Version classiqueVersion mobile

La pensée comptable

 | 
Marc Hufty

Points d’appui

Un débat entre mondialisation et particularismes locaux

Iva Bolgiani, Meret Weyermann et Anne-Rachel Schehr Buchs

Texte intégral

1Tenter en quelques pages de faire le tour du débat sur la réforme de l’Etat et la nouvelle gestion publique représente une gageure, tant la polémique est vive et la littérature abondante. La bibliographie présentée ici ne peut donc être considérée comme exhaustive. Au-delà des préférences des auteurs qui ont choisi les titres présentés, elle constitue néanmoins un point de départ pour se faire une idée de ses caractéristiques et du débat que cette polémique a soulevé aussi bien dans les pays occidentaux que dans ceux du tiers-monde.

Mondialisation et crise de l’État-providence

2La mondialisation, la crise de l’Etat-providence et les discussions entre économistes et politiciens constituent le contexte du débat, en même temps qu’une toile de fond pour la mise en œuvre de toute réforme du secteur public. Nous avons donc sélectionné, parmi ces auteurs, l’ouvrage de François Chesnais, qui propose une nouvelle lecture du phénomène de la mondialisation à partir des mouvements de capitaux. Le réquisitoire de David Marsland est, quant à lui, représentatif du discours ultralibéral contre l’Etat-providence. Enfin, les ouvrages de Paul Krugman et de Will Hutton constituent des références et apportent un point de vue critique et original sur le rôle des économistes aujourd’hui, aux Etats-Unis et au Royaume-Uni.

3Souvent parée de toutes les vertus du libéralisme, la mondialisation est également perçue comme un espoir de mettre un terme à l’interventionnisme étatique. L’ouvrage de Chesnais entend démontrer que ce processus, entamé il y a une quinzaine d’années, concerne avant tout le domaine du capital financier, dont la logique s’impose de plus en plus aux entreprises privées comme aux Etats. Ainsi, en partant des conséquences de la libéralisation et de la déréglementation financières, l’auteur soutient que derrière le terme de mondialisation se sime un mode spécifique d’accumulation, en d’autres termes un mode de fonctionnement nouveau du capitalisme, qu’il nomme « mondialisé à dominante financière », dont les Etats-Unis sont le cœur et qui forme aujourd’hui la moelle épinière de l’ordre libéral mondial. En analysant les causes, les modalités et les conséquences de la mondialisation, Chesnais tente d’apporter un peu de clarté à un débat par trop dogmatique.

4L’Etat-providence, accusé par certains d’être une des principales causes de l’augmentation des dépenses publiques, ainsi que ses fonctions sont remis en question par Marsland. L’auteur dénonce notamment le fait que le Welfare State réduit la liberté, le choix et le bien-être des individus et ralentit la croissance économique globale. Selon lui, seuls les principes du marché et de la libre concurrence peuvent rendre aux individus leur dignité humaine, leur liberté et leur indépendance. Il prône donc une réduction drastique des domaines d’intervention de l’Etat, afin que celui-ci ne s’occupe plus que de ses fonctions régaliennes. Il montre aussi l’incohérence des principes sous-jacents au concept de Welfare State, ainsi que les dégâts économiques et sociaux provoqués par celui-ci, en mettant en évidence les avantages du marché et en proposant un programme de démantèlement progressif de l’Etat social. Il établit aussi une analyse des principales réformes sociales mises en œuvre ces vingt dernières années en Grande-Bretagne et aux Etats-Unis, en soulignant les principaux obstacles qui ont empêché un véritable retrait de l’Etat.

5La solution, selon Marsland, réside dans les individus eux-mêmes, qui doivent réapprendre à être indépendants et responsables et à reconstruire des liens fondamentaux (avec leur famille et la communauté locale, par exemple) afin d’être plus libres et de poursuivre leurs propres intérêts sur la base de choix réels, et non pas imposés par l’Etat.

