Version classiqueVersion mobile

Sciences sociales et coopération en Afrique

 | 
Jean-Pierre Jacob

Lignes

Burkina Faso : systèmes de (mé)connaissance et politiques environnementales

Henrik Secher Marcussen
Traduction de Monica Constandache

Note de l’auteur

Traduit de l’anglais

Texte intégral

Introduction

  • 1

1Cet article1explore l’interface entre la recherche environnementale, les différents systèmes de connaissance et les stratégies mises en œuvre dans le cadre des nombreux plans et politiques environnementaux pour faire face aux changements écologiques, en analysant la manière dont les idées reçues affectent l’identification des problèmes et le choix des solutions.

2Son objet est de développer l’hypothèse selon laquelle certaines idées reçues concernant la dégradation de l’environnement et ses causes sont entretenues et persistent bien au-delà (et en dépit) des derniers résultats de la recherche, de manière à maintenir une certaine cohérence entre les différentes stratégies de planification et d’intervention qui, petit à petit, transforment ces « mythes » environnementaux en récits « vrais ». Cette transformation du réel contribue à la création de systèmes de connaissance qui s’autoentretiennent et induisent la création de modèles explicatifs facilement manipulables que les décideurs les plus influents véhiculent et acceptent comme scientifiquement fondés et valables. En d’autres mots, mon propos est de montrer que l’usage répété du vocabulaire dominant de la dégradation environnementale et de ses causes a deux avantages majeurs : il dispense de toute autre nécessité d’argumentation et peut entraîner assez facilement l’obtention de fonds pour financer des interventions dont on laisse croire qu’elles vont éliminer aussi bien les causes que les effets de ladite dégradation.

3Les divergences entre la recherche et les politiques d’intervention ne sont pas un phénomène récent. Elles ont toujours existé, accompagnant les changements de paradigmes du développement (et confirmant ainsi le modèle des paradigmes scientifiques de Kuhn). Parfois, la recherche est en avance sur les décisions politiques qui mettent du temps à prendre en compte ses résultats, mais, ces dernières années, on constate un profond hiatus entre les deux domaines qui paraissent se développer à leur rythme propre, les décideurs choisissant à bien plaire leurs concepts dans la corbeille des idées à la mode, enchaînant un mot clé après l’autre sans aucun fondement scientifique.

4Dans les pages qui suivent, j’analyserai, en m’appuyant sur l’exemple du Burkina Faso, les raisons de la dégradation écologique telles qu’elles sont présentées dans le cadre de quatre stratégies politiques différentes. En premier lieu, l’analyse portera sur le diagnostic officiel, telle qu’elle se dégage de la stratégie d’approche du gouvernement burkinabé, avec sa volonté de justifier la nécessité des interventions étrangères. Ensuite, je considérerai le Plan d’action national de lutte conte la désertification, qui est considéré comme l’instrument clé de l’amélioration de l’environnement pour le pays. Troisièmement, j’examinerai deux projets soutenus par la coopération au développement danoise (Danida), en cherchant à voir comment ces documents identifient et prévoient de pallier la dégradation de l’environnement, et, pour finir, j’aborderai la position de la communauté scientifique burkinabé face au problème.

5Je démontrerai qu’il existe une forte concordance entre ces différentes analyses des problèmes écologiques, construites la plupart du temps sur un vocabulaire commun d’idées reçues, et ce malgré un nombre croissant de contre-évidences scientifiques. Dans la conclusion, j’essaierai d’identifier quelques facteurs qui favorisent la persistance de ces conformismes.

6Pour prévenir les malentendus, je souhaite insister sur le fait que ma thèse, basée sur l’idée selon laquelle les systèmes de connaissance sont construits en dépit des résultats scientifiques, n’entraîne nullement l’affirmation qu’un pays comme le Burkina Faso ne souffrirait pas de dégradation écologique ni de grande pauvreté, bien au contraire. Mon propos est néanmoins de relever que ces constructions narratives risquent de poser les mauvaises questions avec, par conséquent, le danger d’élaborer des réponses contre-productives.

Dégradation de l’environnement : le point de vue officiel

  • 2 Tel que l’a exprimé le ministre de l’Environnement et de l’Eau burkinabé lors d’une présentation fa (...)

7Selon le point de vue officiel2, la politique environnementale du Burkina Faso est basée sur trois principes : la lutte contre la désertification, la lutte contre la pollution en général et l’amélioration des conditions de vie de la paysannerie. Les moyens prévus pour y parvenir sont la création de « ceintures vertes », c’est-à-dire la plantation d’arbres et d’autres mesures d’amélioration des conditions de vie par le « verdissement » de l’environnement, le tout contenu dans le mot d’ordre « 8000 villages, 8000 forêts ».

8De ces principes, la lutte contre la « désertification » semble être le plus important : elle requiert un certain nombre de mesures spécifiques, surtout institutionnelles, s’inscrivant dans la ligne de la Convention internationale sur la lutte contre la désertification (United Nations 1994). Le concept de désertification présenté dans les textes est celui d’un processus causé presque exclusivement par l’homme, qui a surexploité les ressources naturelles et détruit ainsi « l’équilibre entre l’homme et la nature », équilibre à rétablir par une stratégie appropriée. Cette grande importance attribuée à la lutte contre la « désertification » est confirmée par l’appel continu adressé par le gouvernement aux bailleurs étrangers, appel justifié par l’ampleur des problèmes écologiques, le Burkina ayant signé la Convention internationale sur la désertification en 1994 (cf. Burkina Faso 1997a, 1997b).

