Version classiqueVersion mobile

L’économie à la recherche du développement

 | 
Christian Comeliau

Lignes

L’utopie globalitaire

Jean-Philippe Peemans

Résumé

Pour Jean-Philippe Peemans, la pensée actuelle sur le développement se distingue à la fois de celle des années 1950-1970 et de celle de la “contre-révolution néo-libérale” des années 80. L’"utopie globalitaire” qu’elle propose est la source d’une extrême violence, dans le discours et plus encore dans la réalité. Il caractérise l’économie politique de la mondialisation, qui lui est associée, par la concentration du pouvoir, la logique d’accumulation des "pôles performants”, la suprématie des critères internationaux de gestion, la privatisation et la dérégulation.
La modernisation peut désormais être assimilée à cette mondialisation : elle entraîne une même logique sociale et une même recomposition des rapports de forces au Nord et au Sud ; elle provoque l’émergence d’un ordre mondial qui prétend répondre à une aspiration universelle, mais qui est en réalité normatif et totalitaire au profit de certains intérêts particuliers. Cependant cet ordre, qui n’est pas seulement technico-économique mais aussi socio-politique, ne tient pas lui-même ses promesses ; il débouche ainsi sur une fragmentation sociale et une violence pratique qui dévoilent le vrai visage du "capitalisme réel”.
Jean-Philippe Peemans conclut son analyse en appelant à un renversement de perspectives entre "l’économie populaire” et l’“accumulation capitaliste globalisée”.

Texte intégral

1La crise de la pensée sur le développement est vieille d’une quinzaine d’années. Cela peut paraître long, à tel point que certains en viennent à se demander si les études sur le développement font encore partie du domaine des sciences sociales. Et pourtant, cette crise se divise en fait en deux phases, la phase actuelle ne devant pas être confondue avec celle du début des années 1980.

  • 1 D. Lal, The Poverty of “Development Economics”, Harvard University Press, Cambridge, 1985
  • 2 Cf. notamment Tollison, 1982 ; Buchanan, 1986 ; Krueger, 1990

2La crise de la pensée sur le développement des années 80, qu’on a appelé la contre-révolution néo-libérale, était l’œuvre d’économistes néo-classiques, qui n’ont pas hésité à proclamer l’échec, voire la mort de l’économie du développement1. Celle-ci, qui s’était constituée progressivement entre les années 50 et 70 à travers des cheminements néokeynesiens, structuralistes ou néo-marxiens et qui avait beaucoup contribué à réaliser un consensus autour de la modernisation nationale fondée sur l’intervention de l’État, la planification et l’économie mixte, n’en est pas sortie indemne. L’objectif des économistes néo-libéraux qui était de ramener le développement dans le cadre du marché international, supposé être un meilleur vecteur de croissance que l’État2, s’est en partie réalisé.

3Si bien qu’aujourd’hui, et en se référant au concept de “violence symbolique” élaboré par P. Bourdieu, on peut se demander si cette nouvelle économie mondialisée ne propose pas en fait, derrière la technicité des politiques d’ajustement des années 1980, une “utopie globalitaire” encore plus ambitieuse que celle de la modernisation nationale. Cette contribution voudrait poser cette question en se fondant d’une part sur le discours d’économie politique et d’autre part sur les réalités présentes. La “violence symbolique” de ce discours n’est-elle pas rattrapée et dépassée par la violence des réalités qu’il essaie de rationaliser ? Autrement dit, malgré les apparences, n’a-t-il pas déjà perdu sa légitimité et sa capacité de produire un consensus ?

  • 3 Au sens donné par le Petit Robert ; aporie : difficulté d’ordre rationnel paraissant sans issue.

4Enfin, on voudrait également se demander si la pensée sur le développement n’est pas paradoxalement en train de s’émanciper peu à peu de la tutelle d’une discipline, qui maintenant se trouve en porte-à-faux par rapport à des réalités qui la débordent ou la démentent de toute part. La “violence pratique” de l’accumulation globalisée permet de poser mieux qu’avant la “question scandaleuse” de l’aporie3 de la croissance par rapport au développement. La crise actuelle de la pensée sur le développement pourrait être alors comprise comme une crise de reconstruction, très différente de la crise de déconstruction des années 1980.

La nouvelle physionomie de l’“économie politique” de la mondialisation

  • 4 Petrella R. (éd.), Limites à la compétitivité. Pour un nouveau contrat mondial, Groupe de Lisbonne, (...)

5La globalisation est l’horizon magique de tous les discours importants des années 90 sur les réalités du monde contemporain. Elle constitue un axe du langage des chefs d’État, des grandes conférences internationales, des médias. Elle est présentée comme une évidence : portée par les nouvelles technologies dans les systèmes de transport et de communication, elle impulse les évolutions des systèmes de production, des modes de consommation et les orientations des flux financiers. Elle est aussi proposée comme un objectif, que tous les pays doivent poursuivre sous peine de disparaître : pour être reconnus comme “global players” (jouant un rôle dans l’économie globale), tous doivent être gérés selon les normes de la “compétitivité globale” et chercher sans cesse à se placer dans le “peloton de tête”, parmi les “gagnants”4.

6Comme toute doctrine ou idéologie, ce discours ne peut échapper à un examen critique. Malgré son affirmation radicale de nouveauté, il doit être replacé dans son contexte historique. Pareille démarche peut contribuer à éclairer le rôle qu’il joue du point de vue des rapports de force entre acteurs de la vie sociale et politique, à en situer les enjeux et à en cerner les limites et les contradictions dans le cadre des réalités du moment. En bref, il s’agit d’établir le rapport qui existe entre le nouveau discours sur la globalisation et l’économie politique de la mondialisation.

  • 5 Stopford J. & Strange S., Rival States. Rival Firms. Competition for World Market Shares, Cambridge (...)
  • 6 Reich R., L’économie mondialisée, Dunod, Paris, 1993

7De ce second point de vue, la concentration du pouvoir économique et l’interpénétration plus forte entre capital financier et industriel des grandes zones du Nord ont certes consolidé, au cours des années 1980, des groupes économiques plus internationalisés dans leurs stratégies et leurs structures d’activités. Mais on peut affirmer qu’elles ont aussi contribué à consolider le fonctionnement et l’interdépendance des économies du Nord selon ce que l’on peut appeler une logique de “pôles performants”5. Ces pôles économiques performants groupent un ensemble d’entreprises fonctionnant selon les normes internationales et très ouvertes sur le reste du monde en termes de flux de produits, de technologie, de capitaux et d’information. Ces pôles n’ont pas nécessairement d’assise territoriale, ni ne s’identifient généralement à une région précise. Ils sont constitués d’une structure d’entreprises considérées comme compétitives selon les normes internationales et ayant des taux de croissance et de rentabilité élevés, capables d’assurer à leurs cadres des revenus correspondant au plus haut niveau international. Ces nouvelles couches de cadres et de gestionnaires maîtrisent les mêmes techniques, partagent les mêmes langages et sont confrontées à des problèmes similaires en matière de stratégie et d’organisation6.

  • 7 Eden L. & E. Potter eds., Multinationals in the Global Political Economy, St. Martin’s Press, New Y (...)
  • 8 Chesnais F., La mondialisation du capital, Syros, Paris, 1994

8Cette nouvelle “technostructure” transcende les frontières entre secteurs et entre pays et génère de “nouvelles classes moyennes” qui sont activement associées à la consolidation de ces noyaux du nouveau mode d’accumulation. La concurrence est certes plus agressive, mais l’émergence de ce nouvel espace international régi par les normes des grandes entreprises renforce aussi les potentialités d’alliances et de coopération entre grands groupes à l’échelle internationale7 et leur capacité d’orienter le processus d’accumulation et même d’influencer le contexte institutionnel, non seulement dans chaque espace national, mais aussi au niveau international8.

