Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La mondialisation des anti-sociétés

 | 
Gilbert Rist

Points d’appui

Internet : l’illusion de la connaissance pour tous

Christian Corminboeuf

Texte intégral

  • 1 On lira à ce propos l’excellente synthèse présentée par Le Monde Diplomatique, Manière de voir, Hor (...)

1L’explosion d’Internet durant les deux dernières années a fait couler beaucoup d’encre et l’on a pu lire à ce propos les analyses les plus diverses, allant du catastrophisme aux prophéties les plus optimistes1, liées à l’incroyable rapidité de l’extension de ce réseau de réseaux, à l’innombrable quantité d’informations qu’on y a déversées pêle-mêle, à leur diversité, et enfin au style convivial qui a d’emblée prévalu sur le « net ».

2Alors que les diverses révolutions du Nord – qu’elles soient industrielles, techniques, scientifiques ou idéologiques – n’ont fait qu’accroître le fossé entre les pays riches et les pays pauvres, on s’est pris à penser qu’Internet apportait enfin une solution : l’information si facilement accessible à tous allait pouvoir combler le fossé entre le Nord et le Sud apporter le savoir là où manquent les écoles, les bibliothèques, les enseignants, les universités... Ceux qui connaissent les problèmes liés au développement sont bien plus prudents et je partage leur scepticisme, car on néglige trop souvent d’une part les conditions techniques nécessaires au fonctionnement de la société d’information globale et, de l’autre, la rapidité des changements techniques, qui rend problématique l’espoir d’un éventuel rattrapage des actuels utilisateurs d’Internet par ceux qui ne le sont pas encore. Ainsi, par exemple, s’il est envisageable de généraliser à tous l’accès à l’écriture (quelles que soient par ailleurs les difficultés de réalisation de ce projet « simple ») cela tient au fait qu’il s’agit d’une « technique stable », dont l’acquisition est, si l’on peut dire, définitive. Or, il n’en va pas de même pour maîtriser l’information qui circule dans la « toile » puisque les conditions d’accès sont en constante évolution et exigent des matériels toujours plus performants. Rarement la fuite en avant technologique n’aura rendu aussi rapidement obsolètes les moyens qui passent aujourd’hui pour être à la « pointe du progrès ».

3Pour bien saisir la problématique de l’évolution d’Internet et comprendre les difficultés réelles que pose la mise en relation des utilisateurs situés dans des contextes géographiques ou économiques défavorisés, il est nécessaire d’aborder quelques notions techniques. C’est pourquoi j’ai tenté d’en vulgariser les aspects les plus importants dans la première partie de cet article.

4Sans être futurologue ni prophète, il faut imaginer la situation que vivront dans les prochaines décennies l’ensemble des pays de ces deux pôles principaux que sont le Nord et le Sud.

5En effet, après le Tiers-Monde et le Quart-Monde, il faudra peut-être aussi parler du monde des « branchés » et par conséquent de celui des « débranchés » de l’information. Nous nous orientons en effet vers un monde à deux vitesses composé de ceux qui disposeront des outils de communication et de ceux qui les attendront. De plus, il faudra encore compter avec d’autres sous-groupes : ceux qui savent et ceux qui ne savent pas employer les moyens modernes. Ce clivage ne se fera pas seulement entre pays, mais également au sein d’un même pays, entre différentes régions.

6Je me propose donc d’explorer l’état du monde de la télécommunication, de me pencher sur quelques indicateurs et d’ébaucher une première réflexion, tout en sachant que l’avenir n’est jamais certain. Plus précisément, j’envisagerai ici quatre sortes de techniques dont la diffusion au Sud pose problème : le numérique, la création de nouvelles lignes téléphoniques, la fibre optique et le téléphone par satellite.

Une révolution technique : le passage de l’analogique au numérique

7En termes de communication, le principal bouleversement que nous sommes en train de vivre en cette fin de vingtième siècle est lié à la « numérisation ». De quoi s’agit-il ? Le support de l’information était jusqu’à présent de divers types : information sonore transportée sur diverses longueurs d’ondes, image sur papier photo, texte sur papier journal, etc. Ces informations ont peu à peu été converties en informations numériques de type binaire, c’est-à-dire composées de deux éléments : 0 et 1. C’est ainsi que le dessin de la lettre E peut être remplacé par une chaîne d’informations (électriques ou lumineuses) du type « 00111011 » et qu’une image peut être décomposée en millions de petits points décrits également sous forme binaire. Une image télévisée pourra donc être entièrement numérisée de même que le son qui l’accompagne. L’uniformisation du support de l’information permet de mélanger sur un même support (disque compact par exemple) aussi bien du son, de l’image fixe ou animée, du texte avec, en plus, un système de navigation immédiat qui permet de passer d’une information à une autre, quel que soit son type : on choisit le mot « alunissage » et l’on voit et entend l’arrivée d’Amstrong sur la lune sous forme de vidéo.

