Version classiqueVersion mobile

Monnayer les pouvoirs

 | 
Giorgio Blundo

Paroles

Corruption, développement économique et changement politique : le facteur KKN dans la crise indonésienne

Jean-Luc Maurer

Texte intégral

  • 1 Sur l’ascension au pouvoir de Suharto et la manière dont il l’a conservé si longtemps, voir notamme (...)
  • 2 Pour avoir une bonne idée des doutes qui pouvaient encore régner quelques semaines avant la démissi (...)

1Le 21 mai 1998, suite à des émeutes meurtrières à Jakarta et face à une mobilisation populaire croissante, le président Suharto a démissionné des fonctions qu’il occupait depuis le 11 mars 1967, quand il avait évincé du pouvoir Sukarno, proclamateur de l’indépendance indonésienne le 17 août 1945, et fondé le régime autoritaire de l’Ordre nouveau1. Selon les termes de la Constitution, il fut remplacé sur le champ par le vice-président B.J. Habibie, l’un de ses plus fidèles lieutenants et son fils spirituel proclamé, élu deux mois plus tôt à ses côtés par un Parlement docile qui venait de lui confier, comme d’accoutumée à une unanimité suspecte, un septième mandat successif de cinq ans pour diriger la nation. Bien que le départ précipité de ce militaire vieillissant, dont personne n’osait espérer, après plus de trente années de règne sans partage, qu’il puisse survenir si vite et de manière aussi simple2, ne constitue pas à lui seul un véritable changement de régime, il a le mérite d’avoir sorti le pays de l’impasse politique explosive dans laquelle il s’était enferré par absence d’alternative successorale et d’ouvrir enfin de réelles perspectives pour une démocratisation du pouvoir et de la société indonésienne.

  • 3 Bien que les avis sur l’origine de la crise asiatique soient toujours très controversés, cette opin (...)

2Certes, ce dénouement politique n’aurait pas été aussi rapide sans la crise financière asiatique qui s’est abattue sur l’Indonésie à partir de l’été 1997, la précipitant dans une dramatique récession économique et anéantissant en quelques mois les réels progrès sociaux réalisés en à peine un quart de siècle. Or, si cette crise est d’abord d’origine externe et résulte avant tout d’une libéralisation financière trop rapide effectuée sous une forte pression internationale et ayant favorisé un énorme endettement privé pour la réalisation d’investissements improductifs à but largement spéculatif3, certaines des spécificités internes propres au système politico-financier indonésien en ont aussi constitué une circonstance aggravante non négligeable. D’abord, la crise extérieure en question n’a fait que révéler la vulnérabilité d’un pouvoir autoritaire caractérisé par l’usure et la sclérose, qui n’a pas su ni surtout voulu entreprendre l’ouverture politique que son succès économique et le changement social qu’il avait engendré rendaient pourtant inéluctable. Ensuite, le système bancaire et boursier indonésien, dénué de véritables mécanismes de contrôle rigoureux et fiables, était particulièrement fragile. Enfin, le manque de transparence caractérisant les transactions financières dans le pays et, pour appeler un chat par son nom, la corruption croissante du régime, notamment du président et de sa famille, en ont sapé la légitimité. C’est d’ailleurs précisément au nom de la lutte contre les méfaits du facteur KKN – acronyme (dont les Indonésiens sont friands) qui recouvre les notions de collusion (Kolusi), de corruption (Korupsi) et de népotisme (Népotisme) – que se sont largement organisées les manifestations massives qui ont finalement forcé Suharto à abandonner le pouvoir.

3Il ne faudrait cependant pas en déduire, comme le font un peu rapidement certains observateurs superficiels, que ce sont ces mêmes pratiques relevant du KKN qui ont précipité l’Indonésie dans la crise économique et mis un terme provisoire à son processus de développement. Tant la corruption que le développement ont précédé ladite crise et ils ont même tous deux fait très bon ménage pendant fort longtemps. Pour ce qui est de la corruption, elle est en fait aussi vieille que la convoitise qu’ont suscitée de tout temps chez l’homme les fabuleuses richesses de l’archipel insulindien. Sans remonter aux royaumes indianisés précoloniaux, elle était en tout cas déjà très présente tout au long de la colonisation hollandaise et l’a parfois affaiblie au point d’en saper les bases. Après l’indépendance, même si ce ne fut pas le principal défaut que l’on puisse reprocher à Sukarno, les choses ne se sont guère arrangées à cet égard et, avec l’avènement de l’Ordre nouveau, elles empirèrent singulièrement. Mais cela n’a pas empêché l’Indonésie de se développer à un rythme soutenu ni le niveau de vie de sa population de s’améliorer substantiellement entre la fin des années 60 et le début de la crise récente.

4Certes, cette corruption endémique a progressivement pris des proportions qui l’ont au bout du compte rendue insupportable à une majorité d’Indonésiens, pourtant par tradition fort tolérants en la matière. L’importante aide publique au développement dont a bénéficié depuis 1966 le régime de la part des bailleurs de fonds occidentaux a sûrement accéléré le processus. Mais le moment charnière se situe après 1985, quand la libéralisation économique puis financière croissante a attiré de très gros volumes de capitaux privés dans le pays. De même que le bon sens dicte qu’à toute personne corrompue correspond un corrupteur, l’énorme masse d’argent qui a alors irrigué le tissu économique indonésien y a déclenché un phénomène de corruption systématique d’une envergure inédite. Outre leur nature détestable du point de vue de l’éthique générale et désastreuse d’un point de vue social dans un pays souffrant encore d’une aussi grande pauvreté, ces pratiques ont évidemment eu un effet de coulage important sur l’économie. Cela n’a toutefois pas généré que des conséquences négatives, puisque, à travers la collusion et le népotisme qui l’ont accompagnée, cette corruption a permis l’émergence d’une classe d’entrepreneurs autochtones, certes parasitaire, mais n’en faisant pas moins contrepoids à la toute-puissance du capital sino-indonésien dominant largement l’économie. Aussi scandaleux que cela puisse paraître aux moralistes qui abondent, notamment dans les médias, il faut donc – péché mignon des universitaires qui leur est souvent reproché -approfondir et nuancer quelque peu l’analyse.

5C’est ce à quoi va s’employer cet article. Il s’attachera tout d’abord à replacer le phénomène de la corruption dans le contexte de l’Indonésie, en le relativisant sous l’angle historique et socioculturel, en tentant de le circonscrire d’un point de vue socio-économique quantitatif et qualitatif sous l’Ordre nouveau et en soulignant l’importance sociopolitique qu’il a revêtue dans la montée de la contestation populaire envers le régime. Ensuite, il essaiera de démontrer par le détail que ce facteur aggravant de la crise financière ayant ravagé l’économie et la société indonésiennes a bien précipité la chute de Suharto et continue à être un sérieux handicap pour la relance d’un processus de développement durable dans le pays, son évolution vers une forme plus transparente et responsable de gouvernement et sa démocratisation progressive.

Spécificités et ancienneté de la corruption dans la société indonésienne

  • 4 A ce sujet, voir, dans Wertheim (1964), le remarquable article intitulé « Sociological Aspects of C (...)

6Malgré le développement économique et social rapide des trente dernières années, l’Indonésie, à l’instar de beaucoup d’autres pays asiatiques où l’Etat a émergé très tôt et a joué, bien avant la colonisation, un rôle majeur dans les activités de production agricole et de commercialisation des produits, reste essentiellement caractérisée par une forme de pouvoir étatique de type néopatrimonial et bureaucratique au sens de Weber (1968). Dans un système politique de cette nature, où la distinction entre la sphère publique et privée n’est guère marquée, l’Etat prélève tout naturellement le prix de sa protection et la bureaucratie celui de ses services auprès de la population, du haut en bas de l’échelle administrative4. En fait, des formes de prélèvement datant de l’époque féodale précoloniale perdurent dans l’Etat moderne indépendant. Par ailleurs, la société reste profondément imprégnée des valeurs traditionnelles de solidarité communautaire et familiale communes à toute l’Asie du Sud-Est qui relèvent à l’origine de ce que Scott (1976) a appelé avec inspiration « l’économie morale de la paysannerie » et rendent obligatoires la distribution équitable de la richesse, voire même le « partage de la pauvreté », comme l’a brillamment argumenté Geertz (1963) à propos de Java. Dans un tel contexte, non seulement les pratiques de corruption, de collusion et de népotisme ne sont pas moralement condamnables, comme dans la société moderne occidentale, mais elles sont acceptées, légitimes et même souhaitables. Il est ainsi considéré normal qu’une personne ayant un poste à responsabilités en fasse bénéficier sa parentèle grâce au « piston » ; c’est le contraire qui serait répréhensible. De même est-il couramment admis qu’un fonctionnaire ayant accès à des ressources prélève sa commission, pour autant qu’il en distribue une partie à ses subordonnés. Ce qui compte avant tout, c’est de faire face à ses obligations sociales et de favoriser son entourage en fonction de son rang afin de ne pas perdre la face et d’accroître son prestige. La notion éthique moderne de respect du bien public est étrangère à une conception traditionnelle de ce type où les pratiques de KKN revêtent une dimension presque morale. En l’espèce, c’est bien à cela que font référence les Indonésiens quand ils utilisent l’expression usuelle korrupsi sudah masuk budaya, « la corruption fait déjà partie de la culture », pour reconnaître l’importance du phénomène, et non au cynisme choquant qu’y décèlent souvent les Occidentaux, peu familiers avec les subtilités des usages locaux.

  • 5 Day consacre plusieurs passages aux problèmes de corruption de la VOC. La corruption de la Compagni (...)
  • 6 Ainsi nous dit Furnivall : « At the end of the eighteenth century the Company was outwardly as stro (...)
  • 7 Dans la conclusion du roman, Douwes Dekker dédiait, par une phrase devenue célèbre, son ouvrage à G (...)

