Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les mots du pouvoir

 | 
Gilbert Rist

Lignes

De l’euphémisation : considérations sur la rectitude politique

Jean-Luc Alber

Texte intégral

  • 1 Je remercie Marc-Olivier Gonseth pour ses conseils et pour sa relecture attentive.

1Le débat concernant l’établissement d’une justice sociale renouvelée à l’égard des groupes minoritaires est aujourd’hui largement cristallisé autour du sujet controversé de la political correctness, expression que les Québécois ont eu l’idée, peu adoptée par le reste des francophones, de traduire par rectitude politique1. Il vaut la peine de s’interroger sur l’audience d’une notion que rien ne semblait destiner à une telle notoriété et surtout sur la fonction qu’elle a endossée dans la question complexe des luttes minoritaires. Il convient également de se demander comment une idéologie se donnant pour objectif de réduire l’iniquité des rapports sociaux en est venue à faire partie de notre environnement langagier quotidien avec une valeur dépréciative admise au point qu’il n’y a guère ressource argumentative plus banale que d’accuser quelqu’un de faire preuve de correction politique.

Premiers repères

Définitions

  • 2 Il est utile de rappeler que, dans l’usage anglo-saxon, le terme « race » tel qu’il est utilisé auj (...)
  • 3 Cet auteur s’appuie sur la définition de Thalasinos et Hwang (sans date).

2La locution politically correct ne se laisse pas saisir par le moyen d’une acception réglée qui en livrerait le sens de façon transparente. La rencontre des innombrables occurrences textuelles ou verbales du terme démontre qu’on est en présence d’une notion floue dont la malléabilité sémantique contribue indubitablement au succès si ce n’est à l’efficacité. L’expression vit beaucoup plus à travers ses emplois que dans ses rares tentatives de définition. Les auteurs qui se sont attachés à l’étude du phénomène lui reconnaissent ordinairement ce caractère fugitif et multifacette. Ceux qui nonobstant se sont astreints à en dégager un noyau de sens fournissent des repères utiles tout en contribuant par leurs propres tentatives de définition à alimenter cette polysémie. Deux postures moins antagoniques que complémentaires ressortent de la littérature sur le sujet. Après avoir mis l’accent sur le fait que la rectitude politique comporte plusieurs aspects et en conséquence plusieurs significations, Gauthier (1997) considère que « le terme semble faire référence essentiellement à une manière de penser et à un style de vie qui prône la sensibilité, la tolérance et le respect eu égard à la race2, au sexe, à l’orientation sexuelle, à la nationalité, à la religion, à l’âge, aux handicaps physiques et à toutes autres caractéristiques, surtout si elles ne correspondent pas aux nôtres ». Dans une perspective très voisine, Semprini (1997 :43) note que la préoccupation essentielle du politiquement correct « est d’éviter que la sensibilité ou l’auto-estime des différents groupes sociaux, minorités ou individus puissent être offensées ou amoindries par des propos, des attitudes ou des comportements non appropriés, de nature à induire ou à renforcer chez la personne concernée une vision dévalorisante ou culpabilisante d’elle-même »3. Ces essais de définition entendent rendre compte du système axiologique qui sous-tendrait l’attitude et l’action politiquement correctes. Ils décrivent un ensemble de convictions qui guideraient un mode d’engagement dans l’existence à l’égard des personnes susceptibles d’être discriminées en raison de leur altérité.

3Mangeot (1997a) est également d’avis qu’il est impossible d’attribuer un sens quelque peu rigoureux au politiquement correct tant les acceptions de la locution sont devenues nombreuses. Cet auteur ne s’attache en revanche pas à traduire l’intention qui présiderait à l’idéologie et à la conduite en question. Estimant que personne ne se réclame d’un tel courant de pensée et d’action, il soutient que la rectitude politique ne se laisse cerner que par une série d’idées clés instantanément associées à la notion qui sont à vrai dire des clichés élaborés par ses adversaires : « puritanisme, censure, dogmatisme, dictature des minorités, réduction de toute forme de singularité à une loi communautaire, écrasement du devenir minoritaire sous un fantasme de pouvoir et de normalité ». Tous ces truismes inviteraient à entrer en lutte contre une idéologie immédiatement repoussante.

  • 4 Le principe d’équité repose sur l’idée que « la diminution des inégalités […] exigerait […] l’octro (...)

4Il reste de ces approximations de définitions que la rectitude politique relève pour les uns d’une orientation d’esprit et d’actions concrètes en faveur de l’établissement de relations sociales plus équitables4 alors qu’elle se ramène pour d’autres à un ensemble de traits caricaturaux attribués à une idéologie qui ne trouverait de consistance que dans la visée de ses opposants. L’articulation des deux perspectives permet de mettre en évidence que la notion réfère à une nébuleuse de pratiques actionnées par un certain nombre de valeurs partiellement communes, mais en aucun cas à un mouvement organisé et structuré qui serait clairement identifiable.

