Version classiqueVersion mobile

Monnayer les pouvoirs

 | 
Giorgio Blundo

Lignes

La corruption comme terrain. Pour une approche socio-anthropologique

Giorgio Blundo et Jean-Pierre Olivier de Sardan

Texte intégral

Introduction

  • 1 Ou relevant de la sociologie dite parfois « qualitative ». Pour une présentation de ces méthodes et (...)
  • 2 Les exemples sont plus particulièrement tirés de deux enquêtes. La première, individuelle, fut mené (...)

1Comment peut-on mobiliser dans une étude empirique sur la corruption la palette des méthodes propres à l’enquête de terrain de type ethnographique1 ? Avant de procéder à une sorte d’inventaire, alimenté par une revue de la littérature empirique et par notre propre expérience en la matière, essentiellement ouest-africaine et orientée sur la « petite corruption »2, il faut mettre en évidence quelques caractéristiques propres au thème de la corruption, qui justifient la présente interrogation méthodologique.

2La plus évidente est que la corruption est partout illégale, et pour une grande part illégitime. Même lorsqu’elle est tolérée de facto, ou banalisée (à l’image de la corruption « blanche », voire « grise » selon Heidenheimer 1990), elle reste en contradiction avec l’appareil législatif et réglementaire, en général de facture occidentale, et de nombreux acteurs sociaux ou politiques la dénoncent. C’est le cas avec la corruption généralisée propre à divers pays africains, entre autres. Une socio-anthropologie empirique de la corruption porte donc sur des pratiques en grande partie clandestines ou cachées, et sur des représentations fortement normatives. Elle rejoint donc les problèmes rencontrés par les investigations sociologiques menées sur la petite ou la grande délinquance, sur les circuits commerciaux parallèles ou sur l’économie de la drogue. Une difficulté et un risque apparaissent alors : d’une part, on est aux prises avec un terrain difficilement accessible aux non-initiés ; d’autre part, on peut être tenté de « criminaliser la corruption » à l’excès, autrement dit de la couper des formes ordinaires de sociabilité, alors qu’au contraire elle est bien souvent enchâssée dans celles-ci (Olivier de Sardan 1996). La corruption a deux faces : l’une, publiquement illégale, est dénoncée ; l’autre, légitimée par les pratiques sociales, est tolérée.

  • 3 Il faut rappeler que la presse africaine n’est pas pour l’essentiel une presse d’investigation, et (...)
  • 4 D’après Gluckman (1963: 314), anthropologos en grec ancien signifie « celui qui parle des hommes» d (...)

3D’autre part, les « faits » de corruption ne sont pas, pour leur plus grande part, établis, constitués, visibles. C’est une propriété de la corruption que d’être en permanence dénoncée sans grandes preuves. Nous avons affaire essentiellement à des allégations, des accusations, des soupçons, que ce soit dans la presse3 ou dans les conversations privées. A cet égard, la socio-anthropologie empirique de la corruption relève d’une sociologie de la rumeur. L’anthropologie, malgré l’étymologie de son nom4, s’est quant à elle peu intéressée à la rumeur en tant que telle, bien que certains de ses thèmes favoris, comme la « sorcellerie » en Afrique, en relèvent en fait directement. Mais le risque devient alors de réduire la corruption à ce qu’on en dit.

4Cependant, ces facteurs spécifiques qui rendent l’enquête plus ardue sont compensés par d’autres propriétés de la corruption qui tendent à l’inverse à réintégrer les études socio-anthropologiques sur le thème dans le lot des enquêtes « ordinaires ». Le premier est que la corruption n’est pas en général un objectif scientifique « en soi ». Le sociologue ou l’anthropologue qui prend la corruption comme objet a en fait d’autres idées derrière la tête. La corruption est une « entrée » dans des sujets plus vastes, elle est intégrée à une socio-anthropologie de l’Etat, de ses « appareils » (comme l’on disait autrefois), de ses agents. Elle débouche sur une socio-anthropologie des relations entre public-privé et entre administration-populations, une socio-anthropologie des interactions entre les administrations ou services publics et leur « clientèle ». Cela évidemment contribue à réintégrer la corruption dans un ensemble de pratiques ordinaires, comme une facette parmi d’autres de ces relations et de ces interactions. Ce souci des chercheurs rencontre d’ailleurs une préoccupation identique chez les acteurs sociaux. Ainsi par exemple, l’enquête collective menée à Niamey sur la corruption dans les douanes, la police et la justice a été présentée aux interlocuteurs comme une étude sur les rapports entre les administrations et leurs usagers. Mais ce qui était d’une certaine façon un « habillage » tactique recouvrait en fait une vérité profonde, car de fait les personnes interrogées sur la vie des services ont d’elles-mêmes parlé de la corruption et de sa place dans la vie quotidienne de l’administration ; inversement, il s’est avéré que derrière la corruption c’était bien l’ensemble du fonctionnement (ou plutôt du dysfonctionnement) de l’Etat qui était en cause.

5Un autre facteur de réintégration, proche du précédent, mais plus empirique encore, consiste en ce que la corruption n’est pas analytiquement dissociable d’un régime des « faveurs », des « passe-droit », des « recommandations », du « piston », du népotisme, et de l’ensemble des avantages accordés au titre de la famille, du voisinage, de l’amitié, de la « promotionnalité », ou du corporatisme. Ainsi, toute enquête sur la corruption qui conçoit celle-ci comme une transaction entre pouvoir et argent (cf. Scott 1969 : 321) doit inévitablement prendre aussi en compte les transactions entre pouvoir et influence, pouvoir et réseau. Toute enquête sur la corruption est aussi une enquête sur des pratiques « hors corruption » mais proches, fonctionnellement, structurellement, ou culturellement. L’échange corrupteur n’est pas détachable d’autres formes semblables ou contiguës d’échange, faisant intervenir du « capital social » plutôt que du « capital économique ».

6Or, les caractéristiques particulières de l’objet « corruption » ont déterminé une pénurie de recherches de terrain. La littérature abonde en essais de définitions et de modèles hypothético-déductifs déconnectés de toutes données empiriques (Robinson 1998 : 12 ; Williams 1999 : 504). Les choses sont en train de changer dans ce domaine, comme le révèle une étude récente (Doig and McLvor 1999 : 660). Toutefois, il y a empirique et empirique : les recherches actuelles sont pour l’essentiel constituées par des analyses macroéconomiques comparatives sur les causes et les effets de la corruption, réalisées à partir de l’étude de données quantitatives produites par des cabinets de consultants selon la technique du sondage (Lambsdorff 1998 ; Mauro 1996 ; pour une présentation de ces démarches, voir Ades and Di Tella 1996 ; Cartier-Bresson 1998).

  • 5 Voir Robinson (1997: 2) pour l’identification des différentes dimensions et facettes des faits de c (...)
  • 6 Pour une mise au point récente sur les problèmes liés à l’évaluation et à la mesure de la corruptio (...)

7Les recherches habituellement menées sur la corruption relèvent de plusieurs dimensions : outre la sempiternelle question des définitions, on s’intéressera selon les cas à son ampleur (sectorisation versus généralisation du phénomène, pratiques clandestines versus pratiques banalisées, etc.). On pourra alors distinguer entre des formes individuelles, institutionnelles (par exemple, la corruption au sein du corps de police ou de la douane) ou systémiques (dans ce cas, la corruption affecte à la fois les institutions et les comportements individuels, à tous les niveaux d’un système politique)5. On pourra encore démarquer la petite corruption – mécanisme de récupération des richesses de l’Etat – de la grande corruption – moyen d’enrichissement illégitime des élites politiques (Morice 1991). Par ailleurs, les techniques varieront selon les enquêtes : on s’attachera parfois à mesurer la corruption6(la fréquence des transactions corruptrices, les montants en jeu, le degré d’extension des pratiques dans les différentes institutions publiques, l’évolution dans le temps), parfois à identifier les acteurs impliqués, ou parfois à élucider les mécanismes la pérennisant. Ces diverses dimensions d’analyse du phénomène diffèrent à leur tour des travaux portant sur les politiques de lutte contre la corruption, domaine où la littérature a connu une croissance exponentielle ces dernières années.

  • 7 On peut renvoyer, pour des contributions récentes en langue française, à Lucchini (1995) et Morice (...)
  • 8 Ainsi, Cazzola n’analyse dans son ouvrage que les cas pour lesquels 1) l’acte a été découvert ; 2) (...)

