Version classiqueVersion mobile

Impasses et promesses

 | 
Daniel Fino

Points d'appui

Les mécréants du développement

Marie-Dominique Perrot

Texte intégral

  • 1 Voir la définition qu’en donne Gilbert Rist dans Les griots et les sirènes du développement : Histo (...)

1Puisque soit l’aide, soit la coopération sont censées stimuler, appuyer et encourager le développement, il importe de savoir en quoi consiste ce développement. Ce questionnement est d’autant plus important que la globalisation de l’économie et ses effets délétères sur les groupes ou les personnes vulnérables pourraient très bien avoir pour conséquence un renouveau de la confiance mise dans le développement et l’aide, faute de mieux. Celui-ci apparaîtrait alors comme une planche de salut, un juste milieu entre le caritatif humanitaire d’un côté, et la globalisation économique de l’autre, un échappatoire qui permettrait de refuser le repli sur l’humanitaire et la fuite en avant vers la globalisation. Toutefois, la mondialisation est la suite logique du développement, pour autant qu’on le prenne au pied de la lettre, c’est-à-dire qu’on le considère à l’aune des pratiques qui le caractérisent depuis plus de 40 ans1.

  • 2 Marie-Dominique Perrot, “Les empêcheurs de développer en rond” in La fiction et la feinte: développ (...)

2La coopération s’affiche comme appui au développement. Lorsqu’une fiction veut se faire passer pour une évidence, le truisme fonctionne comme le chapeau du prestidigitateur2. Tout se passe comme si le développement était quelque chose d’évidemment souhaitable et souhaité, comme si il n’y avait qu’un seul développement possible, ainsi que sa forme au singulier l’atteste.

3Personne n’attend des activités de coopération qu’elles résolvent les problèmes dont le développement est supposé venir à bout. Ceux-ci sont beaucoup trop redoutables de par leur nature, leur interdépendance et leur taille : l’approfondissement des inégalités, les problèmes liés à l’hyper-concentration urbaine, les promesses non tenues (la fin de la faim - FAO -, l’éradication de l’analphabétisme – UNESCO –, la santé pour tous en l’an 2000 – OMS – ), les régimes politiques dictatoriaux ou corrompus, la désertification, le travail des enfants, la spéculation financière, l’appauvrissement des petits paysans, le non-respect des droits de l’homme ; on le constate, le champ des activités de développement s’est élargi de façon démesurée. Plus précisément, on est amené à constater que ces problèmes ont été progressivement créés par le développement, en même temps qu’il prétendait pouvoir et devoir les résoudre. Par rapport au développement au sens large du terme, on reconnaît à la coopération des spécificités dans l’approche des situations, une certaine différence d’échelle ; on la crédite d’une plus grande proximité par rapport au terrain, aux populations, encore qu’il faille à chaque fois distinguer entre les différentes formes de coopération, les méthodes employées, les institutions, les ONG, la coopération multi-bilatérale, etc. Toutefois, les coopérations restent piégées, comme sidérées, par l’évidence de leur rapport au développement. C’est en évitant d’ouvrir la boîte de Pandore qui contient les définitions du développement, que l’on peut sereinement mettre en discussion les différents outils, stratégies, acteurs privilégiés du moment, politiques, concepts, approches, de la coopération, en quelque sorte “comme si de rien n’était...” Prendre le lien entre coopération et développement comme une évidence naturelle (tout en admettant bien sûr, la diversité des modalités d’effectuation de ce lien), c’est faire comme si la “définition” normative, vide et surtout tautologique du développement était acquise : le développement est universellement souhaitable parce qu’il est universellement souhaitable.

4Des auteurs et des praticiens s’inscrivent en faux contre cette prétendue évidence. Ce sont les mécréants ou les apostats du développement.

Le développement comme frustration programmée

5Même si le paradigme développementaliste est régulièrement mis en cause, il n’en continue pas moins de dominer pratiques et imaginaires sociaux. Il convient donc d’évoquer également certains travaux critiques du développement afin de pouvoir mieux contextualiser la littérature relative à la coopération au développement.

6Dans le cadre de ces quelques pages, nous avons pris le parti de ne retenir que quelques ouvrages et articles dont l’objectif principal est de récuser le régime des apparences dans le domaine du développement. Leurs auteurs cherchent à exposer ce que la rhétorique, l’imaginaire social, les artifices du fictif, et les évidences du sens ordinaire ont pour fonction de cacher soigneusement.