7Cela dit, la colonisation occidentale s’est très longtemps fort bien accommodée des pratiques traditionnelles de corruption, de collusion et de népotisme de la société féodale et patrimoniale javanaise. A travers le système d’administration indirecte adopté par les Hollandais, qui imposèrent rapidement leur domination sur l’archipel, elle s’est même employée à les faire fructifier. Ce fut d’emblée le cas du temps de la Compagnie des Indes Néerlandaises (VOC) fondée en 1602 et rapidement gangrenée par une corruption généralisée qui l’amènera à la banqueroute et à la dissolution en 1799. Tous les auteurs qui ont étudié cette période de l’histoire coloniale indonésienne relatent l’ampleur du phénomène. Le premier et le plus célèbre d’entre eux, Sir T.S. Raffles, note déjà, dans sa monumentale histoire de Java publiée en 1817, que c’est purement et simplement par la corruption que les Hollandais réussirent à gouverner. Plus tard, d’autres historiens éminents comme Day (1966)5 ou Furnivall (1939)6 fourniront des analyses encore plus détaillées sur le véritable génie de la « combine » dont firent preuve les fonctionnaires au service de la VOC pour provoquer sa faillite. Ensuite, après les interrègnes de Daendels et de Raffles, au cours desquels les premières bases d’une administration moderne et plus rigoureuse furent jetées en Indonésie, l’Etat hollandais reprit la gestion des affaires coloniales des mains de la défunte Compagnie en établissant, sous l’égide du gouverneur général Van den Bosch, le fameux système de culture (Cultuurstelsel), véritable mise en exploitation systématique de Java, de sa paysannerie et de ses terroirs, qui va amplifier les problèmes de corruption. Comme le montre Sutherland (1979), ce fut d’ailleurs en l’occurrence surtout l’aristocratie traditionnelle javanaise (priyayi), peuplant les rangs de la fonction publique indigène (Pangreh Praja) à travers laquelle les Hollandais gouvernaient leur empire colonial, qui va s’enrichir dans ce processus. Il faut dire que son travail au service du colonisateur n’était pas rémunéré par un salaire mais par le droit qui continuait à lui être reconnu de ponctionner la population, comme du temps de la féodalité. Dilution du sens des responsabilités et sclérose aidant, cela va dégénérer en abus de toutes sortes. Les choses se dégraderont à un point tel qu’un fonctionnaire hollandais subalterne intègre et courageux, du nom de E. Douwes Dekker, considérera de son devoir de dénoncer avec fracas l’exploitation éhontée que la métropole réservait aux Indonésiens dans son fameux Max Havelaar, premier roman de la littérature anti-coloniale, publié en 1860 sous le pseudonyme de Multatuli7. Ce n’est qu’avec l’avènement de la phase dite « éthique » de la politique coloniale, au début du xxe siècle, que la corruption rampante au sein de l’administration publique perdra de son intensité dans l’empire des Indes néerlandaises.

8Après l’indépendance, la corruption va malheureusement reprendre de plus belle. D’une part les pratiques patrimoniales traditionnelles évoquées plus haut n’ont pas disparu comme par enchantement avec l’avènement de la République indonésienne. A vrai dire, tout cela a même pris une tournure violente inédite lors de la guerre de libération nationale qui a ravagé le pays de 1945 à 1949, période troublée pendant laquelle il fut parfois difficile de faire la différence entre les groupes de milices révolutionnaires luttant pour l’indépendance et les gangs armés qui travaillaient pour leur compte et à leur profit, ainsi que cela ressort notamment de la remarquable étude de Cribb (1991). D’autre part, les difficultés nouvelles rencontrées dès 1950 par le gouvernement indonésien pour sauvegarder l’unité politique nationale et lancer le pays sur la voie du développement économique et social vont encore aggraver les choses. Le président Sukarno hérite en effet d’une situation politique explosive et d’une économie totalement sinistrée. Face aux rébellions régionales et tendances centrifuges diverses qui amènent le pays au bord de l’éclatement, il s’appuie de plus en plus sur le pouvoir de l’armée. Pour développer ce vaste archipel et le sortir de sa grande pauvreté, il ne peut guère se passer, compte tenu du nombre dérisoire de personnes qualifiées formées par un colonisateur dont le bilan est particulièrement lamentable à cet égard, de la bureaucratie aristocratique traditionnelle, pourtant largement compromise et corrompue. Or, l’Etat, financièrement exsangue et confronté à des besoins immenses, est absolument incapable de garantir des salaires décents ni même suffisants à ses fonctionnaires et à ses soldats. Ces derniers n’ont donc pas d’autre choix que de perpétuer le système de prélèvements ancré dans la culture administrative du pays. Toutefois, au lieu de pressurer directement la population, comme cela se faisait à l’époque d’une administration coloniale qui fermait les yeux pour autant que ses intérêts ne soient pas affectés, la nouvelle pratique va constituer à piller surtout l’Etat, entité anonyme, bien incapable, du fait de son inexpérience et de sa désorganisation, de pouvoir imposer des contrôles et une discipline en la matière, et peu susceptible, en raison d’un système de complicité généralisé, d’avoir la velléité de se lancer dans une telle entreprise.

  • 8 L’auteur, sans citer nommément l’Indonésie, nous dit notamment : « Ten years ago, when I was in the (...)

9La période se prêtant aux fraudes, la plupart de ceux qui avaient alors accès à des postes où la corruption était possible participèrent donc au coulage systématique de l’économie indonésienne. C’est ainsi que les autorités administratives ou militaires des régions éloignées du pouvoir central ou agitées par des mouvements sécessionnistes, comme Sumatra ou Sulawesi dans la seconde moitié des années 50, se livrèrent à une contrebande de grande échelle en direction de la Malaisie ou des Philippines. Certains gouverneurs ou généraux se sont alors bien sûr déjà immensément enrichis dans ce commerce illégal, mais ils ont habituellement continué à respecter la tradition de redistribution qui rend cette corruption acceptable, arrondissant les maigres salaires des fonctionnaires provinciaux ou payant la solde de leurs soldats. Après l’imposition en 1958 de la « démocratie dirigée » dont Sukarno espérait qu’elle permettrait au pays de trouver sa stabilité politique et de se développer sur le plan économique, les choses continuèrent à empirer. En cette période de difficultés croissantes pour la majorité des Indonésiens, la plupart de ceux qui le pouvaient ont donc aussi continué à sacrifier au népotisme traditionnel qui permet de favoriser l’accès des membre de sa famille ou de son entourage à des postes où il est possible d’arrondir ses revenus officiels. Cela a largement présidé aux procédures de nomination dans l’administration publique, du haut en bas de l’échelle, sapant souvent le moral des gens compétents et honnêtes, mis à l’écart. Bref, selon le sociologue malais Alatas (1975), qui a écrit à ce propos un petit ouvrage aussi pertinent sur le plan méthodologique que sans compromis d’un point de vue moral, le système de corruption est devenu généralisé à cette époque et a non seulement ruiné l’économie du pays, mais également détruit le tissu de la société8. Sans aller comme lui jusqu’à voir dans la corruption un cercle vicieux d’une mécanique inéluctable et encore moins attribuer à ces pratiques le déclenchement de la terrible crise du milieu des années 60 dans une Indonésie alors aussi marquée par une polarisation politique et un marasme économique croissants, il est évident que la dérive enregistrée à cet égard depuis l’indépendance n’y est pas étrangère.

10C’est en effet pour établir une plus grande justice sociale dans un pays où la pauvreté et les inégalités s’aggravaient et dans l’espoir de moraliser la vie politique d’une république ayant perdu son idéal originel que le Parti communiste indonésien, alors troisième au monde par le nombre de ses membres et de ses sympathisants, s’est rapproché de Sukarno. En dehors de ses grandes qualités d’homme d’Etat, auquel l’Indonésie doit sûrement d’avoir pu construire et jusqu’à présent sauvegarder son unité nationale, il était aussi pétri de défauts dont le plus grave a certainement été de ne pas avoir le sens des réalités économiques. Sans en dresser une liste exhaustive, disons qu’il était aussi autoritaire, orgueilleux, vaniteux, appréciait passablement le luxe et par-dessus tout la luxure. Toutefois, il ne semble pas que l’on puisse lui reprocher d’avoir été lui même corrompu. Certes, contrairement à beaucoup de ses concitoyens, il n’avait pas besoin de l’être pour vivre confortablement. Mais il n’a, de l’avis général, pas utilisé le pouvoir pour s’enrichir à titre personnel ni accumuler de fortune pour son usage propre ou celui de sa famille. Soupçonné de complicité dans la tentative du coup d’Etat communiste de septembre 1965 et mort de maladie en résidence surveillée en 1970, il n’a d’ailleurs pratiquement rien laissé à ses femmes et à ses enfants. De fait, à ce jour, il n’a jamais été fait état de son trésor caché ou de comptes secrets ouverts à l’étranger. Malgré tous les griefs qu’ils peuvent légitimement lui faire, les Indonésiens le considèrent toujours dans leur immense majorité comme un homme propre. On ne peut évidemment pas en dire autant du général Suharto, l’homme qui lui succède et établit l’Ordre nouveau en laissant se développer une répression anticommuniste d’une sauvagerie inouïe ayant probablement fait un demi million de victimes.

Développement économique et corruption accrue sous l’ordre nouveau

  • 9 Sur les principaux éléments de la vie de Suharto, voir les deux ouvrages suivants, aux vues diamétr (...)

11Né en 1921 dans une modeste famille de tout petits paysans javanais des environs de Yogyakarta, Suharto a interrompu ses études secondaires et travaillé quelques mois comme employé de banque, puis s’est engagé dans l’armée coloniale hollandaise, moins de deux ans avant qu’elle ne succombe à l’offensive des Japonais en 1942, y atteignant assez vite le rang de sergent. Il s’intégra alors au sein de la milice organisée par l’occupant puis, après la capitulation de ce dernier en 1945, rejoignit les rangs des forces républicaines luttant pour arracher l’indépendance aux Hollandais. Il y gravit rapidement les échelons du commandement et, même si ses hagiographes successifs ont eu tendance à exagérer son rôle à cette époque, participe effectivement comme lieutenant-colonel à la brève offensive lancée en 1949 par le généralissime Sudirman pour reconquérir Yogyakarta (Maurer 1990 et 1997). Peu de temps après le départ des Hollandais, on le retrouve à Sulawesi où il contribue à la suppression d’une rébellion sécessionniste. Il y fera alors la connaissance de la famille Habibie, dont l’un des enfants deviendra son protégé, son fils spirituel, son ministre de la Technologie, son vice-président et enfin, à son corps défendant, son récent successeur à la présidence. Ensuite, il servira dans la célèbre division Diponegoro de Java Central dont il deviendra le commandant avec rang de colonel en 1957. Il est alors marié depuis dix ans avec Siti Hartinah, jeune fille issue de la petite aristocratie de Solo qui deviendra une redoutable femme d’affaires et dont il aura six enfants. Il fréquente déjà Liem Sioe Liong et Bob Hasan, deux commerçants sino-indonésiens qui deviendront ses proches et l’accompagneront dans sa bonne fortune pour devenir richissimes. Comme beaucoup d’autres officiers supérieurs, il profite simplement de son pouvoir pour faire des affaires ou imposer des taxes dans le périmètre dont il est responsable et améliorer ainsi son revenu et celui de ses troupes. Il semble toutefois en faire un peu trop et est relevé prématurément en 1959 de son commandement par le général Nasution, alors ministre de la Défense, pour être envoyé au collège des forces armées de Bandung afin de parfaire sa formation. Il en sortira avec le rang de brigadier général et, apparemment réhabilité, sera bientôt chargé d’organiser la campagne militaire pour arracher le contrôle de la Papouasie occidentale (Irian) des mains des Hollandais. Basé à Makassar, devenu plus tard Udjung Pandang, il reprendra ses affaires privées grâce à ses relations locales. Les Hollandais s’étant retirés d’Irian sans combattre, il sera réaffecté en 1962 à Jakarta où il prendra le commandement de la réserve stratégique d’élite de l’armée, avec rang de major général9. C’est à ce titre, et en tant que plus haut gradé de l’armée à avoir été épargné par le massacre de l’état-major perpétré par certains éléments des Jeunesses communistes dans la nuit du 30 septembre 1965, qu’il héritera du commandement général et commencera à rétablir l’ordre en même temps qu’à asseoir son pouvoir personnel dès le lendemain.