8La socio-anthropologie, quant à elle, a découvert tardivement la corruption en tant qu’objet de réflexion et d’analyse7. On tend généralement à cantonner la dimension sociologique au débat qui oppose les tenants d’une définition universaliste de la corruption à ceux qui optent pour une posture culturaliste où la corruption n’est autre que ce que les acteurs perçoivent comme telle. Nous renvoyons sur ce point à la contribution de Laurent Dartigues et Emmanuel de Lescure dans le présent Cahier. Pour notre part, et pour les raisons esquissées plus haut, nous estimons que le thème de la corruption constitue pour la socio-anthropologie un défi stimulant tant sur le plan théorique que méthodologique. Bien sûr, c’est le « complexe de la corruption » au sens large (Olivier de Sardan 1996), et non pas une définition restrictive ou juridique des actes de corruption, qui constitue notre point de départ. Nous ne pouvons donc pas suivre le postulat de certains politologues, selon lesquels la corruption n’existe pour le chercheur que lorsqu’elle est établie par des institutions préposées au contrôle de la légalité et que cet enregistrement est accessible publiquement (Cazzola 1988 : 21)8. Pour sortir de l’impasse culturaliste sans tomber dans le cul-de-sac juridique, il faut croiser les sources d’information, écrites et orales, conjuguer analyse documentaire et enquêtes de terrain, mais aussi inventer et multiplier les sites d’observation de phénomènes qui peuvent apparaître au premier abord comme rétifs aux techniques classiques.

9Tantôt spécifiques, tantôt banales, les enquêtes socio-anthropologiques portant sur la corruption ne supposent pas un bouleversement méthodologique, mais sont en fait des variations autour des formes classiques de la pratique du terrain, que nous allons maintenant examiner.

Les démarches classiques : archives et sondages

La recherche documentaire

10Elle est souvent la source quasi exclusive de la plupart des études sur la corruption (Médard à paraître). Dans un premier temps, le chercheur traque la corruption auprès des institutions qui sont censées la réprimer : registres des tribunaux correctionnels et administratifs, requêtes d’actions judiciaires contre des membres du parlement, rapports de la cour des comptes, rapports de commissions gouvernementales, statistiques judiciaires et policières. On travaille sur des reconstructions de cas délictueux élaborées par des « experts ».

11Mais un crime n’est « découvert » qu’en fonction du degré de contrôle social et institutionnel dans un pays donné. Les informations tirées des sources officielles dépendent directement du travail des organismes d’observation et de contrôle, autrement dit des activités de la police et de la magistrature. Si ces contrôles fonctionnent peu ou prou, on a là le premier facteur d’occultation de la corruption. Au Nord, les priorités et donc les ressources des institutions policières peuvent être orientées davantage vers la lutte contre la criminalité commune et violente que contre le white collar crime, comme le montre un sondage récent auprès des chefs de police canadiens9. Au Sud, les nombreuses commissions créées pour lutter contre l’enrichissement illicite et la corruption, souvent lors d’un changement au sommet politique (c’est le cas du Sénégal, au moment de l’avènement d’Abdou Diouf au pouvoir en 1981), demeurent lettre morte ou leurs résultats sont inaccessibles. En outre, le degré de tolérance et d’acceptation des pratiques de corruption de la part de l’opinion publique peut influencer les caractéristiques et la nature des phénomènes découverts. En effet, la dénonciation dépend de deux ensembles de variables : de la volonté du citoyen d’entrer en rapport avec les institutions de contrôle et de répression de l’Etat (et également de l’évaluation des risques qu’il court du fait de sa dénonciation), mais également de l’interprétation qu’il fait de l’acte qu’il a découvert. Le considère-t-il comme un crime, un délit ou une faute, le perçoit-il comme illégal et illégitime, ou comme illégal mais légitime, etc. (Cazzola 1988 : 22-23) ? Les données judiciaires sont d’autre part difficilement comparables entre elles, car varient à la fois les définitions de la corruption et le degré d’application des lois. Paradoxalement, plus un pays lutterait contre la corruption, plus il serait considéré comme corrompu car le nombre de cas traités augmenterait (Cartier-Bresson 1998 : 35) : c’est le problème classique des statistiques de police, lorsqu’elles montrent une progression des infractions...

12Le recours exclusif aux sources judiciaires contient des risques de sous-estimation du phénomène et pose la question de la représentativité du corpus par rapport aux pratiques restées inconnues ou cachées, dont, de surcroît, la nature peut différer de celles découvertes (Della Porta 1992 : 92). Il faut aussi remarquer que les statistiques judiciaires et policières sont parfois incomplètes et présentent des problèmes d’interprétation dus à une classification des crimes inadaptée aux objectifs d’une recherche, comme l’ont relevé Della Porta (1992) et Cazzola (1988) dans leurs enquêtes sur la corruption en Italie. Enfin, « les procès ne concernent souvent qu’une seule transaction, et laissent dans l’ombre les multiples échanges qui ont été gérés précédemment par les réseaux de corruption » (Cartier-Bresson 1997 : 267).

  • 10 Cf. la contribution au présent ouvrage de Nicolas Queloz, qui a analysé les dépêches diffusées par (...)
  • 11 Cf Giglioli (1996) pour une analyse récente de la couverture médiatique des scandales de Tangentopo (...)
  • 12 Ce sont les conclusions émises par une étude récente menée en Bulgarie par ACCESS Association, une (...)

13La presse écrite et audiovisuelle (quotidiens et hebdomadaires, dépêches d’agence10) constitue l’autre source d’information privilégiée sur la corruption. Mais travailler sur la presse révèle plutôt l’importance de la médiatisation de la corruption, le degré de sensibilisation des citoyens au problème, et le niveau de liberté d’expression que la réalité sociale de la corruption (Cartier-Bresson 1998 : 35). Quant aux analyses journalistiques du phénomène, elles demeurent souvent superficielles, se cantonnant à une lecture moraliste, ou populiste, des affaires11. De même, elles montrent un intérêt soutenu lors de la première étape du processus, celle de l’interpellation ou de l’arrestation, mais suivent rarement le cas dans toute son évolution (Della Porta 1992 : 92). Et souvent, bien que la couverture médiatique des affaires de corruption soit quantitativement importante, elle se borne à des dénonciations diffuses, sans fournir d’exemples concrets ni définir les acteurs et la nature des pratiques corruptrices12. Les considérations qui poussent la presse à révéler des cas de corruption sont-elles de type déontologique, obéissent-elles à des stratégies d’opportunisme marchand ou suivent-elles des logiques politiques ? Il n’est pas rare que la médiatisation des affaires soit une arme politique pour brimer les opposants et/ou un instrument de soutien de la rhétorique gouvernementale.

  • 13 Mais pas exclusivement. En effet, les quotidiens fourmillent également d’informations concernant de (...)

14Malgré ces limites, la recherche documentaire reste pour le socio-anthropologue une source complémentaire importante. La presse, qu’elle soit dénonciatrice, stipendiée, prophétique, partisane, vénale ou documentée, est une mine d’informations que le penchant classique de l’anthropologie pour l’enquête orale aurait tort de faire oublier. De même, les cas de corruption traités par les tribunaux constituent un gisement important. Certes, il s’agit dans les deux cas de types de corruption spécifiques, relevant en général, selon Médard, de la « grande corruption »13, celle qui « scandalise » et « fait les grands titres »(à paraître). En effet, pour que des « affaires » de corruption éclatent au grand jour, il faut des conditions bien particulières. Au Nord, c’est en général une certaine combinaison presse-justice qui le permet. Au Sud, il s’agit plus souvent de règlements de compte politiques au sein du pouvoir. Mais dans les deux cas, l’« affaire » de corruption est une forme parmi d’autres du scandale public, qui renvoie à l’histoire politique nationale. C’est ainsi que le dépouillement et l’analyse systématiques (en cours dans le cadre de notre programme de recherche) de la presse au Bénin, au Niger et au Sénégal des quarante dernières années permettent de déterminer à quel moment la dénonciation de la corruption devient une arme politique (à chaque changement de régime, en particulier), et comment la démocratisation, avec la liberté de presse, en a fait désormais un thème majeur du débat public. Une première analyse de la presse au Sénégal a montré que celle-ci relate de plus en plus d’affaires liées de près ou de loin à la corruption. Il faut cependant nuancer la portée et l’impact des journaux dans la formation ou le reflet d’une opinion publique sénégalaise sur la corruption, car ils restent fort peu diffusés. La radio demeure en brousse et même pour un grand nombre d’urbains le média le plus courant. Le regard véhiculé par la presse nationale est essentiellement celui des élites urbaines scolarisées. Les enquêtes des quotidiens indépendants dakarois sur le fonctionnement de l’administration concernent presque exclusivement le cas de la capitale, et les fonctionnaires qui fourmillent dans les bureaux des buildings administratifs et des principaux ministères. La situation des villes secondaires et du milieu rural n’est que très rarement évoquée.

