Version classiqueVersion mobile

Pratiques de la dissidence économique

 | 
Yvonne Preiswerk
, 
Fabrizio Sabelli

Controverses

Les règles de l’économie informelle

Anne Joggi

Texte intégral

Introduction

1L’expression « économie informelle » apparaît en 1972 dans un rapport du Bureau international du travail concernant le Kenya. Ce concept, né de l’étude de pays en voie de développement, va au fil du temps et selon les utilisateurs recouvrir des types d’activités très diverses. Dans un premier temps, les activités considérées comme informelles seront perçues de façon négative, comme un commerce interlope en essor qu’il faut formaliser. Par la suite, certains auteurs les envisagent de façon positiviste : comme l’exemple d’une contre-culture, du refus du développement « à l’occidentale » (Latouche, 1991), ou comme une réponse au poids excessif de l’Etat dans l’économie, plaidant pour la liberté d’entreprise (de Soto, 1994). Les études purement statistiques, basées sur des critères tels que la taille des unités de production ou leur non-inscription dans les registres fiscaux, ont mené à une simplification trompeuse et à une perte de sens.

2Ainsi, il est malaisé de proposer une définition actuelle, concise et claire de l’économie informelle tant cette notion a été utilisée dans des milieux et des optiques variés et à des fins différentes. La récente utilisation de ce concept dans le cadre des pays développés n’est pas faite pour arranger les choses : les termes d’économie informelle, dissidente, alternative, sociale, populaire et de tiers secteur sont souvent employés indifféremment lorsqu’il s’agit de traiter de l’avenir des « sans-emploi formels » par exemple. Afin de tenter malgré tout une définition de l’économie informelle, il est indispensable de revenir au lieu de l’élaboration de ce concept, les pays en voie de développement, pour pouvoir se pencher ensuite sur son éventuelle application aux pays développés.

Économie informelle et secteur formel

3On peut envisager l’économie informelle en partant du secteur formel et de l’observation des rapports qu’elle entretient ou non avec celui-ci. Ce dernier peut être défini comme un réseau de relations (droits et devoirs) codifiées entre trois acteurs : les ménages, l’Etat et l’appareil de production. Les relations qu’entretiennent les acteurs du « secteur » informel entre eux et avec le secteur formel sont elles aussi soumises à des règles strictes. Bien que l’économie informelle se situe souvent en marge de la légalité, non pas en raison de l’activité même qu’elle pratique mais plus souvent dans son organisation (non-inscription dans les registres fiscaux, employés non déclarés...), elle suit en fait également certaines des règles du formel ; l’illégalité est donc partielle.

4On peut distinguer divers types d’interaction entre l’économie informelle et le secteur formel :

  • Une relation parasitaire, improductive et « court-circuitante » telle qu’une activité née du contournement d’un règlement. Par exemple, une loi visant à limiter la densité du trafic a été promulguée à Jakarta. Celle-ci exigeait que les voitures transportent un minimum de x passagers sur certains tronçons aux heures de pointe. Aussitôt nombre de jeunes gens se sont « loués » comme passagers au bord de la route.

  • Une relation de substitution, correspondant à un service que le secteur formel ne parvient pas ou partiellement à fournir (notamment les transports) ou remplaçant un service auquel une population pauvre ne peut accéder dans le secteur formel ; par exemple, les circuits alternatifs de financement, tels que les banquiers ambulants et les « tontines ». Selon Lautier (1994, pp. 62-64), ces dernières sont des associations dont les adhérents mettent en commun les cotisations pour recevoir à tour de rôle l’épargne rassemblée. Elles sont moins souvent destinées à l’entreprise qu’au financement de mariages et autres cérémonies. Cette « substitution » n’est pas automatique ; lorsqu’une entreprise ferme, le secteur informel ne reprend pas forcément ni sa production, ni ses employés.

  • Une relation commerciale, lorsqu’une entreprise formelle est fournisseur d’entreprises informelles ou inversement.

5Les commerces illégaux, tels que le trafic de drogue, ne sont généralement pas pris en compte dans le cadre d’études traitant d’économie informelle. Ils sont pourtant en interaction avec le secteur formel, notamment à travers les banques, mais surtout à travers l’augmentation du pouvoir d’achat de la population liée à ce commerce, qui est indirectement créateur d’emplois formels dans certaines régions.