  • 10 La répression va en effet faire quelque 500’000 morts selon les estimations communément admises. A (...)
  • 11 Le PPP, pour Partai Persatuan Pembangunan ou Parti uni pour le développement, amalgamait toutes les (...)
  • 12 Pour plus de détails sur l’évolution de la vie politique du pays sous l’Ordre nouveau, outre Schwar (...)

12Jusque-là resté dans l’ombre, à l’écart de la classe politique, il s’avère un remarquable tacticien et, alors que le pays sombre dans la terrible violence d’un amok anticommuniste qui demeure l’une des pages les plus noires de l’histoire de l’Asie contemporaine10, il se fait confier les pleins pouvoirs par Sukarno le 16 mars 1966 pour rétablir l’ordre. Un an plus tard, après avoir manœuvré habilement pour discréditer Sukarno et marginaliser ses autres rivaux, il sera nommé président en exercice et élu formellement une première fois à ce poste par le Parlement en 1968. Il s’emploie alors à jeter les bases du système politique de l’Ordre nouveau et à relancer une économie indonésienne totalement délabrée. Sur le plan politique, cela passera par une répression sauvage, le strict contrôle de l’activité des partis, l’adoption d’une nouvelle loi électorale en 1969, qui dépouillera pratiquement le Parlement de tout pouvoir et permettra à la formation gouvernementale du GOLKAR, créée et dominée par l’armée, de remporter haut la main les premières élections législatives du régime organisées en 1971. A partir de 1973, la vie politique sera encore simplifiée, obligation étant faite à tous les autres partis de se regrouper en deux coalitions artificielles et hétérogènes, le PDI et le PPP11, pour contester la suprématie du GOLKAR, qui remportera tous les cinq ans jusqu’en 1997 les élections législatives avec deux tiers à trois quarts des voix, le Parlement élisant à l’unanimité l’année suivante Suharto, seul candidat à la présidence, pour un nouveau mandat quinquennal dont le septième lui fut confié en mars 1998, deux mois avant sa démission12. Sur le plan économique, il s’entoure d’une équipe remarquable de technocrates, la fameuse « mafia de Berkeley », qui rétablit en trois ans les grands équilibres et lance le pays dès 1969 dans une série de plans quinquennaux (REPELITA) qui vont le propulser sur la voie de la croissance et du développement. Largement sous l’influence de Suharto, profondément marqué par ses origines paysannes, le gouvernement fera le choix judicieux d’accorder la première priorité au développement agricole et rural du pays (Maurer 1986, 1993 et 1998c). A l’évidence favorisée par le double boom pétrolier des années 70, qui décuple le prix d’un or noir dont elle est le 10e producteur mondial, l’Indonésie utilise toutefois fort intelligemment, à l’inverse d’autres pays comparables comme le Nigeria ou le Mexique, le revenu des ressources naturelles qu’elle produit en abondance et réussit l’exploit de moderniser son agriculture, atteignant notamment l’autosuffisance rizicole en 1984, avant de se lancer dans la diversification et l’industrialisation de son économie par substitution des importations puis promotion des exportations (Hill 1996).

13On a donc affaire à un régime militaro-technocrate autoritaire et répressif des libertés politiques et démocratiques, dont la légitimité repose d’abord sur la force, mais toutefois aussi sur sa capacité à entretenir une croissance économique soutenue et un développement social important. Ce dernier se traduit par un processus de différenciation sociale relative, qui voit certes une petite minorité de personnes proches du pouvoir politique et des milieux d’affaires s’enrichir formidablement, mais aussi le niveau de vie de la majorité de la population s’améliorer de manière substantielle au fil des ans. Au bout du compte, le principal succès reconnu au régime par les grandes institutions financières internationales est précisément d’avoir su concilier croissance et redistribution du revenu : la pauvreté absolue sera en effet divisée par six en trente ans, diminuant d’environ 70 % en 1966 à un peu plus de 11 % en 1996 (Hill 1996 ; Mubyarto 1998). Mais à côté de cela, des fortunes colossales se constituent en quelques années. C’est bien sûr tout d’abord le cas au sein de la minorité commerçante sino-indonésienne qui contrôle depuis la colonisation une bonne partie du capital financier du pays et est efficacement ramifiée à toute la diaspora chinoise d’Asie du Sud-Est. De gigantesques conglomérats comme les groupes Salim de Liem Sioe Liong ou Lippo de Mochtar Riady vont donc rapidement dominer la scène économique et industrielle en se diversifiant tous azimuts. Les liens qu’ils entretiennent avec le pouvoir politique et notamment depuis longtemps avec le président Suharto ne sont évidemment pas étrangers à la construction de tels empires. Néanmoins, cela permet aussi l’émergence d’une nouvelle classe d’entrepreneurs autochtones purement indonésiens, les pribumi (« fils de la terre »), qui, profitant de leur fonction publique ou de leur proximité avec le pouvoir, bénéficient de protections ou de passe-droits et constituent leurs propres sociétés. Aux premiers rangs d’entre eux se trouvent la femme, les enfants et les membres de la famille du président. Son épouse, Har(tin)ah, bientôt affublée par dérision populaire du surnom de Ibu Tien ou « Mère 10 % »(Tien signifie « dix » en hollandais), se retrouve ainsi à la tête de dizaines de fondations privées aux objectifs aussi flous que les sources de leurs énormes revenus. Quant aux six enfants, la plupart fort peu brillants dans leurs études, ils se révèlent redoutables en affaires, créant aussi des entreprises de taille impressionnante comme les groupes Bimantara de Bambang ou Humpuss de Tommy. Bref, avec l’accélération du développement et l’afflux de ressources qu’elle génère, les pratiques traditionnelles de KKN redoublent d’intensité et changent d’échelle. On peut toutefois nettement distinguer plusieurs temps dans ce processus.

  • 13 Jusqu’en 1992, les plus gros salaires mensuels de la fonction publique, ceux des ministres, plafonn (...)
  • 14 Ozay Mehmet, professeur à l’Université de Carleton, a publié en 1994 une étude dans laquelle il est (...)
  • 15 A cette occasion déjà, les manifestants dénoncent le népotisme de la famille présidentielle et sa c (...)

14Jusqu’au début des années 80, l’Indonésie se développe surtout sur la base des revenus de ses vastes ressources naturelles, grâce à l’aide publique au développement (APD) que lui prodigue généreusement une communauté internationale regroupée au sein de l’IGGI (Inter Governmental Group on Indonesia) et à son début d’ouverture au capital étranger, en tout premier lieu aux investissements japonais qui vont rapidement devenir dominants. Beaucoup d’argent commence donc à irriguer une économie caractérisée par le niveau de vie modeste de sa population et des salaires dérisoires dans la fonction publique13. La tolérance culturelle traditionnelle pour les pratiques de KKN aidant, il n’est pas étonnant que ces dernières prennent de l’ampleur. Du côté des ressources naturelles, cela débouchera notamment sur le scandale de la Pertamina qui amènera la compagnie nationale pétrolière, alors dirigée par le flamboyant Ibnu Sutowo, jusqu’au bord de la faillite en 1975-1976 (Robison 1986 et 1990 ; Vatikiotis 1993 ; Schwarz 1994). Par contre, la plupart des enfants Suharto profiteront grassement des contrats de sous-traitance qui leur furent généreusement octroyés à l’époque de ce fidèle serviteur de leur père et sous l’égide de ses successeurs. Un autre exemple notoire de coulage systématique est le champ infiniment lucratif des concessions forestières dans lesquelles Bob Hasan se taillera un empire dont il fera largement bénéficier la famille présidentielle. Concernant l’APD, la tentation est trop grande pour que les hauts fonctionnaires en charge de la gestion de juteux projets ne se servent pas au passage pour arrondir leurs fins de mois et celles de leurs subordonnés. Cela se traduit par le fait qu’une distinction claire est bientôt établie dans l’administration publique entre les postes dits secs (kering), dont il n’y a rien à tirer, et ceux dits humides (basah), qui peuvent rapporter gros. L’accès à ces derniers se monnaie bien sûr fort cher mais il permet aux fonctionnaires en place de s’enrichir énormément14 et ainsi d’huiler le système de collusion et de solidarité dans lequel ils sont intégrés. Ce phénomène se reproduit du haut en bas de l’échelle administrative, y compris pour des postes subalternes et souvent rémunérés par des salaires dérisoires, comme ceux de policiers, ou même pour être admis à l’université. Quant aux investissements privés, ils favorisent bien sûr le développement de ces pratiques, puisqu’il est considéré normal de verser des commissions aux intermédiaires proches du pouvoir qui peuvent établir les contacts et faciliter les procédures. La corruption liée au développement capitaliste et à l’ouverture aux investissements étrangers suscitera d’ailleurs dès le début des années 70 une vive opposition de la part de certains milieux nationalistes intellectuels et estudiantins, qui débouchera sur une sanglante explosion de violence lors de l’affaire Malari de janvier 1974 à l’occasion de la visite du Premier ministre japonais Tanaka à Jakarta (Vatikiotis 1993 ; Schwarz 1994)15. La répression s’abattra férocement sur ces milieux et fera taire les voix dissonantes, qui restent au demeurant bien minoritaires dans l’ambiance optimiste régnant dans un pays en plein boom économique.

  • 16 Les programmes INPRES, acronyme de INstruksi PRESiden, sont, comme leur nom l’indique, lancés sur i (...)