6Toute réflexion sur le contexte qui a conduit aux réformes du secteur public ne saurait cependant être complète sans une analyse du rôle des économistes. Dans son essai, Hutton reproche aux grands théoriciens de l’économie d’avoir coupé leur science des réalités de la société. En termes plus précis, il accuse les économistes, en particulier britanniques, d’avoir négligé les conséquences sociales, politiques et législatives des politiques qu’ils ont mises en place, car pour lui, l’économique, le politique et le social demeurent intrinsèquement liés. Ainsi, l’auteur s’applique à démontrer que la nature « semi-moderne » de l’Etat britannique ne serait que le résultat de politiques établies selon des critères uniquement économiques et qui s’avèrent désastreuses quant à leurs répercussions législatives et politiques. A sa manière, toute britannique, Hutton rejoint les préoccupations de l’Américain Krugman sur le rôle des économistes aujourd’hui.

7En effet, Krugman s’attaque de manière provocante et stimulante à la fin du « miracle économique » américain et aux connivences toutes politiciennes entre le pouvoir politique et les nouveaux « gourous » de l’économie. Selon l’auteur, la faible croissance des deux dernières décennies aux Etats-Unis a consacré l’arrivée au pouvoir d’une nouvelle génération de conseillers économiques, aux idées simplistes, toujours prompts à clamer ce que les hommes politiques veulent entendre. En revisitant la révolution monétariste de la fin des années 60, les attaques contre l’Etat interventionniste, le conservatisme reaganien et la période du commerce stratégique si cher à l’administration Clinton, Paul Krugman analyse brillamment – et avec humour – les interactions entre économistes et politiciens. Féroce dans ses descriptions, il démontre sans ambages comment les hommes politiques tentent de dénicher des économistes aux idées « vendables », et comment ceux-ci tentent de transformer leurs savoirs en influence politique... Un livre cynique et indispensable sur le rôle des économistes dans la formulation des politiques économiques aux Etats-Unis.

Quelques tentatives de définition

8Qu’est-ce que la nouvelle gestion publique et quelle place occupe-t-elle dans la réforme de l’Etat ? Telles sont les questions générales qui guident les travaux de Kuno Schedler et de Christopher Hood. Mais la partie la plus polémique du débat concerne sans aucun doute la question des solutions à apporter à la crise actuelle de l’Etat. Chez les partisans de la NGP, on peut distinguer trois courants. Le premier, qui prône l’introduction de méthodes de gestion issues du privé dans l’administration publique, est représenté par David Osborne et Ted Gaebler, dont l’ouvrage a constitué un best-seller. Le plaidoyer de E. Savas en faveur de la privatisation témoigne quant à lui d’une seconde approche, plus radicale, qui recommande une réduction drastique de l’activité étatique. Mais les points de vue sont loin d’être tous aussi tranchés : Donald Kettl, par exemple, propose une approche intermédiaire qui tient compte des liens qui unissent le secteur privé et le secteur public.

9Pour les opposants à la NGP, tels Laurence Lynn ou Ronald Moe et Robert Gilmour, il existe une contradiction fondamentale entre le concept même de service public et celui de NGP. Ces auteurs suggèrent de rendre à l’administration son sens premier et son rôle, en repensant les missions de l’Etat, de la démocratie et de la loi.

10L’ouvrage de Schedler constitue une excellente introduction à la NGP. Loin de présenter un concept théorique par trop abstrait, l’auteur propose un cadre d’analyse de la NGP qui permet de faire le lien avec le cas de la Suisse. Tenant compte de ces spécificités, l’ouvrage met l’accent sur l’orientation vers le client ainsi que sur la décentralisation de l’accomplissement des fonctions. Dans cette perspective les éléments directifs de ce nouveau concept sont les conventions de rendement, le global budgeting, le controlling, la transparence de l’information ainsi que le contrôle des résultats (révision). Tant que ces éléments n’auront pas été réunis, une orientation efficace vers le client comme vers le produit demeurera impossible. La question de la meilleure stratégie d’introduction de la NGP est également discutée et Schedler insiste sur le fait qu’une stratégie introduite avec succès dans un pays ne le sera pas forcément ailleurs. Enfin, il souligne le fait qu’il est indispensable de tenir compte du facteur temps durant cette première phase, car les obstacles rencontrés alors permettent parfois de réajuster avec succès la stratégie de mise en place.