  • 9 Kebadjan G., L’économie mondiale, enjeux nouveaux, nouvelles théories, Seuil, Paris, 1994

9Cette approche, orientée en termes de “réseaux transnationaux de pouvoir” basés sur le contrôle des “pôles performants” d’accumulation, permet sans doute de rendre mieux compte de l’extrême imbrication qui existe entre les divers partenaires-concurrents de l’“économie mondialisée” qu’une approche en terme de “compétitivité entre pays” ou de “concurrence entre blocs”9. De nouveaux groupes d’acteurs émergent. Leur caractéristique est leur interrelation sous forme de concurrence-coopération dans le cadre de réseaux internationaux de pouvoir, “pôles performants” dont l’assise est partiellement régionale (USA, CEE, Japon) mais qui transcendent aussi ces recoupements en blocs régionaux. Ces réseaux internationalisés de pouvoir ont considérablement renforcé leur efficacité et leur capacité d’influer sur les décisions politiques dans les années 1990, notamment grâce à l’incorporation dans leur espace de pouvoir des pays de l’Europe centrale et probablement de l’ex-U.R.S.S.

  • 10 Stewart F., Adjustment and Poverty, Routledge, London, 1995

10L’évolution des pays du Sud est, elle aussi, fondamentalement marquée par la logique d’accumulation des pôles performants liés à l’économie internationale et la dynamique de différenciation sociale, liée à la mondialisation de l’économie, y est aussi très importante, contrairement à ce que suggère l’approche immobiliste des “pays du tiers monde écrasés par la dette”. Il est ici très important de faire le lien entre l’économie politique de l’ajustement et celle de la mondialisation. Si les politiques d’ajustement ont été initialement présentées comme des mesures visant seulement à rétablir les grands équilibres macro-économiques - financiers et budgétaires - des pays en crise, elles ont eu, en fait, des conséquences beaucoup plus vastes, dont notamment le glissement de ce qui était jusqu’alors le référent accepté des politiques de développement10.

  • 11 Green R. H., The IMF and Stabilisation in SubSaharan Africa: a critical Review, IDS Discussion Pape (...)

11L’ajustement ne s’est en effet pas construit sur la base des critères de modernisation nationale, ni sur celle de la bonne gestion de l’État-Nation : il a imposé sa propre norme, par référence aux critères de gestion de l’économie internationale, et ses propres règles, comme devant être respectées par tous les “global players”. C’est à partir d’elles que s’évalue désormais la gestion de l’État-Nation, responsable non plus avant tout devant la nation11, mais désormais devant la “communauté internationale”. En outre, si les critères de conditionalité sont souvent dénoncés pour leurs contraintes exorbitantes, tels le démantèlement des services publics, la réduction des dépenses de santé et d’éducation et celles des subsides aux produits de base, on ne peut négliger qu’ils favorisent en même temps l’élargissement du rôle de l’entreprise privée, de son autonomie face à l’État, et qu’ils la libère de nombreuses entraves fiscales et réglementaires.

12Pour les groupes liés à ce “secteur privé”, le secteur capitaliste de l’économie, la contrainte de l’endettement n’est le plus souvent pas si négative, dans la mesure où elle favorise la privatisation et la réduction de la gestion politique et administrative des activités économiques, et donc l’affaiblissement d’une fraction ancienne de classes moyennes jugées incompétentes et inefficaces. La privatisation et la déréglementation élargissent l’assise économique et la sphère de pouvoir des nouvelles classes moyennes, qui sont souvent convaincues de pouvoir gérer un noyau limité d’accumulation nationale branché sur les réseaux internationaux de l’accumulation. Elles se pensent comme une composante active de ces réseaux internationalisés, capable de mobiliser les ressources d’un pays pour se construire une niche dans ces réseaux. Pour elles, la modernisation se confond désormais avec l’adaptation la plus rapide et la plus efficace possible à un mouvement continu et international de mondialisation de l’économie, dont toutes les composantes sont interdépendantes, au Nord et au Sud.

13Dans ce contexte, les différences entre pays du Sud ont eu tendance à s’accentuer au cours des années 1980 selon qu’ils parvenaient ou non à faire émerger ou à consolider et élargir un ou plusieurs pôles performants. Dans une grande majorité de petits pays (PMA notamment), ceux-ci restent absents ou au mieux sont liés à l’exploitation d’une ressource naturelle si les conditions de production ont pu être adaptées aux normes internationales, exigeantes en termes de coût et de qualité. Dans ces pays, l’assise économique des couches sociales liées à un pôle d’activité internationalisé reste très faible, et ces couches ne constituent qu’une très petite fraction de la population.

14En revanche, dans un certain nombre de grands et de très grands pays (Inde, Chine, Mexique, Brésil), les pôles performants ont continué de croître, de diversifier leurs activités et d’augmenter leur insertion, en terme de circulation des produits, des techniques, des profits et des cadres, dans les réseaux internationalisés de l’accumulation. Cette évolution a pu se produire quelque soit le taux de croissance globale de l’économie nationale (beaucoup plus faible en Amérique latine qu’en Asie). Un certain nombre de pays moyens ont connu la même évolution, surtout en Asie du Sud-Est. Dans ces pays, les couches moyennes liées aux pôles d’activité internationalisés ont connu une forte expansion.

  • 12 Sklair L., Sociology of the Global System, Harvester, New York, 1991

15Le mode de consommation des couches moyennes s’est de plus en plus aligné sur les normes internationales, définies par les pôles dans lesquels les revenus moyens sont les plus élevés12. Leurs normes de référence sont elles aussi de plus en plus internationales en termes de carrière individuelle, de mobilité professionnelle, de modes de gestion et d’attitudes à l’égard de la consommation et de l’épargne. Dans les pays où elles estiment que les conditions de rendement de l’épargne ne sont pas satisfaisantes, ces couches moyennes participent aux sorties massives de capitaux, orientées vers les niches les plus attractives des placements financiers internationaux. Fondamentalement la logique d’accumulation des pays du Sud est donc marquée par les mêmes tendances qu’au Nord, les pôles performants des deux mondes augmentant leurs échanges et relations mutuelles.

16Si telles sont les grandes caractéristiques de l’économie politique du développement depuis les années 1980, on comprend que le discours sur la globalisation soit empreint de références et de messages qui traduisent, confortent ou amplifient, dans la sphère symbolique, cette interdépendance dans la recomposition des rapports de force internationaux et des rapports de force entre groupes sociaux à l’intérieur des nations. Les discours de globalisation cherchent à légitimer cette évolution et à se substituer au discours antérieur, qui légitimait un consensus social autour de stratégies de croissance économique dans le cadre de l’État-Nation.

Les dimensions économiques de la violence symbolique dans le discours sur la globalisation

17L’étude des nouveaux contextes socio-économiques et géopolitiques des années 80, et de leur interaction, permet de formuler certaines hypothèses sur l’idéologie qui domine la pensée sur le développement des années 1980-1990. Le discours de la globalisation présente une très forte normativité, et c’est sans doute la nature de ses acteurs qui permet d’expliquer l’importance axiale du discours économique dans la construction des nouvelles normes du “développement mondial”.

18Dans le discours dominant sur le développement, un certain nombre d’indicateurs monétaires, financiers et économiques font désormais office d’uniques indicateurs significatifs en matière de développement. Ces indicateurs sont présentés comme de simples critères techniques permettant une gestion saine de l’économie. Ils sont aussi considérés comme s’imposant d’évidence et de manière universelle.

