Version classiqueVersion mobile

La pensée comptable

 | 
Marc Hufty

Paroles

Du fordisme au toyotisme : l’Etat japonais en question

Paul Jobin

Texte intégral

1Malgré la récente « crise asiatique » et malgré les problèmes de l’Etat japonais depuis 1989, année où le Ministère des finances reconnaissait l’existence de la bulle financière, le modèle japonais de l’Etat développeur continue d’intéresser ceux qui cherchent des alternatives au néolibéralisme. Cet intérêt est légitime mais réclame une grande prudence, voire une complète remise en question de notre approche du problème. Car sous prétexte du besoin urgent de contrer la vision de l’Etat véhiculée par le néolibéralisme, nous avons tendance à nous crisper sur des formules telles que l’Etat développeur, l’Etat régulateur, l’Etat-providence, etc. Nous nous raccrochons à ces formules et à leurs modèles parce que nous bornons notre réflexion sur l’Etat à une réflexion sur le rapport entre gouvernement et entreprises. Cette fascination pour les élites et leur littérature nous maintient dans une obsession de l’économique. Pour sortir de cette fascination et renouveler notre vision du rôle de l’Etat dans le développement, peut-être faut-il d’abord nous laisser interroger en profondeur par ceux qui parlent depuis le bas de la société.

2Au Japon, depuis les années 60, le mouvement contre la pollution industrielle a rassemblé différentes formes de résistance au « développementalisme » forcené de l’Etat et des entreprises. Ce mouvement a largement contribué à la mise en place de nouvelles institutions d’Etat telles que l’Agence pour l’environnement en 1971. Parallèlement au mouvement contre la pollution, le mouvement syndical a trouvé un nouveau souffle avec l’arrivée de travailleurs immigrés au Japon dans les années 80. Bien que très minoritaires, des petits syndicats indépendants accueillent ces travailleurs immigrés et contribuent ainsi à esquisser une nouvelle approche des conflits sociaux et, par ce biais, de l’Etat et du développement.

Le modèle japonais de l’État développeur

  • 1 Dans le rapport du symposium (Université des Nations Unies, 1994), voir « Africa and Orthodox Struc (...)

3En octobre 1993, à Tokyo, s’est tenu, au siège de l’Université des Nations Unies (section japonaise de l’ONU), un symposium sur le développement africain organisé par le Ministère des affaires étrangères japonais. Nonobstant la présence de certains représentants de la Banque mondiale, le Nigérian Adebayo Adedeji a critiqué très vigoureusement la politique des ajustements structurels imposés par la Banque mondiale aux pays africains. A la place du modèle libéral prôné par la Banque, Adedeji estimait que les Africains devraient étudier le modèle japonais dit du « vol des oies sauvages »1.

  • 2 Entretien avec Yamazawa à Tokyo en mai 1997. Voir Yamazawa (1990 ; 1995). Pour une explication déta (...)

4Le modèle de développement en forme de vol d’oies sauvages fut élaboré par l’économiste japonais Akamatsu Kaname. Après des études en Allemagne dans les années 20, Akamatsu poursuivit les travaux de Kondratiev sur les cycles d’expansion et de ralentissement, et, en étudiant l’histoire du Japon depuis 1868, finit par mettre au point un modèle de développement mondial qui insistait sur le rôle de l’Etat. Yamazawa Ippei, ancien élève d’Akamatsu à l’Université d’Hitotsubashi à Tokyo et aujourd’hui professeur d’économie dans la même université, poursuit les travaux d’Akamatsu et propose ce modèle de développement pour l’Asia Pacific Economie Coopération (APEC). Dans ce sillage, le développement en vol d’oies sauvages est devenu une sorte de logo du modèle japonais de développement et de sa progéniture, le modèle asiatique de développement2.

