Version classiqueVersion mobile

Pratiques de la dissidence économique

 | 
Yvonne Preiswerk
, 
Fabrizio Sabelli

Points d 'appui

A propos de l’économie solidaire

Guide critique et synthèse bibliographique

Dominique Botti

Texte intégral

  • 1 « Si un certain nombre des tenants de l’économie de marché acceptent et souhaitent même un rôle de (...)
  • 2 « [...] l’Etat possède au contraire un rôle moteur dans la conduite d’une croissance économique. Ce (...)

1Faire un résumé de la littérature consacrée aux rapports entre mondialisation et économie dissidente peut paraître une tâche ardue eu égard à l’abondance des thèmes traités. D’une manière générale, il s’agira de rapprocher un certain nombre d’auteurs, de comparer leurs thèses à la lumière d’une confrontation entre une vision économique du politique1 et une vision politique de l’économie2.

2Depuis le milieu des années 70, le modèle de l’Etat-providence est soumis à plusieurs critiques, et cela principalement pour trois raisons. Tout d’abord, l’Etat perd de plus en plus de légitimité face à une déréglementation de l’économie mondiale ; il traverse ainsi une crise financière et législative qui lui fait perdre son rôle moteur dans la mise en œuvre de politiques sociales (Rosanvallon, 1981). Ensuite, l’économie publique est mise à mal par le processus de privatisation qui engendre le chômage (technologisation du travail) et la précarisation (dualisation de la société). Finalement, cet affaiblissement général du rôle de l’Etat entraîne l’émergence d’une « mobilisation économique » (Lautier, 1994) de la société civile qui, par des pratiques économiques dites atypiques, immergées, sociales ou encore informelles, concurrence directement les prestations publiques.

  • 3 Nous nous attacherons à la définition de l’« économie solidaire ». Ce choix n’est pas un parti pris (...)

3La plupart des auteurs partent du principe que puisque le modèle de l’Etat-providence ne fonctionne plus comme il le faisait naguère, celui-ci doit faire l’objet d’une nécessaire adaptation face aux nouveaux enjeux que représente la mondialisation. Les solutions proposées sont diverses et multipes, et peuvent être regroupées en trois grands groupes. Tout d’abord la vision libérale, qui voit un effacement pur et simple du rôle de l’Etat dans l’économie (Reich, 1993), recommande la prise en charge individuelle des prestations sociales et leur sélectivité. Deuxièmement, les changements actuels peuvent être interprétés comme une redéfinition du rôle redistributif de l’Etat. De nouveaux modes de financement (taxation des profits financiers) ou d’organisation du travail (par exemple le partage du temps de travail) lui permettront d’orienter autrement son rôle face à la société et d’acquérir ainsi une nouvelle légitimité. Enfin, il existe un courant qui récuse non seulement une solution par l’économie publique, mais encore une solution par l’économie privée. Devant l’échec de l’économie marchande, qui génère de plus en plus d’exclus au profit d’une minorité, et celui de l’économie non marchande, qui fait preuve d’inefficacité quant à son rôle de redistribution, ces auteurs préconisent de laisser libre cours au développement du milieu associatif. Il s’agit de la « troisième voie », c’est-à-dire celle de l’économie solidaire (Laville, 1994 ; OCDE, 1996), du développement du tiers secteur (Rifkin, 1996), du « civic capitalism » (Green, 1993) ou encore de l’« associative democracy » (Hirst, 1994)3.

4D’évidence, ces trois approches prévoient respectivement soit la disparition, soit la redéfinition, soit la substitution de l’Etat. Etrangement, cette dernière voie semble prendre de plus en plus d’ampleur. En effet, l’économie solidaire est proche, dans son fonctionnement, de l’économie dite « informelle » qui depuis une dizaine d’années acquiert une importance grandissante (Lautier, 1994). En outre, l’économie solidaire est l’expression de l’action coordonnée de la société civile, dont le rôle est valorisé depuis qu’elle est présentée comme l’acteur principal dans la chute des régimes communistes des pays de l’Est.

5Il est bon de rappeler que cette réflexion n’est pas uniquement liée aux problématiques de la mondialisation et de l’Etat. Par exemple, certains auteurs lisent l’économie solidaire à la lumière des expériences faites dans le secteur informel des pays du Sud. L’importance acquise récemment par le concept d’appui institutionnel traduit l’existence d’un intérêt pour une clarification des relations d’une part entre l’Etat et la société civile, d’autre part entre l’économie marchande et non marchande.

6En dépit de leur importance dans le débat actuel, le concept d’économie informelle et celui de société civile soulèvent un certain nombres de problèmes de définition. En ce qui concerne l’informel, la littérature économique sur le sujet n’a pas établi de critères clairs quant à son identification. La plupart des définitions sont de type « négatif » ; il est ainsi vu comme ce qui n’est pas formel, non officiel, non licite, non comptable, non monétaire, etc. Le choix que font les auteurs d’un critère de définition plutôt que d’un autre est dicté plus par des a priori idéologiques (jugements de valeur, sens commun) que par des analyses « objectives » du phénomène.