15Car il faut bien reconnaître que l’Indonésie, après les années de déclin et de pénurie de la période Sukarno, se modernise et se développe de manière impressionnante. De 1971 à 1981, la croissance moyenne du PNB est ainsi proche de 8 % (Hill 1996). Les revenus décuplés du pétrole et du gaz naturel sont investis dans la modernisation de l’agriculture, notamment dans l’extension de l’irrigation, dans la construction des routes, puis dans l’électrification rurale. Les secteurs sociaux ne sont pas négligés, écoles primaires et centres de santé poussant comme des champignons, notamment à travers les programmes INPRES créés et largement financés par la présidence16. En milieu urbain, la situation s’améliore aussi avec le lancement d’immenses travaux d’aménagement et d’assainissement. Bref, le niveau et la qualité de la vie des gens se bonifient progressivement, et cela peut se voir à l’œil nu pour qui fréquente régulièrement les villes et les villages de l’archipel. D’ailleurs le revenu par habitant passe de moins de 100 dollars à la fin des années 60 à déjà plus de 600 dollars au début des années 80 (Hill 1996). Certes, la corruption prend de l’ampleur et les inégalités se creusent, l’enrichissement des proches du pouvoir et des officiers supérieurs de l’armée ou des hauts fonctionnaires de l’administration étant ostensible, mais les retombées ne sont pas inexistantes pour les plus modestes dont le sort est bien meilleur. Les pratiques de KKN continuent par conséquent à être tolérées et considérées comme un mal nécessaire, ce d’autant que l’argent accumulé par la collusion et le népotisme est investi pour l’essentiel à l’intérieur du pays, dans le développement des infrastructures ou d’activités économiques qui créent de l’emploi et des revenus. Ce n’est donc pas une corruption de prédation et d’évasion systématique du type de celle pratiquée par Mobutu au Zaïre ou même par les Marcos aux Philippines. La richesse des Suharto et de leurs proches a bien sûr été acquise plutôt grâce au « piston » que par le mérite, mais elle profite au développement national et reste encore dans les limites de ce qui est acceptable pour le petit peuple. D’ailleurs, cela favorise grandement l’émergence rapide d’une classe jusque là encore embryonnaire d’entrepreneurs capitalistes pribumi qui peuvent contrebalancer en partie la toute-puissance financière de la minorité d’origine chinoise, une évolution appréciée de la population indonésienne toujours prompte à accuser cette minorité de s’être enrichie sur son dos et à s’attaquer à ses intérêts à la moindre occasion. Bref, la mobilisation contre les méfaits des pratiques de KKN est encore faible car ces temps de croissance retrouvée où règne une certaine euphorie n’y sont guère propices.

16Les choses vont commencer à empirer au début des années 80, quand les prix du pétrole repartent à la baisse puis s’effondrent rapidement. Cela oblige l’Indonésie à trouver d’autres sources de financement pour son effort de développement. Le gouvernement va alors adopter une nouvelle stratégie de diversification du tissu économique pour assurer la hausse de ses recettes d’exportation en provenance des secteurs de l’industrie et des services. A cet effet, suivant l’avis des institutions de Bretton Woods et des pays du G7 qui le convainquent comme d’autres des bienfaits du « Consensus de Washington », il se lance dès 1985 dans la libéralisation progressive d’une économie fort réglementée afin d’attirer les investissements étrangers et de stimuler l’industrialisation et le développement du tourisme. Par paquets successifs de mesures de déréglementation commerciale et fiscale, il va y parvenir et susciter une hausse fulgurante des investissements directs étrangers (IDE) qui, attirés par des conditions plus favorables, des salaires encore très bas et un marché au potentiel prometteur, viennent s’investir dans des industries manufacturières de basse technologie comme le textile, la confection, l’électroménager, voire même l’électronique. En trois ans, le montant des IDE est multiplié par plus de six, passant de 1,4 milliard de dollars en 1987 à 8,7 milliards en 1990 (Maurer 1992 et 1995). Encore plus impressionnant, les investissements domestiques suivent la même tendance mais sont quatre fois plus élevés. Tout cela favorise une profonde et rapide transformation structurelle de l’économie indonésienne, la part du pétrole et du gaz dans les recettes d’exportation chutant de moitié en à peine dix ans, de plus de 80 % en 1981 à moins de 40 % en 1989. A côté du pétrole ou du gaz et de ses importantes exportations primaires traditionnelles du secteur minier (nickel, étain, bauxite, or, argent, etc.) ou agricole (caoutchouc, huile de palme, café, thé, poivre, etc.), les produits manufacturés comme le contreplaqué, les textiles, le prêt-à-porter, le papier et les pulpes ou les engrais chimiques deviennent des sources de recettes extérieures majeures. Le tourisme fait de son côté des progrès fulgurants et le nombre de visiteurs étrangers, encore inférieur à 500’000 au début des années 80, franchit la barre des 2 millions en 1990 et rapporte plus de 2 milliards de dollars. La croissance, qui s’était fortement tassée de 1982 à 1988, renoue dès 1989 avec les 7 à 8 % par an auxquels elle était habituée pendant les années 70. Cet afflux massif d’argent et les opportunités de profits rapides qu’offre le nouvel eldorado indonésien favorisent inévitablement la montée en puissance des pratiques de KKN dans le pays.

17Mais c’est surtout à partir du début des années 90 que la situation va véritablement s’aggraver sur le front de la corruption. Cette période marque en effet une nouvelle accélération du processus de développement capitaliste de l’Indonésie. Après la phase de libéralisation entamée depuis 1985, qui a favorisé l’essor des échanges commerciaux et des investissements privés, la déréglementation des économies émergentes d’Asie orientale va être étendue au secteur des services et aux marchés financiers, sur les conseils pressants du FMI et de la BIRD et sous la pression croissante des Etats-Unis, lors de la phase terminale de la négociation de l’Uruguay Round du GATT puis au sein de l’OMC nouvellement formée. Un accès de fièvre aiguë s’empare alors du secteur financier. La Bourse de Jakarta (JSE), qui stagnait depuis sa réouverture à la fin des années 70, subit une envolée faramineuse, voyant le nombre de compagnies cotées passer d’une poignée en 1988 à plus de 450 en 1993 et le niveau de capitalisation franchir le cap des 35’000 milliards de rupiahs à cette date (Hill 1996). De nouvelles banques commerciales privées, dont le nombre passe de 94 en 1989 à 152 en 1993, poussent alors véritablement comme des champignons au coin des principales artères commerciales de Jakarta et des autres grandes villes du pays. Dans ce processus d’expansion économique sans précédent, les grands conglomérats font flèche de tout bois et se diversifient tous azimuts. A cet effet, ils empruntent à tour de bras sur le marché international des capitaux, dont les taux d’intérêt sont bien plus bas que sur le plan national, pour investir dans des activités de plus en plus spéculatives et improductives, notamment dans un secteur immobilier en plein boom qui transforme à vue d’œil le paysage urbain du centre et de la périphérie de Jakarta. C’est bien sûr le cas des groupes sino-indonésiens comme Salim, Astra et Lippo, mais aussi de ceux qui sont aux mains des enfants Suharto comme Bimantara, Citra Lamtoro Gung, Hanaruta ou Humpuss. Ainsi, le plus grand de tous, le groupe Salim de Liem Sioe Liong, longtemps considéré comme l’un des hommes les plus riches d’Asie et du monde avant la crise financière récente, est un empire qui regroupe en 1993 quelque 450 compagnies, emploie près de 150’000 personnes et réalise un chiffre d’affaires de 18’000 milliards de rupiahs, trois fois plus que son second immédiat, le groupe Astra de la famille Soeryadjaya, tout de même constitué de plus de 200 entreprises (Hill 1996). A côté, le groupe Bimantara de Bambang, le plus puissant de ceux contrôlés par le clan Suharto et le premier des pribumi, qui occupe le 8e rang national en 1993, fait presque figure de poids léger avec un chiffre d’affaires de 3000 milliards de rupiahs et 134 compagnies sous sa coupe, alors que celui de son frère Tommy, le groupe Humpuss, deuxième et dernier des conglomérats du pays en mains autochtones parmi les vingt plus grands, pèse environ deux fois moins et apparaît à la 18e place de ce classement. Il est évident que ces vastes entreprises industrielles et financières n’auraient pas pu se consolider aussi rapidement sans les liens de proximité avec le pouvoir politique dont elles ont largement bénéficié au moment des passations de marché ou de l’octroi des crédits.

  • 17 Dans un article de la FEER signé par A. Schwarz et J. Friedland, intitulé « Indonesia : Empire of t (...)
  • 18 Cela dit, la situation de bon nombre de pays d’Asie orientale n’était guère plus glorieuse que cell (...)
  • 19 Pour connaître la performance des autres pays asiatiques en 1998, consulter le site Internet de TI.(...)

18Au bout du compte, la libéralisation trop rapide de l’économie, notamment d’un secteur financier insuffisamment contrôlé et très opaque, se solde par un véritable emballement du processus de développement et par une accélération marquée des pratiques de KKN. L’argent facile coule à flots dans le pays et les gens riches, saisis d’une sorte de frénésie et affichant une arrogance croissante, perdent tout sens de la mesure et des réalités. Les enfants du président sont bien sûr les mieux placés pour profiter au maximum de leur rente de situation. Tout leur est bon pour accroître leur empire et rien ne semble plus constituer de limite à leur appétit insatiable et leur avidité sans bornes. En 1992, la fortune de Bambang, le plus riche d’entre eux, sera déjà estimée à quelque 3 milliards de dollars, 1 de plus que sa sœur Tutut et le quintuple de son frère Tommy17. Encore plus puissants, les vieux amis et cronies (« copains ») sino-indonésiens de leur père comme Liem Sioe Liong ou Bob Hasan sont évidemment aussi de la fête et profitent au maximum des circonstances. C’est précisément à partir du milieu des années 90 que l’Indonésie va définitivement établir au sein de la communauté internationale sa peu flatteuse réputation de pays le plus profondément corrompu d’Extrême-Orient et même d’Asie en général. Ainsi, selon Transparency International (TI), l’organisation non gouvernementale basée à Berlin qui s’est spécialisée dans l’analyse de ces problèmes à travers le monde, elle se situait en 1997 au 46e rang des 52 pays classés, avec un indice de corruption de 2,72 sur un maximum possible de 10 reflétant la « transparence absolue », juste derrière l’Inde, dotée d’un score de 2,75. Les seuls six pays se trouvant plus bas qu’elle dans le classement étaient, par ordre décroissant, le Mexique (2,66), le Pakistan (2,53), la Russie (2,27), la Colombie (2,23), la Bolivie (2,05) et le Nigeria (1,76)18. En 1998, la situation s’était encore nettement dégradée puisque, sur 85 pays classés, l’Indonésie occupait la 80e place avec un indice de 2.0, devançant cette fois cinq pays parmi lesquels aucun n’appartenait plus au continent asiatique : le Nigeria (1,9), la Tanzanie (1,9), le Honduras (1,7), le Paraguay (1,5) et le Cameroun (1,4)19. Fin 1998, la Banque mondiale devait d’ailleurs confirmer l’ampleur du phénomène en estimant, dans un rapport confidentiel explosif, que 20 à 30 % des budgets de développement nationaux avaient été détournés au bénéfice personnel de fonctionnaires et de politiciens indonésiens et en reconnaissant qu’il n’y avait pas de raison de penser que ces « fuites » (leakages), euphémisme courtois employé pour parler des pratiques de KKN, avaient été moindres sur les quelque 23,4 milliards de dollars de prêts qu’elle avait alloués au pays depuis le début des années 70 (voir Le Courrier du 24 septembre 1998). Bref, en l’espace de quelques années, la corruption a changé de nature, tant sur le plan quantitatif que qualitatif : de phénomène important mais toujours caractérisé par une tradition de redistribution collective dont beaucoup tiraient bénéfice, il prend des dimensions littéralement colossales et se « modernise » pour ne plus profiter qu’à l’enrichissement personnel d’un tout petit nombre.

