Version classiqueVersion mobile

Sciences sociales et coopération en Afrique

 | 
Jean-Pierre Jacob

Paroles

L’hégémonie du paradigme développementiste dans les sciences sociales au Dahomey–Bénin

Thomas Bierschenk et Roch Mongbo

Texte intégral

  • 1 IRHO : Institut de recherches pour les huiles et oléagineux. IRAT : Institut de recherches agronomi (...)

1Jusque dans les années 1960, l’ensemble du dispositif de la recherche au Dahomey, en sciences sociales ou dans les autres domaines, apparaissait comme un appendice de la machinerie française de recherche. Il se ramifiait en institutions telles que l’IRHO pour le palmier à huile, l’IRAT pour les cultures vivrières, l’IRCT pour le coton, et en instituts non spécialisés comme l’ORSTOM et l’IFAN1. Cette situation offrait au moins l’avantage au Dahomey de disposer de l’une des bibliothèques sur le pays de niveau international (celle de l’IFAN à Porto-Novo). Tout chercheur ayant tenté au moins une fois ces dernières années de s’informer sur place des recherches en cours à propos du Bénin a pu mesurer à quel point la situation s’est dramatiquement dégradée. Une véritable politique en matière de recherche a fait défaut, non seulement dans les sciences sociales, mais aussi et surtout en vue d’une stratégie de formation et de renforcement des capacités nationales de recherche, le tout aggravé par une carence en personnel d’encadrement. Que la revue Les Etudes dahoméennes, qui constituait un espace d’expression de la recherche en sciences sociales reconnu internationalement, ait disparu dès la fin des années 1960 nous paraît à cet égard tout à fait symptomatique.

Une université rétive à la recherche

  • 2 FLASH : Faculté des lettres, arts et sciences humaines. FSA : Faculté de sciences agronomiques. FAS (...)

2La création de l’Université nationale du Bénin, à l’aube des années 1970, aurait pu enrayer ce déclin, grâce notamment à ses facultés des sciences sociales, la FLASH (avec ses départements de lettres, d’histoire, de géographie, et de sociologie et philosophie), la FSA (avec le département d’économie et sociologie rurales) et la FASJEP2. Cependant, même lors de cette phase « révolutionnaire », la France, qui était demeurée l’unique référence en matière de politique de recherche et d’enseignement supérieur, marqua de son empreinte le paysage organisationnel de la recherche scientifique : outre l’université, dont la mission première était l’enseignement, une Direction générale de la recherche scientifique et technique (DGRST) – sorte de copie simplifiée du CNRS français – fut créée au Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche (rebaptisée ensuite Centre béninois de la recherche scientifique et technique CBRST). Parallèlement, le Ministère du développement rural et de l’action coopérative a abrité depuis 1984 une Direction de la recherche agronomique (DRA), aujourd’hui Institut national de recherche agronomique du Bénin (INRAB), doté d’un laboratoire d’économie et sociologie rurales. Jusqu’en 1986, la mission centrale de l’université fut de préparer les étudiants à la fonction publique, l’Etat, seul et unique employeur de diplômés universitaires, décidant au niveau central de l’affectation de ces cadres au sein des différents corps administratifs. Un plan de carrière individuel ayant la recherche pour objectif n’avait, compte tenu de cette situation, que fort peu de sens. Plus généralement, le climat politique des années 1970 et du début des années 1980 n’était que peu favorable aux chercheurs en sciences sociales, le régime de Kérékou ne se montrant guère compréhensif vis-à-vis d’une recherche qui ne se soldait pas par l’obtention immédiate d’un diplôme. En outre, les contacts avec l’extérieur étaient délicats, en particulier avec la France, tenue pour responsable du raid des mercenaires de 1977. Un poste au sein d’une organisation internationale était, et reste, préférable à la situation d’un chercheur confronté à des conditions de travail caractérisées par l’isolement et le risque permanents.