5En japonais, l’expression la plus courante pour parler d’Etat développeur, kaihatsu kokka, vient en fait de l’anglais developmental state. Elle s’est répandue dans la littérature économique après la parution de MITI and the Japanese Miracle de Chalmers Johnson (1982 ; voir aussi Faure in : Bouissou, 1997, pp. 115-131) ; l’auteur y vante les mérites de la bureaucratie japonaise pour avoir su industrialiser la nation et lui éviter la dépendance technologique envers l’Occident. Ce livre a eu beaucoup d’impact au Japon ainsi que sur des Américains cherchant en Asie des alternatives au néolibéralisme : c’est le cas de Robert Wade (1990) et d’Alice Amsden (1989). Comme Yamazawa, ils écrivent eux aussi l’histoire de la diffusion du modèle japonais de l’Etat développeur en Asie, en insistant sur Taïwan et sur la Corée du Sud et en prenant soin d’analyser toutes les variantes existant entre les miracles japonais, taïwanais et coréen.

  • 3 Voir par exemple Watanabe (1992). En ce qui concerne la Chine et la Banque mondiale, voir notamment (...)
  • 4 Entretien avec Hosono à Tokyo en mai 1997. Voir Hosono (1997, pp. 119-145 ; 1995).
  • 5 Johnson, 1995, pp. 312-315. Voir aussi Jomo (1994) ; Stanley (1988, pp. 232-244) ; Demélas-Bohy et (...)

6Sans le déclarer ouvertement, ces auteurs tendent à présenter la Chine comme l’élève le plus prometteur du modèle japonais de l’Etat développeur. Mais ils sont en même temps inquiets de cette nouvelle puissance économique. On retrouve à la Banque mondiale un écho de cette fascination tantôt admirative, tantôt angoissée3. En dehors de la Chine, c’est vers l’Amérique latine qu’ils rêvent d’exporter le modèle japonais, soit à travers les descendants d’immigrés japonais, soit à travers l’APEC dont sont membres le Chili, le Mexique et le Pérou. Après la catastrophe financière du Mexique en 1994 et la décevante performance économique du Pérou de Fujimori, les adeptes du modèle japonais misent sur le Chili dont ils voudraient faire le leader du « vol des condors »4. Ces économistes aiment les belles images. On peut être tenté d’ironiser sur leur modèle qui fait voler les tigres, les dragons, les condors et les jaguars à la suite des oies sauvages. Ce qui est moins drôle, c’est le silence que dans ces pays l’Etat impose à ceux qui ont une autre idée du développement. En 1995, de la même façon qu’Adedeji, Johnson reprenait son modèle japonais de l’Etat développeur pour critiquer vigoureusement la politique du FMI et de la Banque mondiale, en se réjouissant que des chefs d’Etat tels que Mahatir se soient mis à l’école du développement japonais. Mais des chercheurs moins enthousiastes que Johnson ont signalé comment ce modèle japonais servait surtout d’alibi à des politiques autoritaires telles que celles de Mahatir en Malaisie, de Lee Kuanyew à Singapour et de Fujimori au Pérou5.

  • 6 Entretiens avec Yamazawa Ippei et Watanabe Toshio à Tokyo en mai 1997. Voir World Bank (1993).

7Au cours des années 80, les adeptes du modèle japonais de l’Etat développeur se sont mis à contester activement le néolibéralisme anglo-américain de la Banque mondiale. Ils reprochaient à cette dernière d’ignorer l’histoire contemporaine du Japon et de l’Asie orientale, et de nier le rôle moteur de l’Etat dans le développement. Le gouvernement japonais a alors financé un projet de recherche qui donna lieu à un colloque à Tokyo en janvier 1993 et dans la foulée, à la publication de East Asian Miracle6. Le Rapport annuel 1997 de la Banque, paru avant la crise asiatique et précisément consacré à l’Etat, s’inscrit bien dans la continuité de East Asian Miracle. Avec l’actuelle « crise asiatique », il est à prévoir que les prochains rapports de la Banque renieront ou modéreront les louanges faites à l’égard du « miracle asiatique ». Quoi qu’il en soit, les partisans du modèle japonais de l’Etat développeur auront eu le mérite de replacer le rôle de l’Etat dans le débat sur le développement. Ils auront eu aussi le mérite de renvoyer les théoriciens néolibéraux à l’étude de l’histoire.

