Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pratiques de la dissidence économique

 | 
Yvonne Preiswerk
, 
Fabrizio Sabelli

Lignes

La théorie économique face à l’économie dissidente

Alexandre Ziegler

Texte intégral

1Fustigées de toutes parts et rendues – du moins implicitement – responsables des effets pervers de la mondialisation, les sciences économiques sont aujourd’hui en mal de légitimité. L’émergence de formes économiques dites dissidentes, apparemment inexplicables par l’analyse économique traditionnelle, a, tel un défi à la pensée dominante, grandement contribué à ce phénomène.

2Sans jouer à l’avocat du diable, cet article vise à démontrer que les sciences économiques ont été enterrées un peu à la hâte. S’il est indéniable que les sciences économiques classiques, prisonnières de leur référence continuelle aux miracles du marché, s’avèrent incapables de fournir une analyse crédible de l’émergence et des caractéristiques de l’économie dissidente, l’économie dite des institutions et la théorie des jeux peuvent contribuer à répondre à deux questions essentielles :

  • Quelles sont les causes de l’émergence de l’économie dissidente sous l’angle économique ?

  • Existe-t-il une explication économique à certaines caractéristiques communes aux différentes formes d’économie dissidente ?

3Le concept d’économie dissidente est, à l’heure actuelle, encore diffus. A ce problème de définition s’ajoute une hétérogénéité des formes d’économie dissidente observées dans la pratique, rendant une synthèse analytique du phénomène impossible à ce stade. Les réflexions suivantes se concentrent par conséquent sur les formes institutionnalisées d’économie dissidente, comme les Systèmes d’échange local (SEL). Elles pourront toutefois, avec les précautions nécessaires, être étendues à d’autres formes d’économie dissidente.

Aspects méthodologiques

4Une des principales difficultés rencontrées par les économistes lors de tentatives d’analyse de l’économie dissidente en général et des SEL en particulier est d’ordre méthodologique. Les sciences économiques classiques ont en effet pour habitude de considérer les institutions comme données et de s’intéresser à leur fonctionnement. Les instruments à disposition ne fonctionnent par conséquent que pour un cadre institutionnel donné, rendant ainsi impossible l’analyse d’institutions elles-mêmes nouvelles.

5Une manière élégante de contourner ce problème consiste à substituer à l’analyse traditionnelle une analyse dite fonctionnelle. Contrairement à l’analyse classique, qui prend les institutions comme données et analyse leur fonctionnement, l’analyse fonctionnelle cherche tout d’abord à comprendre quelles fonctions les institutions sont appelées à remplir et considère ces dernières comme étant le résultat d’un processus évolutif et adaptatif guidé par la nécessité de remplir ces fonctions de la manière la plus efficace possible (figure n° 1). En d’autres termes, l’analyse fonctionnelle « endogénéise » les institutions et les soumet – du moins implicitement – à une forme de lutte pour la vie et de survie du plus apte. En inversant ainsi la perspective, l’analyse fonctionnelle tente d’expliquer l’émergence de formes institutionnelles particulières et certaines de leurs caractéristiques. C’est une telle analyse que nous nous proposons d’ébaucher dans ce qui suit.

Figure n° 1 : Analyse classique et analyse fonctionnelle

Figure n° 1 : Analyse classique et analyse fonctionnelle

De l’émergence des sel

  • 1 Le fait que les SEL soient en général des associations à but non lucratif n’est pas déterminant dan (...)

6Afin d’analyser l’émergence des SEL sous l’angle fonctionnel, il convient tout d’abord de déterminer quelles fonctions ceux-ci s’attachent à remplir. Les résultats des études effectuées jusqu’à présent démontrent que les SEL ont pour objet premier la réalisation d’échanges entre acteurs économiques et l’accroissement du bien-être de ces derniers (voir le texte sur « Les Systèmes d’échange local » dans ce même ouvrage). A cette fonction de système d’échange s’ajoute souvent, toutefois, une fonction d’intermédiaire financier. En autorisant des crédits ou débits jusqu’à concurrence d’un certain montant sur les comptes de leurs membres, les SEL jouent, à l’échelon local, le rôle de banque ou de pourvoyeur de crédit à la consommation. Il semble donc que les SEL remplissent des fonctions qui ne sont pas fondamentalement différentes de celles des institutions économiques classiques, tels les marchés ou les banques. La seule différence visible au premier abord semble résider en la réunion de ces deux fonctions dans une seule et même institution1.

