Version classiqueVersion mobile

Monnayer les pouvoirs

 | 
Giorgio Blundo

Controverses

« Manger l’argent ». Les dimensions économique et socioculturelle de la corruption en Afrique

Ousmane Dianor

Texte intégral

  • 1 Je tiens à remercier Christian Comeliau, dont les critiques et idées originales m’ont permis d’amél (...)
  • 2 Si ces logiques prédominaient dans les sociétés lignagères, elles n’étaient pas exclusives et coexi (...)

1Centré sur les pratiques de corruption dans les pays pauvres, et plus particulièrement dans les pays africains, le texte ci-dessous suggère une approche qui prenne en compte les relations dialectiques existant entre l’environnement culturel, économique et social d’une part, et le comportement des acteurs de ces sociétés d’autre part1. Ne voulant pas nous enfermer dans une vision moralisatrice de la corruption, nous formulons l’hypothèse suivante : ce qu’il est convenu d’appeler corruption en Afrique doit être interprété plutôt comme un prélèvement improductif à des fins de reproduction du groupe ; dans ce sens, ce comportement doit être interprété plutôt comme un moyen de cohésion sociale, un instrument de résistance face aux chocs externes et une mesure de lutte contre la pauvreté. Mais cette interprétation en termes de gestion collective de la société n’est compréhensible que si l’on se réfère à la persistance, dans l’Afrique précoloniale autant que postcoloniale, de codes de valeurs fondés sur les principes de la solidarité, du don et de la réciprocité2. Avec l’insertion de ce continent dans les relations internationales, ces codes de valeurs dit anciens vont cohabiter avec de nouveaux modes de comportement, issus du mimétisme colonial et caractérisés par l’individualisme et la marchandisation des rapports sociaux. La juxtaposition de ces deux codes de valeurs maintiendra cet accaparement redistributif dans son rôle classique (et collectif) de régulateur de tensions sociales, mais elle le transformera aussi en outil de légitimation de l’élite au pouvoir. C’est au lendemain des indépendances africaines, avec l’aggravation des crises identitaire et économique, que cette forme de prédation va se détacher de la sphère collective pour satisfaire des besoins beaucoup plus nettement individuels. Même si cette évolution ne constitue qu’une partie du phénomène, c’est seulement cet aspect de prédation individuelle qui, dans l’imaginaire négro-africain, s’apparente à la corruption. Dans cette perspective, la corruption se définit alors comme l’appropriation de biens appartenant à la collectivité pour la poursuite d’intérêts privés.

2Ce changement d’interprétation pour des raisons historiques témoigne de la complexité du phénomène de la corruption en Afrique. Il suggère également le caractère inopérant du concept de corruption pour décrire certaines pratiques sociales africaines et leur transformation au cours de l’histoire ; et même si ces pratiques s’apparentent à la corruption, elles constituent une porte d’entrée trop étroite pour expliquer les phénomènes de sous-développement, d’autant plus qu’elles se limitent souvent, dans les interprétations courantes, aux aspects les plus anecdotiques (le militaire congolais qui « rackette » la population, par exemple).

3Pour sortir de ce simplisme ou de ces interprétations inadaptées, nous pensons que le débat ne doit pas être abordé sous l’angle moral, mais en termes d’économie politique. Il s’agit alors essentiellement de poser les problèmes de la corruption au niveau des mécanismes de reproduction des structures sociales dans les pays africains, et de se demander aussi si la corruption peut être en Afrique un facteur d’accumulation et de développement, comme elle semble l’être en Asie ou en Amérique latine où elle s’accompagne de croissance économique.

  • 3 Ce sujet a fait l’objet d’une énorme littérature. Voir Bayart (1989) ; Cartier-Bresson (1995) ; Lef (...)

4Pour évoquer ces deux dimensions – collective et individuelle – de la corruption, nous avons choisi de parler de ce phénomène au niveau de l’administration publique africaine3. Or, l’un des vecteurs principaux de la corruption au niveau administratif est constitué par l’information : nous considérons celle-ci comme un exemple de « bien public », c’est-à-dire comme la propriété d’une collectivité organisée, traditionnelle ou moderne, vivant sur un territoire géographique et politique déterminé (Ekeh 1975). Si notre champ d’analyse porte sur l’administration publique africaine, c’est parce que cette dernière a détenu, de la période des indépendances jusqu’à celle des programmes d’ajustement structurel, le monopole de la promotion du développement : elle est ainsi devenue l’instance privilégiée qui a le pouvoir de modifier la structure des droits de propriété à des fins privées (Sindzingre 1994 ; Lafay 1990). Quant à l’information, son choix se justifie par un paradoxe : alors qu’elle est destinée à l’ensemble de la collectivité, dans le sens public du terme, elle est monopolisée par l’administration qui cherche à la monnayer. Dans un contexte de globalisation économique et financière, il y a une multitude d’informations auxquelles la population n’a pas accès, ce qui favorise les phénomènes de corruption.

5Avant de parler du cas particulier de l’Afrique, nous rappellerons brièvement, dans une première section, les principes fondamentaux de la théorie économique libérale. Faisant l’hypothèse d’un marché de concurrence pure et parfaite, et supposant ainsi que tous les acteurs sur ce marché disposent d’une information parfaite, ces principes ignorent la corruption. Cette ignorance de principe sera cependant corrigée par la théorie économique néoclassique : celle-ci va démontrer l’imperfection du marché, du fait de l’asymétrie de l’information, et expliquera ainsi le calcul économique qui incite un acteur disposant du monopole de cette information à entrer dans le jeu de la corruption. Dans une deuxième section, nous parlerons de la spécificité de la « corruption » en Afrique, qui couvre des réalités bien différentes selon les codes sociaux auxquels elle obéit. Enfin, nous esquisserons quelques pistes de réflexion qui pourraient permettre une régulation de la corruption, en Afrique et plus particulièrement au Sénégal.

