rester indépendant, impartial et neutre dans des situations où les victimes se muent en agresseurs, où les agresseurs sont aussi des victimes et lorsque les humanitaires se font traiter comme des agresseurs ? Comment mieux comprendre l’enjeu qui se donne tantôt comme un Nouvel ordre humanitaire tantôt comme la poursuite d’une politique aussi ancienne que le mariage de Machiavel et de Dame Philanthropie ? On le sait, les problèmes posés ici ont donné lieu à de multiples prises de position et de nombreux développements. S’ils demeurent souvent sans solution ou sans réponse, ils ont du moins été posés dans leur complexité, ce qui est loin d’être négligeable. Cependant, en amont des “comment” se dresse la question du “pourquoi”, de l’origine, de la cause, et en aval, celle des effets.

9Pourquoi l’ingérence humanitaire s’est-elle imposée si facilement ? Pourquoi admet-on généralement avec une relative facilité, ou dans l’indifférence, la suprématie d’un système de relations économiques internationales, pourvoyeur d’inégalités inadmissibles, alors qu’en revanche on trouve inacceptables les souffrances physiques, causées par la guerre ou la famine ? Quelle est la nature du mouvement général de substitution : substitution de la recherche de la justice par la charité, de l’éthique par un pseudo-droit hâtif et paresseux, du politique par l’humanitaire ? En quoi les pratiques d’ingérence humanitaire telles que nous avons appris à les connaître rompent-elles réellement avec les relations internationales “traditionnelles” ? Y a-t-il changement, et si oui quelle en est la part véritable ? “L’engrenage humanitaire” dont la mise en place emballait, il y a encore peu, Bernard Kouchner a-t-il fait long feu ? Sur un autre registre, l’ingérence humanitaire ne serait-elle pas la continuation de la coopération au développement par d’autres moyens, une prolongation de type régressif de l’aide aux pays pauvres, un aveu d’échec converti en urgence ? Quel est l’effet pour les populations, pour les sociétés, de la substitution progressive des objectifs politiques ou des projets de développement par une assistance humanitaire dictée par le caractère immédiat des problèmes ? Comment l’ingérence humanitaire s’y prend-elle pour cacher la volonté de non-ingérence, la hantise et la peur d’intervenir ? Quels sont les résultats politiques de l’organisation de la charité par ceux-là même qui, en maintenant un certain “ordre international” créent les conditions qui la rendront forcément indispensable ? D’où vient, finalement, ce souci humanitaire, que l’on trouve, certes, codifié à l’intérieur de chaque société, mais jamais, si ce n’est de la part des sociétés industrielles occidentales, projeté aux quatre coins du monde ?

10Il ne faudrait pas chercher pour chacune de ces questions des réponses dans les articles qui suivent, mais bien des pistes de réflexion, de nouvelles hypothèses, des éléments d’explication, proposés aussi bien dans les articles que dans les témoignages.

