Version classiqueVersion mobile

Monnayer les pouvoirs

 | 
Giorgio Blundo

Lignes

Mondialisation de la corruption et de la criminalité

Mohammad-Reza Djalili

Texte intégral

1L’Etat moderne, depuis qu’il existe, a été le cadre naturel à l’intérieur duquel s’effectuait l’essentiel des relations politiques, économiques et sociales tout en offrant un espace privilégié pour le développement de la corruption sous toutes ses formes, puisque « la corruption, comme forme particulière de transaction, présuppose l’existence d’un pouvoir de contrôle » (Rocca 1993 : 24), pouvoir étatique qu’il s’agit de contourner ou d’échanger contre des services, des avantages et des biens de toutes sortes. Cependant, le cadre territorial de l’Etat n’a jamais constitué une limite totalement étanche de la corruption et celle-ci est parvenue à se développer bien souvent à l’échelle internationale. En fait, la corruption, en tant qu’usage abusif d’une charge publique aux fins de profit personnel, peut avoir des répercussions au-delà des frontières d’un Etat dans la mesure où l’exercice d’une responsabilité publique a parfois des effets, directs ou indirects, sur des activités se déroulant au niveau international. Les appels d’offres internationaux et l’usage des pots-de-vin pour la passation des marchés publics sont des exemples typiques de ce genre d’abus. De plus, les trous du droit international (pavillons de complaisance, contrefaçons internationales), l’existence de refuges fiscaux à l’étranger ou tout simplement la « rentabilisation économique » des frontières par l’organisation de la contrebande, entre autres, ont aussi toujours contribué au maintien d’une corruption aux dimensions transnationales. Mais ces phénomènes sont longtemps restés relativement marginaux, les Etats contrôlant assez bien leur espace national et tâchant, en collaboration avec les autres Etats, par un certain nombre de moyens comme l’entraide judiciaire internationale ou Interpol, de maîtriser les phénomènes illégaux qui débordaient le cadre national.

2Ainsi, au Nord, à l’Est et au Sud, la corruption – passive, active, celle liée à la proximité, au ventre ou aux poches – existait soit comme une pathologie isolée, soit comme un fait social passager et, même lorsqu’elle avait un caractère structurel, on la considérait comme un fait marginal, ou du moins maîtrisable. Quelquefois aussi cette corruption, pour les raisons que l’on vient d’indiquer, prenait une forme internationale. Mais, depuis les années 80, la plupart des observateurs s’accordent à dire que la machine s’est emballée et que certaines formes de corruption ont été transformées en une véritable criminalité mondiale aux dimensions alarmantes pour l’ensemble de la communauté internationale.

3Quelles sont les raisons de cet emballement ? Comment apprécier l’ampleur de ce phénomène sans précédent ? Existe-il des moyens de lutter contre ce fléau qui gangrène les sociétés et contribue à désagréger les rapports internationaux ? Ce sont les questions que soulève la mondialisation de la corruption et de la criminalité et qui seront évoquées dans les lignes qui suivent. Mais au préalable, il me semble nécessaire de faire quelques réflexions méthodologiques sur l’approche de ce phénomène.

4On peut analyser la corruption internationale de manière formelle comme une contrainte pesant sur les transactions internationales, sur les exportations, sur les investissements à l’étranger et même sur l’aide au développement. En effet, au niveau des transactions et échanges internationaux, il existe plusieurs passages obligés qui peuvent favoriser l’apparition d’une corruption à l’échelle transnationale. Parmi ces passages obligés on retiendra les règlements protectionnistes destinés à protéger la production nationale, la nécessité d’obtention de permis pour exercer toute activité économique, l’obligation de contracter par l’intermédiaire de courtiers, l’obligation pour un Etat bénéficiaire d’un prêt d’utiliser ses crédits dans le pays créancier, l’intervention des autorités publiques même dans les négociations entre secteurs privés, la guerre économique qui oppose les entreprises les unes aux autres, etc. En partant de ce constat, l’analyse courante met l’accent sur les transactions et explique la corruption comme un mal qui gangrène les échanges commerciaux, l’aide et les investissements à l’étranger, et qui se traduit par un prélèvement obligé sur ces transactions. Cette vision des choses, bien qu’elle soit exacte pour l’essentiel, semble pourtant étroite car, d’une part, elle omet de voir les retombées de cette corruption et, d’autre part, elle laisse dans l’ombre une partie de plus en plus importante de la corruption qui n’a plus grand-chose à voir avec des transactions somme toute licites.

