Version classiqueVersion mobile

L’économie à la recherche du développement

 | 
Christian Comeliau

Paroles

L’impératif marchand

Propos recueillis par Yvonne Preiswerk

Gérald Berthoud

Texte intégral

1Qu’évoque aujourd’hui pour nous l’idée de marché ? À quoi se réfère-t-on lorsqu’on utilise ce terme apparemment si banal ?

2Il n’est pas simple de répondre à ces questions tant les images et les réalités du marché sont multiples. Il s’agit d’abord et prioritairement, de la place du marché, un lieu d’activité sociale débordante. Puis, le marché peut se concevoir comme un processus, ou une fonction spécifique, qui a ses règles précises, et qui renvoie à un ordre économique relativement autonome par rapport à l’ensemble de la société. Mais le marché n’est pas seulement place ou processus ; il est aussi un principe beaucoup plus abstrait, le principe du marché, qui englobe des modes de comportement ou de conduite propres à n’importe quel type de relations sociales, par exemple l’échange de services, la charité, la générosité, le don, le contre-don et la réciprocité, entre autres. Toutes ces actions sont alors envisagées formellement comme un choix calculé entre des moyens toujours rares et une finalité particulière. On peut ainsi dire que la totalité sociale peut être perçue comme un marché au niveau de la logique de son fonctionnement. Loin de n’être qu’un lieu de dimension économique, le marché est un fait social total qui implique tous les niveaux de la réalité sociale, qu’ils soient économiques, juridiques, sociaux ou même tous à la fois, en interaction les uns avec les autres.

3Or, cette image, dans ce qu’elle a de socialement englobant, est généralement utilisée pour penser le marché dans ce qu’il a de plus abstrait et de plus économiquement autonome. L’économie de marché a comme visée d’autonomiser un ordre de la réalité sociale, qui serait économique et obéirait à des lois spécifiques, de sorte qu’il se suffirait à lui-même, toute autre forme d’économie étant alors perçue comme des interactions avec les contextes sociaux, juridiques ou autres. Évidemment l’utilisation d’une telle image pose problème.

4Soulignons encore que le marché est aussi une force. Il a une capacité de transformer la société. Aujourd’hui, de façon dominante, le marché apparaît comme le seul moteur capable de soumettre l’ensemble du monde à une transformation radicale. Lorsqu’on parle de marché, les idées de place, de processus, de principe ou encore de force se mélangent et se combinent, même si c’est indéniablement l’image de la place du marché qui a la plus forte charge idéologique. Elle laisse croire que le marché, même le plus libéré de toute obligation sociale et de toute contrainte politique, trouverait sa pleine légitimité dans une institution solidement ancrée dans la société.

5Le marché fait donc partie des représentations englobantes majeures de notre temps. Il évoque un univers où tout, ou presque, est transformable en marchandises pour le plus grand bonheur des individus, qui sont vus, de manière réductrice, comme des consommateurs. S’affiche alors avec force l’idée de liberté, telle qu’elle s’exprime à travers la multiplicité des choix entre des biens et des services disponibles en abondance. À partir de cette vision idéale, des termes clé s’imposent tout naturellement, malgré leurs aspects moins “enchanteurs”. Par exemple, la compétitivité est devenue un terme incantatoire au point de ne plus être soumise à la moindre interrogation. Il devient dès lors aisé d’imaginer qu’il n’y aurait pas d’alternative au capitalisme libéral. Cette idée, qui s’est largement imposée, permet de dire que le marché est au cœur même de la “pensée unique” ; qu’il est de l’ordre de la nature. C’est comme si on ne pouvait rien contre sa présence hégémonique. Il est vrai qu’un certain nombre d’événements bien connus de tous - la chute du mur de Berlin, l’échec du communisme -cautionnent cette vision et la renforcent. Ce n’est pourtant pas suffisant.

6Selon une représentation sociale dominante, le marché ne serait-il pas l’unique institution capable de constituer la “bonne société” à l’échelle nationale et internationale ?

7Toute réflexion sur le marché suppose une double dimension, descriptive (dire ce qui est) et normative (dire ce qui doit être). Le marché permet ainsi de tenir un discours sur ce que devrait être la “bonne société”. La représentation d’un marché propre à réguler toute la vie sociale s’impose en effet de plus en plus tant au niveau local que mondial.