  • 13 George S. & Sabelli F., Crédits sans frontières, La religion séculière de la Banque Mondiale, La Dé (...)

19Ce discours affirme en effet de manière très assurée que le développement repose sur un ensemble de critères centrés uniquement sur l’extension des règles du marché, et que leur non-respect cause la stagnation, la régression et le sous-développement. L’économique y est vu comme étant totalement autonome des autres composantes du développement et comme l’unique principe hégémonique d’organisation capable d’imposer ses règles aux sphères sociales, culturelles et politiques de ce qui reste des espaces nationaux. L’espace du social et du politique n’est plus défini qu’en revers de ces règles économiques. Il est appelé à ne pas s’y interférer sous peine de bloquer ou de freiner la dynamique économique, par ses rigidités, ses manques de flexibilité, etc., qui, selon le discours, ne peuvent qu’entraîner une faiblesse relative, en terme de compétitivité sur le marché mondial13.

20L’entreprise privée internationalisée est le nouvel acteur social valorisé, dont il faut soutenir la performance et la compétitivité à l’exportation, qui deviennent des priorités nationales auxquelles doivent se soumettre tous les autres acteurs sociaux. Elle est encensée parce qu’elle saute les frontières et se déploie dans l’espace international, caractéristiques considérées comme vecteur de progrès et de changement. C’est “l’acteur sans frontières” par excellence, dont il faut assurer la liberté d’action, la sécurité et un “environnement stable”. Selon ce discours, l’espace national doit être adapté aux exigences et aux normes de l’international.

  • 14 Whitehead L., (ed.), Economic Liberalization and Democratization: explorations of the Linkages, Wor (...)

21La nouvelle idéologie est donc bien celle des “pôles performants”, existants ou à mettre en place. Un lien étroit unit la place hégémonique qu’occupe l’économique dans la production de la nouvelle idéologie à l’émergence d’une nouvelle configuration économique autour des pôles performants et de nouvelles classes moyennes14.

22En effet, l’objectif du travail idéologique des groupes qui détiennent le pouvoir économique est de légitimer politiquement les acteurs des pôles performants dans leurs espaces nationaux respectifs, les “réseaux transnationaux de pouvoir” - qu’ils ont d’ailleurs autoproclamé “la communauté internationale” à la fin des années 80 - et, généralement, tous ceux qui tentent de faire émerger de nouveaux “pôles performants” compétitifs ou d’entrer dans le “réseau transnational de pouvoir”, que ce soit au Sud ou à l’Est. Ces nouveaux acteurs confisquent à la fois le politique et le symbolique, qui ne peuvent désormais fonctionner que s’ils sont compatibles avec les modalités du pouvoir économique. Ce “coup de force permanent” vise à redessiner l’ensemble de la société et des institutions autour de la logique économique et à faire oublier que cette logique n’est en fait rien d’autre que la logique de pouvoir d’une minorité. La violence symbolique cherche donc à présenter soit comme un ordre naturel soit comme une aspiration universelle, voire une libération universelle, ce qui est en fait un “ordre du monde” conforme aux objectifs d’une nouvelle élite, ou plutôt de nouvelles classes dirigeantes en formation.

  • 15 Leftwich A., Governance, the State and the Politics of Development, Development and Change, vol. 25 (...)
  • 16 Mappa S. éd., Développer par la démocratie ? Injonctions occidentales et exigences planétaires, Kar (...)

23C’est aussi dans ce contexte que doit s’analyser l’émergence de l’idéologie, née dans les années 80, de la transition à la démocratie et à l’économie de marché. Cette idéologie propose un projet à la fois ambitieux et conquérant de redéfinition des rapports entre démocratie et développement15. Elle transforme l’enjeu de la démocratie, qui était jusqu’alors le progrès social dans le cadre national, en la seule défense de la liberté individuelle dans le cadre international. Ainsi, la démocratie est définie simplement comme l’une des composantes institutionnelles requises par l’économie de marché, étant entendu que l’international est le référent ultime de cette dernière16.

  • 17 Brautignan D., Governance, Economy and Foreign Aid, Studies in Comparative International Developmen (...)
  • 18 Fukuyama F., La fin de l’histoire et le dernier homme, Flammarion, Paris, 1992

24Cette nouvelle idéologie de la démocratie a généré un consensus, à l’intérieur des divers espaces nationaux, selon lequel le rôle des États se cantonne à n’être que fonctionnel par rapport aux nouvelles exigences de la globalisation de l’économie. Elle a aussi servi à consolider la coopération internationale entre tous les groupes socio-économiques à l’Ouest, au Sud et à l’Est dont la vision du développement et les intérêts coïncident avec l’expansion indéfinie de la logique de globalisation17. Cet “état des choses” a été vu par certains, au début des années 1990, comme un heureux aboutissement de l’histoire, comme une “fin de l’histoire”, marquée par l’avènement enfin définitif du “marché et de la démocratie”18.

25Cette prédiction a vite été démentie par les faits. Mais elle a clairement révélé l’aspiration des élites contemporaines à un consensus global autour d’un projet d’ordre global. En fait, c’est maintenant que risque de se réaliser un ordre totalitaire aux prétentions universalistes, qui a apparemment les moyens de sa politique. Selon cette vision totalitaire, les nécessités de l’économie définissent les limites du possible dans l’ordre du politique et du social et, ce faisant, elles définissent une culture universelle, fonctionnelle par rapport à l’ordre global et qui exclut, dénonce, élimine, voire criminalise tout ce qui s’oppose au règne universel du marchand. L’“économiquement rentable” est le “politiquement correct”, le “socialement équitable”, l’“éthiquement souhaitable” et vice versa.

26Violence symbolique et pouvoir sont donc tout à fait interdépendants. On voit en effet que des messages contraignants sont envoyés par des acteurs dominants aux acteurs dominés et ce, dans un contexte de changement de rapports de force où des acteurs dominants qui émergent essayent d’éliminer d’autres acteurs ou de les affaiblir.

Les variations et contradictions du message économique dans la violence symbolique : de la modernisation à la néo-modernisation

27En fait, ce n’est pas la première fois que la pensée dominante sur le développement est enfermée dans une perspective fonctionnaliste par rapport à un paradigme qui est présenté comme le seul référent possible. Le discours sur la globalisation n’en est que l’avatar le plus récent.

28Le paradigme de la modernisation, qui a dominé les premières conceptualisations du “développement”, entre 1945 et 1965, avait lui-même une approche fonctionnaliste du processus de développement. Il envisageait le développement comme la recomposition de l’ensemble des éléments de la société autour d’une trajectoire passant du traditionnel au moderne. Cette trajectoire était comprise comme un processus universel, et toutes les composantes du réel étaient jugées sous l’angle de leur capacité à participer au processus de “rattrapage”. La croissance économique était au cœur du projet de développement. Nous étions alors en présence d’une lecture “économiste” consensuelle des fondements de la modernisation, qui a légitimé celle-ci comme projet universel de développement. Elle était au cœur de la violence symbolique de la modernisation.

  • 19 Meier G.-M el Seers D., Pioneers in Development, World Bank, O.U.P., 1985

29Au Nord, la croissance économique prétendait reléguer les rapports conflictuels antérieurs entre capital et travail au rang de vestiges d’un passé archaïque. Le nouveau consensus redéfinissait le chemin vers un nouveau bien-être à travers l’établissement d’un lien entre salaires et productivité, l’accumulation n’étant, dans cette optique, qu’un moyen technique d’augmenter cette dernière. Au Sud, la croissance économique était vue comme capable de résoudre les problèmes de pauvreté dus au poids de la société traditionnelle. Les modèles dualistes rendaient légitime la captation du surplus agricole pour accélérer l’industrialisation, et la transformation du travail paysan en offre illimitée de travail pour le secteur industriel19.