5S’agissant des retombées de la corruption classique, celle généralement liée aux pots-de-vin payés à un ou plusieurs fonctionnaires pour obtenir par exemple un marché, cette approche oublie ou ne prend pas assez en compte le fait qu’elle se double souvent de l’internationalisation de flux monétaires, flux monétaires qui tout naturellement cherchent l’anonymat, le secret, les places financières, les banques offshore. Cet argent à son tour peut parfois servir à subventionner d’autres actions à la limite de la légalité sur le plan international ou même à l’intérieur des pays en contribuant, par exemple, au financement des partis politiques.

6Mais, et ceci est bien plus important, cette vision des choses laisse dans l’ombre toute la criminalité internationale dont les activités ont peu de rapports avec le « doux commerce », car les matières premières en sont les drogues, les armes, les êtres humains (prostitution, esclavage, trafics d’adoption ou d’organes, filières d’émigration clandestine), activités qui se déploient à l’échelle nationale mais qui ne trouvent leur plénitude réelle qu’au niveau mondial, activités qui nécessitent et engendrent toutes sortes de corruptions, générant aussi bien des corrupteurs que des corrompus. Il en va ainsi de l’argent « sale », produit des affaires illicites, qui ne peut être accumulé et détenu sans être blanchi : « Or cette opération exige la corruption de nombreux intermédiaires : agents de change, avocats, banques, entreprises, sociétés spécialisés en fausses factures ou en prêts apparents » (Alt et Luc 1997 : 36). En d’autres termes, l’analyse formelle et minimaliste s’occupe d’une corruption internationale soft et laisse de côté la corruption hard, qui est le fait de la criminalité internationale. Or, il s’avère que cette attitude est irréaliste car elle ne prend pas en compte le fait que la frontière qui sépare ces deux phénomènes est de plus en plus difficile à distinguer et que la criminalité internationale ne peut se concevoir comme totalement dissociée de la corruption classique. Quoi qu’il en soit, la perspective que nous adoptons est celle qui ne dissocie pas corruption et criminalité. Cette vision est proche de celle de Leiken (1996), qui utilise le concept de « corruption globale ».

Des causes de l’emballement

7De multiples raisons expliquent le développement sans précédent de la corruption et de la criminalité internationales ces dernières années. Parmi ces raisons, cinq sont fondamentales.

81) La dérégulation des économies, l’accroissement des moyens de communication, de transport et d’échanges, l’amenuisement du contrôle des Etats sur les flux de marchandises, des services et des finances sont à l’origine de nouvelles vulnérabilités et laissent le champ libre au développement de nouvelles formes de corruption et de criminalité. Dans cette perspective, ces phénomènes représentent en quelque sorte la face cachée de la mondialisation.

92) Le mouvement de mondialisation-dérégulation s’accompagne d’une tendance à la « communautarisation », sorte de rerégulation qui consiste en fait en un repli généralisé sur des réseaux de solidarité locaux de type généralement identitaire. Elargi, ce mouvement peut se traduire par la résurgence du nationalisme ; dans un sens plus étroit, il peut signifier régionalisme, localisme, retribalisation. Mais il arrive parfois que sur cette intégration de type communautaire, surtout dans les zones où les systèmes étatiques sont en crise ou en déclin, viennent se superposer des pratiques illicites pouvant même entraîner la mise en place de structures criminelles. Dans ce cas, de nouvelles organisations émergent dont les caractéristiques se confondent avec celles des mafias, c’est-à-dire des structures claniques à triple fonction : a) un noyau central qui protège les membres du groupe ; b) ce noyau central parasite l’espace qu’il domine en commettant des prédations sur le groupe ; c) enfin, le noyau organise une économie criminelle à partir du sanctuaire que constitue pour ses activités l’espace qu’il domine.

