Version classiqueVersion mobile

L’économie à la recherche du développement

 | 
Christian Comeliau

Lignes

Emploi contre travail

Andràs November

Résumé

Le désir de travail, et donc l’aspiration au travail comme valeur, se sont profondément renouvelés dans le monde actuel, parce que le travail est source de revenus et qu’il est devenu rare, certes, mais aussi parce qu’il est un fondement de l’insertion sociale. Andràs November pense donc qu’il convient d’en rechercher le sens le plus général, au-delà de celui qu’il a revêtu dans les sociétés industrialisées.
Cependant le réductionnisme de la pensée économique actuelle confond travail et emploi marchand, et les exigences de la mondialisation détruisent ce qu’il était convenu d’appeler le “contrat social”. Le partage du travail débouche sur des mesures insuffisantes en termes d’emploi, et aussi sur la précarisation. Andràs November souligne la nécessité de la rémunération des activités non marchandes et la généralisation du “revenu d’existence”. La ré-actualisation des potentialités de la notion de travail ne sera possible que dans le cadre d’une économie plurielle, fondée sur la complémentarité entre l’économique, le social et l’écologique.

Texte intégral

  • 1 Riffault Hélène, “Les Européens et le travail”, dans Futuribles. Numéro spécial, “L’évolution des v (...)

1Le chômage endémique confère à la création des emplois un véritable état d’urgence. Il n’est pas étonnant dès lors que, comme le montre une enquête réalisée dans plusieurs pays européens, le travail occupe une position élevée parmi les différentes valeurs sociales, non seulement pour le revenu qu’il procure, mais aussi en raison de l’insertion sociale qu’il assure1. Ainsi, le désir d’avoir un travail est devenu un enjeu fondamental de la société. Il est intéressant de relever que ce changement d’attitude à l’égard du travail arrive après trente ans d’un hédonisme qui a prôné une “société sans travail” au nom de l’épanouissement personnel et de la civilisation des loisirs.

  • 2 Arendt Hannah, The human condition. A study of the central dilemmas facing modern man, New York, Do (...)

2Ce phénomène s’explique en partie par la raréfaction des emplois. Il tend à minimiser le fait que l’accomplissement du travail est fatigant, contraignant, ennuyeux, répétitif, usant, voire même aliénant. Le travail humain est toujours “un espoir négatif”, selon une belle formule de Hannah Arendt2, car il est inconcevable sans sa zone d’ombre qu’est la pénibilité. La question qui se pose désormais est de savoir comment atténuer ou dépasser la peine ou la souffrance (contrainte, stress, fatigue, épuisement) inhérente au travail par l’enrichissement des tâches ou les diverses formes de participation et de cogestion, sachant qu’il est impossible de l’annuler.

  • 3 Sabelli Fabrizio, “Voyage vers l’indifférence”, dans La différence, Neuchâtel, Musée ethnographique (...)
  • 4 Bresson Yoland, dans Le travail en question, Lausanne, Déclaration de Berne et Oxfam, Orcades, 1995 (...)
  • 5 Sainsaulieu Renaud, “Quel avenir pour le travail ?”, dans Esprit, décembre 1995, p. 187.

3La violence symbolique s’installe dans l’interstice qui s’ouvre, de manière imperceptible, entre la forte valorisation du travail dans les représentations sociales et le vécu quotidien laborieux, jalonné de multiples contraintes. Ce conflit entre l’illusion et le réel engendre cette violence particulière que subit l’acteur social avec sa pleine complicité3. Or, si la connivence (ou la soumission) du travailleur est acquise pour obtenir ou garder son travail, c’est parce les gains hypothétiques l’emportent sur le sacrifice imposé. Comme le note Yoland Bresson, “chacun vend son temps pour recevoir en contrepartie un revenu en monnaie, le salaire, qui permet d’acheter le temps des autres incorporé dans les objets”4. Les souffrances quotidiennes du travail sont échangées contre un potentiel de consommation futur et ouvrent les perspectives de réalisation de soi et la considération de l’autrui5. La situation paradoxale qui résulte de l’écart entre la réalité économique et l’imaginaire social en matière de travail offre un terrain privilégié à la violence symbolique, qui ne peut disparaître qu’avec l’émergence d’un nouveau paradigme de travail.

  • 6 Méda Dominique, Le travail, une valeur en voie de disparition, Paris, Aubier, 1995.
  • 7 Raffestin Claude, “Le travail comme langage” dans Travail et éthique. Village Alternatif au Salon d (...)
  • 8 Denis de Rougemont parle de l’homme qui “pense avec ses mains” : “Penser avec les mains, c’est pens (...)
  • 9 C’est la vision de Marx, cf. Dictionnaire critique du marxisme, Paris, PUF, 1982, pp. 902-903.
  • 10 Barel Yves, “Le Grand Intégrateur”, dans Connexions, n° 56, 1990, cité par le Nouveau Manuel, Scien (...)
  • 11 SUE Roger, “Significations sociales du travail”, dans RACINE Raymond Ed., L’Europe au-delà du chôma (...)

4Peu de notions sont aussi complexes à appréhender que celle de travail. Présenté tour à tour comme “l’essence de l’homme”6, le “langage” cristallisé dans les objets7, la “pensée en actes”8 ; une valeur sacrale (car liée au sacrifice), le travail occupe une place centrale dans les activités humaines. C’est à travers le travail que l’homme produit et se produit en s’appropriant la nature9 ; il est le fondement de son existence individuelle de même que de sa position sociale, allant au-delà de la nécessité d’assurer sa subsistance. Une autre dimension du travail humain est qu’il est le “grand intégrateur” de la vie économique et sociale10. Dans ce sens, “la nature du travail est sociétale, avant d’être sociale” puisqu’il est un élément structurant et régulateur de l’organisation sociale11.

