Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Impasses et promesses

 | 
Daniel Fino

Propos

Texte intégral

1La coopération au développement semble s’embourber dans une IMPASSE. Mais il se peut qu’on n’en ait pas encore visité tous les alentours. Des issues existent sûrement, PROMESSES de renouvellement de pratiques dont la noble finalité n’autorise aucun abandon.

2Et pourtant, le constat est douloureux. Le contexte dans lequel évolue la coopération au développement n’a pas changé depuis quatre décennies : la pauvreté ne se résorbe pas, les inégalités persistent, les injustices demeurent. La coopération, qui avait été conçue et institutionnalisée comme outil de changement social, comme engrais de bonification à long terme, se retrouve sur la sellette : elle n’a pas su se mesurer aux forces qui font le monde, elle a perdu son combat pour l’égalité.

3Ce constat sonne-t-il le glas de la coopération ? Signifie-t-il que la coopération au développement, voire le développement lui-même, ont été mal pensés à la base ? Et si c’était le cas, comment les repenser ? Ou bien vaut-il mieux s’interroger sur les modalités des rapports engagés dans la coopération, sur les stratégies et les instruments utilisés ? Chercher à réorienter la coopération en utilisant autrement les centaines de millions de dollars qu’elle draine chaque année ?

4Ce débat large, controversé, à la fois historique et prospectif, philosophique et méthodologique est mené, au sein de l’IUED, dans le cadre de l’Équipe interdisciplinaire formation-opération-recherche : coopération (EIFOR Coopération). Il est repris dans ce cahier, qui propose des interrogations sur les blocages - fondamentaux ou instrumentaux - des temps de pose et de réflexion, mais aussi des impulsions nouvelles, des propositions concrètes, sources d’espoir pour une véritable réforme de la coopération.

5La rubrique “Lignes” pose la problématique. D. Fino introduit la discussion en cherchant les marges de manœuvre dont disposent encore les acteurs de la coopération. A force de volonté et de persévérance, ceux-ci - ONG, coopérants, experts et autres professionnels - devraient parvenir à rendre leur pouvoir aux populations locales, à leurs institutions, et à réhabiliter leurs modes d’organisation. J.-P. Olivier de Sardan s’intéresse aussi beaucoup au rôle que peuvent jouer les différents acteurs du développement pour revaloriser les entreprises des populations locales. B. Lecomte discute quant à lui du partenariat entre les ONG du Nord et du Sud. Comment faire pour ne pas se rendre dépendant d’une seule source de revenu sans froisser les susceptibilités des uns et des autres ? Comment se concevoir comme de réels partenaires plutôt que comme des gêneurs potentiels ?

6Ce dossier aborde aussi largement la question de la représentativité des acteurs de la coopération. Selon P. C. Damiba, des distances géographiques, culturelles et intellectuelles démesurées séparent les différents protagonistes du développement qui, finalement, s’enferment dans la paresse et la dépendance réciproque. Et puis, derrière l’affichage ostensible d’objectifs identiques se cache en fait une foule d’intérêts divergents qui, finalement, peuvent n’avoir en commun que la volonté de maintenir le statut quo, remarque I. G. Lithman en analysant le cas des Indiens du Canada. L’incompatibilité des objectifs réels des différents acteurs rend aussi très lourde, voire impossible, la tâche de coordination des projets mis en œuvre sur un territoire national, constate M. Tidjani Alou au Niger.

7Enfin, I. Milbert se penche sur les oubliés de la coopération au développement : les citadins. Appliquée à la ville, la “good governance” semble impuissante à soutenir les démarches locales. Tout au plus est-elle un nouvel outil d’ingérence qu’il s’agit de mettre à sa juste place.

8Les questions de fond soulevées dans cette rubrique sont reprises, commentées et critiquées dans “Controverses. Elles sont illustrées par des témoignages vivants dans “Paroles. Enfin, “Points d’appui” propose un commentaire bibliographique ciblé et une bibliographie générale sur le sujet.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.