103) Au moment où la globalisation de l’économie se mettait en place, on assistait aussi à l’effondrement du bloc soviétique, à la réintroduction du capitalisme en Chine, à la dégradation de la situation économique d’un certain nombre de pays du Sud, accompagnés d’une déliquescence de plus en plus grande de quelques Etats, facteurs qui ont tous contribué à l’essor mondial des mafias de tout genre, qui à leur tour ont activement œuvré à l’émergence d’une criminalité mondialisée.

11Mais la conjonction de ces phénomènes – transformation en profondeur de l’économie internationale, « communautarisation » et désagrégation du bloc de l’Est ainsi que décomposition des structures politico-administratives de certains Etats du Sud – n’explique pas à elle seule l’expansion de la criminalité internationale. Certes, l’implosion des structures d’autorité et de légitimité qui caractérise ces « Etats effondrés » (collapsed States ou failed States) favorise grandement l’insécurité et la violence, et engendre toutes sortes de trafics illicites (Zartman 19965). Mais la situation dans les Etats qui gardent un semblant de souveraineté est à peine meilleure. Ici, le chaos juridique, la porosité des frontières, la généralisation des pratiques frauduleuses, le versement irrégulier de maigres salaires aux fonctionnaires sont à l’origine de l’amplification de la corruption. En fait, la mondialisation s’accompagne d’un certain nombre de mouvements qui accroissent considérablement les pratiques illicites. Ces mouvements, encore mal connus, d’une part se traduisent par l’apparition des « zones grises » sur le plan international et de « zones d’exclusion » à l’intérieur des pays, et, d’autre part, conduisent à la multiplication et à la croissance des paradis fiscaux qui, à leur tour, vont participer au développement de la corruption et de la criminalité internationale.

124) La mondialisation n’est pas, contrairement à ce qu’elle prétend, un modèle universaliste, mais un nouveau paradigme en œuvre dans les relations internationales qui sous-entend une dualité, mais une dualité pas nécessairement idéologique ni territoriale. Elle est fondée sur la création de réseaux quasi unilatéraux de communication et d’échanges de biens, de services et de libre circulation des personnes dans des régions données. Ces régions forment des pôles concentriques relativement stables. En somme, la mondialisation est la manière dont les pays riches, développés et plutôt stables, organisent d’abord entre eux un nouvel espace social. Les frontières entre ces pays tendent à disparaître alors qu’elles se renforcent vers l’extérieur. Autour de ces régions « mondialisées » s’organisent des pays dominés, maintenus dans une situation de vassalité, et considérés comme utiles en tant qu’ils fournissent énergie, matières premières et marchés à la production des pays « mondialisés ». Les pays de ce « deuxième cercle » sont contigus à des zones floues, des zones non ou mal contrôlées, des zones de non-droit... des zones grises. Ces zones, ne coïncidant pas nécessairement avec l’espace d’un Etat, peuvent soit se confiner à une région donnée du pays, soit chevaucher plusieurs frontières. Ce sont le Triangle d’or, le Croissant d’or, l’Afghanistan et ses prolongements en Asie centrale et au Nord-Pakistan, une partie de l’Amérique centrale, certaines régions d’Afrique, la mer de Chine, etc., zones qui sont devenues des sortes de chaudrons de la criminalité, propices à tous les trafics, à toute forme de corruption.

13Mais ce genre de situation ne se rencontre pas uniquement dans le Sud. A l’intérieur même des zones de stabilité et des pays développés est apparu ce qu’on peut appeler des zones d’exclusion, situées soit dans les banlieues, soit dans les quartiers délabrés de certaines grandes villes. Ces espaces constituent parfois des quasi-ghettos, où les comportements criminels organisés s’articulent avec les formes les plus variées d’exclusion sociale, quelquefois même avec une recherche de différenciation identitaire. Ces zones peuvent se transformer, un peu comme les zones grises, en espaces de non-droit (pudiquement nommés « quartiers difficiles ») où la criminalité essaie d’échapper à tout contrôle. Certains Etats, comme la France, commencent même à reconnaître quelque peu la spécificité de ces espaces en proposant leur transformation en zones franches pour y promouvoir un nouveau développement économique et social avec des règles et des normes différentes de celles appliquées sur le reste du territoire national.