15Ces « affaires » de corruption, même si elles sont nettement circonscrites, constituent cependant un contexte important pour l’analyse des autres formes de corruption, dans la mesure où elles renforcent la dénonciation au moins rhétorique de la grande corruption comme inhérente aux pouvoirs actuels (ce qui peut aussi constituer une forme de légitimation de la petite corruption).

Les sondages et les enquêtes par questionnaire

16Les réserves généralement exprimées quant à l’utilisation des sources judiciaires et journalistiques – faible représentativité des crimes découverts, comparaison transnationale difficile au vu de la diversité des systèmes juridiques, transformation des « affaires » en scandales – ont ouvert la voie à d’autres méthodologies de recherche, fondées essentiellement sur l’analyse quantitative de données extensives produites par sondages et enquêtes par questionnaire. Leur idée centrale est que, s’il est impossible de fournir une mesure objective de la corruption, on peut au moins essayer de mesurer les perceptions qu’en ont des acteurs présumés bien informés.

  • 14 Cf. sur ce point les observations de Laurent Dartigues et Emmanuel de Lescure dans le présent ouvra (...)

17Les sondages sont l’outil incontestablement le plus répandu ; c’est pourquoi, même s’ils ne constituent pas l’instrument de travail de l’anthropologue (qui peut toujours les étudier comme élément intervenant dans la construction de la corruption comme problème social14), ils méritent une place dans notre inventaire. Nous pouvons distinguer entre deux catégories de sondages : ceux fournis par des organismes d’étude sur les risques d’investissement et de prêt dans les pays en développement, et ceux qui ont une dimension essentiellement nationale.

  • 15 Nous présentons ci-dessous les institutions et le nom des sondages, le nombre de pays concernés, le (...)

18Dans la première catégorie figurent les sources à la base de l’omniprésent Corruption Perceptions Index compilé par Lambsdorff pour le compte de Transparency International (TI). Constamment mis à jour, cet index, dans son édition 1999, classifie 99 pays selon une échelle allant de 0 à 10, du pays où la pratique des dessous-de-table est perçue comme la plus répandue à celui estimé comme étant le moins corrompu. Il se présente comme un « sondage de sondages », compilé à partir de dix sources différentes15. Certaines des critiques à son encontre, notamment le fait de privilégier le point de vue d’hommes d’affaires et d’experts internationaux, ce qui ignore la corruption interne et l’opinion publique nationale, ont amené l’introduction dans l’index de sondages s’adressant au contraire à un vaste public (Gallup International et International Crime Victim Survey) et veillant à ce qu’aucun pays cité ne soit jugé que par des observateurs expatriés. Ainsi, les sondages de Gallup International, du International Crime Victim Survey, de l’Institute for Management Development, du World Economie Forum et de la Banque mondiale interrogent en partie ou totalement des acteurs nationaux. Mais le bât blesse ailleurs : ces sondages ne posent pas tous la même question ni ne partent de la même définition de corruption, même si Lambsdorff reste convaincu que les sources consultées mesurent le même phénomène (1999 : 7). Rien n’indique non plus que des interlocuteurs aussi différents mesurent la corruption à l’aune des mêmes valeurs éthiques et morales. Peut-on aussi comparer des sondages auprès d’élites avec des sondages auprès de larges publics, ou des perceptions d’expatriés avec des perceptions d’opérateurs économiques et de fonctionnaires nationaux ? L’auteur de l’index de TI, tout en reconnaissant la pertinence de ces problèmes, les estime peu importants et ne nuisant pas à la validité de l’index, au nom d’un taux de corrélation élevé entre sondages différents.

  • 16 TI, « Communiqué de presse: Index de perception de la corruption 1998 », site Internet http://www.t (...)

19L’index de TI est en premier lieu un instrument de pression politique, et il doit être évalué selon ce critère. Par ailleurs, le président de TI, Peter Eigen, n’affirme-t-il pas que « les gouvernements qui ont tenté jusqu’ici d’éviter ce débat ne pourront plus le faire, puisque le monde entier peut maintenant se rendre compte du classement de leur pays dans l’index » ?16 Mais il voudrait aussi dialoguer avec la recherche en sciences sociales et économiques. A nos yeux, le Corruption Perceptions Index peut tout au plus constituer un premier instrument d’approche dans une perspective comparative élargie conduite selon les méthodes de la science politique classique (cf. Heidenheimer 1996), mais il ne peut en aucun cas satisfaire le socio-anthropologue, qui préfère, aux comparaisons de perceptions décontextualisées à l’échelle planétaire, une recherche sur les représentations, locales et contextualisées, des pratiques de corruption.

20Les sondages et les enquêtes par questionnaire à l’échelle nationale constituent l’autre grand volet des recherches quantitatives sur la corruption et en représentent souvent le noyau central. En transposant les techniques de recherche dans le domaine du marketing au secteur public, une ONG indienne basée à Bangalore, Public Affairs Centre, a enquêté auprès de 800 ménages sur leurs relations avec des administrations locales, leur degré de satisfaction et les stratégies qu’elles adoptaient pour accéder aux services. Cette étude a permis de relever la généralisation du recours à la speed money, mobilisée pour obtenir les services demandés (Gopakumar 1998). En Bulgarie, l’organisation Coalition 2000 a mis en place un dispositif de contrôle de la corruption (Corruption Monitoring System), qui, à partir de sondages, explore les attitudes publiques au regard de la corruption, l’implication personnelle dans des situations de corruption, l’incidence de la corruption sur la situation économique, etc. On doit également mentionner une des premières études monographiques africaines, conduite au Kenya à l’initiative de l’ONG danoise CLARION (1994), qui combine analyse documentaire, enquêtes par questionnaire et interviews auprès de personnes ressources.

21Le recours à des enquêtes extensives par questionnaires fortement standardisés pose un certain nombre de problèmes : en premier lieu, celui de la représentativité de l’échantillon retenu. Par exemple, l’étude de CLARION, qui prétend fournir une image fidèle de l’extension de la corruption au Kenya, se fonde sur un échantillon composé d’une population urbaine et scolarisée, son postulat étant que la corruption demeure un phénomène propre aux élites urbaines.

22En deuxième lieu, les enquêtes par questionnaire abordent directement et sans détour le thème de la corruption. Les interviewés sont ainsi appelés à juger de l’extension des pratiques corruptrices dans un service donné, à préciser les montants en jeu, à choisir entre plusieurs options face à une situation type. Or, approcher sans ambages des pratiques illicites ou socialement réprouvées, avec une technique d’entretien – le questionnaire – qui risque d’évoquer l’interrogatoire policier, nous semble biaiser d’emblée les résultats. Les interlocuteurs, s’ils ne se retranchent pas dans un silence embarrassé, sont amenés à jouer le seul rôle de la victime, ou encore à fournir un discours normatif condamnant les actes corrupteurs. En outre, la technique du questionnaire interdit, contrairement à l’entretien semi-directif ou libre qui peut plus facilement se structurer autour d’autres thématiques (la perception des services publics, les itinéraires d’apprentissage au sein de l’administration, les biographies professionnelles, etc.), de saisir le processus par lequel l’interlocuteur relie spontanément le thème de la corruption à d’autres thèmes.

L’approche socio-anthropologique de terrain

L’observation

23Définie comme plus ou moins « participante », l’observation est un des modes majeurs de la production des données et des interprétations en socio-anthropologie. Elle permet de mesurer le décalage entre normes formelles et normes pragmatiques ou de relever des pratiques qui ne sont pas considérées comme importantes par l’interlocuteur et donc demeurent dans la sphère du non-dit.

24Il est vrai que la corruption, étant occulte, se prête peu à l’observation. Mais ce « peu »-là est important. En fait, l’observation participante menée par le chercheur sur les pratiques corruptrices est en général une observation spontanée « du point de vue du client ». Le chercheur socio-anthropologue qui travaille ou vit en Afrique est comme tout un chacun pris dans les mailles de la corruption quotidienne. Non seulement il est çà et là soumis à des tentatives d’extorsion, mais aussi il occupe parfois la position du corrupteur, hors enquête proprement dite.