Analyse économique de la corruption « individuelle »

6Selon les principes de base de l’économie libérale, une situation de « concurrence pure et parfaite » permet l’allocation optimale des ressources et rend impossible la pratique de la corruption. Cette absence de corruption résulte de l’hypothèse de la « transparence du marché », qui postule que tous les agents économiques disposent du même niveau d’information et que son coût d’acquisition est nul. Cependant, la réalité est très éloignée de ces principes : nous sommes, en fait, en présence de marchés imparfaits (Comeliau 1991), dans lesquels l’information non seulement est asymétrique, mais fait aussi l’objet d’un prix, et les obstacles entravant sa circulation sont nombreux. Si un agent motivé par la maximisation de ses bénéfices peut retenir, grâce à sa position, des informations susceptibles de favoriser ses intérêts de façon directe ou indirecte, cette situation peut suffire à entraîner un comportement de « corruption ».

7Selon cette théorie microéconomique néoclassique, la corruption résulterait du fait que l’acteur économique, même de bonne volonté, ne peut se comporter de manière optimale, en raison de l’asymétrie de l’information. D’où l’explication de la corruption au sein de l’administration publique. On peut alors considérer, dans ce cadre, que la fonction publique confère deux catégories d’emploi permettant d’accéder à des revenus illégaux : la première concerne les postes administratifs délivrant des services gratuits, mais qui font face à une demande excessive par rapport à l’offre (service de l’état civil par exemple), ce qui permet de générer une rente de situation ; la deuxième catégorie d’emploi concerne les hautes fonctions administratives dont les titulaires détiennent des informations non accessibles aux usagers bénéficiaires – touchant par exemple aux transferts de lux financiers publics, à la signature de grands contrats, à l’initiation de projets de développement, etc. (Sindzingre 1994 : 14) –, ce qui leur permet de détourner des fonds publics ou d’abuser des biens sociaux. La fonction publique bénéficiant de la sécurité de l’emploi, ces opportunités d’accès à l’information asymétrique s’institutionnalisent, et ces postes ne sont plus recherchés que pour les revenus qu’ils assurent, car chaque transaction fait l’objet d’un prix. Dans le cadre de l’individualisme méthodologique, on considère la corruption comme le prix de la transaction, et on explique cette pratique par la rencontre entre les « offreurs » et les « demandeurs » de corruption. A l’instar de Villet et Nerdrum (1995), qui analysent l’impact de la corruption sur un acteur tiers, il faudrait cependant ouvrir le jeu à trois acteurs : le corrompu (l’Etat ou un de ses agents), le corrupteur (une personne physique ou morale) et le lésé (le contribuable censé être le bénéficiaire, une entreprise concurrente ou l’Etat en définitive).

8Le corrompu s’approprie des informations qui lui ont été confiées dans le cadre de son travail. Parce qu’il est fonctionnaire ou homme politique, sa situation lui permet de retenir illicitement ces informations qu’il peut monnayer sur un marché, bien que son statut d’agent de l’Etat lui impose d’observer les principes d’éthique et de conscience professionnelle qui gouvernent la fonction publique. Ces informations font l’objet d’une transaction où intervient le corrupteur. Offreur ou demandeur d’un service ou d’un bien qui faciliterait son activité économique, le corrupteur est prêt à offrir un « dessous-de-table » ou une autre prestation pour se procurer soit un bien ou un service légal dans des conditions illégales (file d’attente contournée, procédures administratives non respectées, service de camaraderie), soit un bien ou un service illégal (violation d’un règlement, octroi d’un droit au détriment d’un projet concurrent). L’obtention du bien ou du service qu’il recherche a alors autant ou plus de valeur que la contrepartie. Le lésé, ignorant le rôle du corrompu, supporte la perte qui découle de la transaction. Il joue le rôle du « jobard » plumé dans le jeu (Goffman 1973, vol. 1 : 61-68), soit parce qu’il n’a pas les mêmes moyens d’action que le corrupteur (cas de l’entreprise concurrente), soit parce qu’il ne dispose pas de l’information censée être à la disposition de tous (cas du contribuable ou de l’Etat qui sont les perdants nets, alors qu’ils étaient les bénéficiaires initiaux).

9La vision « utilitariste » de la théorie néoclassique dominante explique ainsi les motivations du corrompu et du corrupteur à partir des fondements de la microéconomie et de la théorie des marchés. Ces motivations sont donc censées s’appuyer sur une analyse en termes de bénéfices et de coûts, à laquelle se livrent le corrompu et le corrupteur en mesurant les gains qu’ils peuvent retirer d’une pratique corruptrice et les sanctions qui peuvent en découler (Becker 1968). Dans cette analyse, les deux acteurs cherchent à maximiser les gains nets qu’ils retirent de leur situation, en tentant de tirer le plus grand bénéfice que peut leur conférer leur emploi après avoir quantifié et monétarisé l’ensemble des coûts auxquels ils vont être confrontés, y compris les coûts moraux, la perte du prestige social qui en découle et la valeur d’un séjour en prison. A partir du moment où les gains pécuniaires et psychiques qu’ils retirent de l’acte dépassent l’ensemble de ces coûts, ils accepteront d’entrer dans le marché de la corruption (Ehrlich 1973). C’est le type de calcul auquel se livrent en principe tous les agents économiques, de manière consciente ou inconsciente, jusqu’au point où les bénéfices tirés de l’acte de corruption égalisent les coûts qui en découlent (Villet et Nerdrum 1995 : 113).

10L’une des explications de cette pratique de la corruption est ainsi qu’aucune organisation ne peut prétendre à la transparence totale, dans la mesure où elle est un espace de relations de pouvoir, d’influence, de marchandage et de calcul. Dans ces conditions, l’acteur garde toujours une certaine marge de manœuvre, qu’il ne peut s’empêcher d’utiliser pour « battre » le système à son propre avantage. La notion de zone d’incertitude développée par Crozier en sociologie des organisations illustre parfaitement ce comportement (Crozier et Friedberg 1977 : 41-43). Cette « nouvelle » rationalité économique diffère bien de celle du modèle théorique libéral, selon laquelle l’homo oeconomicus n’a pas besoin de « s’adonner » à la corruption, du fait de la transparence de l’information.

  • 4 Bien que l’Afrique soit plurielle, il existe au sein de ses différentes composantes un dénominateur (...)
  • 5 On pourrait établir une analogie avec le modèle mafieux sicilien. Dans cette partie défavorisée de (...)