7Se pose donc la question de savoir pourquoi ces formes institutionnelles nouvelles que constituent les SEL sont apparues. Jusqu’à présent, l’explication fournie par les chercheurs a été celle de la démission de l’Etat ou plus précisément de la crise du modèle de l’Etat-providence, thèse soutenue par le fait que les SEL regroupent souvent des personnes aux ressources modestes, contraintes d’assurer leur subsistance par leurs propres moyens.

8S’il est indéniable que la démission de l’Etat a eu un rôle catalytique important pour le développement des SEL, un certain nombre de caractéristiques communes à de nombreux SEL demeurent à expliquer, caractéristiques dont l’analyse permettra à son tour de mieux comprendre leur émergence même. On peut notamment relever les traits suivants :

  • Les SEL évoluent pour ainsi dire à l’écart de l’économie globale qui s’est développée ces dernières années, comme en atteste l’usage fréquent d’une unité comptable propre, en règle générale non convertible en monnaie officielle. En d’autres termes, les échanges dans les SEL s’effectuent « hors marché ».

  • Les SEL regroupent en général un nombre relativement restreint de participants entre lesquels se développe une logique de solidarité et de réciprocité.

  • Les SEL reposent sur la notion de prestation et non sur celle de salaire.

Les coûts de transaction et la réalisation des transactions « hors marché »

  • 2 Oliver Williamson, « The Vertical Integration of Production: Market Failure Considerations », Ameri (...)

9Quelles réflexions peut-on faire sur la base de ces caractéristiques ? Tout d’abord, il convient de déterminer les raisons pour lesquelles les échanges entre les participants sont effectués « hors marché ». Les analyses de Williamson2, pionnier de l’économie des institutions, ont démontré qu’en cas de dysfonctionnement du marché, les acteurs en présence peuvent réaliser des gains en créant une institution découplant les échanges du marché et les réalisant en son sein même. En d’autres termes, c’est le dysfonctionnement du marché qui conduit à l’émergence des institutions. En revanche, si le marché fonctionne parfaitement et sans frictions, les institutions n’ont pas de raison d’être.

10Pour expliquer l’émergence des institutions, de nombreux économistes font appel à la notion de coûts de transaction. On entend par là les coûts directs et indirects engendrés lors de la réalisation d’une transaction, qui comprennent les coûts d’information et de recherche d’un partenaire et les coûts de la transaction proprement dite. Leur argumentation est la suivante : une institution qui permet de réduire les coûts de transaction par rapport au marché ou à une autre institution tendra à s’imposer. C’est donc une véritable concurrence entre différentes formes institutionnelles possibles sur le front des coûts de transaction qui détermine laquelle de ces formes dominera dans la réalité.

11A ma connaissance, aucune étude empirique sur les coûts de transaction dans les SEL n’a été conduite à ce jour. On peut toutefois présumer que les SEL, par leur organisation particulière, tendent à réduire ces coûts par rapport au marché. Cela est notamment sans aucun doute le cas pour les coûts de recherche d’un partenaire, qui se trouvent amoindris par la proximité entre les acteurs économiques d’une part, et par l’information mise à disposition par l’administration du système d’autre part (par exemple la liste des membres et des services qu’ils offrent).

12De manière tout à fait générale, trois facteurs ont une influence sur les coûts de transaction proprement dits et peuvent déterminer quelle forme institutionnelle s’imposera en pratique : l’éloignement entre les parties, la quantité échangée entre elles et la fréquence des échanges. L’effet combiné de ces trois facteurs peut conduire à l’émergence de SEL ou d’autres formes d’économie dissidente par les canaux suivants :

  • La proximité entre les parties dans un SEL réduit les coûts de transaction, et cela au profit du système.