25L’« arrangement » avec un agent de la circulation suite à un oubli de clignotant, afin de s’épargner une perte considérable de temps pour récupérer des papiers confisqués, est évidemment la figure archétypique d’une telle « observation participante ». Mais les multiples démarches inhérentes à la vie urbaine, de l’ouverture d’un compteur électrique à la réparation d’un téléphone, du dédouanement d’une voiture à l’établissement d’une carte de séjour, sont fertiles en situations analogues, où s’apprennent divers codes de bienséance ou de maquillage propres aux situations de corruption banalisée. Ainsi, en pleine enquête sur la corruption à Niamey, et devant faire renouveler notre visa de séjour, nous avons été confrontés, à travers l’intermédiation d’un planton, à la proposition par un policier de la DST de nous établir un visa gratuit pour un an (au lieu du paiement de 100’000 francs CFA) moyennant « quelque chose ». Nous avons refusé (au moins cette fois...), et avons donné 20’000 francs CFA pour un visa de trois mois au prix normal. Le passeport nous est revenu avec un visa pour un an délivré « à titre gratuit » et sans les 20’000 francs CFA.

26Les interactions quotidiennes du chercheur vivant « sur le terrain », sous forme de bavardages et de discussions informelles (qui constituent une grande part de l’observation participante), sont aussi riches en commérages, confidences, anecdotes, et alimentent sans mal le chapitre « rumeur » de l’enquête. En effet, l’observation directe des pratiques de corruption s’avérant problématique, une source importante d’information est constituée par la rumeur, propagée par les bavardages et les racontars, prononcée parfois comme accusation et plus rarement transformée en dénonciation ouverte. Les premières informations sur la corruption se présentent souvent au chercheur sous la forme de la médisance et du gossip. On parle de la corruption des autres, on décrit ou on stigmatise des actes, on prononce des jugements.

27Généralement, les études sur la corruption accordent peu d’importance à la rumeur. Il s’agirait plutôt de dépasser ce plan de la rumeur dans une recherche de la « vérité », pour atteindre des données factuelles, des preuves. Miller, Koschechkina and Grodeland (1997 : 201), relatant des enquêtes conduites en République tchèque et en Ukraine, ont ainsi cherché à distinguer soigneusement les énoncés fondés sur des rumeurs de corruption et ceux issus d’une expérience directe ou vécue dans l’entourage de l’interlocuteur. Démarche louable, qui sous-estime toutefois l’usage qu’on peut faire d’un corpus de rumeurs. La rumeur sous-tend l’expression d’un conflit dans des situations de proximité sociale, constitue un moyen de lutte politique pour des groupes et/ou des entrepreneurs individuels, et véhicule une critique du pouvoir et des inégalités sociales et économiques. Son analyse permet ainsi d’explorer la nature des discours et des représentations sur la corruption, de connaître la « terminologie de la corruption », de remonter les canaux de transmission des accusations de corruption, de repérer les actes qui sont l’objet de dénonciations, d’accusations et éventuellement de sanctions, ou, en revanche, de justifications (Blundo à paraître).

28Mais l’observation peut aussi se faire – doit se faire – délibérée, systématique, contrôlée. Elle est en général possible sur des sites très particuliers, nécessairement publics, où le démarchage corrupteur, voire les transactions corruptrices elles-mêmes, sont monnaie courante, comme les bus, les hôpitaux ou les barrières de gendarmerie. Cette observation peut évidemment être « déléguée » à un collaborateur plus discret et mieux intégré dans l’environnement, lorsque le chercheur est lui-même trop visiblement « étranger ». C’est ce que nous avons fait lorsque, pour « observer » les transactions occultes au niveau d’un poste de douane à Niamey, nous sommes entrés en contact avec des observateurs « naturels » du barrage douanier : les petits commerçants et les « tabliers », lesquels, tout en demeurant extérieurs au milieu concerné, sont quotidiennement témoins des négociations entre transporteurs, transitaires et agents de la douane. Nous avons également suivi sur le terrain des acteurs non officiels, les « indics » des douaniers (dits en haussa « chiens de douane »), qui œuvrent à l’interface entre les agents de contrôle et le monde des fraudeurs.

  • 17 On peut évoquer les travaux de Chambliss (1971), qui entre 1962 et 1969 a conduit des enquêtes de t (...)

29Le problème avec ce type d’observation est qu’elle ne pénètre pas au cœur des transactions corruptrices elles-mêmes, et reste extérieure au monde social propre à certains acteurs éminents de la corruption (surtout quand celle-ci s’apparente à de l’extorsion), tels que les gendarmes, policiers ou douaniers. Une forme plus « participante » serait alors nécessaire (comme le fait d’adopter pour un temps un rôle professionnel ad hoc, tel que policier stagiaire...), mais l’investissement en énergie et en temps est alors particulièrement coûteux17.

30Certes, l’observation participante de pratiques illicites, illégales ou clandestines pose de façon lancinante la question de l’insertion du chercheur et du dévoilement des objectifs de son étude à ses interlocuteurs. Dans certaines circonstances, l’observation non déclarée sera le seul moyen de produire des données : on imagine difficilement, par exemple, comment Festinger et son équipe auraient pu étudier, au milieu des années 50, une secte américaine prophétisant la fin du monde imminente sans devenir eux-mêmes des adeptes insoupçonnables de cette même organisation (Festinger, Riecken et Schachter 1993). Milieu différent, mais mêmes problèmes d’observation, pour l’étude de Laud Humphreys (1970) sur les relations anonymes entre homosexuels aux Etats-Unis. Pour assister aux rencontres qui se déroulaient dans les toilettes publiques sans pour autant y participer, Humphreys adopta un rôle reconnu par les règles informelles régissant la conduite dans ces lieux : celui de guetteur, à la fois voyeur et sentinelle en cas de contrôles policiers. Plus récentes, et adoptant une démarche moins dissimulée, sont les enquêtes menées par Bourgois sur le commerce de la drogue à Harlem (1992 et 1995) ou celle de Werner sur la prostitution et la consommation de drogues dans la banlieue dakaroise (1993 : 59-83).

Les entretiens

31Les entretiens constituent, on le sait, la source principale (mais non exclusive) de l’enquête de terrain, et le sont tout autant pour la corruption. Les interlocuteurs peuvent alors jouer un rôle de consultant (qui exprime un savoir plus ou moins partagé sur les formes, les procédures, les mécanismes, les sites, etc., de la corruption) ou de récitant (ils témoignent alors d’un vécu personnel, et de leur propre implication dans des transactions corruptrices ou des interactions sociales pouvant y conduire).

  • 18 A titre d’exception, on pourra signaler les travaux de Grodeland, Koschechkina and Miller (1997) et (...)

32La posture de consultant peut évidemment être associée à divers degrés de compétence sociale à l’égard de la corruption. Elle peut aussi bien être adoptée par des « experts » au sens habituel du terme (hommes politiques, directeurs d’administration, juges ou avocats, responsables d’ONG) que par de simples professionnels directement concernés (transporteurs, chauffeurs, entrepreneurs, commerçants, membres des corps en tenue) ou par des « gens d’en bas » (passagers, paysans, malades). Mais la plupart des recherches n’utilisent la technique de l’entretien approfondi qu’en complément de l’analyse documentaire, des enquêtes quantitatives par questionnaire et des sondages d’opinion. Et généralement on s’adresse aux « experts », plus rarement aux professionnels, presque jamais aux usagers de l’administration et aux simples citoyens, qui sont tout au plus interpellés dans le cadre d’enquêtes quantitatives18.

33Or, pour le socio-anthropologue, ce niveau d’enquête est très important car il permet de constituer une sémiologie populaire de la corruption. Celle-ci comprend en premier lieu les codes, langagiers ou gestuels, qui entourent et informent les transactions. Ainsi, l’analyse de contenu des entretiens réalisés dans le cadre de l’enquête collective de Niamey a permis un premier inventaire d’expressions utilisées par l’agent de police ou le douanier pour solliciter un paiement illicite : « Merci ne rentre pas dans la poche », « On ne peut pas venir les bras ballants », ou encore « Arrangeons-nous » (agyara en haussa). En deuxième lieu, elle s’assigne comme objectif de répertorier les termes qui concernent la corruption comme idée, notion générale. Ainsi, si la notion de détournement est exprimée en wolof par le verbe lekk, « manger », l’acte de soudoyer se traduira par le verbe ger. En haussa, « corrompre » se traduit par « manger le nez » (cha anchi). En zarma, on parlera entre autres de kalam deene, en quelque sorte le « prix de la plume », en référence à l’« avance » que l’on verse aux marabouts qui vous écrivent sur leur planchette des versets du Coran à titre de charme magique.

34En même temps, le consultant dévoile une éthique populaire de la corruption (les normes pratiques de la « bonne » et de la « mauvaise » corruption, les registres de légitimation et de dénonciation, ou encore de l’euphémisation de la charge moralement négative contenue dans ces actes), qui est un complément indispensable de la sémiologie populaire. Rentrent sous la rubrique de l’euphémisation des expressions qui désignent les objets de la transaction comme le « prix de la kola, du thé, du billet de bus », etc.

