Version classiqueVersion mobile

Écologie contre nature

 | 
Fabrizio Sabelli

Controverses

Nations sans frontières ?

Christian Comeliau

Note de l’auteur

Voir l’article de Jim Puckett, pages 75 à 85

Texte intégral

1Thème central de l’ingérence écologique, le choix d’un système de décision qui soit à la fois écologiquement efficace et politiquement (ou moralement) acceptable paraît décidément bien difficile à mettre au point. Le texte de Jim Puckett, que j’approuve dans sa majeure partie, constitue un bon exemple de cette difficulté.

2Que le souci écologique soit aujourd’hui la source, et aussi l’alibi, des prétentions totalitaires d’un colonialisme environnemental de la part des plus puissants, c’est une évidence. Que cette même préoccupation, aussi désintéressée soit-elle, implique nécessairement des atteintes à la souveraineté de certains décideurs, fussent-ils nationaux, c’est aussi une évidence. Que les conflits inévitables demandent à être arbitrés par un système de décision tenant compte des intérêts du plus grand nombre et non pas seulement de ceux d’une minorité, aussi puissante soit-elle, c’est encore un principe certain, mais c’est aussi, après tout, le plus vieux problème politique du monde ; d’où les réticences des puissants, parfaitement illustrées par l’exemple de la Convention de Bâle que décrit Jim Puckett, à se prêter au jeu des votes à la majorité.

3Tout cela doit être dit, mais ne suffit pas, me semble-t-il, à proposer une perspective et surtout à définir une solution satisfaisante. Pourquoi ? Parce que la règle de la majorité des votants, justement, ne garantit nullement que les intérêts du plus grand nombre soient effectivement sauvegardés à longue échéance.

4Je ne crois pas nécessaire de revenir ici sur l’analyse mille fois développée des difficultés de fonctionnement de la démocratie électorale et du système de vote à la majorité. Je voudrais seulement insister sur la difficulté centrale de ce système dans le domaine des enjeux écologiques, et montrer comment elle se traduit par diverses ambiguïtés dans le raisonnement qui nous est proposé ici.

5La difficulté centrale est justement celle de la responsabilité de lidentification des véritables enjeux, dans les politiques qui mettent en cause le respect des écosystèmes. En quoi le fait que la population des pays du Sud constitue les quatre cinquièmes de celle de la planète asssure-t-il que les enjeux essentiels de la survie de cette planète seront pris en considération ? Faut-il vraiment se résoudre à admettre que les abus écologiques perpétrés dans l’histoire du développement du Nord – et qui ne semblent d’ailleurs nullement terminés – autorisent le Sud à commettre les mêmes abus sous prétexte que le mode de développement dominant est à la fois mimétique et inévitable ?

6Je n’ignore pas, bien sûr, l’extrême difficulté politique de cette objection : de quel droit interdire à d’autres l’accès au mode de consommation qui est le nôtre – et auquel nous n’entendons évidemment pas renoncer – sous prétexte que la généralisation de ce mode de consommation ne serait tout simplement pas “soutenable” en termes de ressources et d’équilibres écologiques ? Mais cette difficulté politique ne permet pas d’éviter une exigence inéluctable : sauf à envisager une véritable guerre ou un colonialisme encore infiniment plus répressif que le précédent, le monde sera bien forcé, en toute hypothèse, de trouver un jour une réponse satisfaisante à cette folie des comportements liés à la modernisation, et donc à couper court à leur extension indéfinie. Cette réponse sera obligatoirement novatrice dans son arbitrage, et non pas répétitive par rapport au passé. Mais Jim Puckett ne nous montre pas qu’elle doit l’être, et semble se satisfaire d’un simple transfert de pouvoir à la majorité.

7Je n’ignore pas non plus l’affirmation explicite de l’auteur, selon laquelle les erreurs passées des pays de l’OCDE ne doivent pas être répétées par les pays du Sud et que c’est justement là que se situe la division Nord-Sud : entre les pays qui doivent être taxés en raison des dégâts écologiques de leur mode de développement, et ceux qui doivent être subventionnés pour éviter les mêmes erreurs. Mais si j’admets le principe de cette distinction, je ne crois pas qu’elle suffise à régler le problème, loin de là, et il me paraît nécessaire d’en dénoncer à nouveau le simplisme. Pourquoi l’assistance financière prévue à cet effet aurait-elle plus de chance d’être efficace que la tristement célèbre assistance au développement ? Suffit-il de subventions pour éviter les erreurs ?

8On revient ainsi peu à peu au problème de base évoqué au début de cette critique. L’assistance demandée devrait être acquise grâce à la pression des pays “progressistes” : mais qui sont aujourd’hui les pays progressistes en cette matière ? Ou, plus précisément, en quoi consiste le progressisme dans ce domaine ? Le texte évoque les lois dont nous avons besoin : mais suffit-il de réunir une majorité pour que ces lois se trouvent immédiatement énoncées ? Qui définira précisément les exigences de la survie et de la justice dans le respect des écosystèmes, qui éclairera les décisions d’une “majorité bien intentionnée” si celle-ci venait au pouvoir ?

9Si la solution proposée est simpliste, ou si elle ne constitue pas encore une véritable solution, c’est précisément parce que le débat politique qu’elle réclame légitimement ne peut pas encore se concentrer sur des options qui soient suffisamment claires quant à leurs enjeux de très long terme, et suffisamment imaginatives pour constituer, en tenant compte de ces enjeux communs, un véritable arbitrage entre des intérêts légitimes mais inévitablement divergents.

10C’est à l’exploration, puis à l’analyse systématique de tels enjeux et de tels arbitrages qu’il faut désormais consacrer de nouveaux efforts, si l’on prétend répondre aux revendications de ceux qui, comme Jim Puckett et de très nombreuses associations, plaident passionnément pour une plus grande justice écologique et sociale.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search