11Cependant, si la théorie néoclassique a eu le mérite de reconnaître la possibilité de corruption dans le modèle libéral, elle reste quand même très ancrée sur l’individualisme occidental (Godbout 1996 : 10-12). Il nous faut alors revenir à la question de la corruption en Afrique, où les acteurs évoluent dans des sociétés à tradition communautaire, fondées sur la triple obligation de donner, de recevoir et de rendre. Sur ce point, nous voudrions défendre la thèse suivante : dans la société africaine plurielle4, les pratiques qu’il est convenu d’appeler corruption doivent être distinguées suivant les objectifs qu’elles poursuivent : selon les symboles et les croyances du moment, elles peuvent viser soit à la réalisation d’intérêts collectifs selon l’ancien code de valeurs, soit à celle d’intérêts individuels selon le nouveau code de valeurs, soit encore aux deux types d’intérêts à la fois. C’est cette multiplicité de situations qui fait la spécificité de la « corruption » en Afrique. Dans cette perspective, plusieurs recherches ont essayé de mieux représenter les pratiques de la corruption, en déplaçant sa problématique du niveau individuel au niveau collectif et en faisant appel à la notion de communauté, puis à celle de réseau, compris au sens institutionnel du terme (Massiah 1991)5.

Dimensions socioculturelle et économique de la corruption en Afrique

  • 6 Voir à ce sujet les travaux pionniers de Hugon et al. (1993) ; Hugon (1995) ; Mahieu (1990) ; Latou (...)

12L’Afrique, malgré son extraversion et son insertion biaisée dans la mondialisation économique, financière et culturelle, est encore enracinée dans des codes de valeurs différents de ceux qui prévalent dans les sociétés à dominante marchande. La conjonction de cette ouverture à la modernité et de cet enracinement dans la tradition est à l’origine de la coexistence de deux ensembles de codes de valeurs : l’un, que l’on peut appeler « ancien », se trouve confronté à l’autre, que l’on qualifiera de « nouveau » ; le premier tend à être déstructuré par le deuxième. C’est l’aller et retour entre le nouveau et l’ancien code de valeurs qui rend imprécise, et surtout perméable, la frontière entre la corruption et la redistribution. Ainsi, le comportement que nous dénommons ici le « prélèvement improductif à des fins de reproduction individuelle » s’apparente à la corruption et s’enracine dans le nouveau code de valeurs, qui est le produit du « mimétisme » et de la montée de l’individualisme, phénomène de plus en plus dominant en Afrique. Par contre, ce que nous appelons « prélèvement improductif à des fins de reproduction collective » doit être considéré comme un comportement de redistribution ; il s’enracine dans l’ancien code de valeurs, qui se réfère à la société africaine traditionnelle caractérisée par la hiérarchie lignagère ainsi que par l’économie du don et de la réciprocité6.

Le prélèvement improductif à des fins de reproduction collective

13Le « code de valeurs ancien » résulte de la persistance, dans les Etats africains « modernes », de croyances et de pratiques traditionnelles qui attribuent un rôle important à l’ethnicité et, de façon plus large, à l’appartenance à un groupe ou à un réseau. Ces croyances et pratiques sociales accordent ainsi une place prépondérante à la collectivité d’appartenance, où prédominent les règles de solidarité et de réciprocité. A ce titre, les individus qui sont membres de cette collectivité ont la triple obligation de donner, de recevoir et de rendre, obligeant ainsi les autres à faire de même. Par effet cumulatif, ce mécanisme empêche une proportion importante de la population du groupe de tomber dans la pauvreté. Et c’est par obéissance aux mêmes règles et lois en vigueur dans les sociétés dont ils sont originaires que les souverains, les chefs et les responsables politiques africains considèrent comme légitime d’opérer un prélèvement sur la communauté pour donner aux plus pauvres.

  • 7 Ndiaye (1996) utilise le terme d’accaparement pour désigner des formes de relation sociale exprimée (...)

14Ces pratiques sont inscrites dans la tradition africaine, qui, pour des raisons de cohésion, préconise le prélèvement d’un impôt social pour les plus démunis, selon le principe c’est en donnant qu’on gagne. Elles seront renforcées par l’islam, qui affirme que ceux qui font l’aumône [ceux qui donnent aux pauvres] en recevront le double de la part de Dieu (Coran, sourate la Vache, n° 2, verset 269). Ainsi le prélèvement bénéficie-t-il d’un statut non pas dévalorisant, mais éthique. Il a acquis une valeur positive : son respect est un devoir, et sa transgression une faute morale impliquant une sanction de la part du groupe. Ce prélèvement-redistribution est considéré comme étant de la même nature que celui des acteurs qui s’adonnent aux œuvres sociales et consacrent le produit de leur prélèvement à faire du bien sur terre et à corriger les inégalités sociales ; il est de nature altruiste, car il ne vise pas l’enrichissement personnel mais sert à acquérir des biens qui sont utilisés dans la consommation et la redistribution sociale, d’une manière qui s’apparente au modèle du potlach7. Quelle que soit l’origine des biens prélevés à des fins de redistribution, la conscience collective fait que les Africains, loin de les condamner, louent les auteurs de ces actes et les admirent. Il y aurait donc un ethos du prélèvement-redistribution qui demeure dans la société africaine, une conduite qui est non seulement valorisée, mais ardemment cultivée, voire enseignée comme indice d’accomplissement spirituel et de performance sociale (Ndiaye 1996 : 65-67).

  • 8 Il est important de rappeler que les sociétés européennes avant la révolution industrielle de même (...)

15Pour montrer que cette pratique ancestrale est toujours d’actualité, prenons le cas de l’administration africaine qui, jusque dans les années 80, détenait encore des privilèges et des monopoles liés à ses fonctions8. Principal acteur économique, l’Etat était également le plus grand créateur d’emplois. S’il est généralement admis que l’emploi s’obtient par le mérite, il faut remarquer qu’en Afrique, ce mérite ne constitue une condition ni nécessaire ni suffisante : pour obtenir un emploi, il suffit d’être issu des « bonnes » familles ou d’appartenir au groupe occupant les plus hautes fonctions au sein de l’administration (les deux appartenances étant d’ailleurs le plus souvent confondues). L’exemple qui illustre le mieux cette pratique est celui d’un membre d’une communauté qui demande un service légal, dans des conditions illégales, à un autre membre de sa communauté qui occupe une « bonne » place dans l’administration. Les esprits cartésiens verront de la corruption dans cette pratique, mais dans la conscience africaine, il n’en est rien. En effet, dans les modes de représentations africaines, le fonctionnaire qui rend des services légaux (voire même illégaux) par « favoritisme » n’est pas considéré comme corrompu, malgré le fait qu’il ne respecte pas le principe de base de l’administration, fondé sur l’égalité de traitement pour tous les citoyens. Il permet seulement aux membres de sa communauté de profiter de la rente liée à sa situation. Et tant que le prélèvement ne contribue pas à son enrichissement personnel mais à celui du groupe, son acte est considéré comme louable.