8Mais de quelle histoire s’agit-il ? La guerre de Corée et la guerre du Vietnam y sont vues comme des mannes providentielles pour le Japon et Taïwan (le malheur des uns fait le bonheur des autres). Les dictatures en Corée et à Taïwan étaient de moindres maux puisqu’elles ont permis le développement. C’est aussi de cette façon qu’est présentée la pollution industrielle : un accident de parcours, ou un prix de toute manière nécessaire à payer pour se développer. Le modèle japonais de l’Etat développeur et ses variantes ne font que reproduire sous une autre forme le primat de l’économique des modèles de développement occidentaux. Car l’économisme que ce numéro des Cahiers de l’IUED a choisi d’appeler la pensée comptable ne se limite pas à une culture ou à une idéologie particulière. Nous qui critiquons le néolibéralisme, nous sommes aussi marqués à notre insu par une obsession de l’économique. Comment repérer et dompter cette obsession ?

Un regard sur la pollution industrielle au Japon

9Le regard de Ui Jun sur la pollution industrielle au Japon peut nous y aider. Ingénieur diplômé de l’Université de Tokyo, Ui fut enseignant dans cette même université où il a animé à partir de 1970 des forums indépendants sur la pollution industrielle. Grâce à ces forums où elles pouvaient s’exprimer, les victimes de la pollution ont fait connaître leur combat dans tout le Japon. Les victimes du mercure à Minamata en particulier ont fortement marqué les consciences. Ui, qui se bat toujours à leur côté, s’est « exilé » à l’Université d’Okinawa en 1986 pour pouvoir dire encore plus librement ce qu’il pense.

10Contrairement au discours xénophobe de certains postmodernes et écologistes japonais, Ui n’est pas nostalgique de la période de « fermeture » du Japon (1637-1868). Pour lui, le Japon devait changer, mais il refuse d’oublier que les moyens de ce changement sont devenus des fins en soi, produisant ainsi une incroyable destruction de l’environnement et une répression extensive des droits de l’homme. De l’ère Meiji à 1945, l’Etat a utilisé l’armée et la police pour réprimer la population qui manifestait contre la pollution industrielle. Ce fut le cas tant au Japon que dans ses colonies : Taïwan, Corée, Mandchourie. La destruction de l’environnement et le mépris des droits de l’homme ne se sont pas arrêtés avec la défaite du régime militaire en 1945. Le gouvernement japonais a simplement changé de tactique : juristes et experts scientifiques se sont substitués à l’armée pour étouffer les mouvements de protestation. A partir des années 70, les usines japonaises ont commencé à « délocaliser » la part la plus polluante de leur production dans des pays tels que la Corée ou les Philippines dont la législation antipollution était encore plus laxiste qu’au Japon. C’est pourquoi, alors que le mouvement contre la pollution industrielle au Japon commençait seulement à remporter ses premières victoires, les forums indépendants sur la pollution organisés par Ui à l’Université de Tokyo s’engagèrent aussi dans des campagnes contre « l’exportation de la pollution ».

11Si l’Etat reconnaît aujourd’hui que c’est essentiellement sous la pression des mouvements de citoyens (jûmin undô) que fut créée en 1971 l’Agence pour l’environnement (kankyôchô), il n’en reste pas moins qu’elle a surtout servi à camoufler la réalité sous un jargon sophistiqué. Ui a constaté comment, sous prétexte d’objectivité scientifique, la position neutre des chercheurs a le plus souvent masqué leur soumission à l’Etat et aux entreprises. Pour contrer cette complicité des scientifiques avec le pouvoir, d’autres chercheurs tels que Ui ont risqué leur carrière en encourageant les victimes de la pollution à prendre la parole.

  • 7 Entretien avec Ui à Tokyo en avril 1997. Voir Ui (1991, pp. 3-84 ; 1988, pp. 12-16). Il n’existe po (...)