8Dans la société traditionnelle, le recours au principe transcendantal et la croyance en une force supérieure permet de lier les hommes. Avec la modernité, cette soumission à un au-delà est balayée et le principe organisateur de la société devient intérieur à celle-ci. C’est alors que s’affirme avec force l’échange, qui devient le fondement d’une construction sociale faisant de chacun un “échangiste”. Qu’il soit travailleur ou entrepreneur, chaque homme doit être utile aux autres et participer aux multiples échanges constitutifs d’une société en mouvement permanent. Le lien social apparaît dès lors comme une sorte de contrat entre des individus libres et volontaires, dont les choix semblent déterminés par le système des prix. Cette manière de voir est très largement répandue aujourd’hui, même si les limites sociales et éthiques d’une telle vision du monde apparaissent. Les individus sont tous censés produire des choses ou des services commercialement utiles, sous peine d’être exclus du marché et donc, en quelque sorte, de la société. C’est un monde fracturé entre des gagnants et des perdants. L’État est subordonné aux exigences économiques, alors qu’idéalement, chaque individu devrait pouvoir s’insérer dans l’univers concurrentiel du marché et l’État social devrait reposer sur un ensemble de mesures dissuasives qui permettraient de limiter le nombre des assistés. Cette situation de subordination de l’État à l’économique caractérisait l’Angleterre au début du xixe siècle, lorsque la science économique affrontait la question de la pauvreté. On disait alors que la meilleure façon de sortir les pauvres de leur condition était de ne pas les aider. N’en est-il pas de même aujourd’hui à l’échelle mondiale ?

9Alors qu’on tient en permanence un discours sur la transformation constante de la société, il est tout à fait extraordinaire de relever le caractère cyclique des idées et des valeurs, tant au niveau des légitimations que des manières de voir.

10Le marché séduit. Il attire parce qu’il donne l’impression d’être la sphère par excellence où peut s’exprimer la liberté individuelle contre toute obligation sociale et contre toute contrainte politique. Ainsi la souveraineté du consommateur semble déterminante et le marché prend des allures de démocratie économique. Une telle représentation de la société tend néanmoins à réduire toute relation sociale normale à de strictes fonctions nécessairement impersonnelles. Dans un tel contexte, les relations interpersonnelles sont dévalorisées ou sont limitées, hélas, à la sphère de la vie privée.

11Une telle idée n’est pas nouvelle, loin s’en faut. Un essai écrit à la fin du xvie siècle, intitulé Deux paradoxes de l’amitié et de l’avarice, voit dans l’amitié une sorte de pratique antisociale, alors que l’avarice - prise dans le sens moderne de l’intérêt - permettrait de créer une société relativement objective, fondée sur le principe d’équivalence des biens et des services échangés. Selon cet essai, les individus, perçus comme des étrangers les uns par rapport aux autres, obéissent certes à des règles communes. Ces dernières, garanties par l’État, les maintiennent à distance les uns des autres. Ainsi, le marché dissout les sentiments d’appartenance et impose l’indifférence comme condition de son bon fonctionnent. Seule l’utilité réciproque lie ces étrangers.

12Pour quelle raison cette manière de se représenter le sens et la fonction du marché s’impose-t-elle avec une telle force ?

13Pour y voir plus clair, il faut tenter de penser l’origine même du marché comme pratique, comme idée et comme institution. Nous sommes alors renvoyés à la perspective de l’économie dite naturelle, vision évolutive dont le point de départ est le troc.

14Nombre de manuels de sciences économiques se réfèrent, d’une manière ou d’une autre, au récit fondateur des deux sauvages qui entrent dans une relation d’échange économique en vue d’obtenir un bien utile. Telle serait la naissance du troc qui obéirait, dès le départ, à une stricte réciprocité d’intérêts. Véritable donné exclusif de la nature humaine, l’intérêt confirmerait la naturalité du marché. Il suffit de revenir au point de vue récurrent d’Adam Smith : il y aurait chez l’homme une propension à l’échange. Et Smith d’ajouter que l’on n’a jamais vu deux chiens échanger un os. L’échange est donc la marque même de la condition humaine.