Comment ça marche ?
Le réseau Internet peut être considéré comme une énorme toile d’araignée mondiale (toile comportant hélas de nombreux trous !), dont les fils seraient constitués par les connections entre ordinateurs. Toute personne possédant un ordinateur peut envisager sa connexion sur Internet si certaines conditions techniques sont remplies. La connexion entre l’ordinateur et la prise téléphonique se fait à l’aide d’un modem, petit appareil qui permet de transférer les informations numériques de l’ordinateur en informations modulées nécessaires au téléphone traditionnel et inversement. Une fois cette installation réalisée, il faut trouver un point d’accès pour se connecter sur Internet et c’est là que réside l’un des principaux problèmes posés par la généralisation d’Internet.

8Nous sommes donc à un moment charnière avec la convergence de trois technologies : les télécommunications, la télévision et l’informatique. Grâce à la technique du numérique, l’image, le son et le texte cohabitent donc, pour constituer le « multimédia ». Ces informations numériques sont transmises à distance sous trois formes : le fil de cuivre, la fibre optique et les ondes hertziennes. Nous reviendrons sur ces moyens de transmission et leurs conséquences pour les pays du Sud.

9L’intérêt du numérique tient à sa vitesse de transmission mais ce sont surtout ses extraordinaires possibilités de compression qui permettront de réduire le temps de transfert de milliards de données à quelques secondes (cas d’un film vidéo par exemple). Une page standard de fax est décomposée en environ deux millions de points. Transmettre une page blanche signifie donc communiquer à son interlocuteur la description successive de deux millions d’informations du type « blanc » ou « il n’y a rien ». La forme comprimée du fax serait : « Je t’envoie deux millions de points blancs », d’où un gain énorme de temps de communication, la machine réceptrice étant capable de recréer l’image de départ à partir d’une information minimale.

  • 2 A propos de qualité d’images et de multiplication du nombre de chaînes de télévision, on peut déjà (...)

10La numérisation permet également de livrer un signal qui corrige les erreurs de transmission, (parasites, interférences, « neige »). L’information est donc auto-corrigée lors de son transfert pour atteindre une qualité optimale. Mais la mise en place de télécommunications numériques est loin de résoudre tous les problèmes. Ce système ne s’applique qu’à la moitié du réseau des Etats-Unis, alors que le Rwanda, les Maldives et Djibouti en bénéficient pleinement. Mais ce « bénéfice » est-il complètement exploité2 ?

L’extension des lignes téléphoniques

  • 3 En ce qui concerne les régions ou pays, en Amérique latine, 7 foyers sur 100 sont équipés d’un télé (...)

11Au phénomène Internet est très souvent associée l’idée d’égalité d’accès à une forme universelle d’information, puisque tout un chacun peut participer à cette intelligence collective. Mais il faut aussi savoir qu’un habitant sur deux de la planète se trouve à deux heures de voiture du poste téléphonique le plus proche et que l’on estime que la moitié des terriens n’a jamais eu l’occasion de téléphoner3. Ainsi l’ubiquité de l’information ne profite pas à tout le monde de la même façon et la cyberculture se construit à travers les contributions (et se diffuse pour le profit) d’une minorité.

12Par exemple, le continent africain totalise 12 % de la population mondiale et dispose de 2 % des lignes téléphoniques alors qu’une poignée de pays riches, représentant 15 % de la population, se partagent 71 % des lignes. Parmi les 50 pays les moins bien équipés, 35 se trouvent en Afrique, situation encore aggravée par le fait que le taux de croissance des connexions téléphoniques en Afrique au cours de ces dix dernières années reste l’un des plus faibles, à cause d’un taux élevé de croissance démographique associé à une forte dette extérieure qui limite les possibilités d’importation de matériels nouveaux. Par ailleurs, il est paradoxal de noter que l’Afrique au sud du Sahara détient le record des communications internationales avec plus de deux cents minutes par an par abonné mais le temps de communication par habitant est le plus faible du monde (moins d’une minute par an et par personne).

