Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pratiques de la dissidence économique

 | 
Yvonne Preiswerk
, 
Fabrizio Sabelli

Paroles

Réflexions sur la réinsertion : le cas de l’Association Réalise

Christophe Dunand

Texte intégral

1Dans cet article, nous tenterons de montrer, à partir de l’expérience concrète de l’Association Réalise et de l’analyse critique des limites des mesures actuelles de réinsertion à Genève, que des associations de ce type n’ont pas d’autres choix – mais c’est sans doute une chance – que de contribuer au développement d’activités économiques « dissidentes » pour poursuivre leur engagement en faveur des demandeurs d’emploi.

2Nous présenterons brièvement le rôle du secteur associatif dans le domaine de la réinsertion avant d’analyser les rapports entre associations et Etat, en particulier à travers les mécanismes de subventionnement. Ensuite, nous tenterons de faire le point sur le potentiel et les limites du travail de réinsertion, ce qui nous mènera à démontrer la tentation, sinon la nécessité, de s’engager dans la dissidence.

Réinsertion : le rôle du secteur associatif

  • 1 Au sein de Réalise, Rapid Service et Ateliers Service sont, selon la teminologie française, des ent (...)

3A Genève, comme d’ailleurs en France et dans plusieurs pays d’Europe et du Sud les associations à but non lucratif ont progressivement occupé le champ de la réinsertion, entre l’économique et le social, en mettant en place des structures aux financements mixtes (subventions/produits de la vente de biens et de services). La spécificité de la législation suisse a toutefois permis la mise en place de vastes programmes d’emploi temporaire collectifs pour les chômeurs, souvent organisés comme des entreprises mais entièrement subventionnés1 par la Confédération. Dans le cas de Réalise, sur ses 60 places de stage de réinsertion, une moitié s’inscrit dans un contexte d’entreprise de réinsertion, produisant des biens et des services pour le marché ; l’autre correspond à des emplois temporaires hors marché, entièrement subventionnés.

  • 2 Stages de réinsertion rémunérés, programmes d’emploi temporaires collectifs fédéraux.

4Rien qu’à Genève, les institutions associatives proposent actuellement plus de 400 places de stage de réinsertion, sous des statuts divers2. Cela sans compter les centaines de places d’occupation dans l’administration et les centaines d’autres pour des personnes au bénéfice de l’assurance invalidité dans divers ateliers protégés.

  • 3 Entre 1992 et 1997, le nombre de places de réinsertion à Réalise a doublé, reflet inquiétant de l’a (...)

5Les statistiques sont trop lacunaires pour avoir une vision précise de ce marché du travail subventionné-protégé, mais l’importance prise par ces mesures de réinsertion-occupation depuis les années 903 rend nécessaire leur analyse critique.

  • 4 Pour plus de détails sur la structure, le financement et les domaines d’activité, il est possible d (...)
  • 5 Les personnes ayant droit à l’assurance chômage peuvent bénéficier de mesures de formation et de re (...)
  • 6 Cette distinction d’avec les deux autres entreprises provient de sources de subventions distinctes (...)

RÉALISE, EN QUELQUES MOTS
Réalise4, association à but non lucratif, a été créée en 1984 à l’initiative de M. Eric Etienne, travailleur social. Progressivement, trois programmes-entreprise ont été créés : Rapid Service en 1984, Ateliers Service en 1990 et Communauté Service, programme cadre regroupant deux équipes en emploi temporaire5, en 1993.
Ces trois programmes-entreprises offraient en 1997 à des hommes et femmes peu ou pas qualifiés, souvent en difficulté, environ 60 places de stage de réinsertion, pour une période variant de six à dix-huit mois. Les stagiaires sont encadrés par des professionnels des divers domaines d’activité. Un appui à la recherche d’emploi ou à l’élaboration d’un projet de formation ainsi qu’une orientation vers les prestations d’autres Institutions sont dispensés.
Des activités très diverses, toujours adaptées à des qualifications limitées, sont proposées : jardinage, petits transports, remise en état d’habits, gestion des déchets, divers travaux de conditionnement, pour ne citer que les principales.
Ateliers Service et Rapid Service sont des entreprises produisant des biens (sous licence) et des services sur le marché genevois, dans des conditions les plus proches possible des entreprises à but commercial. Communauté Service, comme son nom le laisse penser, est un programme qui fournit des prestations d’intérêt général, non marchandes6, à des collectivités du canton.
Grâce au produit de ses activités, Réalise autofinance plus de la moitié de son budget de fonctionnement (environ 2,2 millions de francs prévus en 1998). Les clients de Réalise sont autant des particuliers, d’autres entreprises qui sous-traitent certaines fonctions, que des services publics. Diverses sources de subventions publiques, communales, cantonales et fédérales, prennent en charge l’autre moitié du budget.
Depuis 1993, les activités dans le domaine de la gestion de l’environnement (gestion/réhabilitation de biotopes et gestion des déchets) ont pris une importance croissante, contribuant ainsi modestement mais concrètement à un développement durable. En 1997, Réalise a commencé à développer des activités d’exportation de biens d’occasion, remis en état dans ses ateliers, à destination de petites entreprises et d’associations d’Afrique, élargissant ainsi l’espace géographique de ses activités marchandes.