Changement social, crise financière et opposition politique à Suharto

  • 20 A ce sujet voir l’article de C. Manning et S. Jayasuriya, « Survey of Recent Developments », Bullet (...)

19Il n’est pas étonnant de constater que la manière dont cette corruption était perçue par la population a précisément commencé à changer aussi à partir du milieu des années 80. Imperceptiblement, on a senti à travers les conversations et les allusions à peine voilées que l’opinion publique n’était plus aussi complaisante qu’avant envers les pratiques de KKN du clan Suharto et de ses proches. Les limites de ce qui était acceptable en termes d’arrogance et de d’ostentation semblaient avoir été atteintes et dépassées. Comment expliquer ce basculement et le passage subtil du moment où ce qui était toléré, voire accepté, dans la culture devient critiquable et répréhensible ? Le double changement de nature évoqué plus haut y est bien sûr pour beaucoup. Sur le plan qualitatif, l’image d’une accumulation sans in de la richesse par quelques-uns a finalement fait passer au second plan les dimensions liées à la distribution plus large des fruits de ces pratiques. Désormais surtout perçue comme facteur déterminant d’accroissement des inégalités, la corruption est devenue immorale en termes culturels. D’autre part, la concentration du pouvoir économique dans les mains d’un nombre infime d’acteurs oligopolistiques étroitement connectés a définitivement fait comprendre à tous les autres membres de la communauté d’affaires que la corruption, la collusion et le népotisme devenaient contraires aux intérêts des entrepreneurs pribumi, en général petits et moyens, et contribuaient à perpétuer la domination du capital sino-indonésien. Des blagues politiques dévastatrices, qui avaient pratiquement toutes pour objet la corruption des Suharto, se sont alors répandues dans le pays et ont circulé sous le manteau. Les conflits connus du Tout-Jakarta qui ont opposé les enfants les uns aux autres pour accumuler « toujours plus » n’ont rien fait pour accroître le prestige de leur père, moqué du peuple pour son incapacité à faire régner l’ordre dans sa propre famille. La concession qu’il a octroyée à Tommy, son « chouchou », pour l’assemblage de la voiture de marque coréenne Kia baptisée Timor (preuve s’il en est d’une absence totale de décence politique) a probablement constitué la goutte d’eau qui a fait déborder le vase20. Sur le plan quantitatif, la libéralisation des marchés financiers a tout simplement eu un effet de multiplicateur et donné une visibilité accrue à ces pratiques. Il faut se rendre compte que les investisseurs japonais, américains et européens se sont alors tous précipités sur l’Indonésie pour supplier leurs partenaires de bien vouloir accepter leurs capitaux. Des dizaines de milliards sont ainsi arrivés dans le pays, ce qui a bien évidemment fait exploser la corruption au-delà de toute limite, tant il est vrai dans ce domaine que le volume financier et le niveau de captage sont souvent en étroite corrélation. Courtisés, nombre de responsables gouvernementaux et d’hommes d’affaires privés indonésiens ont perdu le sens des réalités et ont été saisis par la folie des grandeurs. Beaucoup d’entreprises se sont alors inconsidérément endettées pour investir dans des activités spéculatives de plus en plus risquées, contribuant ainsi à créer une dangereuse bulle financière qui ne demandait qu’à exploser. En 1995, au moment des fêtes du 50e anniversaire de l’indépendance et à l’approche des élections législatives de 1997, un certain optimisme était encore de mise. Un an plus tard, après que les perspectives de changement politique se furent évanouies, le pays baignait dans la morosité, gagné par une véritable crise morale.

20La dynamique du développement, telle qu’on a pu l’observer et tenter de la comprendre sur trente années d’évolution rapide en Indonésie, est à la fois subtile et logique. La croissance économique accélérée et les politiques publiques mises en place ont favorisé un changement social important qui a vu une part grandissante de la population, au fur et à mesure que ses besoins essentiels étaient satisfaits, commencer à se préoccuper autant de l’élargissement de ses libertés individuelles que de l’amélioration de son bien être matériel. C’est bien sûr d’abord le cas d’une classe moyenne à prédominance urbaine, qui a beaucoup investi dans l’éducation de ses enfants et élargi ses horizons par l’accès à l’information, les contacts avec les étrangers visitant l’Indonésie et les voyages hors du pays. Mais, dans une moindre mesure, c’est aussi la caractéristique d’un monde ouvrier qui a repris conscience de sa force à travers le processus d’industrialisation, voire d’une petite bourgeoisie rurale de moins en moins isolée et prête à rester concentrée sur les seules préoccupations locales d’antan. En l’espace de deux générations, l’environnement physique et le mode de consommation des Indonésiens ont beaucoup changé : cela ne pouvait manquer d’influer à terme sur leur système de valeurs. Petit à petit, les enfants de l’Ordre nouveau ne se sont plus satisfaits du respect de leurs parents envers un pouvoir autoritaire auquel ils savaient gré d’avoir rétabli l’ordre et assuré une certaine prospérité. Les aspirations à une plus grande liberté de pensée, d’expression et d’association se sont progressivement fait sentir. Un désir croissant de voir s’ouvrir le système politique ayant présidé au développement économique et au changement social du pays s’est exprimé de plus en plus clairement. Au lieu de répondre à cette demande pressante de la société civile émergente par l’annonce d’un processus de démocratisation, le régime mis en place par Suharto s’est au contraire arc-bouté sur ses positions et a répondu comme d’habitude par la seule répression. Devant ce blocage et face à l’impasse politique totale constatée, la frustration et le cynisme du désespoir ont commencé à faire place à une rage contenue dont la violence latente était nettement perceptible depuis quelques années et que le moindre incident risquait de faire éclater au grand jour.

  • 21 Acronyme de GOLongan PUTih ou « Groupe (du vote) blanc ».

21Car ce n’est malheureusement pas par le biais d’un jeu politique officiel totalement pipé que cette violence à leur de peu pouvait être canalisée. L’opposition institutionnelle avait pourtant relevé un peu la tête après la sixième réélection de Suharto à la présidence en mars 1993. A côté d’un PPP manipulé par le pouvoir et affaibli du fait du rapprochement stratégique de Suharto en direction de l’islam politique, le PDI était alors apparu comme la force politique la plus crédible et possédant le meilleur potentiel face au GOLKAR. Il avait d’ailleurs obtenu 15 % des voix aux élections législatives de 1992, le meilleur score de son histoire et quatre points de plus qu’en 1987, à peine moins que le PPP qui, avec 17 %, se retrouvait plus de dix points en dessous de ses chiffres records de 1977 et 1982. L’élection de Megawati Sukarnoputri, fille de feu Sukarno, à sa tête fin 1993 suscita un enthousiasme important au sein des milieux populaires et parmi la jeunesse. Subitement, il semblait possible d’envisager un changement politique dans la perspective des prochaines élections générales. Et de fait, pendant les trois années suivantes, malgré les interférences continuelles du palais et de l’armée dans ses affaires intérieures, le PDI s’imposa sur la scène nationale comme le porte-parole des plus défavorisés et le seul parti à critiquer ouvertement la politique gouvernementale et la corruption du régime. A l’approche des élections législatives de 1997, il pouvait même prétendre constituer un danger réel pour le GOLKAR et, selon les résultats enregistrés, permettre à Megawati de se présenter l’année suivante comme option crédible face à Suharto pour briguer la présidence devant le Parlement. Face au danger d’une telle candidature, considérée par l’intéressé comme un véritable crime de lèse-majesté à son égard, certains de ses sbires politiques et militaires intervinrent en coulisse par des stratagèmes grossiers pour faire évincer Megawati de la présidence de son propre parti à la mi-1996. Le tollé que cela souleva déboucha sur une mobilisation accrue des militants de la démocratie, qui occupèrent le siège du PDI dont ils furent évacués par la force au mois de juillet, au prix de plusieurs morts et de nombreux disparus. C’est dans ce climat d’intimidation et de violence que les élections législatives de mai 1997 eurent lieu. Abandonné par ses militants, le PDI, dirigé par un fantoche sans envergure, s’effondra à 3,4 % des voix, alors que le PPP, ralliant tous les mécontents, remontait à 22,3 % et que le GOLKAR battait sans grand mérite son record historique de 1987 avec 74,3 % d’un suffrage où l’abstention et le vote blanc (Golput)21 s’étaient exprimés de manière inédite. Malgré ce succès électoral et bien qu’étant (sans le savoir) à son apogée économique, puisque les signes avant-coureurs de la crise financière qui allait ravager toute la région quelques semaines plus tard étaient déjà apparus en Thaïlande voisine, l’Indonésie était bel et bien confrontée à une impasse politique explosive. Et cette impasse avait pour nom Suharto.

  • 22 Une des rumeurs persistantes qui a longtemps couru dans le Tout-Jakarta après sa mort subite, est q (...)

22En effet, chacun sent alors que la fin de règne du vieil autocrate touche à sa in. D’une part, l’usure du pouvoir se fait sentir sur un Suharto qui a déjà eu des problèmes de santé et atteint 77 ans, âge quasi canonique dans un pays comme l’Indonésie dont l’espérance moyenne de vie n’est alors toujours que de 63 ans pour les hommes. D’autre part, il a d’évidence perdu une bonne partie de sa légitimité politique par son manque de volonté ou, pire encore, son incapacité réelle à mettre un frein aux comportements arrogants et à la cupidité choquante de ses enfants. Longtemps, le respect qui lui était rendu comme « père du développement national » amenait les gens à ne pas le mettre dans le même sac que le reste de sa famille. Les réflexions qu’il était d’usage d’entendre auparavant (du genre « ils sont mauvais, mais il ne l’est pas ») n’ont plus cours et il est de plus en plus assimilé à son clan. Beaucoup considèrent cela comme la preuve que son aura est en train de pâlir, qu’il laisse échapper son wahyu, la radiance divine qui éclaire les détenteurs du pouvoir dans la tradition javanaise. Certains disent même qu’il a perdu la « baraka » depuis avril 1996, quand la mort a brusquement emporté Ibu Tien, complice de toute une vie et mère crainte, seule à pouvoir faire régner un semblant d’ordre et d’harmonie entre des enfants que les rumeurs de la ville disent être jaloux les uns et des autres et en conflits fréquents22. Face à ce déclin, évident pour beaucoup, de moins en moins isolés sont ceux qui souhaitent son départ rapide, mais, face à l’absence de perspectives claires pour sa succession, encore plus nombreux sont ceux qui redoutent cette échéance. C’est surtout vrai pour les gens au-dessus de 40 ans : traumatisés par la fin de règne de Sukarno et les violences qui se sont déchaînées en 1965-1966, craignant d’être capables de tomber à nouveau dans l’amok collectif qui s’était alors emparé du pays, ils continuent à préférer les inconvénients d’un Ordre nouveau autoritaire incarné par Suharto au risque du chaos qui pourrait survenir en son absence. Et de fait, on sent bien que la violence est latente, rentrée, contenue, à fleur de peau d’une société pour laquelle la recherche de l’harmonie est primordiale, et qu’elle est capable d’exploser à tout moment, à la moindre occasion. Les jeunes sont bien sûr moins craintifs et plus impatients. Ils ont perdu l’espoir d’une succession harmonieuse débouchant sur les libertés démocratiques auxquelles ils aspirent. D’où leur militantisme croissant et le fait qu’ils soient prêts à s’engager dans une opposition plus ouverte et radicale, comme ils l’ont fait pendant la campagne électorale de mai 1997.

