Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La mondialisation des anti-sociétés

 | 
Gilbert Rist

Paroles

Des antilopes et des hommes...

Corinne Thévoz

Texte intégral

1Est-il imaginable que le sentiment d’admiration pour une tribu ou un peuple, pour ses coutumes, sa façon d’apprivoiser l’espace, ainsi que la compassion pour ses difficultés au quotidien – et la volonté d’y remédier – puissent conduire en fin de compte à la soustraction d’une partie de son environnement vital ? Même si le raccourci peut paraître osé, cela semble possible lorsqu’on « oublie », au cours d’une opération de restauration d’un milieu, son but premier, à savoir le maintien raisonnable de l’être humain au centre de son écosystème.

2Il est une réserve naturelle au Niger, dite Réserve nationale de l’Aïr et du Ténéré, et il est aussi, en son sein, une réserve intégrale de 13’000 km2, dite « sanctuaire des addax », que nul n’est censé pénétrer. L’addax, magnifique mammifère aux longues cornes torsadées, est une sorte de grande antilope qui n’a quasiment aucun prédateur naturel à craindre. Constituant l’un des meilleurs exemples d’adaptation au milieu hyperaride, il est pourtant en voie de disparition. Ses plus ardents défenseurs eux-mêmes le qualifient « d’animal mythique » et la réserve intégrale est supposée englober son milieu naturel, en partie du moins.

3Le territoire de l’addax recoupe de fait celui des nomades Touaregs et de leurs troupeaux de dromadaires. Si ceux-ci et ceux-là ne sont pas précisément en voie de disparition, ils connaissent cependant des temps difficiles : années de sécheresse, problèmes économiques et politiques, changement des mentalités et des traditions. Qui des deux, de l’addax ou du nomade, attira le premier sur lui et ses soucis l’attention des sensibilités du Nord ? Sans doute l’homme qui, lors des premières expéditions au Sahara déjà, suscitait nombre d’études, de descriptions romanesques, de gravures pittoresques ; cet intérêt marqué pour un peuple qui n’a cessé d’intriguer, d’attirer les explorateurs et les colons d’alors, n’a donc pas faibli lorsque survinrent les premières crises de subsistance. Mais, dans cette histoire, le décor compte au moins autant que le chèche bleu carbone et la noblesse des gestes.

4Les Touaregs du Niger, comme de nombreux autres peuples nomades, fascinent les habitants du monde occidental, que les vues de déserts et de paysages du Sahel font rêver. Dans l’imaginaire un peu simpliste des peuples du Nord, le nomade Touareg apparaît comme l’homme libre et fier par excellence, celui qui maîtrise un environnement hostile du haut de son dromadaire, lui-même affublé par nature d’un regard particulier, que l’anthropomorphisme fait volontiers qualifier d’orgueilleux ou de dédaigneux.

5Ce sentiment de fascination envers les nomades Touaregs se rapporte peut-être à un mélange d’identification fantasmée (leur teint clair, leurs traits fins, l’illusion d’un rapport d’égal à égal) et d’un certain sentiment d’infériorité devant la complexité d’une société très sûre d’elle et son incroyable compétence à vivre dans un milieu physique particulièrement difficile. Cela explique peut-être pourquoi, jusqu’aujourd’hui, les montants de l’aide internationale consacrés aux projets du Nord du Niger (Département d’Agadez) dépassent largement, par habitant, les sommes dépensées dans les autres départements. Ce peuple attire ainsi immanquablement l’attention sur lui et focalise l’intérêt sur des difficultés et des détériorations de son quotidien qu’il n’est sans doute pas le seul à subir. N’y a-t-il pas là, chez les Occidentaux, un étrange paradoxe qui les fait se préoccuper de minorités à leurs yeux forcément opprimées – au Sud – alors que dans le même temps -au Nord - on cherche par tous les moyens à assimiler, « noyer » d’autres minorités (Tziganes, Indiens d’Amérique, Esquimaux, etc.), a priori non moins passionnantes que les Touaregs ?

6Et pourtant, il est des projets et des aides qui s’égarent, qui semblent ne plus voir que la carte postale et oublier la toile mouvante des interactions des éléments d’un système dont l’homme fait nécessairement partie. Il est des projets qui ont glissé perversement de la fascination pour le nomade et son cadre de vie vers celle pour les seuls milieux animal, végétal et minéral. C’est que le nomade n’est peut-être pas aussi malléable que son environnement ! Il a pu décevoir l’homme blanc qui tentait, magnanime, de l’aider, émettre des objections sur la nature, la forme de cette aide ou peut-être encore l’utiliser à d’autres objectifs que ceux prévus au programme. Tandis qu’un paysage appartient à tout le monde, on y met ses rêves, son imaginaire le plus intime, on l’interprète, on le réinvente selon son vécu, sa sensibilité et il ne rétorque pas quand on lui imprime ses visions d’avenir, du moins pas tout de suite.

7Au Niger, le projet WWF-UICN des réserves Aïr-Ténéré a été conçu, suite aux sécheresses des années 70 et 80, comme un projet de lutte contre la dégradation de l’environnement au Sahel. Afin de garantir la pérennité de ce milieu fragile, considéré dans ce cas avant tout sous ses aspects faunistiques et floristiques, il s’en est suivi une réglementation qui, en fin de compte, omet de prendre en considération la composante humaine dans l’équilibre subtil entre économie pastorale et dynamique de l’écosystème et qui donne la priorité à la préservation de la faune devant l’homme !