9Tous les documents gouvernementaux utilisent un concept de désertification qui souligne les graves problèmes provenant d’un processus qui n’est jamais explicité ou défini mais supposé connu et accepté par le lecteur. Bien que le point de vue avancé s’éloigne quelque peu des positions antérieures, qui associaient la désertification avec l’avancée des dunes et la progression du Sahara, il maintient que la création de conditions de type « désertique » est une conséquence de la « dégradation du sol » (c’est la position de la convention elle-même) et s’inscrit dans la ligne alarmiste et tout à fait dans l’air du temps d’un déclin écologique irréversible, entraînant la stérilisation des sols et une vaste misère sociale.

10Beaucoup de ces documents, qu’ils émanent d’ailleurs des gouvernements sahéliens ou des bailleurs défendant leurs projets, présentent des situations et de processus complexes à l’aide de phrases simplistes et pathétiques dont l’évidence permet visiblement de faire l’économie de définitions ou de clarifications. Le concept et le processus de la désertification semblent aller de soi, pouvoir être compris et acceptés de tous parce qu’ils apparaissent comme des vérités établies et incontestées.

11Cependant, l’inévitabilité et l’irréversibilité du processus de désertification sont depuis longtemps remises en question. La recherche a notamment insisté sur la fragilité et le manque de preuves suffisantes des études qui tendaient à mesurer la progression du Sahara vers le sud en kilomètres par an (voir les recherches et estimations de Stebbing, Lamprey ou Ibrahim, citées par Swift 1996), cette progression étant prétendument favorisée par la croissance de la population, le surpâturage, les coupes incontrôlées de végétation, les feux de brousse, etc., bref, par la surexploitation par l’homme des ressources naturelles de base, entraînant la rupture des équilibres traditionnels, autrement dit de la capacité de charge.

12Un certain nombre de recherches récentes (Helldén 1991 ; Olsson 1993 ; Swift 1996 ; Warren & Agnew 1988 ; Thomas 1997), qui utilisent différentes techniques combinées (photos aériennes, systèmes d’observation par satellite et observations sur le terrain), n’ont cependant pas pu confirmer, de manière générale, la thèse de la progression du désert ni la transformation d’une grande partie de l’écosystème en espace de « type désertique ». La limite désertique semble fluctuer en fonction de la pluviométrie et les prévisions sur l’avancée des dunes se sont révélées souvent fausses. Dans la ligne de ces études acritiques qui commencent à être remises en question, on mentionnera l’utilisation par l’UNEP d’un questionnaire adressé aux « experts » sur leur évaluation de la « désertification » à travers le monde, questionnaire qui a abouti à la publication de l’Atlas de la désertification, qui continue à être la référence pour beaucoup de gouvernements sahéliens dès qu’il s’agit des processus de dégradation dans leurs pays. Cet atlas n’est évidemment guère plus qu’un recueil de témoignages subjectifs émanant de fonctionnaires gouvernementaux, de planificateurs et... de scientifiques.

13En d’autres termes, les idées largement répandues sur les dunes de sable qui empiètent de plus en plus sur les terres agricoles et les maisons, ou sur les champs fertiles transformés en étendues calcinées et stériles, sont simplificatrices et ont peu de chose en commun avec les résultats des recherches récentes. Néanmoins, ce type de notions et d’autres similaires apparaissent et sont confirmées dans les documents présentés aux bailleurs de fonds et au public, qui les avalisent, souvent sans la moindre critique.

Le plan d’action national de lutte contre la désertification

14Pendant longtemps le soutien à la planification environnementale a été considéré comme un des moyens les plus importants de combattre la dégradation écologique, la déforestation, l’érosion du sol et la raréfaction des ressources en eau. La planification dans le domaine de l’environnement est considérée en général comme une action positive, un « plus », difficile à critiquer. Qui pourrait en effet contester l’urgente nécessité d’un plan d’action pour diriger au mieux nos efforts ?

15En pratique, il existe cependant de fortes raisons pour remettre en question toute la philosophie, la mentalité et l’exécution de la planification. Si l’on examine l’histoire du développement planifié, il apparaît clairement qu’en dépit de toute la rhétorique, les résultats des expériences de planification dans les sociétés occidentales et non occidentales sont peu probants : les plans sont basés sur une rationalité et sur des conceptions de contrôle et de prévision « modernistes » qui sont pratiquement impossibles à appliquer, et leurs résultats sont plutôt à chercher dans les effets aléatoires de ces « constructions symboliques » (Mintzberg 1994).

16Dans le cas du tiers-monde, les différents plans se succèdent, souvent à quelques années d’intervalle, sans aucune référence interne ou prise en compte des expériences du passé : une situation de tabula rasa, très fréquente dans le monde de l’aide où, dès qu’un nouveau bailleur fait son entrée en scène, l’on reprend tout à zéro.

17La plupart des plans sont entièrement réécrits de manière récurrente, mais ils le sont souvent par les mêmes personnes. Au Ghana par exemple, le Plan d’action national pour combattre la désertification (PANCD) de la fin des années 1980 est remplacé en 1991 par un Plan d’action national de lutte contre la désertification (PAN) soutenu par la Banque mondiale, ce dernier programme étant rédigé en grande partie par les mêmes responsables qui avaient été à l’origine du premier document (surtout des universitaires de l’Université de Legon).

18De plus, les plans se ressemblent, quel que soit le secteur qu’ils sont censés organiser. Bien que chaque plan et chaque stratégie ait son but déclaré – le problème de la foresterie dans le cas des Plans d’action pour la foresterie tropicale (PAFT), la lutte contre la désertification dans le cas des PANCD ou la conservation de la biodiversité et des habitats naturels dans le cas des Stratégies nationales de conservation, etc. –, les documents ont des contenus très similaires et abordent de manière voisine le problème de la dégradation des ressources naturelles.