5Par ailleurs, une série de binômes dialectiquement opposés montre le contenu particulièrement riche de ce concept : travail labeur/travail œuvre, travail concret/travail abstrait, travail physique/travail intellectuel, travail vivant (force vive)/ travail mort (capital, machines), travail de direction/travail d’exécution, travail marchandise/travail projet, travail punition/travail vocation, travail formel/travail informel, etc.

  • 12 Serres Michel, Les messages à distance, Montréal, Fides, 1995.

6Au cours de l’histoire, le rôle du travail change en fonction du développement technologique et de l’organisation sociale. Michel Serres identifie trois grandes étapes de l’évolution du travail : les deux premières phases sont la transformation des choses d’abord à froid (labeur), ensuite à chaud (thermodynamique des machines) qui sont supplantées, avec le règne de l’information et des réseaux, par une immense “messagerie” véhiculant le travail dématérialisé. Trois figures mythiques, Atlas, Hercule et Hermès, symbolisent ces trois catégories de travail12.

  • 13 Cf. Le travail, Revue internationale des sciences sociales (UNESCO), vol. XXXII, n° 3, 1980.
  • 14 Méda Dominique, op. cit. p. 341.

7Par ailleurs, les conceptions du travail propres à différentes sociétés sont des catégories historiques et culturelles, datées et localisées étant donné que les organisations du travail évoluent en symbiose avec la dotation et l’innovation technologiques des sociétés concernées. Seul le capitalisme mondialisé semble arriver à gommer la multiplicité de pratiques pour établir une seule sorte de travail, l’emploi salarié. C’est seulement dans les pays industrialisés que le travail (rémunéré) a été érigé en norme organisatrice de la société13. Mais cette forme de travail, encore dominante, sera bientôt dépassée. Comme le remarque Dominique Méda, “le paradigme du travail n’est plus le travail industriel, mais le travail appuyé sur les nouvelles technologies qui font plus de place à l’initiative et à l’intelligence humaine”14.

8La notion actuelle du travail est marquée par le sceau du réductionnisme, qui confond “travail” et “emploi”. Pourtant ces deux concepts ne sont pas équivalents, même si dans le langage courant ils sont utilisés comme des synonymes. Le travail est un phénomène social global ; il est socialement imposé et défini par son utilité sociale L’emploi salarié, en revanche, fait partie de la sphère économique (marchande et monétarisée).

  • 15 Aznar Guy, “Le cœur du désaccord”, dans Garantir le revenu: une des solutions à l'exclusion. Paris, (...)

9Ajoutons pour compléter le tableau une troisième notion, l’activité autonome, qui s’exerce pendant le temps libéré des contraintes productives qu’imposent l’emploi ou le travail15 et qui relève soit de la sphère communautaire (activités sociales et culturelles), soit de la sphère individuelle (loisirs).

  • 16 Baechler Jean, Le capitalisme. Vol. 2: L'économie capitaliste, Paris, Gallimard, 1995, p. 111.

10La société industrielle a opéré une réduction de la notion de travail en le considérant comme un facteur de production pour les entreprises et comme une source de revenu pour les travailleurs. La force physique, les connaissances, les compétences et le savoir-faire constituent désormais le “capital” humain, dont l’intérêt (dans tous les sens du mot) est versé sous forme de salaire16. Mais le capital-travail ne fournit pas seulement un revenu pour les travailleurs, il est aussi le substrat de la sécurité sociale par le biais de prélèvements sociaux sur le salaire. Dans la société salariale, seul l’emploi procure le droit à la protection sociale.

  • 17 PNUD, Rapport mondial sur le développement humain 1995, Paris, Economica, 1995, p. 95.

11Peu à peu, c’est l’emploi - et pas le travail - qui est devenu le fondement de la socialisation, de l’insertion et de l’identité dans la société industrielle, alors que le travail (non rémunéré) a été évacué du champ économique. Le travail effectué en dehors de la sphère marchande est considéré dès lors comme non-travail, “informel”, socialement et humainement non valorisé. Par exemple, le Rapport mondial sur le développement humain constate que “la majeure partie du travail des femmes reste non rémunérée, non reconnue et sous-évaluée” ; ceci malgré le fait que le travail des femmes, traduit en valeur monétaire, représente environ onze mille milliards de dollars chaque année17.

La fin du contrat social

  • 18 Hunyadi Mark, La vertu du conflit. Pour une morale de la médiation, Paris, Cerf, 1995, p. 96.

12Le contrat social, qui revient souvent dans les discours, détermine l’organisation économique et sociale. Il est en fait une sorte de convention dont les règles ne sont pas juridiquement validées mais ont néanmoins une force normative socio-économique reconnue comme le fondement de la praxis collective18. Le contrat social est virtuel, dans le sens qu’il n’implique pas de sanction juridique, mais met au ban de la société ceux qui ne s’y conforment pas.

  • 19 Salais Robert, “L’analyse économique des conventions du travail”, dans Revue économique, numéro spé (...)

