Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La mondialisation des anti-sociétés

 | 
Gilbert Rist

Propos

Texte intégral

  • 1 Publié in : Scrittori classici italiani di economia politica, Parte antica, vol. III, Milano, Custo (...)
  • 2 Considérations sur le gouvernement de la Pologne et sur sa réformation projetée, La Haye, P.F. Goss (...)

Les communications des peuples entre eux sont si étendues sur tout le globe terrestre que l’on peut quasiment dire que le monde entier est une seule ville où se tient une foire permanente de toutes les marchandises et où tout homme, sans sortir de chez lui, peut au moyen de l’argent s’approvisionner et jouir de tout ce que produisent la terre, les animaux et le labeur humain. Merveilleuse invention.
Geminiano Montanari, Della moneta, Trattato mercantile, 16801.
Il n’y a plus aujourd’hui de François, d’Allemands, d’Espagnols, d’Anglais même, quoiqu’on en dise ; il n’y a que des Européens. Tous ont les mêmes goûts, les mêmes passions, les mêmes mœurs parce qu’aucun n’a reçu de forme nationale par une institution particulière. Tous dans les mêmes circonstances feront les mêmes choses, tous se diront désintéressés & seront fripons ; tous parleront du bien public & ne penseront qu’à eux-mêmes ; tous vanteront la médiocrité & voudront être des Crésus ; ils n’ont d’ambition que pour le luxe, il n’ont de passion que celle de l’or. Sûrs d’avoir avec lui tout ce qui les tente, tous se vendront au premier qui voudra les payer. Que leur importe à quel maître ils obéissent, de quel Etat ils suivent les loix ? Pourvu qu’ils trouvent de l’argent à voler & des femmes à corrompre, ils sont partout dans leur pays.
Jean-Jacques Rousseau, Considérations sur le gouvernement de la Pologne, 17832.

1Les deux textes en exergue indiquent assez que le débat sur la mondialisation est ancien. Il y a longtemps que l’on s’interroge sur les bienfaits ou les méfaits que procure l’extension des échanges, que l’on vante ou que l’on décrie les conséquences du « doux commerce » censé hâter la fraternité entre les hommes ou, au contraire, accusé de niveler leur diversité. Mais, si la controverse aujourd’hui fait rage, c’est que le phénomène a pris des proportions insoupçonnées et qu’à la multiplication des échanges de toutes sortes correspond une exacerbation des replis sur des terroirs exclusifs.

2D’un côté, tout doit circuler : les marchandises, les capitaux, les informations. De l’autre, il faudrait que rien ne bouge, que chacun reste chez soi, que les identités collectives se maintiennent, que les frontières anciennes se reconstituent. Double mouvement contradictoire qui agite le monde, accroît la richesse des uns et la précarité de l’existence des autres, fabrique de nouvelles manières de vivre et d’autres raisons de mourir.

3C’est en tout cas ce que l’on dit. Et ce que l’on voit. Mais est-on bien sûr d’entendre la vérité et de voir la réalité ? S’il faut, par principe épistémologique, se méfier des apparences, le doute est encore plus nécessaire si l’on veut comprendre un monde où le vrai s’allie avec le faux, où la réalité virtuelle cohabite avec la réalité concrète, celle dont les sciences s’étaient jusqu’ici efforcées de rendre compte au nom de l’« objectivité », de l’adéquation des théories aux choses. A 1’« illusionnisme social » qui découle de prénotions mal assurées s’ajoute désormais la prolifération de « pseudos », de leurres, de simulacres, d’objets virtuels, de produits financiers dérivés, d’hologrammes et autres modes de présence fictive.

  • 3 Pierre Lévy, « L'Universel sans totalité », Magazine littéraire. Hors série, « La passion des idées (...)