145) La criminalité et la corruption internationales nécessitent souvent la gestion de revenus colossaux qu’il faut cacher, faire fructifier et circuler, investir et... blanchir. Ce sont généralement les paradis fiscaux qui servent à réaliser ces opérations. Les paradis fiscaux ne datent pas d’hier, mais la croissance, ces dernières années, des transactions qui s’y réalisent est impressionnante. On dénombre à l’heure actuelle 55 paradis fiscaux répartis dans les principales régions du monde, des Caïmans aux Bermudes, des Bahamas aux îles du Pacifique et de l’océan Indien. Un exemple parmi d’autres pour comprendre le rôle de ces places financières : les îles Caïmans constituent le cinquième centre bancaire mondial, comptant plus de banques et de sociétés enregistrées que d’habitants (environ 31 ’ 150). En Europe occidentale, les micro-Etats et les microterritoires comme Andorre, les îles Anglo-Normandes, les îles Féroé (Danemark), Gibraltar, le Liechtenstein, l’île de Man, Monaco, Saint-Marin ont été transformés, en peu de temps, en paradis de la finance offshore, laissés avec soin hors de tout contrôle : « Le problème est que ces îles et enclaves, rescapées d’un passé très ancien, sont soudain devenues des “trous noirs” financiers, suractifs mais insaisissables, par où s’engouffrent les nouveaux flux mondiaux », constate Chenaux, qui ajoute que « finalement à l’égard des capitaux spéculatifs, en pleine expansion depuis les années 80, elles se révèlent bien plus fonctionnelles que les Etats-nations classiques, leur offrant des relais à la fois discrets et accueillants [...] » (1996 : 19).

L’ampleur du phénomène

15Comment mesurer l’ampleur de la corruption, des activités illicites et de la criminalité organisée à l’échelle internationale ? Même si l’on dispose de données fiables, traduire ces phénomènes en chiffres fait-il sens quand les dégâts qu’ils engendrent ont des conséquences autant économiques que sociétales et morales ? Quoi qu’il en soit, il est fort probable qu’aucune recherche ne pourra un jour fournir une évaluation totalement crédible de l’ampleur de ce phénomène, mais il existe quelques estimations, plus ou moins fiables, qui avancent des chiffres nous permettant d’avoir une idée, de disposer d’un ordre de grandeur et d’appréciation.

  • 1 Communication au colloque de Transparency International, Milan, 27-28 mars 1995, relevé par Alt et (...)

16Plusieurs modèles d’évaluation de l’importance économique de la corruption sur le plan international ont été proposés. Une première évaluation, à nos yeux simpliste et centrée essentiellement sur les pays du Sud, repose sur l’hypothèse d’un prélèvement de 5 % sur l’ensemble des investissements étrangers et des exportations de biens destinés aux pays en voie de développement. Ainsi, selon S. Rose-Ackerman, sur un montant d’environ 950 milliards de dollars d’investissement et d’aide par an en 1992, 47 milliards seraient détournés1.

  • 2 « Increased Demand Transforms Markets », Financial Times, 21 June 1995, p. 2.

17D’autres approches différentes et plus globales donnent un ordre de grandeur bien plus important. Ainsi, un rapport des Nations Unies (ONU 1995, cité par Chossudovsky 1996) estime les revenus mondiaux annuels des organisations criminelles transnationales à 1000 milliards de dollars, un montant équivalent au produit national brut combiné des pays à revenu faible avec leurs 3 milliards d’habitants. Le FMI évalue à 500 milliards de dollars le montant annuel de blanchiment d’argent sale sur les marchés financiers, soit 2 % du PIB mondial. Le recyclage de cet argent représente peut-être un tiers des capitaux qui circulent entre les mains des financiers de la City, dont les activités assurent la moitié du PIB britannique (cité par Maillard 1997 : 148). Merrill Lynch, une banque d’affaires américaine, estime à 3000 milliards de dollars au moins la fortune privée gérée depuis les paradis fiscaux2. Certes, ces fortunes ne sont pas toutes liées à la corruption et à la criminalité, mais il est difficile de faire la part des choses. Une partie importante des flux financiers mondialisés et délocalisés cherche à être défiscalisée. Comment établir la distinction entre l’argent gris provenant de l’évasion fiscale et l’argent noir provenant du crime ?