13Le contrat social régissant le travail a de multiples contenus, en partie implicites (non codifiés, comme le droit au travail) et en partie explicites (inscrits dans la législation, comme le droit du travail). En même temps, il constitue un système d’attentes réciproques sur les comportements des acteurs, conçus comme allant de soi19. Ce contrat est évolutif, il est constamment revu et corrigé, soit par le biais de négociations entre partenaires sociaux, soit par le législateur.

14Les principaux éléments du contrat social existant sont les suivants :

    • 20 Le rôle de l’État dans le contrat social n’est pas toujours clairement établi : il est d’abord gara (...)

    le plein emploi est un objectif économique et social fondamental ; il est assuré par le secteur privé et l’État n’intervient que subsidiairement en cas de dysfonctionnements graves ou de perturbations persistantes20 ;

  • la sécurité de l’emploi est assurée aux travailleurs et aux employés sur toute la durée de la vie active ; dès lors, les relations entre salariés et employeurs sont conçues à long terme permettant de prévoir l’avenir de chacun à l’intérieur d’une entreprise (établissement de plans de carrière) ;

  • l’amélioration progressive des conditions de travail est le résultat de négociations collectives entre les partenaires sociaux concernés (ces négociations portent essentiellement sur le contrat de travail à durée indéterminée, définissant le nombre d’heures de travail, les catégories de salaires, les congés payés, les conditions de retraite, l’interdiction du travail de nuit, etc.) ;

  • la formation, l’emploi (et la retraite) constituent des périodes distinctes dans la vie d’une personne ; le passage de la formation à l’activité professionnelle ou, plus exactement, à un métier, est facilité par la reconnaissance formelle des qualifications, qui donne accès à un emploi déterminé et à une rémunération correspondant au niveau de formation ; l’État prend entièrement ou partiellement en charge les dépenses d’éducation et/ou de formation professionnelle ;

    • 21 Il convient de souligner que le principe de la division sexuelle du travail a été revu et formellem (...)

    la division sexuelle du travail réserve aux hommes un accès prioritaire aux emplois, tandis que l’éducation des enfants et l’organisation du ménage incombe plutôt aux femmes qui n’occupent un emploi qu’en cas de nécessité, leur salaire constituant un appoint au revenu du ménage21 ;

  • la répartition “intergénérationnelle” de l’emploi prévoit qu’une seule génération occupe les emplois disponibles (population active), leurs cotisations sociales couvrant les coûts de retraite de base des personnes qui ont quitté la vie professionnelle (en particulier l’AVS en Suisse) ;

    • 22 Le droit à la sécurité sociale d’un individu ou de sa famille est encore systématiquement lié a l’a (...)

    la sécurité sociale vise à protéger les travailleurs et les membres de leur famille en cas de maladie, d’accident, d’invalidité ou de chômage ; le système de protection sociale garantit en outre le droit à un revenu de substitution en cas de perte de gain et/ou assure diverses allocations complémentaires au salaire (par exemple, allocations familiales), financés par les cotisations paritaires des employeurs et des employés22 ;

  • enfin, la sphère productive et les loisirs sont nettement séparés.

15Certains observateurs remarquent que les termes du contrat social ne sont plus respectés. D’autres estiment que le moment est venu de les abandonner en faveur des lois du marché. Mais au-delà du débat idéologique, on peut constater que la rupture du contrat intervient de toute façon lorsque les circonstances qui ont régné lors de sa conclusion sont modifiées à tel point que ses termes ne peuvent plus être observés. On peut évoquer à cet égard les principes de la clause “rebus sic stantibus qui prévoient d’abroger une convention lorsque les conditions dans lesquelles elle a été instaurée ont subi des modifications fondamentales.

16Ce changement socio-économique est accompagné d’une certaine violence latente qui s’exerce par la “déréglementation” du contrat tacite et de la législation économique existants. Sous la pression des milieux économiques, les acteurs politiques abandonnent la pratique de la régulation socio-économique par la concertation pour la remplacer par l’autorégulation du marché. Ils souhaitent imposer le changement du régime contractuel sans négocier avec les partenaires sociaux (le pouvoir public et les syndicats). L’attaque est à la fois frontale et insidieuse. Elle risque d’emporter sur son passage l’ensemble des instruments de la régulation sociale.

  • 23 Baechler Jean, op. cit. p. 100.

17On peut se demander à ce stade, comment le système économique dominant survivra à la lente érosion des emplois et à la remise en question du contrat social qui constitue (encore) son fondement. En effet, Marx annonçait la disparition du capitalisme, privé du travail dont il tire sa substance23. Pourtant, le système n’a jamais été aussi fort qu’en détruisant des emplois (coûts variables), tout en les remplaçant par des technologies sophistiquées (coûts fixes). Le capitalisme financier et technique supplante la société industrielle basée sur le travail humain. Mais, le coût social de cette mutation est terriblement élevé.

Le chômage et l’exclusion

18Le chômage est devenu atypique. Il n’est plus ce qui accompagne la récession économique et disparaît (ou du moins s’atténue) avec la reprise. Dans de nombreux secteurs économiques les bénéfices sont en hausse, mais l’emploi est en baisse. L’économie des pays industrialisés en Europe et en Amérique du Nord est maintenant capable de produire davantage de richesses et de profit en un temps toujours plus réduit et avec de moins en moins de main-d’œuvre.

  • 24 Tschoui Maryse, “La déprime du chômeur”, par Maryse Tschoui, dans Fémina. 11 mars 1994.