4Il convient donc de redoubler de prudence dans l’analyse. Cette mondialisation dont on nous rebat les oreilles est-elle réelle ou rêvée ? Les milliards de dollars qui s’échangent chaque jour correspondent-ils à des « valeurs » identifiables, à des actifs sous-jacents, ou ne sont-ils que des signes dépourvus de référent ? Les réseaux communicationnels sont-ils vraiment universels ou sont-ils réservés à quelques-uns qui, par l’effet d’une arrogance invétérée, s’identifient à la totalité du monde ? Est-il correct d’affirmer que la concurrence généralisée profite à tous ou risque-t-elle au contraire de précipiter l’exclusion d’une multitude de gens devenus inutiles ? Et si la globalisation « réelle » se déployait dans le champ de l’environnement plutôt que dans celui de l’économie, comme s’il fallait vanter ce qui n’existe pas pour mieux dissimuler la pollution qui existe pour de bon ? Quant aux recours identitaires qui provoquent l’effervescence mortelle de peuples entiers soudain préoccupés de leur enracinement, sont-ils le fruit de l’histoire ou la conséquence d’une illusion performative ? Ou les deux ? L’identité doit-elle désigner ce qui est semblable, voire identique, et justifier les stratégies fusionnelles ou, au contraire, ce qui est unique et qui ne peut se découvrir que dans le respect de l’altérité ? Ou les deux ? Quel rapport les nomades déterritorialisés, regroupés sur le site unique du « village global », entretiennent-ils avec les villageois sédentaires vaquant à leurs affaires à l’ombre de leur clocher ? Et enfin, entre le cyberespace, dont on dit qu’il permet « la présence virtuelle de l’humanité à soi-même »3, et ces nouveaux no man’s lands qui échappent à l’autorité de tout Etat, ou ces « réserves naturelles » dont les hommes ont été chassés, où sont les lieux réels et quels sont les territoires virtuels ?

5Telles sont quelques-unes des questions qui ont guidé la problématique de ce Cahier, qui propose d’envisager celle-ci à partir du concept d’anti-société. Non pas que toutes les contributions s’y réfèrent ni que tous les auteurs s’en inspirent ou même l’acceptent. Tant s’en faut. Mais parce qu’il nous est apparu progressivement qu’on pouvait ainsi définir la double dérive qui guette aussi bien la mondialisation que les replis identitaires. Pour faire court, on dira qu’une anti-société constitue un groupement humain qui prétend subsister sans prendre le risque de la rencontre avec l’autre et qui élude le problème de la violence, soit en privilégiant le virtuel comme lieu de la communication sociale, soit en expurgeant de son sein quiconque risquerait de faire valoir sa différence comme une dissidence. Or, il est trop facile de vouloir résoudre un problème en le niant et l’on n’échappe pas à la nécessité d’une réflexion politique afin de structurer les rapports humains à partir de dispositifs symboliques.

  • 4 Emile Benveniste, Le vocabulaire des institutions indo-européennes, vol. I : Economie, parenté, soc (...)

6Ce que l’on veut faire croire en célébrant les vertus du « village global » dans lequel l’humanité serait devenue transparente à elle-même, c’est que la guerre y serait impossible puisque le réseau est accueillant à tous, qu’il n’y a plus ni hiérarchie ni censure et que chacun est désormais libre de communiquer avec tous. A l’autre extrême, ce que les revendications identitaires promettent, c’est un monde pacifié par la purification ethnique, sous prétexte que l’altérité serait au principe de la souillure et du conflit. Mais dans les deux cas, le lien social est devenu impossible, tantôt parce que le réseau relie, certes, mais sans médiatiser symboliquement, tantôt parce que l’identité définie en dehors du rapport à autrui sombre dans le narcissisme ou l’autisme collectifs. Et la guerre revient parce que les exclus, soudain trop nombreux, ne se laissent pas faire ou parce que les « communicants » ne peuvent se satisfaire d’une réciprocité factice qui n’engage à rien. Benveniste l’avait déjà souligné4 : la communication - tout comme la communion ou la communauté - suppose l’existence d’un munus, d’un don qui comporte l’obligation de restituer, et l’on pourrait ajouter que cette forme « archaïque » de l’échange, fondatrice du lien social, ne déploie ses effets que dans la durée, entre des partenaires distincts. On n’échange pas des cadeaux « en temps réel », ni avec un autre soi-même...

7Sans doute ces dérives ne sont-elles pas toujours nécessaires. On peut avoir de bonnes raisons de célébrer l’abolition des frontières, la libre accessibilité au savoir « global », l’instantanéité de l’information, tout comme on peut se réjouir de la vigueur des identités collectives qui résistent au processus despotique de l’uniformisation. Il reste que nous avons pris le parti de nous intéresser, dans ce Cahier, aux pratiques marginales ou extrêmes en pariant sur le fait qu’elles font entrevoir d’une autre façon celles qui font désormais partie de notre univers quotidien, ne serait-ce que par médias interposés.