13Toutefois, s’il suffit théoriquement de disposer d’un téléphone pour accéder au réseau, encore faut-il que le coût de la connexion ne soit pas dissuasif. Il convient donc d’être géographiquement proche d’un point d’accès (provider, « serveur » ou fournisseur d’accès) car la facturation se fera selon la tarification en vigueur pour une communication téléphonique locale. Il s’agit là d’un obstacle considérable pour la généralisation d’Internet dans les pays du Sud et dans toute région isolée.

14Ces quelques indications illustrent à quel point cette belle idée d’égalité d’accès à l’information et à la connaissance pour tous n’est qu’une utopie.

  • 4 L’écart ne se creuse pas partout de la même façon. Certains pays ont pris le train en marche, c’est (...)

15Au niveau mondial, la situation évolue très rapidement et le nombre d’utilisateurs d’Internet croît de façon exponentielle au rythme d’environ 10 % par mois. Si l’on extrapole, il devrait y avoir plus d’utilisateurs d’Internet que d’habitants sur la planète en 2003... Evidemment, le taux d’évolution n’est pas le même partout. Ainsi, les pays les mieux équipés ne cessent d’améliorer leur équipement (en quantité et en qualité). Un indicateur important et révélateur est l’indice d’équipement en matière de télécommunications. Cette comparaison, établie sur une période de douze ans (1980-1992), est tout à fait éloquente et particulièrement préoccupante. En prenant la valeur 100 comme référence pour les pays du Nord, l’ensemble des pays les moins avancés avait un facteur 7 en 1980, ce qui représente un déséquilibre déjà très important. Douze ans plus tard tout le monde a fait de nets progrès, mais le rapport est passé de 1 à 1004. Parce que l’évolution de la technologie des télécommunications ne fait que s’accélérer, les différenciations en ce qui concerne la quantité et la qualité de l’équipement prennent des proportions alarmantes : le fossé entre Nord et Sud ne peut que continuer à se creuser.

16Existe-t-il des espoirs de combler ces différences ? L’un d’eux réside dans la possibilité de « sauter » des étapes en ce qui concerne l’installation de nouvelles infrastructures de télécommunication. Ainsi, les pays sous-équipés pourraient théoriquement s’équiper tout de suite en nouvelles technologies qui offrent d’énormes possibilités en termes quantitatifs et qualitatifs. Il semble que les investisseurs s’intéressent à ce nouveau marché. On parle d’investissements possibles de l’ordre de 200 milliards de dollars au cours des cinq prochaines années. La Chine planifie 100 millions de lignes pour l’an 2000. Mais, là encore, il existe un énorme écart entre ce qui est possible et ce qui est effectivement réalisé. Pour la plupart des pays, le coût d’un tel saut technologique est prohibitif et c’est plutôt la tendance inverse qui se dessine. On constate en effet de plus en plus que, sous prétexte de pallier le sous-équipement des pays pauvres, les pays industrialisés leur « offrent » leurs anciennes installations, devenues vétustes, et qui constituent de véritables cadeaux empoisonnés puisqu’elles sont inadaptées aux nouvelles technologies (la fibre optique, par exemple).

17On le voit, l’espoir d’une « mise à niveau » (ou d’un « rattrapage ») rapide des pays du Sud apparaît bien fragile, d’autant plus qu’il manque aussi l’énorme potentiel de connaissances nécessaires pour entretenir des installations aussi sophistiquées.

La fibre optique

18Autre espoir, souvent évoqué, l’utilisation de la fibre optique. Ses avantages sont réels. D’abord, elle élimine le problème du fil de cuivre, métal souvent convoité par les habitants des pays pauvres. En effet, la valeur marchande intéressante de ce métal fait qu’il n’est pas rare que les lignes soient volées pour être fondues et revendues tandis que la fibre optique n’est faite que de verre ou de plastique sans valeur marchande. Mais un autre problème se pose : la fibre ne transporte que l’énergie lumineuse liée à l’information. Un simple téléphone sur fibre devra donc avoir sa propre source d’énergie pour pouvoir fonctionner (il doit pouvoir sonner, envoyer des informations lumineuses, etc.). Il faudra donc que le téléphone sur fibre optique du dispensaire soit lié à des capteurs solaires par exemple. Encore une technologie à maîtriser.