6En fait, toute activité tend plus ou moins vers l’un ou vers l’autre type d’économie : il n’y a pas d’activité entièrement informelle comme il n’y a probablement pas d’activité dénuée de liens avec l’informel dans les pays en voie de développement.

Réseaux informels

7Les conditions d’accès à l’emploi mettent en lumière une des caractéristiques principales distinguant le « secteur » informel du secteur formel. L’obtention d’un emploi formel dépend en principe des qualifications préalables que l’on est en mesure de présenter. Par contre, la première exigence à satisfaire pour l’obtention d’un emploi dans l’informel est l’intégration dans un réseau basé sur l’interconnaissance ou « l’interreconnaissance », telle qu’une origine commune – famille, caste, tribu, ethnie, voisinage – ou tout autre critère d’appartenance à un groupe reconnu (certains critères sont plus ou moins importants selon les cultures et régions dans lesquelles se situe la population étudiée). L’appartenance à un réseau suppose des droits et des devoirs, des prestations et des contre-prestations qui n’ont rien à voir avec de la solidarité. Toute personne y dérogeant est susceptible d’en être exclue. Le « secteur » informel n’est donc ni spontané, ni ouvert, ni à proprement parler « informel » ; il porte en fait très mal son nom. Dans les zones urbaines, ces différents réseaux se distinguent non seulement par le type d’activité qu’ils exercent, mais également par l’espace qu’ils occupent et contrôlent. La caste des forgerons de Kaolack (Sénégal) est un exemple typique (Lautier, 1994, pp. 54-55). Cette activité est réservée aux membres d’une caste, et pourtant aucune loi ne l’impose. Le forgeron n’engage que des apprentis de cette caste, et le fournisseur qui aurait la mauvaise idée de livrer du matériel à quelqu’un n’en faisant pas partie prendrait le risque de perdre sa clientèle. En outre, nul n’est admis à exercer une activité dans le secteur d’un groupe dont il ne fait pas partie. Des bandes se partagent les lieux stratégiques de vente, tels que les endroits où les feux de circulation forcent de nombreuses voitures à s’arrêter, permettant ainsi aux vendeurs de se faufiler entre celles-ci pour proposer toutes sortes de marchandises.

8Il serait donc plus judicieux de parler de « réseaux » plutôt que de « secteur », ce qui permet de rendre compte des structures de base organisant cette économie. Quant à la dénomination « informel », nous la conservons à défaut de mieux, mais celle-ci indique seulement une non-conformité, une non-prise en charge officielle par le secteur formel. La formule « réseaux d’économie informelle » ne permet pourtant pas de rendre compte de la diversité des activités qui ont été regroupées sous cette dénomination.

9Nous nous contenterons, en définitive, de dégager un certain nombre de caractéristiques de l’économie informelle dans le tiers-monde. Celle-ci se base sur l’accès à un réseau d’appartenance, de proximité et de confiance ainsi que sur des règles strictes régissant le fonctionnement d’un tel réseau. Elle a un pied dans l’illégalité, non pas forcément dans son activité même, mais dans certaines non-conformités de son organisation aux exigences formelles (c’est entre autres sur le maintien de cette illégalité partielle que repose une partie de la corruption dans ces pays). Cette informalité coexiste avec le formel dans une « coopération plus ou moins forcée » et est régie par les lois du marché.

Existe-t-il une place pour un type d’économie informelle dans les pays développés?

10Dans les pays en voie de développement, les réseaux d’économie informelle produisent une partie des biens et services, dont la population a besoin, que le secteur formel, privé ou public, ne peut ou ne veut pas fournir (certains biens et services nécessaires ne sont par contre fournis ni par l’un ni par l’autre, mais parfois par des organismes d’entraide humanitaire). Lautier (1994, p. 5) résume la situation ainsi : « Dans de nombreuses régions du monde l’économie informelle a vaincu l’économie formelle plus par forfait que par K.-O. » Qu’en est-il dans les pays développés ?