19Les derniers en date dans cette série sont les Plans d’action nationaux de lutte contre la désertification (PAN), mis en place par près de 40 pays africains. En mettant sur pied le processus de planification PAN, la Banque mondiale a fait un effort considérable pour intégrer les expériences passées. C’est du moins ce qu’assurent un certain nombre de publications qu’elle soutient (Falloux, Talbot & Larson 1991 ; Falloux & Talbot 1993 ; Greve, Lampietti & Falloux 1995), qui affirment en effet que les PAN prendront en compte les manquements des plans précédents, en essayant d’en éviter les pièges et les échecs. Les PAN sauront éviter la dispersion des efforts et assurer l’efficacité des coûts.

20Dans leur étude du PAN du Burkina Faso, Marcussen et Speirs (1998) montrent cependant que la Banque n’a pas été véritablement en mesure d’intégrer les expériences passées. Le PAN n’a pas réussi à mettre l’accent sur le processus de planification en lui-même plutôt que sur le document plan ; il a été presque entièrement conçu en fonction des bailleurs, sans prendre en compte la participation active du gouvernement ou des ONG ; les acteurs nationaux n’ont pas été associés au processus ; le plan manque sa vocation de document stratégique mettant en balance les coûts et les bénéfices et établissant des priorités ; il n’est qu’une liste de projets présentables aux bailleurs ; il est beaucoup trop vaste et veut tout couvrir ; etc. En somme, le plan a fini par être un immense projet en lui-même, avec un impact au mieux très limité. Après plusieurs mois d’enquête à l’intérieur de la Banque, Wade conclut dans le même sens : « En pratique [les PAN] sont devenus des documents “sur l’environnement” préparés par des spécialistes en environnement dans le ghetto de l’environnement. Ils n’“appartiennent” pas aux économistes du pays et encore moins au gouvernement emprunteur. Ils ne sont pas devenus un réel sujet de discussions lors des rencontres consultatives des principaux bailleurs pour les différents pays, et encore moins à l’intérieur du pays lui-même » (Wade 1997 : 12).

21Après avoir passé en revue huit cas de pays, le Département d’évaluation des opérations (DEO) de la Banque mondiale lui-même n’évalue pas favorablement les projets PAN : « Il est surprenant de constater le peu d’impact des PAN sur la capacité d’action du gouvernement » et « dans les pires cas, l’impact des PAN sur la capacité institutionnelle a été nul » (World Bank 1996 : 8). Le rapport conclut que « les PAN ne sont pas perçus comme représentant les intérêts du pays ou ayant des objectifs clairs » (p. 77), qu’ils n’« appartiennent » donc pas au pays, que la plupart des PAN ne sont pas défendables, qu’ils ne s’appuient pas sur des initiatives déjà existantes et qu’ils attribuent un rôle excessif aux consultants étrangers (p. 78). Il est arrivé, dans certains cas, que « le personnel local travaillant sur les projets financés par la Banque n’ait jamais entendu parler des PAN » (p. 77).

22Ce qui est important dans notre contexte, c’est d’analyser comment les causes de la dégradation écologique sont présentées dans ces plans, avec l’hypothèse que les causes elles-mêmes font partie intégrante des mythes et récits dans lesquels baigne le discours dominant sur le développement environnemental.

23Selon Hoben, « dans la mesure où un certain type de récit avec ses présupposés associés commence à devenir influent dans le discours dominant à l’intérieur de la communauté des bailleurs, il se matérialise dans des programmes de développement spécifiques, des projets, des séries de contrats globaux et des méthodologies de rassemblement et d’analyse de données ». Ainsi, un certain discours sur le développement « devient non seulement un ensemble de croyances ou une théorie, mais également un plan d’action ». Et l’auteur de poursuivre : « Puisqu’ils [les récits du développement] sont situés et intégrés dans un contexte institutionnel et culturel, ces paradigmes culturels, prioritaires pour les intérêts et les activités de leurs adhérents, ne seront pas contestés, abandonnés ou remplacés facilement » (Hoben 1998 : 123).

24Autrement dit, les récits du développement sécrètent une logique propre à l’intérieur de laquelle on répète des vérités établies. Les différents acteurs, qu’ils soient représentants des communautés d’aide, officiels du gouvernement ou même chercheurs, renforcent mutuellement leurs croyances sur les causes du sous-développement ou de la dégradation de l’environnement. Ces constantes répétitions et confirmations créent ainsi un métalangage du développement, partie intégrante du jargon de l’aide, très difficilement modifiable. Plus on répète les mêmes mots clés et les mêmes avis sur les causes fondamentales de la dégradation écologique, sans tenir compte des résultats des recherches ou des expériences passées, plus ces récits se renforcent et deviennent irrévocables.

25Quel type de récit le PAN du Burkina Faso véhicule-t-il ? Un premier motif pourrait être celui du paradis perdu. Le PAN est un récit qui nous raconte, toujours dans les termes de Hoben, « comment les choses étaient par le passé quand les gens vivaient en harmonie avec la nature, comment l’action de l’homme a altéré cette harmonie et les calamités qui s’abattront sur les hommes et la nature si l’on ne prend pas rapidement des mesures draconiennes » (Hoben 1998 : 128).

La notion d’équilibre

26Dans le cas du PAN, la notion du paradis perdu apparaît dans l’objectif premier du plan, qui est le rétablissement de l’équilibre entre l’homme et la nature censé avoir existé par le passé. Le PAN le formule ainsi : « l’objectif ultime d’une gestion rationnelle de l’environnement, c’est-à-dire la recherche d’un équilibre socio-écologique et finalement de l’équilibre entre l’homme et la nature » (Burkina Faso 1994 : 5, 61). En d’autres termes, il est admis qu’un équilibre écologique a existé dans le passé, quand les populations pastorales et agricoles vivaient en harmonie avec la nature, sans compétition ni conflits entre elles. Tous vivaient ensemble dans l’harmonie sans mettre en danger la « capacité de charge » des ressources.