  • 23 La photographie de la signature de cet accord, parue dans toute la presse nationale du lendemain, a (...)
  • 24 Pour donner une idée de la qualité de ce cabinet, mentionnons juste que Fuad Bawazir, considéré com (...)
  • 25 Bien que, selon Newsweek, la source provienne de la CIA, ce montant est peut-être un peu exagéré. N (...)

23C’est dans cette ambiance politique lourde que la crise financière asiatique s’étend deux mois plus tard à l’Indonésie. Jusqu’au tout dernier moment, tant les technocrates aux commandes à Jakarta que leurs conseillers publics et privés de Washington ou de Hong Kong ont pourtant cru et déclaré que le pays, dont les sacro-saints grands équilibres macro-économiques sont considérés comme bons, y échapperait. Or, non seulement anéantit-elle l’économie indonésienne en quelques mois, mais elle s’étend alors que le terrible phénomène climatique El Niño inflige à l’archipel la pire sécheresse qu’il ait connue depuis l’avènement de l’Ordre nouveau, ravageant l’agriculture intensive de Java et boutant le feu à d’immenses étendues de forêt tropicale à Kalimantan et Sumatra. Cette conjonction de fléaux est un signe des dieux qui ne trompe pas et va finir de convaincre nombre d’Indonésiens que le régime touche à sa in. La légitimité politique de Suharto étant essentiellement basée sur sa capacité à avoir pu assurer le développement économique et social du pays, la crise financière et son cortège de faillites, de chômage accru et de pauvreté récurrente laissent le roi nu. Ses tergiversations devant les mesures d’urgence à prendre sur le plan monétaire et financier lui aliéneront le peu de confiance dont il bénéficiait encore au sein de la population. Il perdra définitivement la face, affront suprême dans toute culture asiatique qui se respecte, quand il signera le second accord avec le FMI en janvier 1998, sous le regard paternaliste et condescendant de son directeur Michel Camdessus23. Son aveuglement complet face aux dures réalités du moment après sa réélection acquise d’avance à la tête de l’Etat en mars 1998 l’amène à nommer Habibie à la vice-présidence et surtout à constituer le cabinet le plus honteusement corrompu et clientéliste de l’histoire de son régime24. Tout cela avive la rage des étudiants, fer de lance de l’opposition, qui occupent leurs campus à partir de la mi-avril et demandent sa démission au nom d’un seul cri de ralliement : la lutte contre la gangrène du KKN qui pourrit le pays et la restitution de la richesse indûment accumulée par la famille présidentielle, estimée aux environs de 40 milliards de dollars25, soit l’équivalent du plan de sauvetage de l’économie indonésienne mis en place par la communauté internationale. Cela n’empêche pas Suharto, dans un mélange d’arrogance et d’inconscience, de partir en voyage officiel au Caire le 9 mai alors que le pays est au bord de l’explosion. Il reviendra précipitamment à Jakarta le 15 pour traverser une capitale mise à feu et à sang par les émeutes meurtrières ayant fait plus de 500 morts la veille, suite à la fusillade dans laquelle, deux jours plus tôt, l’armée avait tué six étudiants de l’Université Trisakti. Malgré ses promesses bien tardives de réformes, il sera alors rapidement lâché par ses plus fidèles lieutenants civils et militaires comme Harmoko ou Wiranto (respectivement président du Parlement et chef de l’état-major des forces armées) et poussé à la démission en faveur de Habibie. Dénouement bien peu digne pour un autocrate ayant régné sans partage depuis plus de trente ans, il quitte donc le pouvoir sans gloire le 21 mai 1998, sur une brève déclaration aussi terne que pathétique.

***

  • 26 Indonesia, Country Report, Economist Intelligence Unit, 1st Quarter 1999.
  • 27 J.-.L Maurer, 1998, Indonesia Country Strategy Opportunities Paper, Roma : IFAD, August.
  • 28 A savoir le nationalisme séculaire socialisant, représenté par le PDI (Partai Demokrasi Indonesia) (...)
  • 29 Il s’agit bien sûr au premier chef du Timor-Oriental, annexé dans la violence par l’Indonésie en 19 (...)

24Depuis lors, l’Indonésie n’en finit pas de s’enfoncer dans une crise multidimensionnelle qui met sa survie en péril. Sur le plan économique, il s’agit d’un véritable désastre puisque la croissance s’est effondrée à presque -14 % en 1998 et qu’elle sera, selon toute vraisemblance, encore négative en 199926. Sur le plan social, le pays a fait un grand bond en arrière de plus de vingt ans, le pourcentage de la population vivant sous la ligne de pauvreté explosant en quelques mois pour quadrupler et remonter à 40 % selon certaines analyses, son niveau du début des années 7027. Sur le plan politique, la plus grande incertitude règne et tout peut arriver. A l’origine très faible et contesté, Habibie a jusqu’à présent été assez habile pour entreprendre un certain nombre de réformes importantes et acquérir une crédibilité que bien peu lui accordaient quand il a reçu le pouvoir des mains de son mentor. Ainsi a-t-il, comme promis et dans les délais requis, fait voter en janvier par le Parlement une loi électorale profondément remaniée qui a permis d’organiser début juin une nouvelle consultation législative vraiment libre devant déboucher sur la réélection de la présidence d’ici fin 1999. Le foisonnement auquel a donné lieu la libéralisation de la vie associative a vu depuis la chute de Suharto la naissance de plus de 200 partis, dont une quarantaine ont participé aux élections qui se sont jouées entre les quatre ou cinq formations représentant les tendances traditionnelles de la vie politique indonésienne28. Il est presque sûr que Habibie sera candidat à sa propre succession sous la bannière du GOLKAR, mais ce dernier n’est plus que l’ombre de ce qu’il était et la large victoire avérée du PDI de Megawati ainsi que son alliance probable avec le PKB d’Abdurrahman Wahid ou le PAN d’Amien Rais rendent possible son élection à la présidence. Quoi qu’il en soit, l’armée, bien qu’affaiblie par la mise en cause de son rôle répressif et la révélation de ses nombreuses exactions depuis les débuts de l’Ordre nouveau, pèsera encore certainement d’un poids majeur dans toute cette affaire. Beaucoup dépendra de l’évolution de la situation d’ici l’échéance présidentielle. Au pire, si la violence et l’insécurité engendrées par les tendances centrifuges anarchiques qui s’expriment depuis des mois aux quatre coins de l’archipel et menacent l’unité nationale29 persistent ou s’aggravent, l’armée peut intervenir à tout moment et interrompre le processus de démocratisation en cours pour imposer l’Etat d’urgence et rétablir l’ordre par la force. Au mieux, les élections pourront se dérouler sans trop de difficultés et amèneront à la tête de l’Etat une personne et une équipe gouvernementale bénéficiant d’une légitimité politique renouvelée qui pourront alors tenter d’enrayer la crise économique et relancer le processus de développement du pays.

  • 30 En revanche, il est fort possible que certains des enfants aient des comptes à rendre sur la manièr (...)

25Même si les choses tournent favorablement, l’Indonésie sera encore loin d’en avoir ini avec les problèmes de KKN qui ont contribué à la plonger dans la crise, comme a tenté de le démontrer cet article. Les plus déterminés des étudiants qui ont fait tomber Suharto auraient certes voulu aller beaucoup plus vite et loin dans ce domaine afin de parachever leur lutte et d’accélérer la démocratisation du pays. Ainsi, lors des émeutes qui ont à nouveau ensanglanté Jakarta en novembre 1998, ils ne demandaient pas moins que la démission immédiate de Habibie, la fin du rôle politique de l’armée et le jugement sans appel de Suharto pour corruption. Depuis lors, ils ont compris qu’ils n’obtiendraient pas la démission d’un homme qui est apparu à beaucoup dans l’intervalle comme le seul capable à ce stade d’éviter le chaos au pays et de l’engager sur la voie des réformes. Pour ce qui est de l’armée, le Parlement a tranché dans le sens d’un compromis : son rôle politique sera moindre, mais il reste pour l’instant inscrit dans la loi électorale et ira diminuant de manière très progressive. Quant au jugement de Suharto, la question reste en suspens. Il est peu probable que Habibie, lui-même largement compromis dans des affaires de même nature, comme tous ceux qui ont occupé des postes à responsabilités dans le pays sous l’Ordre nouveau et dont beaucoup sont encore en place, notamment au sein du GOLKAR sur lequel il s’appuie, cède à la pression autrement qu’en multipliant les manœuvres dilatoires, ce d’autant que l’armée, sans le soutien de laquelle il perdrait toute chance, s’est fermement prononcée contre cette éventualité par la voix du général Wiranto. Il n’est même pas sûr qu’une telle procédure soit engagée si la présidence devait finalement échoir à une autre personnalité politique30. D’une part, malgré tout ce qu’ils lui reprochent, la plupart des Indonésiens reconnaissent toujours à Suharto le mérite d’avoir tiré le pays du sous-développement et beaucoup regrettent déjà son époque, quand la prospérité était croissante et que l’ordre régnait dans le pays. D’autre part, le problème est beaucoup plus vaste et ne peut être réglé à travers un seul cas, aussi exemplaire soit-il, puisqu’il s’agit d’un mal profond et répandu, affectant depuis des lustres toute la société, du haut en bas de son échelle. La lutte contre les méfaits du KKN nécessitera une volonté politique sans faille et prendra du temps. Pour ce qui est de la collusion et du népotisme, il est certain que l’avènement de valeurs démocratiques et une transparence accrue peuvent contribuer à en réduire l’incidence. Quant à la corruption, elle a encore de belles années devant elle. Tant que la fonction publique ne sera pas payée décemment, elle continuera à constituer le recours qui permet à des millions de gens de survivre.