16Le revers de la médaille vient de ce que les personnes ne bénéficiant pas d’un réseau, ou dont la communauté d’appartenance n’a pas atteint les hautes sphères de la fonction publique, sont lésées par ce mécanisme : elles vont donc dénoncer ce prélèvement et tenter de réagir à leur tour. C’est ce qui se passe par exemple lors d’un changement de gouvernement : les nouveaux ministres font occuper les nouvelles fonctions par un nouveau personnel, exclusivement issu de leur communauté d’appartenance. Cette pratique, et d’autres comparables, qui consistent à prendre à l’« étranger » pour donner à sa propre communauté, expliquent au moins en partie les raisons qui incitent les acteurs à prélever sur l’Etat moderne. Issu du processus colonial, ce dernier est en effet toujours considéré comme un « corps étranger », donc illégitime, et cela malgré quarante ans d’« indépendance ». C’est pourquoi opérer un prélèvement sur les ressources de l’Etat pour redistribuer au sein de sa communauté n’est pas infamant, d’autant plus que les programmes d’ajustement structurel ont largement évincé cet Etat de sa mission de service public.

  • 9 Au Mali par exemple, la possession de nombreux dépendants sur lesquels on a des droits mais aussi d (...)

17Quelles que soient leurs origines, ces différentes formes de prélèvement visent la réalisation de deux objectifs bien différents. Le premier objectif est celui de l’amélioration du niveau de vie des membres du groupe d’appartenance, car, en Afrique, l’individu n’existe que parce qu’il appartient à un groupe, et les pressions exercées sur lui par la communauté sont génératrices d’importantes redistributions (Mahieu 1989). Dans cette perspective, on peut soutenir que l’Africain fonctionne selon un special case, différent du modèle général de la théorie économique (Seers 1976). Lhomo oeconomicus africa-nus fait son choix, non pas en fonction de ses préférences, mais en fonction de la valeur des relations interpersonnelles, qui l’emporte sur celle des choses matérielles. Les objectifs de ces actions dépassent les gains matériels individuels : on ne peut donc les comprendre qu’en les rattachant à une stratégie politique, économique et sociale d’ensemble, qui se développe par l’entraide et la solidarité entre les membres du réseau, et qui sert de sécurité sociale en cas d’infortune. Par contre, si les notions de compétition et de concurrence ne se trouvent pas à l’intérieur du groupe, elles sont pratiquées couramment par rapport aux autres lignages avec pour seul objectif l’amélioration du niveau de vie des membres de la communauté au détriment de celui des autres collectivités. C’est en ce sens qu’il faut souligner l’importance des « bonnes » relations sociales en Afrique, qui constituent en définitive les meilleurs indicateurs de richesse9.

  • 10 Voir la contribution de J.-F. Bayart, in : Massiah (1991).

18Le second objectif est lié au premier, car ce mode de redistribution permet à la classe dirigeante non seulement d’asseoir sa base ethnique, mais aussi de maintenir sa clientèle, toutes les deux étant un vivier d’électeurs grâce auquel elle peut rester au pouvoir. Cela fait aussi du « prélèvement à des fins de reproduction du groupe » un système de régulation politique, que les politologues appellent le mécanisme de la cooptation des contre-élites, utilisé par les chefs d’Etat africains pour rester au pouvoir et lutter contre leurs adversaires10. Cette pratique nous porte à croire que la personne qui prélève n’obéit pas seulement à la logique du groupe, mais également à la sienne propre. Ce mécanisme s’apparente à la manipulation affective, jeu construit dans lequel un acteur, aussi longtemps qu’il veut continuer à jouer et s’assurer simultanément que sa participation au jeu lui demeure profitable, doit contribuer à la réalisation des objectifs de l’ensemble (Crozier et Friedberg 1977 : 23).

  • 11 Ce terme traduit la théorie de la contagion hiérarchique de Tarde dans la société sénégalaise (Ndia (...)

19Mais ces pratiques à visées essentiellement collectives ont de moins en moins cours en Afrique, suite au phénomène de toopandoo (terme ouolof que l’on peut traduire par « mimétisme »)11. En effet, la transition que les sociétés africaines ont connue depuis les années 60, avec l’apparition de formes économiques modernes et d’idées nouvelles, a été à l’origine d’une culture administrativo-urbaine fondée sur l’imitation du colonisateur par l’élite et par la population en quête de distinction, perpétuant ainsi les mécanismes de colonisation mentale (Mbembe 1992). Ce mimétisme, qui relègue l’ancien code au stade de la barbarie, se combine à la crise économique et financière que connaît l’Afrique pour donner naissance à une nouvelle culture, centrée de plus en plus sur l’individualisme et la maximisation de l’intérêt personnel au détriment de celui du groupe, préfigurant le nouveau code de valeurs où dominent le matérialisme, l’individualisme, la compétition, la marchandisation des rapports sociaux. Les pratiques observables témoignent d’un « aller et retour » entre l’ancien et le nouveau code, encouragé par l’impunité : ainsi l’acteur africain accapare-t-il de façon privative des biens meubles ou immeubles appartenant à la collectivité. C’est un tel accaparement que l’on qualifie aujourd’hui, en Afrique, de « corruption » au sens occidental du terme, et que nous allons maintenant examiner.