27Il se trouve que ce récit omet de prendre en compte ce qui a été amplement démontré par la recherche passée et présente : le fait qu’un tel équilibre n’a probablement jamais existé. Les représentants des différents systèmes de production, mais surtout les pasteurs, ont toujours adapté leurs pratiques pastorales à des situations de changements constants. La transhumance, l’adaptation constante des migrations à la présence de l’eau et des pâturages ont créé un système de production flexible, dans lequel le déséquilibre est une condition normale d’existence. La même chose est probablement valable pour d’autres formes de subsistance dans le Sahel.

Le récit de crise

28D’autres éléments rhétoriques cherchent à présenter une situation de crise grave surmontable seulement si l’une ou l’autre des propositions – du PAN ou de quelque autre projet de développement – est appliquée. A moins que le PAN ne soit substantiellement appuyé par la communauté des bailleurs, cette crise de l’environnement, dans ses manifestations de dégradation du sol ou même de désertification, prendrait une forme irréparable ou irréversible.

29Dans un certain nombre de documents, ce postulat prend la forme suivante : suite aux processus de dégradation écologique, les pertes en terrains (évalués souvent en milliers d’hectares) dues au surpâturage, à l’extension des territoires cultivés, aux coupes de végétation pour usage quotidien, aux feux de brousse, etc., sont si dramatiques que la dégradation ou l’avancée des dunes prendront le dessus sur tout autre phénomène avant le tournant du siècle. Ces catastrophes sont présentées comme inéluctables, et la prétendue perte de milliers d’hectares durant les décennies passées est, affirme-t-on, attestée par des procédures valables de rassemblement et de traitement de données. C’est bien entendu faux. Il ne s’agit souvent que de prendre ses désirs pour des réalités ou, au mieux, de se contenter d’évaluations approximatives qui ne sont ni valables ni fiables, comme l’illustre l’exemple suivant, extrait du PAN : « Il semble bien que le coût de la dégradation des ressources naturelles renouvelables puisse se situer entre 20 et 25 % du PIB au Burkina Faso » (Burkina Faso 1994 : 53).

30Dans le cas du PAN burkinabé, le récit de crise est encore illustré par de nombreuses notations sur les quantités d’eau disponibles, qui indiquent une pénurie toujours plus grave, par la mention répétée de « la dégradation accélérée de l’environnement », ou par la présentation de situations de déficit concernant non seulement l’eau mais aussi les forêts, les surfaces de pâturage, etc. : « Depuis 1980 il y a eu beaucoup d’exploitation des ressources forestières induisant une réduction considérable de couverture » (Burkina Faso 1994 : 53).

31En regard de ces récits de crise, l’utilisation massive de technologies (modernes et occidentales) est considérée de manière très favorable : « A l’échelle des exploitations, les bénéfices escomptés peuvent être particulièrement élevés, en supposant bien sûr que les technologies disponibles et appropriées puissent être rendues accessibles et soient assimilées par les paysans. Ces techniques peuvent engendrer des augmentations de rendement de l’ordre de 30 à 130 % et produire des retours d’investissement de près de 100 %... » (Burkina Faso 1994 : 53).

Le lien population-environnement

32Un certain nombre de facteurs provoquent les situations de crise, notamment la croissance de la population et la pression démographique. Voici comment cet aspect est reflété dans le plan : « La croissance démographique et les taux d’occupation trop élevés de l’espace auxquels elle finit par donner lieu dans certaines régions comptent parmi les facteurs les plus importants […] La forte croissance démographique est sans doute le facteur le plus déterminant quant à l’exploitation du patrimoine national constitué par les ressources naturelles renouvelables […] Une première conséquence de la croissance rapide de la population s’est traduite par l’abandon des pratiques traditionnelles respectueuses des potentialités du milieu (longues jachères, culture itinérante, pastoralisme) » (Burkina Faso 1994 : 52).

33Bien entendu, la pression démographique est un problème réel, qui a des conséquences sur les processus de dégradation. Mais il est douteux que ce facteur soit la cause la plus importante de la dégradation. Pourtant, le lien négatif entre la population et l’environnement n’est jamais remis en question dans le PAN, et le texte accepte l’idée selon laquelle toute mesure restrictive de croissance de la population ou de « pression démographique » peut avoir des conséquences bénéfiques pour l’environnement. Un certain nombre de chercheurs (tels Mortimore 1995 ; Tiffen, Mortimore & Gichuki 1994 ; Hoben 1995) ont pourtant remis en cause cette vision simplificatrice en demandant à ce qu’on oriente les analyses plutôt sur la composition des ménages dans les villages et la quantité de travail disponible sur place pour assurer les moyens d’existence. En outre, ils ont montré que les affirmations selon lesquelles la pression de la population mène automatiquement à l’extension des terres cultivées et à la diminution des périodes de jachère manquaient de validité.

Surpâturage, coupes de végétation pour la chauffe, feux de brousse et extension du terrain cultivé

34En dehors du facteur démographique, le PAN semble ne manifester aucun doute quant aux autres facteurs qui seraient à la base des problèmes de l’environnement, soit l’extension des terrains cultivés, les coupes forestières incontrôlées, le surpâturage survenu à cause de l’augmentation des troupeaux et les feux de brousse : « L’extension constante du domaine agricole au détriment des espaces boisés est sans doute à la base du recul du couvert végétal. D’autres facteurs contribuent par ailleurs à sa dégradation. Il s’agit surtout des coupes incontrôlées pour satisfaire les besoins en bois de feu et de service, du surpâturage et des feux de brousse [...] L’augmentation des troupeaux est à la base de ce surpâturage » (Burkina Faso 1994 : 30).

