Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Impasses et promesses

 | 
Daniel Fino

Paroles

Ton histoire n’est pas très claire...

Riccardo Rodari

Texte intégral

Koumogo (sud du Tchad)

1Sur la demande d’un groupe de paysans, un spécialiste est venu de la capitale pour faire une tournée d’évaluation de leurs problèmes semenciers. Avant de partir aux champs, nous buvons un verre de thé. Un paysan s’adresse au spécialiste : “il y a quelques années, un cousin m’a ramené une mangue greffée du Cameroun. C’était une très belle mangue, d’une variété que nous ne connaissons pas dans la région. J’ai planté le noyau mais je n’ai obtenu que des mangues ordinaires. Pourquoi ? ”

2S’exprimant en français, le spécialiste donne les raisons génétiques pour lesquelles seul le greffage permet d’obtenir des fruits qui ont les mêmes caractéristiques que ceux de la plante mère. Les manguiers locaux peuvent être d’excellents porte-greffes, mais il va être difficile, voire impossible, de trouver des greffons d’autres variétés dans la région.

3Un silence gêné suit l’explication...

4Un paysan apostrophe le spécialiste : “Ton histoire n’est pas très claire. Tu es un enfant de cette région. Ne pourrais-tu pas nous expliquer tout ça en langue locale ? ”

5Désarroi du technicien ! “J’ai été formé en Union Soviétique. De retour au pays j’ai dû réapprendre tous les termes techniques en français. Maintenant vous voulez que je vous explique tout ça dans ma langue maternelle. Je ne saurais pas par quel bout commencer, d’autant plus que ces termes-là n’existent pas dans notre langue”. Forcément puisque le greffage est inconnu dans le coin ....

6Mais, pressé par l’insistance des paysans, le spécialiste finit par s’exécuter. Pour étayer son explication, il se met à tracer des dessins sur le sol, à gesticuler, à mimer les différentes opérations. Les regards s’illuminent, les questions fusent : le courant passe. Depuis lors, de nombreux paysans ont suivi une formation au greffage et les vergers se multiplient.

7Cette anecdote n’est pas un cas isolé ni un simple problème de communication. Elle reflète la tendance généralisée des intervenants à exiger des populations qu’elles parlent leur langage. Cela vaut pour le greffage des manguiers comme pour les grands thèmes (sortir de la misère, atteindre l’autosuffisance alimentaire, etc.). Si elles veulent obtenir un appui, les populations ont tout intérêt à parler de sensibilisation, d’autopromotion, de défense de l’environnement et de promotion de la femme. Je ressens un puissant malaise chaque fois que j’entends ces mots dans la bouche d’un paysan de la brousse profonde car le discours ne colle manifestement pas avec les réelles préoccupations des “bénéficiaires”. Pourtant ces concepts sont nés d’une bonne inspiration, d’une analyse correcte de certaines réalités. Ce sont de bons concepts, tout le monde en parle, mais ils n’ont qu’un impact négligeable sur le terrain, en dépit de l’ampleur des moyens déployés.

8L’incapacité de ces concepts à transformer les réalités tient à la démarche des organismes d’appui. Pour aborder une réalité, ces derniers partent, le plus souvent, du recueil de données physiques (infrastructure, cheptel, production, rendements, etc.). On s’intéresse surtout aux choses et peu aux gens. Mais lorsqu’on se préoccupe de l’itinéraire de vie des acteurs, on s’aperçoit qu’il existe une foule d’initiatives, de tentatives de changement, de succès et d’échecs. C’est ainsi que l’on découvre qu’un vieux paysan tchadien fertilise ses champs avec du fumier depuis une quinzaine d’années. Tout le monde le traitait de fou au début. Avec le temps, au vu des résultats, des voisins ont commencé à lui demander conseil et s’y sont mis à leur tour. Parallèlement, à quelques kilomètres de là, des organismes tentent, sans beaucoup de succès, de divulguer la même technique. Comme ils le font à partir de leurs parcelles de démonstration, les paysans en concluent que cela ne peut marcher qu’avec les moyens dont disposent les organismes en question. Lorsqu’une équipe de d’intervenants s’est approchée du vieux paysan et de ses voisins, il a suffi de les mettre en contact avec d’autres paysans intéressés pour créer l’émulation. Il a fallu partir des personnes pour aller vers les choses pour que les échanges prennent une toute autre valeur, car ils se bâtissent sur des réalités tangibles qui concernent profondément les partenaires.

9Si l’on s’en tient au discours, la perception que les professionnels de la coopération ont des acteurs de base a beaucoup évolué ces dernières années. Mais l’intention de considérer le paysan comme un partenaire a beaucoup de peine à se traduire en pratique. Un peu partout les intervenants persistent à vouloir “sensibiliser” et instruire les paysans. Cette contradiction est parfaitement traduite par le responsable d’un organisme de développement rural qui affirme que “F autopromotion est le meilleur moyen pour encadrer, canaliser et orienter le paysan”. L’idée dominante reste que le paysan est un être creux, souffrant de manques qu’il s’agit de combler. Ainsi, le savoir est toujours une chose qui se reçoit, il y a ceux qui savent et ceux qui apprennent.

10La construction d’un véritable partenariat doit se baser sur une démarche de découverte qui repose sur l’idée que tout le monde sait quelque chose et que chacun a quelque chose à apprendre. Même si les intervenants ont des apports intéressants à amener, ce n’est pas autour d’eux que doivent se structurer les échanges. Il faut une certaine dose “d’ascèse”, de renoncement au plaisir égocentrique de tenir le devant de la scène pour se centrer sur les échanges entre paysans et sur les perceptions paysannes. Il s’agit de construire ensemble le savoir, par le dialogue et l’interaction.

11Les projets d’appui suivent une logique planificatrice. Les objectifs, les actions et les ressources sont définis pour une période donnée. Ce n’est qu’à la fin de cette période que des réorientations importantes peuvent avoir lieu. Ou alors, on modifie la planification en cours de route pour faire autrement, ce qui ne va pas sans poser de sérieux problèmes. Cette logique rigidifie l’intervention, l’enferme dans les limites de ce qui a été pré-ordonné et la cloisonne de la réalité. Tout se passe comme si on ne s’intéressait à cette dernière qu’au moment d’établir la planification. Nous travaillons pourtant dans des réalités complexes et extrêmement changeantes. Si l’on veut déclencher des processus d’innovation, de changement, on ne peut prévoir que vaguement ce qui pourra se passer.

12A l’opposé, une approche stratégique permet une adéquation constante à la réalité ainsi que des réorientations lorsque celles-ci s’avèrent nécessaire. Il s’agit de “faire son chemin en marchant”, de le construire avec les partenaires de base qui ne sont jamais associés à la planification. Seule cette approche peut laisser un champ à la créativité et à la découverte. Elle suppose que l’on recherche d’abord à construire et à consolider une relation de partenariat avant de prétendre à des résultats, que l’on se questionne en permanence sur le bien-fondé des objectifs et sur l’adéquation du chemin logique choisi. Pour cela, il ne faut pas avoir peur de sortir des sentiers battus, de suivre une intuition.

13Les organismes de coopération au développement sont-ils capables de prendre le risque de telles options ?

Auteur

Psycho-pédagogue, collaborateur scientifique, IUED, Genève

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.