8Ce Cahier s’ouvre donc sur un premier texte de Gilbert Rist qui vise à replacer l’habituel débat (économique) sur la mondialisation dans une perspective anthropologique, et à montrer que le problème (culturel) de l’identité n’est pas sans lien avec les questions économiques. Cet excès d’ouverture d’un côté et de fermeture de l’autre renvoie à un « déficit d’Etat » et, finalement, à une dilution du lien social : en effet, à l’élision de l’espace et du temps, caractéristique des réseaux anonymes sans frontières, correspond l’enracinement dans l’histoire et le terroir de peuples en quête de leur reconnaissance exclusive. D’où le double risque de confondre l’espace rêvé avec l’existence d’un lieu qui serait commun à tous et de transformer les rêves partagés en politique de (re)conquête d’un territoire réservé à ses semblables.

9Marie-Dominique Perrot s’attache ensuite à anticiper les conséquences imprévisibles de la mondialisation culturelle. Grâce aux technologies de la numérisation, la frontière qui séparait jusqu’ici le vrai du faux s’efface au profit d’un vrai/faux qui conjoint de manière indistincte le réel et le virtuel. D’où le surgissement d’une néo-utopie, d’une nouvelle manière de réaliser l’irréalisable sous la forme d’un simulacre vrai. Or, l’accoutumance à cette nouvelle culture transforme notre regard sur le monde, comme le montre son analyse originale de l’émission de télévision Opération Okavango. Lieux exceptionnels mais inaccessibles, sociétés sauvages, mais en voie d’extinction, merveilles de la nature et miracles de la technique, tout s’enchaîne en un immense zapping qui prétend faire voir l’invisible et fait passer pour une aventure parfois dangereuse des voyages très organisés. Au-delà du cas particulier, on décèle le risque d’ex-communication que courent les attardés de la recherche du « réel ».

10Le paradoxe de la mondialisation consiste à célébrer les vertus de la circulation des capitaux, des marchandises et des informations, tout en assignant les gens à résidence et en interdisant la migration des personnes. Or, comme le montre Laurent Monnier, ces migrations constituent non seulement un phénomène aussi vieux que le monde, mais encore une conséquence de la mondialisation : on ne peut empêcher les exclus, privés d’emploi et de sécurité, de tout mettre en œuvre pour tenter de retrouver ailleurs ce qu’ils ont perdu ici. A quoi servent donc les politiques répressives mises en place par les Etats industriels, sinon à faire croire qu’ils possèdent encore quelque pouvoir et qu’ils entendent l’exercer à l’égard de ceux dont ils ont fait les boucs émissaires de la crise ? Pendant ce temps, les nomades modernes s’organisent, construisent des filières et des réseaux, tissent leur « toile » - bien différente du web d’Internet puisqu’elle requiert le face à face ! - et déploient des stratégies individuelles souvent couronnées de succès. Dans l’optique du migrant, l’Etat est loin d’avoir l’importance que lui prêtent les sédentaires qui en contrôlent l’accès : c’est un obstacle sur la route de l’exil, certes, mais dont on apprend à se jouer, comme des autres, grâce aux complicités des réseaux.

11Il était difficile de parler des revendications identitaires sans évoquer la tragédie de l’Afrique des Grands Lacs, et c’est le mérite de Dominique Franche de reprendre l’histoire de la vraie/fausse ethnicisation des Hutus et des Tutsis. Erreur coloniale, idéologie simplificatrice teintée de racisme, méconnaissance d’une réalité sociale complexe, sans doute. Mais dont les conséquences furent dramatiques dès lors que l’on avait considéré comme immuable l’un des registres possibles de l’identité en constante réinterprétation, selon les lieux et les époques. Mais il y a plus car, avertit l’auteur, l’instrumentalisation de l’ethnie par la propagande politique ne concerne pas que l’Afrique : on le voit bien dans l’ex-Yougoslavie ; et nous sommes tous menacés de « tribalisation » si nous ne concevons les communautés que sous la forme de groupes opposés les uns aux autres. Un texte qui fait écho à la formule de Lévi-Strauss : « Le barbare, c’est d’abord l’homme qui croit à la barbarie. »

