Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La mondialisation des anti-sociétés

 | 
Gilbert Rist

Lignes

Du vrai/faux au virtuel : mondialisation culturelle et néo-utopie

Marie-Dominique Perrot

Texte intégral

Dessin : Miroslav Marsalek

  • 1 Pierre Legendre, Paroles poétiques échappées du texte : Leçons sur la communication industrielle, L (...)

1« Nous réduisons les problèmes immenses de la communication à pas grand-chose. Ce pas grand-chose pourrait se résumer ainsi : maîtriser les techniques et faire preuve de bonne volonté. Savoir faire + vouloir le Bien = garantir L’avenir meilleur, c’est-à-dire imaginer le monde et l’histoire (...) d’après les croyances aujourd’hui codifiées par le discours dans lequel nous prétendons enfermer l’avenir de l’humanité »1.

2La mondialisation culturelle est un processus inachevé. Certains objets, technologies, événements, en préparent le terrain ou en constituent les signes avant-coureurs. Les images, et notamment celles transmises par la télévision, reflètent et accompagnent ce processus. Par souci de lier notre réflexion sur la mondialisation culturelle à un ancrage concret, nous avons choisi une émission - Opération Okavango - dont nous estimons qu’elle contribue, à sa petite échelle et naturellement à l’insu de ses auteurs, à ménager et à aménager un « terrain » visuel et cognitif favorable à la constitution d’une perspective « mondialisante ».

3Le réalisateur, Nicolas Hulot, a pour objectif de montrer certains des plus beaux endroits de la planète, encore « intacts » en cette fin de millénaire, et d’en offrir les images à l’émerveillement des téléspectateurs. A regarder le programme consacré à l’Afrique australe, nous avons été fascinée par la splendeur de certaines images et intriguée par la sensation de malaise laissée par ce survol de sites plus beaux les uns que les autres, par la musique pas tout à fait musak, mais s’en rapprochant, par le commentaire ; bref, par ce qui se disait et se montrait grâce au discours audiovisuel. Ce dernier nous a semblé tout à la fois préfigurer la mondialisation culturelle et lui préparer le terrain. Il nous semblait qu’une telle émission engageait le regard pour d’autres aventures, l’initiait – non consciemment et paradoxalement, car telle n’est certainement pas l’intention de son réalisateur – à la perte du monde « non mondialisé », à l’élision de certaines réalités non virtuelles. Nous avons voulu aller y voir de plus près en nous posant les questions suivantes, sans pour autant y répondre de manière catégorique.

4En quoi ce produit télévisuel est-il caractéristique de la mondialisation en cours ? En quoi accoutume-t-il le regard à la perte du système traditionnel de représentations ? Qu’emprunte le non-dit d’’Opération Okavango au discours de la mondialisation ?

  • 2 A la suite d’un sondage, Ushuaïa a été consacrée l’émission « la plus marquante » des trente derniè (...)
  • 3 Programmée pour un avenir de plusieurs années qui la portera jusqu’en l’an 2000, fait rare en matiè (...)
  • 4 Nicolas Hulot : « Il y a d’abord les spécialistes de mission : les pilotes, les spéléologues, les p (...)

5Précisons qu’Opération Okavango se situe dans la foulée d’Ushuaïa2, le « magazine de l’extrême », du même Nicolas Hulot. Émission diffusée en prime time, elle s’échelonnera sur cinq ans3. Chaque continent aura droit à une année d’attention de la part de l’armada technique et scientifique qui en a la charge4.

6Au regard des trois premières émissions, différents thèmes sont apparus pour le traitement desquels un cheminement préalable s’avérait nécessaire. Tout d’abord, il fallait définir ce que nous entendions par « mondialisation culturelle ». Or, ce que nous prenions au départ pour une utopie (le « tout-communicant », l’ubiquité, l’élision de l’espace et du temps) était en fait une utopie non conforme et paradoxale que nous avons appelée néo-utopie. Nous nous sommes ensuite posé la question du régime télévisuel : que nous enseignent les différents traitements de l’image ? En quoi l’éducation du regard la fabrication d’une pratique visuelle bien spécifique, caractérisée par une succession accélérée de coups d’arrêt et de coups d’envoi des images, obligent-elles l’œil à une mobilité nouvelle, elle-même partie prenante d’un nouveau modèle de monde et de rapports au monde ? Enfin, l’émission Okavango nous a servi de prétexte et d’illustration à la problématique du vrai/faux. Il est de plus en plus difficile pour le téléspectateur de savoir s’il doit « croire » ou non les images dans ce qu’elles donnent à « voir » : le contrat de croyance propre au régime de la représentation se délite. De façon plus générale, tout se passe comme s’il était aujourd’hui moins que jamais possible de statuer sur le vrai ou le faux, et comme si ces catégories ne faisaient plus sens. L’initiation au vrai/faux par le biais de la télévision nous prédispose à nous familiariser en douce avec ce qui n’est ni vrai ni faux, à savoir le virtuel. Or, le développement des techniques du virtuel introduit de plain-pied à la mondialisation culturelle.

7Une fois posés ces quelques jalons de caractère théorique, l’illustration analytique d’Opération Okavango devrait contribuer à les éclairer de façon concrète.

La mondialisation culturelle

8Nommer un phénomène ne garantit nullement que l’on saisisse sa « réalité ». Nombreux sont ceux qui s’efforcent de déterminer les caractéristiques de cette forme de mondialisation ou, au contraire, qui s’en servent comme d’un outil désormais familier.

9Nous entendons ici par mondialisation culturelle, d’une part, un processus paradoxal qui, à l’aide des technologies de la communication, permet à la fois l’action à distance et court-circuite l’espace. De ce point de vue, la mondialisation culturelle rend – technologiquement – le monde petit. Grâce aux satellites, tous les lieux, personnes, institutions peuvent être, en théorie, reliés entre eux instantanément, à la vitesse de la lumière, c’est-à-dire en « temps réel ». Le télescopage du temps et de la distance s’illustre dans la paradoxale téléprésence, qui permet d’être, dans la même fraction de seconde, éloigné mais toutefois « présent ». Ainsi, l’ubiquité dans un espace aboli, c’est-à-dire la faculté inouïe d’être partout à la fois, ne serait plus un don mais un donné télématique.

10D’autre part, la mondialisation culturelle est l’ensemble des effets induits par ces nouvelles technologies dans les rapports au temps, à l’espace et au monde, que ce soit dans le domaine des représentations ou dans celui des pratiques sociales.

11Fondée sur la notion de réseaux planétaires, la logique de la mondialisation culturelle se traduit par une transgression systématique et valorisée des frontières « classiques », qui conduit à une déterritorialisation généralisée : plus de centres ni de périphéries, rien que des nœuds assurant connections et flux à la vitesse de la lumière.

12Cette transgression permet de faire croire à une pseudo-décentralisation du savoir. A l’époque de Gutenberg, seuls les clercs avaient accès aux textes, et l’invention de l’imprimerie n’eut pas pour effet la maîtrise généralisée de l’écriture. De même aujourd’hui, la prétendue « facilité d’accès » nécessite en fait une proximité élective des lieux et des milieux où s’apprend le nouveau langage, proximité dont personne ne bénéficie d’office. La mondialisation culturelle favorise donc une concentration croissante des pouvoirs dans les mains de ceux qui manient avec facilité et profit le « tout numérique ».

13De ce processus bien réel d’interconnexions tous azimuts, découle un ensemble de représentations, elles-mêmes liées à des croyances : « le village global » existe, la communauté internationale en est le sujet, la global governance est une nécessité, le « voisinage global » une réalité. Lorsqu’on adopte le point de vue d’un satellite géostationnaire, on ne voit en effet qu’un monde compact, petite planète bleue où chacun paraît être le voisin de tous et réciproquement. Non plus une pluralité de mondes sur une même planète, mais un monde devenu « mondial ». La mondialisation culturelle « ramasse en temps réel » toute la réalité terrestre en une sphère, enserrée dans un filet de réseaux, alors que le monde consistait jusqu’alors en un ensemble de lieux, séparés par l’espace et le temps.