19Le chômage est inséparable de la marginalisation et de la nouvelle forme de ségrégation qu’est l’exclusion. La perte d’un emploi peut entraîner l’isolement, le divorce, des problèmes de santé et, d’une manière plus générale, l’appauvrissement du réseau relationnel. “Qui suis-je si, sans travail, je ne suis plus rien ? - s’interroge un chômeur. Je regarde les gens qui partent travailler et je me dis que je ne suis plus rien, ou si peu de chose... Je me sens inutile, comme un boulet qui traîne. Ce sentiment de dévalorisation est mon pire ennemi. Il s’insinue partout”24.

  • 25 Cf. Elbaum Mireille, “Priorité à la lutte contre les inégalités”, dans Esprit, décembre 1995, p. 79

20L’exclusion, phénomène qui accompagne souvent le chômage est une notion difficilement définissable, mais néanmoins réelle, qui combine l’absence de considération envers les personnes et le déni de leurs droits sociaux25. L’exclusion est souvent le résultat d’un cumul de facteurs socio-économiques et psychologiques où le chômage, conjugué à d’autres éléments personnels comme un cadre familial instable, un manque de qualifications professionnelles, des difficultés relationnelles, ou simplement la malchance, aboutit à la “désaffiliation”, qui n’est pas seulement économique, mais “psychosociale”.

  • 26 Demaziere Didier, La sociologie du chômage, Paris, La Découverte, 1995, p. 18.

21Pour Didier Demazière, l’exclusion désigne des situations complexes composées de précarité économique et de rupture de liens sociaux. Mais l’exclusion sociale ne signifie cependant pas l’abandon par la collectivité. Bien au contraire, les exclus sont pris en charge par les services sociaux et par les institutions publiques ou de bienfaisance dans le cadre de l’assistance. Ils sont certes bien “traités” mais perdent leur identité et dignité de “travailleurs”. C’est précisément là que le bât blesse. En effet, “on parle des exclus, mais on ne se dit pas exclu”, remarque le même auteur, qui souligne que l’exclusion crée une distanciation entre inclus et exclus, et “assigne aux individus désignés comme tels à une position d’extériorité par rapport au système social”26. Dans la société duale qui se met en place, les exclus subissent une “socialisation secondaire” puisqu’ils sont enfermés dans un sous-monde institutionnel cantonné hors de la “normalité” sociale. L’exclusion est aussi réciproque : la société marginalise les exclus qui, à leur tour, rejettent la société.

  • 27 Définition citée dans la motion déposée le 20 octobre 1990 (M 684) au Grand Conseil du canton de Ge (...)

22Le système de sécurité sociale qui a été graduellement établi depuis plusieurs décennies apporte certes des correctifs aux effets négatifs de l’organisation économique. Mais face aux multiples formes de pauvreté moderne, la protection sociale s’avère manifestement inadaptée et lacunaire car une partie de la population - précisément celle qui ne peut se prévaloir de droits sociaux faute d’avoir acquis une expérience professionnelle comme salarié -“passe entre les mailles du filet” tendu par la sécurité sociale. Les autorités de la Ville de Genève ont décrit le phénomène de la “nouvelle pauvreté” de la manière suivante : “Si l’on s’est mis à parler de ‘nouvelles pauvretés’, c’est que l’on s’est rendu compte du fait qu’au-delà d’une perception classique de la pauvreté, bien connue des services sociaux d’assistance publique, apparaissent désormais des formes multiples de pauvreté traversant toutes les couches sociales. Non plus seulement affaires de revenu, mais liées à la nature même de notre société de consommation et de croissance économique, ces nouvelles pauvretés sont l’expression de la fragilisation et de la vulnérabilité d’individus et de familles vivant des circonstances diverses”27.

  • 28 Castel Robert, Les métamorphoses de la question sociale. Paris, Fayard, 1995, p. 399 et p. 433.

23Le traitement social du chômage, conçu comme une “étape” de transition vers un autre emploi, devient un “état” après l’échec définitif des tentatives d’insertion. En fin de compte, dans la société industrielle il n’existe que la “sociabilité asociale” si elle est détachée du monde du travail. Sur ce terrain potentiel, la violence symbolique peut se muer en violence du désespoir pour des gens qui n’ont plus rien à perdre, parce qu’ils ont déjà tout perdu28.

Vers un nouveau contrat social

  • 29 Conformément à la distinction entre “travail” et “emploi”, nous utiliserons ici le terme “partage d (...)
  • 30 Cf. Roustang Guy, Laville Jean-Louis, et al., Vers un nouveau contrat social, Paris, Desclée de Bro (...)

24Comme la société a horreur de l’anomie, elle aspire à un nouveau contrat social pour pouvoir réintégrer les chômeurs et les exclus. Mais les contours d’un nouveau pacte sont flous et les nouvelles instances de négociation font défaut. Partons donc de l’hypothèse que les idées concernant le partage de l’emploi29 et le revenu d’existence constituent la première ébauche d’un nouveau contrat social qui prendra corps dans une économie plurielle. Ces concepts sont devenus l’enjeu symbolique qui donne une impulsion à une nouvelle organisation de la société30.

Du partage de l’emploi...

  • 31 Par exemple, réduire la durée du travail périodiquement et par paliers ; négocier l’introduction du (...)

25La répartition équitable des emplois ou leur partage entre le plus grand nombre de demandeurs d’emplois est devenue l’obsession. Elle déborde le problème lancinant du chômage et alimente les débats de ceux qui cherchent des solutions viables. À l’heure actuelle, nombreux sont les économistes qui estiment que le partage de l’emploi pourrait être réalisé par la réduction massive du temps de travail (on parle de 30 à 32 heures de travail par semaine) ou par l’introduction du travail à temps partiel sur une grande échelle31.