12Opprimés et oppresseurs ont une façon différente de voir la pollution industrielle. Les victimes de la pollution s’efforcent d’en percevoir les conséquences sur toute la vie d’un individu et d’une communauté. Les pollueurs veulent au contraire segmenter les conséquences de la pollution afin de diviser la communauté des victimes, s’innocenter et maintenir le statu quo. C’est ainsi que certaines victimes se laissent soudoyer par les pollueurs tandis que d’autres réclament bien plus qu’une indemnité : la reconnaissance des maux dans leur complexité et leur totalité. Ce faisant, elles luttent aussi pour leur dignité. C’est parce qu’elles souhaitent épargner à d’autres peuples ce type de développement que les victimes du mercure à Minamata ont fait de leur cause un symbole de la pollution industrielle au Japon. En partageant nombre de leurs combats, Ui montre avec pudeur leurs difficultés et leur détermination face à un Etat qui protège les entreprises pollueuses et une société qui les accepte par peur, par inertie ou par « consensus »7.

  • 8 André L’Hénorêt (1993). Ce livre a même été traduit en japonais en 1994 et en espagnol en 1996. A p (...)

13L’expression de « consensus japonais » qui sévit depuis les années 70 dans la littérature sur le Japon est un argument culturaliste qui va de pair avec l’obsession économique. Il n’y a pas plus de consensus au Japon qu’ailleurs : le conflit anime la société japonaise autant que les autres. C’est ce que montre simplement et magnifiquement le témoignage d’André L’Hénorêt, qui a vécu dix-neuf ans à Kawasaki dont dix ans comme prêtre-ouvrier dans des petites entreprises de sous-traitance. Il m’a incité à retourner à Kawasaki pour observer comment les aspirations du mouvement contre la pollution pouvaient rejoindre celles du mouvement syndical8.

Résistance au développementalisme à Kawasaki

  • 9 En 1982, alors que commençait le procès à Kawasaki, Johnson (1982, pp. 22 et 283-285) expédiait de (...)

14Kawasaki est une ville de 1,2 million d’habitants. C’est le port et la banlieue industrielle de Tokyo, un des poumons du « miracle japonais ». Le 25 décembre 1996, dans le tribunal de Kawasaki, après quatorze ans et neuf mois de procès, 14 grandes entreprises (raffineries de pétrole, compagnies d’électricité, industries chimiques et sidérurgiques) acceptaient de demander officiellement pardon aux 412 plaignants malades de la pollution atmosphérique et de leur verser 3,1 milliards de yens d’indemnités. Sur une photographie, on peut voir les 14 représentants de ces entreprises s’incliner respectueusement devant les victimes. Mais le gouvernement a refusé de suivre leur exemple : ni dédommagement ni excuses, alors qu’il fut largement complice du comportement des entreprises. Il importe de se demander quelle a été la responsabilité du MITI (Ministry of International Trade and Industry), le grand acteur du « miracle japonais » décrit par Chalmers Johnson9. Et il importe aussi de se demander ce qui a motivé la demande de pardon par les responsables de ces grandes entreprises de Kawasaki au terme du procès. Est-ce qu’ils s’y sont résolus parce qu’ils ont enfin été touchés par la souffrance des victimes, ou bien parce qu’ils ne pouvaient plus continuer à faire la sourde oreille sans risquer de nuire à l’image de marque et le cours de l’action de leur entreprise ? Ont-ils vraiment modifié leur pratique ? Ne cherchent-ils pas à délocaliser cette pollution dans d’autres pays d’Asie, comme l’ont déjà fait plusieurs entreprises ?

15Contrairement à ce qu’affirme un petit encart dans le Rapport 1997 de la Banque mondiale (p. 82), la pollution industrielle est loin d’être un problème résolu à Yokohama, ville mitoyenne de Kawasaki. Plus d’une dizaine de villes du Japon sont encore directement concernées par les effets de la pollution atmosphérique. A Kawasaki, la plainte de ce procès avait été déposée en 1982 par un premier groupe de 114 malades décidés à mettre un terme à la pollution atmosphérique provoquée par les usines. Parmi ce premier groupe de plaignants se trouvait Edouard Brzostowski, un prêtre catholique d’origine franco-polonaise, au Japon depuis 1963. En 1971, il a rejoint André L’Hénorêt à la paroisse d’Asada dans un quartier ouvrier de Kawasaki. Dès la fin de sa première année à Kawasaki, Brzostowski était gravement atteint par la pollution et en 1974, il fut le premier étranger à obtenir le statut de « malade pollué ». Dans le cas de la pollution atmosphérique, pour obtenir ce statut, il faut avoir vécu au moins trois ans dans une des 41 zones reconnues polluées par le gouvernement, et avoir, pendant deux ans au moins, manifesté des symptômes d’asthme, de bronchite chronique ou d’emphysème pulmonaire. La sévérité de ces conditions fait que le nombre des malades ayant obtenu le statut de pollué ne représente qu’une petite minorité des personnes souffrant de ces symptômes.