11Plutôt que d’aborder le sujet d’un point de vue strictement fonctionnaliste et de ne s’intéresser qu’aux mécanismes qui régissent la nouvelle gestion publique, Hood adopte quant à lui une perspective constructiviste afin de mieux saisir les raisons qui ont conduit à l’apparition de la nouvelle gestion publique et aux formes que celle-ci a revêtues. Ainsi, il propose de la comprendre comme une alternative à la conception traditionnelle de la responsabilité publique et montre que ce courant connaît de nombreuses formes d’application au sein des pays de l’OCDE, soulignant notamment le faits que certains pays économiquement très performants restent paradoxalement en retard dans l’utilisation de ces nouvelles méthodes. Enfin, il démontre que les explications traditionnelles de l’apparition de la NGP (comme phénomène typiquement anglo-saxon, rôle des partis politiques, corrélation forte avec les performances économiques et la taille de l’administration) ne résistent pas à un examen minutieux de données comparatives. En modifiant le cadre d’analyse, Hood donne au lecteur un regard différent sur la nouvelle gestion publique aujourd’hui.

12Les propositions de réforme du secteur public des partisans de la NGP sont essentiellement issues de deux courants : ceux qui prônent un transfert des techniques de gestion du secteur privé au secteur public, et ceux qui recommandent une réduction drastique des activités étatiques à travers un processus de privatisation. On peut cependant distinguer un troisième courant, plus nuancé, qui tente d’analyser le phénomène de manière pragmatique.

13Avec l’ouvrage d’Osborne et Gaebler (partisans du premier courant), le lecteur se trouve plongé au cœur du débat sur les remèdes à apporter à la crise de l’Etat-providence. Pour ces auteurs, il importe avant tout de rendre à l’Etat sa pleine efficience en lui insufflant l’esprit d’entreprise caractéristique du secteur privé. Cependant, la mise en place d’un gouvernement entrepreneurial ne constitue pas un simple effet de mode mais un processus d’une tout autre ampleur, car il s’agit avant tout de « réinventer le gouvernement ». S’appuyant sur quatre années de recherches aux Etats-Unis, ce travail nous livre le fruit d’une réflexion menée au travers d’expériences concrètes de nouvelles formes de gouvernement dans les villes, les comtés et les Etats. En effet, pour faire face à la vague anti-impôts qui submergea l’Amérique au milieu des années 70 et aux revendications en faveur d’un service public de meilleure qualité, de nombreuses collectivités locales ou régionales ont fait le pas de l’innovation dans la gestion des affaires publiques. Sur la base de ces expériences, les auteurs ont énoncé les dix principes d’un gouvernement à gestion entrepreneuriale, qui constituent le fil conducteur de leur ouvrage : agir comme catalyseur des secteurs publics, restituer aux citoyens-usagers le pouvoir de contrôler l’administration, mesurer l’impact des actions publiques, agir en fonction des objectifs fixés et donc des résultats obtenus, considérer les usagers comme tels, prévenir les problèmes, s’assurer des sources de revenus, décentraliser la prise de décision et favoriser la gestion participative, donner la priorité aux mécanismes du marché et promouvoir la concurrence entre les services.

14S’il ne fallait retenir qu’un seul ouvrage sur la privatisation, ce serait celui d’E.S. Savas (partisan du deuxième courant). Bien que publié il y a plus de dix ans, son livre reste incontournable en la matière car, loin de constituer uniquement un plaidoyer en faveur de la privatisation, il n’en reste pas moins un des rares ouvrages théoriques sur la question. Les deux premières parties exposent les bases conceptuelles, définissant notamment les objets ainsi que les différentes approches possibles de la privatisation. La troisième partie présente une analyse empirique et comparative des différentes formes d’aménagement possibles. Ce n’est qu’en dernier lieu que l’auteur se risque à proposer une approche pragmatique de la privatisation, sans omettre toutefois d’examiner les problèmes que pose la mise en place d’une telle politique.