  • 3 Arturo Escobar, Encountering Development: the Making and Unmaking of the Third World (Princeton: Pr (...)
  • 4 Arturo Escobar, op. cit. p. 5.
  • 5 Gilbert Rist, Majid Rahnema et Gustavo Esteva, Le Nord perdu: repères pour l’après-développement (L (...)

7Dans son ouvrage intitulé Encountering Development : the Making and Unmaking of the Third World3, Arturo Escobar affirme que, jusqu’à la fin des années 70, il était impossible de conceptualiser la réalité sociale en d’autres termes que ceux proposés par le développement. “Le développement avait atteint le statut d’une certitude dans l’imaginaire social”4. A partir de la fin des années 80, certaines analyses s’appliquent à montrer que la réalité et son étude sont colonisées par les discours sur le développement. La perspective critique a pour objectif de libérer un espace où l’on commence à accepter l’idée qu’“il puisse y avoir une vie après le développement”... Escobar estime que l’apport des analyses de Michel Foucault sur la violence propre aux représentations sociales et sur la force exercée par les discours “autorisés”, a joué un rôle important auprès de praticiens et des auteurs concernés par les rapports de force et d’expropriation. Foucault s’est vu adopté et adapté par des auteurs comme Edward Said V Y. Mudimbe, Chandra Mohanty, Hommi Bhabha, etc. dans leurs analyses des situations coloniales et néo-coloniales mettant en lumière les articulations entre discours et pratiques de domination. Par ailleurs, et parallèlement, une nouvelle exigence s’est fait jour : celle de rendre l’Occident - le développement capitaliste - suffisamment exotique pour qu’apparaisse enfin le caractère éminemment relatif, c’est-à-dire culturel, de son point de vue sur la vérité économique et le caractère contestable des pratiques de développement qui lui sont subordonnées. Cette exigence de recul par rapport aux réalisations des sociétés du Nord suppose la constitution d’une anthropologie de la modernité5.

  • 6 Arturo Escobar, op. cit., pp. 10-11

8Selon Escobar, l’émergence du développement, structuré par un ensemble de représentations, lui-même fondé sur un système de classement des sociétés, a donné lieu à des formes spécifiques de violence modernisée. Son ouvrage dessine les figures de l’alliance entre savoir et pouvoir dans le développement : l’exercice du pouvoir sur les pauvres est rendu possible grâce à un discours homogène qui les préconstitue comme objets d’intervention. Il explicite la naturalisation des catégories nécessaires à la domination des systèmes humains, de la nature et des économies de ce qu’il persiste à nommer le Tiers Monde. Son intention est de fournir “une carte générale destinée à faciliter l’orientation de chacun dans les discours et les pratiques responsables des formes dominantes de la production socio-culturelle et économique du Tiers Monde”6.

  • 7 Arturo Escobar, op. cit., p. 155

9Changer, innover, pour éviter à tout prix la transformation en profondeur, tout en la mimant pour faire illusion : ce tour de passe-passe se comprend mieux à la lecture du chapitre 5, intitulé “pouvoir et visibilité”. En effet, afin d’obéir à la tradition de l’innovation propre au champ de la modernité et du développement, ce dernier doit s’enrichir constamment de nouveaux territoires. Ainsi, les agents de développement ont braqué leurs attentions conjuguées sur de nouvelles parts de marché du développement : les paysans (développement rural intégré), puis les femmes (WID : Women in development) et plus récemment sur l’environnement (développement durable). Pour paraphraser Escobar : de nouveaux clients ont été captés dans le champ de vision et d’action du développement avec, en corollaire, leur transformation en spectacles7. Un beau jour, on les “découvre” et ils deviennent indispensables au développement. Il leur sera dès lors très difficile d’échapper au panoptique des actions de développement.

  • 8 Chandra Mohanty, “Cartographies of Struggle: Third World Women and the Politics of Feminism” in Cha (...)
  • 9 Arturo Escobar, op. cit., p. 16.