Les associations de réinsertion face à l’État

6En Suisse, trois administrations distinctes sont concernées par le domaine de l’exclusion et de la réinsertion au niveau cantonal (à Genève, ce sont le Département de l’action sociale et de la santé, le Département de l’économie publique et le Département de l’instruction publique) ainsi qu’au niveau fédéral. Les associations de réinsertion ne se retrouvent donc pas face à un seul interlocuteur étatique, mais à plusieurs administrations publiques cantonales et fédérales. Chacune a ses méthodes de travail, ses exigences, son cadre légal d’action, et surtout ses propres conceptions des rapports avec le secteur associatif.

  • 7 Les actifs sont en général financés par des fondations privées.
  • 8 Les financements publics prennent en charge des prestations spécifiques, le déficit d’exploitation (...)

7Beaucoup d’associations revendiquent un rapport de partenariat critique et non un rôle d’exécutant docile, mais la dépendance financière forte face aux administrations restreint leur autonomie. Dans le cas de Réalise, même en autofinançant plus de la moitié de son budget de fonctionnement7, elle conserve à l’égard des subventions publiques une dépendance importante8. Pour diminuer cette dernière, la tentation est grande de chercher à augmenter le produit des activités marchandes. Mais, compte tenu de la finalité sociale de son travail, de la productivité limitée de certains stagiaires et des limites légales interdisant les activités marchandes pour le programme Communauté Service, il est impensable pour Réalise, comme pour les autres associations de réinsertion, de se passer de subventions.

  • 9 Ceci tant sur le plan cantonal avec la Fédération genevoise de coopération que sur le plan national (...)

8Le problème de l’autonomie commence pourtant à se poser avec acuité. Jusque récemment à Genève, le mode d’attribution de subventions et le suivi de leur utilisation se sont faits sans contrat précis, ce qui contraste beaucoup avec les procédures mises en place dans la coopération au développement9. Les déficit publics actuels rendent nécessaire un contrôle accru des dépenses de l’Etat, et donc des subventions qu’il distribue. Nombre d’associations n’ont eu d’autres choix que de rationaliser leur fonctionnement pour faire face aux baisses de subventions et anticiper l’augmentation des exigences en matière de résultats. C’est aussi en grande partie pour cette raison que plusieurs d’entre elles sont en train de se fédérer rapidement aux niveaux tant cantonal et intercantonal que fédéral. Il est devenu évident que le secteur associatif en Suisse doit mettre en place des capacités de lobbying nouvelles pour promouvoir ses innovations et résister à ceux qui, pour des raisons tant politiques que financières, cherchent et chercheront à limiter son développement en coupant ses subventions. La croissance récente du secteur associatif dans le champ de la réinsertion va donc bien au-delà de la mise en place de prestations complémentaires à celles de l’Etat.

Réinsertion : où va-t-on ?

  • 10 Jeremy Rifkin, La fin du travail, La Découverte, Paris, 1996.

9En 1997, il manquait environ 20’000 emplois salariés à Genève. Mais ce n’est que depuis peu que la dimension structurelle, et donc durable, du chômage commence à être reconnue par les responsables politiques. Cela explique en partie le caractère palliatif des mesures mises en place jusqu’à présent, qui se bornent à maintenir l’« employabilité » des chômeurs jusqu’à leur reprise du travail, une fois passée la « crise ». Or, comme le souligne notamment J. Rifkin10, il est désormais clair qu’en Suisse comme ailleurs il ne s’agit pas d’une crise mais d’une mutation du marché du travail, appelant donc une réflexion en profondeur et des mesures plus adaptées.