  • La faiblesse des quantités échangées rend une transaction avec l’extérieur inintéressante, car le surplus de coûts de transaction qui en résulte fait plus que compenser la différence de prix entre le bien offert à l’extérieur et le bien produit à l’intérieur du système. En d’autres termes, en raison des quantités modestes échangées, les économies d’échelle caractéristiques des échanges ne peuvent être réalisées.

13Afin de mieux comprendre quel effet la quantité échangée peut avoir pour la viabilité de l’économie de proximité en général et des SEL en particulier, considérons l’exemple d’une personne désirant acquérir un bien coûtant 1 s’il est acheté à un membre du système, et 0,5 s’il est acheté en dehors. Au premier abord la personne en question optera pour un achat à l’extérieur. Supposons maintenant qu’un achat à l’extérieur implique des coûts de transaction de 2, résultant par exemple des frais de port et indépendants de la quantité achetée. On peut alors aisément déterminer, pour chaque option, le coût total en fonction du nombre d’unités achetées. Le résultat d’un tel calcul est représenté dans le tableau n° 1, où l’option la meilleur marché a été inscrite en gras. On peut constater qu’un achat extérieur ne vaut la peine qu’à partir de 5 unités. Ainsi, la faiblesse des quantités échangées entre les membres d’un SEL tend à lui donner une raison d’être.

Tableau n° 1. Lorsque la quantité échangée est faible, l’existence de coûts de transaction tend à favoriser les échanges de proximité

Tableau n° 1. Lorsque la quantité échangée est faible, l’existence de coûts de transaction tend à favoriser les échanges de proximité
  • 3 On entend par asymétrie d’information une situation dans laquelle un des acteurs en présence est mi (...)

14– Enfin, le nombre restreint de participants à un SEL augmente la fréquence des échanges et contribue à réduire les coûts de transaction et l’incertitude qualitative sur les produits offerts. Autrement dit, les SEL, en garantissant une meilleure diffusion de l’information, mitigent les effets néfastes de ce que les économistes appellent les asymétries d’information3. Nous allons voir aussi que l’utilisation d’une unité comptable propre est en partie garante de l’augmentation de la fréquence des échanges.

15Ces quelques brèves considérations ne sauraient prétendre constituer une analyse exhaustive de la problématique des coûts de transaction et de son rôle dans l’émergence des SEL, mais démontre que, bien que diffus, le concept des coûts de transaction peut être utilisé dans l’analyse des institutions.

L’utilisation d’une unité comptable propre, garante de dynamisme

16Un des traits les plus curieux des SEL réside, comme nous l’avons mentionné, dans l’utilisation d’une unité comptable propre, en règle générale non convertible en monnaie officielle. Quelles raisons peut-il y avoir à un tel phénomène ?

  • 4 De manière tout à fait générale, on entend par arbitrage l’achat d’un bien à un prix donné et sa re (...)

17La première est la dynamisation des échanges internes qui en résulte. En compliquant ou en rendant impossible l’arbitrage avec l’extérieur, l’unité comptable interne stabilise la structure du SEL et assure sa viabilité, puisqu’elle encourage les membres du système à faire appel aux prestations offertes par les autres membres4. Il serait sans doute intéressant d’étudier comment les SEL découragent et, le cas échéant, sanctionnent les tentatives d’arbitrage avec l’extérieur.

18A cet égard, on peut relever que l’arbitrage avec l’extérieur du système est plus aisé pour les biens que pour les service. La raison est que si le prix relatif entre deux biens dans le système diverge trop du prix relatif à l’extérieur, il est possible d’acheter le bien relativement bon marché dans le système, de le revendre à l’extérieur pour acheter l’autre bien, qui sera ensuite revendu dans le système, l’ensemble de l’opération dégageant un bénéfice. En revanche, les services et prestations doivent typiquement être fournis en personne par la partie contractante, si bien qu’une telle construction est impossible. Là encore, il serait intéressant de vérifier empiriquement si les prix relatifs entre biens dans les SEL sont plus proches des prix du marché que les prix relatifs entre services.