  • 32 Comme les équipements modernes sont très coûteux et se démodent rapidement, les employeurs souhaite (...)

26Le partage de l’emploi consiste en une nouvelle allocation du temps. En fait, la société industrielle impose une structuration rigide du temps, en établissant un clivage entre le temps-emploi et le temps-social (ou temps des loisirs). On peut se livrer à un calcul rapide. Globalement, chaque personne consacre environ 2’000 heures au travail salarié par an. Pour arriver à un meilleur partage, chacun des travailleurs pourra réduire son temps de travail à 1 ‘500 heures. Cette réduction importante du temps de travail permettra non seulement de créer des postes supplémentaires d’emploi, mais encore de gagner du temps libre. Il faut souligner toutefois que le partage de l’emploi ne peut être conçu individuellement, mais doit s’exercer dans une équipe, et que son application pratique est souvent complexe. À titre d’exemple, dans le cas de Volkswagen, où l’on a instauré la semaine de quatre jours, il a fallu élaborer 250 horaires adaptés aux besoins des différents ateliers de l’usine32.

  • 33 “Un entretien avec Jean-Baptiste de Foucauld : l’exclu lutte seul, tant qu’une main n’est pas tendu (...)

27Le partage du temps de travail peut également s’effectuer de façon diachronique ou intermittente, en faisant se succéder tout au long de la vie d’une personne les phases d’emploi rémunéré, de formation, de loisirs et de travail d’utilité sociale. Pour mettre en place ce système, on peut imaginer l’introduction d’une comptabilité du temps consacré à chacune de ces activités, ce qui implique l’établissement d’une gestion individuelle et sociale du “budget temps”. En d’autres termes, l’aménagement du temps devra être négocié et choisi. Comme le fait remarquer Jean-Baptiste de Foucauld pour mieux aménager notre temps, libéré du travail aliénant, il nous faut réinventer “une écologie du temps” qui va de pair avec “l’écologie du travail”33.

  • 34 Parmi les critiques des méthodes proposées, à savoir la réduction du temps de travail et le temps p (...)

28La généralisation du travail à temps partiel ou la réduction linéaire du temps de travail se heurtent à de nombreux obstacles économiques, sociaux ou individuels34. Elles soulèvent aussi des réserves lorsqu’elles ouvrent la voie à la flexibilité de l’organisation du travail, qui comporte de nombreux effets pervers et qui est combattu âprement par des syndicats. En effet, les méthodes d’organisation flexibles introduites par les employeurs suite à la déréglementation ont pour but d’utiliser de manière plus rationnelle et plus intensive des équipements industriels, et d’ajuster les effectifs de la main-d’œuvre ou de moduler le temps de travail en fonction des variations cycliques auxquelles les entreprises doivent faire face.

  • 35 Atkinson John : “Flexibilité ou fragmentation ? Le marché du travail du Royaume-Uni dans les années (...)

29Dans une entreprise flexible, le personnel permanent du noyau fonctionnel accomplit des tâches considérées comme essentielles, tandis que les travailleurs périphériques exercent des activités soit routinières, soit très spécialisées, sur base de contrats temporaires. Parallèlement, en cas de besoin, l’entreprise peut recourir à la sous-traitance ou à une réserve de main-d’œuvre “flottante”35. Une coupure apparaît ainsi entre les salariés polyvalents dont l’emploi est stable et qui bénéficient d’avantages sociaux, et les travailleurs temporaires, engagés à titre précaire, dont la protection sociale est réduite ou inexistante.

30Le concept de partage de l’emploi comporte donc ses propres limites. D’abord parce qu’il ouvre la voie à la flexibilité et à la précarisation du travail, qui sont le prix à payer pour préserver des emplois. Ensuite, parce qu’il n’arrivera probablement pas à augmenter suffisamment les emplois pour que le chômage soit complètement résorbé. Ses défenseurs et les employeurs se retrouvent, bien involontairement, sur le terrain de la violence symbolique tout en utilisant des vocables différents (partage contre flexibilité).

... au revenu pour tous

  • 36 Certains auteurs parlent de “pleine activité”, au lieu de travail. Le terme activité étant ambigu, (...)

31Il n’en reste pas moins que le partage de l’emploi pourrait être le premier pas vers le passage d’une société du plein emploi à une société du “plein travail”36. Parallèlement au nombre toujours plus limité d’emplois salariés, d’autres formes de travail non marchand (ayant une utilité sociale) devraient être rémunérées par le partage des revenus. En d’autres termes, un “revenu social” ira à ceux qui n’ont pas d’emploi (mais à qui on procurera du travail), tandis que le “revenu d’activités” rémunérera les emplois salariés.

  • 37 Ferry Jean-Marc, Allocation universelle, Paris, Cerf, 1995
  • 38 Van Parijs Philippe, “L’allocation universelle”, dans la Renie nouvelle, Bruxelles, n° 4, avril 198 (...)