18Une manière, parmi d’autres, d’apprécier l’importance de la criminalité organisée consiste à répertorier les acteurs de cette criminalité que sont les réseaux mafieux et leur développement considérable ces dernières années. Or, toutes les sources s’accordent pour confirmer, d’une part, que le nombre et la puissance économique et politique des pègres ne cessent d’augmenter sur tous les continents et, d’autre part, que les « échanges de services » entre elles vont sans cesse croissant. Même si l’on ne peut parler de l’émergence d’une multinationale organisée du crime, il semble bien que dans des affaires ponctuelles certains réseaux sont capables aujourd’hui de coordonner leurs actions sur divers terrains.

19Les profits colossaux qu’engendrent ces trafics illicites, quand ils se déroulent à l’échelle internationale, expliquent aussi l’engagement systématique des organisations criminelles dans ces domaines même si les risques encourus sont parfois très grands. Il n’existe sans doute aucune marchandise qui offre une plus-value supérieure à celle des stupéfiants. Dupuis (1996) estime que l’opium acheté entre 50 et 250 dollars le kilo aux producteurs du Triangle d’or se négocie en moyenne à 200’000 dollars sur le marché américain après sa transformation en héroïne. De quoi évidemment tenter la pègre toutes origines confondues.

La lutte contre la corruption et la criminalité organisée

  • 3 « La lutte contre la corruption doit s’ancrer dans la société civile », Le Monde, 21 octobre 1997, (...)

20Une politique internationale de lutte contre la corruption n’est sans doute pas impossible à mettre en place et les responsables politiques, du moins dans leurs discours, déclarent vouloir livrer une guerre sans merci aux trafiquants, aux mafias, aux structures de blanchiment, etc. Cette politique pourrait se concevoir soit par la coopération interétatique, soit à travers l’action conjuguée des organisations internationales. La conjonction de la mobilisation des opinions publiques, des pressions internationales et des réformes gouvernementales pourra sans doute contribuer à faire reculer la corruption internationale. En tout cas, les Nations Unies, le FMI, la Banque mondiale, l’Organisation mondiale du commerce, l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), le Conseil de l’Europe, l’Union européenne ainsi que d’autres organisations internationales et régionales ont émis de nombreuses recommandations allant dans ce sens. Des efforts sont aussi faits par les entreprises, les organisations patronales et syndicales, ainsi que des organisations non gouvernementales. Parmi celles-ci, Transparency International, créée en 1993, à Berlin, par Peter Eigen, un ancien directeur de la Banque mondiale, joue un rôle considérable. Chaque année, elle publie un classement des pays les plus corrompus tout en militant pour que la lutte contre la corruption au-delà des Etats s’ancre aussi dans la société civile3.

  • 4 « La lutte anticorruption devient un objectif international de premier plan », Le Monde, 16 février (...)
  • 5 « La lutte anticorruption devient un objectif international de premier plan », Le Monde, 16 février (...)
  • 6 « Il n’y a jamais eu autant de colère et d’impatience de l’opinion publique », Libération, 15 févri (...)

21La lutte anticorruption est devenue un objectif international de premier plan à partir de la fin des années 80. En 1989, l’année de la chute du mur de Berlin, l’OCDE a commencé à discuter de ce problème. Ces discussions ont abouti à l’adoption d’une convention anticorruption entrée en vigueur le 15 février 1999 dans 34 pays, dont d’abord dans 11 pays sur les 29 membres de l’OCDE auxquels se sont joints le Brésil, l’Argentine, le Chili, la Bulgarie et la Slovaquie4. L’objectif de la convention est de sanctionner la corruption à la source en poursuivant le « corrupteur » qui commet un délit en versant un pot-de-vin à un agent public à l’étranger. Les contrevenants risquent jusqu’à dix ans de prison et 1 million de francs français d’amendes. La question qui se pose est de savoir si la nouvelle convention aura des effets. On est en droit de le penser puisqu’il en va des intérêts financiers et du prestige des grandes entreprises. Mais certains spécialistes restent sceptiques, estimant que cette convention pourra être contournée par l’utilisation d’un intermédiaire chargé de rémunérer le fonctionnaire corrompu5. D’autres, comme Peter Eigen (président de Transparency International), sont plus optimistes. Ce dernier pense en effet que « ce n’est qu’une partie de la solution, car elle ne porte que sur la source de la corruption : désormais, ce sera un crime pour toute entreprise d’un Etat signataire de payer des pots-de-vin à l’étranger. Cela ne résout pas tout, mais cela rompt avec une attitude qui, par le passé, considérait qu’il était normal de payer des pots-de-vin pour gagner des contrats »6.