35X, avocat et militant anticorruption, nous a ainsi parlé de la corruption de certains juges à Niamey, et comment, avec la complicité d’avocats, de gardiens, et parfois d’un « caïd » de la prison, ils accordaient des mises en liberté provisoire contre espèces. Ni noms ni cas précis n’étaient cependant évidemment rapportés. Y, chef de service à l’hôpital, estime que le « racket » des infirmiers doit être interdit, mais que les « cadeaux » de remerciement donnés par les malades aux soignants sont tout à fait acceptables. Commentant l’emprisonnement d’un agent technique dans un département rural sénégalais, un responsable politique de l’opposition l’expliquait par l’excès de gourmandise et le manque de savoir-faire redistributif du fonctionnaire. Si en revanche on reste sobre et on ne fait pas de bruit, tout se passe calmement, ajoutait-il.

  • 19 Pour une définition de « émique », cf. la note 10 du texte de Ellen Hertz dans le présent Cahier.

36La posture de récitant, quant à elle, met la sémiologie ou l’éthique populaire en actes, sous forme de cas vécus par l’intéressé, et débouche sur les stratégies d’acteurs proprement dites, en contextes réels. Certes, l’acte est dit, raconté, et non observé. Mais, malgré cette limitation, le récit constitue à l’évidence la principale ressource des enquêtes sur la corruption. Les cas où les « récitants » se présentent comme victimes sont évidemment de loin les plus nombreux : il est facile de faire raconter à un chauffeur de transport en commun les multiples « rançons » dont il est victime sur son parcours, beaucoup plus difficile à un gendarme de raconter à la première personne la partie symétrique et inverse de la même histoire. Un ancien gendarme nigérien à la retraite a ainsi préféré revenir immédiatement au rôle de consultant, pour mentionner comment ses collègues de la brigade routière – pas lui, évidemment – partaient prélever leur « quota »-expression émique19 – et comment ils en glissaient le produit dans leurs bottes.

37Mais le travail pionnier de LeVine (1990) sur le Ghana auprès d’anciens dignitaires du régime racontant sans gêne leurs pratiques délictueuses (mais légitimes à leurs propres yeux) nous rappelle que, dans un contexte de banalisation de la corruption politique et administrative, les acteurs impliqués dans les affaires s’expriment parfois sans réticences sur le sens de leurs propres pratiques. Certes, idéalement, le récit le plus riche serait celui recueilli sous la forme de témoignage ou d’aveu, à cette exception près que dans un tribunal, l’« entretien » vise essentiellement à juger de l’existence ou non d’un acte délictueux et à déterminer le poids de la sanction. Toutefois, l’analyse des récits contenus dans les actes d’un procès représente une source inégalable pour le chercheur, d’autant plus qu’il peut toujours les utiliser comme point de départ pour de nouveaux entretiens avec les inculpés.

  • 20 Cf. également Heidenheimer, Johnston and LeVine (1990 : 747).

38Qu’on soit face à des interlocuteurs qui se présentent comme actifs ou passifs, comme corrupteurs ou comme corrompus, le passage à la posture de récitant déclenche des mécanismes bien connus d’autodéfense et de justification, que l’on retrouvera dans les argumentaires recueillis par Della Porta et Vannucci (1992) lors de leurs enquêtes sur la corruption en Italie. Alors que les entrepreneurs se retranchaient derrière la vénalité des hommes politiques et la sophistication de leurs pratiques d’extorsion, ces derniers dénonçaient les pressions qu’ils subissaient de la part des premiers, voulant à tout prix échapper aux risques de la libre compétition. Confrontés à des pratiques stigmatisées sur le plan social, les acteurs ont recours à des « techniques de neutralisation » (Pizzorno 1992 : 51, qui emprunte l’expression à Becker) de la charge morale négative de leurs actions. En d’autres termes, ils entrent dans un registre de la justification. Un procédé classique est l’évaluation de la moralité de sa propre conduite vis-à-vis de la collectivité sur la base d’un calcul de réciprocité : si le gouvernement est indigne d’estime, pourquoi sacrifier mes intérêts personnels à la fidélité envers lui ?20 On sait également que les discours d’accusation ne s’appuient pas uniquement sur des conflits réels, mais que, comme le souligne Schwartz (1993), ils tendent également à établir une sorte d’alliance avec le chercheur ou relèvent de stratégies d’affirmation de soi. Les interviewés peuvent inventer ou exagérer certains traits pour impressionner le chercheur ou lui faire plaisir (Miller, Koschechkina and Grodeland 1997 : 208).

39La méthode biographique, qui est souvent l’exemple typique de la posture de récitant, est un complément indispensable à l’entretien classique. Mais elle n’est pas la seule forme du récit personnel, et bien souvent c’est la séquence biographique qui représente l’unité pertinente sur la base de laquelle se constitue un corpus de données discursives. Sans avoir besoin de toujours retracer la trajectoire biographique complexe d’un individu qui ne croise la corruption qu’en pointillé, le chercheur peut se contenter d’épisodes significatifs, voire parfois d’anecdotes ponctuelles. Ainsi, un jeune transitaire récemment installé à la douane centrale de Niamey nous a raconté comment les collègues plus anciens l’ont progressivement initié au mode d’emploi quotidien des bureaux de la douane, fait d’accords tacites, de règles informelles, de signes et de symboles que la formation professionnelle ne lui avait pas dispensés.

40Il faut mentionner rapidement la diffusion de la technique de la focus group discussion, combinée avec la réalisation d’entretiens individuels et de sondages d’opinion (Miller, Koschechkina and Grodeland 1997). Cette démarche permet de constituer un corpus discursif sur les faits de corruption mais également d’observer les interactions et les débats d’un groupe ciblé sous la conduite d’un animateur. Il ne peut évidemment pas se substituer à l’entretien individuel ni aux formes classiques d’observation participante, mais apparaît comme une piste intéressante au vu des problèmes d’approche et d’observation du phénomène évoqués plus haut.

Les études de cas

41La notion d’étude de cas s’applique à des entreprises fort différentes : une étude monographique sur la corruption dans un pays donné, mais également des travaux centrés sur une institution particulière ou une interaction spécifique. Des observations, des récits à la première personne, des séquences biographiques constituent déjà, en un sens, des études de cas, mais elles restent des cas à une seule voix. Nous préférons parler d’études de cas proprement dites lorsque plusieurs acteurs d’une même scène ou d’une même « histoire », où ils ont occupé des positions différentes, qu’ils soient directement parties prenantes ou simplement témoins, sont sollicités pour exprimer leur point de vue. Le cas est alors rapporté à plusieurs voix ; il s’agit d’une confrontation indirecte organisée par le chercheur entre les divers protagonistes et observateurs d’un épisode corrupteur. On pourra prendre comme point de départ tel épisode évoqué dans un document judiciaire ou dans un article de presse, et il s’agira alors d’une reconstruction parallèle et complémentaire. On pourra aussi travailler sur des études de cas « frais », de première main, glanés au cours d’une discussion informelle ou issus d’un corpus de rumeurs systématiquement collectées. Le chercheur pourra d’ailleurs être lui-même une des voix sollicitées, s’il a été acteur ou observateur, même à temps partiel, de l’épisode.

42Il convient de veiller à distinguer soigneusement entre les cas de corruption avérée (c’est-à-dire où la dénonciation a été suivie d’un procès et d’une condamnation), les cas de corruption dénoncée mais sans une suite judiciaire, et les cas de corruption caractérisée comme telle par le chercheur. On peut aussi considérer des études de cas déviants, qu’il s’agisse soit de pays « étrangement » peu corrompus (le cas du Botswana a été étudié dans cette perspective par Good 1994), soit d’espaces non corruptibles, non soumis à négociation, au sein d’une administration publique, soit enfin d’épisodes de dénonciation publique là où le silence et l’impunité sont la règle (Blundo à paraître). Ces derniers exemples, en particulier, permettent de vérifier a contrario les hypothèses sur l’impunité des affaires de corruption. On peut ainsi « mesurer » empiriquement le « seuil » qui, une fois franchi, décrète la in de la protection que le milieu social offre au corrompu, par le repérage – en creux – des normes éthiques (ne recoupant pas forcément les normes juridiques) qui informent la conduite des affaires locales.

Les procédés de recension et de vérification

43Le chercheur sur le terrain va également « bricoler » de multiples procédés de recension et de vérification pour constituer des corpus de données plus ou moins quantitatives, graphiques, diagrammatiques ou comptables, en petites séries, afin de confirmer ses hypothèses, d’illustrer ses données qualitatives, de fournir des ordres de grandeur... Ainsi, l’analyse des registres de toutes sortes tenus par les administrations (ou censés l’être) et la vérification autant qu’il est possible sur le terrain des données et chiffres qu’ils contiennent permettent d’apprécier l’ampleur des falsifications et l’écart entre réalité sur le terrain et documents officiels.