10D’accord en cela avec Mohanty8, Escobar cherche à effectuer simultanément les deux opérations de déconstruction et de reconstruction. Les groupes dominés et les mouvements sociaux “ne luttent pas seulement pour des biens et des services mais aussi pour la définition même de la vie, de l’économie, de la nature et de la société. Ce sont, en bref, des luttes culturelles.” 9 Ce sont elles qu’il s’agit d’appuyer parallèlement aux efforts pour briser ce qui les entrave, à savoir le développement.

L’invention de partenaires conformes

  • 10 Que ce soit la pauvreté, le sous-développement, la guerre, la détérioration de l’environnement, la (...)
  • 11 Alcida Rita Ramos, “The Hyperreal Indian” in Critique of Anthropologv, vol.14, n°2 June 1994, pp. 1 (...)

11La construction sociale et culturelle d’une réalité10, d’un objet, d’un groupe-cible, propre à justifier des interventions économiques, politiques, humanitaires est un phénomène général qui touchent les acteurs du développement, coopérants, ONG, experts, techniciens gouvernementaux, grandes agences de développement confondus, et cela sans qu’ils ne l’aient voulu expressément. Alcida Rita Ramos11 le démontre à propos des organisations indigénistes brésiliennes. Celles-ci, bureaucratisées à partir des années 80, ont tendance à faire aujourd’hui de leur survie institutionnelle l’objectif premier de leurs efforts. Au cours de ce processus, les Indiens réels sont remplacés dans les représentations des indigénistes par des simulacres d’Indiens, à la fois hyperréels et fictifs. “Alors qu’aux premiers jours de l’indigénisme, le but de la défense des droits indigènes n’était jamais perdu de vue et les moyens relevaient de l’improvisation, de la flexibilité et d’un sens pragmatique, aujourd’hui le souci principal porte souvent sur les moyens, c’est-à-dire les campagnes de recherche de fonds, la comptabilité, les salaires, l’équipement en haute technologie, la rédaction des rapports et, dans certains cas, les publications. Les ONG peuvent être très efficaces à ce niveau de préoccupation, mais les Indiens de chair et de sang ont été évacués de la scène.”

  • 12 Alcida Rita Ramos, op. cit. p. 159.
  • 13 Alcida Rita Ramos, op. cit. p. 161.

12La déréalisation des Indiens n’est qu’un exemple parmi d’autres de ce processus qui est à l’œuvre chaque fois que les développeurs ou les coopérants inventent un groupe-cible, le dégage de son contexte particulier de façon artificielle mais aussi pratique, pour pouvoir agir sur lui en fonction de la spécialisation et de l’idéologie de l’organisation : enfants, femmes, pauvres, Indiens, petits paysans, etc. 12 Ainsi que le montre Ramos, l’Indien “réel” au Brésil devient de moins en moins intelligible pour les ONG, tandis qu’elles créent à l’usage de leurs organisations respectives un Indien “bureaucratisable”, c’est-à-dire apprivoisé, conforme à un pseudo-Indien dont les comportements seraient prévisibles, parce qu’ethniquement et politiquement corrects : “(...) l’Indien parfait dont les vertus, les souffrances et le stoïcisme indomptable lui ont gagné le droit d’être défendu par les professionnels des droits indigènes. Cet Indien est plus réel que l’Indien réel. Il est l’Indien hyperréel.” 13

13Se défendant d’être manichéenne, Ramos estime que le phénomène de la bureaucratisation des ONG est un sorte de fatalité structurelle : n’est-on pas contraint de créer des ONG responsables uniquement de gérer les finances d’autres ONG ? Quel enseignement tirer de ce syndrome ?

Du vide au plein et retour : les mots-valise

  • 14 Wolfgang Sachs (ed), The Development Dictionary: A guide to Knowledge as Power (London & New Jersey (...)

14Quant à lui, le dictionnaire du développement14 rassemble quelques auteurs non conventionnels qui cherchent à décortiquer les concepts-clé, ou devrait-on dire fétiches, du développement. Sans les énumérer tous on en mentionnera quelques uns : égalité (C. Douglas Lummis), participation M. Rahnema), production (Jean Robert), marché (Gérald Berthoud), niveau de vie (Serge Latouche), progrès (José Maria Sbert). Ainsi que le souligne Wolfgang Sachs dans son introduction, ces articles ne traitent pas du développement en tant que performance technique, ni comme rapport de force, ou conflit de classes, mais l’abordent de façon critique en tant qu’état d’esprit particulier qui vit de la circulation de concepts toxiques bloquant la compréhension des phénomènes “réels”.