Réception d’une locution malheureuse

5L’histoire du qualificatif politically correct, dont la traduction française « politiquement correct » sent le calque et la mauvaise compréhension, n’est certainement pas étrangère à l’image négative qui est associée à la notion. L’expression serait un emprunt au jargon stalinien des années 1930 dans lequel elle aurait désigné un comportement de soumission et d’obéissance aveugle en faveur de la ligne dogmatique imposée par le comité central du Parti (Keefer 1996). S’il a contribué à faire son succès, on ne peut douter que le renvoi au stalinisme ait surtout participé au discrédit de la locution. Le sens de cette attribution relèverait pourtant d’un sérieux malentendu. Selon Mangeot (1997a), le sort de la locution résulterait d’un quiproquo dès lors que son usage aurait été rétabli non pour glorifier mais au contraire pour condamner par autodérision la docilité servile des suiveurs d’une doctrine. Les opposants des réformes préconisées n’auraient pas su ou pas voulu comprendre que la formule aurait fonctionné comme plaisanterie entre initiés. Extraite de son milieu d’origine, la blague confidentielle se serait retournée contre ses créateurs pour désigner les aspects autoritaires et les dérives fondamentalistes dénoncés par les adversaires des luttes minoritaires.

6Depuis trente ans, le sujet a donné lieu à la publication de nombreux écrits qui ont alimenté une vaste polémique et soulevé de multiples controverses. Les Etats-Unis sont le berceau de ce débat passionné qui a vu le jour dans les campus universitaires puis s’est étendu à l’ensemble des sociétés occidentales moyennant des effets de recontextualisation souvent méconnus. Outre-Atlantique, l’idéologie de la rectitude politique est comprise en référence au mouvement des droits civiques des années 1960 qui engagea les Noirs à prendre en main leur destinée ethnique et à réclamer à l’Etat des mesures de réhabilitation et de revalorisation à la faveur d’un traitement préférentiel permettant de rattraper le retard accumulé par deux siècles de racisme et d’exclusion. Elle refait surface dans les milieux féministes américains au cours des années 1970 avant d’être officiellement associée au mouvement NOW (National Organization for Women) luttant pour l’abolition des mesures discriminatoires et des préjugés dont les femmes sont victimes dans la sphère publique, le monde scolaire, professionnel et syndical ou encore dans le domaine religieux (Gauthier 1997). Plus globalement, elle est maintenant associée à la politique multiculturelle qui implique la généralisation d’un « droit à la différence » concrétisé par l’octroi de mesures préférentielles et compensatoires à l’ensemble des « groupes minoritaires » (minorités ethniques, femmes, homosexuels, handicapés…) considérés comme défavorisés (Lacorne 1997). La situation sociopolitique américaine explique la réaction véhémente des milieux conservateurs et de l’extrême droite contre le mouvement, perçu comme une offensive des groupes minoritaires dans la quête du pouvoir politique (Mangeot 1997a).

7Hormis au Canada, le courant a suscité une levée de boucliers pratiquement unanime de la part du monde francophone. A l’exception notable des Anglais (Constant 2000), il n’a guère connu les faveurs des Européens. Une fois n’est pas coutume, intellectuels conservateurs et progressistes français ont trouvé un ennemi commun. « Dans la gauche française, il a été immédiatement considéré comme une dérive conservatrice des mouvements minoritaires, un nouveau symptôme du puritanisme américain » (Mangeot 1997a). Il a été perçu à droite comme une menace à la liberté d’expression et à l’ordre libéral tout court. Participant du processus de défiance envers tout ce qui provient des Etats-Unis, le sujet n’a pas été compris avec le sérieux qui aurait été requis. La réaction quelque peu arrogante de la grande majorité des intellectuels français envers la question a surtout confirmé leur méconnaissance du champ politique américain et des luttes sociales à l’origine du mouvement (Lacorne 1997).

L’exemple des universités

8Le mouvement est parti des campus américains et canadiens, alors qu’aujourd’hui des universitaires se mobilisent pour signaler que le monde académique s’est montré par trop accueillant envers la rectitude politique. Il en résulterait l’instauration d’un code et d’un discours répressifs qui entraîneraient des pratiques d’évitement et des tactiques d’autocensure. Cette situation limiterait en effet de façon abusive la liberté des enseignants et conduirait à museler, comme à esquiver, les sujets de recherche risquant d’offenser les minorités revendicatrices. S’il s’agit là d’une conséquence du mouvement lié à la rectitude politique – conséquence qui témoignerait de l’efficacité d’un nouveau dispositif coercitif –, il conviendrait d’admettre simultanément que les tenants du pouvoir ont toujours su se protéger des « intrusions » des chercheurs. La possibilité qu’ont certains de clôturer leur espace de fonctionnement semble simplement révéler qu’ils sont détenteurs d’une puissance politique et souvent économique qui leur permet de durcir les frontières de leur quant-à-soi. Le bornage du cercle « privé » a toujours été le signe d’un pouvoir transmis de longue date, fraîchement acquis ou en voie d’affirmation.

