Version classiqueVersion mobile

Pratiques de la dissidence économique

 | 
Yvonne Preiswerk
, 
Fabrizio Sabelli

Pratiques de la dissidence économique

Yvonne Preiswerk et Fabrizio Sabelli

Texte intégral

1Il y a trente ans, le mot de contestation traduisait l’envie d’un changement profond non seulement des structures économiques des pays industrialisés, mais aussi de leur culture, une culture caractérisée par les « fausses valeurs » de la société de consommation émergente.

2Il y a trente ans, la plupart des jeunes intellectuels que l’on disait « engagés » n’avaient pas encore honte de se reconnaître dans l’héritage marxiste. Nourris par les lectures d’Henri Lefebvre et d’Eric Hobsbawm, entre autres, ils croyaient que l’histoire était le produit de contradictions qui se manifestaient au sein de la société. Ils demandaient à la sociologie de leur fournir les instruments conceptuels aptes à orienter non seulement leur vie, mais aussi leur action politique.

3Il y a trente ans, les anthropologues latino-américains élaboraient l’esquisse d’une théorie de la « résistance active », fondée sur la lecture et l’interprétation des diverses formes d’opposition aux régimes dictatoriaux de l’époque.

4Il y a trente ans, dans de nombreux pays que l’on appelait « émergents », la culture politique des classes dirigeantes était marquée par les valeurs d’émancipation postcoloniales, en partie véhiculées par les leaders des mouvements armés de libération nationale.

5Ces diverses manières de penser le rôle de l’individu « engagé » dans l’histoire ont-elles un sens aujourd’hui ? En dehors de la vision néolibérale du monde actuel, sans doute dominante, existe-t-il des espaces sociaux qui s’inscriraient dans cette tradition qui conteste un ordre générateur d’injustice et d’inégalité ? A l’opposé de « théories » quelque peu fantaisistes d’une prétendue « fin de l’histoire », le concept de dialectique nous aide-t-il encore à comprendre le fonctionnement de logiques à l’œuvre dans le processus de mutation de nos sociétés ? Pour répondre à ces questions, les auteurs de ce Cahier s’interrogent sur la nature des « pratiques de la dissidence économique », qui se manifestent de nos jours comme symptômes d’une réaction socialement organisée à la consolidation progressive de cette forme de « capitalisme réel » qu’on appelle mondialisation.

6Le débat porte sur les fondements anthropologiques de ces nouvelles pratiques de contestation de l’ordre néolibéral, sur les valeurs qui les animent, sur les changements structurels que celles-ci seraient virtuellement capables de provoquer.

7Ce Cahier souhaite ainsi faire apparaître la spécificité d’organisations économiques issues de cette créativité sociale, relativement autonomes, situées en dissidence par rapport à l’économie formelle et aux institutions officielles de l’Etat. Trois traits essentiels semblent caractériser ces organisations :

  • le réseau comme système de relations entre les membres et les institutions participant à ce type d’économie, tel que les lets (Local Exchange Trading Systems), les sel (Systèmes d’échange local), les wir (Wirtschaftsring-Genossenschaft), etc. ;

  • la réciprocité comme principe des relations entre les membres des réseaux (bénévolat et autres associations d’entraide) ;

  • une certaine similitude avec le secteur dit informel qui caractérise la plupart des économies des pays du Sud.

La nature de l’économique

8L’idée de dissidence dans l’économie est d’abord observée à partir des théories générales qui traitent de la nature du phénomène économique. Certains auteurs n’hésitent pas à réinterroger les origines de la pensée économique et élargissent leur analyse vers le débat sur les diverses logiques sociales. Serait-ce l’échange qui fonde l’économique, et non la production ni le marché ?

9L’apport du texte de philosophie économique – plus que d’économie politique – de Gilbert Rist souligne la diversité des expériences économiques – que ce soit sur le plan historique ou culturel – à travers le prisme de 12 l’échange. Il permet une meilleure compréhension de l’économie dissidente, qui réside avant tout dans la revalorisation des formes non marchandes de l’économie et de ses pratiques, que l’on retrouve dans les échanges de dons et les systèmes parfois très complexes de relations de réciprocité, généralement occultés par la vision économique habituelle.