11Cet ouvrage débute par la contribution d’un juriste. En effet, il nous a semblé important de poser, d’entrée de jeu, le cadre à l’intérieur duquel se trament les rapports entre ingérence humanitaire et droit international. Tant de glissements de sens, de malentendus entretiennent un flou qui, finalement, profite à ceux des acteurs politiques qu’intéresse l’ingérence plutôt que l’humanitaire. Bernhard Graefrath offre une synthèse éclairante des dispositions de droit international et du contenu des principales résolutions touchant l’ingérence humanitaire. Il montre, à l’aide d’exemples, comment on en est venu à faire se confondre, pour des motifs politiques, le droit et le fait accompli. On ne peut accuser les juristes d’être “contre” les actions humanitaires et pourtant, comme le documente Graefrath à l’aide de nombreuses références, la plupart des juristes de droit international refusent d’accorder à l’ingérence humanitaire un statut légal lorsque celle-ci est le fait d’Etats individuels. Ils craignent que les peuples aient plus à souffrir, tout compte fait, d’un affaiblissement du droit international qu’à se réjouir des résultats de l’ingérence humanitaire. Tout autre est le point de départ de l’article de Gilbert Rist. Il introduit une question qui, à notre connaissance, n’a pas sérieusement été débattue, et qui porte sur la raison qui fait surgir et se développer les préoccupations humanitaires “externes” (celles qui ne relèvent pas de l’humanitaire “endogène”, ou dit “de proximité”). Pourquoi, demande également l’auteur, cette fascination pour l’humanitaire alors “qu’il y a vingt ans à peine, on se préoccupait d’agir sur les causes de la misère et de transformer les structures ... plutôt que de céder à la charité spontanée, considérée comme purement palliative” ? Il invite le lecteur à faire un détour par les fonctions clés de l’imaginaire de populations fort anciennes qui, seules, expliqueraient comment d’antiques pratiques rituelles forment le soubassement mythique, donc efficace, des pratiques modernes, sans cela inexplicables. Et si la conséquence principale de l’ingérence humanitaire était d’habituer l’opinion au principe d’une ingérence généralisée, à chaque fois légitimée par un adjectif irréfutable et péremptoire : humanitaire d’abord, démocratique ensuite, écologique, économique ? C’est là une des questions soulevées par l’article de Marie-Dominique Perrot, qui s’attache à remonter le cours de l’ingérence humanitaire en tant que notion, pour se retrouver en compagnie des mystiques et des poètes. Sa démarche vise aussi à démystifier la légitimité de l’ingérence, consensuelle parce qu’humanitaire, dont se parent les nouveaux Etats secouristes. Elle tente de montrer comment la “stratégie d’euphémisation” permet, avec l’expression d’ingérence humanitaire, de sceller le mariage paradoxal entre l’illégalité et de devoir. C’est à une réflexion sur les conséquences, pour l’action humanitaire, de la multiplication des acteurs, que nous invite Jacques Forster. L’humanitaire devenu un élément parmi d’autres de la politique étrangère des pays, le risque, en situation de concurrence, de voir surgir une “sous-enchère” humanitaire, les relations avec les médias qui portent en elles le danger de manipulation humanitaire, le nouveau rôle des Nations unies, tels sont certains des problèmes soulevés par l’auteur qui plaide, en conséquence, pour une stricte séparation entre la fonction des Etats et celle des organisations humanitaires. “Dans le contexte des relations Nord-Sud, une telle répartition des tâches peut éviter que l’action humanitaire soit perçue comme un instrument de plus à la disposition des pays industrialisés ; elle n’en sera que mieux acceptée par les pays en développement.” C’est avec l’article de François Piguet que se clôt la première partie de l’ouvrage. L’auteur considère les “faits d’ingérence” à travers la loupe de situations telles que celles de la Corne de l’Afrique, de la guerre au Sud-Soudan, de l’Irak du Nord, de la Somalie. Il fait porter son analyse en particulier sur les perversions entraînées par la médiatisation de l’humanitaire et les effets de l’aide humanitaire sur les pays dits bénéficiaires ainsi que sur le moment choisi pour acheminer cette dernière. “La problématique centrale dans les pays bénéficiaires de l’aide humanitaire tourne autour de la question, ‘pourquoi toujours trop tard ?’ Cet état de fait entraîne dans la plupart des cas une intervention massive en phase d’urgence extrême, laquelle justifie en dernier ressort l’acte d’ingérence.”

12La rubrique “controverses” inclut dans ce premier numéro des nouveaux cahiers de l’IUED, deux réactions : celle de Fabrizio Sabelli à propos de l’article de Marie-Dominique Perrot, et celle de Christian Comeliau en réponse à la contribution de Gilbert Rist.

13Les témoignages qui suivent les articles de fond nous aident à envisager la problématique de l’ingérence humanitaire dans une perspective liée de plus près aux différents terrains : terrain institutionnel (Paul Grossrieder, CICR ; Hans Schellenberg, Aide humanitaire, Berne), terrain des médias (Jean-Philippe Rapp, journal télévisé, SSR), terrain somalien (Yves Audéoud, Caritas-Suisse). Enfin, Delphine Bordier, après avoir opéré une sélection à l’intérieur de l’abondante littérature consacrée au thème de l’ingérence humanitaire, en fait le commentaire critique sous forme d’article bibliographique. Cette contribution est complétée par une bibliographie.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.