8Quel singulier mécanisme que celui qui attire l’attention sur des tribus en prise à des difficultés d’ordre économique, climatique et environnemental afin de les aider et qui finalement, par un raisonnement poussé à l’extrême, leur dénie le droit à jouir de leur environnement restauré ! Que dire lorsque, sournoisement, le milieu naturel en vient à être considéré sans sa composante humaine, que la volonté de le préserver n’inclut plus la nécessité de le concevoir comme faisant partie d’un système qui le dépasse ?

9A ce titre, l’exemple du sanctuaire des addax, réserve intégrale censée protéger un animal que plus personne n’a aperçu depuis longtemps sur l’emplacement même de précieux pâturages, représente tout l’effet pervers d’une fascination poussée à son sommet : en obligeant les pasteurs à se replier et à se concentrer sur des zones hors protection non contrôlées, un projet de réhabilitation de l’environnement risque tout bonnement de mener à une détérioration de ce même environnement... Car le danger est double : au surpâturage, à l’épuisement des ressources dans des zones plus accessibles puisque sises hors des réserves, vient s’ajouter le lent dérèglement, au sein des réserves, du subtil équilibre entre renouvellement et exploitation de l’écosystème, auquel une présence mesurée de l’homme est indispensable.

10Pourtant, le sanctuaire des addax ne semble pas fermé pour tout le monde. En effet, l’un des derniers ambassadeurs suisses auprès de ce coin du monde eut l’occasion de le traverser, sur l’initiative du directeur nigérien du projet et au grand dam du directeur européen sis à Niamey ! Pour le premier, il semblait aller de soi qu’un hôte de ce rang puisse humer, palper les résultats d’un financement pour partie helvétique ; pour le second, une réserve intégrale reste un lieu interdit à tout un chacun, un espace kidnappé afin que personne ne puisse même vérifier les résultats de l’opération. C’est pourtant accompagné d’une escorte dûment armée et motorisée que l’ambassadeur se rendit sur ces lieux fermés, en passant par la réserve « ouverte ». En cheminant dans cette dernière, si on lui fit admirer les Montagnes Bleues, splendide relief aux teintes subtiles vantées dans tous les ouvrages sur le Ténéré, on l’informa également des multiples soucis de gestion d’une telle surface, attrayante pour le touriste en même temps que soumise à protection. Il eut ainsi la primeur d’un sac de déchets estampillé des couleurs orange et verte d’une société coopérative bien connue en Suisse, illusoirement « ensablé » par quelque naïf et prestement éventré par des animaux de passage ! Puis, une fois parvenu dans la réserve intégrale, tout en arpentant un site archéologique jonché de pierres polies et de débris de poteries, il assista aux difficultés du chef de projet nigérien qui tentait d’empêcher certains membres de l’escorte de piller le site de ses meules d’âge préhistorique !

11Cette anecdote montre à quel point il est malaisé d’échapper aux divergences d’interprétation et de perception lorsqu’on veut introduire de l’extérieur une notion nouvelle (la réserve naturelle, intégrale ou non). Par ailleurs, on voit également combien il est délicat, dans ce cas précis, de vouloir préserver un lieu sans le fermer, puisque cela revient, dans notre culture, à lui donner ainsi un label particulier, à le singulariser aux yeux de touristes qui ne voudront alors manquer de le traverser sous aucun prétexte.

12Cependant les merveilles paysagères de ces deux réserves naturelles doivent être parfaitement capables de supporter une activité de tourisme intelligemment menée qui, il ne faut pas se le cacher, constitue également une partie de l’avenir économique des tribus touarègues. Condamner ces lieux, même partiellement, revient en quelque sorte à dénier le droit à ces populations d’opérer une reconversion de leur mode de subsistance. En effet, la fascination a souvent pour corollaire étroit le refus de voir se modifier l’objet de son admiration. Une vision passéiste du mode de vie des Touaregs leur nie le droit d’évoluer, de changer les images de bon sauvage et de beauté inviolée qui ont constitué, en partie malgré eux, leur pouvoir de séduction. Si leurs rapports ancestraux à l’environnement semblent tant forcer le respect, pourquoi alors, dans la foulée, ne pas faire confiance à leur compétence, aujourd’hui aussi, de gérer leur territoire de façon écologique et responsable ?

13En fin de compte, c’est l’exemple d’un coin de désert qui exerce une telle magie sur les bailleurs de fonds (ou les coopérants ou les broussards) du Nord que certains d’entre eux ont choisi de le vider de sa composante humaine, sans doute trop menaçante pour les images de leurs rêves. Cette envie de “trou dans la carte” n’est-elle pas alors une aspiration à recréer le Paradis perdu, un grand jardin dont on ne maîtrise pas tous les espaces, dont on ne perce pas tous les mystères ? Et cela peut aller plus loin encore, quand les mêmes, ou d’autres, s’approprient ce vide, tentent de le remplir de leur imaginaire, de leur vision d’une certaine perfection. L’addax, si rarement visible et tant magnifié, cristallise bien cette aspiration, ou encore ce projet fou d’une artiste française de sculpter le profil d’Antoine de Saint-Exupéry dans les marbres de la vallée de Zagado, à la manière des présidents américains de Mount Rushmore. Le célèbre aviateur a-t-il seulement mis une fois les pieds dans le désert du Ténéré ? Est-il d’une quelconque signification pour les Touaregs ?

14Peut-être bien que la fascination pour la libre vie du nomade a fini par ne plus peser lourd face à cette grande respiration à la surface du globe que pouvait constituer son territoire aux yeux de l’homme occidental épris de plages de silence et de jardin originel. En s’y projetant, en se l’appropriant et en le soutirant à ses occupants, l’homme blanc est parvenu à créer, au Sud un grand morceau de vide rempli de Nord.

Auteur

Géographe, assistante, Institut de géographie de l’Université de Lausanne.