19En second lieu, l’unité comptable propre permet aux SEL de remplir leur fonction d’intermédiaire financier plus aisément. En émettant – de fait – leur propre monnaie, les SEL peuvent, dans certaines limites, faire crédit à leurs membres les plus faibles, afin de dynamiser les échanges en leur sein. Ce n’est qu’en prenant conscience de cette fonction d’intermédiaire financier qu’on peut pleinement saisir l’importance de la non-convertibilité et la dimension sociale des SEL.

  • 5 François Plassard, « Le SEL "Système d’échange local" : à quelle distance entre l’économie de march (...)

20L’unité comptable propre permet également aux SEL d’imposer ou de garantir à leurs membres leur vision sociale ou d’équité par des aménagements institutionnels particuliers. On peut considérer que, dans de nombreux SEL, l’unité comptable ressource dans ses fondements l’usage de la monnaie5. Si celle-ci conserve sa fonction d’étalon et de moyen de paiement, elle n’est en revanche souvent pas « thésaurisable » et ne produit pas d’intérêt, ce qui contribue – ici aussi – à dynamiser les échanges. Toutefois, cette impossibilité de thésauriser tend à privilégier l’échange au détriment de l’investissement, l’accumulation d’un capital suffisant en vue d’un investissement devenant impossible. Ce facteur contribuera, à terme, à tempérer le dynamisme des SEL.

21Enfin, l’utilisation d’une unité comptable propre conduit de fait – pour le moment en tout cas – à une exonération fiscale des échanges internes au système, qui les rend plus compétitifs par rapport aux échanges monétaires externes. Elle permet ce qu’il faut bien se résoudre à appeler un arbitrage généralisé sur la législation, les gains annexes des membres des SEL ne pouvant par exemple pas être déduits des prestations sociales qu’ils touchent. Toutefois, la non-convertibilité n’offre pas que des avantages. Elle a notamment l’inconvénient de rendre un recours aux tribunaux et une éventuelle exécution forcée incertaine, difficile et par là même inattractive. Cela explique notamment pourquoi de nombreux SEL accordent à leurs membres une limite de crédit au-delà de laquelle plus aucun endettement supplémentaire envers le système n’est toléré.

Le nombre restreint de participants, garant de la stabilité du système

22Comme exposé plus haut, les SEL regroupent en général un nombre relativement restreint de participants. Comment ce résultat peut-il être expliqué ?

23Au premier abord, la seule raison apparente pour justifier l’existence d’un nombre restreint de participants est la complexité du système et le besoin d’organisation supplémentaire qu’engendre l’entrée de nouveaux membres. Il est toutefois peu vraisemblable que là réside la seule explication.

  • 6 Reinhard Selten, « A Simple Model of Imperfect Competition where Four are Few and Six are Many », I (...)

24Du point de vue économique, le nombre de membres a en premier lieu une influence sur la fréquence des transactions dont il a été question plus haut. Si le nombre de participants est restreint, ceux-ci se trouvent de fait dans une situation d’interaction répétée. La théorie des jeux a montré dans le cas des cartels que dans une telle situation d’interaction répétée, les membres d’un groupe peuvent accroître leur bien-être en renonçant volontairement à poursuivre leur intérêt à court terme. Un tel résultat n’apparaît toutefois que si le groupe ne compte pas un nombre trop élevé de membres6. En d’autres termes, un nombre de participants restreint permet de garantir le bien-être à long terme de tous, en rendant la poursuite des intérêts individuels inintéressante par l’imposition de sanctions de groupe. De surcroît, un nombre de membres faible permet une meilleure diffusion de l’information dans le système, si bien que ceux qui ne se conforment pas aux règles ou offrent des prestations de piètre qualité se trouvent vite exclus. A travers ce mécanisme, qui est souvent complété par une pression sociale aux effets parfois redoutables, la dynamique de groupe peut être stabilisée et les coûts engendrés par les asymétries d’information réduits. C’est dans ce sens qu’il faut interpréter le développement de relations de confiance et de réciprocité entre les membres d’un SEL dont il a été fait état plus haut.

  • 7 George Akerlof, « The Economics of Caste and of the Rat Race and Other Woeful Tales », Quarterly Jo (...)