30Le discours économiste de la modernisation légitimait donc une construction institutionnelle complexe censée créer les conditions de la croissance dans le cadre de l’État-Nation. C’est cette construction institutionnelle - sous forme d’économie mixte, de planification ou de concertation sociale -qui était censée contrôler l’accumulation, la réguler, et la limiter à n’être qu’un simple instrument du progrès économique et du bien-être social. Croissance, accumulation et développement étaient alors pratiquement des synonymes. Le marché et l’État étaient, eux, considérés comme des instruments institutionnels dont la complémentarité s’appréciait à leur capacité de générer des taux de croissance élevés. L’accumulation était ainsi vertueuse grâce aux efforts conjoints d’un “État développementaliste”, pénétré d’une rationalité de type wébérien, et d’entrepreneurs schumpétériens animés par le goût du risque et la passion “bien tempérée” de l’investissement productif.

  • 20 Poggi G., The State. Its Nature. Development and Prospects. Polity Press, Cambridge, 1990

31Dans l’imaginaire de la modernisation nationale, le paradoxe de la croissance économique est qu’elle légitimait le marché alors qu’elle ne pouvait exister que si ce dernier était fortement encadré par un ensemble institutionnel complexe. Le marché n’était en fait qu’un mode d’opération des agents privés de l’accumulation, indissociable des autres éléments d’un ensemble socio-économique régulé par des institutions et par l’État. Cette croissance régulée, expression d’un compromis ou même d’un pacte entre différentes classes sociales, était confondue avec le développement, et peu importait si cette confusion laissait dans l’ombre de nombreux aspects très problématiques, comme la pression croissante sur l’environnement par exemple. La “croissance fordiste” ou la “croissance nationaliste” donnait, dans le cadre de la pensée sur la modernisation, une nouvelle légitimité à la citoyenneté dans le cadre de l’État-Nation. Elle était ainsi censée déplacer les anciennes allégeances “traditionnelles”, ethniques, religieuses, locales, en faveur de ce sentiment national20.

32La globalisation et l’attaque contre les diverses formes d’intervention des États-Nations ont contribué à affaiblir cette légitimité. L’État est présenté, à partir de 1980, comme un élément de rigidité institutionnelle freinant le dynamisme et le changement. Les frontières nationales deviennent des barrières. Désormais, tous ceux qui prétendent que l’espace national est le point d’ancrage de la législation sociale et des politiques de solidarité et de redistribution sont accusés de myopie et de frilosité : le social est présenté comme une couverture au protectionnisme. Le travail idéologique néo-libéral a progressivement ôte à l’État-Nation sa légitimité en tant que lieu d’identification, de consensus - fondé sur des politiques de redistribution à partir des gains de l’accumulation - et de solidarité fonctionnelle entre classes sociales. Dorénavant l’accumulation est déplacée dans l’international et le rôle de l’État-Nation est d’adapter l’espace national à cette exigence et d’imposer un nouveau consensus dans ce cadre.

33La pensée dominante en matière de développement présente aujourd’hui à la fois une continuité certaine avec la pensée initiale de la modernisation et une contraction radicale au niveau de la définition des conditions de cette modernisation. On retrouve en effet, dans ces deux pensées, certaines catégories fondamentales de conceptualisation, dont surtout une vision universaliste, c’est-à-dire la recherche d’un ordre global dont le référent est, dans les deux cas, essentiellement économique. Mais à la différence de la première version de la modernisation, selon laquelle cet ordre universel était à construire par la coopération entre nations, il est désormais considéré comme préexistant. Il existe, donc il faut s’y conformer, s’y ajuster : il ne s’agit plus de “se construire pour rattraper”.

  • 21 George S. & Sabelli F., Crédits sans frontières. La religion séculière de la Banque Mondiale, La Dé (...)

34On est ainsi passé du “dogmatisme de la modernisation nationale” au dogmatisme de la “néo-modernisation transnationale”, selon lequel l’international commande au national, les normes de fonctionnement de l’entreprise s’imposent à l’État, les priorités du secteur privé sont prépondérantes par rapport à celles du secteur public, et la croissance du secteur moderne est déterminée par les contraintes de l’économie internationale et la compétitivité des entreprises. La violence symbolique spécifique à la “néo-modernisation globalisatrice” a donc pris le relais de la violence symbolique caractéristique du projet de la modernisation nationale. Rappelons en effet que la violence symbolique est intrinsèque aux diverses formes successives de modernisation. C’est la violence d’un discours de pouvoir élitiste qui prétend à la fois consolider son pouvoir et faire le consensus autour de ce projet en promettant de bâtir “le meilleur des mondes”21. Dans les deux cas, l’argumentaire économique joue un rôle central.

35S’il y a continuité entre la violence symbolique du “discours sur la modernisation” des années 1950-1960 et celle du “discours sur la globalisation” des années 1980-1990, il y a cependant des changements de méthodes liés aux changements de contexte. Le discours néo-libéral s’inscrit dans la continuité par rapport à la croissance qui était le référent de la modernisation. Mais, au contraire du discours keynésien, qui liait croissance et construction d’un ordre institutionnel approprié, le discours néo-libéral promet le renforcement de la croissance grâce à la déconstruction institutionnelle et à la diminution du rôle économique de l’Etat. Ce discours sur le “nouvel ordre global” correspond au nouveau contexte de déconstruction institutionnelle, qu’il rationalise.

36Mais les réalités économiques des années 1980-1990 indiquent que les acteurs privés, laissés à leurs seules stratégies de maximisation du profit, sont incapables de susciter de hauts taux de croissance à l’échelle mondiale. Il y a donc une contradiction importante entre les promesses du discours sur la globalisation et les réalités qu’il cherche à rationaliser. Ce discours est en porte-à-faux par rapport à la nature même des relations entre croissance et institutions, telle que l’histoire économique récente le révèle. En effet, dans les années 1945-1965, qui ont vu les plus hauts taux de croissance au Nord, au Sud et à l’Est, la croissance n’a jamais été le résultat d’un ensemble de décisions micro-économiques. Les périodes de forte croissance paraissent bien avoir été conditionnées par des cadres institutionnels et des politiques d’État clairs qui créaient un cadre macro-économique favorable à la croissance. Ces interventions institutionnelles ont toujours été guidées par une volonté étatique, qu’elle ait la forme des politiques “welfaristes” des États européens, de la planification à la japonaise ou des politiques d’éducation et de santé des NIC’s asiatiques. La croissance, quand elle a eu lieu, n’a jamais été le produit du “marché” au sens ou l’entend la théorie économique courante. L’expérience des vingt dernières années montre que la diminution du rôle de l’État rend la croissance plus lente et plus problématique. Le parallélisme entre la mondialisation économique et la baisse des taux de croissance mondiale, depuis le début des années 1970, n’est sans doute pas une coïncidence.

37Les faits des années 1980-1990 ont montré la légèreté du diagnostic imputant l’insuffisance ou les déséquilibres de la croissance à “trop d’État et pas assez de marché”. En réalité, la croissance ne s’est maintenue que dans les pays dont l’État est interventionniste. Ailleurs, le “moins d’État” a entraîné une diminution de la croissance. En effet, les pays, asiatiques essentiellement, où la croissance s’est maintenue ou même accélérée sont ceux où l’intervention de l’État est restée déterminante en matière de promotion, soutien et encadrement des acteurs de l’accumulation. Ailleurs, la déconstruction du cadre institutionnel a permis l’émancipation des acteurs de l’accumulation des contraintes nationales, mais cela a engendré, dans la plupart des cas, une diminution de la croissance, une polarisation sociale et une réduction du bien-être de la majorité de la population.