19Certes, l’intérêt de la fibre optique réside dans la simplicité du câblage car une seule fibre de 4 microns peut transmettre 30’000 communications simultanément alors que la technique traditionnelle nécessiterait autant de câbles de cuivre. Le goulot d’étranglement n’est pas la fibre, mais les appareils devant gérer les flux d’informations.

Le téléphone par satellite

  • 5 Sony, Mitsubishi et Motorola.

20Au vu des problèmes techniques et des énormes investissements qu’impliquent les liaisons par câble, pourquoi ne pas utiliser des techniques déjà bien au point comme le téléphone cellulaire ? Or, la principale difficulté technique pour utiliser cette technologie réside dans le nombre de relais à installer sur le territoire à couvrir. Mais on sait aussi que ces relais peuvent être remplacés par un satellite, à condition que celui-ci ne soit pas trop éloigné des utilisateurs car plus la distance est grande, plus la quantité d’énergie nécessaire à son fonctionnement est importante. Un consortium5 s’est intéressé à ce nouveau créneau et a lancé un programme ambitieux intitulé Iridium. Ce programme prévoit une couverture globale de la planète en plaçant une flotte de 66 satellites lancés à partir de 1996. Iridium sera opérationnel en septembre 1998 et nécessitera un investissement de 3.4 milliards $US. Il devrait être alors possible de communiquer partout dans le monde, sans antennes paraboliques, pour une somme que l’on estime aujourd’hui à 3 $US la minute. Ce prix peut paraître abordable à certains, mais il convient de le rapporter au pouvoir d’achat des clients potentiels ; tout porte à croire qu’il sera considéré comme prohibitif par la majorité. S’y ajoute, comme on l’a dit, le problème énergétique qui, là encore, est loin d’être négligeable dans les régions où l’électricité n’est que chichement distribuée. Pour y faire face, et afin de diminuer la quantité d’énergie nécessaire aux télécommunications sans fil, le projet Telesedic (Bill Gates et d’autres) prévoit de couvrir 95 % de la planète à l’aide de 840 satellites. Placés sur des orbites très basses (700 km au lieu de 36’000 km pour les géostationnaires) ils effectueront le tour de la terre en 90 minutes. Mais la faible altitude de ces satellites a pour conséquence qu’environ 10 % de ceux-ci tomberont chaque année... Il serait intéressant de faire le bilan énergétique réel d’un tel projet ! Sous prétexte d’économiser, on aura sans doute dépensé bien plus encore et le coût de l’opération risque fort d’être à la charge de l’utilisateur final.

La déréglementation des télécommunications devient une réalité

21En Europe, depuis plus d’un siècle, les infrastructures et les services des télécommunications relèvent d’un monopole d’Etat. Dans l’Union européenne, par une décision de Bruxelles en novembre 1994, plus aucune protection n’existera à partir du premier janvier 1998. N’importe qui sera autorisé à créer de nouvelles infrastructures dans un pays étranger.

22Dans certains pays du Sud, cette déréglementation a déjà eu lieu. Au Chili, le marché longue distance a été ouvert en novembre 1994, il y a déjà neuf opérateurs pour 14 millions d’abonnés. Les prix ont chuté, mais aucun d’entre eux ne fait de bénéfice. D’autres pays ont suivi ces privatisations :

23Bolivie, Côte d’Ivoire, Sri Lanka, etc. en 1995, Nicaragua, Panama, Ghana, Paraguay etc. en 1996. Cette déréglementation aura certes des avantages économiques pour les utilisateurs mais on voit déjà apparaître des firmes supra-étatiques dominer le monde et disposer ainsi d’un pouvoir colossal.

24Au Pérou par exemple, l’entreprise d’Etat ENTEL-Peru a été vendue à une seule entreprise privée (Telefónica, groupe espagnol) dont la motivation évidente est le profit. Dans un tel contexte, que va devenir la Red Cientifica Peruana (RCP), premier réseau Internet fondé en 1991 et regroupant 43 institutions à but non lucratif ? La RCP veut permettre l’accès à Internet à l’ensemble du pays, (implantation dans chacune des 23 capitales départementales). Elle privilégie tout particulièrement les institutions éducatives car, comme le dit José Soriano, son fondateur, paraphrasant Indira Gandhi : « Comme nous sommes extrêmement pauvres, nous ne pouvons pas nous offrir le luxe de ne pas investir dans la recherche, la science et la technologie ». Aujourd’hui, le conflit est ouvert entre ces deux entités ayant une vision fondamentalement différente de la politique d’implantation d’Internet dans le pays.