15Tant de continuité depuis ces récits jusqu’à nos jours permet de comprendre le profond ancrage culturel et explique qu’on perçoive le marché comme une réalité proprement naturelle. Hayek, par exemple, ramène le marché à un ordre naturel ou spontané. Si, dans la longue histoire de l’humanité, le marché ainsi conçu ne s’est pas imposé plus tôt dans sa forme achevée, c’est parce qu’il était en quelque sorte bloqué par des institutions ou des sociétés incapables d’en imaginer la portée libératrice pour les individus. À cause de cette méconnaissance, les membres des sociétés traditionnelles n’auraient pas été en mesure de satisfaire leurs seuls intérêts individuels, puisque leurs institutions étaient proprement antiéconomiques.

16Faut-il penser que cette manière de voir exclut toute autre conception du marché ?

17Le pire serait de se résigner et d’accepter le conformisme d’une vérité culturelle, affirmée depuis plusieurs siècles par de si nombreux auteurs. Même si cette manière de voir reste largement dominante, elle n’est pourtant pas la seule.

18En effet, en sciences sociales on est à l’opposé de cette vision : le marché est considéré comme une construction sociale, ou plus rigoureusement encore, sociétale. Il s’agit de sortir du réductionnisme de l’ordre économique autonomisé colonisé par le savoir d’une science économique orthodoxe. Le marché devient alors une institution qui ne peut être intelligible que si elle est considérée dans le contexte d’une société particulière. Cette vision s’oppose ainsi radicalement à la vision naturaliste. On pourrait parler d’une approche institutionnaliste ou contextualiste, le marché étant replacé dans un ensemble qui lui donne un sens et lui impose des limites.

19Au naturalisme de la première approche, fondé sur l’hypothèse d’une nature humaine unidimensionnelle et animée par le seul critère de l’intérêt, correspond l’artificialisme d’une approche pour laquelle le marché est fondamentalement une construction et qui met donc en évidence un certain relativisme.

20Un des représentants les plus notoires de cette perspective est sans nul doute Karl Polanyi, qui montre dans son ouvrage La Grande Transformation (1944), devenu aujourd’hui un grand classique de la réflexion critique sur le capitalisme, comment et pourquoi l’Occident moderne, au tout début du xixe siècle en Angleterre, en est arrivé à se représenter un ordre économique autonome et comment se sont peu à peu instaurées des institutions correspondantes. Toute l’argumentation de Polanyi se trouve en quelque sorte condensée dans la notion centrale de marché autorégulateur.

21Ceux qui, aujourd’hui, tentent de prolonger la pensée de Polanyi se doivent de garder quelque distance. Ne sommes-nous pas en quelque sorte devant une double difficulté ? Selon la vision naturaliste, l’ordre économique aurait un tel impact sur la totalité sociale qu’il en déterminerait, d’une façon ou d’une autre, toutes les composantes. Par ailleurs, se poser la question de la place de l’économie dans la société revient à admettre que la totalité sociale est toujours déjà donnée.

22Est-il possible de dépasser cette dichotomie naturalité/artificialité ?

23À l’évidence une telle dichotomie n’est pas satisfaisante. Elle nous renvoie à un débat majeur qui a eu lieu dans les années vingt, opposant Polanyi aux économistes autrichiens comme von Mises ou Hayek. Pour le premier, si le libéralisme économique venait à triompher et si l’idée du marché autorégulateur devenait effective, la destruction même de la société deviendrait à plus ou moins long terme inéluctable. Les seconds admettaient, comme Polanyi, l’existence d’un double mouvement opposant les principes du libéralisme économique à la nécessité de garantir et de maintenir la cohésion sociale par des mesures plus ou moins volontaristes. Mais, selon eux, seul le libéralisme centré sur la liberté économique pouvait permettre une organisation viable de la société.

24Il est probablement inutile de dire que cette confrontation d’idées des années vingt trouve aujourd’hui toute sa pertinence dans le débat majeur sur la mondialisation. Ceci nous oblige à constater, une fois de plus, l’aspect cyclique de thèmes controversés qui touchent aux fondements mêmes de notre société. En reprenant les arguments de von Mises et de Hayek d’une part, et ceux de Polanyi d’autre part, on pourrait prétendre que la mondialisation va sauver le monde, ou, au contraire, qu’elle va le détruire. En bref, nous pourrions avoir l’impression d’être enfermés dans un véritable mouvement pendulaire entre deux points de vue rigoureusement antithétiques. La critique d’une position signifierait nécessairement l’adoption de l’autre. De manière paradoxale, ne faut-il pas voir dans ces deux argumentations des explications globales complémentaires ? Une telle position revient à renoncer à tout dogmatisme et à prétendre, de manière étrange sans doute, que le marché relève à la fois de la naturalité et de l’artificialité. Dans une apparente réconciliation entre Hayek et Polanyi, le marché serait à la fois spontané et sociétalement construit. Pour le dire autrement, le marché serait virtuellement présent dans toutes les sociétés, mais son actualisation dans diverses situations sociales et historiques ne serait possible que si certaines conditions sont remplies.