10A la création de Réalise en 1984, avec moins de 1 % de chômage, Rapid Service contribuait modestement mais concrètement à la diminution du nombre de demandeurs d’emploi. Il faut bien reconnaître que ce n’est plus le cas actuellement : l’action de structures de réinsertion comme celle-ci n’a aujourd’hui pas ou peu d’effets sur la création d’emplois. En effet, de façon caricaturale, la réinsertion d’une personne dans un marché du travail limité tend, par effet de vases communicants, à s’accompagner du licenciement d’une autre ; le nombre de personnes employées ne croît donc pas.

11En outre, dans le cas de Réalise, il faut savoir que si la majorité des personnes qui viennent en stage sont à la recherche d’un emploi salarié « traditionnel », une proportion importante d’entre elles sont confrontées à des problèmes sociosanitaires soit responsables de la perte de leur emploi, soit, de plus en plus fréquemment depuis les années 90, consécutifs au chômage et à la perte concomitante de leur raison de vivre et de leur mode de socialisation. Certaines d’entre elles se sont donc accommodées de l’assistance publique ou ont d’autres problèmes à résoudre que celui de l’emploi (santé, famille, logement, etc. Elles ne sont pas très motivées pour retrouver un emploi, sans être non plus en mesure de construire un projet de vie satisfaisant, dissociant revenu (par l’Etat) et travail non salarié.

12Cette évolution rend nécessaire d’une part l’évaluation de la pertinence de ces mesures de réinsertion, et d’autre part une réflexion plus profonde concernant la finalité de ce processus de réinsertion dans lequel s’entremêlent quête de revenus et besoin de lien social. Plusieurs questions se posent :

  1. Tout d’abord, vaut-il la peine de dépenser tant de moyens et d’énergie pour des résultats bien plus modestes en termes généraux que dans les années 80 ?

    • 11 La mentalité actuellement dominante en Suisse rend difficile, au-delà de toute considération idéolo (...)

    Mais aussi, que faire de ceux qui n’ont pas le potentiel exigé par le marché du travail (ceux qui ne sont pas employables), comme de ceux qui désireraient vivre sans emploi salarié11 (ce qui ne veut pas dire sans travailler) ?

  2. Enfin – et surtout –, comment pallier la perte de lien social et de sens à l’existence généralement associés au travail (et que n’apporte aucune forme d’aide financière publique) ?

13Nous pouvons proposer plusieurs éléments de réponse à ces questions. Tout d’abord et cela répond à la première interrogation, il serait inacceptable de contempler passivement la machine à exclure quand on voit qu’avec un appui et de la reconnaissance nombre d’exclus veulent et peuvent retrouver un mode de vie conforme à leurs aspirations. De plus, et ceci répond aussi en partie à la seconde question, l’expérience de terrain montre que, aussi paradoxal que cela puisse paraître, la remise au travail provisoire est un bon moyen de transition pour imaginer ensuite une vie sans travail salarié. Il s’avère en effet nécessaire de reprendre pied dans la vie, de retrouver le moral et un minimum de confiance en soi pour pouvoir ensuite imaginer un projet de vie et s’ouvrir à l’idée que, peut-être, il faudra aménager son existence de manière radicalement différente du modèle dominant.

14Cela nous amène à la troisième question, celle sur la perte de lien social, sans doute la plus délicate puisqu’elle exige que nous repensions plus globalement et plus en profondeur les valeurs actuellement véhiculées par le travail... quitte à aller voir du côté de la dissidence.

Lien social : sortir de l’impasse du travail

  • 12 R. Castel, Les métamorphoses de la question sociale, Fayard, Paris, 1995. A. Gorz, Misères du prése (...)

15Les représentations dominantes, en particulier dans la population peu ou pas qualifiée, souvent d’origine étrangère, qui bénéficie d’aides à la réinsertion, continuent en effet d’être centrées sur le travail comme générateur de sens et de lien social. Les associations concernées se trouvent ainsi face au défi consistant d’une part à poursuivre leur action de base de réinsertion dans le marché du travail salarié et, d’autre part, à évoluer et à innover pour appuyer des processus de réinsertion séparant revenus et activités. Cela en sachant que, comme l’a souligné R. Castel et malgré l’optimisme de A. Gorz12, la remise en question de la centralité du travail salarié ne se fera que très lentement.

  • 13 Les lois sociales telles que le RME relèvent d’une compétence cantonale.