14Mais la mondialisation culturelle ne se borne pas à relier ce qui lui préexistait, elle crée aussi un nouveau monde. Qu’attendre de ce dernier ? « Le pire et le meilleur », entend-on dire souvent, en guise de réponse. Cette boutade délimite d’emblée deux camps, celui des catastrophistes et celui des utopistes. Cependant, ce qui nous intéresse ici, n’est pas de trancher entre deux positions plus ou moins théâtrales, mais de chercher à saisir quelques bribes du sens de cette mutation.

15On retiendra pour l’instant que la mondialisation culturelle est affaire de vision du monde (aérienne et réticulée), de version du monde (« le monde désormais est un »), et de mission universelle (voir les efforts faits pour convertir le mondial en universel, c’est-à-dire pour l’investir d’un projet dont, pour le moment, il est orphelin).

  • 5 Cette année, le thème adopté pour l’une des Journées de Pétrarque, n’était-il pas « L’Europe pourra (...)

16Paradoxalement, la mondialisation culturelle achève l’« occidentalisation du monde » en « dé-cardinalisant » l’Occident. Cette situation pose d’ores et déjà un défi à l’Europe5. En effet, le plaquage aérien d’un entrelacs de non-lieux sur l’infinité des lieux qui composent la planète fait du « premier » monde un ex-premier monde. Puisque désormais de monde, il n’y en aurait qu’un. L’ubiquité réalisée par la circulation instantanée des signes et des images serait-elle une utopie post-moderne ?

Une utopie paradoxale

  • 6 Nâ-kopâ-âbâd, mentionné par Denis de Rougemont dans « Utopie, technique, Etats-nations », Cadmos, n (...)

17L’utopie est un non-lieu, en persan « le pays du non-où »6. Dans un sens couramment utilisé (et que propose le Petit Robert), l’utopie est devenue un « idéal, vue politique ou sociale qui ne tient pas compte de la réalité. Conception ou projet qui paraît irréalisable ». Elle est ainsi associée à l’idée de chimère, donc affaire de poète ou rêve totalitaire, inscrite dans des programmes politiques dévastateurs.

  • 7 Thomas Molnar, L’utopie, éternelle hérésie. Editions Beauchesne, Paris, 1967, p. 12.
  • 8 Hervé Castenet, Le Regard à la lettre. Anthropos-Economica, Paris, 1996, p 31.

18Cependant, cette manière de considérer l’utopie est réductrice, car sa fonction profonde (et on en rencontre une multitude à travers l’histoire, bien avant celle de Thomas More au xvie siècle) est de pousser la pensée dans un ailleurs qu’elle ne fréquente pas d’ordinaire. L’utopie est d’abord une sortie délibérée hors du réel, afin de le voir à travers une fenêtre hors champ, de lui concevoir un avenir invraisemblable, d’adosser la réalité à un impensé longtemps recouvert par le vernis des rationalités de routine. L’utopie est un des bancs d’essai de l’imaginaire en action, elle se risque à nommer (sans le réaliser) le lieu de la différence radicale, non-lieu géographique mais point de vue réel, « bon à penser », comme le disait du mythe Claude Lévi-Strauss. « L’utopie est à la politique ce que l’hérésie est à la théologie », écrit Thomas Molnar7, elle est donc par essence une instance critique. L’utopie, quant à elle, « n’est pas prête de cesser de nous regarder : elle est, cartographique-ment, place vide et aveugle délimitant en creux l’Autre de toute pratique politique et économique »8.

19La mondialisation culturelle est une néo-utopie puisque, en tant que processus en cours, elle se réalise, alors que l’utopie est par principe irréalisable, quand bien même elle inspire des pratiques. La néo-utopie est paradoxale parce qu’elle « prend corps » en reliant électroniquement un ensemble de non-lieux figurés par les modems et les terminaux d’ordinateurs. Par ailleurs, la néo-utopie de la mondialisation culturelle exige, pour s’effectuer pleinement, une mise en abîme de la différence au profit de la simulation généralisée.

20La mondialisation culturelle est une utopie paradoxale, c’est-à-dire une néo-utopie constituée d’un ensemble de non-lieux accessibles à tout moment, panoptique labile qui menace l’instance critique ou la transforme en un leurre de plus.

  • 9 Michel Serres, Atlas, Julliard, Paris, 1994, pp. 130-131.

21Michel Serres nomme pantopie ce que nous désignons ici par néo-utopie. Nous aurions, selon lui, une pantopie quand tous les lieux sont en chaque lieu et chaque lieu en tous les lieux, pantopie réalisée par la mondialisation culturelle et dont il attend une situation où centres et circonférences étant interchangeables, « l’entretien global » de tous avec tous serait alors possible9, pour autant, ajoute-t-il, que l’humanité choisisse l’utopie et non la tragédie. C’est dire que les obstacles se multiplient sur le chemin qui conduit à adopter un ou des points de vue. En effet, la connaissance se construit à partir d’une relation dialectique entre le sujet et l’objet, relation ancrée dans un contexte. Ce dernier peut être relativisé, mis à distance lorsque le sujet parvient à se décentrer de sa routine subjective et socio-culturelle. Mais que signifie, pour la connaissance, la prétention d’épouser toutes les perspectives lorsque celles-ci se valent et s’échangent en étant visualisées, c’est-à-dire mises à l’écran, à tout moment et en temps réel ? Serait-ce là une sorte d’idéal épistémologique où l’autre, nécessaire à la décentration, deviendrait inutile ? S’agit-il dès lors d’une utopie cognitive ?

Le « si » et le « comme si »

22L’utopie est le domaine du « si » : si l’égalité était réalisée, si tous les hommes se comportaient en frères, si la propriété privée était abolie, si les femmes étaient traitées équitablement, si la paix régnait... Les auteurs de textes utopiques suggèrent ce qui pourrait se passer si. Ils mettent en relief et éclairent une situation réelle, généralement insatisfaisante, en parlant d’un lieu qui n’existe nulle part. Lorsqu’on pose des conditions, à la réalisation desquelles on peut croire ou non (« pour autant que tel ou tel facteur se mette en place, alors il se passera ceci ou cela »), un nouvel espace s’ouvre à la discussion. En montrant le réel à partir de l’imaginaire, en radicalisant la perspective, le texte utopique a pour fonction de stimuler le processus réflexif. Ce n’est que lorsque « l’utopie » se pose en tant qu’unique recette, finalité incontournable, programme absolu, qu’effectivement, elle est dangereuse, et qu’à notre avis elle ne mérite plus le nom d’utopie. Le « si » est réaliste, il balise au préalable le champ des difficultés à surmonter avant de pouvoir proposer une nouvelle manière d’envisager la réalité afin d’agir sur elle.

23En revanche, le royaume de la néo-utopie de la mondialisation culturelle est celui du « comme si » : comme si tous les hommes étaient égaux, comme si l’accès de tous au savoir allait se réaliser pour tous, comme si nous vivions dans un village global. Dans ce cas, tout se passe comme si, par magie, ce que l’on dit ou ce que l’on montre est réel du seul fait de la ressemblance avec ce que l’on dit vouloir accomplir. Le « comme si » permet de faire croire à l’avènement de la nouveauté en occultant les conditions, souvent draconiennes, qui seraient nécessaires à sa réalisation. C’est un leurre rassurant dont la fonction est de faire l’économie d’un réel (les rapports de pouvoir), jugé par trop encombrant.

24L’appareillage technique, exhibé comme preuve suffisante de l’adéquation entre le simulacre et la réalité, entre le « comme si » et ce qu’il décrit, semble réaliser, de par sa simple existence, ce qu’il promet. La banque de données informatiques semble matérialiser l’accès aux connaissances ; le téléphone cellulaire semble assurer la communication entre les gens ; les transports donnent l’impression d’abolir les frontières ; le virtuel promet de réaliser les fantasmes. Le développement des nouvelles technologies figure ici l’accomplissement de la néo-utopie.

La formation du regard

25On ne devient pas « néo-utopien » du jour au lendemain. Un processus d’apprentissage est nécessaire pour fabriquer ou acquérir un nouveau regard et une compréhension inédite du rapport entre le visible et l’intelligible, propres aux nouvelles technologies de la communication et en particulier à la manipulation de la réalité virtuelle.

