Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Impasses et promesses

 | 
Daniel Fino

Lignes

La coopération aux deux visages

Pierre Claver Damiba

Note de l’auteur

Nous publions ci-dessous, au litre de témoignage, un extrait d’un ouvrage en préparation sur “l’avenir de la coopération internationale”.

Texte intégral

Le business de la rhétorique cache l’absence d’action

1La grande contradiction dans les démarches et les luttes entreprises pour changer radicalement de stratégie sur le thème des “pauvres d’abord”, est celle qui existe entre les discours et l’action de la coopération internationale. Le souci exprimé pour les pauvres est affirmé à temps et à contretemps par les pouvoirs en place et leurs technostructures ainsi que par les donateurs. La diversité des analyses sur la pauvreté, la variété des projets concernant les dimensions sociales de l’ajustement, la richesse des recherches académiques, témoignent de la préoccupation des parties intéressées, au Nord et au Sud, au sujet de “l’éradication” de la pauvreté. Cependant, l’impact des politiques, des programmes et des actions proposés n’atteint pas le degré de générosité exprimé dans les rhétoriques.

2Ainsi, une fois éteints les feux des diverses conférences et séminaires, une fois publiés les rapports alarmistes sur la pauvreté, une fois renforcée la bonne conscience reflétée dans des propositions et des résolutions durement négociées, les bureaucrates nationaux et internationaux de la “jet-society” de la pauvreté se félicitent mutuellement des résultats obtenus. Et tout se passe comme si, ce faisant, le problème des pauvres se trouvait résolu et des progrès avaient été accomplis sur le terrain en Afrique ou en Asie.

3Cependant, comme au demeurant tout le monde le sait, la guerre des pouvoirs ne fait que commencer pour le suivi financier entre les agences internationales, qui “contrôlent” les pays pauvres, et les nations industrialisées, dont les intérêts domestiques vont dicter les allocations parcimonieuses des ressources.

4Quant aux pouvoirs locaux, “dépendants” de ces aides, ils feront des compte rendus, généralement de “satisfecit”, à leur opinion publique sur ces conférences, tout en sachant que les premiers déboursements de fonds annoncés n’interviendront que plusieurs années plus tard, à des niveaux insuffisants et pour des besoins qui, entre temps, auront augmenté. L’illusion et le mirage de la coopération internationale se confondent ici avec le cynisme entretenu vis-à-vis des approches proposées pour réduire la pauvreté.

5La rhétorique elle-même est devenue un business. Des rapports sur papier glacé, remplis de graphiques savants et émaillés de photos en couleur sur la variété des pauvres dans le monde se font concurrence sur le marché international de l’éradication de la pauvreté.

Les technostructures de l’aide sont-elles adéquates ?

6Compte tenu de ce schisme entre la parole et l’action, la question qui se pose concerne l’adéquation des technostructures elles-mêmes au traitement efficace du problème de la pauvreté de masse. Ces technostructures sont constituées par les bureaucraties d’aide et de coopération au développement, qui peuvent être internationales ou nationales, avoir une mission globale ou sectorielle, utiliser des dons ou des prêts. Elles ont en général un statut public, mais il en existe aussi de statut privé à but souvent non lucratif. Elles sont de tailles variables. Elles ont leur culture interne, leur stock de procédures, leurs politiques et leurs préférences opérationnelles. Elles ont leur “party line”, leur nomenklatura, mais aussi leurs goulags et leur système immunitaire.

7Toutes ces technostructures se déclarent concernées par la question de la pauvreté ; leurs rhétoriques et leurs programmes reflètent ce souci. Cependant la somme des opérations de toutes ces technostructures, aussi bien en terme d’investissements financiers et d’assistance technique que de séminaires et de conseils n’a pas, depuis trois décennies, réussi à réduire la pauvreté de masse, qui au contraire n’a cessé de croître dans le monde. Malgré leur spécificité, sont-elles vraiment adéquates ? Il existe des paramètres généraux qui affectent leurs “modus operandi et vivendi” et qui les rendent inappropriées, en termes relatifs, au traitement efficace de la pauvreté de masse. Ces paramètres peuvent s’analyser à deux niveaux : celui de leurs relations extérieures avec les bénéficiaires et celui interne à l’institution elle-même.

La non-proximité physique, culturelle et intellectuelle du système d’aide

8Le premier paramètre d’inadéquation est celui de la non-proximité des instances de la coopération et de leur personnel, c’est-à-dire de leur éloignement géographique du terrain de lutte contre la pauvreté. Qu’elles soient basées à Washington, à New-York, à Abidjan ou à Bruxelles, ou qu’elles aient des représentations locales “d’aide et de coopération”, ne change pas la nature de l’éloignement.