Un terrain en friche

  • 3 Si Christian Coulon (Politique africaine, nº 45, 1992, p. 3) considère le Sénégal comme l’objet d’u (...)
  • 4 On pensera à Akindéle A. et Aguessy C., Le Dahomey, Paris : Editions Maritimes et Coloniales, 1955  (...)
  • 5 Cette tendance est particulièrement nette chez Francine Godin (Bénin 1972-1982. La logique de l’Eta (...)

3La recherche en sciences sociales au et sur le Bénin demeure jusqu’à nos jours marquée par cette histoire, et ce relativement à trois traits essentiels. En premier lieu, dans le domaine des sciences sociales le Bénin est pendant longtemps resté quasiment en friche3. Cette constatation s’applique à toutes les disciplines des sciences sociales, de l’anthropologie sociale aux sciences politiques en passant par l’histoire. Un fait concernant les sciences politiques illustre cette situation : le nombre d’études publiées relatives au politique pris dans son ensemble – aussi bien « par le haut » que « par le bas » – se compte sur les doigts de la main pour la période qui va des années 1970 à la fin des années 1980, alors qu’on recense quantité d’études solides pour la période précédente, y compris par des auteurs dahoméens4. En outre, les quelques études des années 1970 et 1980 ne se fondaient que rarement sur un travail de terrain, mais proposaient des interprétations dont la base empirique se réduisait à des rapports du gouvernement, de la Banque mondiale et des Nations Unies et à des articles de presse5.

Les chercheurs étrangers dominants

  • 6 Précisons que la littérature en langue allemande, contrairement à celle des collègues néerlandais, (...)
  • 7 Comme l’exprimait le philosophe et ex-ministre béninois Paulin Houtondji lors d’un entretien. De no (...)

4Cet exemple illustre bien un deuxième aspect important de la recherche béninoise en sciences sociales : elle est jusqu’à nos jours, au moins en ce qui concerne les textes publiés, dominée essentiellement par les étrangers, même si bien sûr quelques chercheurs béninois dans ce domaine sont reconnus internationalement, comme Paulin Hountondji, John Igué, Félix Iroko, Adrien Whannu, Guy Osito Midiohouan… Il est intéressant de souligner ici que ces chercheurs étrangers sont majoritairement non francophones, et qu’un chercheur en sciences sociales non béninois s’intéressant au Bénin dans les années 1980 n’avait nul besoin de se préoccuper des analyses proposées par ses collègues béninois – quasi inexistantes – ni de se donner la peine de coopérer intellectuellement avec les chercheurs nationaux. Ainsi, la maigre littérature publiée à l’aube des années 1980 sur le Bénin était souvent rédigée en anglais, en allemand et en néerlandais6, de sorte qu’il s’avérait utile, pour les chercheurs étrangers, de posséder d’autres langues que le français. Quant aux administrations béninoises compétentes pour l’octroi d’autorisations en matière de recherche, elles ne se caractérisaient par aucune stratégie identifiable ; la partie béninoise ne proposait pas de thème défini de recherche et ne manifestait aucun intérêt particulier à prendre part à des discussions sur le contenu des programmes de recherche proposés par les partenaires étrangers ; les discussions portaient uniquement sur les conditions matérielles mises à la disposition des chercheurs béninois qui prenaient part aux projets conçus par les chercheurs étrangers. La participation des collègues béninois se réduisait en règle générale à des enquêtes pratiquées dans leurs propres milieux culturels et linguistiques7 ; ils jouaient ainsi, volontairement, le rôle de simples informateurs, de niveau universitaire.

La recherche subordonnée à l’aide au développement

  • 8 De même les enquêtes réalisées par l’un des rares chercheurs nationaux de réputation internationale (...)

5Le rôle dominant de la recherche non francophone va de pair avec le troisième aspect qui caractérise la recherche béninoise en sciences sociales jusqu’à présent : elle se fait à l’ombre ou dans le sillage des projets et programmes d’aide au développement. En effet, soit elle consiste en une expertise concernant l’avant ou l’après d’un projet de développement, soit les chercheurs participants bénéficient au moins indirectement du dispositif étranger du développement, par exemple du grand nombre de « volontaires » du développement (les Allemands à eux seuls en comptent 80 !), dont la présence contribue à faciliter hébergement et transport. Il s’agit là d’un facteur non négligeable qui explique le fort contingent de chercheurs allemands et néerlandais ayant travaillé au Bénin8.