26Contrairement à la conception naïve selon laquelle l’objet ne fait que se donner à voir et que notre œil se borne à l’enregistrer visuellement, le regard est socio-culturellement façonné. Il est donc malléable et il est possible de dicter à l’œil, de l’extérieur, ce qu’on veut lui faire enregistrer. Le trompe-l’œil en est l’exemple le plus trivial. Mais la situation qui fait dire à quelqu’un qu’« il n’en croit pas ses yeux » est marquée du sceau de l’exceptionnel. Pour cette raison, toute technique qui agit sur le regard entraîne une transformation du monde et, du même coup, un nouvel ensemble de « croyances visuelles ». C’est précisément ce dont nous sommes les témoins aujourd’hui avec la mondialisation culturelle et les réseaux qui se chargent de la faire advenir.

  • 10 Voir à ce sujet les grandes lignes d’une ethnographie de la vision en Occident exposées par Noël Ne (...)

27Au cours de l’histoire, le regard a été amené à s’adapter, à se laisser domestiquer à son insu par l’architecture, le politique, la technique, la philosophie, en un mot le socio-culturel10. Le regard fonctionne lui aussi comme l’habitus de Bourdieu. Ensemble de structures structurantes, il est informé par le monde qui l’entoure, s’informe sur ses réalités et informe la réalité à son tour. Dès l’enfance, la vie quotidienne se fait école du regard tandis que ce dernier devient le lieu où s’articulent étroitement la perception et la construction des connaissances.

  • 11 Anne Sauvageot, Voirs et savoirs : esquisse d’une sociologie du regard, Paris, PUF, 1994, pp. 170-1 (...)

28La télévision constitue l’outil moderne majeur de la transformation au quotidien du regard en le familiarisant avec la mondialisation culturelle et en l’y conformant. La nouveauté radicale offerte par les images de la télévision par rapport à une image fixe, photographique par exemple, est de transformer nos yeux et notre cerveau en un écran sur lequel viennent jouer les points lumineux. « C’est nous, ou plutôt notre système nerveux, qui constituons l’écran que vient « tatouer » le rayonnement de la lumière artificielle »11.

29Avec la photographie, la lumière provient de l’objet et est captée par l’objectif ; avec les écrans (télévisuels ou autres), nous devenons la cible, l’objet captif sur lequel se projette la lumière artificielle. Ce phénomène assoupit notre vigilance cartésienne, peut l’empêcher ainsi de mettre une distance entre ce qui est vu et ce qui est montré. Ainsi, en accomplissant ce véritable « massage lumineux », la télévision met le téléspectateur dans un état second, régressif. Son regard n’est plus le même puisqu’il est activement visité par le mouvement continu et chatoyant des images, sollicité sur un plan sensoriel. Les images lumineuses et mobiles de la télévision possèdent un pouvoir « hypnotique » dont les chercheurs essayent de mesurer la force et de comprendre le fonctionnement. Au contact de la télévision, le monde des concepts, du raisonnement intellectuel, tend à s’estomper au profit des sensations.

30De même, le domaine de l’écrit et celui des images télévisées sont aujourd’hui séparés par un gouffre : l’écrit recherche toujours un ou du sens ; les images, quant à elles, provoquent l’abandon (qui n’est pas toujours passif) au visuel lumineux, mobile, joueur et caressant. Ces considérations rejoignent notre propos sur l’utopie. Car c’était le travail d’écriture, la mise en forme d’idées dans un texte, l’appel à l’imaginaire et au pouvoir discursif, qui faisaient de cette dernière un levier pour la production de nouvelles idées, de concepts inédits, qui instauraient le regard en instance critique en le détournant des registres familiers. En revanche la néo-utopie, propre à la mondialisation culturelle, se présente comme un déluge d’images et de signes, faisant des écrans ses supports privilégiés. Ce qui caractérise le mieux cette nouvelle hégémonie de l’image et du signe c’est qu’elle l’emporte sur l’imaginaire et le symbole.

  • 12 « Europe and the Global Information Society, Recommendations to the European Council », Cordis Focu (...)
  • 13 Ibidem, p. 9.

31Ainsi, la mondialisation culturelle fait son jeu de la profusion des signes, de la captation et du façonnement des regards, de la séduction sensorielle et ludique des images. Ce jeu ne contredit nullement la nature économique du processus, comme le démontre crûment le rapport établi par diverses personnalités européennes à l’intention du Conseil de l’Europe, et qui porte sur les conditions requises pour que l’Europe intègre la société de l’information mondiale (The Global Information Society)12« Le marché sera aux commandes et décidera qui seront les gagnants et qui seront les perdants. Etant donné le pouvoir et le degré de pénétration de la technologie, ce marché de l’information est global »13.

32Si la mondialisation culturelle semble d’emblée réaliser une néo-utopie, c’est grâce aux nouvelles technologies qui déjouent la pesanteur des lieux, font de la déterritorialisation de ceux-ci l’objectif à atteindre, assurent aux cybernautes et aux capitaux une ubiquité en temps réel, promettent une accessibilité totale à tout et pour tous et une liberté nouvelle au regard.

Le vrai/faux ou l’antichambre du virtuel

33Le regard est modelé par la technologie des images mais celles-ci n’apparaissent pas seulement sur un écran. Le qualificatif vrai/faux peut s’appliquer à un objet, une situation, un phénomène ; il indique qu’on a quitté le terrain du vrai, mais pas totalement, qu’on est entré dans le domaine du faux, mais en partie seulement. C’est l’entre-deux-mondes, là où se prépare une initiation à la déréalisation propre au virtuel. Le vrai/faux joue aujourd’hui le rôle de passerelle de transition entre ce qui est de l’ordre de la représentation et ce qui relève de la simulation. Pour faciliter le passage d’un monde où l’image faisait foi, puisqu’elle représentait la réalité, à un univers de simulation où l’idée même de vérité est mise à mal jusqu’à perdre sa pertinence, le vrai/faux fait office d’aire transitionnelle, d’entre-deux, d’interface entre le réel et le virtuel. Ceux qui ne sont pas familiers des techniques du virtuel naviguent dans cet univers paradoxal qui se manifeste par « la perte des repères », phénomène constamment évoqué comme étant le mal de l’époque. Ils n’ont pas encore « décroché » du réel mais vivent en état d’instabilité chronique.

  • 14 Michel de Fornel, « Les paradoxes du vrai-faux », Traverses. n° 8, hiver 1993, p. 39.

34Mais qu’entend-on par vrai/faux ? Le qualificatif vrai/faux dénote l’ambiguïté du statut d’un objet, d’un événement, d’une situation, puisqu’il comporte, à chaque fois, une part de vérité et une part de fiction (ou de dissimulation). La vraie/fausse guerre du Golfe, le vrai/faux reportage de Timisoara, la vraie/fausse interview de Fidel Castro par Patrick Poivre d’Arvor. L’appellation vrai/faux « montre que la présence de propriétés inhérentes n’est pas suffisante pour caractériser en propre une entité »14. Une star peut organiser sa vraie/fausse sortie du monde du spectacle : tous les éléments auxquels on s’attend en pareil cas sont présents (ultime représentation, public en délire, effet d’annonce, discours, fleurs et larmes) mais, cinq ans plus tard la re-voilà sur scène. Le vrai/faux fait vaciller les repères habituels mais maintient côte à côte les catégories du vrai et du faux. Ces catégories fonctionnent toujours, fragilisées, il est vrai, par leur déroutante synchronie, leur proximité paradoxale.

  • 15 Pierre Marcelle, « Double Zéro », Libération, 10 septembre 1996, p. 42.

35Le vrai/faux occupe surtout la scène des médias, mais contamine aussi d’autres sphères contingentes (politique, militaire, etc.). A propos de l’émission de télévision intitulée le « Vrai journal » de Canal+, un journaliste estime que l’on « va encore assister (après les Nuls, après les News, après...) à un nouvel avatar du vrai/faux, du faux/vrai, dans la confuse et récurrente alchimie de l’info et de sa dérision »15.

  • 16 Colloque sur les nouvelles technologies et les droits de l’homme, 9-10 mars 1995, EPFL, Lausanne.
  • 17 L’hyperréel est de l’ordre de la simulation : le réel, dans son acception classique, et la représen (...)

