Version classiqueVersion mobile

Écologie contre nature

 | 
Fabrizio Sabelli

Controverses

Les oscillations paradoxales de la pensée écologique

Alain Clerc

Note de l’auteur

Voir l’article de Claude Raffestin, pages 41 à 51.

Texte intégral

1La pensée écologique telle qu’elle est perçue aujourd’hui, dans sa perspective idéologique, déliée de son statut scientifique, constitue un paradoxe en elle-même.

2A la fois constat d’une apparente impuissance de la technique à résoudre les problèmes issus de notre développement, elle est aussi la résultante la plus évidente de cette même technique. Fille de la modernité, elle porte sur elle un regard matricide.

3Paradoxale, elle l’est également dans la mesure où, dans son acception contemporaine, elle n’a pas de dynamique propre. Elle existe par défaut, dans le cadre d’une pensée économique qui s’est fourvoyée. Elle existe comme le négatif d’une image de notre développement. Elle n’est réelle que dans le constat d’un mal-développement, d’une civilisation qui a estimé pouvoir s’affranchir de la réalité du monde naturel.

4Cette “irréalité” de l’écologie politique moderne sous-tend pourtant un autre paradoxe, les mouvements politiques les plus incisifs et, d’une certaine manière, les plus pertinents de notre société occidentale. Elle a entraîné l’ensemble de la classe politique à décliner sur tous les tons le mot “environnement” jusqu’à lui faire perdre sa finalité originale : le postulat du bien-être social et de son corollaire, une qualité de vie individuelle.

5Toute l’inquiétude suscitée par les atteintes, vraies ou fausses, portées à notre environnement, ne serait-elle dès lors qu’un phénomène passager, ou l’illustration d’un certain retard de la technique qui a rendu celle-ci, temporairement, incapable de répondre aux problèmes et aux défis qu’elle a elle-même engendrés ? Paradoxalement, la réponse est non. Car, au-delà des dégradations matérielles qui ont donné corps à l’écologie, cette dernière s’est dotée d’une âme qu’elle a puisée dans les tréfonds de la nature et qu’elle s’est forgée tout au long de l’histoire de notre développement à travers les “ethno-savoirs”. Chancelante sur ses fondements, l’écologie a, néanmoins, investi tout l’espace spatio-temporel de notre passé et de notre futur.

6Mais, en dépit de cette âme qui l’anime, l’écologie moderne pourrait s’effondrer si elle tardait à retrouver son sens premier. Comme si, en se constituant sur le corps de la technique, l’écologie s’était pervertie en s’imprégnant de ses virus et de sa prétention à tout résoudre. Le risque n’est pas seulement virtuel dès lors que l’on voit le monde de la technique côtoyer le monde de l’écologie dans l’espoir de mettre en équation pratique et de traduire en termes fiscaux les mécanismes fondamentaux de nos climats et de notre système Terre.

7A l’articulation de deux millénaires, plus que jamais, il convient de prendre quelque recul et de jeter un regard critique sur l’évolution d’une pensée. Ce regard est d’autant plus nécessaire que nous vivons au cœur d’une civilisation en crise qui, par le pouvoir et la puissance qu’elle s’est acquise, met aujourd’hui en péril les fondements même de notre devenir. Il serait en effet désastreux que le postulat de la technique partagé paradoxalement nolens, volens par une frange écologiste pousse le monde à croire que l’on peut impunément ignorer les conditions locales et physiques déterminant notre développement.

8La crise que nous traversons peut être exportée, mais l’illusion du “tout planétaire” ne résoudra pas nos problèmes quotidiens. Ce n’est pas parce que notre champ de vision s’est élargi, que l’information disponible s’est accrue (souvent au détriment d’une certaine transparence) et que nos canons ont une portée lointaine, que nous nous assurerons une plus grande qualité de vie et un meilleur bien-être. La défiance exprimée à l’égard du postulat de la globalisation et de la mondialisation (et le repli subséquent qu’elle entraîne quasiment sur tous les fronts politiques) résulte largement de cette fuite devant la réalité du quotidien, devant l’oblitération “de la connaissance des choses locales au profit de la connaissance des signes des choses élaborées au niveau global”. Cette ingérence “par les signes de la pensée”, Claude Raffestin la considère, à juste titre, comme très perverse dans la mesure où elle ébranle les fondements même de notre existence.

9Le constat est grave. Il est d’autant plus sérieux que le danger actuel ne résulte pas seulement de l’ambition de la technique et des prétentions de la “techno-science” ; il provient désormais aussi d’une certaine écologie, elle aussi tentée de privilégier une certaine globalisation des choses.

10Et dire qu’aujourd’hui, lorsque des esprits perspicaces, au lieu de se féliciter des résultats de démarches globales, ont l’audace de fixer un regard plus attentif sur le fonctionnement des choses locales, ils risquent une marginalisation écologique !

11En fait, c’est pourtant cette dérive vers la globalité, comprise au seul sens de la “mondialité”, qui risque de détourner et d’éloigner de sa raison d’être l’effort de réflexion développé par l’écologie moderne. Cette intrusion contre nature de la globalité dans le raisonnement écologique, cette subrogation de la réalité locale au profit d’une réalité virtuelle sont typiquement matérialisées par les grandes conférences internationales.

12Claude Raffestin a raison de jeter un œil suspicieux sur “le mythe du développement durable” dont abusent les discours officiels. Il faut dénoncer les manipulations qui sont entreprises au nom de ce dogme sinon le risque est grand pour le mouvement écologique de perdre à la fois son âme et sa crédibilité.

13Mais l’auteur de cette remarquable réflexion va-t-il jusqu’au bout de sa logique lorsqu’il “ose l’hypothèse impie” d’une réhabilitation pour le Sud “des connaissances traditionnelles que nous avons cherché à éradiquer comme si elle avaient été des maladies endémiques retardatrices de la modernité” ? Ce constat ne s’applique-t-il pas, mutatis mutandis, et, en dépit de notre développement spécifique, à notre société ?

14Le cas échéant, quelles mesures devrions-nous ou pourrions-nous envisager, sans mettre en péril notre édifice socio-culturel et l’ensemble de nos valeurs, pour restaurer nos propres “ethno-savoirs” et nos diversités culturelles à la fois par un développement soumis à la science triomphante et par une obnubilation planétaire ? Ce dernier problème est essentiel. Car, si l’Occident tend dorénavant à assurer sa domination non plus seulement par la force mais aussi “par l’information”, comme le relève avec pertinence l’auteur, ne convient-il pas alors de travailler sur le contenu de cette information ?

Auteur

Conseiller international, Genève

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search