Le village planétaire : nouvelle utopie ou fiction ?

25Au xixe siècle, on parlait déjà des vertus « universalisantes et pacifiques » des techniques de communication. De l’inauguration des premières lignes de chemin de fer à la pose du premier câble sous-marin au début de ce siècle, les discours célébraient régulièrement le fait que « Tous les hommes deviennent frères ». On sait ce qu’il est advenu de cette solidarité entre les peuples, illustrée par les conquêtes coloniales, et les guerres mondiales...

26En cette fin de siècle, le vocabulaire n’a guère changé : on parle de la grande famille d’Internet (il y a les grands frères et les petits frères...), l’expression « village global » est devenue un lieu commun, on affirme l’égalité des hommes devant l’accès aux connaissances et Internet est présenté comme l’outil démocratique par excellence ; il permet, par exemple, à tout un chacun de « rencontrer » le Président des Etats-Unis.

  • 6 Quant à l’outil de partage que représente le réseau Internet, il faut s’interroger sur ce qui est o (...)

27Cette idéologie pseudo-humaniste envahit l’ensemble du système pour donner l’illusion d’une fraternité généralisée. Ainsi, on parle d’accueil (« page d’accueil » ou home page), de partage, de village. Mais que sont devenues les pratiques d’accueil, que reste-t-il du partage et quelle importance accorde-t-on à la solidarité villageoise (qui n’est pas exempte de conflits) dans nos sociétés du Nord ? L’accueil réel, le vrai, le chaleureux, étant en voie de disparition, on le transpose sur son ordinateur et l’on propose à tout un chacun de venir « à la maison », de visiter sa home page. L’accueil fictif joue donc un rôle important en informatique (c’est pourquoi l’ordinateur vous souhaite la bienvenue lorsque vous l’allumez, il vous salue d’un petit bonjour et prétend vous faciliter la vie en vous proposant quelques astuces d’utilisation), et si cette convivialité s’impose – y compris sur Internet – c’est parce qu’elle constitue un argument de vente et contribue à fidéliser la clientèle. Cela dit, tout le monde n’est pas dupe de cette « stratégie intimiste » qui s’efforce de choyer l’individu en le faisant habiter un village rêvé. Certains, plus réalistes, préfèrent parler de « ville globale », terme peut-être mieux adapté car Internet ressemble plus à la ville qu’au village, avec ses problèmes de pollution, de favelas, de banlieues et son Quart-Monde6.

28La fiction du village global est encore amplifiée par la fiction du voyage. En effet, des outils de navigation permettent de se balader sur le réseau en fonction de thèmes privilégiés. Un de ces outils, Yahoo par exemple, propose des thèmes géographiques. Vous choisissez « Afrique » et vous décidez de faire un tour au Sénégal7. Vous trouverez une carte géographique du pays, voire de la capitale et quelques informations ethnologiques. Vous vous imaginez en connexion directe avec le serveur d’un département de l’Université de Dakar. En fait, vous êtes branché sur une université pennsylvanienne... Il ne faut donc pas se faire trop d’illusions en ce qui concerne vos voyages dans le cyber-espace car, en ce qui concerne l’Afrique par exemple, plus de 90 % des sites traitant de cette région ne sont pas situés sur ce continent, et ceux qui y sont réellement implantés ne sont pas forcément gérés par des Africains.

Les besoins prioritaires du Sud sont-ils compatibles avec l’offre des réseaux ?

29Si l’on estime, en simplifiant, que les besoins prioritaires du Sud sont avant tout d’ordre alimentaire et sanitaire, on peut se demander quel pourrait être l’apport d’Internet dans un village quéchua de Bolivie, dans un village de brousse du Sénégal ou dans un bidonville du Zaïre. On peut se mettre à rêver : sous l’arbre à palabres nous trouverions l’équivalent des Internet Cafés avec un ordinateur relié par satellite au réseau mondial... Mais quelles seraient les informations qui permettraient d’améliorer le quotidien des habitants ?