15Enfin, ce qui constitue l’originalité de l’ouvrage de Kettl, c’est que l’auteur refuse de prendre partie pour ou contre la privatisation, pour ou contre la marketisation de l’Etat. Il importe avant tout pour lui de démontrer que la dépendance entre secteur public et secteur privé est beaucoup plus complexe qu’elle n’apparaît à première vue. C’est pourquoi il est selon lui important que l’administration d’une part repense sa manière d’appliquer les politiques et d’autre part en comprenne tous les mécanismes. Ainsi, trois thèmes semblent particulièrement essentiels dans la relation public-privé : la dépendance de l’administration vis-à-vis de ses partenaires privés dans l’accomplissement de ses tâches, la non-uniformité de cette nouvelle pratique de gestion et, enfin, le fait que le secteur public soit de plus en plus souvent le superviseur/coordinateur et non plus le producteur principal des services publics.

  • 1 U.S. Executive Office of the President, National Performance Review, From Red Tape to Results: Crea (...)

16Dans une perspective similaire, mais plus critique, l’article de Moe a pour but de montrer non seulement que les principes et les recommandations prônés par le rapport Gore1, et plus généralement par les partisans de la NGP, peuvent conduire à une vision erronée de l’administration publique, en l’occurrence américaine, et de son fonctionnement, mais que leur application pourrait également avoir des conséquences négatives pour l’ensemble des administrations et institutions américaines. Ces conséquences amèneraient notamment à un éclatement de l’appareil bureaucratique ainsi qu’à un affaiblissement dangereux de la responsabilité politique et démocratique des principales institutions vis-à-vis des citoyens. L’auteur insiste sur le fait que les contraintes de l’activité publique demeurent fondamentalement différentes de celles de l’activité privée. Les lois (précises et bien définies) ainsi que la responsabilité du politique envers les citoyens restent à la base d’un bon fonctionnement de l’administration et de l’appareil étatique. Ainsi, avant de « réinventer le gouvernement », il est indispensable, selon Moe, de « repenser » les missions de l’Etat en fonction des attentes des citoyens. Ce n’est que lorsqu’il y aura consensus à ce sujet que l’on pourra commencer à « reconstruire le gouvernement ».

17Avec Gilmour, il propose dix principes de base pour rendre à l’administration publique son caractère spécifique. En effet, selon ces auteurs, les propositions de réforme de la gestion publique directement issues du secteur privé ne font que détourner des vrais problèmes et augmenter la vulnérabilité du système administratif. Ces dix principes, basés sur la notion de « loi », forment un modèle théorique de base pour la gestion de l’appareil administratif et étatique, le but étant de montrer que la loi reste bien le fondement démocratique indispensable à la gestion des affaires publiques. Les auteurs affirment également que le modèle qu’ils proposent est compatible avec des nouveaux concepts tels que le total quality management et qu’il peut s’adapter à toute une série d’innovations. De leur point de vue, le problème qui se pose aujourd’hui dans les administrations publiques est donc essentiellement légal (en particulier la multiplication réglementaire et une hiérarchie trop stricte qui rendent l’administration peu flexible et peu dynamique) et nécessite, par conséquent, une réponse légale. En ce sens, le paradigme « entrepreneurial » ne pourra donc jamais constituer une solution adéquate pour répondre aux difficultés actuelles de l’administration publique.