32La question se pose de savoir comment assurer le revenu vital à ceux qui n’ont pas de salaire ? Il existe une réponse, radicale certes, mais d’une surprenante simplicité : verser inconditionnellement à chaque citoyen un “revenu d’existence” ou une “allocation universelle” ou encore un “revenu de citoyenneté”37. Comme l’écrit Philippe Van Parijs, “supprimez les indemnités de chômage, les pensions légales, les allocations familiales, l’aide de l’État aux entreprises en difficulté. Mais versez chaque mois à chaque citoyen une somme suffisante pour couvrir les besoins fondamentaux d’un individu vivant seul. Versez-la lui qu’il travaille ou qu’il ne travaille pas, qu’il soit pauvre, qu’il soit riche, qu’il habite seul, avec sa famille, qu’il ait ou non travaillé dans le passé. Ne modulez le montant versé qu’en fonction de l’âge et du degré (éventuel) d’invalidité”38. Dans cette optique, le “revenu salarial” s’ajouterait au revenu d’existence.

  • 39 Cité par Gibaud Bernard, “La Sécurité sociale a 50 ans”, dans Alternatives économiques, n° 131, nov (...)

33L’idée d’une allocation universelle a été formulée la première fois en 1792 par le philosophe anglais Thomas Paine. Dans son ouvrage sur les droits de l’homme, l’auteur avance l’idée d’un droit à un revenu inconditionnel lié à la répartition du fruit de l’exploitation de la Terre, qui appartient à tous. Depuis cette époque, de nombreux modèles de revenu minimum garanti ont été élaborés dans plusieurs pays d’Europe et aux États-Unis. Par exemple, le rapport Beveridge, établi en 1942, était l’un des précurseurs du revenu d’existence lorsqu’il a proposé ”d’abolir l’état de besoin en assurant à tout citoyen un revenu suffisant à tout moment pour satisfaire ses charges”39.

34La mise en place du revenu d’existence pour chacun est une “utopie réaliste”. Autrement dit, elle n’est pas totalement irréalisable si l’on tient compte du fait que le revenu des familles est déjà composé d’un “salaire direct” (lié à l’emploi) et d’un “revenu social” (ou “salaire indirect”). Ce dernier est alloué par des mécanismes de solidarité collective et peut prendre des formes de prestations sociales variées (par exemple AVS, allocation familiale, etc.). Par exemple, il est intéressant de remarquer qu’en France 34 % du revenu des ménages est constitué de prestations sociales. Dépouillé de la complexité administrative qui alourdit le système actuel, et sous réserve de quelques aménagements fiscaux, le budget du pouvoir public pourrait supporter sans difficulté insurmontable le salaire indirect qui devrait revenir à chacun.

35Le revenu d’existence est actuellement l’objet de nombreuses discussions. Certains estiment qu’un revenu minimum perpétuerait l’exclusion des marginaux et contribuerait à leur maintien dans la pauvreté. Dans cette optique, ce revenu est dénoncé comme le “salaire du pauvre”. D’autres refusent l’idée d’avoir à payer des gens à “ne rien faire” et de les inciter ainsi à la paresse.

L’économie plurielle

36L’économie plurielle intègre les facteurs économiques, sociaux et écologiques. Elle tente d’établir des passerelles entre les différentes formes d’activité économique, marchandes, non marchandes, formelles, informelles. L’économie plurielle fait coexister l’économie mécanique, basée sur la logique du marché et l’économie organique, basée sur la métaphore du vivant.

37L’économie plurielle ne récuse pas l’économie de marché, ni la rationalité économique exprimée en termes monétaires et de rentabilité. Elle reconnaît leur importance mais elle ne les érige pas en pratique universelle. Elle veut les dépasser en tissant des liens entre la sphère économique au sens étroit et son environnement au sens large du terme.

  • 40 Cf. Eme Bernard et Laville Jean-Louis (Ed.), Cohésion sociale et emploi, Paris, Desclée de Brouwer, (...)

38L’économie plurielle s’appuie sur la participation des acteurs et sur un nouveau rapport contractuel basé sur la concertation entre les divers partenaires. Elle veut mettre en place l’expérimentation sociale en laissant aux citoyens l’initiative de prendre collectivement les décisions concernant leur travail et leur organisation sociale. C’est dans ce cadre qu’il faudrait revaloriser l’acte de travail non salarié et donner du travail à ceux qui n’ont pas d’emploi. Emploi formel et travail informel (travail d’utilité sociale) devraient être conçus dans leur complémentarité. Il s’agirait de multiplier les possibilités de travail - parallèlement aux emplois - dans le secteur “quaternaire”, c’est-à-dire dans une zone intermédiaire entre l’économie marchande et non marchande, publique et privée. Cela suppose d’établir un partenariat entre les groupes communautaires, les institutions publiques, les entreprises privées et les représentants des usagers40.

39Les principales possibilités en ce sens passent par l’invention et l’expérimentation de nouvelles mesures économiques, sociales et fiscales, notamment :

  • Contrats de solidarité entre employeurs et autorités, soit en faveur des personnes qui acceptent de réduire volontairement leur temps de travail (“deuxième chèque”), soit au bénéfice des entreprises qui s’engagent à offrir un emploi aux chômeurs ou aux jeunes sans expérience professionnelle (stages d’initiation à la vie professionnelle, contrats de qualification, contrats emploi-solidarité, etc.).

    • 41 “L’entreprise associative entre calcul économique et désintéressement”, dans Problèmes économiques, (...)

    Création d’entreprises associatives (coopératives, artisanales ou d’insertion) dont la particularité serait déjouer le rôle d’intermédiaire entre le chômeur et l’employeur potentiel. Ce type d’entreprises devrait être géré comme n’importe quelle petite ou moyenne entreprise. Sa rentabilité serait assurée en partie par le revenu des prestations fournies et en partie par les allocations versées aux chômeurs41.