25Si le marché est universel comme virtualité et que son actualisation n’est effective que dans un contexte sociohistorique précis, comment rendre compte d’un tel paradoxe ?

26Partons de la leçon magistrale que Mauss nous donne dans l’Essai sur le don (1924). Sur la base des acquis de la recherche ethnographique de son temps, et à l’opposé du credo de l’économie dite naturelle, Mauss voit dans le don une véritable matrice du lien social ou encore un invariant anthropologique. Dans la perspective maussienne, le don est en effet une pratique sociale complexe définie par une tension irréductible entre liberté et obligation d’une part et intérêt et désintéressement de l’autre. Affirmer son individualité et rechercher ses intérêts ne sont alors possibles que dans un mouvement d’ouverture à autrui. Observée dans de nombreuses sociétés archaïques, cette base de toute relation interpersonnelle est constitutive de notre humanité.

27Nul marché n’apparaît dans une telle complexité primordiale. On y trouve pourtant des éléments centrés sur la composante individuelle. Il n’est donc pas exagéré de parler du caractère virtuel du marché. Dans une telle perspective, il est aisé de constater combien il est réducteur de voir dans le marché pleinement actualisé une pure construction politique et culturelle ou, au contraire, l’aboutissement d’un mouvement naturel et spontané. Mais un tel marché sépare les parties en jeu et les libère de maintes obligations sociales. Il s’affirme contre toute forme d’organisation communautaire. Ainsi pour beaucoup, le marché peut apparaître comme la seule forme de régulation sociale acceptable. Mais il s’agit logiquement d’un lien social fonctionnel ou de relations proprement impersonnelles. Avec Mauss et d’autres, nous devons admettre l’impossibilité de concevoir une société qui équivaudrait à un marché généralisé, selon une vue représentative de la modernité.

28Le fondement anthropologique, repéré par Mauss, est occulté au point de disparaître de nos consciences. Les relations proprement marchandes, les rencontres bureaucratiques et administratives, toutes impersonnelles, suffisent-elles pour organiser une société dans laquelle les relations entre personnes (et non pas simplement entre individus) seraient contenues à l’intérieur d’une sphère privée restreinte ? Avant même de pouvoir esquisser la moindre réponse à une telle question, encore faudrait-il mieux saisir la catégorie englobante du marché.

29Que dire des catégories constitutives du marché ?

30Le marché peut être saisi comme un univers sémantique décomposable en un certain nombre de catégories particulières. Un tel univers implique un sujet humain réduit à sa seule dimension d’individu qui n’entre en relation avec les autres que sur le mode contractuel. Motivé par son seul intérêt (ou celui de l’organisation qu’il représente), l’individu voit toutes ses actions, même les plus généreuses - en apparence tout au moins - être soumises à une évaluation des gains et des coûts.

31La propriété est une autre catégorie essentielle. Tout est aujourd’hui perçu comme une propriété et par conséquent comme un capital. N’est-on pas propriétaire de sa personne et donc de toutes ses pensées et de toutes ses actions ? Dans toutes les sociétés traditionnelles, la terre représente la propriété par excellence ou plus rigoureusement, elle constitue un patrimoine, transmissible d’une génération à l’autre. Ceci confère à la propriété un caractère d’inaliénabilité.

32Avec l’avènement de la modernité, cette conception patrimoniale est, dans son principe même, condamnée. La terre, et toutes autres choses appropriables, sont soumises à un critère exemplaire de la modernité, celui de la mobilité. Tout devient aliénable, tout peut circuler, être échangé. L’échange apparaît comme un mode de relation fondamental pour organiser une société envisagée comme un agrégat d’individus propriétaires. De ce fait se profile l’image d’une société dans laquelle plus rien n’est stable. Tout -personnes et choses - devient mouvant et interchangeable. Dans une telle représentation, qui valorise jusqu’à l’absolu la mobilité et la flexibilité, seul l’échange - intéressé et calculé - peut encore unir des individus et des groupes, par ailleurs largement séparés les uns des autres jusqu’à se percevoir comme des étrangers.