36Autrefois placée au centre de toute recherche (philosophique, religieuse, scientifique, pénale, politique, etc.), la recherche du contenu de la vérité a toujours été semée d’embûches, d’épreuves initiatiques, de luttes parfois mortelles. En ces temps-là, le vrai et le faux comme catégories n’étaient pas érigées en problème. Il n’en est plus de même aujourd’hui avec l’apparition de la réalité virtuelle. Comme le soutient Léo Scheer, « il n’y a même pas eu de révolution : sans trop nous en rendre compte, nous sommes sortis d’un certain programme en zappant »16. Ce « certain programme » dont nous sommes sortis fonctionnait encore selon les catégories du vrai et du faux. Le nouveau programme, celui du virtuel, n’est pas concerné par la vérité ou la fausseté de l’image. Celle-ci ne sera plus confrontée, mesurée, à la réalité. Elle sera d’emblée hyperréelle17. Il s’agit-là d’une véritable métamorphose d’où émergent de nouvelles rationalités, des rapports inédits à redéfinir entre vérité et dissimulation, entre réel et virtuel, entre vérité et virtuel et entre fausseté et réel.

37L’acception classique de la virtualisation renvoie au fait de remonter d’une solution vers un problème plus général. Le contrat de mariage par exemple, considéré sous cet angle, serait la virtualisation de toutes les relations possibles aménagées dans ce cadre, matrice d’une infinité de relations. Ou encore, virtualiser un texte, serait retrouver, reconstruire, la langue qui l’a actualisé, langue qui suppose une nombre indéfini de combinaisons linguistiques. En termes généraux, virtualiser signifie rechercher le modèle, remonter en amont vers la matrice à partir de laquelle une infinité de textes, d’images, d’objets tridimensionnels, pourraient s’actualiser sous de nouvelles formes. Dans ce sens élargi, la virtualisation a commencé avec la culture.

38La version moderne de la virtualisation concerne la réalité virtuelle numérisée, dans son acception cette fois-ci technique ; c’est elle qui a partie liée avec la mondialisation culturelle. Elle la simule et la réalise tout à la fois. La mise en réseau mondiale porte sur le type de rapport au réel et à la vérité que ces technologies instaurent. N’importe quel fan ou spécialiste des nouvelles technologies de la communication et de l’information dira que le temps où l’on demandait à l’image d’être fidèle à la réalité est révolu. En partie du moins. En effet, la réalité virtuelle n’est pas une représentation analogique, comme l’image ou le tableau, puisqu’elle est établie en langage numérique. Cependant, elle peut déboucher sur une simulation qui copie très exactement la réalité physique (par exemple lorsque les conditions de vol d’un avion de combat sont reproduites par ordinateur). « Le réel qui devient virtuel ne quitte pas le réel, mais quitte l’idée que l’on se fait du réel » (Pierre Lévy). D’autre part, la réalité virtuelle se réalise également dans la création de nouveaux mondes construits par la pensée et l’imagination, toujours grâce au langage numérique. On pourrait dire ainsi que la technique du virtuel a deux cordes principales à son arc : la simulation du monde tel qu’on le connaît, et la création de nouveaux mondes inédits dans lesquels l’appareillage (casque, capteurs, etc.) rend possible l’immersion.

  • 18 Bernard Jolivat, La réalité virtuelle, coll. Que Sais-je ?, PUF, Paris, 1995, p. 114.

39Selon les spécialistes des techniques du virtuel, celui-ci ne devrait pas être opposé au réel, car il en fait partie. Cette affirmation est, à notre avis, vraie en tant qu’évidence : puisque que la simulation existe, elle fait partie du réel ; de même, les mondes virtuels ne sont pas les mondes physiques, mais ils ont néanmoins une existence attestée mathématiquement et sensorielle-ment, donc réelle. Cependant, si l’on se limite à cette vérité logique, en faisant comme si le problème était ainsi réglé, on esquive le véritable enjeu de cette mutation, qui est double : confusion programmée, ou possible, du réel et de la simulation (objectif « classique » de la feinte), et fusion du réel avec des éléments virtuels, susceptible de déboucher sur une « forme de schizophrénie où l’expérience vécue serait indiscernable de l’expérience virtuelle, où toutes les frontières entre le réel et l’imaginaire seraient caduques »18. La réalité simulée et la néo-réalité virtualisée sont en fait difficilement isolables en tant que phénomènes, car la réalité virtuelle procède de la simulation, mais aussi la produit.

  • 19 Alain Gauthier, La trajectoire de la modernité : représentations et images, Paris, PUF, 1992, pp. 2 (...)

40La conséquence de cette révolution n’est pas seulement de faire accepter le virtuel comme une hyperréalité mais également d’assurer - volontairement ou non - la disqualification du réel traditionnel. Ce qui fait dire à Alain Gauthier que la « simulation n’est pas une procédure innocente qui viendrait simplement rendre irréels les phénomènes. Elle reconfigure l’ensemble des domaines sociaux selon ses propres modalités de confusion, d’indistinction, d’indétermination qui empêchent l’éclat de la riposte, qui troublent singulièrement l’intelligibilité, qui orientent vers un consensus mou »19.

  • 20 Jean Baudrillard, « La précession des simulacres », Traverses, n° 10, 1978, p. 6.

41Il appartenait au réel de n’être jamais acquis, accessible directement, mais médiatisé, approché progressivement, apprivoisé, capté de manière éphémère à l’aide d’images, de symboles, de signes. Et, au cours de ce processus de la représentation, l’homme faisait l’apprentissage de la différence : celle entre le réel et son double imagé et imaginé. Il prenait plaisir à réduire l’écart (sans jamais le combler) ou au contraire à l’approfondir. « Toute la foi et la bonne foi occidentale se sont engagées dans ce pari de la représentation : qu’un signe puisse renvoyer à la profondeur du sens, qu’un signe puisse s’échanger contre du sens [...] » ; mais si tout peut être simulé « alors tout le système passe en apesanteur, il n’est plus lui-même qu’un gigantesque simulacre – non pas irréel – mais simulacre, c’est-à-dire ne s’échangeant plus jamais contre du réel, mais s’échangeant en lui-même, dans un circuit ininterrompu dont la référence ni la circonférence ne sont nulle part. Telle est la simulation, en ce qu’elle s’oppose à la représentation »20.

42Or, la réalité d’un lieu, d’un objet, d’une situation, tient tout autant dans ce qu’il soustrait à l’image, qu’il maintient secret, hors d’atteinte de la lumière ou de la conscience. Ce « reste » incompressible fonde la croyance dans Tailleurs (spatial, temporel, social, sacré), et, de ce fait, provoque l’imagination et active la production symbolique. Plus le monde sera saturé d’images, mieux ses fragments seront suturés les uns aux autres pour finalement aboutir à une société « sans couture », et apparemment transparente, telle que la souhaitent les tenants de la Société de l’information globale, plus la fonction imaginante des hommes s’en trouvera affaiblie.

Objectivité, émotions et vertiges de la télévision

  • 21 Jean-Marie Vernier, « Trois ordres de l’image télévisuelle », Revue Quaderni, n° 4, 1988, cité par (...)

43Tout produit télévisuel instaure avec le spectateur un rapport qui découle du régime propre à la gestion des images. J.-M. Vernier21 distingue trois caractéristiques de la télévision, depuis son origine jusqu’à nos jours. L’image-profondeur, qui instaure le règne de la recherche de l’objectivité des faits. Le téléspectateur y est invité à se faire une opinion fondée - apparemment - à partir d’une réplique du « réel » mis à l’écran. Ensuite, l’image-surface, qui correspond à une mise en scène de type spectaculaire entraînant un investissement affectif, passionnel et passager propre aux émissions en direct, « à chaud ». Enfin, l’image-fragment, celle qui se débite et se recompose en flux, collages, instantanés, dont le clip est aujourd’hui l’une des meilleures illustrations. Ce dernier régime réduit le téléspectateur en objet-écran sensible sur lequel se projettent à un rythme étourdissant des images visuelles et sonores. Pour y échapper, le spectateur n’a guère le choix : changer de chaîne ou « éteindre la télé ». Il peut naturellement aussi trouver son plaisir aux effets de zapping interne, assurés par l’image-fragment.

44Opération Okavango joue sur ces trois régimes à la fois, métissage hâtif et inachevé qui relève bien de l’approche en surface, à fleur de pellicule.