  • 21 Dans le cas des collectivités locales sénégalaises, on a dépouillé les procès-verbaux des délibérat (...)
  • 22 Toujours pour en rester au cas sénégalais, on a ainsi recensé systématiquement les infrastructures (...)

44Car la corruption – « émiquement » parlant – n’est pas toujours là où on la cherche. Même le « repenti » le plus disponible reste muet sur des pratiques qui lui apparaissent comme normales et moralement irrépréhensibles (pour des exemples de corruption non perçue comme telle par des acteurs sociaux, cf. Blundo 1998) : il est alors important de recourir aux sources administratives21 et aux procédés de recension22.

45La vérification est cependant une opération délicate quand elle concerne les affaires de corruption et les détournements. A titre d’exemple, au Sénégal, l’Etat a établi un pacte tacite avec les élites locales et la petite administration, dont l’une des règles non écrites est l’absence de tout contrôle et de sanction, ce qui entraîne une culture de l’impunité. Dans un tel contexte, toute vérification équivaut à une mise en doute des affirmations des autorités. Ce faisant, non seulement le chercheur risque d’attenter à la crédibilité et, finalement, à l’honneur de ses interlocuteurs, mais aussi il casse l’élément clé – la non-vérification – sur lequel se fonde tout le système d’accusations qui permet à la lutte entre factions politiques (tant au niveau central que local), par le biais de la rumeur et de la médisance, de ne pas dégénérer.

46La nature même des enquêtes socio-anthropologiques sur la corruption (à la fois leur objet et les méthodes d’investigation utilisées) peut donner par moments l’étrange impression de glisser sans le vouloir vers une enquête policière. Même si l’objectif n’est pas – cela va sans dire – de traquer les corrompus, l’enquête de terrain conduit à découvrir de nouveaux cas. Le problème se pose alors de l’utilisation de l’information collectée et de la sauvegarde de l’anonymat de ceux qui pourraient être impliqués, de près ou de loin, dans ces affaires. Mais le parallèle avec l’enquête policière va plus loin : il fait référence à des modes particuliers de production des données et de vérification des hypothèses de recherche. L’anthropologue, tout comme le détective et le chasseur, note et collecte les indices les plus insignifiants, suit des traces, reconstruit lentement, pièce par pièce, le puzzle de l’enquête. C’est le même « paradigme indiciaire » qui est à l’origine de démarches si différentes (cf. Ginzburg 1989 [1980] ; Caisson 1995), et dont semble s’inspirer le Malinowski des Argonautes du Pacifique occidental, lorsqu’il dit que l’ethnographe « doit se montrer chasseur dynamique, talonner sa proie, la diriger vers les rets et la poursuivre jusqu’en ses derniers retranchements » (Malinowski 1989 : 65).

47Mais le parallèle s’arrête là. Il ne faut pas en effet céder à l’illusion de la quête de la version la plus « juste » ou la plus « riche » d’un récit, « la narration [...] d’un même fait par plusieurs informateurs justifiant [plutôt] l’étude de variantes et de variations » (Dakhlia 1995 : 150). Principe fondamental de toute enquête ethnographique, la triangulation, le recoupement des informations, a pour objectif de « croiser des points de vue dont on pense que la différence fait sens. Il ne s’agit donc plus de “recouper” ou de “vérifier” des informations pour arriver à une “version véridique”, mais bien de rechercher des discours contrastés, de faire de l’hétérogénéité des propos un objet d’étude [...] en un mot de bâtir une stratégie de recherche sur la quête de différences significatives » (Olivier de Sardan 1995 : 93). Le chercheur en sciences sociales n’est donc pas soumis aux mêmes exigences d’administration de la preuve que le juriste. Au-delà de la précision et de la certitude exigées dans le cadre d’un procès, son but est d’extraire la logique des différentes affaires pour aboutir à des généralisations (Médard à paraître).

La combinaison des méthodes

48Bien évidemment, ces diverses approches ne sont pas exclusives les unes des autres, et c’est sans doute leur combinaison systématique dans la durée qui caractérise le mieux l’approche socio-anthropologique. Tout auteur ayant écrit sur la corruption contemporaine, journaliste, politologue, essayiste, a eu au minimum quelques entretiens avec des « personnes ressources », a dépouillé quelque peu la presse locale, a vécu lui-même à titre anecdotique une « demande » de corruption de la part d’un douanier ou d’un gendarme. Mais cette combinaison « impressionniste » de courte durée n’a pas les mêmes effets que la combinaison systématique à long terme par laquelle un chercheur (ou, mieux, une équipe de chercheurs) constitue pas à pas un corpus réfléchi de données discursives, observationnelles, casuelles et « recensionnelles » complémentaires.

49L’enquête collective menée au Niger a ainsi légué aux trois enquêteurs devant poursuivre des recherches de terrain pendant six mois sur la douane, la justice et la police une batterie d’« indicateurs qualitatifs », comportant, outre le dépouillement systématique de la presse déjà effectué, un certain nombre d’études de cas nettement circonscrites, une longue liste d’entretiens à avoir auprès d’acteurs de statuts très divers, des observations à mener dans des sites précis, des vérifications à faire, et une exigence de familiarisation réelle avec les professionnels concernés.

La procédure ECRIS

50Un programme de recherche collectif permet de mieux valoriser la production de données socio-anthropologique, en leur donnant une perspective résolument comparative. Encore faut-il que les méthodes de travail comme les problématiques soient harmonisées. En recherche qualitative, l’harmonisation relative des données passe par l’harmonisation relative des postures des chercheurs sur le terrain, et non par une standardisation statistique. Il faut accorder des « tours de pensée » (comme on dit des « tours de main »), c’est-à-dire rendre similaires des curiosités. Les questions qu’on se pose doivent être plus ou moins identiques (à la différence des questions qu’on pose, qui varient selon les situations et les interlocuteurs : l’entretien, plus proche de la conversation, n’est pas un questionnaire, dont les questions sont standardisées).

  • 23 Pour une présentation plus complète de cette procédure, cf. Bierschenk and Olivier de Sardan (1997)

51C’est l’avantage de la procédure ECRIS23 que de faciliter une telle harmonisation tout en reprenant l’essentiel des méthodes socio-anthropologiques. Elle comprend une phase collective, où l’ensemble des chercheurs devant travailler dans les divers pays et/ou les divers sites du pays choisi se regroupent et mènent sur plusieurs sites des enquêtes de terrain intensives, et discutent en commun d’interprétations « à chaud » et « issues du terrain » (grounded), afin de formuler de nouvelles hypothèses sans cesse confrontées à de nouvelles données. Les enquêtes sont faites sur la base de petites équipes de deux ou trois personnes, chaque équipe s’attachant à un groupe d’acteurs particuliers, en cherchant à identifier processus, problèmes, dysfonctionnements et conflits. La confrontation régulière entre les « points de vue » très divers recueillis par chaque équipe est particulièrement éclairante, surtout sur le thème de la corruption, où les positions respectives des acteurs engendrent des perceptions et des discours souvent contrastés. Ainsi, deux jours d’enquêtes à Niamey sur la corruption dans la justice, avec six groupes de trois enquêteurs chacun, ont permis de confronter, grâce à la spécialisation de chaque groupe, les propos des juges, des avocats, des justiciables, des greffiers, des secrétaires, des intermédiaires, des prisonniers, et de mettre en relief les dissonances, les dissimulations, les dénonciations, les légitimations, tout en repérant les « moments » et les « lieux » propices aux transactions illicites, aux abus de pouvoir ou aux trafics d’influence.

52Mais la phase individuelle ultérieure est tout aussi importante. Elle bénéficie de l’investissement collectif préalable. Chaque chercheur sur un site donné a désormais une base de référence partagée, acquise durant la phase collective. Il travaille selon certaines consignes identiques, établies en commun, doit établir des « dossiers » de même nature, suivre des « indicateurs » similaires. Des données dotées d’une certaine comparabilité sont ainsi produites par des enquêteurs travaillant sur la base des méthodes ethnographiques classiques résumées ci-dessus. Ces données sont présentées sous formes de « dossiers », et servent de support à une discussion collective à visée interprétative. Dans les trois pays sur lesquels portera le programme de recherche mentionné plus haut (cf. note 2), chaque enquêteur (ils sont de trois à cinq par pays) a pour plusieurs mois soit son propre chantier thématique (douanes, santé, justice, transports...), soit son site d’enquête propre à l’intérieur du pays (petite ville). Outre l’enquête collective ayant regroupé les responsables des trois pays dans l’un d’entre eux (en l’occurrence le Niger), une enquête collective doit avoir lieu dans les deux autres pays. La comparaison se fait donc à plusieurs étages : par pays, par thème, et globalement.