22Quoi qu’il en soit, et malgré ces efforts louables, sur le plan pratique, la lutte anticorruption se heurte à des obstacles énormes et difficiles à surmonter rapidement. Tout d’abord, un obstacle juridique de taille : la lutte efficace contre la criminalité transnationale oblige à reconnaître que les frontières entre les Etats sont des archaïsmes juridiques au regard de cette nouvelle réalité internationale. Or, les Etats ne sont pas empressés à abdiquer leur souveraineté juridique sur leur territoire national ; même ceux qui, dans le cadre des accords de libre-échange ou d’intégration économique, comme les pays membres de l’Union européenne, acceptent la libre circulation des biens, des services et des personnes ne sont pas prêts à abandonner ne fût-ce qu’une parcelle de leurs prérogatives régaliennes sur le plan juridique. C’est dans cette perspective que s’inscrit l’appel de Genève lancé par sept magistrats, qui demande l’instauration d’un espace judiciaire européen, la possibilité pour tout juge européen de s’adresser à un autre juge européen, et le renforcement de l’assistance mutuelle administrative en matière fiscale... Mais la difficulté de la poursuite judiciaire n’est pas simplement d’ordre « territorial », il existe aussi un problème de temps. Même libéré théoriquement des contraintes territoriales, l’exercice de la justice nécessite un certain temps, contrainte que les transactions illégales ne connaissent plus. Il existe donc une sorte de course entre justice et criminalité, course inégale s’il en est entre deux acteurs aux performances incomparables. Dans ces conditions, la coopération judiciaire internationale en matière de criminalité devrait être totalement repensée (Savona et al. 1997).

23La lutte contre la criminalité transnationale suppose une réelle volonté politique des Etats. Or, et c’est ici que réside le deuxième obstacle, sur ce plan les choses ne sont pas aussi simples. On peut évidemment penser qu’« il suffirait d’une volonté politique internationale pour que les paradis fiscaux se volatilisent, que la transparence devienne la règle première et que les enquêtes judiciaires aboutissent » (Lefèvre et al. 1997 : 32). Mais cela suppose à la fois l’existence d’une « volonté politique internationale » et la capacité d’imposer celle-ci. Or que constate-t-on ? D’une part, la plupart des pouvoirs politiques, même en démocratie, ont besoin de moyens financiers de provenances pas toujours très claires, donc de paradis fiscaux que la corruption utilise aussi pour recycler l’argent sale. A ce propos, le magistrat français Renaud Van Ruymbeke a une position très tranchée qui mérite néanmoins d’être rappelée : « Pourquoi voulez-vous que [les pouvoirs politiques] fabriquent une Europe qui condamnerait les pratiques qui les ont placés là où ils sont ? Ils se protègent. Malheureusement, en se protégeant, ils protègent beaucoup d’autres choses. Lorsque vous entravez la coopération des juges en matière de corruption, vous entravez en tous domaines, sur les trafics de drogue, le proxénétisme, la mafia – en fait, toutes les formes financières du crime organisé » (Lefèvre et al. 1997 : 32). D’autre part, les Etats, affaiblis au Nord et en déliquescence à l’Est et au Sud, ont-ils encore les moyens d’imposer vraiment, à supposer qu’ils le veulent, une politique volontariste dans une lutte sans merci contre la corruption et le crime organisé ?