38La dérégulation, ou mieux la déconstruction institutionnelle des années 1980 et 1990, s’est faite au nom de l’émancipation du marché, qui devait être le vecteur de la relance d’une croissance durable. En fait, on peut faire l’hypothèse que ce n’étaient pas les distorsions du marché qui freinaient la croissance, mais bien le fait que la continuation de la croissance supposait de nouveaux arrangements institutionnels que refusaient les acteurs dominants de l’accumulation dans le cadre national. Ce qui était en cause, c’était un problème de pouvoir et de rapport de force et non un problème de rationalité économique plus ou moins bien comprise et appliquée.

39L’évolution vers “plus de marché” a signifié surtout deux choses : d’une part, la concentration du pouvoir du marché dans les mains d’un petit nombre d’opérateurs de l’accumulation, potentiellement “global players” ; d’autre part, une dilatation sensible du “marché informel” dont, par définition, les activités ne sont pas comptabilisées en terme de contribution à la croissance du PIB.

Les apories néo-modernisatrices du développement et la violence pratique de l’accumulation dérégulée

40Il est important de ne pas confondre “marché” et “libération de l’accumulation”. En affaiblissant le rôle de régulation des États, les néo-libéraux ont à la fois réduit le potentiel de croissance, révélé la nature du “capitalisme réel” et, de ce fait, délié le rapport, incontournable entre 1950 et 1980, entre modernisation et développement. Ils ont en fait engendré une “autre croissance”, qui révèle la nature brutale de l’accumulation.

41L’émancipation de la logique d’accumulation montre que les aspects économiques de l’accumulation ne peuvent être séparés de leurs aspects sociaux et politiques. En ne voyant dans l’accumulation qu’un processus technico-économique de “reproduction élargie du capital”, les théoriciens et praticiens de la modernisation ont oublié, ou fait semblant d’oublier, qu’elle est en même temps un processus de différenciation sociale, de production d’inégalité et d’établissement d’un ordre hiérarchique dans l’accès à la richesse et au pouvoir. L’accumulation est par nature un processus aux facettes multiples dont les composantes sont interdépendantes. Le caractère squelettique des hypothèses de rationalité de l’homo economicus, qui fondaient les politiques de développement, éclate face à l’épaisseur fabuleuse de ce qui fait le substrat vital des sociétés et la nature conflictuelle du développement. L’accumulation est un processus à la fois socio-politique et technico-économique, les deux étant inextricablement liés.

42Des minorités dirigeantes, dont la nature change selon les époques et les lieux, cherchent à orienter les institutions de manière à pouvoir définir elles-mêmes les règles générales de mobilisation et d’utilisation des ressources et du travail disponibles. Ce faisant, leur objectif est d’assurer leur reproduction comme classe dominante ou comme élite privilégiée. L’accumulation a un “sens” pour ceux qui la dirigent et en bénéficient, même si elle peut paraître “insensée” à ceux qui en sont victimes ou à des observateurs extérieurs. Ce “sens” est la garantie d’accès, généralement sur plusieurs générations, à des biens qui assurent le confort, le bien-être, le statut, le prestige, le pouvoir et la sécurité. Parmi ces biens, on trouve généralement, en proportion variable selon les lieux et les époques, des grandes propriétés foncières et des grandes exploitations agricoles, des entrepôts, des maisons de commerce, des banques, des usines, des châteaux, des villas, des immeubles de rapport ou de prestige en milieu urbain, des chevaux, des équipages, des voitures de luxe, des titres et créances, des portefeuilles d’action et d’obligations, etc. La notion d’accumulation est indissociable de la notion de patrimoine et de fortune. La propriété des “moyens de production” fait partie de cette panoplie de l’accumulation, mais elle est autant un moyen qu’une fin.

43Autrement dit, malgré les “crises”, le ralentissement de la croissance, les phénomènes de désindustrialisation et l’extension excessive de la “bulle financière”, l’accumulation s’est poursuivie dans les années 1980, en Occident comme ailleurs, entraînant un accroissement considérable de l’inégalité et de la concentration des richesses au Nord, au Sud et à l’Est. Tous les observateurs avertis reconnaissent ces tendances. Les modalités et potentialités d’accumulation se sont multipliées et diversifiées parallèlement à la “globalisation” des activités économiques et financières. L’actualité des années 1980 et 1990 témoigne clairement de la nature multiforme de l’accumulation, dont les supports technique, économique ou financier ne peuvent être séparés de la stratégie globale de pouvoir et de reproduction de ses acteurs dominants.

44L’ensemble des tendances évoquées ci-dessus paraît converger vers le constat, impensable il y a dix ans, de l’aporie de la modernisation et du développement, à travers l’aporie de l’accumulation dérégulée et du développement.

45L’accumulation dérégulée des années 1980-1990 a mis en lumière le vrai visage de ce qui peut être appelé le “capitalisme réel”. Le décalage entre le “glamour” de l’utopie globalitaire du marché universel et la réalité est aussi frappant que celui qui séparait les promesses du “paradis socialiste” des réalités moins éclatantes du socialisme réel. On vit à l’échelle mondiale une situation sociale qui s’apparente à celle de l’Angleterre de la deuxième moitié du xixe siècle, lorsque la richesse ostentatoire, l’arrogance scientiste et la rigidité idéologique de la bourgeoisie victorienne, sûre de maîtriser les technologies d’un futur inouï, contrastait si fort avec l’immense misère de masse décrite par Dickens et ce, au cœur de ce qui était à l’époque la nation la plus industrialisée et surtout la plus favorisée par la “rente impérialiste”. L’idéologie du marché régnait alors en maître avec la formation d’“un pôle performant” d’industries, vecteur à la fois d’une accumulation rapide et de la paupérisation de la masse laborieuse.

  • 22 Ross R. & Trachite K., Global capitalism : the New Leviathan, State University of New York Press, A (...)
  • 23 Mingione E., Fragmented Societies, a Sociology of Economic Life beyond the Market Paradigm. Basil B (...)

46Considérant que la logique des “pôles performants” restera bien la logique fondamentale de la croissance économique au cours de la prochaine décennie, on doit admettre que l’articulation entre pôles, nébuleuses et zones d’exclusion restera également une caractéristique centrale de l’accumulation22. La logique des pôles performants est une logique de sélection, d’exclusion et de marginalisation. Elle génère un nouveau “dualisme” entre les acteurs intégrés à ces pôles et les exclus. Même si elle est bien la logique dominante de l’accumulation mondiale, elle produit des antagonismes de diverses intensités au Nord, au Sud et bientôt à l’Est, selon le poids des pôles dans l’économie des pays considérés. Face à ces réalités, beaucoup d’analystes du développement prennent maintenant conscience du fait que le mouvement le plus important des quinze dernières années est une tendance à la fragmentation des sociétés sous l’effet de l’accélération de l’accumulation globalisée23.

  • 24 Polanyi K.., The Great Transformation, Beacon Press, Boston, 1957 Polanyi K.., “The Economy as Inst (...)