26Pour conclure cette étude de cas sur le rôle de la corruption dans le développement à travers l’exemple de l’Indonésie, il faut souligner une dernière fois avec force que l’autoritarisme politique tel qu’il s’est manifesté sous l’Ordre nouveau a indéniablement facilité l’enclenchement d’un processus de développement économique facteur de progrès matériel, mais que ce dernier a aussi inéluctablement déclenché un changement social porteur d’une aspiration croissante à la démocratisation. Parmi les exigences de cette dernière, il en est une qui touche à la transparence des transactions et à l’égalité des chances pour tous. C’est pour ne pas l’avoir compris et, fort d’une légitimité acquise grâce au développement, s’être entêté à vouloir continuer de régner comme un monarque javanais féodal traditionnel que Suharto a finalement dû abandonner le pouvoir à la hâte. Le facteur KKN a donc joué un rôle non négligeable dans le changement politique du pays. Mais auparavant, il avait coexisté avec le développement économique et social et y avait même probablement en partie contribué. C’est donc un phénomène complexe très ambivalent qui mérite d’être examiné de manière beaucoup plus approfondie et nuancée, en tous les cas moins manichéenne et moraliste, qu’il ne l’est en général jusqu’à présent. L’analyse des circonstances ayant précipité la chute d’un régime autoritaire modernisateur typique comme l’Ordre nouveau indonésien a, espérons-le, permis de mieux en cerner les multiples contours. A n’en pas douter, la plus grande transparence qui résultera de l’ouverture démocratique dans laquelle ce pays est engagé devrait, si elle se confirme, fournir des éléments d’information rendant possible une compréhension plus grande des mécanismes régissant ce phénomène dont la diversité n’a d’égale que l’universalité.

Bibliographie

Alatas S. H., 1975, The Sociology of Corruption, Singapore: Delta.

–, 1999, Corruption and the Destiny of Asia, Petaling Jaya: Simon and Schuster (Asia).

Anderson B.R. O’G. and McVey R., 1971, A Preliminary Analysis of the October 1, 1965 Coup in Indonesia, Modern Indonesia Project, Ithaca/New York: Cornell University.

Cayrac-Blanchard F., 1991, Indonésie : l’armée et le pouvoir. De la révolution au développement, Paris : L’Harmattan.

Cohen M., 1998, « Indonésie : une vie de dessous-de-table », Le Temps stratégique, n° 81, mai-juin, pp. 30-41.

Cribb R., 1991, Gangsters and Revolutionaries: The Jakarta People’s Militia and the Indonesian Revolution, Asian Studies Association of Australia, Sydney: Allen & Unwin.

Day C., 1966, The Policy and Administration of the Dutch in Java, Kuala Lumpur: Oxford University Press. 1st ed. 1904, New York: Macmillan Company.

Furnivall J.S, 1939, Netherlands India: A Study of Plural Economy, Cambridge: Cambridge University Press.

Geertz C., 1963, Agricultural Involution: The Processes of Ecological Change in Indonesia, Berkeley and Los Angeles: The University of California Press.

Hamzah A., 1984, Korupsi di Indonesia. Masalah dan Pemecahannya, Jakarta: PT Gramedia.

Hill H., 1996, The Indonesian Economy since 1966: Southeast Asia’s Emerging Giant, Cambridge: Cambridge University Press.

Jomo K.S (ed.), 1998, Tigers in Trouble: Financial Governance, Liberalisation and Crises in East Asia, London: Zed Books.

Leys C., 1963, « What Is the Problem about Corruption? », The Journal of Modern African Studies, vol. 3, no. 2, pp. 215-230.

Mackie J. and McIntyre A., 1994, « Politics », in: Hill H. (ed.), Indonesia’s New Order: The Dynamics of Socio-Economic Transformation, Sydney: Allen & Unwin.

McIntyre A., 1990, Business and Politics in Indonesia, Asian Studies Association of Australia, Sydney: Allen & Unwin.

Maurer J.-L., 1986, Modernisation agricole, développement économique et changement social : le riz, la terre et l’homme à Java, Paris : PUF.

–, 1990, « L’Indonésie », in :Etienne G., Maurer J.-L., Renaudin C., Suisse-Asie : pour un nouveau partenariat, Genève : Olizane.

–, 1993, « L’Ordre nouveau et le monde rural indonésien », Archipel, n° 46, pp. 132-152.

–, 1995, « La economia de Indonesia en 1994. Una admission confirmada en el club de los "dragones asiaticos" », Revisa de estudios asiaticos, n° 1, pp. 51-78.

–, 1997, « A New Order Sketchpad of Indonesian History », in: Hitchcock M. and King VT. (eds.), Images of Malay-Indonesian Identity, Kuala Lumpur: Oxford University Press, pp. 209-226 + 18 photographs.

–, 1998a, « Etat fort, développement accéléré et crise de modernisation en Asie », in : Hufty M. (dir.), La pensée comptable. Etat, néolibéralisme, nouvelle gestion publique, Nouveaux Cahiers de l’IUED, n° 8, Paris : PUF ; Genève : IUED, pp. 191-208.

–, 1998b, « Fin de règne à Jakarta », Politique internationale, n° 79, pp. 81-102.

–, 1998c, « Indonesian Agriculture in Prospect and Retrospect » in: Etienne G., Aubert C., Maurer J.-L., Feeding Asia in the Next Century, New Delhi: Macmillan, pp. 56-81.

–, 1999, « La gloire du père : images de Suharto à son apogée. Les pancartes du 50e anniversaire de l’indépendance à Jakarta », in : L’Horizon nousantarien, Mélanges en hommage à Denys Lombard, vol. II, Archipel 57, pp. 73-95 (y inclus 15 photos).

Mubyarto, 1998, Kembali ke Ekonomi Pancasila. Pemerataan pembangu-nan dan Penanggulangan Kemiskinan dari Repelita VI ke Repelita VII, Jakarta : BAPPENAS.

Multatuli (Douwes Dekker E.), 1966, Max Havelaar, Paris : Editions Universitaires.

Raffles T.S., 1975, The History of Java, Kuala Lumpur: Oxford University Press. 1st ed. 1817, London : Cox and Baylis.

Robertson-Snape F., 1999, « Corruption, Collusion and Nepotism in Indonesia », Third World Quarterly, vol. 20, no. 3, pp. 589-602.

Robinson M. (ed.), 1998, « Corruption and Development », The European Journal of Development Research, vol. 10, no. 1.

Robison R, 1986, Indonesia: The Rise of Capital, Asian Studies Association of Australia, Sydney: Allen & Unwin.

–, 1990, Power and Economy in Suharto’s Indonesia, Manila: Journal of Contemporary Asia Publishers.

Rocca J.-L., 1993, La corruption, Paris: Syros.

Roeder O.G., 1969, The Smiling General, Djakarta: Gunung Agung.

Schwarz A., 1994, A Nation in Waiting: Indonesia in the 1990’s, Sydney: Allen & Unwin.

Scott J.C., 1971, Comparative Political Corruption, Englewood Cliffs: Prentice Hall.

–, 1976, The Moral Economy of the Peasant: Rebellion and Subsistence in Southeast Asia, Newhaven and London: Yale University Press.

–, 1984, Weapons of the Weak: Everyday Forms of Peasant Resistance, Newhaven and London: Yale University Press.

Smith T.M., 1971, « Corruption, Tradition and Change », Indonesia, no. 11.

Sutherland H., 1979, The Making of a Bureaucratic Elite: The Colonial Transformation of the Javanese Priyayi, Asian Studies Association of Australia, Singapore: Heinemann Books.

Vatikiotis M.R.J., 1993, Indonesian Politics under Suharto: Order, Development and Pressure for Change, London and New York: Routledge.

Weber M., 1968, Economy and Society, New York: Bedminster.

Wertheim W.F., 1964, East-West Parallels: Sociological Approaches to Modern Asia, The Hague: W. van Hoeve.

Notes

1 Sur l’ascension au pouvoir de Suharto et la manière dont il l’a conservé si longtemps, voir notamment la bonne synthèse historique de Cayrac-Blanchard (1991).

2 Pour avoir une bonne idée des doutes qui pouvaient encore régner quelques semaines avant la démission de Suharto sur le dénouement de la crise politique indonésienne, voir les différents scénarios d’évolution possible présentés dans l’article de Maurer (1998b).

3 Bien que les avis sur l’origine de la crise asiatique soient toujours très controversés, cette opinion est de plus en plus répandue, le G7 semblant même y souscrire et souhaiter désormais une meilleure régulation des mouvements internationaux de capitaux s’accompagnant d’une limitation des investissements spéculatifs à court terme. Alors que les grandes institutions financières internationales, FMI en tête, avaient encouragé l’ouverture des marchés financiers asiatiques jusqu’à l’éclatement d’une crise qu’elles n’ont absolument pas vu venir, la CNUCED, plus perspicace, se montrait depuis des années très critique sur les dangers d’une libéralisation précipitée dans ce domaine, point de vue partagé également par de nombreux socio-économistes proches des réalités du terrain. Pour une analyse autorisée allant dans ce sens, voir Jomo (1998).

4 A ce sujet, voir, dans Wertheim (1964), le remarquable article intitulé « Sociological Aspects of Corruption in Southeast Asia ».

5 Day consacre plusieurs passages aux problèmes de corruption de la VOC. La corruption de la Compagnie était si proverbiale qu’il relate même une des plaisanteries qui couraient à son sujet : « There is an anecdote of a man who inquired the meaning of the initials G.D.H. carved over a gate in the Castle at Batavia. He was told that they stood for the name of one of the governors general. "Then I’ve been misinformed", replied the stranger, "for I understood that they meant ‘Geeft de helft’ (Give up half)" » (p. 104).

6 Ainsi nous dit Furnivall : « At the end of the eighteenth century the Company was outwardly as strong as ever. [...] But inwardly the Company was rotten ; it was living on its reputation, and suddenly it crashed. Profits had, in fact, been declining since 1693, [...]. But this was not discovered until the accounts were slowly unravelled at a later date ; at that time no one knew the exact position. From the beginning the accountancy had been defective ; books were kept in India and also in Europe, but the two sets were never balanced. Then, when tribute took the place of trade as the main source of income, no distinction was drawn between the revenue of the Company as sovereign and its profit as trader, and no adequate provision was made for its expenditure as a sovereign power in war charges and administration ; when the annual profits did not suffice to pay a dividend, money was borrowed for this purpose and, by preference, in Batavia, where the rates of interest were higher than in Europe, but the transactions were less likely to be known to the creditors. By this means the Company managed to pay dividends at an average rate of 18 per cent a year over the whole period of its rule from 1602 to 1800. This practice was typical of the corruption with which the whole administration was honeycombed in Europe and in the East. [... ] The corruption reached such lengths that shortly before the fall of the company officers were taxed on their illicits gains [...]. It is not surprising then that the failure of the Company was attributed to corruption, and its initials, V.O.C. (Vereenigde Oost-indische Compagnie), were interpreted as Vergan onder Corruptie (Perished by Corruption) » (pp. 48-49).