6Cet état de choses se traduisait, et se traduit encore, par une hégémonie remarquable du paradigme du développement sur l’orientation intellectuelle de ces recherches. L’on est tenté de dire que l’université elle-même doit légitimer son existence en fonction de sa contribution au « développement » national : existe-t-il un rapport de maîtrise n’incluant pas un ultime passage normatif relatif aux « conclusions et recommandations » : « l’Etat doit... », « il faut que l’Etat... », « en matière de développement… ». Seuls quelques-uns des chercheurs étrangers spécialistes du Bénin ont apparemment été en mesure, grâce à l’avancement de leur carrière, d’échapper tant à la domination du paradigme du développement qu’à celle de la recherche appliquée ; ils ont alors utilisé leurs expériences de recherche de terrain au Bénin comme fondement d’une carrière dans la recherche fondamentale universitaire en sciences sociales.

Une lente amélioration

7Un changement de situation a vu le jour à la fin des années 1980, sans pourtant remettre fondamentalement en question l’hégémonie du paradigme du développement, ni la domination des chercheurs non béninois. A partir de 1986, le recrutement de tous les diplômés universitaires au sein des services publics fut stoppé, si bien que depuis, chaque année, une cinquantaine de personnes ayant obtenu leur maîtrise en sciences sociales (toutes disciplines confondues) affluent sur le marché du travail. Ces jeunes diplômés sans emploi trouvent pour partie un débouché sur le marché en pleine expansion des études de projet. Quantité d’études de faisabilité et de filières ont été engagées, en particulier par la Coopération française, le PNUD, la Banque mondiale, la GTZ, l’UNICEF, etc., dans lesquelles nombre de spécialistes béninois des sciences sociales ont été impliqués d’une manière ou d’une autre, le plus souvent comme simples enquêteurs travaillant avec des questionnaires et répondant aux problématiques et hypothèses élaborées par les agences de développement et leurs experts non béninois. Dans une large mesure, ce sont ces études qui constituent les références et sont considérées actuellement comme « les recherches en sciences sociales », malgré leur caractère ad hoc, chaotique, résultant de méthodes, d’un montage et d’un planning souvent imposés par des commanditaires à peine au courant des sciences sociales, et en dépit du fait qu’elles aboutissent à des rapports « confidentiels » dont le chercheur n’a pas la propriété, qu’il est rarement en mesure de capitaliser et qui de surcroît vont pour la plupart disparaître sous d’épaisses couches de poussière, alors qu’il serait essentiel pour la recherche scientifique de pouvoir les soumettre à l’œil critique des pairs. Il convient toutefois ici de mentionner, dans un registre plus positif, la création, au sein de ce marché, de toute une série de laboratoires nationaux et de bureaux d’études privés, dont le plus ancien et le plus crédible semble être le LARES de John Igué, et le presque dernier-né l’Institut de développement et d’échanges endogènes d’Honorat Aguessi.

  • 9 Sans prétendre à l’exhaustivité et en nous limitant volontairement aux études relatives au politiqu (...)

8Toujours est-il que depuis 1989, le nombre de publications sur le Bénin n’a cessé de croître et, parmi elles, celles produites par des auteurs béninois progressent lentement9. Le mérite en revient sans doute au « renouveau démocratique ». Sans vouloir sous-estimer la clairvoyance et la justesse des critiques formulées par de nombreux observateurs à l’égard des formes que revêt la vie politique béninoise, il n’en reste pas moins vrai qu’un dossier tel que celui que Politique africaine a publié sur le Bénin (nº 59, 1995) aurait été difficilement concevable dans les années 1980, à tout le moins avec la participation de chercheurs béninois résidant dans leur pays.

Notes

1 IRHO : Institut de recherches pour les huiles et oléagineux. IRAT : Institut de recherches agronomiques tropicales et des cultures vivrières. IRCT : Institut de recherches du coton et des textiles exotiques. IFAN : Institut français d’Afrique noire, devenu en 1966 Institut fondamental d’Afrique noire, puis en 1986 Institut fondamental d’Afrique noire Cheikh Anta Diop.