10Ces propos volontairement provocateurs interpellent l’économiste Christian Comeliau qui, entre autres controverses, souligne notamment l’occultation de la question de la rareté, centrale dans toute définition classique de l’économie. Un autre point de divergence anime ce débat : la question de la motivation des acteurs. Pour Gilbert Rist, ce sont les « logiques sociales » qui priment ; pour Christian Comeliau, le « jugement de valeur des décideurs ».

11La contribution d’Alexandre Ziegler peut être interprétée comme une manière subtile de rendre compatibles la réflexion fondée sur l’analyse des institutions, d’une part, et une démarche centrée pour l’essentiel sur les comportements individuels, d’autre part. Le lecteur ne manquera pas d’apprécier l’utilisation faite par l’auteur du concept de « coût de transaction », et en particulier l’analyse du rapport entre le dysfonctionnement du marché et l’émergence d’institutions qui, seulement en apparence, seraient dissidentes. Dans son commentaire sur le texte d’Alexandre Ziegler, Beat Bürgenmeier souligne encore la dimension fonctionnelle des économies « dissidentes », qu’il inscrit dans le secteur plus vaste de l’économie sociale, à savoir une économie qui « se réfère plutôt au concept de communauté humaine ».

12Un autre éclairage important de ce Cahier est donné par Hassan Zaoual, qui se réfère aux formes d’économies dissidentes des communautés du Sud. Le concept d’homo situs proposé met en valeur la pluralité d’expériences sociales et culturelles des économies du Sud qui ne doit pas être soumis au modèle unique qu’est l’économie dominante. « [...] l’individu concret ne peut aucunement répondre totalement et constamment aux canons de l’homo oeconomicus tels que la pensée de la science économique occidentale les a formulés et, en outre, le modèle en question n’est pas pertinent dans ses sites d’origine. Cette erreur paradigmatique semble donc universelle. »

L’argent, la morale et les intérêts

13Fracas, radis, sourires, trucs, cocagnes, pistaches, prunes, grains, cailloux, piafs, ekus, thalers, etc., voilà les nouveaux noms que l’argent peut prendre dans le cadre des Systèmes d’échange local (sel). Des organisations similaires ont fait leur apparition un peu partout dans le monde, particulièrement 13 en Angleterre où elles sont connues sous la dénomination de lets, auxquels on pourrait ajouter, entre autres formes originales d’échange, les coopératives économiques telles que les wir.

14Deux textes de chercheurs du Centre Walras de l’Université de Lyon 2 décrivent et analysent pour la France ce genre d’organisations, qu’on pourrait appeler « espaces communs coopératifs ». Denis Bayon et Jean-Michel Servet donnent une description détaillée des mécanismes qui permettent à des communautés en réseaux de tisser des liens sociaux tout en résolvant partiellement des problèmes économiques générés par la crise. La dimension de proximité, du « local », est fondamentale et au centre des échanges de prestations. Des unités de compte permettent de gérer les rapports de réciprocité entre les membres.

15Dans ce même sillage, Isabelle Guérin, Gilles Malandrin et David Vallat argumentent autour des formes de réciprocité des sel qu’ils analysent dans l’optique de la théorie de l’échange de Marcel Mauss (obligation de donner, recevoir et rendre). Le mécanisme de la dette est fondateur de ce type d’organisation économique. Il s’agit d’une « dette mutuellement positive, chacun considérant devoir à l’autre plus qu’il ne lui a donné », ce qui veut dire en substance que la dimension morale de l’échange est tout aussi importante que sa dimension utilitaire. Depuis peu en France, ces pratiques soulèvent des problèmes juridiques liés au droit syndical, plus particulièrement en ce qui concerne la question du travail clandestin.

16Pour prolonger ces réflexions, Andràs November insiste sur l’« économie plurielle » de demain, dont certains contours sont encore flous même si on l’appelle déjà « économie solidaire » ou « tiers secteur ». Pour l’auteur, l’économie de marché n’est pas « la seule et unique activité économique » puisque déjà s’y opposent les économies familiale, informelle, sociale, souterraine, clandestine et autres encore. A propos du secteur informel, Anne Joggi s’interroge sur le vrai statut de cette économie en utilisant notamment les derniers travaux de Rifkin consacré au « tiers secteur ». L’intérêt de cet article réside dans la relation entre sous-emploi et secteur informel.

