Version classiqueVersion mobile

Sciences sociales et coopération en Afrique

 | 
Jean-Pierre Jacob

Controverses

Une autre connaissance

Christian Comeliau

Texte intégral

«Nous possédons du vaccin, donc le malade a la variole.»
J.K. Galbraith, Théorie de la pauvreté de masse,
Paris: Gallimard, 1980, p. 8

1Le texte de Jean-David Naudet est centré sur les écarts observables – chez ceux qui se préoccupent des économies africaines, et particulièrement chez ceux qui les analysent en tant que bailleurs de fonds extérieurs – entre connaissances et informations disponibles, surtout statistiques, d’une part, et recommandations de politique économique, d’autre part, à la fois au niveau des Etats et à celui du continent ou de certaines de ses régions. Il stigmatise notamment les contradictions ou les incohérences existant entre les sources d’information disponibles, et parfois même au sein d’une même source: contradictions entre l’évolution du PNB et celle des indicateurs sociaux, ou entre la production et la consommation alimentaires; incohérences à propos de l’importance relative des services dans le PIB, à propos de l’ouverture des économies vers l’extérieur et de l’évolution de ses composantes, ou encore à propos du taux d’épargne (dont l’augmentation fut considérée jadis par Arthur Lewis comme une sorte de «pont aux ânes» du développement économique). Il insiste en particulier sur l’imprécision des interprétations disponibles quant aux célèbres «déterminants de la croissance»: facteurs classiques de production et facteur «résiduel», rôle des «ressources humaines», importance de la diversité ethnique, rôle des institutions.

2Même si l’ampleur de l’analyse est forcément limitée par le nombre de pages demandé, et ne peut ainsi produire qu’une vue d’ensemble assez générale, l’image qui s’en dégage est saisissante; on finit par se demander comment l’arrogance des «experts» internationaux, celle des économistes en particulier, a pu résister aussi longtemps à de telles insuffisances. On se demande, surtout, ce que l’on pourrait bien faire pour parvenir peu à peu à une situation qui soit moins catastrophique en matière d’information.

3Je n’ai aucun désaccord important avec l’analyse de Jean-David Naudet: celle-ci me semble, au contraire, dramatiquement réaliste. On pourrait bien sûr – et il le faudrait – aller plus loin (mais nous sommes certainement d’accord sur ce souhait). On pourrait, notamment, avancer un ensemble de raisons pour tenter d’expliquer les incohérences dénoncées, ou pour situer davantage les séries statistiques les unes par rapport aux autres. Il faudrait par exemple revenir sur les divergences possibles entre les agrégats de la comptabilité nationale et les indicateurs sociaux, divergences qui ne sont pas toujours dues à des erreurs ou à des imprécisions de calcul, mais à des conventions de concepts et de comptabilité; certaines de ces conventions permettent de montrer, justement, que la qualité de la vie d’une population n’est pas nécessairement proportionnelle à son revenu, à sa production et à sa consommation de marchandises. Il faudrait revenir, aussi, sur les modes d’estimation de la production agricole, et particulièrement de la production non commercialisée: si la croissance de celle-ci est encore estimée, comme ce fut souvent le cas dans le passé, à partir d’une évaluation de la croissance démographique des populations concernées (avec l’argument sommaire suivant lequel «s’ils survivent, c’est qu’ils mangent»), les comparaisons ne peuvent être très précises et les conclusions sont forcément limitées. On sait également la difficulté d’estimer le nombre réel de fonctionnaires dans certains pays, pour des raisons qui ne sont pas toutes d’ordre statistique, difficulté encore accrue dans le cadre des programmes d’ajustement structurel. On connaît, surtout, les arguments idéologiques qui entourent la discussion sur les rapports entre croissance économique et ouverture extérieure: ces arguments ne garantissent pas toujours l’objectivité de l’information fournie, ni dans le choix des chiffres utilisés, ni surtout dans leur présentation. Mais tout cela, Jean-David Naudet le sait et peut le mesurer bien mieux que je ne peux le faire: je ne crois pas que nous soyons en désaccord sur de telles interprétations, qui bien entendu doivent être poursuivies et détaillées.

4Plutôt qu’une discussion de détail sur quelques points techniques, c’est donc une question de méthode beaucoup plus générale que je voudrais soulever ici en prenant d’ailleurs pour point de départ le merveilleux exemple que Naudet propose lorsqu’il cite Paul Krugman et son histoire des cartes anciennes de l’Afrique. Celles-ci, explique-t-il, ont fourni paradoxalement une connaissance de plus en plus pauvre du continent, non pas essentiellement pour des raisons techniques, mais parce que, au fur et à mesure des progrès de la colonisation, les auteurs de ces cartes ou leurs commanditaires n’étaient plus intéressés, en fait, que par certaines informations, et pas du tout par d’autres: en substance, on peut considérer que leur intérêt s’adressait aux moyens d’exporter les ressources naturelles du continent plutôt qu’aux conditions de vie internes des populations.

