Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La mondialisation des anti-sociétés

 | 
Gilbert Rist

Paroles

En défense de la mondialisation

Claude Monnier

Texte intégral

1La mondialisation est une auberge espagnole : chacun y trouve ce qu’il y apporte.

2Pour les industriels et les financiers, mondialisation signifie densification radicale des échanges. Disons, en forçant le trait, que jadis chacun traficotait dans son coin parce que les frontières étaient difficiles à franchir, mais qu’aujourd’hui chacun peut faire affaire avec chacun parce que les frontières n’existent plus. A ceux qui fabriquent, qui vendent et qui achètent, la mondialisation donne donc la possibilité bienvenue de travailler et gagner plus. Cet avantage a un prix toutefois. Les Chinois, les Chiliens et tous les autres peuvent en effet venir librement, désormais, sur nos marchés nationaux jadis protégés, pour nous narguer avec leurs marchandises à prix plancher. C’est la raison pour laquelle, pour les industriels et les commerçants, la mondialisation évoque à la fois la griserie des grands espaces et des grands marchés, et la trouille bleue, permanente, lancinante, de se retrouver « étendus pour le compte » par des concurrents installés au cœur même de ce qui jadis était leur forteresse.

3Pour les anthropologues qui animent cette revue, en revanche – si du moins j’en crois mes conversations avec eux – la mondialisation c’est tout autre chose : une menace d’uniformisation, d’aplatissement, de banalisation, de désincarnation, de monoculture, de pensée unique, de lien social détruit, en un mot : de goulag. Dont Internet serait la tête chercheuse, le bras armé et le symbole, tout à la fois.

4Je ne sens pas du tout les choses comme eux.

5Je crois d’abord que le monde est tellement divers, et jusqu’à la moelle, que même si on voulait l’uniformiser, on n’y arriverait pas. Les shows télévisés made in Hollywood ou les affiches Coca-Cola peuvent bien descendre jusque dans le plus petit village des confins de la Terre : la diversité demeure. On dit par exemple le Japon complètement américanisé ; j’y ai vécu jadis et je viens d’y retourner. Eh bien ! je puis témoigner qu’il est plus japonais que jamais.

6Cela dit, même si les cultures ne s’uniformisent pas, elles se métissent. Mais ça, c’est la vie. Rien de ce que quelqu’un dit ou fait quelque part dans le monde n’est jamais innocent : autrui en est toujours modifié, fût-ce de manière infime. C’est heureux, d’ailleurs, sinon nos cultures humaines ne seraient que de lugubres tombeaux.

7Je puis comprendre que les animateurs de cette revue s’inquiètent de la direction prise par l’actuel métissage (une direction anglo-saxonne), et de la rapidité du processus. Mais, depuis que le monde est monde, les civilisations fortes, je veux dire fortes d’un point de vue économique, militaire, et donc politique, impriment peu ou prou leur manière de voir, c’est-à-dire leur culture, aux civilisations momentanément plus faibles. Lorsque les Musulmans étaient forts, l’Europe a failli devenir musulmane. Et si Ögödei Khan n’était pas mort opportunément en 1241, peut-être qu’à l’heure actuelle, sur les bords de l’Arve et du Rhône, nous adorerions des divinités mongoles.

8En 1997, la civilisation qui domine est anglo-saxonne ou, disons, américaine. Eh bien ! d’évidence, aussi longtemps que la civilisation américaine dominera, les autres civilisations seront fascinées par elle. Les hommes, les cultures, les civilisations révèrent le pouvoir. Ce n’est peut-être pas joli-joli, mais c’est ainsi. Et Internet, qui n’est qu’un outil, n’a rien à voir dans l’affaire. Est-il surprenant, d’ailleurs, qu’un outil soit plus efficace entre des mains fortes qu’entre des mains faibles ?

9Que l’on me permette de conclure par trois remarques.

10Première remarque : l’équilibre des forces dans le monde évolue sans cesse. Trop lentement à notre goût, peut-être, mais il évolue. Dans cent ans, dans deux cents ans, nos descendants souriront de notre anxiété obsessionnelle devant la puissance américaine. De la même manière que nous sourions de l’anxiété éprouvée par nos ancêtres devant la puissance d’empires aussi oubliés aujourd’hui que le romain-germanique ou l’austro-hongrois.

11Deuxième remarque : les systèmes planétaires de télécommunication, dont Internet n’est qu’un élément, vont accélérer – appelons un chat un chat – le relatif déclin de la civilisation américaine. Internet donne en effet à tous, et notamment à ceux qui reprennent du poil de la bête, Singapour, Taiwan, la Malaisie, l’Inde, la Chine, pour ne citer que quelques exemples, les informations auxquelles, hier, seuls les tout-puissants avaient accès. Le jeu sera donc plus égal désormais, les puissances ascendantes monteront plus aisément, cependant que les puissances en déclin seront contraintes de dégager de la scène mondiale en traînant moins longtemps les pieds.

12Troisième remarque, de nature anecdotique : il y a quelques mois, j’ai lu dans la presse américaine le compte rendu d’une expérience réalisée dans un ghetto noir américain, je ne me souviens plus exactement où, pardonnez-moi. Dans ce ghetto, la violence était endémique, les gens se barricadaient chez eux. Les expérimentateurs relièrent alors tous les appartements du quartier par un réseau intranet (qui, à la différence d’Internet, est un réseau localisé) et mirent à disposition de chaque foyer un terminal d’ordinateur. Après un début difficile, les gens entreprirent de se parler via intranet, moins dangereux que le face à face, puis à s’intéresser les uns aux autres, et enfin à se rencontrer au-dehors de leurs appartements pour organiser le genre d’activités collectives sans lesquelles l’Amérique ne serait pas l’Amérique.

13Ce sont là quelques-unes des raisons pour lesquelles la mondialisation en cours me réjouit plus, en l’état, qu’elle ne m’inquiète.

Auteur

Journaliste, rédacteur en chef, Le Temps stratégique, Genève