2 FLASH : Faculté des lettres, arts et sciences humaines. FSA : Faculté de sciences agronomiques. FASJEP : Faculté des sciences juridiques, économiques et politiques.

3 Si Christian Coulon (Politique africaine, nº 45, 1992, p. 3) considère le Sénégal comme l’objet d’une « négligence relative » en matière de sciences sociales, alors il convient pour le Bénin de parler d’« ignorance totale ».

4 On pensera à Akindéle A. et Aguessy C., Le Dahomey, Paris : Editions Maritimes et Coloniales, 1955 ; Glélé M.A., Naissance d’un Etat noir. L’évolution politique et constitutionnelle du Dahomey, Paris : Librairie Générale de Droit et de Jurisprudence, 1969 ; Garcia L., « L’organisation de l’instruction publique au Dahomey », Cahiers d’études africaines, vol. 11, nº 41, 1971 ; Glélé M.A., La république du Dahomey, Paris : Berger-Levrault, 1969 ; Decalo S., « The Politics of Instability in Dahomey », Acta Africana, vol. 7, nº 2, Genève, 1968, pp. 5-32 ; Lombard J., « La vie politique dans une ancienne société de type féodal », Cahiers d’études africaines, vol. 1, nº 3, 1969, pp. 5-45, et les nombreux autres travaux de cet auteur ; Oké M., « Survivance tribale ou problématique nationale en Afrique ? », Etudes dahoméennes, N.S. 1, nº 12, 1968, pp. 5-8 ; Oké M., « Des comités électoraux aux partis politiques dahoméens », Revue française d’études politiques africaines, nº 45, septembre 1969, pp. 45-61 ; Ronen D., Dahomey : Between Tradition and Modernity, Ithaca : Cornell University Press, 1975 ; Staniland M., « The Three-party System in Dahomey, 1951-1956 », Journal of African History, vol. 14, 1973, pp. 291-312 et 491-504 ; Tardits C., Porto-Novo. Les nouvelles générations africaines entre leurs traditions et l’Occident, Paris : Mouton, 1958.

5 Cette tendance est particulièrement nette chez Francine Godin (Bénin 1972-1982. La logique de l’Etat africain, Paris : L’Harmattan, 1986), qui considère manifestement les documents utilisés, provenant uniquement de sources administratives, comme la seule réalité significative. L’Etat béninois, qui du reste apparaît très fortement « anthropomorphisé » dans son livre – on lui impute « un état de conscience clair de son rôle » (p. 26) –, sera par conséquent pris au mot lors de ses communiqués officiels et de ses déclarations d’intention ; l’ouvrage de Godin produit finalement un (méta) discours ayant pour objet… le discours de la classe politique béninoise de la fin des années 1970, une analyse de son autoportrait et de son autoreprésentation. Les nombreuses publications de Georg Elwert (telle Bauern und Staat in Westafrika, Frankfurt : Campus, 1983), bien que reposant sur un travail de terrain nettement plus solide, n’échappent pourtant pas complètement à cette tendance « [to describe African politics] as if intentions were reality » (Médard J.-F., « The Underdeveloped State in Tropical Africa », in Clapham C. (éd.), Private Patronage and Political Power : Political Clientelism in the Modern State, New York : St. Martin’s Press, 1982, p. 162). En particulier, nous pensons que la notion d’« Etat commando » utilisée par Elwert pour catégoriser l’Etat béninois se réfère plus à l’idée que certains représentants de cet Etat se font de leur position qu’à la réalité complexe des relations paysans-Etat. Cf. à ce sujet Bierschenk T. et Olivier de Sardan J.-P. (éd.), Les pouvoirs au village, Paris : Karthala, 1999.

6 Précisons que la littérature en langue allemande, contrairement à celle des collègues néerlandais, n’a été que rarement traduite jusqu’à ce jour ni en français ni en anglais.