La corruption privative

20L’analyse institutionnelle explique la corruption comme la recherche d’efficience de l’agent, face aux contraintes administratives et structurelles imposées par les réalités économiques africaines (Lafay 1990 ; Rocca 1993). Actuellement, face à l’instabilité politique et économique qui règne dans le continent, tout Africain est conduit à élaborer des stratégies personnelles d’accumulation pour faire face aux lendemains incertains. Si une incertitude survient, les acteurs capables de la contrôler grâce à leurs ressources ou leurs capacités utiliseront celles-ci dans leurs tractations pour s’imposer aux autres, dans le but de s’enrichir personnellement (Crozier et Friedberg 1977 : 24). Et plus les incertitudes se multiplient, plus la marchandisation des rapports sociaux se développe et plus la corruption apparaît comme un simple moyen d’accaparement, et non plus comme un comportement enraciné dans le code ancien, où l’on prélevait pour la satisfaction des besoins du groupe.

21Le flou entretenu entre l’ancien et le nouveau code, à l’image de celui qui existe entre les droits fonciers traditionnel et moderne en Afrique, a permis à la corruption de passer de la logique de la redistribution à celle de l’accumulation. C’est pourquoi l’expression « manger l’argent » est attribuée à tout acteur public qui détourne des deniers publics ou qui bénéficie des largesses de l’Etat sans en faire profiter son groupe d’appartenance. Prenons l’exemple de ce que l’on appelle en Afrique les « grands contrats ». Une compagnie étrangère verse des pots-de-vin à un chef d’Etat africain pour l’obtention de droits exclusifs de forage de puits de pétrole. Cette compagnie « décroche » le marché sans que l’on ait fait jouer la règle de la concurrence, alors que celle-ci aurait pu apporter de meilleures garanties et un partage plus équitable des bénéfices. Dans cet exemple, le dirigeant africain fait de la rétention d’informations et ne redistribue pas : il n’obéit plus à l’ancien code de valeurs, mais au nouveau. Et même si l’information était disponible auprès des usagers, leur faible niveau d’organisation les empêcherait de jouer le rôle de véritable contre-pouvoir. Ainsi, la logique du prélèvement « vertueux » cède la place à celle d’un comportement « égoïste » dont les objectifs ne sont ni collectifs ni sociaux, mais privés. C’est pour son profit personnel que le dirigeant accapare cette manne financière qui appartenait à la collectivité, puisque les ressources du sous-sol sont par excellence des biens communs à la population vivant sur le territoire. Les seuls acteurs à profiter de cet acte de corruption sont le corrompu (le dirigeant africain) et le corrupteur (le responsable de la compagnie étrangère). La perte sociale qui en découle est considérable, car c’est l’ensemble de la population qui est évincé de ces flux financiers.

22La même analyse vaut pour la gestion des fonds liés aux programmes d’ajustement structurel, programmes dont les conditionnalités ont refaçonné les rapports entre ceux qui sont à l’intérieur et ceux qui sont à l’extérieur de l’Etat. En effet, les mesures visant la réduction du train de vie de l’Etat ont été détournées de leur mission première : elles ont plutôt servi à réduire le niveau de vie de la population. Dans la même optique, la crise financière que connaissent les Etats africains a permis ce que l’on pourrait appeler la corruption palliative. L’Etat employeur n’assurant plus le paiement des salaires des fonctionnaires, ces derniers entrent dans le jeu de la corruption en vendant des biens publics – ceux au moins qui peuvent l’être techniquement, parce qu’ils sont divisibles. C’est à ce titre que s’est développé par exemple, ces dernières années, le commerce informel des passeports et des visas : ce marché parallèle est alimenté par certains diplomates africains qui ne sont pas payés depuis plusieurs mois, et qui se font leur salaire en vendant, à leur propre profit, des documents officiels dont les prix varient d’un pays à un autre.

  • 12 A l’exception de la Côte d’Ivoire, dont le président « fermait » les yeux sur certains détournement (...)
  • 13 Cela est d’autant plus grave que le nouveau code a introduit des valeurs inédites, tels le détourne (...)

23Le problème de la corruption serait moins grave si ces différentes formes de prédation privative à des fins de thésaurisation servaient à l’investissement au niveau national. Cependant, cette prédation privative ne s’oriente pas vers un investissement productif, pour deux raisons principales. La première vient du fait que cette corruption privative, malgré le nouveau code de valeurs, est restée largement redistributive. Mais cette redistribution obéit à des contraintes très nouvelles : on ne redistribue plus dans sa collectivité d’appartenance, mais dans de nouveaux réseaux créés par un acte volontaire, à savoir les collectivités d’adhésion. Par exemple, le ministre africain qui détourne les fonds de la Banque mondiale veillera toujours à redistribuer vers le haut (le chef d’Etat recevra sa part d’une manière ou d’une autre) et vers le bas (auprès de ses subordonnés). Le but est d’être « couvert » par le chef et de s’assurer l’allégeance des subalternes qui « coopèrent » entièrement à l’opération de détournement. La seconde raison réside dans le fait que l’argent de la corruption est expatrié dans des banques étrangères pour être à l’abri en cas de changement de la classe dirigeante. Ces deux raisons expliquent la différence entre la corruption en Afrique12 et celle pratiquée dans certains pays d’Asie et d’Amérique latine. Dans ces derniers (par exemple en Indonésie, au Japon, en Colombie, etc.), la corruption s’accompagne d’une économie productive, tandis que celle de l’Afrique se résume uniquement à la prédation pour des intérêts personnels13. Les analyses issues de l’économie politique et de la littérature du développement devraient approfondir cette orientation différente de l’Afrique, afin de voir pourquoi la corruption dans les autres pays du Sud s’accompagne de la croissance industrielle alors qu’en Afrique, elle est antiproductive et coïncide avec la désagrégation de la société tout entière. Une des pistes pour une telle recherche serait l’examen des probabilités du rapatriement des fonds détournés et accumulés à l’étranger : ayant suffisamment accumulé à l’extérieur, les bénéficiaires de la corruption vont-ils rapatrier les capitaux dans leur pays d’origine pour financer des projets d’investissement s’inscrivant dans le développement à long terme ? Un tel rapatriement pourrait constituer une condition supplémentaire pour la poursuite de l’aide publique au développement. En effet, si la thésaurisation restait sur place ou était rapatriée, il serait impossible d’accumuler de fortes sommes – comme l’avait fait par exemple Mobutu ; les dirigeants prédateurs seraient obligés de redistribuer ou d’investir pour se maintenir au pouvoir, sinon il y aurait des personnes assez motivées pour détourner les trésors constitués par les corrompus.