16Parmi les plaignants se trouvait aussi Murayama Satoshi. Murayama est aujourd’hui responsable pour la préfecture de Kanagawa (la région de Kawasaki et de Yokohama) d’un petit syndicat indépendant, City Union, qui ne compte que 10’000 membres pour tout le Japon. A travers Murayama, le combat contre la pollution atmosphérique rejoint le mouvement syndical. Ce n’est pas toujours le cas : à Minamata, les victimes du mercure ont même été tabassées par des ouvriers syndiqués de Chisso, l’usine qui déversait le mercure dans la mer.

  • 10 Entretien avec Murayama à Kawasaki en mai 1997. City Union participe ainsi avec des grandes central (...)

17Il est révélateur pour le milieu syndical au Japon, mais peut-être aussi ailleurs, que la moitié des membres de City Union (section de Kanagawa) soient de jeunes immigrés venus de Corée, de Chine, du Pakistan, du Brésil, du Pérou, de Bolivie, etc. City Union est un des rares syndicats au Japon à les accueillir au même titre que des ouvriers japonais. Murayama et son équipe les aide à se battre pour limiter les heures supplémentaires, ou du moins faire en sorte qu’elles soient payées. Ils doivent aussi lutter constamment pour faire reconnaître les accidents du travail auprès du tribunal ou du bureau de la législation sur le travail. Ce qui est frappant, c’est aussi leur façon de se battre. Ils ne diabolisent pas l’employeur ou l’Etat mais ils les harcèlent avec dignité et résolution jusqu’à obtenir un compromis satisfaisant ; leur ton n’est pas polémique, mais digne et résolu. Ils ne rejettent pas non plus les grandes centrales syndicales qui ont tendance à « jaunir » mais ils les invitent à changer leur regard et leurs priorités, notamment en ce qui concerne le sort des travailleurs immigrés10.

18A Kawasaki, City Union est aussi le seul syndicat qui se risque à défendre les ouvriers journaliers du quartier de Kotobuki. Ils travaillent pour le port de Yokohama et les grandes firmes de construction mais pour être recrutés, ils doivent passer par la mafia de Kawasaki (Inagawakai, un des clans importants au Japon). Pour une journée d’ouvrier, le port et les entreprises de construction versent environ 15’000 yens à la mafia, qui en prélève 5000 avant de donner les 10’000 restants à l’ouvrier. Lorsqu’il y a un accident du travail, le port et les entreprises de construction laissent à la mafia le soin de régler le contentieux avec l’ouvrier. Dans ce cas, il n’y a que Murayama et ses amis pour aider les ouvriers à ne pas se laisser impressionner et à réclamer leur dû auprès de l’employeur. De sorte que le port, les entreprises de construction et la mafia ont Murayama et le syndicat dans le collimateur. En 1996, Murayama a dû être hospitalisé après avoir été battu à coups de batte de base-ball par des membres de la mafia qui lui reprochaient de défendre un travailleur coréen. L’Etat est largement complice de cette mafia. Cette « corruption structurelle » qui fait régulièrement la une des journaux depuis l’affaire Lockheeds, Chalmers Johnson (1995, le chapitre sur Tanaka Kakuei) la décrit avec complaisance sous prétexte qu’elle a aussi permis le développement. Une telle complaisance est impossible si on sort des analyses macroéconomiques. Pour les plus démunis, cette corruption structurelle implique une violence quotidienne dans les relations de travail.

19Et c’est cette même corruption qui retarde la résolution des procès contre la pollution industrielle.

Résistance aux modèles de gestion

  • 11 L’école de la régulation analyse en détail ce passage du fordisme au toyotisme. Voir par exemple le (...)
  • 12 Entretiens avec Kamata à Tokyo en avril 1997 et à Paris en décembre 1997. En français, voir Kamata (...)