9En effet, la pauvreté est un phénomène de masse et, sans immersion sociale, qui donne la proximité et facilite l’adéquation, les technostructures demeurent isolées. Installées “là-bas dans le lointain”, elles ont une capacité limitée sinon nulle d’enregistrer à temps, d’analyser et de réagir de manière adéquate aux pulsions des différentes strates sociales. Leurs “missi dominici” sont sans doute des visiteurs ou des résidents respectés mais c’est un fait qu’ils n’arrivent pas à réduire les distances dans le cadre des procédures opérationnelles qui leur servent de législation.

10Les gouvernements sur place et leurs propres technostructures nationales sont supposés être des partenaires immergés, mais, comme déjà noté, les luttes de pouvoir, les contraintes du quotidien, l’absence d’une démocratie ouverte, l’incompétence, le manque d’assurance des fonctionnaires nationaux devant les détenteurs d’argent etc. font des technostructures locales des véhicules “éloignés et silencieux”. Une des plus belles mais tragique illustration de cela est la peinture de Louis Hersent représentant Louis XVI distribuant des secours aux pauvres pendant l’hiver de 1788 : on y lit la grande distance entre le Roi et la famille qui, courbée, reçoit les largesses royales à un moment fugitif de proximité !

11En outre, plus fondamentale que l’éloignement topographique, est la distance culturelle. Les technostructures de l’aide opèrent dans le cadre, et largement à partir des présupposés de la culture occidentale et en particulier américaine, et elles sont convaincues de réussir chez des populations dont l’univers, la “vision du monde”, est bien différent. Elles incarnent un “corpus” de conceptions, de théories et de pratiques hautement ethnocentriques.

12De plus, elles projettent sur les pauvres une image d’inaccessibilité, non seulement en raison de leur opulence mais aussi de la culture dominatrice rattachée à la richesse. Malgré leurs “blue jeans” délavés et leurs chemises de friperie, revêtus pour “faire pauvre”, les experts de la coopération en mission sur le terrain demeurent plus martiens que “Ashanti ou Ouolof”. Le comble est que les Ashanti ou Ouolof, fonctionnaires de ces technostructures de coopération internationale, y deviennent culturellement des travestis, avec un poids spécifique limité, et leur participation ne réussit pas à inverser leur extranéité culturelle. Au demeurant ils sont souvent frileux car ils considèrent leur emploi comme une sinécure, qu’ils défendent becs et ongles, raison pour laquelle ils ne prennent pas de risque.

13La Banque Africaine de Développement elle-même, en dépit d’être une institution africaine, n’en accompagne pas moins la Banque mondiale, qui reste le leader d’opérations de cofinancements en Afrique ; dans une telle situation, il ne s’agit pas d’un simple accompagnement financier, mais d’un compagnonnage culturel. Il n’est donc pas étonnant que la “mayonnaise” du développement escompté ne prenne pas, puisque ces programmes, culturellement “éloignés”, ne peuvent pas avoir la prégnance requise sur une substance sociale où la culture vécue est, comme partout ailleurs, un principe structurant et une matrice pour le développement.

14Une contradiction notoire se manifeste ici entre l’éloignement culturel des technostructures de la coopération d’une part et l’emprise de la culture dominante des pays riches par la diffusion en continu de leur modèle de société de surconsommation dans l’imaginaire des pauvres, d’autre part. Ainsi, le vide du développement, attesté par la croissance de la pauvreté de masse, est rempli par la culture de masse “cocacolensis”. L’éthologie des “cow-boys” sert de modèle de relations sociales et de solution aux problèmes relationnels, les “soap operas” américains tels que “Dynastie” ou “Dallas” se chargent d’éduquer les cœurs et les sensibilités des jeunes ; tout cela crée autant de proximité “en mirage” de rêves de sociétés par rapport auxquels la vie pauvre génère des frustrations et de profonds désirs de migration géographique, sociale et de civilisation, que les technostructures ne réussissent pas à combler par un développement accéléré.