24Il y a plus grave encore : l’extension et l’amplification sans précédent de la corruption et de la criminalité ont considérablement modifié la nature même des relations entre le crime et la société. A partir du moment où la corruption et la criminalité ne sont plus simplement un ensemble de comportements marginaux, mais deviennent des faits majeurs de la société, le schéma classique de la lutte entre la société légaliste, d’une part, et les comportements délictueux individuels (ou de groupes facilement identifiables), d’autre part, a du mal à fonctionner. Dans cette situation, deux cas de figure sont possibles. Soit, comme le pense le magistrat Jean de Maillard, se crée parallèlement à la société normale une sorte de société du crime avec une économie et une politique, où « les deux modes de socialisation et d’activité coexistent non dans l’hostilité, mais dans une sorte de division du travail coopérative » (Maillard 1997 : 115). Dans cette perspective, la société légale a besoin de la société criminelle pour ses possibilités financières, ses réseaux de communication et son pouvoir, et à l’inverse la société criminelle a besoin de la société saine, car c’est la transgression des règles que cette société impose ainsi que les possibilités de légalisation qu’elle offre (par exemple pour le blanchiment de son argent) qui intéressent la société criminelle. « En d’autres termes, la société légale ne pourrait pas plus se passer désormais de la société criminelle que celle-ci ne pourrait se passer de celle-là » (Maillard 1997 : 115). L’autre cas de figure pose le problème de l’infiltration du monde économique, social et politique par les milieux criminels, qui aboutit à l’apparition d’Etats totalement rongés par la corruption de l’intérieur. Les deux modèles conceptuels proposés ont un trait en commun, celui de poser un problème difficilement gérable par la communauté internationale. En effet, comment cette communauté, composée d’acteurs étatiques qui soit fonctionnent en complémentarité avec la société criminelle, soit sont profondément infiltrés par cette dernière – jusqu’à en devenir des « Etats criminels » –, peut-elle en même temps lutter contre la corruption et la criminalité internationales ?

Bibliographie

Alt E. et Luc I., 1997, La lutte contre la corruption, coll. Que sais-je ?, Paris : PUF.

Cheneaux J., 1996, « Les confettis de l’Europe dans le grand casino planétaire », Le Monde diplomatique, janvier, p. 19.

Chossudovsky M., 1996, « Comment les mafias gangrènent l’économie mondiale », Le Monde diplomatique, décembre, pp. 25-25.

Dupuis M.-C., 1996, Stupéfiants, prix, profits. L’économie politique du marché des stupéfiants industriels, Paris : PUF.

Lefèvre L. et al., 1997, « La grande lessive mondiale » (dossier), Croissance, n° 403, avril, pp. 30-42.

Leiken R.S., 1996, « Controlling the Global Corruption », Foreign Policy, no. 105, Winter, pp. 55-73.

Maillard (de) J., 1997, « Le crime à venir. Vers une société fractale », Le Débat, n° 94, mars-avril, pp. 99-130.

ONU, 1995, Sommet mondial pour le développement social. La globalisation du crime, New York : Département d’information publique de l’ONU.

Rocca J.-L., 1993, La corruption, coll. Alternatives économiques, Paris : Syros.

Savona E.U. et al., 1997, « Globalisation of Crime: The Organisational Variable », Transcrime Working Papers, no. 15, September, pp. 21-28.

Zartman W. (ed.), 1995, Collapsed State, London: Lynn Rienner.

Notes

1 Communication au colloque de Transparency International, Milan, 27-28 mars 1995, relevé par Alt et Luc (1997 : 36).

2 « Increased Demand Transforms Markets », Financial Times, 21 June 1995, p. 2.

3 « La lutte contre la corruption doit s’ancrer dans la société civile », Le Monde, 21 octobre 1997, p. 2 du supplément « Economie » (interview de Jeremy Pope, directeur exécutif de Transparency International).

4 « La lutte anticorruption devient un objectif international de premier plan », Le Monde, 16 février 1999, p.  6.

5 « La lutte anticorruption devient un objectif international de premier plan », Le Monde, 16 février 1999, p.  6 (entretien avec Yves Meny).

6 « Il n’y a jamais eu autant de colère et d’impatience de l’opinion publique », Libération, 15 février 1999 (propos de Peter Eigen recueillis par Pierre Laski).

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search