25Dans ses travaux sur la stabilité des castes, Akerlof est arrivé à des conclusions similaires7. A l’aide d’un modèle simple, il a démontré qu’une caste ne peut être déstabilisée que par la formation d’une coalition de plusieurs de ses membres décidant en commun de ne plus en respecter les règles et il a déterminé le nombre minimum de membres qu’une telle coalition doit comporter pour être elle-même viable. Une des conséquences que l’on peut tirer de cette analyse est que la caste est totalement stable (c’est-à-dire que ses règles sont respectées par tous ses membres) tant qu’elle comporte moins de membres que la plus petite coalition susceptible de la déstabiliser ne devrait elle-même en compter. Ainsi, on arrive également à la conclusion qu’un nombre restreint de membres tend à stabiliser un groupe. Ce résultat pourrait notamment contribuer à expliquer des développements tels que celui que connut le SEL de l’Ariège, qui crût jusqu’à environ 500 membres, avant de se fractionner.

26Un exemple simple permet d’illustrer les vertus stabilisatrices d’un nombre restreint de participants ou, plus exactement, la réduction des coûts des asymétries d’information qui résulte d’une interaction répétée. Supposons qu’un membre d’un SEL ait le choix entre fournir une prestation de piètre qualité, dont la production coûte 1, et une prestation de bonne qualité, dont les coûts de production s’élèvent à 2. Supposons également que l’acheteur ne peut déterminer la qualité du bien avant de le consommer, si bien que dans les deux cas, le prix de vente est de 2,5. Dans le cas d’une interaction simple, il est alors évident que le vendeur fournira une prestation de piètre qualité, dégageant un bénéfice de 1,5, contre 0,5 s’il vend un bien de bonne qualité. Supposons maintenant que l’interaction est répétée, c’est-à-dire que le vendeur tente, à plusieurs reprises, d’écouler son produit, par exemple à l’occasion du marché hebdomadaire. Si, une semaine, il fournit une prestation de piètre qualité, cela se sait dans le système si bien qu’il ne trouve plus de contrepartie la semaine suivante. Dans une telle situation, on voit alors aisément que si le vendeur peut espérer vendre plus de 3 unités de bonne qualité, son bénéfice sera plus élevé que s’il vend 1 unité de mauvaise qualité et se retrouve de fait exclu du système. Dès lors, c’est dans son propre intérêt à long terme que le membre en question délivrera une prestation de bonne qualité.

La substitution du salaire par la prestation

27Le dernier trait caractéristique des SEL réside dans le fait que ceux-ci reposent sur la notion de prestation et non sur celle de salaire. Ce phénomène peut être expliqué par certains des problèmes d’asymétrie d’information qui caractérisent le marché du travail et les relations de travail, à savoir :

  • Le problème de sélection adverse. On entend par là le fait qu’un employeur potentiel cherchant à embaucher quelqu’un court le risque de ne recevoir des offres que de la part de personnes qu’aucun autre n’a voulu embaucher, par exemple parce qu’elles n’ont pas une productivité suffisante.

  • Le problème d’aléa moral. Par ce terme, on entend le risque qu’un patron, confiant une tâche à un employé, court le risque de voir ce dernier ne pas y dévouer autant d’effort qu’il le ferait s’il s’agissait de sa propre affaire. Ce problème émerge parce que l’employeur ne peut observer en permanence l’effort que déploie l’employé.

28Un employeur potentiel conscient de l’existence de ces deux problèmes peut renoncer à embaucher. Par opposition à la fourniture de travail pour un salaire fixe, la fourniture d’une prestation n’est pas sujette à ces problèmes puisqu’elle est aisément contrôlable. De surcroît, la répétition des interactions rend la fourniture d’une prestation de piètre qualité inintéressante. Enfin, le problème de la perte de compétence chez le travailleur que peut engendrer un chômage de longue durée se trouve résolu par la pratique d’une activité. Dès lors, la fourniture d’une prestation est à la fois une solution partielle aux problèmes d’information sur le marché du travail et à la dépréciation du capital humain dont sont victimes les sans-emploi.