45Dans une société qui a fondé sa tradition sur la recherche éperdue de la nouveauté, il est normal que l’on privilégie, en matière de télévision, la technique qui ménage le plus d’effets-surprise. On peut donc couper les images en morceaux de plus en plus courts, de plus en plus hétéroclites, de plus en plus violents ou chatoyants, mais c’est le rythme qui est déterminant. Le film doit battre la mesure à un tempo toujours plus efficace. Il s’agit de ferrer le poisson-spectateur, encore et encore, si l’on veut le retrouver sur la même chaîne à la fin de l’émission. La saveur de l’effet-surprise doit se goûter tout au long du programme, puisque le défi est de contrecarrer à tout prix la pratique qui consiste à se libérer de l’hameçon en zappant. Les nouvelles technologies s’imposent non seulement au spectateur par la façon de traiter les images, mais aussi et surtout aux journalistes, aux cameramen, aux producteurs d’émission : le médium dicte sa logique, qui correspond à ce que la technique rend possible à un moment donné.

  • 22 Pierre Wiehn, PDG de la maison de production Protecrea, a réussi l’exploit de vendre à NBC, après d (...)

46Conformément au premier registre, Okavango nous propose un florilège de lieux d’exception dont la réalité semble hors de doute puisqu’ils apparaissent sous forme d’images. Nous aurions donc affaire à de vrais lieux, à de vraies situations, à des peuples qui vivent dans un milieu historique et social concret. Afin de garantir le sérieux des thèmes abordés (origine du monde, origine de l’homme, nombre de flamants sur le lac Natron, mode de vie des Masaïs, volcan en activité, nos ancêtres les chimpanzés, le braconnage et la mort des baobabs, etc.), géologue, ethnologue, spéléologue, vulcanologue, ornithologue, archéologue sont convoqués à l’image, et appelés à la commenter. Quelques raccourcis fulgurants assurent le régime de l’objectivité scientifique, lui-même destiné à asseoir la didactique des images. Le deuxième registre, celui de l’affect et du spectacle, est occupé par les prouesses techniques et les « mises en danger » volontaires ou non, mais toujours valorisées, du protagoniste principal22, ainsi que par la beauté des images.

47Le troisième registre (l’image-fragment) est plus diffus parce que voilé par le parti pris de s’en tenir à un continent à la fois, et à trois ou quatre lieux par émission. Il n’en demeure pas moins présent dans la façon dont on amène le téléspectateur à s’investir, à se désinvestir puis à se ré-investir de nouveau à un rythme soutenu, en le faisant passer – non pas tant d’un lieu à l’autre - mais d’un thème à l’autre, d’un propos philosophique à un exploit technico-sportif, d’un vol en ULM à une explication scientifique, d’une injonction morale à un site archéologique. Une pseudo-cohérence toute géographique est conférée à ces bribes par le biais d’un bout de trajet déroulé en rouge sur une carte ainsi que par la présence récurrente de N. Hulot à l’image. Ce dernier est à la fois reporter et acteur : on nous le montre nous montrant le monde. Okavango n’est certes pas un vidéo-clip, prototype du régime de l’image-fragment, mais s’en approche puisque s’y trouvent constamment mêlés les trois registres auxquels nous nous référons (objectif : lent-didactique ; de surface : spectaculaire-affectif ; fragmentaire : rapide-éclaté). L’émission fait passer le spectateur d’un « régime de l’image » (au sens large qui inclut le son et le commentaire) à l’autre sans jamais s’y fixer, d’où l’effet de fragmentation. Cet effet est renforcé par la traversée des plans visuels et des problématiques dans un va-et-vient continuel : entre nature et culture ethnologique ; entre culture ethnologique et exploit para-sportif ; entre exploit para-sportif et propos en faveur de la défense de l’environnement ; entre hymne à la nature et problème technique, entre problème technique et culture ethnologique, et ainsi de suite dans une ronde sans fin. Le mélange des registres, appuyé par un émiettement des propos, met le spectateur dans un état où le zapping devient inutile puisqu’il existe déjà au cœur de l’émission. On fidélise le téléspectateur en lui offrant un peu de tout, et on élargit du même coup l’assiette du public-cible : les sportifs, les gens qui ont une fibre exotique, les écologistes, les amoureux de la nature, les curieux, les esthètes, les explorateurs, les touristes, les fans de N. Hulot et les fous des engins volants.

Initiation au vrai/faux

48Opération Okavango familiarise le téléspectateur avec de vrais/faux lieux en Afrique et le rend perméable, accueillant, ouvert au monde de la simulation généralisée.

  • 23 Le magazine de l’extrême, Ushuaïa, était en direct : « Aucune émotion n’est feinte. C’est pourquoi (...)

49Opération Okavango est une vraie/fausse expédition. Vraie : N. Hulot se rend dans des lieux perdus dont il souligne l’inaccessibilité et le caractère unique. Faux, car l’inaccessibilité est toute relative : preuve en est qu’avec des moyens techniques et un financement généreux, non seulement N. Hulot, mais bien d’autres bourlingueurs seraient en mesure de débarquer à peu près n’importe où. Il se plaît à rappeler qu’il marche sur les traces de Livingstone, Speke, Stanley, Burton. « Sur les traces de » est une vraie/fausse image : l’itinéraire emprunté ressemble à celui des illustres explorateurs, mais le reste est affaire d’hydravion, d’ULM, d’aéronef, d’hélicoptère et de camions tout terrain. Vrai/faux inventaire : en relation avec son inventaire des must de la planète, N. Hulot se compare à Darwin. Vrai, il fait son propre répertoire personnel et subjectif, donc arbitraire des beautés et curiosités de l’Afrique ; faux, cela n’a rien à voir avec un inventaire, ce dont d’ailleurs il ne se targue pas. Il s’agit d’un assortiment de lieux qu’il souhaitait personnellement visiter et faire partager sur le mode de l’image. Son émission est un quasi-vrai/faux direct. Le direct est suggéré, par exemple, par le souffle court de N. Hulot lorsque, revêtu d’une combinaison spéciale dotée d’un casque incorporé, comme les cosmonautes, il commente sa descente au-dessus d’un lac de lave en fusion ; impression également de direct à l’écoute des commentaires de N. Hulot23.

50Vrai/faux direct, car si les plans ne sont pas trafiqués, ils ne sont pas non plus retransmis tels quels, en temps réel. Certes, N. Hulot ne prétend pas faire d’Okavango une émission en direct, mais tout se passe comme si c’était le cas. Journaliste du direct, il en utilise les feintes plutôt que la technique. Il s’agit d’introduire un effet vérité d’autant plus efficace qu’il procède d’un simili direct.

51Okavango-Afrique est une construction faite de bries (vrais) et de brocs (faux) où signes de la mondialisation et de l’authenticité s’amalgament comme dans ce fond sonore qui introduit l’émission du 24 avril 1996 : juxtaposition de barrissements d’éléphants, de sonneries d’un téléphone-satellite, un « jambo, jambo » de N. Hulot et de quelques bribes indistinctes de conversations en swahili.

52Les films consistent à montrer ces lieux au téléspectateur et, dans le même temps, lui faire comprendre qu’il ne les verra jamais « en réalité ». Soit parce qu’ils auront disparu, soit parce qu’ils sont inaccessibles. Ce simple fait ne suffit évidemment pas à transformer des sites en vrais/faux lieux.

  • 24 « Quand on sort des sentiers battus, on prend le risque de découvrir des lieux exceptionnels ; et d (...)
  • 25 « Le Pélikan (hydravion) est en train de migrer en Afrique australe qui est aussi un endroit mervei (...)

53Ce qui, en revanche, les rend à la fois vrais et faux, c’est leur prétention à l’authenticité et le traitement audiovisuel auquel ils sont soumis. Les lieux, les phénomènes naturels, les animaux, les populations, deviennent objets authentiques, c’est-à-dire dignes du medium, à condition d’être beaux, uniques et difficiles d’accès. Pour exister, l’authenticité doit porter le sceau du spectaculaire et de l’inédit. En effet, à quoi servirait cette lourde logistique si elle se réduisait à filmer l’Afrique « telle qu’en elle-même », à supposer que cela soit possible ? Miser sur l’authenticité dans l’acception propre à Okavango, c’est privilégier ce qui est esthétique, exceptionnel24, excitant et fragile. L’Afrique australe est un « endroit merveilleux » ; le reste25n’existe pas.