Instauration d’une « novlangue »

9C’est sur le plan linguistique que la rectitude politique a surtout forgé sa réputation et réalisé ses avancées les plus notoires. La propension à concevoir les langues ordinaires comme des systèmes symboliques pétris d’idéologie a conduit les acteurs du courant à concevoir un programme d’interrogation et de dévoilement du lexique, et plus généralement des pratiques langagières. D’emblée, l’entreprise de divulgation des traces de domination sédimentées dans les langues en usage a été subordonnée à la conviction que le principe ultime du changement social se trouve dans des opérations de rectifications linguistiques (Vandendorpe 1999). Forte de l’idée qu’on peut transformer les perceptions et les attitudes qui conditionnent les relations sociales en changeant les mots, la démarche de la rectitude politique s’est attachée à remplacer les expressions dénigrantes qui sont appliquées aux femmes, aux « minorités visibles » ou aux personnes atteintes d’une déficience par des désignations prévenant toute connotation morale ou sociale dépréciative. L’adjonction d’expressions et de termes nouveaux visant à rehausser l’image des groupes et des individus dont la valeur est ignorée complète cette opération de substitution. Ces néologismes ont pour rôle de remédier aux carences du lexique courant en l’équipant d’un matériel expressif apte à désigner de manière spécifique et respectable les individus et les groupes dont l’importance est méconnue. Plus qu’un simple toilettage, il s’agit de procéder à un véritable nettoyage des dispositifs langagiers.

Féminiser5

  • 5 Le livre déjà ancien de Yaguello (1992 [1978]) reste une référence indispensable en ce qui concerne (...)
  • 6 Un exemple parmi tant d’autres d’emploi du féminin avec une valeur de neutre figure dans un article (...)
  • 7 Le problème se pose de façon identique en français où dire par exemple de Jeanne d’Arc qu’elle est (...)
  • 8 Gilbert Rist m’a rappelé que certaines militantes féministes latino-américaines remplacent systémat (...)

10L’impulsion est partie de la volonté de militantes féministes d’interroger le lien entre genre grammatical et genre naturel dans l’optique de débusquer les indices de la domination masculine à l’œuvre dans la communication courante. Par-delà la dénonciation des termes offensant ou minorisant l’identité féminine, l’objectif primordial a consisté à doter les femmes d’une visibilité textuelle égale à celle des hommes via des procédés de regrammaticalisation. Les résultats de ce projet sont aujourd’hui palpables. « Depuis le début des années 70, les locuteurs du français sont confrontés à l’impératif de ne plus “occulter le féminin” et de rendre la femme “visible” dans les textes. […] La lettre e est devenue le symbole du féminin et son absence, une négation intolérable » (Vandendorpe 1999). La présence du I majuscule joue un rôle emblématique tout à fait analogue en langue allemande, alors que le pronom she et ses dérivés viennent contrarier la suprématie de la marque du masculin en anglais, notamment quand la forme he assume une fonction épicène6. Il en va par exemple ainsi du mot hero, et de son pluriel heroes, qui regroupe sous une seule unité lexicale les individus des deux sexes sans les distinguer7. Se fondant sur le parallélisme qui existe entre les pronoms he et she, les féministes américaines ont introduit le terme sheroe pour désigner non seulement toute femme « d’un grand courage, qui fait preuve par sa conduite, en des circonstances exceptionnelles, d’une force d’âme au-dessus du commun » – définition que le Petit Robert (1993 : 1085) donne du terme héroïne et qui s’applique également au terme anglais heroine – mais de manière à ce que l’ensemble des acceptions mythologiques ou séculières qu’on prête à l’héroïsme et réservées au masculin hero puisse être attribué aux femmes comme aux hommes par des vocables distincts. L’introduction du néologisme sheroe a par ailleurs pour objectif de court-circuiter l’ambiguïté due à l’homonymie du mot héroïne : « personne de sexe féminin » d’une part et « stupéfiant » d’autre part. Le pluriel sheroes dans sa forme non spécifique devient quant à lui un synonyme de heroes ou plus exactement une variante marquée pour qui veut affirmer son adhésion à la revendication féministe. Ce dernier emploi demeure à vrai dire extrêmement confidentiel. Toujours est-il que les féministes américaines ont fait du pronom générique indéfini leur cheval de bataille (Yaguello 1992 :187), l’objectif étant de contester la légitimité de la forme en he8. Il s’ensuit que l’emploi de he or she ou de they permet d’éviter l’absorption, donc l’effacement du féminin par le masculin. La consigne de remplacer systématiquement le terme man par person procède de la même logique.

Chercher l’expression adéquate

  • 9 Le monde anglo-saxon continue toutefois à se montrer plus radical ; preuve en est notamment la publ (...)

11Le marquage systématique de la référence féminine dans les textes où le sexe des protagonistes n’est pas spécifié émane d’une pratique de valorisation caractéristique du mouvement de réforme du langage entamé au début des années 1990. Deux décennies après les débuts de la critique féministe, la demande de rectification des langues naturelles s’est étendue à d’autres catégories sociales et à de nombreux domaines d’activité9. D’autres réclamations d’aménagement linguistique ont bon an mal an fait leur chemin. Il en est ainsi du droit pour un groupe d’imposer au reste de la collectivité le terme par lequel il devra désormais être désigné. Dans les faits, l’application d’une telle mesure devrait impliquer non seulement le boycott des désignations insultantes mais également l’élimination de toutes les dénominations non revendiquées ou jugées inopportunes par les individus du groupe concerné. Outre la condamnation de termes comme pédé, tante ou tantouse pour qualifier un homme marquant une préférence pour des partenaires du même sexe, elle supposerait par exemple l’évitement du lexème homosexuel, estimé inadéquat en raison de ses liens avec les connotations pathologiques du discours médical. Pour l’heure (mais les autodénominations des groupes minoritaires sont particulièrement sujettes aux fluctuations du marché linguistique), c’est la désignation gay qui semble recueillir le plus grand nombre de suffrages au sein du milieu considéré.

