Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La mondialisation des anti-sociétés

 | 
Gilbert Rist

Paroles

Chants de la détresse et du fascisme ordinaires

Christophe Gallaz

Texte intégral

1Cela commence par la difficulté de percevoir notre propre existence au gré de ses étapes successives et dans ses limites naturelles, par la peur que nous ne sachions la lire et nous rendre compte de son passage, par l’impossibilité d’être nous-mêmes et par conséquent de nous aimer tels que nous sommes, par la terreur de n’afficher aucune silhouette qui-soit suffisamment précise et distincte, par l’idée que nous ne sommes jamais vraiment regardés ni reconnus par quiconque, par le sentiment de n’être chacun qu’un élément égaré dans la foule urbaine et voyageuse, par la sensation d’être perpétuellement en voie de disparition parmi tous ceux qui nous entourent,

2par le sentiment d’avoir perdu le fil de notre histoire personnelle, par l’impression de n’en connaître ni les étapes ni les progrès, par l’intuition d’avoir égaré les lieux secrets de notre naissance et ce qu’elle y valut, par l’idée de n’avoir pas exploré tous les dédales de notre enfance et de notre adolescence, par la sensation que le présent n’est lesté d’aucun poids susceptible de fortifier notre conscience, par la certitude que notre mort adviendra dans l’anonymat de tout ce qui ne cesse de mourir sur les cinq continents de la planète,

3par la difficulté de nous exprimer par le geste et le comportement, par la terreur de n’avoir rien à formuler, par la crainte de n’accoucher d’aucune pensée souveraine et autonome, par l’impossibilité de formuler le moindre discours qui n’ait déjà fait l’objet d’un précédent discours dans le déferlement des sociétés, par la certitude d’être trop stériles et trop bégayants pour investir le canal toujours béant des systèmes de la communication moderne,

4par le pressentiment que nous ne sommes voués qu’à la circulation des pouvoirs et de l’argent, par l’intuition que nous ne sommes dressés qu’à gérer la formidable absence d’amour qui détermine la marche du monde, par la conviction que nous ne valons que dans la mesure où nous sommes glissants et mobiles à la surface de la planète, par l’impression qu’il faut nous nier en permanence pour être agréés par les mécanismes en vigueur dans les sociétés ambiantes, par l’idée qu’il faut nous automutiler pour être salués, par la pensée qu’il nous faut disparaître pour apparaître aux yeux d’autrui,

5par l’impression d’être si méticuleusement enregistrés et si méticuleusement filmés par tellement de micros et par tellement de caméras disposés aux carrefours des villes et des institutions que nous ne sommes que les figurants de ce que nous sommes en réalité, par l’hypothèse que nous ne sommes qu’une fausse manière de dire ce que nous devrions dire, par la certitude que nous ne sommes qu’une fausse manière d’être ce que nous voudrions être, par l’impression que nous avons démultiplié notre mise en image photographique et cinématographique par incapacité de nous apercevoir en profondeur, par l’impression que nous sommes le mirage de notre chair et de notre esprit,

6par la sensation qu’aucun congénère n’existe plus autour de nous, par la certitude que la notion même d’altérité n’a plus cours, par l’idée que la scène de l’existence est vide, par l’impression que la surface de la Terre est nettoyée de tous les êtres et de tous les patrimoines qui la peuplaient naguère, par le pressentiment que plus aucune résistance n’est désormais possible contre quoi que ce soit dans aucun domaine que ce soit, par la conclusion que seule compte aujourd’hui notre résistance à notre propre suicide,

7par notre impuissance à faire de la culture un axe vertical nous permettant de relier notre existence quotidienne aux références des arts et de rejoindre par le haut ce qui transcende ces arts, par notre impuissance à supporter que la moindre séquence du moindre journal télévisé nous fasse voir autre chose que ce qu’elle nous montre, par notre impuissance à conjecturer ce qu’était cette séquence l’instant d’avant sa fabrication ou ce qu’elle sera devenue l’instant d’après sa fabrication, par notre impuissance à supporter que cette séquence contienne du temps, par notre impuissance à supporter que cette séquence contienne du sens et parvienne de la sorte à transformer le monde,

8par notre incapacité de pourfendre les matières et les objets, par notre incapacité de les empoigner et de les transporter vers l’incandescence, par notre incapacité de bouter l’infini dans le fini pour faire exploser les nervures de l’univers et l’organiser dans ses purs élans, par notre incapacité d’ébranler méticuleusement notre intelligence séculière et ses pauvres œuvres, par notre incapacité d’instituer la boucherie des apparences, par notre incapacité d’être terroristes, c’est-à-dire d’être poètes, c’est-à-dire d’être politiciens (les seuls),

9tout cela tandis que règne la rumeur inouïe du trafic intercontinental et du rock’n roll métallisé, tout cela tandis que règnent les batteurs et les battants, tout cela tandis que règne la loi de la parade et du défi, tout cela tandis que règnent les standards de la posture et du bluff, tout cela tandis que règnent les normes du bénéfice et de l’affrontement, tout cela tandis que règne la loi de la négation de ce Soi que nous méconnaissons, tout cela tandis que règne le spectacle de la concurrence et de la lutte sur tous les fronts financiers et commerciaux concevables, tout cela tandis que règne la panique des conversations téléphoniques sans fil de telle sorte que soit affirmée la présence ubiquitaire de leurs auteurs à la surface du globe, tout cela tandis que s’exacerbent les divergences d’intérêt entre les entreprises industrielles et les Etats, tout cela tandis qu’éclate la guerre sur tous les lieux de la planète où les identités individuelles et collectives se sont estompées, tout cela tandis que nos sociétés ne se connaissent plus ni ne savent leur place parmi leurs voisines, tout cela tandis que des tribalisations les divisent et que le mal les déchire de mille façons y compris sidéennes et cancéreuses, tout cela tandis que des langages bruts apparaissent partout pour nous prononcer sauvagement à notre place tant nous sommes devenus sourds et muets, tout cela tandis que le sang ruisselle et que le feu crache ses flammes sur le désert que nous sommes devenus.

10Et cela finit par des tirs à la carabine sur les requérants d’asile en Suisse alémanique et dans le canton de Vaud, par le sourire cryogénisé des animateurs et des gagneurs, par les néo-mafias qui s’infiltrent subrepticement dans le jeu social et politique convenu, par le besoin d’écraser les enfants et de les frapper puis de les violer pour les transformer en extase de viande et de pleurs, par le terrorisme technique et social exercé par l’industrie télévisuelle sur tous ceux qu’elle montre et sur tous ceux qui la regardent, par la montée des extrêmes droites en Europe à mesure que s’évanouissent les balises usuelles des peuples et des gens, par la mise à sac des villes et des mers, par l’empoisonnement progressif de ce qui parvient à leur survivre, par la fin du monde et par le désir prodigieux d’un autre monde à sa suite, qui s’appelle tout simplement le fascisme fluide qu’aucun texte de littérateur ou d’expert, ô pauvres mots, pauvres phrases et pauvre machine, ne parviendra jamais à ruiner.

Auteur

Journaliste, Lausanne

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.