11Alors que les activités informelles ont été abondamment étudiées dans le tiers-monde, il semble, à première vue, que ces pratiques soient inexistantes dans les pays développés. Une grande partie des biens, services et emplois fournis par les réseaux d’économie informelle dans les pays pauvres correspondent à des biens, services et emplois pris en charge par le secteur formel dans les pays développés. Donc, si l’on excepte les avantages en prestations sociales du système formel (et la taille des entreprises, les entreprises informelles étant souvent petites et familiales), ces emplois remplissent néanmoins les mêmes fonctions de base. Dans les pays développés, le secteur formel fournit et contrôle la quasi-totalité des biens et services dont sa population a besoin de sorte que la part d’informel semble se réduire à la part des activités de caractère illégal. Certains auteurs parlent pourtant d’économie informelle pour des activités exercées par une population marginale des pays occidentaux. Néanmoins, celles-ci ne sont pas comparables avec les activités du même nom exercées dans les pays en voie de développement.

12Le concept d’économie informelle a servi de véhicule à un certain nombre d’idées fausses. Celle-ci était considérée comme flexible, ouverte, pouvant absorber la population de plus en plus nombreuse à avoir perdu son emploi dans le formel. Cette image inexacte a contribué à l’utilisation de ce concept dans les pays occidentaux lorsque le nombre d’emplois formels n’a cessé de diminuer du fait des améliorations technologiques, remplaçant les hommes par la machine (Rifkin, 1996). Or, nous l’avons vu, les réseaux informels ne sont ni ouverts ni flexibles. En outre, ils obéissent en général à la loi de l’offre et de la demande en fournissant à la population des biens et services dont elle a besoin. On ne peut donc guère s’en inspirer pour créer de nouveaux emplois dans les pays développés alors que ces biens et services sont déjà fournis (mais avec un minimum de main-d’œuvre). Il n’y a dans l’économie informelle du tiers-monde aucune nouvelle source d’emploi pour les pays occidentaux. Le fait de parler de sous-emploi en tant que nombre insuffisant d’emplois produits par le secteur formel, privé ou public, revient à classer toutes les autres activités sous la rubrique « informel », alors que celles-ci sont multiples et guère comparables entre elles. Ainsi, les acteurs du secteur informel des pays en voie de développement sont assimilés à la population que l’on nomme « marginale » dans les pays riches. Or, les premiers s’inscrivent dans le système de production, tandis que ce qui est nommé informel – ou encore dissident, alternatif, populaire, social ou tiers secteur – dans les pays développés recouvre des activités « marginales » qui n’ont plus grand-chose à voir avec la production et l’économie de marché.

13En outre, on attribuait à l’économie informelle un rôle social, un caractère solidaire. Certains gouvernements ont vu là une alternative aux prestations sociales. Or les réseaux informels ne sont pas basés sur la solidarité, mais sur des règles strictes consistant en droits et devoirs. De plus, la plupart de ces acteurs, loin d’avoir choisi l’informel, auraient généralement préféré le formel, la légalité et les prestations qui s’y rattachent.

14Il n’empêche que le sous-emploi, allant de pair avec le développement croissant d’une couche de population extrêmement démunie, est une des préoccupations actuelles majeures des pays développés. Et, bien que les différentes activités qui s’organisent pour faire face à ce phénomène ne soient pas assimilables aux réseaux d’économie informelle des pays en voie de développement, la réflexion entreprise à partir de ceux-ci et de stratégies élaborées dans le tiers-monde pour faire face à la non-prise en charge par le formel de populations de plus en plus marginalisées reste intéressante.

« La fin du travail »

15Rifkin, dans son ouvrage intitulé La fin du travail, parle de « tiers secteur » (1996, pp. 316-384), en référence à la vie associative, à la solidarité, au bénévolat et à d’autres activités informelles sociales aux Etats-Unis. Le tiers secteur est présenté comme la solution de prise en charge de prestations sociales que l’Etat, endetté, ne veut ou ne peut assumer, comme une alternative convaincante à l’utilitarisme du Marché et comme le potentiel d’une nouvelle force politique susceptible de faire pression sur le secteur privé comme sur le secteur public pour obtenir une meilleure répartition des bénéfices énormes de la « nouvelle économie » des secteurs du virtuel et de l’information. Selon l’auteur, l’Etat-nation est dépassé par des entreprises internationales qu’il ne contrôle plus et qui exploitent la population. Ces dernières, grâce aux nouvelles technologies, suppriment des emplois tout en augmentant la production et les bénéfices (le « village planétaire » a en effet peu de résidents, tous extrêmement privilégiés). Rifkin prédit la fin du travail, un monde qui devra se tourner vers d’autres valeurs, plus sociales. C’est pourquoi il envisage une rédéfinition du rôle de l’Etat ainsi que sa coopération avec le tiers secteur comme un début de solution.