  • 10 Le Petit Robert donne la date de 1957.

12L’action volontariste qui consiste à tenter de neutraliser le stigmate nominal d’une catégorie sociale procède souvent par reformulations consécutives. On se rappellera que les « impotents », « invalides » ou autres « infirmes » ont été rebaptisés « handicapés » vers la fin des années 195010. Des propositions canadiennes préconisent d’abandonner ce dernier terme – dévalorisant car insistant sur un manque de type générique qui affecterait l’individu dans sa globalité – en faveur de qualificatifs décrivant le type de déficience dont un individu est victime. Selon les cas, il serait approprié de parler de « personne ayant une déficience mentale », ou « une déficience physique », de « personne à mobilité réduite » ou de nommer avec exactitude la nature de l’« insuffisance ». La direction du changement d’étiquetage va dans le sens d’un rejet des noms communs, critiqués pour leur propension à réifier ceux qu’ils désignent, au profit de la création de circonlocutions à ambition strictement descriptive.

Une vision erronée du fonctionnement langagier

13La rectitude politique a conquis une large part de sa célébrité dans le secteur langagier. C’est sans doute aussi dans ce domaine qu’elle a subi ses principales attaques et rencontré ses satires les plus cinglantes. Le programme de rectification du langage brièvement évoqué ci-dessus se heurte en effet à un grand nombre d’obstacles linguistiques et sociolinguistiques qui justifient pleinement certaines critiques.

Les embûches de la féminisation

  • 11 Yaguello (1992 : 116) rappelle que « l’absorption du féminin par le masculin [qui] paraît un phénom (...)
  • 12 Vandendorpe (1999) s’applique à démontrer à travers une discussion approfondie que la féminisation (...)

14Les langues naturelles résistent à certaines transformations lexicales ou morphosyntaxiques et sont en proie à une certaine inertie sémantique : à côté de cheffe ou de professeure, récemment accrédités, il serait techniquement aisé, et socialement sans doute pertinent, de créer une parité lexicale entre surhomme et surfemme. Malgré le fait que nos correcteurs orthographiques s’obstinent à les souligner de la vaguelette rouge de l’incorrection grammaticale, ces trois néologismes sont construits à la régulière et sans « effets collatéraux » apparents. L’affaire se corse en revanche avec le féminin d’autres mots pris au hasard qui figurent dans les dictionnaires comme entraîneur (qu’on pense au double sens du terme entraîneuse), ou comme tireur dont l’acception sexuelle se passe de commentaire. On se plaît toujours à citer des termes tels que sapeur-pompier ou tyran (même si certain(e)s contestent qu’une femme puisse l’être) dont la féminisation provoque des glissements sémantiques indésirables et/ou pose des problèmes euphoniques pratiquement insolubles. La liste des incongruités que peut causer le passage au féminin est impressionnante mais leur recension n’est pas l’objet du présent article. Il suffit de signaler qu’un examen détaillé du vocabulaire et de la morphosyntaxe démontre que la féminisation systématique d’une langue naturelle (au moins indo-européenne) devient rapidement un casse-tête sans issue. Bien que le genre grammatical masculin joue en principe un rôle de neutre, la même remarque vaut pour l’ambition inverse qui consisterait à vouloir « viriliser » le féminin11. Il s’agirait alors de chercher des équivalents masculins à des termes épicènes de genre féminin comme étoile, vedette ou star12. Si la tâche est délicate, une action volontariste sur le langage reste pourtant réalisable dans certaines limites : les linguistes s’y emploient non sans mal. On peut néanmoins douter que l’introduction de formulations non sexistes contribue à réduire notablement les effets de la domination masculine. Il est en outre tout à fait erroné de considérer que les marques du genre sont automatiquement porteuses d’inégalité sociale. La meilleure preuve est qu’elles varient d’une langue à l’autre sans la moindre corrélation sociologique : on dira par exemple la mer mais il mare (it.), das Meer (all.) et el ou la mar (esp.) ou encore le bateau mais la nave (it.), das Schiff (all.) et el navio (esp.).