35Bien entendu, il y a du vrai dans chacun des facteurs mentionnés, mais on pourrait également voir les choses autrement. Selon les résultats de recherches récentes, la formulation de ces problèmes est beaucoup trop simple. Thébaud (1995a, 1995b), par exemple, ainsi que Sandford (1983) Behnke, Scoones et Kerven (1993), Scoones (1994) et Juul (1996, 1997) ont sérieusement mis en doute les théories dominantes sur le lien entre surpâturage et dégradation. D’autres chercheurs ont remis en question les rapports entre besoins en bois des ménages et effets sur la couverture végétale (Benjaminsen 1996, 1997a, 1997b ; Leach & Mearns 1988 ; Cline-Cole, Main & Nichol 1990).

36Dans ces cas comme dans beaucoup d’autres (Leach & Mearns 1996 ; Fairhead 1998), les choses se présentent de manière un peu plus compliquée que ce que suggère le PAN. Ces simplifications excessives et la présentation des causes de dégradation en tant que vérités incontestables mènent à la constitution de mythes. La démarche est non professionnelle et peut avoir des conséquences désastreuses, puisque sur la base de « récits », on se lance dans des actions sur le terrain qui peuvent se révéler sans aucune pertinence ou même manifestement nocives.

La nécessité de la « sensibilisation »

37Le PAN du Burkina Faso présente une certain nombre d’options stratégiques, surtout en vue de renforcer la capacité des institutions burkinabés ou d’en créer de nouvelles. En outre, il est constitué d’une grande variété de programmes et de projets, dont certains sont nouveaux mais dont la majorité existaient déjà et étaient financés par différents bailleurs, et qu’il s’agit maintenant de fédérer autour du PAN en les intégrant dans la stratégie de lutte contre les problèmes environnementaux. Une des composantes stratégiques les plus importantes du plan est la « sensibilisation » des utilisateurs fonciers. Il s’agit de favoriser leur prise de conscience des problèmes de l’environnement, pour les motiver à mieux en prendre soin : « Primo, la gestion des terroirs villageois suppose un renforcement notable de la sensibilisation, de la formation et de la motivation des utilisateurs de la terre. L’accomplissement de cette tâche essentielle nécessite la mobilisation de toutes les énergies locales par la redynamisation et l’intensification de la gestion des terroirs villageois » (Burkina Faso 1994 : 66).

38Cette démarche peut être utile et appropriée. Mais la considérer comme une déterminante majeure du problème revient à focaliser l’attention dans la mauvaise direction. En effet, beaucoup de chercheurs (Richards 1985 ; Chambers 1993) ont montré, par exemple, que les utilisateurs du terroir sont tout à fait conscients des conséquences écologiques de leurs comportements, mais qu’ils ne sont pas en mesure d’agir différemment suite aux contraintes socio-économiques internes et externes qu’ils subissent. Les paysans et les pasteurs ne sont pas ignorants et il ne semble pas qu’ils aient besoin de motivation ou de sensibilisation. Au contraire, ils ont en général beaucoup d’expérience et une grande conscience de l’environnement. Ce qui semble plutôt leur manquer, ce sont les moyens et les conditions matérielles pour avoir prise sur leur situation. De nouveau, le plan présente la problématique environnementale de manière superficielle et simpliste, comme si la solution évidente était la mobilisation des masses, de préférence avec l’assistance d’experts étrangers qui, eux, seraient en mesure de transmettre les messages justes et adéquats à ceux qui en ont besoin.

Deux projets financés par DANIDA au Burkina Faso

39La coopération au développement danoise, Danida, finance deux projets importants axés sur le redressement de la dégradation des ressources naturelles au Burkina Faso : l’un dans le nord du pays autour de la ville de Dori, l’autre dans la province autour de Tenkodogo (Danida 1997a, 1997b). Dans les descriptifs de ces deux projets, l’analyse des causes de la dégradation écologique est très similaire à ce qui a été dit plus haut, et véhicule notions simplificatrices et idées reçues.

40Dans le document sur Dori, le projet est présenté comme s’inscrivant dans le cadre du PAN, cherchant à restaurer des équilibres socio-écologiques perdus, tout en améliorant l’autosuffisance alimentaire et, de manière générale, les conditions de vie. Il explique la dégradation des sols comme une conséquence des périodes de jachère réduites, elles-mêmes provoquées par la pression démographique : « Le renouvellement de la fertilité des terres était obtenu naturellement, grâce à de très longues périodes de jachère (quinze, vingt, voire trente ans). Mais au cours des trois dernières décennies, la situation s’est modifiée considérablement et de façon assez rapide : le Séno et le Yagha se trouvant en effet désormais dans une situation caractérisée par une pression anthropique de plus en plus forte sur les ressources naturelles » (Danida 1997b : 9).

41De même, les principaux problèmes de développement analysés dans le projet Boulgou le sont d’une façon qui contribue largement à renforcer les vues établies sur la dégradation de l’environnement : « Les espaces ruraux sont en voie de saturation foncière, situation liée aux systèmes culturaux extensifs qui consistent à mettre en culture de vastes superficies préalablement défrichées, dessouchées et brûlées. Le couvert végétal du pays est en voie de dégradation accélérée due à la croissance démographique, à l’extension des surfaces cultivées, à l’augmentation du cheptel, aux migrations nord-sud et campagne-ville ainsi qu’à l’évolution des habitudes de consommation de bois de chauffe » (Danida 1997a : 2).