30Des structures d’appui à la mise en place de connexions se sont mises en place, certaines existent depuis quelques années. C’est le cas du réseau Rio (Réseau intertropical d’ordinateurs) créé par l’ORSTOM. Il existe le réseau APC (Association for Progressive Communication) qui regroupe environ 20’000 ONG dans une centaine de pays ainsi que l’Internet Society dont une branche à Genève a constitué un groupe de travail sur les problèmes de développement.

31Quelle que soit l’évolution de la technologie, la solution ne peut se réduire au passage d’une autoroute de l’information devant sa porte. Qu’il y ait des autoroutes, soit. Mais elles doivent être ouvertes sur des routes, des pistes et des sentiers. Comme le dit le cinéaste burkinabé Gaston Kaboré, « Contre la part de rouleau compresseur que vont engendrer les autoroutes de l’information, il faut que surgissent les chemins de traverse, les sentiers et les pistes qui resteront autant de sillons sur lesquels germeront les semences de la diversité et autant de petits ruisseaux qui irrigueront la mémoire des peuples. »

32Au moment où les inégalités économiques se creusent et où s’accroît l’uniformisation culturelle, la chance des « débranchés de l’information » ne résiderait-elle pas dans la possibilité d’éviter le laminage culturel entraîné par la globalisation, et la « macdonaldisation » ? Echapper à l’uniformisation, aux valeurs de la société néo-libérale deviendrait alors un privilège, une richesse. Alors que le village global partagerait la même langue, les mêmes filles nues des images comprimées, les mêmes toutes dernières informations (même les fausses) sur la Princesse Diana, il existerait, autour de ce grand village, une multitude d’îlots avec des cultures incompréhensibles que les ethno-internautes tenteront de déchiffrer. Ils feraient connaître les résultats de leurs études à l’ensemble de la communauté grâce aux langages universels comme HTML et paradoxalement celui appelé Java tout en utilisant le logiciel Timbuktu. Preuve que ces îlots sont déjà des rêves...

33Sans doute l’information sera-t-elle de plus en plus planétaire, et de mieux en mieux partagée. Son ubiquité en « temps réel » deviendra une réalité. Mais en ce qui concerne Internet, le phénomène de globalisation relève (et relèvera sans doute encore longtemps) du domaine du virtuel. Une grande partie des habitants de la planète devront continuer de se contenter de « regarder » passer les bits sans pouvoir ni les capter ni les émettre. Le réseau Internet explose, les technologies qui lui sont liées deviennent de plus en plus sophistiquées, complexes et les décisions se prennent sans tenir compte de l’avis de ceux qui sont déjà en marge de ce cyber-espace. L’emballement des possibilités technologiques aura pour conséquence un accroissement des écarts entre les « branchés » et les « débranchés ». Les fossés ne pourront se combler qu’à la faveur d’autres révolutions qui ne relèveront pas de la technologie !

Notes

1 On lira à ce propos l’excellente synthèse présentée par Le Monde Diplomatique, Manière de voir, Hors série : « Internet, l’extase et l’effroi », octobre 1996.

2 A propos de qualité d’images et de multiplication du nombre de chaînes de télévision, on peut déjà se demander pourquoi tant d’efforts sont faits pour améliorer la qualité de l’image mais si peu pour ce qui concerne la qualité du contenu des émissions !

3 En ce qui concerne les régions ou pays, en Amérique latine, 7 foyers sur 100 sont équipés d’un téléphone, au Zaïre, ce taux s’élève à moins de 0,1 %. En fait, l’Afrique au sud du Sahara dispose de moins de téléphone qu’il n’en existe sur la presqu’île de Manhattan. A titre de comparaison, la Suisse à un taux de 60 %, la Suède est en tête avec 68 %. En Equateur, ce taux s’élève à 4,82 %.

4 L’écart ne se creuse pas partout de la même façon. Certains pays ont pris le train en marche, c’est le cas de Hongkong par exemple, qui est passé de 46 à plus de 100 (c’est-à-dire à un taux d’équipement supérieur aux pays du Nord) alors que le Ghana est passé de 21 à 1.

5 Sony, Mitsubishi et Motorola.

6 Quant à l’outil de partage que représente le réseau Internet, il faut s’interroger sur ce qui est offert, sur la valeur et l’intérêt des informations partagées.

7 http://www.sas.upenn.edu/African-Studies/Country-Specific/Senegal.html

Auteur

Informaticien, chargé d’enseignement, IUED, Genève