Les effets pervers de la traque

15L’amélioration de la langue soutenue par le programme de la rectitude politique témoigne d’une sensibilité exacerbée à l’égard des mécanismes de domination qui seraient présents dans les langues. Le principe selon lequel « on doit traquer ce que cachent les mots, ce qu’ils disent derrière ce qu’ils disent » (Mangeot 1997a) lui sert de fondement. L’intransigeance qui alimente cette recherche d’une langue moralement parfaite conduit à une culpabilisation des sujets parlants dans leur pratique langagière même dénuée d’intention dénigrante. Les termes et les expressions, même les plus insignifiants, les plus conventionnels, sont passés au crible de l’étymologie, suspectés qu’ils sont de receler des significations dissimulées. Pratiquée à l’excès, cette attitude inquisitrice et rénovatrice conduit à des dérapages et à des fautes de jugement aux résultats plus ou moins calculés. La démarche est en effet loin d’être irréprochable sur le plan des analyses linguistiques. C’est notamment au prix d’une étymologie fantaisiste, impliquant une projection de la synchronie sur la diachronie, que le terme sheroe a été promu au rang de symétrique féminin de hero. Ces « ratés » irritent les gardiens de la « vérité linguistique ». Ils font le jeu des milieux puristes et conservateurs qui y trouvent un moyen d’affirmer la justesse de la norme prescrite et pourquoi pas, dans la foulée, de l’ordre social existant. Selon Vandendorpe (1999), ces outrances risquent d’alimenter un ras-le-bol « qui, en dernière analyse, ne peut profiter qu’aux forces du conservatisme dur ». Faute de rigueur analytique, sachons tout de même reconnaître au procédé qui a donné naissance au paradigme du néologisme sheroe sa force évocatrice et son efficacité dissidente. Le point faible d’une démarche qui cherche par trop la vérité dans l’étymologie réside au contraire dans l’existence d’une fascination aux relents naturalistes à l’égard de l’origine ou de la filiation des mots. Cette quête mystique d’un lien sexué primordial entre les mots et les choses empêche de poser de façon non ambiguë que la néologie n’a le plus souvent que faire des règles strictes de l’étymologie. Les féministes qui ont proposé la création d’une nouvelle discipline baptisée herstory pour contrebalancer la vision prétendument « macho-centriste » véhiculée par l’history (découpage impropre du lexème entre un possessif masculin et un substantif pour suggérer l’étude d’une histoire d’hommes excluant les femmes) ne sont à cet égard pas tombées dans le piège. Elles ont su tirer parti de la fonction ludique du langage pour combiner créativité lexicale et lutte minoritaire. Elles ont également su donner tort aux contempteurs du réaménagement linguistique qui voient dans les langues des essences à protéger des déprédations du changement.

Une conception constructiviste du langage

16On ne peut souscrire aux critiques qui refusent toute efficacité aux opérations volontaires d’amendement de la langue. Il serait en effet absurde de nier qu’il y ait influence du langage sur la perception du réel. Les langues ne sont pas des nomenclatures. Elles ne se bornent pas à étiqueter les choses et à enregistrer passivement les états du monde mais contribuent à façonner la réalité qu’elles décrivent. Notre connaissance, nos représentations sont conditionnées par ce formatage langagier. « Le changement d’un mot peut orienter la cognition des acteurs vers d’autres directions. Il peut faire émerger des descriptions différentes ou des récits alternatifs. Il peut enfin déplacer le regard vers des zones du champ social restées dans l’ombre. C’est dans cette perspective que le fait de changer un mot peut modifier la réalité » (Semprini 1997 : 47). De la sorte, le fait de rebaptiser les descendants supposés des esclaves africains (et malgaches) devenus citoyens de la république mauricienne du terme d’Afro-mauriciens en lieu et place de Noirs (critère phénotypique) ou de Ti-kreol, « petits créoles » (critère socio-économique), entraîne indubitablement un déplacement de perspective. Cette transformation langagière les institue, au moins nominalement, membres d’un groupe ethnique « à trait d’union » au même titre que le sont les Franco-, les Indo ou les Sino-mauriciens, autant de composantes de la nation différenciées par un critère uniforme : l’origine respective des ascendants. Il serait pourtant naïf de croire qu’il suffirait de renouveler le vocabulaire d’une langue pour transformer radicalement une vision du monde et plus encore des rapports sociaux. Des chercheurs vont même jusqu’à douter qu’on puisse rectifier la pensée par le langage. C’est le cas de Vandendorpe (1999), qui se pose « la question de savoir si des représentations ne peuvent pas être indépendantes des mots et si ce n’est pas elles, plus que les mots, qui sont à l’origine des comportements ». Il conclut que si « l’adoption d’un nouveau vocabulaire peut aider à alléger notre mauvaise conscience […], le fait de bannir un mot n’entraîne pas ipso facto la disparition du bagage cognitif correspondant ni même sa réorganisation ».