7 Comme l’exprimait le philosophe et ex-ministre béninois Paulin Houtondji lors d’un entretien. De nombreux chercheurs en sciences sociales béninois originaires du sud du pays craignent encore aujourd’hui de travailler dans le nord et vice-versa, et d’autre part ils ne disposent généralement pas des compétences linguistiques requises à cet effet.

8 De même les enquêtes réalisées par l’un des rares chercheurs nationaux de réputation internationale, John Igué, le furent apparemment dans le contexte d’études sur les courants commerciaux internationaux, et leur financement se fit sur la demande de la CEDEAO (Communauté des Etats de l’Afrique de l’Ouest) et de la CEE. Cf. entre autres Igué J.O., « Evolution du commerce clandestin entre le Dahomey et le Nigeria depuis la guerre de Biafra », Canadian Journal of African Studies, vol. 10, 1976, pp. 235-257, et du même auteur : « Un aspect des échanges entre le Dahomey et le Nigeria. Le commerce du cacao », Bulletin de l’IFAN, Série B, Sciences humaines, vol. 38, 1976, pp. 636-669.

9 Sans prétendre à l’exhaustivité et en nous limitant volontairement aux études relatives au politique, nous renvoyons le lecteur aux textes suivants: Allen C., « “Goodbye to All That”: The Short and Sad Story of Socialism in Benin », The Journal of Communist Studies, vol. 8, 1992, pp. 63-81; Allen C., « Restructuring an Authoritarian State: “Democratic Renewal” in Benin », Review of African Political Economy, vol. 30, 1992, pp. 42-58; Bierschenk T., « The Creation of a Tradition: Fulani Chiefs in Dahomey/Benin from the Late 19th Century », Paideuma, vol. 39, 1993, pp. 217-244; Bierschenk T., « “Demokratische Erneuerung” und “Politik von unten” in der Republik Benin », in Brandstetter A.M. et al. (éd.), Afrika hilft sich selbst. Prozesse und Institutionen der Selbstorganisation, Münster: Lit-Verlag, 1994, pp. 177-187; Bierschenk T., Aussenabhängigkeit und Intermediarität. Merkmale des Staates in Benin vor 1989, Sozialanthropologische Arbeitspapiere, nº 52, Berlin: Das Arabische Buch, 1993; Daane J.R.V. et Mongbo R, « Peasant Influence on Development Projects in Bénin: A Critical Analysis », Genève-Afrique, vol. 29, nº 2, 1991; Heilbrunn J., « Social Origins of National Conferences in Benin and Togo », The Journal of Modern African Studies, vol. 31, 1993, pp. 277-299; Igué J.O. et Soulé B.G., L’Etat-entrepôt au Bénin, Paris: Karthala, 1992; Kohnert D. et Preuss H.J., « Vom Camarade zum Monsieur. Strukturanpassung und Demokratisierung in Benin », Peripherie, vol. 46, 1992, pp. 47-70; Nwajiaku K., « The National Conferences in Benin and Togo Revisited », The Journal of Modern African Studies, vol. 32, 1994, pp. 429-447; Séhouéto L., « Kulturelle Aktivitäten Jugendlicher als trojanisches Pferd der Modernisierung des Politischen in Westafrika. Zur Vorgeschichte der Demokratisierungsprozesse », in Brandstetter A.M. et al. (éd.), op. cit., pp. 29-41 ; Tall E.K., « De la démocratie et des cultes vodun au Bénin », Cahiers d’études africaines, vol. 35, nº 137, 1995, pp. 195-208 ; Vittin T., « Bénin : du système Kérékou au renouveau démocratique », in Médard J.-F. (éd.), Etats d’Afrique noire. Formation, mécanismes et crise, Paris : Karthala, 1991, pp. 93-115 ; Vittin T., « Crise, renouveau démocratique et mutations du paysage médiatique au Bénin », Afrique 2000, nº 9, mai 1992, pp. 37-57 ; Bierschenk T. et Olivier de Sardan J.-P. (éd.), Les pouvoirs au village. Le Bénin rural entre démocratisation et décentralisation, Paris : Karthala, 1998.

Auteurs

Socio-anthropologue, Institut für Ethnologie und Afrikastudien, Johannes Gutenberg-Universität, Mainz.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search