16Il est très pénible d’amener une personne à reconnaître qu’elle a peu de chances de retrouver un emploi salarié. Et c’est encore plus difficile si cette dernière se rend compte que, faute d’un revenu minimum d’existence (RME), la seule solution pour le moment à Genève13 est de bénéficier soit du RMCAS (sorte de RMI), soit de l’assurance invalidité, une fois la personne devenue handicapée sociale, c’est-à-dire « cassée » par son exclusion.

17Quoi qu’il en soit, un RME ne suffira pas car un revenu détaché d’une activité, même s’il devait être décent (ce qui est loin d’être gagné, compte tenu du débat politique actuel), n’est pas générateur de sens et de socialisation (rien n’est échangé).

18La chose est particulièrement évidente en Suisse, pays où le filet social a des mailles fines. Sauf cas particulier, toute personne avec un statut peut accéder à une aide financière. Pourtant, le nombre de SDF, tout en étant bien plus modeste que dans des pays comme la France, ne cesse de croître. Le nombre d’individus et de familles en situation de grand détresse, même s’ils ne sont pas à la rue, a fortement augmenté aussi. C’est bien là un révélateur des effets extrêmes de l’absence de sens et de lien social découlant d’une relation d’aide financière.

19La nécessité d’imaginer des processus de socialisation alternatifs aux liens produits par l’emploi salarié est donc cruciale. Il devient urgent de trouver comment compléter le dispositif d’aide financière (lui-même encore à réformer) par des opportunités de socialisation. Et pour cela il ne faut pas trop attendre de l’Etat.

20Dans le cas de Réalise, par exemple, nous ne voulons pas sélectionner uniquement les personnes employables. Nous tenons à offrir aussi un service que l’on pourrait appeler « appui à une transition », dans le sens du développement d’un projet de vie en dehors du marché du travail. Compte tenu de ce qui a été mis en évidence plus haut et de l’urgence de trouver des opportunités de socialisation nouvelles, ce sont les activités appelées pour le moment « dissidentes » qui offrent le plus grand potentiel.

Promouvoir la dissidence ?

21Il s’agit de trouver, par l’innovation ou l’imitation, des activités dont la nature et l’organisation soient génératrices de sens et de lien social. Il ne s’agit pas de les organiser au sein même des associations de réinsertion, mais de les proposer et de les expliquer aux personnes concernées.

22Le but n’est pas d’entrer en dissidence, même si cette idée ne manque pas de piquant, mais d’explorer des activités nouvelles, marginales, oubliées ou inventées dans d’autres cultures, qui, du fait de l’étroitesse actuelle du champ de l’économie (dans sa conception « classique »), se trouvent en dissidence, par exemple :

    • 14 D. Cérézuelle, Pour un autre développement social, Desclée de Brouwer, Paris, 1996.

    L’autoproduction, largement marginalisée, offre un potentiel à exploiter. Les jardins familiaux14 pourraient se (re)développer, fournir une part substantielle des légumes de certains ménages, et surtout générer de nombreux liens (entre jardiniers et à travers les échanges possibles). Réalise, par exemple, pourrait former ses stagiaires au maraîchage et faciliter l’accès de citoyens « sans terre » et sans emploi salarié à un lopin.

  • Le secteur informel ne présente-t-il pas aussi des opportunités ? Cirer les chaussures, pour autant que la connotation négative de cette activité puisse diminuer, pourrait constituer une piste de réinsertion pour certaines catégories de stagiaires. Et pourquoi ne pas mettre en place par exemple un système de vente ambulante de fruits frais comme en Amérique latine, que certaines associations pourraient appuyer ? Le marché aux puces à Genève s’est très fortement étendu ces dernières années, ce qui prouve bien que, quoi que l’on en pense, le secteur informel se développe. Là encore, des associations comme Réalise pourraient fournir un appui aux stagiaires qui voudraient se lancer.

    • 15 J.-M. Servet et al., Monnaies locales et lien social : l’émergence des Systèmes d’échange local, Gr (...)

    Les SEL (Systèmes d’échange local), en expansion rapide en France15, sont des organisations fascinantes. Au-delà de la créativité que l’on peut y découvrir, les SEL procurent d’abord le lien social qui manque à toute aide financière. Le volume d’échanges de biens et de services reste parfois limité, mais les échanges sociaux sont importants et porteurs de dynamiques nouvelles encourageantes. Pourquoi ne pas former les personnes en réinsertion aux principes et techniques de gestion des SEL, afin qu’elles-mêmes participent, voire mettent en place, un SEL ?