42Si les projets mentionnés ci-dessus peuvent contribuer à résoudre certains des problèmes écologiques majeurs du Burkina Faso, cela semble être plutôt du fait des conséquences non voulues des efforts déployés et ne découler en aucune manière d’une analyse attentive des problèmes persistants, en se basant sur des recherches récentes et leurs résultats. Quoi qu’il en soit, les observations et les analyses mises en avant pour obtenir les financements nécessaires et pour mettre en valeur les actions concrètes découlant des projets pourraient contribuer, encore une fois, à la construction de mythes solides et au renforcement des visions stéréotypées qui sont à la base d’un vaste système de (mé)connaissance.

L’environnement selon la communauté scientifique burkinabé

  • 3 Ci-après abrégé « Forum de la recherche ».

43En avril 1996 a eu lieu à Ouagadougou un « Forum de la recherche scientifique et des innovations technologiques »3axé sur le rôle de la recherche dans la résolution des problèmes de dégradation environnementale. Dans le matériel préparatoire de la conférence (Forum de la recherche 1996a : 5), référence est faite, d’une part, au Plan d’action national de lutte contre la désertification analysé ci-dessus, considéré comme le document de référence et la source d’inspiration pour toute action dans le domaine de l’environnement, et, d’autre part, au Plan stratégique de la recherche scientifique, préparé par le gouvernement burkinabé, qui établit les priorités de la recherche nationale.

44Les documents préparatoires copient dans une large mesure les évaluations du PAN et de la Banque mondiale, qui présentent des estimations de déforestation due à la pression démographique : « Entre 1981 et 1985 environ 800 kilomètres carrés de terrain ont été déboisés au Burkina Faso » (Forum de la recherche 1996a : 5) ; ils réaffirment que les coûts de la dégradation au niveau du pays se chiffrent entre 20 et 25 % du PNB, que la couverture végétale a diminué considérablement depuis 1980, etc. La raison en est attribuée d’une part à l’accroissement des terrains cultivés et d’autre part aux coupes incontrôlées de la couverture végétale, au surpâturage et aux feux de brousse. Dans un document complémentaire, on trouve une analyse similaire et très simplificatrice : « L’explosion démographique a provoqué un déboisement irréversible, la destruction de la terre cultivée, la dégradation des ressource en pâturage, tous éléments à la base du processus de désertification » (Forum de la recherche 1996b : 2).

45Le Plan stratégique de la recherche scientifique établit quatre axes principaux de recherche pour combattre le processus de dégradation et ses causes : 1) la perception de l’environnement et la sensibilisation ; 2) des moyens pour la restauration de l’environnement et l’assistance dans la lutte contre la désertification ; 3) la recherche sur l’importance socio-économique de l’environnement ; 4) l’adaptation de la gestion traditionnelle des ressources naturelles aux réalités de la modernisation ( !) (Forum de la recherche 1996a : 26).

46En tant que priorités pour l’avenir, ces lignes de force proposées par la recherche burkinabé ne sont pas très concrètes et il existe évidemment un risque que la communauté scientifique n’ait ni la capacité de remettre en question les partis pris consensuels concernant la dégradation du sol, ni les moyens de remédier à ses effets. Il serait plutôt à craindre que ladite communauté scientifique, très dépendante des financements extérieurs pour sa recherche, s’appuie sur les mêmes analyses que celles défendues par les responsables des politiques de l’environnement, par les cercles gouvernementaux, par les plans nationaux pour l’environnement ou par les « interventions planifiées » sous forme de projets financés de l’extérieur.

47En même temps que l’on construit des récits et que l’on maintient des notions simplistes qui contribuent à la mise en place d’un puissant système de (mé)connaissance, on ouvre le chemin à la dépendance et au financement extérieur en flux continu, assurant par la même occasion la pérennité des différents acteurs figurant sur la scène de la politique environnementale.

En guise de conclusion

48Une des raisons pour lesquelles les systèmes de connaissance tels qu’ils sont analysés ci-dessus sont tellement persistants réside, de manière évidente, dans le fait que les mécanismes de financement, surtout ceux régissant les rapports avec les bailleurs étrangers, sont gérés et contrôlés par des fonctionnaires qui partagent les mêmes perceptions sur la dégradation écologique. Il suffit d’utiliser les concepts clés du métalangage du développement (et de la modernisation) pour assurer au mieux l’accès au financement demandé, ou même – ce n’est pas rare – se le voir offrir. Le fait d’associer la préoccupation environnementale aux processus de participation et aux techniques du rapid rural appraisal ne change rien à la chose. Un certain nombre d’études (Long & Van der Ploeg 1989 ; Ferguson 1990, 1998) ont montré que l’« interface du développement » a souvent créé, parmi les bénéficiaires potentiels de projets, des situations d’attente où la peur d’être exclu des bénéfices de la « modernité » entraîne les réponses « appropriées » à tous les questionnaires des experts. L’utilisation du métalangage correct, qui inclut des concepts catalytiques tels que l’orientation vers la « base » et vers le genre, avec des allusions à la pauvreté, la décentralisation et la démocratisation, ou le développement durable, garantit l’accès privilégié aux bailleurs.

49En outre, les phénomènes analysés démontrent une transformation globale de la perception des relations entre l’homme et la nature : le credo de la durabilité est mis en rapport avec l’« environnement » et le « développement » dans une perspective de « gestion ». La réponse aux niveaux global, national et local à tous ces problèmes d’environnement, aux menaces écologiques, au mauvais usage et à la surexploitation des ressources naturelles, est de défendre une meilleure gestion des ressources naturelles, pour minimiser les problèmes et, éventuellement, pour restaurer des équilibres perdus ou les relations harmonieuses entre l’homme et la nature, censées avoir existé par le passé.