5Je voudrais généraliser cette réflexion en revenant, justement, sur la considération de départ de Naudet lorsqu’il lie information et politique économique des bailleurs de fonds. C’est une banalité de constater que ceux-ci n’ont aucune raison de se perdre dans des considérations métaphysiques sur le développement, même (et peut-être surtout) s’ils affirment «lutter contre la pauvreté»: le développement, pour eux, c’est d’abord l’expansion du système mondial productiviste, du modèle de développement qu’il diffuse, et de ses conditions de réalisation que constituent l’accroissement de la consommation de marchandises, celui de l’investissement profitable et celui du commerce international. Banalité, certes, mais il me semble qu’il faut revenir à cette banalité pour juger de quelles informations les décideurs et les bailleurs de fonds ont besoin dans cette perspective. Ils ont besoin de certaines statistiques de base, évidemment, et de très nombreuses insuffisances dénoncées par Naudet demeurent peu compréhensibles en regard de cette exigence – ce qui confirme, bien sûr, que le système d’information des bailleurs de fonds n’est pas vraiment efficace du point de vue de ses propres demandes. Ils auraient besoin aussi, dans leur propre intérêt (mais ils n’ont pas toujours l’air de le savoir), de certaines informations plus larges sur le fonctionnement des sociétés et sur la manière la moins coûteuse, pour un intervenant extérieur, d’y réaliser un profit ou d’y exercer un pouvoir. Mais ils n’ont guère besoin de réinterroger les concepts «fondateurs» de l’économie et du développement, comme le feraient des chercheurs à la poursuite d’une connaissance désintéressée, ou même des «experts» d’un autre type, à la recherche de politiques au service de l’intérêt général et du bien-être de tous (si l’on me permet la naïveté de croire que ce genre de désintéressement et de souci de l’intérêt général peut encore exister).

6C’est sur cette différence radicale d’approche dans la notion de développement qu’il faut, me semble-t-il, raisonner davantage. Non pas, encore une fois, parce qu’elle suffirait à expliquer toutes les insuffisances de l’information statistique existante (on vient de voir que ce n’était pas le cas), mais parce que, même si l’on comblait les lacunes de l’information dont le système existant et sa constellation d’intérêts dominants ont besoin pour fonctionner correctement, on serait encore très loin de disposer du type d’information nécessaire pour organiser un développement entendu au sens de progrès social. Et c’est donc sur les exigences et le contenu précis de ce type d’information, orientée vers le progrès social, qu’il me paraît maintenant prioritaire de nous interroger. Car ces informations – ou, mieux, ces connaissances nécessaires – sont en partie de nature statistique, c’est évident, mais elles ne sont pas seulement statistiques: elles portent sur l’ensemble des moyens nécessaires pour poser et comprendre les problèmes concrets du développement – en Afrique et ailleurs – dans des termes différents de ceux qui sont employés par les gestionnaires du modèle dominant. Et ces moyens sont à la fois conceptuels, théoriques et empiriques.

7Il n’est guère possible de développer ici longuement cette proposition. Qu’il me soit permis de l’illustrer par un seul exemple, abondamment traité dans la littérature récente sur le développement: c’est celui, justement, de la lutte contre la pauvreté. Les bailleurs de fonds ont multiplié les efforts pour imaginer les indicateurs statistiques nécessaires à cette lutte, et la Banque mondiale a même diffusé un véritable «manuel» à l’usage de ses experts pour mesurer le phénomène. Mais en comparaison de ce torrent de littérature technique, on s’est relativement peu interrogé, me semble-t-il, sur la notion elle-même de la pauvreté et sur ses composantes spécifiques dans la diversité des contextes sociaux, et encore moins sur les explications structurelles et systémiques (donc théoriques) de la croissance apparemment incompressible du nombre des pauvres dans le monde. Ces lacunes suffisent à jeter le doute sur la pertinence des mesures techniques proposées.

8Si ceux qui recherchent un progrès social pour l’Afrique ressentent tous une impression grandissante de ne pas connaître la situation de ce continent, et surtout de ne pas en maîtriser les conditions de transformation, c’est peut-être à cause de ce gigantesque malentendu: nous utilisons un appareil de connaissances et d’instruments de compréhension inadapté, orienté vers des objectifs auxquels nous n’adhérons pas, et donc beaucoup trop éloigné de la réalité que nous devrions connaître; et nous demeurons incapables de transformer cet appareil en profondeur.

9C’est cette transformation qui constitue, à mon sens, la priorité des «études de développement» pour combattre l’ignorance dénoncée dans ce Cahier, plutôt que la simple amélioration technique des instruments existants.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search