16On connaît deux principaux types de stratégies mises en œuvre par les populations des pays développés pour faire face à la crise de l’emploi : des réseaux d’aide, bénévoles (sur lesquels nous ne nous attardons pas ici), et des réseaux d’échanges. Ceux-ci (les SEL en France ou les Local Exchange Trading Systems en Angleterre) sont basés sur une monnaie virtuelle et un système informatique proposant des biens et services. (Cette « économie » dite dissidente est une stratégie de pays riches, nécessitant une technologie que des pays en voie de développement ne pourraient pas mettre en place.) L’adhésion au réseau, ouverte à tous, nécessite une inscription moyennant une petite cotisation ainsi qu’une présentation des biens ou des services que l’on est susceptible de fournir. Ainsi, il faut soi-même fournir un bien ou un service pour se voir crédité d’une certaine somme virtuelle que l’on peut alors dépenser à l’intérieur du réseau. Il n’est pas permis de s’endetter au-delà d’une certaine limite afin d’éviter que ce système soit mis en péril et risque la faillite. (On pourrait imaginer que cette organisation soit liée à des activités de bénévolat ; certains acteurs offriraient ainsi leurs services sans forcément vouloir consommer leurs gains, ce qui permettrait d’éviter les faillites.) Rien ne sert, en principe, d’accumuler de la monnaie virtuelle car on ne peut la retirer du réseau pour la convertir en monnaie réelle.

17L’accès à ce type de réseau ne semble pas basé sur l’interconnaissance, à l’image des réseaux informels, mais nécessite une qualification préalable susceptible d’intéresser autrui, sans quoi l’échange, même s’il se situe à un niveau indirect élargi, ne peut exister. Ainsi l’on remarque que ce système est tout de même soumis au critère de l’offre et de la demande (il resterait à savoir si un service peut prendre de la valeur ou si son prix virtuel reste fixe).

18Cette organisation ne peut pourtant se substituer à un revenu régulier, un emploi stable et une couverture sociale, mais permet probablement d’améliorer l’ordinaire. On peut se demander si la participation au réseau perdure lors d’un retour au travail, si le sentiment d’appartenance à ce système a une force propre, s’il peut s’agir d’un choix ou uniquement d’une nécessité. Cette dernière est-elle la seule motivation préalable à l’adhésion au réseau ? Celui-ci permet sans doute de créer des liens, un sentiment d’appartenance, entre des personnes d’une même communauté et de statuts sociaux peut-être différents.

19L’Etat, qui ne perçoit pas d’impôts sur leurs activités, tolère ces réseaux –peut-être parce qu’ils représentent une alternative à des prestations sociales. Ainsi, il semble que l’on pourrait également les classer sous la rubrique « informel » car ils fonctionnent en marge du secteur formel. Néanmoins ils se distinguent des réseaux d’économie informelle par leur structure (basée sur un fichier informatique et non sur des réseaux d’interconnaissance), l’impossibilité d’en vivre (notamment due au type de monnaie) et leur non-inscription dans le marché. Un des freins majeurs du système est probablement la petite quantité de biens pouvant être échangés. Une coopération avec l’Etat, certes envisageable, est-elle souhaitable ? Il se peut que la validité de ce système repose sur son informalité.

Conclusion

20Le sous-emploi ainsi que la pauvreté croissante de diverses populations constituent des données incontournables de l’avenir des pays développés, qui sont cependant encore peu étudiées. D’autre part, les recherches menées sur les réseaux d’économie informelle du tiers-monde se sont surtout attachées aux aspects économiques, inexploitables pour le cas qui nous occupe. Une réflexion approfondie sur le mode de fonctionnement de ces réseaux, notamment dans les cas de substitution, serait peut-être une source d’inspiration pour aborder la question du sous-emploi dans les pays développés.

Auteur

Etudiante, Faculté des lettres, Université de Neuchâtel.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search