23Mais si la tentation dissidente a l’attrait de l’innovation et de l’idée d’un dépassement des normes souvent si lourdes en Suisse, il existe aussi d’autres pistes à exploiter à l’intérieur du champ économique traditionnel pour favoriser la réinsertion et le lien social. Un important travail d’appui à la création de micro-entreprises, en particulier par des possibilités de microcrédit et de fonds de garantie accompagnés d’appui-conseil, à l’instar de ce qui se pratique toujours plus dans la coopération au développement et dans les banlieues sinistrées de France, d’Angleterre et des Etats-Unis, permettrait d’occuper les marchés qui subsistent encore, en créant des emplois locaux.

24Les modes de dissidence restent pour leur majorité à inventer, mais ceux qui existent ou qui ont été remis à l’ordre du jour ouvrent des perspectives sociales que ne propose aujourd’hui aucune politique pour l’emploi. En constatant le rôle clé du secteur associatif dans cette réinvention et cette créativité économique et sociale, on peut se réjouir de ce début de réappropriation de la vie locale, même encore modeste, contrastant fortement avec la globalisation d’autres éléments de la vie économique et sociale actuelle.

25L’économie dissidente, en cette période morose, présente des innovations (ou des actualisations d’innovations oubliées) porteuses de sens social. Aujourd’hui, les SEL occupent le devant de la scène, mais le débat ne fait que s’ouvrir. Chacune de ces innovations aura ses limites et soulèvera de multiples questions juridiques et politiques. Partisans et détracteurs s’affronteront, mais cette ouverture naissante, vue du terrain, offre un potentiel encore jamais vu depuis le début du chômage de masse en Europe. Et – qui sait ? – ce qui est marginal et dissident aujourd’hui pourrait bien devenir commun demain.

Notes

1 Au sein de Réalise, Rapid Service et Ateliers Service sont, selon la teminologie française, des entreprises d’insertion par l’économique, alors que Communauté Service regroupe deux programmes d’emploi temporaire dont les activités sont non marchandes. (Voir également l’encadré ci-dessous)

2 Stages de réinsertion rémunérés, programmes d’emploi temporaires collectifs fédéraux.

3 Entre 1992 et 1997, le nombre de places de réinsertion à Réalise a doublé, reflet inquiétant de l’augmentation rapide du nombre de demandeurs d’emploi du monde du travail à Genève et des dispositions légales qui ont permis au secteur associatif d’accéder à des financements supplémentaires pour créer des programmes de réinsertion.

4 Pour plus de détails sur la structure, le financement et les domaines d’activité, il est possible de consulter le site Internet de Réalise : http://www.realise.ch

5 Les personnes ayant droit à l’assurance chômage peuvent bénéficier de mesures de formation et de remise au travail appelées « emploi temporaire ».

6 Cette distinction d’avec les deux autres entreprises provient de sources de subventions distinctes qui excluent des activités concurrentielles avec l’économie privée.

7 Les actifs sont en général financés par des fondations privées.

8 Les financements publics prennent en charge des prestations spécifiques, le déficit d’exploitation dû à la plus faible productivité des stagiaires en réinsertion et les surcoûts engendrés par l’encadrement plus important que dans une entreprise traditionnelle.

9 Ceci tant sur le plan cantonal avec la Fédération genevoise de coopération que sur le plan national avec la DDC

10 Jeremy Rifkin, La fin du travail, La Découverte, Paris, 1996.

11 La mentalité actuellement dominante en Suisse rend difficile, au-delà de toute considération idéologique, l’idée que ces citoyens pourraient vivre et être respectés sans emploi salarié. Pour l’instant, il y a un acharnement institutionnel certain à vouloir réinsérer toute personne sans emploi.

12 R. Castel, Les métamorphoses de la question sociale, Fayard, Paris, 1995. A. Gorz, Misères du présent, richesse du possible, Galilée, Paris, 1997.

13 Les lois sociales telles que le RME relèvent d’une compétence cantonale.

14 D. Cérézuelle, Pour un autre développement social, Desclée de Brouwer, Paris, 1996.

15 J.-M. Servet et al., Monnaies locales et lien social : l’émergence des Systèmes d’échange local, Groupe de recherche et d’analyse des institutions, Université Lyon 2, 1997.

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site