  • Organisation de travaux et d’activités d’utilité sociale (rénovation de logements, de bâtiments publics, garde d’enfants, accompagnement des personnes âgées, etc.).

  • Mise en place de réseaux d’échanges non marchands (troc, services de proximité et de voisinage, etc.).

  • 42 Bourgeois Jean-Lou, “Taxer la productivité apparente du travail pour résorber le chômage”, dans Le (...)

40Pour le financement de la création des postes de travail situés dans le secteur quaternaire d’utilité sociale, on ne peut qu’esquisser quelques pistes, compte tenu de la complexité du sujet. A titre d’exemple, on pourrait procéder à une meilleure utilisation des fonds disponibles pour l’allocation de chômage, à une taxation dissuasive des heures supplémentaires et à l’introduction de diverses taxes dites “écologiques” sur l’énergie ou sur les émissions polluantes. Une nouvelle répartition de la valeur ajoutée ouvrirait également une issue innovatrice à la création des emplois et au financement des charges sociales à l’intérieur et à l’extérieur des entreprises42.

  • 43 Cf. Ollivier Biaise, L’acteur et le sujet. Vers un nouvel acteur économique, Paris, Desclée de Brou (...)

41En conclusion, pour libérer la potentialité du travail du réductionnisme économique dans lequel la société industrielle l’a enfermé, il faudra adopter une vision qui situe le travail dans son contexte écologique et social. Dans cette optique, le travail est une médiation entre l’environnement naturel, technologique, culturel et social ; il est source de valeurs matérielles, symboliques et relationnelles. La mise en pratique de cette reconnaissance permettra de dépasser la violence symbolique que la notion de travail continue de renfermer. En fin de compte, le “désenchantement du travail”, dont parle Dominique Méda, passe par la dissociation entre les deux dimensions de la violence symbolique : la violence et le symbolique. Seule une “révolution symbolique” (sans violence) peut dépasser les rapports de force et de domination qu’impose d’une manière latente, mais permanente, la violence sociale43. Seul le renouveau du symbolique - en réalité l’éthique - peut donner un nouveau sens au travail, il peut transformer la souffrance en créativité et réconcilier les aspirations personnelles avec la réalité sociale.

Notes

1 Riffault Hélène, “Les Européens et le travail”, dans Futuribles. Numéro spécial, “L’évolution des valeurs des Européens”, n° 200, juillet-août 1995, pp. 25-46. L’enquête a été réalisée auprès de quatorze mille personnes en Europe ; le “travail” arrive en deuxième place derrière la “famille”, mais devant les “amis”, les “loisirs” et la “religion”.

2 Arendt Hannah, The human condition. A study of the central dilemmas facing modern man, New York, Doubleday Anchor Books, 1958.

3 Sabelli Fabrizio, “Voyage vers l’indifférence”, dans La différence, Neuchâtel, Musée ethnographique, 1995, p. 213.

4 Bresson Yoland, dans Le travail en question, Lausanne, Déclaration de Berne et Oxfam, Orcades, 1995, p. 19.

5 Sainsaulieu Renaud, “Quel avenir pour le travail ?”, dans Esprit, décembre 1995, p. 187.

6 Méda Dominique, Le travail, une valeur en voie de disparition, Paris, Aubier, 1995.

7 Raffestin Claude, “Le travail comme langage” dans Travail et éthique. Village Alternatif au Salon du livre, Genève, du 27 avril au 1er mai, 1995, p. 21.

8 Denis de Rougemont parle de l’homme qui “pense avec ses mains” : “Penser avec les mains, c’est penser en puissance d’action, c’est concevoir en actes”, cité par le Journal de Genève et Gazette de Lausanne, 6 décembre 1995, p. 3.

9 C’est la vision de Marx, cf. Dictionnaire critique du marxisme, Paris, PUF, 1982, pp. 902-903.

10 Barel Yves, “Le Grand Intégrateur”, dans Connexions, n° 56, 1990, cité par le Nouveau Manuel, Sciences économiques et sociales, Paris, La Découverte, 1995, p. 39.

11 SUE Roger, “Significations sociales du travail”, dans RACINE Raymond Ed., L’Europe au-delà du chômage. Genève, Centre Européen de la Culture, 1990, p. 118.

12 Serres Michel, Les messages à distance, Montréal, Fides, 1995.

13 Cf. Le travail, Revue internationale des sciences sociales (UNESCO), vol. XXXII, n° 3, 1980.

14 Méda Dominique, op. cit. p. 341.

15 Aznar Guy, “Le cœur du désaccord”, dans Garantir le revenu: une des solutions à l'exclusion. Paris, Transversales, mai 1992, p. 133.

16 Baechler Jean, Le capitalisme. Vol. 2: L'économie capitaliste, Paris, Gallimard, 1995, p. 111.

17 PNUD, Rapport mondial sur le développement humain 1995, Paris, Economica, 1995, p. 95.

18 Hunyadi Mark, La vertu du conflit. Pour une morale de la médiation, Paris, Cerf, 1995, p. 96.

19 Salais Robert, “L’analyse économique des conventions du travail”, dans Revue économique, numéro spécial, L’économie des conventions, mars 1989, pp. 199-240.

20 Le rôle de l’État dans le contrat social n’est pas toujours clairement établi : il est d’abord garant du respect du contrat ; mais il est aussi acteur pour se substituer aux partenaires en cas de leur défaillance. L’examen approfondi du fonctionnement de “l’État social” et de sa dérive vers “l’État providence” mériterait un développement particulier qui dépasse le cadre de cette contribution.