  • 26 « Au moment où l’on démarre cet inventaire, il était bien de commencer au commencement des choses e (...)

54L’Afrique australe d’Opération Okavango, c’est aussi un voyage dans le temps, dans les profondeurs de la préhistoire, grâce à la technique : l’originel fait partie de l’original, l’évolutionnisme social tient lieu d’histoire à rebours26. Le dispositif télévisuel s’institue témoin de l’existence quasi fabuleuse (puisque quasi intacte) après tant d’années de « patrimoines ethnologiques ». « Les Masaïs authentiques à l’écart des touristes (...) sont un patrimoine ethnologique, un des plus merveilleux de la fin du xxe siècle. Leur survie tient aujourd’hui du miracle tant ils ont été malmenés par les colonisations et malheureusement, même après l’indépendance de la Tanzanie, leur sort ne s’est guère amélioré ».

55Paradoxalement, les Masaïs « à l’écart des touristes » sont ainsi devenus à l’image, un vrai/faux peuple, pâte malléable utilisée pour mettre en valeur l’exploit technique. Le guerrier masaï monte dans un aéronef pour visiter le lieu (le cratère d’un volcan) où « habite » sa divinité. « Do you think your god is living here? », lui demande N. Hulot à l’approche du volcan.

56Si les « sauvages » détiennent leur statut ethnographique de la présence d’un ethnologue sur le terrain, les lieux d’Okavango acquièrent le statut de « lieux » parce qu’ils sont filmogéniques. Dans les deux cas, il n’y a pas d’envers à l’image : c’est un décor. Les « patrimoines » naturel et ethnologique sont téléscopés, encastrés l’un dans l’autre. Or, dans le rapport entre culture et nature, l’essentiel se joue dans le va-et-vient, dans la relation dialectique qui naturalise la culture et enculture la nature.

57C’est le fait de n’avoir pas su reconnaître cette dynamique qui confère à ces images de vrais/faux sites, habités ou non, leur caractère irréel et qui – en tranchant entre ce qui relève de la culture et ce qui tient de la nature ou, au contraire, en les amalgamant – court-circuite le va-et-vient, seul garant de cette construction mutuelle. Ce sont les images qui défilent ; les populations, elles, sont captées dans l’instant, comme figées dans un quotidien exotique qui apparaît comme n’ayant ni « avant », ni « après », si ce n’est celui de la menace qui les guette. Leur seul statut d’existence leur étant conféré par l’œil de la caméra, un instant braqué sur elles.

  • 27 Michael D. Lemonick, Time, Sept. 9, 1996, pp. 56-60.
  • 28 Ibidem, p. 58.

58Le traitement des indigènes (et de la nature) par l’émission participe du même souci que celui de l’anthropologie visuelle de l’Afrique qui prend la forme d’un dernier hommage : leur mise en images, leur archivage. Cette « anthropologie de sauvetage » (Jason Clay) se développe aujourd’hui pour archiver ce qui peut encore l’être de certains peuples africains et surtout de leurs pratiques rituelles. Cette anthropologie visuelle (l’Afrique filmée ou photographiée par des ethnologues) est comparable à une anthropologie de consolation face à la disparition de certains groupes ethniques ou à l’abandon par ceux-ci de leurs pratiques rituelles les plus étranges aux yeux des Occidentaux. Tout se passe comme si la perte d’un certain réel africain pouvait être compensée par sa mise en images. Et comme si le changement était nécessairement une perte. Preuve en est, par exemple, l’intitulé suivant d’un article paru dans Time Magazine : « L’Afrique perdue : les cérémonies tribales du continent sont en train de disparaître, mais beaucoup sont maintenant préservées sur film »27. L’article évoque la recherche photographique en Afrique de Carol Beckwith et d’Angela Fisher, dont les dizaines de milliers de photographies seront réparties dans quatre livres, un CD-ROM, un documentaire et plusieurs articles dans le National Géographie Magazine. « Mais le plus important aux yeux des savants est que [...] la collection sera accessible aux chercheurs - une archive ethnographique sans prix qui survivra quel que soit le sort de ces tribus »28. La mise en images ethnographiques comme rituel esthétisant orchestrant le deuil du réel : rien qui ne soit plus compatible avec la mondialisation culturelle.

59L’archivage du réel est une tentative d’en assurer d’une part l’ultime maîtrise à coups de CD-ROM et d’émissions-inventaires et, d’autre part, de se dédouaner vis-à-vis de la disparition fragmentée du réel, censée être inévitable.

La protection rhétorique et simulée

60Le chasseur-cueilleur d’images et de sensations fortes parle le langage soft de la solidarité et de la protection : mais quelles sont les menaces, concrètement, qui planent sur ces lieux ? Quels en sont les « auteurs » (Etats, logique de développement, capital international, spéculation financière, autochtones, climat, guerres, globalisation économique) ? Le flou entretenu à cet égard est fictivement compensé par la nomination (par l’image et le commentaire) de lieux précis qui font croire à leur existence, en dehors de tout contexte, excepté celui cadré par l’œil de la caméra, le temps de quelques images, et du bruit des engins qui atterrissent ou prennent leur envol. Le premier danger que dénonce Okavango est celui de la présence des touristes. Cependant, pour les populations, la différence entre la présence d’une équipe de tournage ou d’un contingent de touristes est loin d’être claire. Le mot magique pour pallier la menace est celui de protection, injonction permanente comme en suspension dans un no man’s land politique. Protection décrétée valeur indiscutable puisque posée au nom de la solidarité avec les autres êtres vivants. La protection contre un certain tourisme est ici à double fond. D’une part, sa nécessité est affirmée par des discours normatifs ; d’autre part, les pratiques de conservation ont comme logique plus profonde de préserver les conditions qui permettent le tourisme. Car la disparition du réel ne s’effectue pas sans rétroaction, réversibilité dont on ne peut prévoir les effets et qui entraîne un redoublement de la logique d’une muséification anticipant l’élision du réel.

  • 29 Sergio Dalla Bernadina, L’utopie de la nature : chasseurs, écologistes et touristes. Editions Imago (...)

61Comme le dit fort justement Dalla Bernardina, le fait que le terme « protection » « fonctionne selon le principe de dénégation, c’est-à-dire en affirmant à haute voix le contraire de ce qu’il recèle effectivement, est chose facilement vérifiable. De nombreux témoignages nous sont offerts par les revues de voyage [...] qui, au moment même où [elles] incitent à l’exploration des derniers espaces incontaminés, prennent leurs précautions en énonçant des propositions du genre : « Les sports nature aident l’environnement »29.

  • 30 Albert Bressand, Catherine Distler, La planète relationnelle, Flammarion, Paris, 1996, p. 129.
  • 31 « Participer à des combats écologiques, alors que je suis incapable de prendre part à une lutte pol (...)

62Le spectateur occupe virtuellement une position comparable à celle du consommateur de demain qui pourra, muni d’une sorte de télécommande et d’une carte de crédit, se promener dans un supermarché où ne sera exposé qu’un seul exemplaire de chaque produit. Il suffira au client de cliquer sur les objets de son choix pour qu’à la sortie, on lui livre la marchandise. Ce sera l’ère du « caddy virtuel »30. L’Opération Okavango comme catalogue touristique géant. Ce n’est certes pas ce que souhaite N. Hulot, tout au contraire31, mais aucun continent, si beaux et fragiles qu’en soient les espaces, n’est en mesure d’échapper à cet ensemble de contraintes que constitue la mondialisation. En effet, il ne suffit pas de sommer le politique de « gérer » ces lieux fragilisés, l’écologie de les préserver, le téléspectateur d’en apprécier les images, tout en laissant, dans la pratique, la seule logique du profit peser sur leur destin.

  • 32 Sergio Dalla Bernadina, op. cit., p. 246.

63En effet, les lieux montrés à l’image seront nécessairement convoités par des touristes « éclairés », financièrement parlant. On le sait, le tourisme est la première industrie mondiale. Les réseaux organisateurs de voyages exclusifs feront le reste, c’est-à-dire leur travail de « mise en tourisme » (Jean-Didier Urbain). Les réseaux informatiques sont d’ores et déjà à même d’organiser, sur commande, presque n’importe quel voyage. Les élus pourront alors dire : « Je savoure ce qui reste d’une nature qui, si cela ne dépendait que de moi, serait encore incontaminée »32.