33Cet univers sémantique, à peine esquissé ici, constitue ce que l’on pourrait définir, à la suite de Castoriadis, une signification imaginaire sociale, qui se manifeste à travers des idées, des valeurs, des symboles, ou encore plus largement des institutions, qui permettent tous de lier une société. Or, aujourd’hui, le marché - ou plus largement le capitalisme libéral - constitue une signification imaginaire sociale centrale. On constate sans surprise la force du conformisme de la pensée commune certes, mais aussi de la pensée savante, sur l’homme et la société. Faut-il dès lors penser que la catégorie de l’échange est à ce point intériorisée par tous qu’elle réduit les liens sociaux à de stricts rapports utilitaires ?

34Et l’humanité de l’homme ?

35On peut se poser la question de savoir si nous sommes encore proprement humains. Pour beaucoup une telle interrogation normative ne serait pas pertinente dans le champ étroitement considéré des sciences sociales. Pourtant, on ne voit pas la raison d’être des sciences sociales si elles venaient à s’interdire un tel questionnement. Sans pouvoir prétendre répondre à cette question de manière argumentée, il faut tout de même relever que le conformisme marchand mutile l’être humain. Le déséquilibre en faveur des valeurs individualistes trouve là une légitimité qui peut aller jusqu’à exclure toute possibilité de critique.

36Ramenée à ses seules composantes individualistes et échangistes, l’humanité de l’homme permet d’établir des discriminations entre les personnes, les groupes et les nations. La relative non-humanité des pauvres et des exclus s’affirme, de manière plus ou moins claire, aussi bien dans la question de l’aide aux pauvres de l’Angleterre du début du xixe siècle, par exemple, que dans les politiques actuelles de “développement”. Ou encore, dans la tradition de l’économie classique anglaise, la “société commerciale” apparaissait comme un heureux paradoxe puisque la subsistance des pauvres devait être assurée par la quête incessante et intéressée de biens par les riches. Telle devait être, malgré son évidente inégalité, la supériorité de cette société sur toutes les autres.

37Polanyi, de manière radicalement opposée, voit dans ces deux finalités de l’existence, pour rester dans la simplification heuristique d’une dichotomie entre pauvres et riches, deux motivations aliénantes : d’une part, celle du pauvre, dont toutes les pensées et les actions sont mobilisées pour assurer sa survie physique ; d’autre part, celle du riche, dont la visée ultime est de s’enrichir sans fin. Ne serait-il pas urgent d’apprécier la situation planétaire actuelle par rapport à ces deux manières de voir ?

38Quelles sont les priorités et la responsabilité des sciences sociales ?

39La difficulté majeure pour répondre à cette question réside sans doute dans le fait que les sciences sociales sont englobées dans une culture utilitaire qui décrète que seul ce qui est utile est vrai, bien et juste et qui permet ainsi d’établir un clivage clair entre ce qui doit être étudié et ce qui ne doit pas l’être. Cette position est perverse. En raison de leur légitimité limitée dans la société actuelle, nos domaines se coulent dans le moule du conformiste utilitariste dans l’espoir d’une reconnaissance à l’instar des sciences “dures”. Le plus souvent ils ne produisent que des rapports conformes à l’opinion commune ou si spécialisés qu’ils en perdent toute signification et toute pertinence.

40Une évaluation récente de l’état des sciences sociales en Suisse, établie par le Conseil suisse de la science avec la collaboration d’experts étrangers, a montré très clairement que nos disciplines devaient être “revitalisées”. Fragmentés jusqu’à l’absurdité, nos champs de spécialisation nous font perdre l’essentiel. Aujourd’hui plus que jamais, les sciences sociales se doivent de rappeler que la revendication constante de la liberté économique, sauf à concevoir toute société comme un agrégat d’atomes individualisés, ne peut s’envisager que dans des ensembles cohérents et équilibrés, tant au niveau local, régional, national que planétaire.

41Une des préoccupations inquiétantes de notre temps, n’est-elle pas celle de maintenir une cohésion sociale et de donner un sens à l’existence humaine ? Ce devrait être la tâche majeure des sciences sociales aujourd’hui. Sommes-nous prêts à assumer collectivement une telle responsabilité ?

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search