15Une autre mesure de l’éloignement est la distance par le savoir, c’est-à-dire la distance intellectuelle. Ces technostructures internationales ou nationales ont un pouvoir financier qui est doublé d’une capacité intellectuelle et analytique grâce à une concentration de matière grise de première qualité et à un stock d’informations, d’expériences et de mémoire institutionnelle accumulées depuis plusieurs décennies. Elles connaissent souvent la situation des bénéficiaires mieux que ceux-ci ne se connaissent. Les bénéficiaires en effet sont pris dans les turbulences du quotidien et contraints de jouer aux pompiers, soit pour régler la grève des instituteurs qui menace la vie du régime politique en place, soit pour faire face à des bagarres entre ethnies sédentaires et nomades aux confins du pays. C’est, par comparaison, la distance qui sépare un grand professeur de médecine et chercheur basé à Paris des médecins de brousse qui répondent aux urgences quotidiennes de la santé des populations pauvres sans grands moyens et avec un savoir qui s’érode dans le temps, réduits qu’ils sont souvent à leur bon sens.

L’expertise n’est pas la sagesse

16Le savoir que ces technostructures accumulent, le professionnalisme sourcilleux qu’elles exigent et tentent de mettre en œuvre ne font malheureusement pas d’elles des instances de sagesse. La grande éducation et les hauts diplômes de leur personnel et de leurs consultants ne sauraient être la mesure de la sagesse. Le renforcement et le développement des capacités techniques et professionnelles ne génèrent pas ce savoir, et tout à la fois cet art, qu’est la sagesse. Pour l’acquérir, il s’agit plutôt d’apprendre à utiliser de mieux en mieux, en les faisant croître et en les perfectionnant, les talents naturels et acquis, et les ressources matérielles, morales et spirituelles. En effet, la sagesse s’acquiert, on devient sage, bien qu’il n’y aura jamais de Doctorat “ès sagesse”.

17La science qui emplit ces technostructures est nécessaire mais pas suffisante pour résoudre les problèmes de la pauvreté de masse. C’est la science qui, sans conscience, conduit l’homme à la ruine. C’est l’efficacité de la “ferme des animaux”, qui perfectionne sans cesse les procédures pour “surveiller et punir” sans jamais servir la perfection des animaux de la ferme. Or l’expertise ne doit être que servante de la triade que forment “la sagesse, la puissance et la bonté”. Cet idéal semble avoir reculé au fur et à mesure que la coopération au développement paraissait avancer, alors qu’en réalité elle s’en éloignait.

18La sagesse du développement n’est ni réductible aux manuels de procédures opérationnelles et aux multiples conditions posées par les programmes d’ajustement, ni mesurable par les performances des taux d’engagement ou de déboursement des ressources affectées, et elle ne saurait s’identifier ni à la croissance interne de ces institutions ni à leurs réformes et évaluations internes, devenues rituelles. Par contre, l’inaptitude à faire croître et se développer les économies des pays pauvres depuis l’origine, et en particulier durant les trois dernières décennies, est la mesure du manque de sagesse de toutes les technostructures internationales et nationales qui s’y sont employées.

19La sagesse pour un développement réussi en Afrique est en train de disparaître avec la mort ou la relégation progressive de tous ces vieux sages des villages, dont on n’a pas su écouter hier les paroles et les avertissements et dont on peut de moins en moins écouter les silences. Les archives mortes des rapports coloniaux, les recherches et les thèses universitaires, les multiples séminaires culturels d’hier et d’aujourd’hui ne sauraient remplacer ni “le témoignage des sages vivants” ni leur participation effective au processus de décision. C’est ainsi que leur sagesse aurait pu être transmise et que leurs héritiers des temps nouveaux auraient pu s’ouvrir à ce qui n’est pas écrit.

Le temps de la palabre : un gain de temps

20C’est une telle sagesse qui, soutenue par l’ingénierie du développement, permettrait une meilleure adéquation des approches et des programmes. Or, il se trouve que le destin des peuples, c’est-à-dire leur développement, est décidé sur la base de discussions entre représentants de ces technostructures, sans doute distingués, mais si peu représentatifs. Et ceux-ci, tout particulièrement les internationaux, n’ont aucune base “populaire” ; ils ne peuvent représenter et défendre que les intérêts des organisations dont ils sont les salariés. Comme, en outre, ces fonctionnaires sont dotés d’un pouvoir technique et financier qui n’est pas contrebalancé par celui des représentants de la technostructure locale, leur capacité de pression ajoutée à leur non-représentativité génère de facto un impérialisme arrogant par lequel se trouvent imposées par la force de la loi du plus fort “la vision et les visées sur le monde qui constituent le lieu qu’eux et leurs semblables occupent.” La non-représentativité des parties au dialogue est une disqualification dans le fond et dans la forme par rapport au mandat de coopérer pour développer.