Conclusion

53Entre une socio-anthropologie des pratiques criminelles et une socio-anthropologie du quotidien, le travail empirique de terrain sur la corruption donne accès à un nouveau champ de recherche : celui des rapports entre fonctionnaires et « société civile », entre administrations et administrés, entre services publics et usagers. Ces domaines, qui ont surtout été explorés au Nord par la sociologie du travail et la sociologie des organisations, n’ont guère été abordés par les anthropologues, qui plus est en Afrique. Or leur analyse est sans doute décisive pour une compréhension des modalités de la construction des Etats en Afrique (ou, inversement, de leur délabrement actuel). La sémiologie ou l’éthique populaires de la corruption doivent être mises en rapport avec une sémiologie et une éthique populaires des administrations, une sémiologie et une éthique populaires du service public, entre autres.

54Loin de certains « nouveaux objets », caractérisés par leur futilité, que se donne parfois l’anthropologie, ces « nouveaux objets » sont des enjeux de société importants, au centre des débats actuels et sans doute futurs sur la « gouvernance », bonne ou mauvaise, en ses aspects concrets, en ses manifestations quotidiennes, en ses dérives et ses blocages, en ses contradictions et ses pesanteurs. La corruption n’est qu’une porte d’entrée parmi d’autres, mais une porte d’entrée importante. Il y faut donc investir toutes les ressources des méthodes d’enquête socio-anthropologiques, avec leur variété, avec leur combinaison, avec leur quête difficile de rigueur. En retour, cet investissement pourrait sans doute produire des effets d’innovation sur la démarche anthropologique de terrain.

Bibliographie

Ades A. and Di Tella R., 1996, « The Causes and Consequences of Corruption: A Review of Recent Empirical Contributions », IDS Bulletin, vol. 27, no. 2, pp. 6-11.

Bierschenk T. and Olivier de Sardan J.-P., 1997, « ECRIS: Rapid Collective Inquiry for the Identification of Conflicts and Strategic Groups », Human Organization, vol. 56, no. 2, pp. 238-244.

Blundo G., 1998, « Logiques de gestion publique dans la décentralisation sénégalaise participation factionnelle et ubiquité réticulaire », Bulletin de l’APAD, n° 15, mai, pp. 21-47.

–, à paraître, La politique au village. Décentralisation, factionnalisme et courtage au Sénégal, Paris : Karthala.

Bourgois P., 1992, « Une nuit dans une “shooting gallery” : enquête sur le commerce de la drogue à East Harlem », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 94, pp. 59-78.

–, 1995, In Search of Respect: Selling Crack in El Barrio, Cambridge, MA: Cambridge University Press.

Caisson M., 1995, « L’Indien, le détective et l’ethnologue », Terrain, n° 25, pp. 113-124.

Cartier-Bresson J., 1997, « Quelques propositions pour une analyse comparative de la corruption en Europe de l’Ouest », Revue internationale de politique comparée, vol. 4, n° 2, pp. 265-295.

–, 1998, « Les analyses économiques des causes et des conséquences de la corruption : quelques enseignements pour les PED », Mondes en développement, t. 26, n° 102, pp. 25-40.

Cazzola F., 1988, Della corruzione. Fisiologia e patologia di un sistema politico, Bologna : Il Mulino.

–, 1992, L’Italia del pizzo. Fenomenologia della tangente quotidiana, Torino : Einaudi.

Chambliss W.J., 1971, « Vice, Corruption, Bureaucracy and Power », Wisconsin Law Review, no. 4, pp. 1150-1173.

CLARION, 1994, The Anatomy of Corruption in Kenya: Legal, Political and Socio-Economic Perspectives, CLARION Research Monograph no. 7.

Coalition 2000, 1998, Corruption Monitoring System, website ftp://ftp.online.bg/pub/pdf/coalition2000/monitoreng.pdf.

Dakhlia J., 1995, « Le terrain de la vérité », Enquête, n° 1, pp. 141-152.

Della Porta D., 1992, Lo scambio occulto. Casi di corruzione politica in Italia, Bologna : Il Mulino.

Della Porta D. et Vannucci A., 1992, Corruzione politica e amministrazione pubblica. Risorse, meccanismi, attori, Bologna : Il Mulino.

Doig A. and McLvor S., 1999, « Corruption and its Control in the Developmental Context: An Analysis and Selective Review of the Literature », Third World Quarterly, vol. 20, no. 3, pp. 657-676.

Festinger L., Riecken H.W. et Schachter S., 1993, L’échec d’une prophétie : psychologie sociale d’un groupe de fidèles qui prédisaient la fin du monde, Paris : Presses universitaires de France (1re éd. angl. 1970).

Giglioli P.P., 1996, « Corruption politique et médias : l’affaire Tangentopoli », Revue internationale des sciences sociales, n° 149, septembre, pp. 437-451.

Ginzburg C., 1989 (1980), « Traces. Racines d’un paradigme indiciaire », Mythes, emblèmes, traces, Paris : Flammarion, pp. 139-180.

Gluckman M., 1963, « Gossip and Scandal », Current Anthropology, vol. 4, no. 3, June, pp. 307-316.

Good K., 1994, « Corruption and Mismanagement in Botswana: A Best-case Example? », The Journal of Modern African Studies, vol. 32, no. 3, September, pp. 499-521.

Gopakumar K., 1998, Citizen Feedback Surveys to Highlight Corruption in Public Services: The Experience of Public Affairs Centre, Bangalore, TI Working Paper, website http://www.transparency.de/documents/work-papers/kgopakumar.html.

Grodeland A, Koschechkina T.Y. and Miller W.L., 1997, « Alternative Strategies for Coping with Officials in Different Postcommunist Regimes: The Worm’s Eye View », Public Administration and Development, vol. 17, no. 5, pp. 511-528.

Heidenheimer A.J., 1990, « Perspectives on the Perception of Corruption », in:Heidenheimer A.J., Johnston M. and LeVine VT. (eds.), Political Corruption: A Handbook, New Brunswick: Transaction Publishers, pp. 149-163.

–, 1996, « A la recherche de définitions : études dans la perspective comparative », Revue internationale de sciences sociales, n° 149, septembre, pp. 389-399.

Humphreys Laud, 1970, Tearoom Trade: Impersonal Sex in Public Places, Chicago: Aldine.

Koschechkina T.Y. and Miller W.L., 1998, « Foolish to Give and Yet More Foolish not to Take: In-Depth Interviews with Postcommunist Citizens on their Everyday Use of Bribes and Contacts », Europe-Asia Studies, vol. 50, no. 4, pp. 649-675.

Lambsdorff J.G., 1998, « An Empirical Investigation of Bribery in International Trade », The European Journal of Development Research, vol. 10, no. 1, pp. 40-59.

–, 1999, The Transparency International Corruption Perceptions Index 1999: Framework Document, TI, October, 27 p., website http://gwdu 19.gwdg.de/~uwvw/1999_CPI_FD.pdf

LeVine V.T., 1990, « Supportive Values of the Culture of Corruption in Ghana », ui: Heidenheimer A.J., Johnston M. and LeVine VT. (eds.), Political Corruption: A Handbook, New Brunswick: Transaction Publishers, pp. 363-373.

Lucchini R., 1995, « Universalisme et relativisme dans l’approche de la corruption. Réflexions sociologiques », in :Borghi M. et Meyer-Bisch P. (éds), La corruption. L’envers des droits de l’homme, Fribourg : Editions Universitaires Fribourg Suisse, pp. 47-65.

Malinowski B., 1989, Les Argonautes du Paciique occidental, Paris : Gallimard (1re éd. angl. 1922).

Mauro P., 1996, « The Effects of Corruption on Growth, Investment and Government Expenditure », International Monetary Fund Working Paper, no 96/98.

Médard J.-F., à paraître, « L’évaluation de la corruption : approches et problèmes », in :Baré J.-F., L’évaluation des politiques publiques (titre provisoire), Paris : Economica.

Miller W.L., Koschechkina T.Y. and Grodeland A., 1997, « How Citizens Cope with Postcommunist Oficials: Evidence from Focus Group Discussions in Ukraine and the Czech Republic », in:Heywood P. (ed.), Political Corruption, Oxford: Blackwell, pp. 181-209.