Conclusions

29En raison de leur obsession pour les miracles du marché, les sciences économiques traditionnelles se sont avérées incapables de comprendre les phénomènes d’économie dissidente qui se sont manifestés ces dernières années. En revanche, en « endogénéisant » les institutions, l’analyse fonctionnelle et l’économie des institutions permettent de mieux comprendre l’émergence de formes institutionnelles nouvelles, tels les SEL.

30L’analyse fonctionnelle telle qu’elle a été ébauchée ici démontre que les SEL remplissent un rôle mixte de lieu d’échange et d’intermédiaire financier, fonctions qui ne sont pas inconnues des économistes.

31L’économie des institutions étudie l’influence des coûts de transaction sur l’émergence des institutions. Sous cet angle, l’apparition des SEL peut être considérée comme une réponse à la démission de l’Etat d’une part, à l’existence de coûts de transaction et à des dysfonctionnements du marché d’autre part. A cet égard, les SEL apparaissent comme une innovation institutionnelle constituant un moyen de réduire les coûts de transaction et les effets néfastes des asymétries d’information.

32Au moyen de la théorie économique, il a été possible de fournir des explications plausibles à quelques caractéristiques des SEL. Ainsi, il a été montré que l’usage d’une unité comptable propre permet de dynamiser les échanges à l’intérieur d’un SEL. La théorie des jeux a permis d’établir qu’un nombre restreint de participants est un facteur important de la stabilité des SEL. Enfin, la substitution de la notion de prestation à celle de salaire peut être interprétée 50 comme une réponse à des asymétries d’information sur le marché du travail.

33L’analyse fonctionnelle, l’économie des institutions et la théorie des jeux (en particulier ses résultats sur les asymétries d’information et leurs conséquences) permettent à l’analyse économique de s’émanciper du marché et de mieux comprendre l’émergence et l’organisation des SEL. Elles devraient aussi, à plus ou moins long terme, contribuer à résoudre l’énigme que constituent encore les diverses formes d’économie dissidente observées dans la pratique.

Notes

1 Le fait que les SEL soient en général des associations à but non lucratif n’est pas déterminant dans l’analyse fonctionnelle.

2 Oliver Williamson, « The Vertical Integration of Production: Market Failure Considerations », American Economic Review 61, 2, pp. 112-123.

3 On entend par asymétrie d’information une situation dans laquelle un des acteurs en présence est mieux informé que les autres. Les asymétries d’information sont fréquentes dans la vie quotidienne. Ainsi, le vendeur est typiquement mieux informé de la qualité de son produit que l’acheteur. George Akerlof (« The Market for Lemons : Quality Uncertainty and the Market Mechanism », Quarterly Journal of Economics 84, 1970, pp. 488-500) démontre qu’une telle asymétrie d’information peut conduire à un grave dysfonctionnement, voire à un effondrement du marché, la mauvaise qualité chassant la bonne. Nous montrerons plus bas comment la fréquence des échanges dans un SEL permet de résoudre ce problème.

4 De manière tout à fait générale, on entend par arbitrage l’achat d’un bien à un prix donné et sa revente immédiate à un prix supérieur.

5 François Plassard, « Le SEL "Système d’échange local" : à quelle distance entre l’économie de marché et l’économie non monétaire de don et de réciprocité », in : SEL, mode d’emploi, 1997, p. 62.

6 Reinhard Selten, « A Simple Model of Imperfect Competition where Four are Few and Six are Many », Int. J. Game Theory, 1973, 2, pp. 141-201.

7 George Akerlof, « The Economics of Caste and of the Rat Race and Other Woeful Tales », Quarterly Journal of Economics 90, 4, 1976, pp. 599-617.

Table des illustrations

Titre Figure n° 1 : Analyse classique et analyse fonctionnelle
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/2728/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Tableau n° 1. Lorsque la quantité échangée est faible, l’existence de coûts de transaction tend à favoriser les échanges de proximité
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/2728/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 121k

Auteur

Doctorant et chargé de cours, Université de Saint-Gall ; collaborateur scientifique, Institut de recherche pour le travail et le droit du travail (FAA), Université de Saint-Gall.