12Que les identités soient un produit de l’histoire et qu’elles soient constamment reconstruites sur des vestiges anciens mais bien entretenus, c’est aussi ce que montre Bernard Crettaz qui nous fait découvrir la spécificité du « bricolage helvétique ». Historiquement, on a commencé par investir la nature, mais aussi la société « authentique » du « peuple des bergers », d’une valeur mythique et, après avoir détruit l’une et l’autre au nom d’une modernisation prométhéenne, on s’est mis à en utiliser les restes pour inventer un paradis imaginaire. Cette création permanente de vrais/faux villages de style néo-ancien à l’usage des gens des villes et des touristes a fini par transformer la Suisse en une sorte de Disneyland grandeur nature, si « joli » qu’il paraît insoupçonnable et qu’il subsiste comme référent identitaire même pour ceux qui tentent d’en faire la critique.

13La rubrique controverses donne d’abord la parole à Yvan Droz qui, contrairement à Gilbert Rist, ne croit pas que l’exclusion implique nécessairement un accroissement de l’individualisme, tant est grande l’amplitude des registres identitaires disponibles. Que l’Etat s’affaiblisse ou disparaisse ne crée pas pour autant des orphelins sociaux puisqu’il est loisible à chacun de se réclamer d’autres affiliations et d’affirmer une identité liée à d’autres intérêts. Ce qui serait vrai au Nord comme au Sud ici avec le soutien aux partis populistes, là-bas en s’insérant dans des néo-lignages ou des religions syncrétistes.

14Pour sa part, Catherine Schümperli Younossian ne partage pas le pessimisme de Marie-Dominique Perrot : la mondialisation culturelle s’inscrit sans doute dans le sillage de l’impérialisme culturel, mais la résistance est possible. Son argumentation repose d’abord sur le fait que la mondialisation culturelle est loin d’être achevée ; son universalité n’est donc que potentielle. Mais surtout, elle relève que les conditions de réception des messages diffèrent d’un individu ou d’une culture à l’autre ; il n’est donc pas certain que la télévision, à elle seule, puisse transformer notre regard. On peut alors espérer que les nouveaux médias, plus interactifs, feront place à une plus grande diversité culturelle, même si le fait d’adhérer à la nouvelle culture de la communication constitue en soi une transformation culturelle majeure....

15Ce Cahier fait une large place aux paroles, aux propos savants ou anecdotiques, aux réactions d’humeur comme aux anticipations désenchantées. Paroles éclatées, certes, mais qui proposent autant d’éclairages originaux du thème général.

16Alors que l’article de Laurent Monnier s’achevait sur l’éternelle dispute des nomades et des sédentaires, c’est à partir de ce thème que s’ouvre la réflexion de Jacques Attali. Tout en reconnaissant la nécessité d’une inscription locale – et la difficulté de s’y référer lorsque les frontières deviennent incertaines – il s’interroge de manière stimulante sur la création possible d’une nouvelle forme de lien social propre à une société « néo-nomade » (dont les membres ne bougent pas nécessairement de chez eux et possèdent au moins une adresse pour le courrier électronique). Allégeances multiples mais compatibles avec l’institution de nouveaux espaces étatiques, ouverts à la diversité culturelle, à l’image d’une Europe élargie à la Russie et à la Turquie. Telle serait la tâche assignée à cette élite composée de « nomades de luxe », pour autant que ceux-ci ne se replient pas à leur tour sur la défense de leurs privilèges.

17Comme en écho, la méditation de Jordan Bojilov nous fait entrer dans les attentes et les perplexités du « surfeur d’Internet », à la rencontre d’anonymes cachés et dévoilés par l’écran qui se transforme en miroir. Etrange sensation que de participer au monde créatif des « branchés » tout en restant hors de leur atteinte, de « recevoir sans nécessairement donner ». Avec, en plus, la crainte de se laisser abuser par une solidarité de façade et de se confondre soi-même avec la machine à dévorer l’espace.