Illusion dénotative

17Quelle que puisse être la nature des relations entre le langage et la pensée, la revalorisation identitaire via la relexicalisation des désignations offensantes préconisée par la démarche de la rectitude politique souffre du symptôme de l’illusion dénotative. La recherche d’étiquettes neutres à fonction purement descriptive procède d’une conception du fonctionnement de la communication langagière confondant langue et discours. Il ne suffit en effet pas de réformer les codes linguistiques pour réglementer l’usage de la parole, d’imposer un nouveau vocabulaire pour contrôler les effets de sens qui se construisent à travers l’énonciation, de proscrire et de prescrire pour prédire les interprétations contextualisées qui vont émerger des échanges langagiers ni à plus forte raison pour pénétrer les intentions communicatives qui sous-tendent les propos énoncés. La fabrication de la signification langagière participe des processus de production et de compréhension inhérents aux situations sociales de communication. Les théoriciens des effets performatifs du langage ordinaire l’ont bien établi. Depuis les travaux d’Austin (1970), il est tenu pour acquis que s’il suffit de dire « je promets » pour réaliser l’acte de promesse, il ne suffit malheureusement pas d’employer le verbe « manger » à la première personne de l’indicatif présent pour satisfaire sa faim. Les recherches en philosophie analytique et en pragmatique ont surtout démontré que le sens de tout énoncé dépend des circonstances de son énonciation. Hors de celles-ci, qui peut dire si « je te promets de venir demain » a la valeur d’une menace dont il s’agit de tenir compte ou de l’annonce d’un bon moment à passer dont l’interlocuteur peut légitimement se réjouir ? Ce faisant, les défenseurs d’une réglementation politiquement correcte de la communication interpersonnelle ont minimisé le fait que la composante lexicale, même réformée, n’intervient que partiellement sur la production contextuelle de la signification.

18Le sens des mots est un problème sérieux et « il vaut la peine de s’interroger sur les dénigrements contenus dans le langage courant » (Pidoux 1999). L’analyse doit pourtant quitter les limites de la lexicographie, de la morphosyntaxe et même de la sémantique pour se consacrer à l’étude du fonctionnement de la parole, qu’elle soit directe, indirecte ou allusive. L’étude du discours rend attentif aux présupposés, aux sous-entendus, aux implicitations, en somme à toutes les formes de ruse langagière qui font la véritable efficacité de la production du sens en permettant au locuteur de dégager sa responsabilité et de renvoyer son interlocuteur à ses interprétations tendancieuses ou malveillantes. Il ne faut pas rêver : tout sujet parlant sait, avec plus ou moins de virtuosité, se servir de l’ironie comme forme de stratégie linguistique pour déguiser l’insulte en compliment ou la parole offensante en plaisanterie.

Au royaume de la litote

« Autrement »

  • 13 Le paradigme est productif et largement utilisé de par le monde. Il y a moins de dix ans, les école (...)

19Le souci obstiné de respecter les différences dans leur réalité intrinsèque, en se gardant scrupuleusement de les hiérarchiser, explique la profusion de circonlocutions qui caractérisent le discours politiquement correct au point d’en faire un genre linguistique repérable. Analysant un guide publié par le Secrétariat d’Etat du Canada, Vandendorpe (1999) remarque que la recherche de locutions neutres a débouché sur la création de périphrases « dont le pouvoir informatif est inversement proportionnel à leur longueur ». Le guide propose par exemple que « patient » devienne « personne ayant une déficience ou une limitation fonctionnelle » et que « personne normale » soit supprimé au profit de « personne n’ayant aucune déficience ou limitation fonctionnelle ». L’introduction de telles rectifications, à peine envisageables dans la prose scientifique ou administrative, présente le défaut d’aller totalement à l’encontre de la loi d’économie qui régit les échanges langagiers spontanés. On voit dès lors mal comment des tournures aussi malaisées pourraient espérer être intégrées au parler quotidien. Elles constituent pourtant des illustrations peu malléables d’une stratégie générale de valorisation par l’euphémisation. Le vocabulaire de l’exclusion est particulièrement touché par ce procédé d’aseptisation, comme s’il s’agissait de rendre illisibles les problèmes sociaux qui rappellent à notre monde ses incohérences et sa fragilité. Faute de pouvoir transformer les rapports sociaux inégalitaires qu’elle prétend combattre dans les faits, l’idéologie de la rectitude politique semble rendre les armes en révélant par ce biais sa vraie nature d’utopie. Cette déréalisation des négociations de sens propres à la revendication sociale prend la forme d’un culte du droit à la différence selon lequel la mouvance en question conçoit le projet de transformer en spécificité positive ce que la pensée courante a ordinairement pour habitude de considérer comme infériorité ou comme handicap. L’emploi de l’épithète « autrement » est symptomatique du relativisme bon enfant qui préside au refus de toute comparaison. Suivant cet usage, les personnes atteintes d’une déficience sont reconsidérées comme « autrement capables »13. Le recours à cet étiquetage « positivant » procède implicitement de la conviction, parfois vérifiable mais contestable dans l’absolu, selon laquelle toute déficience fonctionnelle stimulerait le développement de facultés compensatrices : les malvoyants développeraient ou disposeraient d’une acuité auditive, olfactive et tactile supérieure à la moyenne, les malentendants verraient leur aptitude visuelle, olfactive, tactile gagner en finesse, et ainsi de suite. Cette même orientation d’esprit conduit à supposer un peu rapidement que les déficiences mentales abritent des capacités exceptionnelles, souvent d’ordre artistique. La mise en évidence de compétences alternatives peut certes s’avérer productive. Elle induit un éclairage revisité sur les marges sociales et débouche sur des politiques d’intégration qui sont souvent profitables aux groupes et aux personnes concernés. On peut néanmoins douter que les chômeurs vivent beaucoup plus heureux en « personnes sans emploi » ou mieux en « demandeurs d’emploi », que les « vagabonds », les « mendiants » ou autres « clochards » ressentent moins les frimas de l’hiver drapés dans leur habit de « sans domicile fixe » ou que les « clandestins » se sentent totalement réhabilités sous l’étiquette de « sans-papiers ». Evoluant entre vérité et chimère, la variante euphémisante du programme de la rectitude politique participe à une construction engageante de la réalité qui a pour défaut de méconnaître les luttes de classement qui marquent l’espace social. Ses tournures valorisantes prennent curieusement le parti d’oublier que la différence est socialement impensable lorsqu’elle n’est pas évaluée en mieux ou en moins bien. « Comme si une formulation lénifiante des différences allait les rendre moins éprouvantes pour ceux qui, le plus souvent, les subissent effectivement comme des handicaps, des manques ! » (Pidoux 1999), comme si un exorcisme lexical suffisait à changer la réalité des exclus.