18Poursuivant en ce sens, Lynn expose les faiblesses théoriques du nouveau modèle de gestion publique. L’auteur démontre, en effet, que les nouvelles méthodes de gestion publique mises en œuvre dans différents Etats occidentaux et plus particulièrement aux Etats-Unis ne constituent pas un nouveau paradigme de la science administrative. Dans son analyse, il met en parallèle d’un côté la dynamique de construction étatique et les principes fondamentaux du paradigme bureaucratique (modèle wébérien), et, de l’autre côté, l’évolution vers un capitalisme global et les réformes administratives et étatiques actuelles. Au travers de cette comparaison, il souligne comment deux concepts fondamentaux, la démocratie et la nation (en tant qu’Etat-nation), restent aujourd’hui encore les piliers incontournables de l’appareil étatique et administratif. Le nouveau modèle de gestion publique, en ne tenant pas compte de ces deux variables essentielles, trouve là sa plus grande faiblesse et conduit l’auteur à affirmer que nous ne pouvons pas le qualifier de nouveau paradigme. La fragilité de ce nouveau type de réformes est également démontrée au travers d’une analyse de ses principes et de ses applications dans les différents Etats. La solution des difficultés de gestion publique actuelles réside, selon Lynn, dans la redécouverte du rôle de la loi et de principes fondamentaux tels que la responsabilité de l’administration vis-à-vis des citoyens et les valeurs liées au concept de « démocratie ». Ce n’est qu’à cette condition qu’il sera possible de dégager de meilleures approches pour améliorer le fonctionnement de l’appareil étatique et administratif.

Perspectives comparées et études de cas

19Enfin, un courant important de la littérature passe en revue différentes expériences nationales. Plusieurs ouvrages proposent une approche comparative (Jan-Erik Lane, l’OCDE, Ernst Buschor et Kuno Schedler). L’ouvrage dirigé par Lane offre une approche plus académique et moins partisane des réformes du secteur public actuellement en cours sur le continent européen. Buschor et Schedler se sont spécialisés dans le domaine des outils de mesure de performance déjà appliqués dans différents pays et domaines du service public. D’autres tentent de faire le bilan d’expériences précises, en Grande-Bretagne (Ewan Ferlie et al), aux Etats-Unis (Laurence Lynn) et en Nouvelle-Zélande (Jane Kelsey).

20Le problème ne réside-t-il pas finalement dans notre manière d’aborder la réforme du secteur public ? Telle est la question qui sous-tend l’ouvrage dirigé par Lane, au travers d’une étude comparative des différentes réformes du secteur public en Europe ainsi qu’au Canada. Il s’agit dans un premier temps de montrer que le cadre « classique » d’élaboration et d’analyse des réformes du secteur public, développé par l’école de Chicago, échoue dans sa tentative d’apporter une compréhension globale de tels processus. En d’autres termes, il s’agit de montrer comment la recherche d’une plus grande efficience dans la gestion publique, le plus souvent basée sur une recherche d’équilibre entre coûts et bénéfices, ne peut se résumer aux seules opérations de dérégulation, privatisation et marketisation. Puis, dans un deuxième temps, l’ouvrage souligne la grande diversité qui existe entre les différentes politiques elles-mêmes comme entre les résultats qu’elles ont obtenus. La démonstration s’appuie donc sur l’analyse d’expériences nationales variées (Scandinavie, Pays-Bas, Allemagne, Europe centrale, France, Espagne, Grande-Bretagne). Enfin, quatre chapitres plus théoriques examinent la question du statut des gouvernements locaux, de la décentralisation, des politiques de recherche de compétitivité et du statut des public joint stock companies.

21Le fait que l’OCDE, comme la Banque mondiale après elle, ait choisi d’axer ses recherches sur les nouvelles pratiques de la gestion publique reflète avant tout l’évolution de la conjoncture politico-économique internationale et les interrogations qui y sont liées. Ce rapport fait état des diverses réformes qui ont été expérimentées, met en relief les cas dans lesquels ces pratiques se sont révélées prometteuses et souligne les problèmes qui continuent à se poser. La première partie de l’ouvrage présente une évaluation d’ensemble des réformes, le contexte et les pressions qui s’exercent en leur faveur, ainsi que les principales orientations prises par les pays membres (chapitres 2 et 3). Les chapitres 4 à 11 resserrent la perspective et approfondissent l’analyse. Les chapitres 12 et 13 traitent respectivement de la gestion des programmes de réforme (rythme, capacité et responsabilité) et des grandes questions soulevées par les changements introduits dans la gestion de l’administration en suggérant des priorités pour leur poursuite. Enfin, la deuxième partie examine de façon plus détaillée des programmes de réformes spécifiques introduits dans des domaines précis.