Ébauche de solutions au problème de la corruption : le cas du Sénégal

24L’hypothèse du rapatriement des fonds détournés permet d’amorcer la réflexion sur les solutions possibles pour faire face au problème de la corruption en Afrique. Comme dit plus haut, cette réflexion ne doit pas se centrer d’abord sur les aspects moraux, mais doit tenir compte en toute hypothèse des caractéristiques du modèle de développement qui est imposé à l’Afrique, et qui sacrifie tout au marché.

25Selon certains théoriciens néoclassiques, la corruption peut être positive en tant qu’elle permet une meilleure allocation des ressources et « fluidifie » les obstacles posés par l’abus des droits de propriété sur les positions, les iles d’attente, les rationnements imposés par les mauvaises politiques de l’Etat (Leff 1964, cité par Sindzingre 1994 : 8-14). Dans une perspective analogue à celle des auteurs néoclassiques lorsqu’ils reconnaissent la corruption comme une forme de maximisation de l’utilité individuelle et collective, nous nous inspirons de Corm (1993 : 81) pour dire qu’il ne sert à rien de condamner cette pratique illicite : dans la mesure où la théorie dominante préconise un développement à travers le marché, il faudrait plutôt analyser les ressorts économiques de la corruption pour rétablir en Afrique de véritables logiques de compétition libérale, à défaut d’une planification centralisée qui a partout montré ses limites. Dans cette ligne, au lieu de condamner (à tort ou à raison) les pratiques corruptrices en Afrique – pratiques que ni les conférences nationales ni les outils juridiques ne sont parvenus à résoudre –, il faudrait réfléchir sur les conditions de l’évolution d’une société d’accaparement vers une société d’initiative.

26Dans le cas spécifique du Sénégal, cette société d’accaparement est caractérisée, comme nous l’avons vu ci-dessus, par des acteurs dont les affaires se sont développées en relation étroite avec l’Etat. En conséquence des programmes d’ajustement qui ont mis l’Etat en position de faiblesse et la société civile en situation de défi, on a assisté au développement du secteur informel et à l’émergence de l’entrepreneur et de l’innovateur. Ndiaye (1998 : 75-110) a décrit celui-ci sous le terme de Baay Xalis (« capitaliste » en ouolof) : analphabète, ayant commencé par vendre à la criée des petits objets sans valeur ou pratiquant une activité sans grand prestige social, Baay Xalis a réussi à couper, socialement et culturellement, le cordon ombilical qui le reliait à la société économique dominée par la prédation. Et ce qui distingue le prédateur de l’entrepreneur, ce n’est pas seulement la filiation sociologique et historique, mais les rôles opposés qu’ils jouent. Le prédateur, affilié aux appareils d’Etat, sacrifie tout à la logique de la consommation ; pour l’entrepreneur, en revanche, issu souvent d’un milieu défavorisé et de l’exode rural, ce sont les logiques d’épargne, d’investissement et d’accumulation qui priment : « On dirait que nos entrepreneurs réussissent de fait, grâce à l’isolement social dont ils sont l’objet [...], à constituer un capital considérable. C’est comme si la sorte de disgrâce sociale qui les frappe protégeait en réalité l’action économique par laquelle ils parvenaient à amasser des fortunes réelles mesurables du point de vue du plan comptable moderne et justifiables par la rationalité purement économique » (Ndiaye 1998 : 84). Dans cette rationalité, ce n’est plus la consommation qui est la destination finale du processus économique, mais la mise en valeur du patrimoine lui-même. Cet entrepreneur – que l’on pourrait qualifier de « Sénégalais nouveau » – est le prototype de la fin de la société de prédation, et l’indice d’un progrès non seulement socioculturel, mais aussi économique, dans la mesure où il rationalise la conduite économique traditionnelle en libérant le rapport économique du cadre social qui contraignait son essor (Ndiaye 1998 : 85). Le mérite de ce Sénégalais nouveau est non seulement de vouloir mettre fin à la société de prédation, mais aussi de ne pas rechercher le capital comme étant une fin en soi et de résister aux pressions redistributives que la société exerce sur lui : « Il ne soumet pas le tout de sa vie sociale, morale, idéologique et religieuse à son affaire, il adapte les nécessités de son affaire aux usages du milieu dans lequel il vit, tant et si bien que les pressions du milieu, [...], ne ruinent pas ni son négoce, ni sa culture » (Ndiaye 1998 : 86). En trouvant une cohérence entre son affaire et sa culture, il fixe de nouveaux objectifs à l’activité économique et détermine une nouvelle relation entre l’homme et le travail. A travers la rationalisation de son comportement, il donne naissance à une nouvelle pratique sociale qui, selon Ndiaye, est indépendante de toute religion et de toute philosophie.

  • 14 Se référer à l’économie de la traite de l’arachide, qui a donné naissance à la première bourgeoisie (...)
  • 15 Ici, il ne faut pas prendre le secteur « informel » dans le sens négatif que lui donnent la plupart (...)

27Même si le comportement de Baay Xalis est antérieur au triomphe du mouridisme dans la société sénégalaise14, il ne faudrait pas oublier que c’est ce mouvement de pensée et de comportement qui a formulé, au niveau théorique et philosophique, l’éthique du travail comme alternative à la société de prédation (à l’instar du bouddhisme et du protestantisme). En effet, il a permis un certain mouvement d’émancipation, politique lors de la période coloniale puis économique à l’avènement des programmes d’ajustement structurel. Dans ce sens, le mouridisme peut être interprété comme une première philosophie des acteurs du secteur informel15, dans la mesure où il prétend réconcilier, dans le cadre de la religion, les fins privées recherchées par les Baay Xalis et les fins proprement communautaires exprimées par la société. Ce « nouveau » mouvement de pensée – qui a pour devise Science, Prière et Travail – fonctionne selon l’ancien code de valeurs africain en mettant en avant l’éthique du travail, au sens de la production et de l’échange croissant de richesses spirituelle et matérielle, et comme moyen d’accéder au paradis. Une telle doctrine économique donne au travail à la fois le sens d’un devoir et celui d’une obligation (Mboup 1997 : 40). Dans cette collectivité d’adhésion qui a des liens aussi forts qu’une collectivité d’appartenance, les acteurs recherchent aussi bien la maximisation de leurs préférences que celle du groupe à travers le adiya, forme d’impôt social versé au chef de la communauté qui en assure la redistribution. Cette mixité entre la recherche de l’intérêt privé et celle de l’intérêt collectif fait que la solidarité règne à l’intérieur du mouvement et que la rivalité n’existe que par rapport à l’« autre », à l’extérieur de la collectivité. On peut prendre à l’autre pour donner à son groupe, car c’est en donnant à son groupe que l’on gagne le paradis sur terre et au ciel. C’est pourquoi les prix pratiqués dans le secteur informel au Sénégal (dominé par les mourides) varient en fonction de la confrérie d’adhésion. Cette pratique, qui intègre des critères marchands et non marchands, permet la maximisation à la fois de l’intérêt individuel et de celui de la confrérie, empêchant ainsi une bonne partie de la population du groupe de tomber dans le dénuement complet.