Incorrection politique

  • 14 En majuscules dans l’original.
  • 15 L’article de Poncet (1998) constitue un autre exemple édifiant de cette écriture donneuse de leçons (...)

20Le procédé d’euphémisation propre au politiquement correct prête naïvement le flanc à la critique. Facile à caricaturer, il est maintenant « devenu un puissant instrument de dérision et il pourrait même alimenter les blagues politiquement non correctes dont il visait l’élimination » (Vandendorpe 1999). Rien en effet de plus jubilatoire pour les opposants de tous bords que d’accuser les créations lexicales politiquement correctes de viser à une minimisation concertée des problèmes et des menaces qui pèsent sur nos têtes. En un tour de plume, des essayistes qu’on ne peut soupçonner d’opinions progressistes se font un malin plaisir de jeter leur discrédit sur le mouvement dans des textes sans grande profondeur théorique mais à la rhétorique émotionnelle et persuasive. Au nom de la défense de la vérité vraie, Bidet (sans date) considère parmi d’autres que « de la manipulation du langage on passe très vite à la manipulation politique et idéologique. Le “politiquement correct” en fait consiste À NE PAS APPELER LES GENS OU LES CHOSES PAR LEUR NOM14, dans un dessein pervers ». Les exemples qu’il choisit de citer clarifient toutefois sa version idéologique de la vérité et de la perversité. A l’en croire, ce ne pourrait être que pour servir des raisons d’angélisme ou de laxisme inavouables que les « clandestins » seraient devenus les « sans-papiers ». De tels effets d’humeur en disent plus sur les sympathies et les antipathies politiques de leurs rédacteurs que sur le phénomène qu’ils prétendent circonscrire. Leurs auteurs entendent bien innocemment convaincre que les « manipulateurs » ne peuvent être que ceux qui ne partagent pas leurs convictions15.

  • 16 Bien que déjà ancien, l’article de Lenoir (1979) analyse finement l’idée de nouvelle jeunesse inhér (...)

21L’euphémisation n’est pourtant de loin pas le monopole de la rectitude politique. Par les temps qui courent, faut-il rappeler qu’il est nécessaire de procéder à une traduction pour comprendre que derrière le cynisme guerrier des « frappes chirurgicales » ou des « effets collatéraux » se cachent pudiquement des bombardements massifs tenus à l’écart des médias ou des « bavures » militaires causant des victimes au sein de la population civile et parmi le personnel des organisations humanitaires ? N’oublions pas également que bon nombre de défenseurs du parler vrai qui s’en prennent aux acrobaties langagières paraissent trouver tout à fait justifié d’user de ce stratagème quand il s’agit de travestir la réalité brute des besoins de l’économie et de la déréglementation. Pour adoucir le choc, ils ne rechignent pas à parler de « restructuration » en lieu et place de « licenciement » ou de « précarité » pour faire écran à la « misère » et à la « pauvreté ». Les bienfaits de tels étiquetages sont rarement remis en cause lorsqu’ils servent des intérêts mercantiles. Pour les besoins de la cause, les « vieux », après avoir été édulcorés en « vieillards », puis en « personnes âgées », sont de la sorte anglicisés en « seniors », une tranche d’âge regroupant des individus toujours bien portants et alertes. Le terme fait « tendance » même s’il est clair que lesdits « seniors » sont bien trop chers et trop exigeants pour espérer rivaliser avec les « juniors » sur le marché de l’emploi. Ils n’en constituent pas moins une collectivité de moyens et de petits épargnants libres de leur temps qu’il s’agit de guider en douceur vers la consommation en les gratifiant d’une gamme de produits bien ciblés et évidemment d’une rhétorique appropriée. Le pari semble en partie gagné lorsque les anciens « vieux » en arrivent à s’identifier à des « autrement jeunes »16. Un reportage de la chaîne Euronews, diffusé en boucle au cours du mois d’octobre 2001, narrait d’ailleurs l’histoire rafraîchissante de cette professeure de yoga exerçant, bon pied bon œil, à l’âge de 102 ans. Plus revigorante encore, l’indication que cette centenaire juvénile avait découvert sa passion à 72 ans !

  • 17 Donnant à elle seule la preuve du tourbillon déréalisant dans laquelle se situe la controverse, cet (...)