22Buschor et Schedler abordent principalement les questions en lien avec le performance measurement et le public sector accounting dans une perspective internationale. Ils proposent une étude des principaux outils utilisés pour augmenter l’efficience des services publics et des premières expérimentations pratiques en ce domaine. Ainsi, il apparaît que si les progrès en matière de comptabilité et de mesure des performances demeurent essentiels, ils ne sont pas les seuls éléments prérequis pour un gouvernement efficient et une politique réussie. En effet, la mise en place réussie du new public management requiert de la part des hommes politiques et de l’administration publique ainsi que de la part des divers acteurs un processus d’apprentissage extensif. L’exemple des pays ayant déjà introduit ce processus met en évidence que leurs efforts n’ont pas été vains et qu’au contraire ils ont été une des conditions indispensables à la réussite de cette entreprise. Enfin, l’ouvrage aborde de manière pragmatique le champ plus technique de la comptabilité avancée et des mesures de performance, au travers d’exemples pris dans les pays du Commonwealth et de l’Union européenne, mais aussi en Russie, au Japon et bien sûr en Suisse.

23L’émergence de la nouvelle gestion publique est-elle un phénomène typiquement britannique ou faut-il y voir un modèle transposable ailleurs ? Telle est la question de départ de Ferlie et de ses collaborateurs. Leur ouvrage procède à une analyse des changements qui sont apparus dans l’organisation et la gestion des services publics en Grande-Bretagne durant les quinze dernières années, et plus particulièrement dans le domaine de la santé. Les auteurs ont axé leurs travaux autour de trois thèmes principaux : le transfert des modèles issus du privé vers le secteur public, la gestion des changements dans le secteur public et, enfin, la réorganisation et le changement du modèle lui-même. Ils s’attachent aussi à l’analyse de la nature du processus de changement au sein du service public britannique, à la caractérisation des quasi-marchés, au rôle changeant des local boards ainsi qu’aux conséquences possibles pour chaque catégorie professionnelle. En dernier lieu, l’ouvrage aborde la question polémique de la transparence des activités de l’administration. En ce sens, ce travail contribue au développement d’une typologie générale des différents modèles de new public management.

24L’article de Lynn présente sous un angle critique les principales réformes apportées aux Etats-Unis dans la gestion des affaires publiques. L’auteur reprend les étapes fondamentales qui ont conduit le gouvernement américain à transférer progressivement des tâches incombant au gouvernement central vers les collectivités locales et régionales et à opérer des transformations dans l’appareil étatique et administratif. Il montre notamment les difficultés et les problèmes apparus dans le transfert de compétences et dans l’adoption d’une gestion publique « entrepreneuriale ». Pour ce faire, il illustre son propos par deux exemples concrets : celui de la Ville de Chicago et celui de l’Etat de l’Illinois. L’auteur milite en faveur du développement d’un environnement plus créatif et moins basé sur des principes ou des valeurs dérivant directement du secteur privé. Il montre également la nécessité d’avoir une véritable réflexion sur cette problématique. En effet, une simple transposition des méthodes de gestion entrepreneuriales dans le secteur public, un transfert massif du public vers le privé ou encore un transfert du centre vers la périphérie pourraient avoir des conséquences négatives, notamment pour les citoyens. Lynn propose en conclusion un plan en quatre points pour « réinventer le gouvernement », en renforcer le leadership en le rendant plus fort et plus dynamique, et mieux à même de reconnaître les vrais intérêts nationaux.