21Aux instances de la coopération, l’absence de représentant du peuple majoritairement pauvre est plus qu’une lacune ; c’est un parjure car c’est une exclusion des pauvres en dépit des principes démocratiques. Le respect de la forme aurait requis que tous les programmes et projets majeurs fassent l’objet de débats dans des assemblées élues démocratiquement, au lieu que cette procédure s’applique seulement aux plans généraux de développement. Il est plus sage de “perdre” du temps à ajuster un programme aux conditions réelles des pauvres, en les y associant même au travers de palabres diverses, que de “gagner” du temps en le faisant approuver entre collègues de technostructures. Car son déraillement ultérieur, faute de palabres antérieures, fera perdre davantage de temps et d’argent.

22En Afrique par exemple, prendre du temps pour organiser les consultations et les participations et garantir les consensus sociaux est un des secrets de la réussite en bien des domaines. On gagne en accélération par la suite ce qu’on perd en “palabres” au début. Bien sûr, les politiciens du quotidien vont trépigner des pieds car ils veulent annoncer aux médias la conclusion d’accords d’investissement. Quant aux experts, ils pensent volontiers que ces procédures populaires leur font perdre leur temps, qui est de l’argent, et ils pourront aller jusqu’à faire des chantages du genre : “si ce n’est pas approuvé maintenant, l’argent va retomber dans le pot commun, il faudra attendre la prochaine année fiscale, et il n’y aura plus aucune garantie car, vous le savez bien, il y a chez nous des difficultés avec les parlementaires, l’opinion publique, l’afro-pessimisme, etc.” Le résultat le plus fréquent est que, n’ayant pas le choix, les technostructures internationales et nationales continuent de travailler entre elles “business as usual” dans une alliance du fer et de l’argile.

23Consciente de cette déficience de fonds, la coopération internationale organise quelquefois, pour faire bonne figure, des parodies de représentation. Ainsi, en janvier 1996, le PNUD a invité deux “pauvres”, originaires du Zimbabwe et de la Bolivie, pour participer, au cœur de l’opulence new-yorkaise, à une cérémonie de lancement de l’année des Nations Unies pour l’éradication de la pauvreté. Non seulement les coûts de voyage et de prise en charge de ces deux “pauvres” auraient pu financer un projet d’éradication de la pauvreté sur le terrain pour toute une communauté mais, à la vérité, comme le disait un groupe de pauvres : “ils se moquent de nous !” (“they are making fun of us !”).

La dépendance sous le voile de l’interdépendance

24Au fond de l’histoire à double visage de la coopération, il y a des rapports faux et faussés, des motivations ambiguës (“mixed motives”). D’abord, le “bénéficiaire” de l’aide se félicite de cette manne “sans laquelle son pays n’aurait pu avancer” et se réjouit d’une dépendance où il reconnaît “les bénéfices de l’interdépendance”. Mais en même temps, il développe le syndrome de la dépendance par rapport à l’aide, au point qu’il ne peut plus s’en passer et va jusqu’à avoir peur de “ne pas s’en sortir” s’il n’est plus aidé. Il affiche l’ambiguïté de la triste joie de l’addition, à savoir qu’on veut bien s’en sortir en comptant sur soi et se passer de l’aide mais qu’on retarde l’effort des ruptures nécessaires au bénéfice des satisfactions temporaires.

25D’un autre côté, ce même bénéficiaire se plaint cependant, et proteste régulièrement, à propos des ajustements sauvages introduits par la coopération au nom de la croissance économique, à propos de l’aide liée, des endettements qui n’enrichissent que les prêteurs, de l’assistance technique qui coûte trop cher, de l’exploitation concertée par le Nord et de la paupérisation croissante du Sud ou de la marginalisation de sa région qui résulte de plus de trois décennies de coopération. Le temps de la guerre froide où il faisait “chanter” Washington contre Moscou et vice-versa est maintenant révolu. Il crie sa dépendance comme d’un mal profond mais il ne se sent pas capable désormais d’en sortir, sans doute parce que cela coûte trop d’énergie de rompre et de construire sa propre autonomie. A la vérité, c’est tellement plus facile de vivre sur le dos de l’aide ! C’est le complexe du biberon, avec un zeste schizophrénique.

26Quant au partenaire du Nord, il prend acte du fait que le bénéficiaire est demandeur constant d’une aide dont le marché est limité. C’est un marché d’offreurs. L’offreur et vendeur, appelé donateur, ayant contribué à créer une mentalité de dépendance par rapport à lui, se renforce dans cette idée et se comporte en organe indispensable. Des monopoles et des oligopoles se créent sur ce marché captif. Les enchères montent ainsi que la domination et les manipulations de ce donateur, vendeur d’argent, de services et d’équipements, par rapport à un client bénéficiaire qui n’a pas le courage d’un choix déterminé hors de ce marché et de cette relation viciée et ambiguë. Au demeurant, s’il le faisait, il serait désavoué par son Président qui, entre temps, aurait reçu un coup de téléphone d’un petit fonctionnaire du Nord ou d’un ambassadeur local pour se plaindre de l’arrogance de son ministre.