15Ces concepts font partie du credo du développement : il faut donc en dé-routiniser l’usage rituel, et pour cela, tout d’abord les disséquer, cesser de leur attribuer des connotations positives en raison des promesses qu’ils suggèrent, les forcer à exposer ce qu’ils font faire, sur le terrain, à force de faire semblant de dire autre chose.

16Coopérer suppose communiquer. A défaut de s’entendre entre acteurs de la coopération au développement sur la signification des concepts de base du développement, la coopération restera piégée par la “quipro-communication”(E. Ndione). Pour les auteurs de ce dictionnaire iconoclaste, il est urgent d’exposer “l’obsolescence historique et la stérilité intellectuelle” de notions ethnocentriques qui alimentent des pratiques d’aliénation et de domination culturelles.

  • 15 G. Dahl & A. Rabo, Kam-ap or Take off: Local Notions of Development (Stockholm: Studies in Social A (...)

17L’ouvrage édité par G. Dahl et de A. Rabo15 est d’une tout autre veine, mais s’inscrit également dans la problématique qui met en jeu la relation entre savoir et pouvoir ainsi qu’entre fiction et réalité dans le domaine de la coopération au développement. Kam-ap (de “come up” en anglais) est le vocable utilisé par les habitants d’un village de Nouvelle Guinée pour désigner le développement. Les villageois de Gapun sont persuadés que s’ils ne sont pas encore en possession des biens et du mode de vie des Blancs, c’est parce qu’ils n’en sont pas dignes, ni moralement, ni métaphysiquement. Selon eux, un jour, tout ce qu’ils désirent leur parviendra et ils ne seront plus “réduits” à vivre comme leurs ancêtres.

18En quoi la conception d’un développement normatif, égalitaire et universel est-elle moins fantasmatique que l’attente anxieuse et auto-dépréciative des villageois de Gapun d’un millenium du développement ?

  • 16 Eva Evers Rosander, People’s participation as Rhetoric in Swedish Development Aid » in G. Dahl & A. (...)
  • 17 Eva Evers Rosander, op. cit., p. 64

19L’article d’Eva Evers Rosander16 s’attache quant à lui à analyser les écarts entre discours et pratiques dans le travail de l’agence gouvernementale suédoise d’aide au développement (SIDA). Partant des directives officielles concernant le respect du principe de la participation populaire aux projets de développement, la recherche de Rosander vise à montrer que plus l’agent de développement est éloigné physiquement du projet (haut fonctionnaire de SIDA), plus il accorde de l’importance au respect du principe selon lequel “la parole doit être donnée aux plus pauvres”, définis comme “groupe-cible”. En revanche, les experts directement impliqués dans le travail sur le terrain font preuve d’un intérêt accusé pour les aspects technico-professionnels du projet et adaptent les prescriptions idéologiques au vu des situations locales (Guinée Bissau et Sri Lanka). Mais de toute façon, conclut Evers Rosander, “une relation harmonieuse existe entre la rhétorique de l’aide au développement et l’exécution des activités du programme. Cela provient du fait que les experts suédois et les consultants ainsi que les responsables de programme interviewés appartiennent en fin de compte au même univers idéologique du développement. Ils partagent les mêmes valeurs culturelles de base : promotion de la démocratie, égalité, croissance de la production au moyen du transfert de “know how” suédois et des ressources techniques et économiques. La différence est une question de degré plus que de nature”17

Points communs et exigences épistémologiques

20Les quelques textes présentés ici ont été choisis pour leur aptitude à remettre en cause ce qui paraît inévitable ou souhaitable à l’échelle universelle, à savoir le développement. La coopération au développement existe, et il y a des raisons pour cela qui ne relèvent pas toutes – tant s’en faut – de l’amour d’un prochain lointain... Puisqu’aucune société ne peut vivre en vase clos, pourrait-on imaginer des coopérations qui ne soient pas des coopérations d’appui à la globalisation de l’économie ou d’assistance à la préservation de la “vie biologique” des dominés ?