7 Dans la conclusion du roman, Douwes Dekker dédiait, par une phrase devenue célèbre, son ouvrage à Guillaume III, « Empereur du magnifique Empire d’Insulinde qui se tortille autour de l’Equateur, comme une ceinture d’émeraudes », et terminait en l’interpellant courageusement de la manière suivante : « J’ose vous demander, avec confiance, s’il est de votre volonté impériale que [...], là-bas, on maltraite et dépouille, en Votre Nom, plus de trente millions de vos sujets? » (Multatuli 1966 : 325).

8 L’auteur, sans citer nommément l’Indonésie, nous dit notamment : « Ten years ago, when I was in the capital of this country, there was hardly anything one could do without either graft or influential connection. » S’ensuit une description apocalyptique (pp. 32-34) de la corruption qui affecte tous les fonctionnaires sans exception : éboueurs, facteurs, standardistes, pompiers, policiers ne délivrent leurs services que moyennant des bakchichs ; au sein d’un même département, les supérieurs exigent des pots-de-vin de leurs collègues moins puissants. Des milliers de familles sont rackettées sous l’œil indifférent de la police ; enin, le cumul des activités est fréquent, même parmi les personnes ne pratiquant pas la corruption (ainsi les académiciens, enseignant plusieurs matières dans plusieurs institutions). Alatas conclut : « The general economic chaos, the degraded state of the administration, the loss of authority, the disrespect for the administration, and the political disorder, have not only been pointed out by observers, but conirmed by the government and political leaders, and almost everyone from that country » (pp. 32-34). Cette description correspond pour lui au deuxième niveau de corruption, quand cette dernière est devenue « rampant and all-pervading ». Mais il est un troisième niveau, celui où la corruption devient « self-destructive, having destroyed the fabric of society » : « Corruption stimulates further development of greater corruption, and this further degree in turn causes an even greater increase in corruption. When extortion becomes widespread in the civil service, and is used by the policeman on the beat, the clerk at the counter, and the nurse at the hospital, it is usually the effect of previous corruption at a higher level. [...] Usually the succession from the stage of restricted to the stage of widespread and deep-rooted corruption starts with the group which is least hampered by economic difficulties affecting their means of subsistence. This is the group of high officials and well-to-do businessmen. When corruption in this circle has gone on for some time, society will then feel the effect. The state revenue declines out of proportion to the volume of trade and taxable sources. The currency declines in value, and prices go up. When this happens, the lower levels of government officials take recourse to corruption in an effect to maintain their livelihood. But this general economic difficulty is generated by the corruption of the economically higher class » (pp. 35-36).

9 Sur les principaux éléments de la vie de Suharto, voir les deux ouvrages suivants, aux vues diamétralement opposées : la biographie commanditée et complaisante de Roeder (1969) et l’essai critique de Schwarz (1994).

10 La répression va en effet faire quelque 500’000 morts selon les estimations communément admises. A défaut d’avoir directement commandité ces massacres, ce qui n’est toutefois pas exclu, Suharto n’a pour le moins pas empêché l’action des membres les plus répressifs de l’armée.

11 Le PPP, pour Partai Persatuan Pembangunan ou Parti uni pour le développement, amalgamait toutes les anciennes formations politiques d’obédience islamique, conservateurs et modernistes mélangés, alors que le PDI, pour Partai Demokrasi Indonesia ou Parti démocratique indonésien, réunissait une coalition encore plus hétéroclite allant du PNI, l’ancien Parti nationaliste de Sukarno, aux groupuscules d’obédience socialiste ou chrétienne.

12 Pour plus de détails sur l’évolution de la vie politique du pays sous l’Ordre nouveau, outre Schwarz (1994), voir Vatikiotis (1993) et le chapitre que Mackie et McIntyre (1994) consacrent à ces questions.

13 Jusqu’en 1992, les plus gros salaires mensuels de la fonction publique, ceux des ministres, plafonnaient à 2 millions de rupiahs, soit environ 1000 dollars.

14 Ozay Mehmet, professeur à l’Université de Carleton, a publié en 1994 une étude dans laquelle il estime que les hauts fonctionnaires de certains ministères particulièrement profitables et « humides », comme ceux de l’Industrie ou des Travaux publics, pouvaient rapidement devenir millionnaires en dollars à travers de telles pratiques. A ce sujet, voir Cohen (1998).

15 A cette occasion déjà, les manifestants dénoncent le népotisme de la famille présidentielle et sa collusion avec le capital japonais en lançant notamment des jeux de mots sur Toshiba, censé être l’acronyme de TOmmy-S(H)Igit-BAmbang, les trois fils de Suharto.

16 Les programmes INPRES, acronyme de INstruksi PRESiden, sont, comme leur nom l’indique, lancés sur instruction présidentielle et financés par des voies pas toujours très transparentes, notamment à travers les nombreuses fondations privées que contrôlent Suharto ou son épouse.

17 Dans un article de la FEER signé par A. Schwarz et J. Friedland, intitulé « Indonesia : Empire of the Son », paru le 14 mai 1991, le poids financier de chacun des six enfants Suharto exprimé en dollars était évalué comme suit : 100 millions pour Mamiek, 200 millions pour Titiek, 450 millions pour Sigit, 600 millions pour Tommy, 2 milliards pour Tutut et 3 milliards pour Bambang.

18 Cela dit, la situation de bon nombre de pays d’Asie orientale n’était guère plus glorieuse que celle de l’Indonésie avec notamment le Vietnam 43e (2,79), la Chine 41e (2,88), les Philippines 40es (3,05), la Thaïlande 39e (3,06) et la Corée du Sud 34e (4,29). A noter que des pays occidentaux occupaient les huit premières places (dans l’ordre : Danemark, Finlande, Suède, Nouvelle-Zélande, Canada, Pays-Bas, Norvège et Australie), ce qui pourrait laisser supposer que les critères retenus fleurent bon l’ethnocen-trisme si l’on ne retrouvait pas la France à un médiocre 20e rang et l’Italie au 30e, au même niveau que Taiwan et la Malaisie (ces informations sont disponibles sur le site Internet de TI : http://www.transparency.de/).

19 Pour connaître la performance des autres pays asiatiques en 1998, consulter le site Internet de TI. Alors que la situation de la plupart d’entre eux tendait à s’améliorer, parfois même assez nettement comme pour la Chine (+ 0,6), c’est, en dehors du cas particulier du Japon (– 0,77), l’Indonésie qui chutait le plus lourdement (– 0,72), deux fois plus que le Vietnam (– 0,39).

20 A ce sujet voir l’article de C. Manning et S. Jayasuriya, « Survey of Recent Developments », Bulletin of Indonesian Economic Studies, vol. 32, no. 2, August 1996, pp. 18-21.

21 Acronyme de GOLongan PUTih ou « Groupe (du vote) blanc ».

22 Une des rumeurs persistantes qui a longtemps couru dans le Tout-Jakarta après sa mort subite, est que Ibu Tien est morte d’une crise cardiaque devant le spectacle affligeant de ses deux fils Bambang et Tommy se disputant violemment (certains disent même que des coups de feu sont partis) à propos de l’octroi au second par leur père de la concession pour la voiture Timor. Même si dans un tel domaine il faut faire la part de l’exagération, il n’y a pas de fumée sans feu sur un tel sujet et cela donne une idée de la bonne ambiance qui régnait au sein de la famille.

23 La photographie de la signature de cet accord, parue dans toute la presse nationale du lendemain, a fait plus de tort dans l’opinion publique à l’image de Suharto que beaucoup de ses actes, récents et passés, autrement plus répréhensibles.

24 Pour donner une idée de la qualité de ce cabinet, mentionnons juste que Fuad Bawazir, considéré comme le comptable en chef de la famille Suharto, héritait du Ministère des finances, Bob Hasan, le roi de la forêt indonésienne et le partenaire de golf favori du président, de celui du Commerce et de l’Industrie, et sa fille aînée Tutut, suprême insulte, se retrouvait en charge d’un domaine pour lequel elle avait à l’évidence d’éminentes qualifications et une longue expérience, celui des Affaires sociales !

25 Bien que, selon Newsweek, la source provienne de la CIA, ce montant est peut-être un peu exagéré. Néanmoins, même s’il ne s’agissait que de la moitié de cette somme, c’est encore le double de ce que l’on estime que les Marcos ont accumulé aux Philippines.

26 Indonesia, Country Report, Economist Intelligence Unit, 1st Quarter 1999.

27 J.-.L Maurer, 1998, Indonesia Country Strategy Opportunities Paper, Roma : IFAD, August.

28 A savoir le nationalisme séculaire socialisant, représenté par le PDI (Partai Demokrasi Indonesia) de Megawati Sukarnoputri ; l’islam traditionaliste, représenté par le PKB (Partai Kebangkitan Bangsa ou Parti du réveil national), présidé par le vieux chef respecté du Nahdatul Ulama Abdurrahman Wahid ; l’islam moderniste, représenté par le PAN (Partai Amanat Nasional ou Parti du mandat national), dirigé par l’ancien dirigeant de la Muhammadiyah Amien Rais ; à côté des nationalistes ou des musulmans plus conservateurs et proches de l’administration en place, qui resteront fidèles soit au GOLKAR soit au PPP, et des islamistes plus radicaux, qui rejoindront les rangs du nouveau PBB (Partai Bulan Bintang ou Parti de la lune et de l’étoile).

29 Il s’agit bien sûr au premier chef du Timor-Oriental, annexé dans la violence par l’Indonésie en 1975 et auquel l’administration Habibie a finalement reconnu le droit à l’autodétermination, mais aussi de l’Irian Jaya (Papouasie occidentale), où couve une crise de décolonisation majeure, de la province islamique orthodoxe d’Aceh au nord de Sumatra, où les exactions de l’armée face à l’irrédentisme traditionnel de la population rendent la situation explosive, des Moluques, où les chrétiens locaux s’attaquent aux Bugis musulmans venus du Sud-Sulawesi, du Kalimantan occidental, où les Dayak autochtones massacrent les migrants venus de Madura, et de quelques autres régions où le couvercle est resté trop longtemps sur des marmites bouillonnantes prêtes à exploser.

30 En revanche, il est fort possible que certains des enfants aient des comptes à rendre sur la manière dont ils ont amassé leur fortune. C’est déjà le cas pour Tommy, le plus arrogant et détesté d’entre eux.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search