47Cette fracture, endogène à l’accumulation, est le mouvement de fond. L’accélération de l’intégration économique à l’échelle mondiale accroît la tendance à la désintégration et accentue l’inégalité entre une minorité bénéficiant de la logique d’accumulation polarisée et le reste de la population. Il est important de s’en souvenir car l’idéologie globalitaire se présente comme celle de l’avènement d’un monde totalement différent du passé alors qu’en fait, l’accumulation, même mondialisée, reste identique à elle-même. K. Polanyi a souligné, il y a quelques dizaines d’années déjà, la violence que cache l’utopie du marché : “...l’idée d’un marché autorégulateur implique elle-même une dimension utopique très forte. Pareille institution n’aurait pu exister longtemps sans annihiler la substance humaine et naturelle de la société. Elle aurait détruit l’homme physiquement et transformé son environnement en un monde de pure sauvagerie...”24

  • 25 Kothari R., Poverty, Human Consciousness and the Amnesia of Development, Zed Books, London, 1993

48L’observation des réalités sociales et politiques contemporaines engendrées par la “libération du marché-global” permet d’accorder une valeur prédictive particulièrement lourde à cette affirmation de Polanyi. Plus de performance technico-scientifique, plus de concentration du pouvoir économique et financier à l’échelle mondiale vont de pair avec plus de pauvreté et plus d’exclusion25. La conséquence obligée de l’accumulation sauvage est l’augmentation des inégalités et l’accroissement de la richesse ostentatoire. Seule la dimension du phénomène a changé. À la fois tout change et rien ne change. Cette contradiction permanente dans les changements dont l’accumulation est le vecteur est la réfutation pratique de la violence symbolique du discours néo-modernisateur qui essaie de présenter son projet doctrinaire comme la réalité. La réalité est infiniment plus complexe et contradictoire.

  • 26 Gilbert A. & Gugler J., Cities, Poverty and Development, Oxford University Press, 1992

49Plus fondamental encore, l’accumulation dérégulée contient en elle-même une violence pratique dont l’impact concret se lit notamment dans les espaces de vie des populations, en ville comme à la campagne. La restructuration des conditions de l’accumulation dans le sens de la “globalisation” des activités économiques sous l’égide des “pôles performants” a en effet accéléré la tendance à la désarticulation des espaces ruraux et urbains, tant au Nord qu’au Sud26. Les années 1980 et 1990 ont vu s’amplifier des crises agraires et urbaines déjà perceptibles dans les années 1970.

50L’une des conséquences les plus préoccupantes de ce phénomène est la désarticulation des logiques territoriales de développement dans lesquelles s’inscrivent concrètement les trajectoires de vie de l’immense majorité des populations. La grande contribution des analyses du développement des années 1980 et 1990 est précisément l’élaboration de nombreuses monographies interdisciplinaires qui, par le biais d’études de cas, ont montré les conséquences des politiques d’ajustement et des stratégies de globalisation sur le vécu des populations. Ce sont là les meilleures réponses qu’une approche interdisciplinaire du développement puisse offrir pour contrer les inepties prétentieuses des théoriciens néo-libéraux.

  • 27 Walton J. & Seddon D., Free Markets & Food Riots, The Politics of Global Adjustment. Blackwell Publ (...)
  • 28 Harvey D., The Urbanization of Capital, Basil Blackwell, Oxford, 1986

51Les réalités des villes et des campagnes exigent une approche interdisciplinaire du développement qui soit capable de montrer la pauvreté intrinsèque du caractère réductionniste d’une approche macro-économique. Celle-ci est incapable de refléter les réalités de la vie quotidienne oblitérées par les fictions quantifiées du langage du pouvoir, ne serait-ce que l’immense misère engendrée par les politiques d’ajustement et de globalisation27. La violence symbolique du discours dominant ne pourra jamais empêcher ceux qui ont été gorgés d’images de luxe par les “soap-opera” ou “telenovelas” nationaux ou importés de comparer ces images de “volupté” avec la réalité éclatée et sinistre des échangeurs autoroutiers qui éventrent leur quartier populaire, du fracas du trafic aérien qui l’abasourdit, de la crasse, du bruit ou de la pollution engendrés par une modernité agressive dont ils savent ne pouvoir vivre que l’envers de la médaille, eux seuls sachant apparemment que toute pièce a son revers... Pour eux les images merveilleuses véhiculées par le “message global” ne sont qu’une partie de la réalité violente et cassée qui est la leur. A côté des images médiatiques de la ville globalisée et futuriste, il y a partout et toujours les réalités de la ville-taudis, de la ville dépotoir, aujourd’hui comme au xixe siècle. Le contraste est même encore plus violent, car les infrastructures de la “megacity” globale sont beaucoup plus dévoreuses et destructrices d’espace de vie que celles du xixe siècle28.

  • 29 King A., ed., Representing the City Ethnicity, Capital and Culture in the 21 st. Century, Metropoli (...)

52Un regard simpliste peut faire croire que la globalisation marque tout et emporte tout dans une unification universelle de la pensée et des modes de vie. En fait, si la globalisation tend bien à uniformiser certains espaces par la lourdeur de ses infrastructures et l’agressivité de ses supports matériels, elle crée en même temps, par la fragmentation sociale qu’engendre l’accumulation, une hétérogénéité spatiale visible au niveau des espaces de vie. Parcourir une ville au Nord au Sud ou à l’Est permet de voir cette déstructuration de morphologies urbaines qui sont l’héritage séculaire de civilisations qui les ont construits de génération en génération29. C’est à travers un regard de ce type, interdisciplinaire, que l’on peut différencier ce qui change de ce qui reste : un long héritage accumulé au cours de décennies ou de siècles et que la mondialisation ne fait que dégrader ou encombrer, sans en modifier la nature profonde.

53La violence de la “croissance globalisée” n’est donc pas seulement symbolique : elle se lit dans le paysage de la vie quotidienne. Cette “violence pratique” est au cœur de la crise actuelle du développement. La violence symbolique du discours de la néo-modernisation est largement dépassée par cette violence pratique, caractéristique des rapports sociaux tant au Nord, qu’au Sud ou à l’Est. On peut donc faire l’hypothèse que, malgré l’offensive spectaculaire de l’idéologie du “marché démocratique globalisé”, les acteurs du “réseau transnational de pouvoir” souffrent en fait d’une crise de légitimation très profonde. Ces réalités violentes présentent en effet une réponse négative à la “pensée cosmétique sur le marché et ses vertus” en révélant son incapacité à prendre en considération l’impact pratique des retombées de la logique d’accumulation sur les conditions de vie concrètes des populations. La visibilité de la violence pratique allant en s’accroissant, la violence symbolique perd de son efficacité. Elle n’en a, aujourd’hui déjà, plus beaucoup.

Le besoin d’un autre regard sur le développement des peuples et des gens

54Pour bien comprendre que l’accumulation dérégulée ne peut être un projet de développement, il faut se pencher sur les réactions des populations dominées par la logique de l’accumulation. Certes, la fragmentation sociale s’exprime souvent par l’anomie, la violence et la désagrégation du tissu social, qui sont des formes de déstructuration typiquement endogènes à la marginalisation et à l’exclusion. Certes, on peut aussi constater, sous des formes diverses, l’éloignement, la distanciation, la non-mobilisation des classes populaires par rapport aux promesses d’amélioration de leurs conditions de vie par telle ou telle variante “macro” de modernisation mondialisée. Mais cela ne signifie pas que les populations subissent passivement leur état, sauf dans quelques situations particulières où elles sont réellement écrasées par l’ampleur des chocs qui leur sont infligés. Leur distanciation prend en fait diverses formes de résistance passive ou de mobilisation active selon les contextes et les pays. Les exemples abondent non seulement au Sud mais aussi récemment à l’Est et même à l’Ouest.