Conclusion

28Il ne s’agit là que d’un exemple, mais qui pourrait inspirer la recherche actuelle menée en Occident sur l’économie solidaire, en tant que stratégie de résistance face aux effets pervers de l’ultralibéralisme (exclusion, destruction des liens sociaux...). En effet, l’économie solidaire s’inspire entre autres des travaux de Marcel Mauss sur les sociétés mélanésiennes, dont il disait que « ces peuples ont progressé dans la mesure où elles-mêmes, leurs sous-groupes et enfin leurs individus ont su stabiliser leurs rapports, en donnant, en recevant et enfin en rendant » (Mauss 1995 : 278). Ce sont ces mêmes principes de solidarité et de réciprocité que les systèmes d’échanges locaux, en tant que forme d’économie solidaire, tentent de remettre à jour. Et ce sont ces mêmes logiques qui faisaient légion dans les sociétés africaines, mais qui sont en voie de disparition suite au mimétisme : comme la plupart des dirigeants africains sont victimes de « colonisation mentale », ils attendront d’abord que l’Occident s’approprie leurs propres valeurs (africaines), avant de se les réapproprier, faisant ainsi reculer l’hypothétique processus de « rattrapage ». Ce phénomène mérite réflexion car dans ce domaine précis, les Sénégalais comme les Mélanésiens pourraient combler leur absence tant décriée dans l’histoire de la pensée économique et, pourquoi pas, donner des leçons à l’Occident. Enfin, la réflexion sur la triple obligation de donner, de recevoir et de rendre devient de plus en plus urgente pour la recherche de nouvelles solutions, à court terme, au problème de la pauvreté et, à long terme, au phénomène du sous-développement en Afrique.

Bibliographie

Bayart J.-F., 1989, L’Etat en Afrique. La politique du ventre, Paris : Fayard.

Becker G.S., 1968, « Crime and Punishment : An Economic Approach », Journal of Political Economy, no. 76, pp. 587-606.

Borghi M. et Meyer-Bisch P. (éds.), 1995, La corruption, l’envers des droits de l’homme, Fribourg : Les Editions Universitaires (interdisciplinaire).

Cartier-Bresson J., 1992, « Eléments d’analyse pour une économie de la corruption », Revue du Tiers Monde, t. XXXIII, n° 131.

–, 1995, « De la définition d’un marché de la corruption à ses formes organisationnelles : un premier bilan des analyses économiques de la corruption », in : Mény Y., La corruption dans les systèmes pluralistes, Paris : La Découverte.

Comeliau C., 1991, « Le développement ne peut-il être que marchand ? », Informations et commentaires, n° 176, juillet-septembre, pp. 31-39.

Comeliau C. et al., 1994, « Mission d’évaluation des conditions de vie au Mali », Programme spécial pour l’Afrique « Evaluation de la pauvreté et analyse des dépenses publiques », Banque mondiale.

Corm G., 1993, Le nouveau désordre économique international. Aux racines des échecs du développement, Paris : La Découverte.

Crozier M. et Friedberg E., 1977, L’acteur et le système. Les contraintes de l’action collective, Paris : Seuil.

Diop-Maes L.M., 1996, Afrique noire. Démographie, sols et histoire : une analyse pluridisciplinaire et critique, Paris : Présence Africaine, Gif-sur-Yvette : Khepera.

Ehrlich I., 1973, « Participation in Illegitimate Activities : A Theoretical and Empirical Investigation », Journal of Political Economy, vol. 81. Cité par Villet et Nerdrum (1995 : 113).

Ekeh P., 1975, « Colonialism and the Two Publics in Africa : A Theorical Statement », Comparative Studies in Society and History, no. 17, cité par Médard J.-F., « La corruption politique et administrative et les différenciations du public et du privé : une perspective comparative », in : Borghi et Meyer-Bisch (1995 : 44).

Godbout J.-T., 1996, Le langage du don, Montréal : Fides.

Goffman E., 1973, La mise en scène de la vie quotidienne, 2 vol., Paris : Minuit.

Hugon P., 1995, « Robinson ou Vendredi ? La rationalité économique en Afrique », Sciences humaines, n° 47, février, pp. 10-13.

Hugon P. et al., 1993, L’Afrique des incertitudes, Paris : PUF.

Lafay J.D., 1990, « L’économie de la corruption. Analyses économiques de la corruption », SEDEIS, mars 1990, n° 74.

Latouche S., 1998, L’autre Afrique : entre don et marché, Paris : Albin Michel.

Leff N.H., 1964, « Economic Development through Bureaucratic Corruption », American Behaviour Scientist. Cité par Sindzingre (1994 : 8-14).

Mahieu F.R., 1989, « Transferts et communautés africaines », STATECO (INSEE), n° 58-59, pp. 107-136.

–, 1990, Les fondements de la crise économique en Afrique, Paris : L’Harmattan.

Massiah G. (débat animé par), 1991, Economie politique de la corruption, Archimède & Léonard, hors-série, n° 7-8, printemps-été, Paris : Association internationale de techniciens, experts et chercheurs.

Mauss M., 1995, « Essai sur le don », in : Sociologie et anthropologie, Paris : PUF.

Mbembe A., 1992, « Provisional Notes on the Postcolony », Africa, vol. 62, no. 1, pp. 3-37.