Morice A., 1991, « Les maîtres de l’informel : corruption et modèles mafieux d’organisation sociale », in :Lautier B., de Miras C. et Morice A., L’Etat et l’informel, Paris : L’Harmattan, pp. 143 – 208.

–, 1995, « Corruption, loi et société : quelques propositions », Revue Tiers Monde, t. XXXVI, no 141, janvier-mars, pp. 41-65.

Morris S., 1991, Corruption and Politics in Contemporary Mexico, Tuscoloosa/London: University of Alabama Press.

Olivier de Sardan J.-P., 1995, « La politique du terrain. Sur la production des données en anthropologie », Enquête, no 1, pp. 71-109.

–, 1996, « L’économie morale de la corruption en Afrique », Politique africaine, no 63, octobre, pp. 97-116.

Pizzorno A., 1992, « La corruzione nel sistema politico », in:Della Porta D. (1992), pp. 13-74.

Robinson M., 1997, Workshop on Corruption and Development, Brighton: Institute of Development Studies, University of Sussex.

–, 1998, « Corruption and Development: An Introduction », The European Journal of Development Research, vol. 10, no. 1, pp. 1-14.

Schwartz O., 1993, « L’empirisme irréductible : la in de l’empirisme ? », in : Anderson N. (éd.), Le Hobo. Sociologie du sans-abri, Paris: Nathan, pp. 265-308.

Scott J., 1969, « The Analysis of Corruption in Developing Nations », Comparative Studies in Society and History, XI, June, pp. 315-341.

Werner J.F., 1993, Marges, sexe et drogues à Dakar. Enquête ethnographique, Paris : Karthala-ORSTOM.

Williams R., 1999, « New Concepts for Old ? », Third World Quarterly, vol. 20, no. 3, pp. 503-513.

Notes

1 Ou relevant de la sociologie dite parfois « qualitative ». Pour une présentation de ces méthodes et de leur usage dans une « politique du terrain », cf. Olivier de Sardan (1995).

2 Les exemples sont plus particulièrement tirés de deux enquêtes. La première, individuelle, fut menée il y a quelques années au Sénégal (cf. Blundo 1998 et à paraître) ; la seconde, collective, vient d’avoir lieu au Niger, pour lancer un programme de recherche collectif portant sur trois pays (Bénin, Niger, Sénégal), financé par l’Union européenne et la Coopération suisse. Il va de soi que le fait de focaliser notre recherche sur les transactions corrompues quotidiennes n’exclut pas, loin s’en faut, un intérêt soutenu pour les réseaux complexes qui les lient à la corruption au sommet.

3 Il faut rappeler que la presse africaine n’est pas pour l’essentiel une presse d’investigation, et ne respecte guère les principes déontologiques de recoupement des informations et d’administration de la preuve. Nombre de journalistes sont eux-mêmes réputés vénaux...

4 D’après Gluckman (1963: 314), anthropologos en grec ancien signifie « celui qui parle des hommes» dans le sens de « mauvaise langue », propagateur de ragots.

5 Voir Robinson (1997: 2) pour l’identification des différentes dimensions et facettes des faits de corruption.

6 Pour une mise au point récente sur les problèmes liés à l’évaluation et à la mesure de la corruption, se référer à Médard (à paraître).

7 On peut renvoyer, pour des contributions récentes en langue française, à Lucchini (1995) et Morice (1995).

8 Ainsi, Cazzola n’analyse dans son ouvrage que les cas pour lesquels 1) l’acte a été découvert ; 2) il a été dénoncé à la magistrature ; 3) il a donné lieu à une procédure pénale ; 4) il a été repris par la presse (1988 : 22).

9 KPMG, 1995 Police Chiefs Survey Report, site Internet ftp://ftp.kpmg.ca/pub/isi/pcsur95e.pdf.

10 Cf. la contribution au présent ouvrage de Nicolas Queloz, qui a analysé les dépêches diffusées par l’Agence télégraphique suisse (ATS) et contenues dans sa banque de données ELSA.

11 Cf Giglioli (1996) pour une analyse récente de la couverture médiatique des scandales de Tangentopoli entre 1992 et 1994 en Italie.

12 Ce sont les conclusions émises par une étude récente menée en Bulgarie par ACCESS Association, une des organisations fondatrices de Coalition 2000, portant sur l’analyse de la presse nationale écrite et audiovisuelle (13 journaux et quelques chaînes de télévision et radio): Coalition 2000, « Corruption Receives Significant Media Coverage but Analyses of the Phenomenon Lack Depth », site Internet http://www.online.bg/coalition2000/eng/newsletter/

13 Mais pas exclusivement. En effet, les quotidiens fourmillent également d’informations concernant des faits de petite corruption. Encore une fois, le cas italien est exemplaire. Cazzola (1992) a publié un petit ouvrage fondé sur l’analyse des articles de deux quotidiens nationaux (Repubblica et La Stampa) entre 1976 et 1991, consacrés presque entièrement à des cas de corruption dans des contextes de vie quotidienne (délivrance de licences, concours dans l’administration publique, annulation d’amendes de la circulation, obtention d’une place dans les cimetières, etc.).

14 Cf. sur ce point les observations de Laurent Dartigues et Emmanuel de Lescure dans le présent ouvrage.

15 Nous présentons ci-dessous les institutions et le nom des sondages, le nombre de pays concernés, les questions posées et le nombre de réponses obtenues (Lambsdorff 1999):
– Economist Intelligence Unit (Country Risk Service and Country Forecasts), index de 115 pays qui évalue la quantité de transactions commerciales impliquant des pots-de-vin, nombre réponses n.d.
– Freedom House Nations in Transit, 28 pays de l’Europe de l’Est, nombre réponses n.d.
– Gallup International (50th Anniversary Survey), 44 pays, 34’000 réponses. « Indiquer pour chaque groupe suivant (politiciens, fonctionnaires, policiers et juges) s’il est concerné par beaucoup, peu ou aucun cas de corruption. »
– International Crime Victim Survey, 43 pays, 40’000 réponses.
– Institute for Management Development (World Competitiveness Yearbook), 47 pays, 4160 réponses. « Savez-vous si des pratiques illicites (corruption et versement de pots-de-vin) sont courantes dans la sphère publique? »
– Political & Economic Risk Consultancy (Asian Intelligence Issue), 12 pays asiatiques, 40-50 réponses par pays. « Jusqu’à quel niveau la corruption existe dans votre pays de travail d’une manière qui décourage les entreprises étrangères d’investir dans ce pays? »
– Political Risk Services (International Country Risk Guide), 135 pays, nombre réponses n.d.
– Wall Street Journal, Central European Economic Review, 26 pays de l’Europe orientale, nombre réponses n.d.
– World Bank (World Development Report & Private Sector Survey), 74 pays, 3500 réponses, avec deux questions concernant la corruption comme un obstacle aux affaires et le montant total des paiements additionnels.
– World Economic Forum & Harvard Institute for International Development (African Competitiveness Report et Global Competitiveness Report), enquête auprès des patrons de grandes et moyennes entreprises leur demandant d’évaluer le degré d’activités corruptrices dans la sphère publique, concernant 79 pays, 4516 réponses. « Des paiements additionnels irréguliers sont-ils présents/absents dans les procédures relatives à: permis d’importation/exportation, perception d’impôts et taxes, polices, emprunts, etc.? »

16 TI, « Communiqué de presse: Index de perception de la corruption 1998 », site Internet http://www.transparency.de

17 On peut évoquer les travaux de Chambliss (1971), qui entre 1962 et 1969 a conduit des enquêtes de terrain à Seattle sur les réseaux du crime organisé en adoptant la méthode de l’observation participante (pour une présentation plus détaillée de cette étude, cf. la contribution de Pierre Lascoumes au présent Cahier).

18 A titre d’exception, on pourra signaler les travaux de Grodeland, Koschechkina and Miller (1997) et Koschechkina and Miller (1998), qui explorent les perceptions et les stratégies des usagers dans les relations avec les services publics.

19 Pour une définition de « émique », cf. la note 10 du texte de Ellen Hertz dans le présent Cahier.

20 Cf. également Heidenheimer, Johnston and LeVine (1990 : 747).

21 Dans le cas des collectivités locales sénégalaises, on a dépouillé les procès-verbaux des délibérations des conseils ruraux, les budgets prévisionnels et leur exécution, les listes de recouvrement de la taxe rurale et les montants des remises aux chefs de village, etc. (Blundo à paraître).

22 Toujours pour en rester au cas sénégalais, on a ainsi recensé systématiquement les infrastructures réalisées par les collectivités locales dans les villages (Blundo 1998).

23 Pour une présentation plus complète de cette procédure, cf. Bierschenk and Olivier de Sardan (1997).

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search