  • 30 Jacob J.-P. et Delville P.-L. eds., Les associations paysannes en Afrique. Organisations et dynamiq (...)
  • 31 Chambers R., Bureaucratic Reversals and local Diversity. IDS Bulletin, 19, 4, 1988

55Ainsi, lorsque l’on porte le regard sur les réalités “micro”, c’est-à-dire sur les initiatives des populations qui essayent de défendre leur milieu de vie30, on est surtout frappé, depuis une dizaine d’années, par leur forte capacité à se mobiliser face à la crise de l’économie et de l’État. On rencontre en particulier la réaffirmation de l’identité locale, soit par des tentatives de recomposition des “territoires de vie” au niveau local, soit par l’invention de nouvelles formes d’autonomie locale. Cette affirmation identitaire, qui s’exprime parfois pacifiquement et parfois de manière violente et agressive31, est sans doute directement induite par l’impact négatif de l’accumulation globalisée sur les milieux de vie des populations. En effet, si la néo-modernisation globalitaire provoque un “déficit identitaire”, elle entraîne en même temps l’affirmation croissante de nouvelles demandes d’identité.

  • 32 Badie B., La fin des territoires, Fayard, Paris, 1995
  • 33 Graig G. & Mayo M. eds., Community Empowerment, A reader in Participation and Development, Zed Book (...)

56Celles-ci peuvent prendre des formes multiples32, au sujet desquelles deux remarques s’imposent. D’une part, les nouvelles demandes d’identité se réfèrent à des valeurs “intemporelles” qui sont considérées, par les populations agressées, comme le “fondement de leur humanité”. Dans de nombreux cas les mouvements identitaires sont initiés par des minorités qui ont déjà pleinement été au contact de la modernité et qui en ont expérimenté durablement les effets déstructurants et destructeurs. Ces mobilisations ne se fondent donc pas sur la permanence d’un passé, que les théoriciens de la modernisation voulaient éradiquer, mais sur la réinvention continue, dans des contextes changeants, d’une demande d’être et de permanence qui fonde la dignité des populations33. D’autre part, ces demandes d’identité démontrent que la prise en compte de valeurs éthiques, culturelles ou spirituelles reflétant les racines et l’héritage d’une civilisation est incontournable dans le domaine du développement.

  • 34 Featherstone M. (ed.), Global Culture : Nationalism, Globalization and Modernity, Sage, Newbury Par (...)

57Ces demandes ont été considérées comme négligeables et passéistes par les élites modernisatrices et elles le sont a fortiori par les acteurs de la néomodernisation. Elles n’ont pas pris d’ampleur tant que les acteurs “invisibles” restaient silencieux, croyant pouvoir survivre en s’adaptant. L’accélération des destructions dues à la globalisation a transformé cette tendance et des acteurs visibles et exigeants ont émergé sous des formes diverses selon qu’ils se situent dans les pays islamiques, en Asie, en Afrique, en Amérique latine, et maintenant en Turquie, en Russie, voire même en Europe. Ces demandes d’identité sont certes souvent manipulées par des aventuriers politiques. Mais elles témoignent néanmoins du fait que, s’il est le référent dominant des élites, le discours néo-modernisateur n’occupe par contre plus une place hégémonique dans l’imaginaire des peuples. En ce sens le déficit identitaire induit par ce discours est, au niveau culturel et idéologique, un élément déterminant de la fracture croissante entre élites et masses et la manifestation de nouveaux lieux de conflits sociaux, voire de la lutte des classes dans le monde de l’accumulation globalisée34.

  • 35 Friedmann J., Empowerment : The Politics of Alternative Development. Oxford, Basil Blackwell, 1992

58Dans l’Angleterre du xixe siècle, la réaction des populations à la situation de paupérisation de masse engendrée par le libéralisme fut d’abord de trouver de nouvelles formes de solidarité - associations, mutuelles, coopératives - pour faire face à la crise sociale structurelle et aux besoins les plus immédiats en termes de santé, d’hygiène, d’habitat et d’alimentation. Ce type d’initiatives est aujourd’hui en plein essor : les populations victimes de l’accumulation dérégularisée réinventent partout leur développement. Les réalités vivantes générées par des centaines de millions de petites gens qui inventent leur développement à travers le monde offrent le démenti le plus évident à la vision simpliste et réductionniste du monde présenté par la pensée dominante35. Elles doivent s’apprécier au niveau des territoires que sont les mégalopoles, les villes et les villages : c’est là que se lit concrètement l’immense décalage entre l’idéologie et la réalité.

59Parcourir une ville, au Nord, au Sud ou à l’Est permet en effet de visualiser les espaces où s’inscrivent les initiatives de résistance ou d’autonomie des populations. Les villes africaines révèlent notamment l’extraordinaire vitalité de leurs populations, abandonnées par leurs élites dont l’échec, visible aux tribulations des comptes du PIB, peut faire croire à la réalité des “expertises” misérabilistes et “afro-pessimistes”. Ce n’est pas par hasard que les approches géographiques du développement ont fait avancer considérablement l’analyse du développement au cours des dernières années, l’aidant peu à peu à sortir du carcan de l’économisme réductionniste. Seule la lecture de l’espace permet en effet de mieux comprendre l’entrecroisement des composantes d’un processus de développement, car c’est en fait cette géographie qui définit finalement le profil et la spécificité du développement.

60En outre, la prise en considération de l’espace renvoie nécessairement au temps comme composante incontournable du processus de développement. La vision du monde qui s’est imposée dans la conception modernisatrice du développement et prolongée jusque dans la conception néo-modernisatrice globalitaire fait commencer l’histoire à la révolution industrielle, tout ce qui précède étant noyé dans le brouillard de la société traditionnelle, prénewto6nienne et stagnante. Élaborée en termes de révolutions industrielles, de take-off, de rattrapage, de retard ou de “miracles”, cette histoire est en fait centrée seulement sur la progression des acteurs de l’accumulation et, dans le cas européen, sur l’imposition de leur logique du profit grâce à leur collusion avec les acteurs de la centralisation étatique. Elle a été imposée par un coup de force perpétuel, qui est une composante de la violence symbolique de la modernisation. Cependant, grâce aux travaux réalisés depuis deux décennies en histoire du développement comparé, on s’aperçoit que cette approche est complètement réductionniste : elle a totalement négligé l’histoire persistante des myriades de petits producteurs, ruraux et urbains, qui ont tissé les mailles de la civilisation matérielle au long des générations. Leurs prouesses quotidiennes pour survivre n’ont guère pesé lourd en termes d’économie de la puissance ou de comptabilité de la croissance, mais leur histoire, rendue “invisible” par la vision modernisatrice, est la trame profonde des processus de développement. Elle est la base de l’“économie des peuples”, le socle de la vie et de la civilisation matérielle et l’histoire des trois quarts de l’humanité jusqu’à aujourd’hui.

  • 36 Verschaeve F.-X, Libres leçons de Braudel, Syros, Paris, 1994

61Il faut regarder ces réalités avec un œil neuf, que l’on pourrait qualifier de “néo-braudelien”. L’approche néo-braudelienne montre que la vitalité de l’économie populaire a été le substrat de la reproduction des conditions de vie36. Le marché y a toujours été présent, encastré (au sens de Polanyi) dans les relations sociales. L’accumulation apparaît alors comme une “bulle” qui a toujours eu des rapports conflictuels avec l’économie populaire de la reproduction et comme un type de logique que certains acteurs viennent surimposer à la logique de l’économie populaire, soit en essayant de la marginaliser, soit la plupart du temps en essayant de la soumettre ou de l’utiliser. Avec cette perspective, on ne peut plus confondre accumulation et marché, contrairement à ce que fait le discours sur “la transition à l’économie de marché” qui, par cette confusion, tente en fait de promouvoir l’accumulation globalisée.