20C’est pourquoi, parallèlement au mouvement contre la pollution industrielle, le mouvement syndical indépendant ne cesse de remettre en cause les entreprises et l’Etat qui les protège. La gestion à flux tendus, le système zéro défaut, le kanban system, le kaizen, etc., ont été présentés comme l’expression d’un modèle japonais de gestion à partir des années 70. En fait, ce modèle de gestion n’est jamais qu’une extension, un « perfectionnement » du système de production américain11. Et ce modèle a continué de se diffuser en prenant différentes tonalités non seulement dans les autres pays d’Asie, mais aussi en Amérique du Nord et en Europe. Or, du fordisme au toyotisme et à ses dérivés, l’homme est toujours réduit à sa dimension économique. C’est ce que montrent les reportages de Kamata Satoshi. Depuis les années 60, Kamata approche les marginaux du développement : des ouvriers qui triment pour des salaires dérisoires, des enfants saturés de compétition, des cols blancs ou des ouvriers mis sur la touche. En élargissant progressivement son champ d’enquête du Japon à l’Asie, puis aux Etats-Unis et même au Mexique, Kamata nous indique une issue de la polémique : il ne s’agit pas de préférer le modèle japonais au modèle américain, ou l’inverse, mais de voir en quoi ces modèles, qu’ils prônent un peu plus ou un peu moins d’Etat dans le développement, sont la source des mêmes problèmes12.

21Les témoignages de L’Hénorêt, de Murayama et de Kamata montrent ce qu’implique une gestion qui cache sa violence sous un langage raffiné. Plus on est en bas de la pyramide des entreprises de sous-traitance, plus il est difficile de mener des actions syndicales pour limiter les heures supplémentaires, faire reconnaître les accidents de travail et les effets de la pollution industrielle. Il faut lutter auprès de l’employeur qui craint de perdre des contrats, mais aussi auprès de l’administration de l’Etat qui craint de perdre ses employeurs. Depuis les années 50, l’Etat complice des entreprises ne cesse de parler de la « crise » et de la « lutte pour la survie dans l’arène économique internationale ». C’est ce discours qui maintient le statu quo de l’exploitation et retarde les actions contre la destruction de l’environnement. C’est pourquoi Brzostowski, L’Hénorêt, Murayama et Kamata s’efforcent de mettre en relation les ouvriers japonais avec ceux d’autres pays pour comprendre et démasquer la violence de ce mode de gestion dans ses différentes parures locales. S’agit-il d’une nouvelle internationale ? Peut-être, mais pas sur le mode polémique ; il s’agit d’une lutte résolument non violente, ferme et digne.

Perspectives

22L’obsession de l’économique imprègne tellement nos sociétés qu’il n’est pas facile d’en sortir. Lorsque je faisais des études de gestion dans une université à Yokohama et que j’apprenais les vertus de la gestion à flux tendus, je n’avais pas compris qu’à quelques kilomètres de là, les ouvriers de Kawasaki, continuaient d’en subir les conséquences. J’avais entendu une fois le témoignage de Brzostowski sur le procès en cours à Kawasaki mais les discours des économistes sont plus séduisants. Ils offrent des recettes toutes prêtes pour aider les « pays sous-développés ». Même lorsqu’elles sont contre le néolibéralisme, les élites bien intentionnées oublient que l’enfer est pavé de bonnes intentions. L’action, le regard et la parole d’hommes tels que L’Hénorêt, Brzostowski, Murayama, Kamata et Ui peuvent nous aider à dépasser le ronronnement de nos discours bien-pensants.

23Ils nous montrent qu’il est vain de parler du rôle de l’Etat dans le développement tant qu’on refuse de prendre sérieusement en compte la responsabilité de l’Etat dans la destruction de l’environnement et l’exploitation des ouvriers. L’Etat n’a pas défendu les victimes de la pollution parce que la priorité du développement était la compétition internationale. La rentabilité et la compétitivité des entreprises lui importaient plus que la vie des citoyens. Si les habitants de Minamata et Kawasaki persévèrent depuis tant d’années contre les entreprises et l’Etat qui les protège, c’est moins pour obtenir un dédommagement financier que pour affirmer leur dignité et refuser une caricature de développement imposée par « le haut ». C’est en ce sens qu’il importe de repenser l’Etat et le développement par « le bas » de la société.