64Vrais/faux lieux constituant une sorte d’archipel virtuel, composé d’îlots choisis pour leur seule beauté et leur exotisme. Seuls sont reliés entre eux – via le téléphone-satellite – les membres de l’équipe sur le terrain et les logisticiens à Paris. Ce support technique révèle l’accessibilité réelle tous azimuts (pour certains), dessine les contours du « village planétaire », vrai/faux lui aussi, et exprime paradoxalement l’ubiquité rêvée, expérimentée, luxe suprême, dans un lieu décrété unique et réputé inaccessible.

  • 33 C’est nous qui soulignons.

65Le début de la première émission montre longuement la descente de N. Hulot en parachute. Deux ULM volent de conserve avec les flamants qu’un ornithologue est chargé de compter. Si l’on va sous terre et l’on explore les profondeurs marines, la vision aérienne demeure fortement privilégiée : « Chemin faisant, comme on le fait dans Opération Okavango, évidemment, on ouvrira bien grands nos yeux pour voir ce qui va passer sous les ailes du Katalina ».33

66L’approche en plongée (parachute, ULM, hélicoptère, ballon) théâtralise la vraie/fausse inaccessibilité de ces « lieux uniques ». Les multiples décollages et atterrissages des engins volants, le bruit obsédant de leurs divers moteurs, auquel est mêlée, systématiquement, la même envolée de musique planante New Age, un brin de « rythmes africains » et, parfois, un gazouilli-brouhaha de voix autochtones, amalgame abracadabrant, toile de fond sonore sur laquelle se détache le commentaire de N. Hulot : voilà qui caractérise bien le son-fragment, métissage sauvage, double emphatique de l’image-fragment.

En être ou ne pas en être, that is the question

67La problématique de l’accessibilité/inaccessibilité qui préside au choix des lieux d’Okavango est aussi au cœur du débat sur les avantages et les inconvénients de la culture mondiale.

68L’accès, facilité ou libre, à la totalité des informations, magiquement rendues équivalentes au savoir et à la culture, est l’une des principales justifications avancées à propos des nouvelles technologies.

  • 34 Michel Serres, op. cit., pp. 134-135.
  • 35 Ibidem, p. 140.
  • 36 Ibidem, p. 140.

69Michel Serres salue dans cette profusion de signes et d’images la manifestation d’un nouveau sujet, « une intelligence parfaitement connectée, cerveau somme de tous les cerveaux ; un jugement équilibré, par contrôle et régulation réciproques des informations collationnées ; [...] sujet unique, ensembliste, global, collectif, intégré comme un total partout et toujours présent à soi-même »34. Cependant, à partir de cette donne entièrement nouvelle, il faudra- nous dit M. Serres - choisir : « Dans l’histoire future, notre temps passera-t-il pour avoir inventé la misère totale, par cette étrange nouveauté logique de l’exception à l’universel : la féroce mise à la porte du monde ? »35Mise à la porte de ceux « qui ne sont pas lucides sur le monde global », qui ne possèdent pas cette « représentation élémentaire de soi-même dans l’univers, dont les philosophes disent qu’elle constitue l’hominité »36, en un mot l’immense majorité des habitants de la planète... Or, d’une part, cette « féroce mise à la porte du monde » n’est pas un phénomène nouveau ; la mondialisation culturelle ne fait que l’aggraver. D’autre part, au nom de quelle valeur suprême, de quelle finalité incontestable, devrait-on faire de « la lucidité sur le monde global », la condition de participation à la condition humaine ? Enfin, à l’intérieur de la problématique, propre à n’importe quelle technique, du choix de l’usage que l’on décide de faire de celle-ci, deux questions se posent : le choix existe-t-il et, si oui, qui détient le pouvoir de l’exercer ?

  • 37 Ibidem, p. 180.
  • 38 Pierre Lévy, Colloque sur les nouvelles technologies et les droits de l’homme, Lausanne, EPFL, 1995
  • 39 « Okavango, c’est Ushuaïa qui continue avec des moyens beaucoup plus importants ». Il s’agit « sans (...)
  • 40 « Voilà un lieu à la dimension de tous ces sites que nous allons tenter d’observer pendant cinq ann (...)

70Le versant néo-utopique de ce nouveau monde de la communication dessine « une nouvelle égalité » : « Tous les savoirs sont libres et égaux en droit »37. Accessibles. Nous avons tous droit à tous les signes. Et tandis que, dans le monde réel, les clivages entre info-riches et info-pauvres se creusent encore, les chantres des nouvelles technologies nous annoncent que « nous sommes - techniquement – capables de sortir de l’ère de la rareté pour entrer dans celle de l’abondance »38. L’émission Opération Okavango constitue une figure de ce nouvel élitisme néo-utopique, propre à la mondialisation. Car d’un côté il y a ceux qui ont accès à l’inaccessible grâce à la technique et à l’argent39et, de l’autre, ceux qui consommeront les images et à qui Okavango va dire ce qu’il y a de beau dans les cinq continents pendant cinq ans40 !

71Regard dicté, codé par avance, branché sur l’exceptionnel, le superlatif, le « toujours plus », le « jamais avant » et l’unique. On offre des images tout en mettant en garde car bientôt peut-être, seule la pellicule en gardera la trace, une fois perdu leur référent. Préparation insidieuse à la perte du réel, accueil de l’image comme solution de fortune au détriment de l’imaginaire, non seulement parce que le « vu » à l’écran serait censé compenser le vécu et l’expérience en direct, limitation somme toute banale et inévitable, mais surtout parce que les lieux proposés réduisent d’un seul tenant la nature et le social à un faire-valoir d’une épopée technique qui se passe en dehors et au-dessus d’eux... Enfin, si extrême soit l’extrême, à un moment donné, les téléspectateurs voudront décoller pour chercher ailleurs la nouveauté. Une fois recensés et vus les « plus beaux endroits de la planète », qu’offrira-t-on au téléspectateur ? Après la fin du vrai/faux, place sera faite à la simulation, à la « purification technologique ». Le combat économique entre télévision et télématique est déjà largement engagé.

72La logique de la mondialisation culturelle est d’ex-communiquer ceux qui ne se sont pas prêts à participer à sa néo-utopie. Cependant, toute mondiale qu’on la veuille ou la prétende, la culture mondiale est incapable de parler du monde. Elle crée un monde. Sous les entrelacs de ses réseaux, la pluralité des mondes subsiste et se réinvente perpétuellement, sans pour autant que l’on soit en mesure de s’en féliciter. L’exclusion n’est-elle pas son terreau ?

Notes

1 Pierre Legendre, Paroles poétiques échappées du texte : Leçons sur la communication industrielle, Le Seuil, Paris, 1982, pp. 230-231. Au moment où ce Cahier est en voie d’impression, il semble que l’émission Okavango cessera en juin 1997 pour des raisons financières. Cette dernière n’est considérée ici qu’en tant qu’illustration du genre télévisuel spécifique signé « grand reportage ». Son analyse conserve de ce fait sa pertinence.

2 A la suite d’un sondage, Ushuaïa a été consacrée l’émission « la plus marquante » des trente dernières années, TV Guide, 7-14 déc. 1996.

3 Programmée pour un avenir de plusieurs années qui la portera jusqu’en l’an 2000, fait rare en matière de télévision, Opération Okavango coûte en moyenne 7 millions de francs français par unité de production. La confiance accordée à Nicolas Hulot et à son équipe par un média perpétuellement en mal d’audience et à la recherche de profits constitue un gage de l’écho que son émission est censée rencontrer, un indice de (ou un pari sur ?) l’actualité supposée de son propos, aujourd’hui et jusqu’à l’an 2000. Ces espoirs se fondent sur la popularité qu’avait obtenue Ushuaïa, à laquelle s’ajoute désormais une intention didactique. Voilà pourquoi la Fondation Ushuaïa devrait bientôt être reconnue d’utilité publique par les ministères de l’Education et de l’Environnement et, affirme N. Hulot, « nous sommes partie prenante dans la réforme de l’éducation ».