50Cette vision, dont la critique n’est pas aisée, place le producteur direct au centre, à la fois cause et victime de la dégradation de l’environnement (du moins dans le tiers-monde), mais qui, à l’aide des conseils d’experts (étrangers), va apprendre à mieux gérer son mode de vie. Des récits et des affirmations simplistes sont mobilisés pour justifier cette stratégie.

51Sachs montre cependant, dans des termes provocateurs, qu’il a fallu payer un prix pour en arriver là : « L’écologie, en tant que philosophie d’un mouvement social, est sur le point de passer, en partie, d’une connaissance aux mains de l’opposition à une connaissance aux mains du pouvoir dominant. Des idées et des concepts comme “risque”, “éco-système”, “durabilité” ou “global”, qui étaient lancés d’en bas vers les élites, commencent maintenant à être adressés des hauteurs dominantes de la société vers les citoyens de la base. De ce processus l’environnementalisme ne sort pas indemne : il perd le radicalisme de son contenu et est reformulé en une connaissance neutre d’experts, jusqu’au moment où il pourra épouser entièrement la conception du monde dominante » (Sachs 1993 : XV-XVI).

Bibliographie

Behnke R., 1994, « Natural Resource Management in Pastoral Africa », Development Policy Review, vol. 12, nº 1, pp. 5-27.

Behnke R., Scoones I. & Kerven C. (éd.), 1993, Range Ecology at Disequilibrium: New Models of Natural Variability and Pastoral Adaptation in African Savannas, London: ODI/IIED.

Benjaminsen T.A., 1996, « Bois-énergie, déboisement et sécheresse au Sahel. Le cas du Gourma malien », Sécheresse, vol. 7, nº 3, pp. 179-185.

–, 1997a, « Natural Resource Management, Paradigm Shift, and the Decentralisation Reform in Mali », Human Ecology, vol. 25, nº 1, pp. 121-143.

–, 1997b, « Is There a Fuelwood Crisis in Rural Mali? », GeoJournal, nº 43, pp. 163-174.

Burkina Faso, 1994, Plan d´action national pour l´environnement (PANE) : 2e édition, Ouagadougou (Burkina Faso) : Ministère de l´environnement et du tourisme.

–, 1997a, La désertification au Burkina Faso. Causes et conséquences, Forum national, Convention des Nations Unies sur la lutte contre la désertification, Ouagadougou : Ministère de l’environnement et de l’eau.

–, 1997b, Les concepts de la Convention des Nations Unies sur la lutte contre la désertification dans les pays gravement touchés par la sécheresse et/ou la désertification, en particulier l’Afrique, Forum national, Ouagadougou : Ministère de l’environnement et de l’eau.

Chambers R., 1993, Challenging the Professions: Frontiers of Rural Development, London: Intermediate Technology Publications.

Cline-Cole R., MAIN H.A.C. & Nichol J.E., 1990, « On Fuelwood Consumption, Population Dynamics and Deforestation in Africa », World Development, vol. 18, nº 4, pp. 513-527.

Crehan K. & von Oppen A., 1988, « Understandings of “Development”: An Arena of Struggle », Sociologia Ruralis, vol. 28, nº 2/3, pp. 113-145.

Danida, 1997b, Document de projet. Projet de développement rural dans le Boulgou (PDR/B), Burkina Faso.

–, 1997b, Document de projet. Projet de gestion des ressources naturelles dans le Séno et le Yagha (PRGRN/SY), Burkina Faso.

Elwert G. & Bierschenk T., 1988, « Development Aid as an Intervention in Dynamic Systems », Sociologia Ruralis, vol. 28, nº 2/3, pp. 99-112.

Falloux F. & Talbot L., 1993, Crisis and Opportunity: Environment and Development in Africa, London: Earthscan.

Falloux F., Talbot L. & Larson J., 1991, Progress and Next Steps for National Environmental Action Plans in Africa, Environment Division, Washington D.C.: World Bank.

Ferguson James, 1990, The Anti-Politics Machine, Cambridge: Cambridge University Press.

–, 1998, « Transnational Topographies of Power: Beyond “the State” and “Civil Society” in the Study of African Politics », in Marcussen H.S. & Arnfred S. (éd.), Concepts and Metaphors: Ideologies, Narratives and Myths in Development Discourse, Occasional Paper, nº 19, Roskilde (Denmark): International Development Studies, Roskilde University.

Forum de la recherche scientifique et des innovations technologiques, 1996a, Session I. Rôle de la recherche scientifique dans la gestion des ressources naturelles, Ouagadougou (Burkina Faso) : Ministère des enseignements secondaire, supérieur et de la recherche scientifique.

–, 1996b, Session II. Rôle de la recherche scientifique dans la protection de l’environnement, Ouagadougou (Burkina Faso) : Ministère des enseignements secondaire, supérieur et de la recherche scientifique.

Greve A.M., Lampietti J. & Falloux F., 1995, National Environmental Action Plans in Sub-Saharan Africa, Environmentally Sustainable Development Division, Africa Technical Department, Washington D.C.: The World Bank.

Helldén U., 1991, « Desertification: Time for an Assessment? », Ambio, vol. 20, nº 8, pp. 372-383.

Hoben A., 1995, « Paradigms and Politics: The Cultural Construction of Environmental Policy in Ethiopia », World Development, vol. 23, nº 6, pp. 1007-1021.