Bibliographie

Ampo, 1997, AMPO, Japan Asia Quarterly Review, vol. 27, Nr 3.

Amsden A., 1989, Asia’s Next Giant: South Korea and Late Industrialization, Oxford University Press, New York.

Banque mondiale, 1997, L’Etat dans un monde en mutation. Rapport sur le développement dans le monde 1997, Banque mondiale, Washington D.C.

Bobin F., 1997, « La Chine inspire confiance à la Banque mondiale », in: Le Monde, 19 septembre.

Bouissou J.-M. (dir.), 1997, L’envers du consensus. Les conflits et leur gestion dans le Japon contemporain, Presses de Sciences Po, Paris, 237 p.

Braudel F. (dir.), 1994, Annales : histoire, sciences sociales, mai-juin, Paris.

CESEJ (sous la coordination de Bouissou J.-M. et G. Faure), 1984, Japon, le consensus. Mythes et réalités, Economica, Paris.

Demélas-Bohy M.-D. et Lausent-Herrera I., 1995, « Pérou. Le pouvoir selon Fujimori », in: Problèmes d’Amérique latine, n° 19, octobre-décembre.

Hosono Akio, 1995, APEC to NAFTA : gurôbarizumu to rijonarizumu [APEC et NAFTA, globalisme et régionalisme], Yugaikaku, Tokyo, 271 p.

–, 1997, « The « East Asian Miracle » and Latin America », in: EXIM Review, March, Tokyo.

Johnson C, 1982, MITI and the Japanese Miracle, Stanford University Press, Stanford.

–, 1995, Japan: Who Governs? The Rise of the Development State, W.W. Norton, New York, 384 p.

Jomo K.S. (ed.), 1994, Japan and Malaysian Development: In the Shadow of the Rising Sun, Routledge, London, 374 p.

Kamata Satoshi, 1976, Toyota, l’usine du désespoir (trad. A. L’Hénorêt), Les Editions Ouvrières, Paris.

–, 1982, Japon : l’envers du miracle, Maspero, Paris, 164 p.

–, 1986, Kyôiku kôjô no kodomo tachi [Les enfants de l’usine d’éducation], Kôdansha, Tokyo, 244 p.

–, 1987, Ajia zetsubô kôjô [Asie, usine du désespoir], Kôdansha, Tokyo, 353 p.

–, 1995, Kûdô Nihon, Iwanami, Tokyo, 248 p.

L’Hénorêt A., 1993, Le clou qui dépasse. Récit du Japon d’en bas, La Découverte, Paris, 175 p.

MMTC (Mouvement mondial des travailleurs chrétiens), 1986, Les cercles de qualité et les travailleurs (note d’information), Bruxelles, janvier-février, 14 p.

Sabouret J.-F. (dir.), 1988, L’état du Japon et de ses habitants, La Découverte, Paris.

– (dir.), 1995, L’état du Japon (nouvelle éd.), La Découverte, Paris.

Sautter C, 1996, La France au miroir du Japon : croissance ou déclin, Odile Jacob, Paris.

Stanley T.A., 1988, « Japan as a Model for Economie Development: The Example of Singapore », in: Bernstein G. and H. Fukui, Japan and the World: Essays in Japanese History and Politics, MacMillan, London.

Université des Nations Unies, 1994, Challenges of African Development : Structural Adjustment Policies and Implementation, Université des Nations Unies, Tokyo, 277 p.

Ui Jun, 1988, Kôgai genron [De la pollution industrielle], Akishobo, Tokyo.

–, 1991, Jisshu kôza 15 nen [Quinze ans de forums indépendants sur la pollution industrielle], Akishobo, Tokyo, 501 p.

–, 1992, Industrial Pollution in Japan, United Nations University Press, Tokyo, 198 p.

Wade R., 1990, Governing the Market: Economic Theory and the Role of Government in East Asian Industrialization, Princeton University Press, Princeton.