21 Il convient de souligner que le principe de la division sexuelle du travail a été revu et formellement modifié suite aux revendications des mouvements féministes ; il reste toutefois encore ancré dans la réalité quotidienne de la condition des femmes.

22 Le droit à la sécurité sociale d’un individu ou de sa famille est encore systématiquement lié a l’activité professionnelle.

23 Baechler Jean, op. cit. p. 100.

24 Tschoui Maryse, “La déprime du chômeur”, par Maryse Tschoui, dans Fémina. 11 mars 1994.

25 Cf. Elbaum Mireille, “Priorité à la lutte contre les inégalités”, dans Esprit, décembre 1995, p. 79.

26 Demaziere Didier, La sociologie du chômage, Paris, La Découverte, 1995, p. 18.

27 Définition citée dans la motion déposée le 20 octobre 1990 (M 684) au Grand Conseil du canton de Genève, concernant le minimum social garanti.

28 Castel Robert, Les métamorphoses de la question sociale. Paris, Fayard, 1995, p. 399 et p. 433.

29 Conformément à la distinction entre “travail” et “emploi”, nous utiliserons ici le terme “partage de l’emploi”, au lieu de la notion de “partage du travail”, malgré le fait que cette dernière est plus répandue.

30 Cf. Roustang Guy, Laville Jean-Louis, et al., Vers un nouveau contrat social, Paris, Desclée de Brouwer, 1996.

31 Par exemple, réduire la durée du travail périodiquement et par paliers ; négocier l’introduction du partage de l’emploi dans le cadre de conventions collectives par branches et par entreprises ; mener des enquêtes prévisionnelles sur les besoins quantitatifs et qualitatifs du personnel, ajuster les revenus des personnes qui acceptent la réduction de la durée de leur travail ou qui acceptent de travailler à temps partiel. Cf. Gorz André et Robin Jacques, “Pour l’emploi, autrement”, dans Libération, 24 février 1994.

32 Comme les équipements modernes sont très coûteux et se démodent rapidement, les employeurs souhaitent les faire fonctionner sans interruption (24 heures sur 24, 365 jours sur 365). Cf. “La portée du modèle Volkswagen”, dans Problèmes économiques, n° 2404, 28 décembre 1994, pp. 16-21, et “Volkswagen, un an après”, dans Domaine public, n° 1208, 30 mars 1995.

33 “Un entretien avec Jean-Baptiste de Foucauld : l’exclu lutte seul, tant qu’une main n’est pas tendue”, dans Le Monde, 16 mars 1993. Cf. également, November Andràs, “Pour une “écologie” du travail”, dans Choisir (Genève), janvier 1996, pp. 27-30.

34 Parmi les critiques des méthodes proposées, à savoir la réduction du temps de travail et le temps partiel, soulignons celles qui remarquent que le travail n’est pas homogène, et que par conséquent, les personnes qui travaillent ne sont pas interchangeables. Par ailleurs, certains auteurs estiment que le caractère attractif du “temps libre” est exagéré et que les travailleurs n’abandonnent pas volontiers leur emploi pour du temps libre. Cf. Mothe Bernard, “Le mythe du temps libéré”, dans Esprit, août-septembre 1994, pp. 51-63.

35 Atkinson John : “Flexibilité ou fragmentation ? Le marché du travail du Royaume-Uni dans les années 1980”, dans Travail et Société, Genève, IIES, vol. 12, n° 1, janvier 1987, pp. 163-205.

36 Certains auteurs parlent de “pleine activité”, au lieu de travail. Le terme activité étant ambigu, nous préférons utiliser l’expression “plein travail”. Ajoutons que la notion de “pleine activité” est très discutée. Par exemple, dans la revue Alternatives économiques, n° 124, février 1995, Denis Clerc dénonce l’idée de “pleine activité” dans son article intitulé : “Faute d’emploi, on nous sert de l’activité”. Cf. aussi du même auteur, “La pleine activité, fille indigne du plein emploi”, dans Alternatives économiques. n° 134, pp. 64-67. Jacques Freysinnet assimile la pleine activité à une forme de chômage déguisé, dans son livre Le chômage, Paris, La Découverte, 1984, p. 21.

37 Ferry Jean-Marc, Allocation universelle, Paris, Cerf, 1995

38 Van Parijs Philippe, “L’allocation universelle”, dans la Renie nouvelle, Bruxelles, n° 4, avril 1985.

39 Cité par Gibaud Bernard, “La Sécurité sociale a 50 ans”, dans Alternatives économiques, n° 131, novembre 1995, p. 63.

40 Cf. Eme Bernard et Laville Jean-Louis (Ed.), Cohésion sociale et emploi, Paris, Desclée de Brouwer, 1994.

41 “L’entreprise associative entre calcul économique et désintéressement”, dans Problèmes économiques, n° 2317, 17 mars 1993.

42 Bourgeois Jean-Lou, “Taxer la productivité apparente du travail pour résorber le chômage”, dans Le Monde, 7 avril 1993 ; Fluckiger Yves, “Financer autrement la sécurité sociale. Pourquoi ? Comment ?”, Genève, dans Bulletin d’information du SIT, n° 73, juin 1995.

43 Cf. Ollivier Biaise, L’acteur et le sujet. Vers un nouvel acteur économique, Paris, Desclée de Brouwer, 1995.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search