La collectivité plus que l’État

  • 1 US Today, 25 avril 1997.
  • 2 Il faut rappeler qu’il s’agit de sauver de la pauvreté, de la rue, de l’illettrisme, 2 millions de (...)
  • 3 Vincent Volet, « Hillary l’a dit ! World Economic Forum de Davos », Le Matin, 11 février 1998.

17Ce Cahier propose plus spécifiquement un regard certes incomplet, sur des pratiques économiques nouvelles face à celles du marché ou à la globalisation, entre partenaires solidaires, dans les espaces peu rentables, « oubliés » ou « délaissés ». Sans entrer ici dans le détail, il nous semble toutefois nécessaire de faire une brève allusion au nouveau type de « contrat » entre l’Etat et 14 le citoyen. A travers l’appel au bénévolat, à la charité, à la générosité, l’Etat sollicite la participation citoyenne, exhorte les individus et associations au partage, à l’empowerment, ce qui lui permet de se désengager de ses obligations sociales auxquelles les budgets nationaux ne peuvent plus faire face. Au cœur de ce discours : la conscience citoyenne, la « morale » et les « valeurs humaines éternelles : aider, s’entraider, assumer collectivement et être généreux ». C’est ainsi qu’on peut aider l’Etat ! L’exemple vient des Etats-Unis et du « Sommet du bénévolat », en avril 1997, au cours duquel, devant un parterre de responsables politiques, de chefs d’entreprise, de stars du show-business et un vaste public, le président américain fait un appel à la conscience des Américains pour soutenir l’Etat dans les coupes sombres « inévitables » des budgets sociaux. « L’ère du big government est révolue, répète à l’envi Bill Clinton, celle du big citizen doit commencer. »1 « Entre l’économie et le gouvernement se déploie la société civile, avec ses valeurs familiales, l’éducation des enfants, le respect des croyances religieuses, la spiritualité, les œuvres que nous soutenons2. Sans de telles valeurs, les gouvernements démocratiques et les économies florissantes ne sont que des décors dans lesquels se jouent des joutes sanglantes. »3 Ces discours ne sont plus seulement américains ; on les trouve de plus en plus répandus en Europe.

Des paroles et des actes

18Les nombreuses pistes ouvertes par les auteurs de Lignes et de Controverses se prolongent dans les très riches expériences de terrain. Dans Paroles, des auteurs du Nord et du Sud conversent avec le lecteur. Certains nous font partager des états d’âme et des soubresauts de conscience. D’autres relatent des aventures novatrices et téméraires. Ailleurs encore, dans le tragique marasme des guerres et des camps de réfugiés, on nous raconte avec humour comment des hommes et des femmes rusent pour survivre. Ces pratiques dissidentes sont autant d’histoires courtes, d’expériences vécues, de solutions provisoires ou durables, les unes fugitives comme des rêves, les autres saisies dans l’épaisseur de la réalité vécue.

19Dans Points d’appui, des documents d’informations et une bibliographie extensive guideront le lecteur dans les détours nécessaires qu’a suscités la réflexion sur le thème de la dissidence économique.

20Nous nous sommes interrogés sur une économie créative possible et des pratiques dissidentes nouvelles. De nos questions sont nées d’autres pistes de recherche qui, pour certaines, restent momentanément en suspens. Le chantier est ouvert à de passionnantes recherches futures dans ce domaine encore mal exploré.

Notes

1 US Today, 25 avril 1997.

2 Il faut rappeler qu’il s’agit de sauver de la pauvreté, de la rue, de l’illettrisme, 2 millions de jeunes à risque avant l’an 2000, sans compter les autres catégories défavorisées qui ont besoin d’assistance aux Etats-Unis.

3 Vincent Volet, « Hillary l’a dit ! World Economic Forum de Davos », Le Matin, 11 février 1998.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search