Watanabe Toshio, 1992, Tôhoku Ajia no shindôtai : NIES ga chûgoku wo kaeru [La nouvelle dynamique de l’Asie nord-orientale : les NIES vont changer la Chine], JETRO (Japan External Trade Organization), Tokyo, 226 p.

World Bank, 1993, East Asian Miracle: Economic Growth and Public Policy, World Bank, Washington DC.

Wu H., 1997, Retour au Laogai. La vérité sur les camps de la mort dans la Chine d’aujourd’hui (trad. de l’américain), Belfond, Paris.

Yamazawa Ippei, 1990, Economic Development and International Trade: The Japanese Model, East-West Center, Honolulu, 270 p.

–, 1995, APEC nyumon : hirakareta chiiki kyoryoku wo mezashite [Introduction à l’APEC : vers une coopération régionale des zones ouvertes], Tôyô Keizai Shinposha, Tokyo, 252 p.

Notes

1 Dans le rapport du symposium (Université des Nations Unies, 1994), voir « Africa and Orthodox Structural Adjustment Programmes : Perception, Policy and Politics », pp. 13-37.

2 Entretien avec Yamazawa à Tokyo en mai 1997. Voir Yamazawa (1990 ; 1995). Pour une explication détaillée du modèle d’Akamatsu, voir Sautter (1996, pp. 59-73).

3 Voir par exemple Watanabe (1992). En ce qui concerne la Chine et la Banque mondiale, voir notamment Bobin (1997, p. 3). Pour une enquête très critique des activités de la Banque en Chine, voir Wu (1997, pp. 240-244 et 343-349) ; Harry Wu a risqué sa vie pour recueillir ces informations.

4 Entretien avec Hosono à Tokyo en mai 1997. Voir Hosono (1997, pp. 119-145 ; 1995).

5 Johnson, 1995, pp. 312-315. Voir aussi Jomo (1994) ; Stanley (1988, pp. 232-244) ; Demélas-Bohy et Lausent-Herrera (1995).

6 Entretiens avec Yamazawa Ippei et Watanabe Toshio à Tokyo en mai 1997. Voir World Bank (1993).

7 Entretien avec Ui à Tokyo en avril 1997. Voir Ui (1991, pp. 3-84 ; 1988, pp. 12-16). Il n’existe pour l’instant qu’une traduction en langue occidentale des ouvrages écrits ou dirigés par Ui (1992). Pour une présentation générale et succincte en français de la pollution industrielle au Japon, voir Sabouret (1988, pp. 59-61 ; 1995, pp. 116-119) ainsi que AMPO (1997), qui fait le point sur le combat de Minamata aujourd’hui.

8 André L’Hénorêt (1993). Ce livre a même été traduit en japonais en 1994 et en espagnol en 1996. A propos de la notion de consensus, voir aussi Bouissou (1997) et CESEJ (1984).

9 En 1982, alors que commençait le procès à Kawasaki, Johnson (1982, pp. 22 et 283-285) expédiait de façon lapidaire la responsabilité du MITI dans la pollution industrielle, et il n’est pas revenu sur la question dans Japan : Who Governs ? en 1995.

10 Entretien avec Murayama à Kawasaki en mai 1997. City Union participe ainsi avec des grandes centrales syndicales au comité de publication du livre blanc sur les droits des travailleurs étrangers (gaiko-kujin rôdôsha kenri hakusho henshû iinkai). Pour un aperçu général de l’histoire du mouvement syndical au Japon, cf. l’article d’André L’Hénorêt in: Sabouret (1995, pp. 268-269).

11 L’école de la régulation analyse en détail ce passage du fordisme au toyotisme. Voir par exemple les actes du colloque « Capitalisme japonais et crise contemporaine. Recherches récentes », Ecole polytechnique, Paris, 16-18 décembre 1996. Voir aussi « Le modèle japonais d’organisation du travail », pp. 503-593, in : Braudel (1994) ; et MMTC (1986).

12 Entretiens avec Kamata à Tokyo en avril 1997 et à Paris en décembre 1997. En français, voir Kamata (1976 ; 1982). En japonais, Kamata est l’auteur de plus de 80 livres (voir en particulier 1987, 1986). En ce qui concerne les Etats-Unis et le Mexique, voir Kamata (1995).

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search