18A la face lumineuse de la mondialisation, si souvent vantée par le discours hégémonique du moment, Christophe Gallaz oppose ses « chants de la détresse et du fascisme ordinaires ». On n’en sort pas indemne… Comme si l’anti-société n’était pas seulement une menace mais une réalité, comme si le lien social auquel on voulait encore croire s’était déjà évanoui. Péan funèbre et sans espoir, qui exprime la perte du sens, le flottement anomique des exclus du système, spectateurs d’un monde qui leur échappe et qui, dès lors, sont prêts à toutes les aventures. Prémonition désespérante ? On se consolera de la détresse en s’accrochant à l’idée que le pire n’est jamais certain…

19Comme pour nous arracher à ce désespoir, Claude Monnier veut nous convaincre que la mondialisation n’est pas aussi menaçante que certains le disent : elle peut aussi être porteuse d’espoir et même si, aujourd’hui, elle conforte l’hégémonie nord-américaine, rien n’indique qu’il en sera toujours ainsi. Ne doit-on pas faire le pari que la diversité l’emportera toujours sur l’uniformisation ?

20Si la mondialisation propose à certains des lieux communs virtuels et si les revendications identitaires s’efforcent de créer des espaces exclusifs réservés à des sociétés excluantes, il existe aussi des lieux vides, d’où l’on a chassé les premiers habitants pour y enfermer les rêves des étrangers. Telle est l’histoire contée par Corinne Thévoz : sous prétexte de protéger une espèce d’antilope peut-être déjà éteinte, on fait « des trous dans la carte » et l’on définit des non-lieux interdits d’accès. Pour que le paysage reste admirable, il ne doit pas être admiré et pour que la nature conserve son « authenticité », il faut empêcher les hommes d’y nomadiser. Il y a dans ce texte comme un clin d’œil à celui de Marie-Dominique Perrot : Y Opération Okavango n’est-elle pas construite sur un principe semblable qui consiste à faire croire que les lieux sont d’autant plus beaux que personne n’y va jamais ?

21Dernier propos, celui de Jacques Grinevald, qui met en parallèle la mondialisation économique et la planétarisation écologique. Afin de montrer l’envers du décor. Au fil d’une immense fresque historique apparaissent les limites de l’épopée industrielle et les dangers d’une prétendue maîtrise de la nature, puisque c’est finalement la nature - ou plutôt la Biosphère - qui gouverne le monde. Quant à la multiplication des flux d’information, elle ne garantit pas nécessairement un surcroît de connaissance car ce qui compte, finalement, ce n’est pas la somme des savoirs, mais leur structuration, au risque de l’« épistémocide ». Ainsi, l’auteur remet à sa juste place une vision excessivement optimiste de la Science, dont on méconnaît généralement la transformation qu’elle subit et qui la contraint à l’humilité.

22Enfin, en points d’appui d’une réflexion qui devrait se poursuivre, Christian Corminbœuf nous livre quelques informations indispensables au débat, non seulement sur les nouvelles technologies dont on parle souvent sans toujours savoir ce qu’elles recouvrent (p.ex. la révolution numérique du multimédia), mais surtout sur les raisons pour lesquelles les conditions d’une véritable mondialisation des flux d’information sont loin d’être réunies : les sauts technologiques sont aujourd’hui si rapides que la « mise à jour » des matériels entraîne des coûts le plus souvent dissuasifs pour une majorité de pays. Comment croire à la convivialité du « village global » alors que « la moitié des terriens n’a jamais eu l’occasion de téléphoner » ?

23Pour clore ce volume, Arlette Ziegler suggère un choix de lectures qui éclairent aussi bien le phénomène de la mondialisation économique et culturelle que le renouveau des effervescences identitaires. Choix arbitraire sans doute, puisque la littérature concernant ces sujets explose. Ce tour d’horizon permet au moins de comprendre pourquoi l’on chercherait en vain, sur ces sujets, l’émergence d’une pensée unique, et que le débat auquel ce Cahier entend contribuer reste largement ouvert.

Notes

1 Publié in : Scrittori classici italiani di economia politica, Parte antica, vol. III, Milano, Custodi, 1804, p. 40, cité par Karl Marx, « Critique de l'économie politique », Œuvres, (Economie, t. I), Gallimard, Paris, 1965, p. 414.

2 Considérations sur le gouvernement de la Pologne et sur sa réformation projetée, La Haye, P.F. Gosse et Lausanne, François Grasset, 1783, pp. 16-17.

3 Pierre Lévy, « L'Universel sans totalité », Magazine littéraire. Hors série, « La passion des idées », 1996, p. 118.

4 Emile Benveniste, Le vocabulaire des institutions indo-européennes, vol. I : Economie, parenté, société, Editions de Minuit, Paris, 1969, pp. 96 et ss.