  • 37 Nyssens M, Quatre essais sur l’économie populaire urbaine : le cas de Santiago du Chili, Louvain-la (...)
  • 38 Colonomos A., Sociologie des réseaux transnationaux, L’Harmattan, Paris, 1995

62Le renversement de la perspective traditionnelle sur le rapport entre l’économie populaire et l’accumulation de type capitaliste37 est un enjeu important de la pensée sur le développement. C’est seulement ainsi que la dynamique contradictoire du monde contemporain devient compréhensible. Toute une partie de la littérature récente sur le développement a d’ailleurs mis l’accent précisément sur le lien social comme lieu du développement. Ce lien social ne doit pas être confondu avec le communautaire traditionnel, figé et stagnant. Là où il se révèle extraordinaire, c’est dans la capacité qu’ont certaines sociétés (notamment la plupart des sociétés africaines) de recomposer sans cesse des liens sociaux, souvent en combinant plusieurs logiques, qui vont de la logique de redistribution à la logique mafieuse en passant par des formes réinventées de solidarité, et qui n’excluent pas toujours des logiques de confrontation et de violence. La pauvreté du réductionnisme macro-économique est incapable de percevoir ces réalités, qui constituent pourtant les véritables dynamiques du développement. Toute une sociabilité de réseaux, plus ou moins contextualisée dans des territoires, mais qui est toujours insérée d’une manière ou d’une autre dans des continuités historique et spatiale38est à prendre en considération.

  • 39 Robertson R., Globalization : Social Theory and Global Culture, Sage, London and Newbury Park,

63L’entrecroisement de l’espace et du temps long est un élément important pour mettre en valeur le fait que la violence symbolique du discours dominant ne peut être hégémonique dans la production du référent des populations. Les discours et surtout les images produits par la pensée dominante pour essayer d’imposer une référence contraignante à l’ordre global ne sont et ne peuvent être qu’une composante, parmi d’autres, d’un vécu fragmenté et chaotique beaucoup plus large et plus problématique39. Le cadre de la vie quotidienne, affecté le plus souvent par la dégradation conséquente aux effets de la globalisation, est une composante tout aussi “réelle” et importante que les images de séduction et les discours euphorisants des médias globalisés.

  • 40 Schuurman F.-J., ed., Beyond the Impasse, New Directions in Development Theory, Zed Books, London, (...)

64C’est la collision entre ces deux types de réalité qui provoque de plus en plus le rejet du discours et des images proposés par la néo-modernisation, comme étant ceux de la ruse et du mensonge. La prise en considération de la longue durée des processus et des contextes peut aider à saisir les réalités complexes du développement des gens et des peuples et à échapper au simplisme du langage macro-économique. En outre, ce glissement du regard peut permettre aussi de redécouvrir, sous une autre approche, les enjeux du développement du présent et du futur et être un moyen de sortir de la “crise” de la pensée et du réel40. L’enjeu consiste à donner plus de pouvoir à ces acteurs oubliés, à consolider les espaces d’autonomie, tout en n’ayant pas une vision naïve de ces réalités.

Notes

1 D. Lal, The Poverty of “Development Economics”, Harvard University Press, Cambridge, 1985

2 Cf. notamment Tollison, 1982 ; Buchanan, 1986 ; Krueger, 1990

3 Au sens donné par le Petit Robert ; aporie : difficulté d’ordre rationnel paraissant sans issue.

4 Petrella R. (éd.), Limites à la compétitivité. Pour un nouveau contrat mondial, Groupe de Lisbonne, Éditions Labor, Bruxelles, 1995

5 Stopford J. & Strange S., Rival States. Rival Firms. Competition for World Market Shares, Cambridge University Press, 1991

6 Reich R., L’économie mondialisée, Dunod, Paris, 1993

7 Eden L. & E. Potter eds., Multinationals in the Global Political Economy, St. Martin’s Press, New York, 1993

8 Chesnais F., La mondialisation du capital, Syros, Paris, 1994

9 Kebadjan G., L’économie mondiale, enjeux nouveaux, nouvelles théories, Seuil, Paris, 1994

10 Stewart F., Adjustment and Poverty, Routledge, London, 1995

11 Green R. H., The IMF and Stabilisation in SubSaharan Africa: a critical Review, IDS Discussion Paper, n° 216, Sussex, 1986

12 Sklair L., Sociology of the Global System, Harvester, New York, 1991

13 George S. & Sabelli F., Crédits sans frontières, La religion séculière de la Banque Mondiale, La Découverte, Paris, 1994

14 Whitehead L., (ed.), Economic Liberalization and Democratization: explorations of the Linkages, World Development, n° 8, 1993

15 Leftwich A., Governance, the State and the Politics of Development, Development and Change, vol. 25, 1994

16 Mappa S. éd., Développer par la démocratie ? Injonctions occidentales et exigences planétaires, Karthala, Paris, 1995

17 Brautignan D., Governance, Economy and Foreign Aid, Studies in Comparative International Development, n° 3, 1992

18 Fukuyama F., La fin de l’histoire et le dernier homme, Flammarion, Paris, 1992

19 Meier G.-M el Seers D., Pioneers in Development, World Bank, O.U.P., 1985

20 Poggi G., The State. Its Nature. Development and Prospects. Polity Press, Cambridge, 1990

21 George S. & Sabelli F., Crédits sans frontières. La religion séculière de la Banque Mondiale, La Découverte, Paris, 1994

22 Ross R. & Trachite K., Global capitalism : the New Leviathan, State University of New York Press, Albany, 1990

23 Mingione E., Fragmented Societies, a Sociology of Economic Life beyond the Market Paradigm. Basil Blackwell, Oxford, 1991

24 Polanyi K.., The Great Transformation, Beacon Press, Boston, 1957 Polanyi K.., “The Economy as Instituted Process”, in Granoveter M. & Swedberg R. (eds.), The Sociology of Economic Life, Westview Press, Boulder 1992

25 Kothari R., Poverty, Human Consciousness and the Amnesia of Development, Zed Books, London, 1993

26 Gilbert A. & Gugler J., Cities, Poverty and Development, Oxford University Press, 1992

27 Walton J. & Seddon D., Free Markets & Food Riots, The Politics of Global Adjustment. Blackwell Publishers, Cambridge, Massachusetts, 1994

28 Harvey D., The Urbanization of Capital, Basil Blackwell, Oxford, 1986

29 King A., ed., Representing the City Ethnicity, Capital and Culture in the 21 st. Century, Metropolis MacMillan, London, 1995

30 Jacob J.-P. et Delville P.-L. eds., Les associations paysannes en Afrique. Organisations et dynamiques. Karthala, Paris, 1994

31 Chambers R., Bureaucratic Reversals and local Diversity. IDS Bulletin, 19, 4, 1988

32 Badie B., La fin des territoires, Fayard, Paris, 1995

33 Graig G. & Mayo M. eds., Community Empowerment, A reader in Participation and Development, Zed Books, London, 1995

34 Featherstone M. (ed.), Global Culture : Nationalism, Globalization and Modernity, Sage, Newbury Park, 1990

35 Friedmann J., Empowerment : The Politics of Alternative Development. Oxford, Basil Blackwell, 1992

36 Verschaeve F.-X, Libres leçons de Braudel, Syros, Paris, 1994

37 Nyssens M, Quatre essais sur l’économie populaire urbaine : le cas de Santiago du Chili, Louvain-la-Neuve, 1994

38 Colonomos A., Sociologie des réseaux transnationaux, L’Harmattan, Paris, 1995

39 Robertson R., Globalization : Social Theory and Global Culture, Sage, London and Newbury Park,

40 Schuurman F.-J., ed., Beyond the Impasse, New Directions in Development Theory, Zed Books, London, 1993

Auteur

Economiste, professeur, Université de Louvain, Belgique

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search