–, 1998, « The Role of Development Discourse in the Construction of Environmental Policy in Africa », in Marcussen H.S. & Arnfred S. (éd.), Concepts and Metaphors: Ideologies, Narratives and Myths in Development Discourse, Occasional Paper, nº 19, Roskilde (Denmark): International Development Studies, Roskilde University.

Juul K., 1996, Post Drought Migration and Technological Innovations among Fulani Herders in Senegal: The Triumph of the Tube, IIED Issue Paper, nº 64, London: IIED.

–, 1997, « Tubes, Tenure and Turbulence: The Effects of Drought Related Migration on Tenure Systems and Resource Management in Northern Senegal », unpublished Ph.D. dissertation, Roskilde (Denmark): Roskilde University.

Leach M. & Mearns R., 1988, Beyond the Woodfuel Crisis: People, Land, Trees in Africa, London: Earthscan.

–, 1996, « Environmental Change and Policy », in Leach M. & Mearns R. (éd.), The Lie of the Land: Challenging Received Wisdom on the African Environment, Oxford: International African Institute in association with James Currey, Portsmouth (N.H.): Heinemann.

Long N. & Van der Ploeg J.D., 1989, « Demythologizing Planned Intervention: An Actor Perspective », Sociologia Ruralis, vol. 29, nº 3/4, pp. 226-249.

Marcussen H.S. & Speirs M., 1998, « Contradictions and Conflicts in Environmental Planning: A Case Study of the National Environmental Action Plan for Burkina Faso », Journal of Environment and Development, vol. 7, nº 2, pp. 164-183.

Mintzberg H., 1994, The Rise and Fall of Strategic Planning, New York: Macmillan.

Mortimore M., 1995, « Caring for the Soil: Agricultural Expansion, Population Growth and Natural Resource Degradation in the Sahel », in Reenberg A. & Marcussen H.S. (éd.), The Sahel, Occasional Paper, nº 1, Copenhagen: SEREIN (Sahel-Sudan Environmental Research Initiative).

Olivier de Sardan J.-P.,1988, « Peasant Logics and Development Project Logics », Sociologia Ruralis, vol. 28, nº 2/3, pp. 216-226.

Olsson L., 1993, « Desertification in Africa: Critique and an Alternative Approach », GeoJournal, vol. 31, nº 1, pp. 23-32.

Richards P., 1985, Indigenous Agricultural Revolution: Ecology and Food Production in West Africa, Hemel Hempstead: Allen and Unwin.

Roe E., 1991, « “Development Narratives” or Making the Best of Blueprint Development », World Development, vol. 19, nº 4, pp. 287-300.

–, 1995, « Except-Africa: Postscript to a Special Section on Development Narratives », World Development, vol. 23, nº 6, pp. 1065-1069.

Sachs W. (éd.), 1993, Global Ecology, London: Zed Books.

Sandford S., 1983, The Management of Pastoral Development in the Third World, Chichester, UK: Wiley.

Scoones I. (éd.), 1994), Living with Uncertainty: New Directions in Pastoral Development in Africa, London: Intermediate Technology Publications.

Speis M. & Marcussen H.S., 1998, Environmental Planning on the Margins of Structural Adjustment in Burkina Faso, London: IIED.

Swift J., 1996, « Desertification », in Leach M. & Mearns R. (éd.), The Lie of the Land: Challenging Received Wisdom on the African Environment, Oxford: International African Institute in association with James Currey, Portsmouth (N.H.): Heinemann.

Talbott K., 1990, Public Participation in African Environmental Action Plans, Washington D.C.: World Resources Institute.

Thébaud B., 1995a, Land Tenure, Environmental Degradation and Desertification in Africa: Some Thoughts Based on the Sahelian Example, London: IIED.

–, 1995b, « Pastoralisme et dégradation du milieu naturel au Sahel. Mythe ou réalité ? », in Reenberg A. & Marcussen H.S. (éd.), The Sahel, Occasional Paper n°1, Copenhagen : SEREIN (Sahel-Sudan Environemental Research Initiative)-

Thomas D., 1997, « Desertification : The Uneasy Interface between Science, People and Environnemental Issues in Africa », Review of Africa Political Economy, n°74, pp. 583-589.

Tiffen M., Mortimore M. and Gughuki, F., 1994, More People, Less Erosion : Environmental Recovery in Kenya, Chichester, UK : Wiley.

Toulmin C., 1995, The Convention of Combat Desertification : Guidelines for NGO Activity, London : IIED.

–, 1996, « Tackling Dryland Degradation : Will a Convention Help ? », in Reenberg A., Marcussen H.S. and Nielsen I. (éd), The Sahel, Occasional Paper, n°5, Copenhagen : SEREIN (Sahel-Sudan Environemental Research Initiative).

United Nations, 1994, Earth Summit, Convention on Desertification, New York : United Nations.

Wade R., 1997, Development and Environment : Marital Difficulties at the World Bank, Global Economic Institutions, Working Paper Series, N°29, London.

Warren A and Agnew C.T., 1988, An Assessment of Desertification and Land Degradation in Arid and Semi-arid Areas, London : IIED.

Williams G., 1995, « Modernizing Malthus : The World Bank, Population Control and the African Environment », in Crush J. (éd.), The Power of Development, London : Routledge.

World Bank, 1996, Effectiveness of Environmental Assessments and National Environemntal Action Plans : A Process Study, Operations Evaluations Department, Washington D.C. : The World Bank.

Notes

1

2 Tel que l’a exprimé le ministre de l’Environnement et de l’Eau burkinabé lors d’une présentation faite à Danida à Copenhague en 1996.

3 Ci-après abrégé « Forum de la recherche ».

Auteur

Géographe, Université de Bergen, Bergen-Sandviken.

Monica Constandache (Traducteur)
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search