Mboup M.T., 1997, Enjeux socio-économiques des migrations Sud-Nord pour les zones de départ. Le cas des Sénégalais d’Italie, originaires de la région de Louga, mémoire de diplôme de recherche, Genève : IUED.

Ndiaye M., 1996, L’éthique ceddo et la société d’accaparement ou les conduites culturelles des Sénégalais d’aujourd’hui. Le Goorgi type moyen de la société sénégalaise urbaine post-indépendance, t. I, Dakar : PUD.

–, 1998, L’éthique ceddo et la société d’accaparement ou les conduites culturelles des Sénégalais d’aujourd’hui. Les Moodu Moodu ou l’ethos du développement au Sénégal, t. II, Dakar : PUD.

Polanyi K., 1983, La grande transformation. Aux origines politiques et économiques de notre temps, Paris : Gallimard.

Rist G., 1998, « Préalables à une théorie générale de l’échange », in : Y. Preiswerk et F. Sabelli (dir.), Pratiques de la dissidence économique. Réseaux rebelles et créativité sociale, Nouveaux Cahiers de l’IUED, Genève : IUED, Paris : PUF, pp. 17-40.

Rocca J.-L., 1993, La corruption, Paris : Syros.

Rose-Ackerman S., 1997, « The Economics of Corruption », Journal of Public Economics, vol. 4.

Seers D., 1976, « A Relevance of a Theory : The Limitations of the Special Case », in :MEiER G., Leading Issues in Economic Development, 3rd ed., New York : Oxford University Press, pp. 53-58.

Sindzingre A.N., 1994, Etat, développement et rationalité en Afrique : contribution à une analyse de la corruption, Travaux et documents, Bordeaux : CEAN.

Villet M. et Nerdrum L., 1995, « La corruption : un dysfonctionnement du marché de l’information », in :Borghi et Meyer-Bisch (1995), pp. 107-119.

Notes

1 Je tiens à remercier Christian Comeliau, dont les critiques et idées originales m’ont permis d’améliorer les versions successives du présent texte.

2 Si ces logiques prédominaient dans les sociétés lignagères, elles n’étaient pas exclusives et coexistaient avec celles, autoritaires et patrimoniales, qui fonctionnaient au niveau transversal. Il faudrait également rappeler que ces logiques ne sont pas contradictoires car c’était l’autorité (ou le nanti) qui prenait aux autres (ou sur sa fortune personnelle) pour distribuer aux pauvres. Ainsi, la logique autoritaire (patrimoniale) alimentait celle du don et vice-versa. C’est en ces termes que Diop-Maes (1996 : 190) parle des souverains africains du viiie au xvie siècle, qui, à travers l’impôt collecté ou leurs libéralités, mettaient un point d’honneur à satisfaire toutes les catégories sociales et en particulier les indigents.

3 Ce sujet a fait l’objet d’une énorme littérature. Voir Bayart (1989) ; Cartier-Bresson (1995) ; Leff (1964), cité par Sindzingre (1994 : 8-14).

4 Bien que l’Afrique soit plurielle, il existe au sein de ses différentes composantes un dénominateur commun, qui réside dans l’acceptation de la réalité d’une identité culturelle et d’un passé historique commun, et dans l’aspiration à une existence souveraine à l’intérieur d’organisations politiques propres.

5 On pourrait établir une analogie avec le modèle mafieux sicilien. Dans cette partie défavorisée de l’Italie persistent des codes de valeurs non marchands. La corruption détenue par la mafia et les pouvoirs politiques de la démocratie chrétienne a fonctionné comme un élément de cohésion sociale et de maintien des codes de valeurs existants. Voir à ce sujet Massiah (1991).

6 Voir à ce sujet les travaux pionniers de Hugon et al. (1993) ; Hugon (1995) ; Mahieu (1990) ; Latouche (1998).

7 Ndiaye (1996) utilise le terme d’accaparement pour désigner des formes de relation sociale exprimées dans des prestations de nature économique, mais qui sont commandées par la morale et la culture, et non par l’intérêt personnel ou le calcul économique.

8 Il est important de rappeler que les sociétés européennes avant la révolution industrielle de même que les sociétés asiatiques anciennes ont fonctionné selon le même modèle. Voir à ce sujet Polanyi (1983) ; Rist (1998).

9 Au Mali par exemple, la possession de nombreux dépendants sur lesquels on a des droits mais aussi des obligations, notamment en termes de redistribution de nourriture, est la définition même de l’homme riche. Ce critère d’évaluation de la richesse diffère des indicateurs économiques fondés sur les enquêtes « budget de consommation des ménages » menées par l’équipe de la Banque mondiale pour évaluer les conditions de vie. Voir à ce propos Comeliau et al. (1994).

10 Voir la contribution de J.-F. Bayart, in : Massiah (1991).

11 Ce terme traduit la théorie de la contagion hiérarchique de Tarde dans la société sénégalaise (Ndiaye 1996 : 72).

12 A l’exception de la Côte d’Ivoire, dont le président « fermait » les yeux sur certains détournements de fonds publics qui faisaient par la suite l’objet d’investissements au niveau national.

13 Cela est d’autant plus grave que le nouveau code a introduit des valeurs inédites, tels le détournement de biens publics et le mensonge qui sont devenus une « vertu ». Au Sénégal, il n’est pas rare de voir d’anciens fonctionnaires « intègres » partir à la retraite avec de maigres allocations et se voir traiter de « pauvres types » parce qu’ils n’ont pas détourné la rente que leur poste mettait à leur disposition.

14 Se référer à l’économie de la traite de l’arachide, qui a donné naissance à la première bourgeoisie sénégalaise, notamment dans les quatre communes de Dakar, Saint-Louis, Rufisque et Gorée.

15 Ici, il ne faut pas prendre le secteur « informel » dans le sens négatif que lui donnent la plupart des définitions, qui le présentent comme ce qui n’est pas officiel, pas formel, pas légal, mais plutôt comme un ensemble de stratégies de résistance face à l’éviction de l’Etat-providence par les programmes d’ajustement structurel. En l’absence d’un Etat qui, pendant plus de quarante années, a détenu le monopole du développement, ce secteur informel est devenu de plus en plus dominant : il ne se limite plus à la vente d’objets de peu de valeur et a connu un processus de semi-industrialisation.

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search