25Pendant les douze dernières années, la Nouvelle-Zélande a été l’objet d’un des programmes de restructuration néolibérale des plus radicaux. Spécialiste de la question, Kelsey se livre ici à une analyse critique de cette réforme. Si elle ne discute pas le caractère nécessaire de cette restructuration, elle critique néanmoins la manière dont celle-ci a été effectuée. Ainsi, elle montre comment les architectes de cette politique ont tenté d’adapter la Nouvelle-Zélande à un modèle théorique, sans prendre en compte les spécificité locales. Cependant, elle n’en reconnaît pas moins les répercussions positives pour le système néo-zélandais, telles que la mise en place d’un processus de décentralisation ou le fait que certains services publics (santé et éducation) sont désormais plus orientés vers les besoins des usagers. Malgré tout, elle constate que le miracle économique néo-zélandais n’aura été que de courte durée, contrairement aux prévisions initiales des économistes. Et si personne aujourd’hui ne souhaite un retour en arrière, le chemin vers un système idéal risque d’être encore long.

Bibliographie

François Chesnais, La mondialisation du capital Syros, Paris, 1996

David Marsland, Welfare or Welfare State? Contradictions and Dilemmas in Social Policy St. Martin’s Press, London, 1996

Will Hutton, The State We’re In Vintage, London, 1996

Paul Krugman, Peddling Prosperity Norton, New York, 1994

Kuno Schedler, Ansätze einer Wirkungsorientierten Verwaltungsführung Paul Haupt Verlag, Bern und Stuttgart, 1995

Christopher Hood, « The “New Public Management” in the 1980s: Variations on a Theme » Accounting, Organizations and Society, 20 (2-3), 1995, pp. 93-109

David Osborne et Ted Gaebler, Reinventing Governement: How the Entrepreneurial Spirit Is Transforming the Public Sector Plume Book, New York, 1993

E.S. Savas, Privatization: The Keys to Better Governement Chatam House, Chatam (NJ), 1987

Donald F. Kettl, Sharing Power : Public Governance and Private Markets The Brookings Institution, Washington D.C., 1993

Ronald C. Moe, « The Reinventing Governement Exercise: Misinterpreting the Problem, Misjudging the Consequences » Public Administration Review, March-April 1994, pp. 111-122

Ronald C. Moe et Robert S. Gilmour, « Rediscovering Principles of Public Administration: The Neglected Foundation of Public Law » Public Administration Review, March-April 1995, pp. 135-144

Laurence E. Lynn, « Dividing the Job: Intergovernmental Dimension » The Public Manager, Fall 1992, pp. 7-10

Jan-Erik Lane (ed.), Public Sector Reform: Rationale, Trends and Problems Sage, London, 1997

OCDE, La gestion publique en mutation. Les réformes dans les pays de l’OCDE OCDE, Paris, 1995

Ernst Buschor et Kuno Schedler, Perspectives on Performance Measurement and Public Sector Accounting Paul Haupt Verlag, Bern et Stuttgart, 1994

Ewan Ferlie, Andrew Pettigrew, Lynn Ashburner et Louise Fitzgerald, The New Public Management in Action Oxford University Press, Oxford, 1996

Laurence E. Lynn, The New Public Management as an International Phenomenon: Question of an American Skeptic Paper prepared for the conference on the New Public Management in International Perspective, St. Gallen, July 1996, 15 p.

Jane Kelsey, Economic Fundamentalism Pluto Press, London, 1997

Notes

1 U.S. Executive Office of the President, National Performance Review, From Red Tape to Results: Creating Government That Works Better and Costs Less, U.S. Govt. Print. Off., Washington, 1993.

Auteurs

Assistante, département de science politique, Faculté des sciences économiques et sociales, Université de Genève.

Assistante, département de science politique, Faculté des sciences économiques et sociales, Université de Genève.

Assistante, département de science politique, Faculté des sciences économiques et sociales, Université de Genève.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search