21Les auteurs évoqués ci-dessus tentent, chacun à leur manière, de mettre en lumière ce qui, du développement et de la coopération relève de la fiction et ce qui appartient au réel. Ils insistent sur l’ambiguïté du savoir mis au service du seul pouvoir. Ils démontrent que les discours et la terminologie du développement prétendent faire circuler un savoir, mais que celui-ci, bien que fictif, entraîne des conséquences réelles sur le terrain, des performances dont le caractère contradictoire ne pose apparemment pas de problème aux professionnels du développement puisqu’il continuent à parler du développement comme d’un objectif obligatoire. Les auteurs, pour situer le phénomène du développement, recourent fréquemment à l’histoire afin de gagner en profondeur de champ et d’analyse.

22Lévi-Strauss ne disait-il pas que notre époque moderne, à dater de la révolution industrielle, ne constitue que la moitié d’un millionième de l’histoire de l’espèce humaine dans son entier ? Il est salutaire d’y songer quand on se sent irrémédiablement captif d’un paradigme développementaliste qui, en outre, est aujourd’hui présenté comme “durable”. Certains concepts, eux aussi, ne peuvent prétendre à l’évidence que le temps d’une mode, d’autres en revanche sont coriaces : en faire l’archéologie permet de relativiser leur autorité du moment. Enfin, les démarches des auteurs supposent une vigilance sans faille face aux centrations culturelles qui déforment la réalité. L’attention aux différentes manières de vivre et de se reproduire socialement permet aussi de décoder les violences inédites ou occultées du développement.

Notes

1 Voir la définition qu’en donne Gilbert Rist dans Les griots et les sirènes du développement : Histoire d’un passé décomposé, à paraître. “Le “développement” est constitué d’un ensemble de pratiques parfois contradictoires en apparence qui, pour assurer la reproduction sociale, obligent à transformer et à détruire, de façon généralisée, le milieu naturel et les rapports sociaux en vue d’une production croissante de marchandises (biens et services) destinées, à travers l’échange, à la demande solvable.”

2 Marie-Dominique Perrot, “Les empêcheurs de développer en rond” in La fiction et la feinte: développement et peuples autochotones, Ethnies, n° 13, Revue de Survival, International (France), 1991.

3 Arturo Escobar, Encountering Development: the Making and Unmaking of the Third World (Princeton: Princeton Univesity Press, 1995), 290 p.

4 Arturo Escobar, op. cit. p. 5.

5 Gilbert Rist, Majid Rahnema et Gustavo Esteva, Le Nord perdu: repères pour l’après-développement (Lausanne, Éditions d’en bas, coll. “Le forum du développement”, 1992), 175 p.

6 Arturo Escobar, op. cit., pp. 10-11

7 Arturo Escobar, op. cit., p. 155

8 Chandra Mohanty, “Cartographies of Struggle: Third World Women and the Politics of Feminism” in Chandra Mohanty, Ann Russo, and Lourdes Torres (eds), Third World Women and the Politics of Feminism ( Bloomington: Indiana University Press, 1991).

9 Arturo Escobar, op. cit., p. 16.

10 Que ce soit la pauvreté, le sous-développement, la guerre, la détérioration de l’environnement, la croissance de la population, ou l’exploitation des femmes.

11 Alcida Rita Ramos, “The Hyperreal Indian” in Critique of Anthropologv, vol.14, n°2 June 1994, pp. 152-171.

12 Alcida Rita Ramos, op. cit. p. 159.

13 Alcida Rita Ramos, op. cit. p. 161.

14 Wolfgang Sachs (ed), The Development Dictionary: A guide to Knowledge as Power (London & New Jersey: ZED Books, 1992), 306 p.

15 G. Dahl & A. Rabo, Kam-ap or Take off: Local Notions of Development (Stockholm: Studies in Social Anthropology, 1992), 174 p. Cet ouvrage est le résultat d’un travail entrepris dans le cadre du programme “le développement comme idéologie et modèle populaire” du département d’anthropologie sociale de l’université de Stockholm, programme financé par SAREC (Swedish Agency for Research Cooperation with Developing Countries).

16 Eva Evers Rosander, People’s participation as Rhetoric in Swedish Development Aid » in G. Dahl & A. Rabo (eds), Kam-ap or Take off: Local Notions of Development (Stockholm: Studies in Social Anthropology, 1992), p. 35-67.

17 Eva Evers Rosander, op. cit., p. 64

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search