7La définition du concept de société civile souffre également d’imprécision. En effet, l’économie solidaire est le résultat de l’émergence d’une société civile forte, qui crée les conditions d’un développement local en dehors du cadre de l’économie formelle. Mais au-delà d’une vision purement philosophique de la société civile, les critères de définition qui la caractérisent varient considérablement d’un ouvrage à l’autre. Selon le cas, l’accent est mis sur les aspects ethniques, religieux, communautaires, nationaux, etc. Nous retrouvons là les mêmes a priori qui sont à la base de la conception de l’économie informelle. En effet, pour bien des auteurs, la société civile se définit par la pratique de la solidarité ; elle est libre, égalitaire, antiétatique, etc. ; mais en aucun cas ils ne trouvent un critère commun de définition.

8La société civile « disparaît », et avec elle l’économie solidaire, lorsqu’il s’agit d’activités illicites. A titre d’exemple, le trafic de drogue est de manière générale exclu des analyses sur l’informel. Et pourtant, ce trafic a des retombées économiques locales considérables (Le Bonniec et Sauloy, 1992) et a permis de limiter, voire de surmonter, les crises socio-économiques désastreuses des années 80 dans de nombreux pays (Fonseca, 1992).

9Ainsi, dans la définition des activités de l’économie solidaire, le point de vue de chaque auteur prime sur toute considération « objectiviste ». Par exemple, l’identification du volontariat se fait au travers de critères comme l’altruisme, le choix rationnel, la solidarité, le désintéressement, etc. Cette perception « subjectiviste » est très louable, mais elle ne permet en aucun cas d’expliquer pourquoi la majeure partie des effectifs de volontaires est constituée par des cadres moyens, ou encore pourquoi les hommes occupent presque toujours les postes de direction des organisations concernées (Eme et Laplume, 1981).

10En bref, le débat sur l’économie solidaire présente deux caractéristiques principales : premièrement, les auteurs délimitent son champ en excluant une bonne partie de la réalité (exemple du trafic de drogue) ; deuxièmement, les définitions qu’ils en donnent ne correspondent qu’à une appréhension valorisante du phénomène (exemple du volontariat). Ils s’accordent donc à alimenter le débat, mais en aucun cas à essayer de rendre compte de la réalité et de sa complexité.

11A l’issue de ce bref compte rendu, nous voyons que les lectures et les interrogations qu’elles suscitent concernent en premier lieu le rôle de l’Etat dans l’émergence des formes diverses d’économie solidaire ou dissidente. D’une manière complémentaire sont abordés des thèmes qui touchent les aspects plus spécifiques des économies solidaires. C’est ici qu’apparaissent des idées originales quant à leur genèse historique, aux conditions actuelles de leur émergence, à leur degré d’autonomie face aux institutions publiques et privées, mais aussi quant aux pratiques et aux stratégies des acteurs qui les composent.

Bibliographie

Pierre Rosanvallon
La crise de l’Etat-providence Seuil, Paris, 1981

Bruno Lautier
L’économie informelle dans le tiers-monde La Découverte, Paris, 1994

Robert Reich
L’économie mondialisée Dunod, Paris, 1993

Jean-Luc Laville (dir.)
L’économie solidaire : une perspective internationale Desclée de Brouwer, Paris, 1994

OCDE
Réconcilier l’économique et le social : vers une économie plurielle ocde, Paris, 1996

Jeremy Rifkin
La fin du travail La Découverte, Paris, 1996

David G. Green
Reinventing Civil Society: The Rediscovery of Welfare without Politics IEA Health and Welfare Unit, London, 1993

Paul Hirst
Associative Democracy: New Forms of Economic and Social Governance Polity Press, Cambridge, 1994

Yves Le Bonniec et Mylène Sauloy
A qui profite la cocaïne ? Calmann-Lévy, Paris, 1992

Germàn Fonseca
« Economie de la drogue : taille, caractéristiques et impact économique » Tiers-Monde puf, t. xxxiiii, n° 131, juillet 1992

Bernard Eme et Yves Laplume
« Les réseaux d’entraide et de solidarité en France » Futuribles n° 40, janvier 1981, pp. 46-54

Notes

1 « Si un certain nombre des tenants de l’économie de marché acceptent et souhaitent même un rôle de régulation pour l’Etat, c’est dans la perspective d’introduire des mécanismes de protection pour le fonctionnement du marché lui-même et ainsi de pouvoir corriger les déviations ou les abus qui pourraient mettre son existence en péril. L’Etat alors joue un rôle d’auxiliaire, comme le cas des nouveaux pays industrialisés l’a clairement démontré » (Alternatives Sud, 1995, p. 10).

2 « [...] l’Etat possède au contraire un rôle moteur dans la conduite d’une croissance économique. Celle-ci ne peut être exclusivement commandée par des impératifs d’accumulation et doit prendre en compte au sein même de la création des richesses et pas seulement comme conséquence, le bien-être social et culturel de l’ensemble des populations concernées » (Alternatives Sud, 1995, p. 10).

3 Nous nous attacherons à la définition de l’« économie solidaire ». Ce choix n’est pas un parti pris dans le débat ; il résulte simplement de la nécessité d’avoir un terme commun pour l’ensemble du texte.

Auteur

Etudiant, IUED, Genève.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search