4 Nicolas Hulot : « Il y a d’abord les spécialistes de mission : les pilotes, les spéléologues, les plongeurs. Il y a les scientifiques, qui sont là pour éclairer un peu notre regard ; toutes les sciences de la terre : la volcanologie, la biologie, l’ethnologie (sic), et puis les hommes de l’intendance, parce qu’il faut faire bouffer tout ce monde-là, le loger le soir dans les campements, et puis les logisticiens d’Ushuaïa, toute l’équipe d’assistants qui a organisé ce tournage. Vous imaginez quand on débarque dans un pays comme l’Ouganda ou comme l’Ethiopie avec l’ensemble de cette armada, la somme d’autorisations qu’il faut avoir ». Pratiquement toutes les citations de N. Hulot sont tirées du commentaire accompagnant les images d’Opération Okavango (trois premières émissions) ; lorsque la source est différente, elle est indiquée en note.

5 Cette année, le thème adopté pour l’une des Journées de Pétrarque, n’était-il pas « L’Europe pourra-t-elle résister à la mondialisation ? », France-Culture, 8 août 1996 ?

6 Nâ-kopâ-âbâd, mentionné par Denis de Rougemont dans « Utopie, technique, Etats-nations », Cadmos, n° 9, 1980, pp. 122-128.

7 Thomas Molnar, L’utopie, éternelle hérésie. Editions Beauchesne, Paris, 1967, p. 12.

8 Hervé Castenet, Le Regard à la lettre. Anthropos-Economica, Paris, 1996, p 31.

9 Michel Serres, Atlas, Julliard, Paris, 1994, pp. 130-131.

10 Voir à ce sujet les grandes lignes d’une ethnographie de la vision en Occident exposées par Noël Nel, « Les régimes scopiques : essai de typologie », in : Réalités de l’image, images de la réalité, L’Harmattan, Revue interdisciplinaire de recherches sur l’image, n° 1, mars 1996, pp. 44-60.

11 Anne Sauvageot, Voirs et savoirs : esquisse d’une sociologie du regard, Paris, PUF, 1994, pp. 170-171.

12 « Europe and the Global Information Society, Recommendations to the European Council », Cordis Focus, Supplement 2. published by the European Commission, 15 July 1994.

13 Ibidem, p. 9.

14 Michel de Fornel, « Les paradoxes du vrai-faux », Traverses. n° 8, hiver 1993, p. 39.

15 Pierre Marcelle, « Double Zéro », Libération, 10 septembre 1996, p. 42.

16 Colloque sur les nouvelles technologies et les droits de l’homme, 9-10 mars 1995, EPFL, Lausanne.

17 L’hyperréel est de l’ordre de la simulation : le réel, dans son acception classique, et la représentation du réel, en sont exclus.

18 Bernard Jolivat, La réalité virtuelle, coll. Que Sais-je ?, PUF, Paris, 1995, p. 114.

19 Alain Gauthier, La trajectoire de la modernité : représentations et images, Paris, PUF, 1992, pp. 233-234.

20 Jean Baudrillard, « La précession des simulacres », Traverses, n° 10, 1978, p. 6.

21 Jean-Marie Vernier, « Trois ordres de l’image télévisuelle », Revue Quaderni, n° 4, 1988, cité par Anne Sauvageot, op. cit., p. 175.

22 Pierre Wiehn, PDG de la maison de production Protecrea, a réussi l’exploit de vendre à NBC, après deux ans de tractations, une Opération Okavango reformatée au goût américain. Ce ne sont pas les belles images qui les intéressent mais le personnage de Nicolas Hulot, dont les exploits sont commentés en voix off. Le Network fera une diffusion test en prime time (information donnée par le Nouvel Observateur, 21 juin 1996, p. 104).

23 Le magazine de l’extrême, Ushuaïa, était en direct : « Aucune émotion n’est feinte. C’est pourquoi les gens sont fidèles à notre rendez-vous hebdomadaire. Au téléspectateur, on doit l’authenticité. Jamais je n’ai fait le son après, comme on me l’a demandé. Pas de mixage savant, de faux direct. [...]Les mots viennent tout seuls, sans aucun décalage entre la sensation et l’expression », écrit Nicolas Hulot dans Les chemins de traverse, J.-C. Lattès, Paris, 1989, p. 242. En revanche, dans Okavango, il y a bel et bien un mixage « savant » du son après coup et vrai/faux direct.

24 « Quand on sort des sentiers battus, on prend le risque de découvrir des lieux exceptionnels ; et dans ces lieux exceptionnels, on rencontre des gens d’exception. Il n’y a pas de hasard, il n’y a que des coïncidences [...]. Opération Okavango croisera, je l’espère souvent, les pas de gens d’exception ». Comme il n’y a pas de hasard, le jeu des coïncidences est tel qu’au cours de ces trois émissions, les gens qualifiés d’exceptionnels sont quasiment tous d’origine occidentale.

25 « Le Pélikan (hydravion) est en train de migrer en Afrique australe qui est aussi un endroit merveilleux parce qu’entre le Mozambique, le Zimbabwe, le Botswana, la Namibie, l’Afrique du sud et l’Angola, il y a un potentiel merveilleux ».

26 « Au moment où l’on démarre cet inventaire, il était bien de commencer au commencement des choses et, qui plus est, chemin faisant dans cette Rift Valley, sur ces témoignages les plus anciens du passé de l’homme, on croise d’autres témoignages d’un autre passé plus récent qui sont tous des groupes ethniques qui ont conservé quasi intacts, à quelques petits détails près, le même comportement, le même mode de vie qu’ils avaient préalablement il y a plusieurs milliers d’années. Les regarder vivre, c’est se projeter 10’000 ans en arrière et ce témoignage-là, au moment où l’on va passer du 2e au 3e millénaire, est un témoignage essentiel et indispensable : nous le faisons ».

27 Michael D. Lemonick, Time, Sept. 9, 1996, pp. 56-60.

28 Ibidem, p. 58.

29 Sergio Dalla Bernadina, L’utopie de la nature : chasseurs, écologistes et touristes. Editions Imago, Paris, 1996, p. 249.

30 Albert Bressand, Catherine Distler, La planète relationnelle, Flammarion, Paris, 1996, p. 129.

31 « Participer à des combats écologiques, alors que je suis incapable de prendre part à une lutte politique et que les idéologies m’assomment. (...) L’écologie, c’est aussi toutes les minorités, étalées comme des taches d’huile jusqu’à émulsion complète. Jamais on n’a respecté les minorités, qui sont le sel de la terre : on les a tuées, ou déguisées, c’est pareil », Nicolas Hulot, op. cit., pp. 244-245.

32 Sergio Dalla Bernadina, op. cit., p. 246.

33 C’est nous qui soulignons.

34 Michel Serres, op. cit., pp. 134-135.

35 Ibidem, p. 140.

36 Ibidem, p. 140.

37 Ibidem, p. 180.

38 Pierre Lévy, Colloque sur les nouvelles technologies et les droits de l’homme, Lausanne, EPFL, 1995.

39 « Okavango, c’est Ushuaïa qui continue avec des moyens beaucoup plus importants ». Il s’agit « sans aucun doute de la plus incroyable et la plus fantastique descente que l’on puisse faire à l’intérieur d’un volcan ; cela nécessite beaucoup de moyens ».
« Le Colibri [hélicoptère] et le Pélikan [hydravion] nous permettent de convoiter les endroits les plus inaccessibles de la planète ».
« Cette autonomie nécessite, c’est vrai, des moyens importants, une organisation, une logistique importante, mais ce qui en fait l’intérêt (sic !), parce que je pense que c’est une des dernières belles et grandes expéditions de ce siècle. Et que, comme l’avaient fait sous un autre registre scientifique à la fin du siècle dernier des gens comme Darwin, pour faire un inventaire évidemment beaucoup plus encyclopédique, nous, on fait une moisson d’images. A chacun son siècle, à chacun son époque. »

40 « Voilà un lieu à la dimension de tous ces sites que nous allons tenter d’observer pendant cinq années [...], l’inventaire de ce qu’il y a de plus beau sur terre. »

Table des illustrations

Crédits Dessin : Miroslav Marsalek
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/2771/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 68k