Conclusion

27Ainsi, d’un côté, la psychologie de la coopération est marquée par l’arrogance, la simulation et le respect tout formel des souverainetés, dissimulés derrière l’“écran de fumée” d’une générosité et d’un altruisme nourris bien souvent par les braises du mépris, voire du racisme. Le racisme intellectuel du Nord est attesté par les suspicions entretenues à l’égard des compétences du Sud, notamment en matière de recherche. Il est quelquefois marqué par des exclusions autoritaires exercées par l’intermédiaire de médiocres hommes de mains du Sud ; le docteur colombien, Manuel Patarroyo, qui a mis au point un vaccin contre la malaria, en souffre depuis les années 1980.

28De l’autre côté, la psychologie de la coopération porte aussi le sceau de la complaisance du bénéficiaire et acheteur, inscrit dans des relations de dépendance et dans un infantilisme qu’il aime, et caché derrière “l’écran de fumée” d’une défense sourcilleuse de souveraineté. En fait, la réalité est vassalité, au détriment de la confiance en soi, qui seule fonde et nourrit la croissance vers la maturité et le développement soutenu. Ainsi, des jeunes gens du Nord, sans expérience et aux compétences toutes livresques, sont adulés et courtisés comme “experts” par de véritables savants du Sud tout simplement parce qu’ils sont “blancs” et représentent du fait de leur couleur “l’argent de la coopération”. Ce faisant, le bénéficiaire confirme lui-même le racisme du donateur.

29Dans ce tandem entre partenaires inégaux, le plus fort ne manque pas de maintenir le complexe d’infériorité du plus faible en monnayant ses “satisfecit” et en criant fort ses critiques et ses réprobations. Car il est aussi un maître en chantage quand il exige des efforts supplémentaires, pour lesquels il fixe des dizaines d’indicateurs de performance, à un bénéficiaire déjà fatigué par le non-développement.

30Les bénéficiaires ont ainsi “bon dos” : ils sont critiqués pour des corruptions souvent réalisées avec des alliés et complices des pays du Nord et dont les sommes sont déposées dans les banques du Nord ; ils sont mal notés pour une mauvaise gestion assurée par des administrations qui sont conseillées par l’assistance technique, elle-même payée parfois par des prêts ; il leur est reproché un manque de démocratie dans les structures du pays, alors que des dictateurs crapuleux, aux crimes souvent connus, bénéficient d’aides importantes de la coopération internationale.

  • 1 M.S. Peck, People of The Lie; The Hope of Healing Human Evil, éd. Simon and Schuster, New York, 198 (...)

31Les relations dans le couple formé par Sarah et Hartley, psychanalysés par Scott Peck1, illustrent bien celles qui prévalent dans la coopération internationale : des relations d’asservissement accepté (“willing thralldom”). Sarah a un irrésistible besoin de dominer Hartley, tout comme Hartley a un irrésistible besoin de dépendre de Sarah ; la domination de l’une génère une plus grande soumission de l’autre dans un cercle vicieux qui intensifie les besoins malsains de chacun. Lorsque l’utilisation du pouvoir dominateur de Sarah, pour défendre et préserver l’intégrité de ses intérêts égoïstes, aboutit à détruire ou à empêcher la croissance de son partenaire Hartley, on est en face de relations de type diabolique dont l’essence, au demeurant, est le faire semblant, le mensonge et le pharisaïsme, le rideau de fumée. Cependant, Hartley a la possibilité de rompre la relation de “coopération” et s’il ne le fait pas, ce n’est pas parce que Sarah le menace avec une arme mais parce qu’il s’est lié à elle avec des chaînes de paresse et de dépendance.

32Il en va ainsi de la coopération internationale : le cercle vicieux du sous-développement a rencontré et s’est trouvé amplifié par le cercle vicieux de la coopération.

Notes de fin

1 M.S. Peck, People of The Lie; The Hope of Healing Human Evil, éd. Simon and Schuster, New York, 1983.

Auteur

Consultant international en banques et micro-finance à Harare, Zimababwe. L’auteur, de nationalité burkinabé, a été plusieurs années à la tête de la direction africaine du PNUD.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.