22Les héros autoproclamés de l’incorrection politique cèdent par trop à la facilité rhétorique pour qu’il soit envisageable d’aller grossir leur rang. Rien ne sert non plus de rallier le camp des pourfendeurs des aberrations inscrites dans un mode de réforme du lexique qui pourrait conduire à qualifier les animaux d’« êtres autrement humains » ou les morts d’« êtres autrement vivants ». Les protagonistes avisés de la rectitude politique ont ri les premiers de ces raisonnements par l’absurde. L’étonnant est qu’aujourd’hui presque tout le monde se dit politiquement incorrect. Cette belle unanimité de surface cache pourtant une immense hétérogénéité de fait, et l’incorrection politique héberge pêle-mêle les tendances idéologiques les plus variées. Seuls les opposants les plus radicaux énoncent une liste de griefs qui dépeint, par un effet de réverbération, leur propre conception du modèle de société à conserver et à promouvoir : une réduction de la liberté d’expression qui empêche de porter des jugements « légitimes » sur telle ou telle fraction de la société ; un nivellement par le bas en matière d’éducation ou de recrutement professionnel alors que seule l’« excellence » devrait compter sur le plan de la sélection ; des effets de discrimination à rebours qui résulteraient de mesures instaurées au nom de l’égalité et de la dignité ; un usage de la stratégie de victimisation dans la quête du pouvoir et des avantages du secteur public. Mais de quelque bord qu’ils soient, les contempteurs de la rectitude politique aiment placer leurs attaques sous la citation protectrice de Voltaire qui, pénétré du principe de tolérance et partisan sans limite de la liberté d’expression, déclarait : « Je désapprouve ce que vous dites, mais je défendrai jusqu’à la mort votre droit à le dire. »17 C’est donc bien parce que le politiquement correct est « devenu synonyme de conformisme et de veulerie [qu’]on utilise avec fierté [la locution] “politiquement incorrect” pour distinguer des propos originaux qui ne craignent ni de déranger ni d’offenser si cela est nécessaire » (Semprini 1997 : 42). On ne doit cependant pas perdre de vue que les abus et les maladresses imputés à tort ou à raison au courant de la rectitude politique servent de justification à toute sorte de propos anti-moralistes proférés au nom de la liberté d’expression ou de ce qui, par un curieux tour de passe-passe, permet de présenter l’incorrection politique comme son équivalent. Certes, la tendance « dure » de la rectitude politique a péché par certains excès. Elle a recommandé le boycott et la censure de productions culturelles qui demandaient au contraire une ouverture au débat en public. Ces dérives fondamentalistes ont malheureusement surtout contribué à discréditer la notion de lutte minoritaire. Jamais toutefois dans ses intentions, la mouvance n’a présenté les traits intégristes que lui attribuent ses adversaires. Luttant expressément pour la réalisation de l’idéal démocratique, ses partisans réclament un traitement plus respectueux et plus égalitaire des groupes minoritaires et de tous les désavantagés du système. Leur programme demande une sollicitude et une diligence renforcées à l’égard des plus démunis, une meilleure acceptation de la diversité culturelle ou encore une tolérance accrue envers les pratiques sociales non conformistes. Ils revendiquent aussi l’établissement de mesures visant à réparer les injustices d’antan par l’octroi d’avantages spéciaux. Il faut en conséquence regretter avec Stark (1997) que la rectitude politique soit devenue une étiquette péjorative « même lorsqu’elle est utilisée pour décrire des gestes de courtoisie, de respect, de justice, d’ouverture d’esprit, la sensibilité à la diversité, et la responsabilité face aux conséquences d’un comportement », soit des caractéristiques représentant « des valeurs éthiques qui devraient être véhiculées plutôt que mises en veilleuse ».

En définitive

23La dénonciation des rapports de domination dont se sentent victimes certaines catégories sociales est à l’origine du programme de rectitude politique. La contestation et la résistance se sont d’abord effectuées de façon ciblée et sectorielle. Ce mode de réforme agit maintenant de manière plus étendue et plus diffuse en articulation avec les dispositifs multiculturalistes qui sont ici et là mis en place par les pouvoirs politiques. Quoi qu’on en dise, une telle orientation est aujourd’hui ancrée dans notre environnement quotidien : elle pénètre certaines de nos habitudes, conditionne certaines de nos réactions et continue de s’infiltrer dans nos existences par l’intermédiaire de discours étatiques et médiatiques qui en diffusent des formes largement récupérées. Faut-il en conclure que la « communauté » hétéroclite de l’incorrection politique aurait trouvé dans l’exagération du danger représenté par les militants de la censure langagière un moyen propice de tisser des liens contre un ennemi commun largement fantasmé ? Sans doute en partie. Les occasions de se solidariser autour d’un sujet repoussoir sont tout bénéfice pour faire obstacle à des questions dérangeantes ou sans réponse. Si tel était le cas, il resterait toujours à se demander pourquoi une idéologie qui prône l’instauration d’une société plus juste et plus égalitaire suscite une telle réprobation, voire une telle aversion. Le fait que, par-delà le projet de relexicalisation, les politiques qui disent vouloir s’inspirer ou qui s’inspirent effectivement de la rectitude politique ne se limitent pas à des mesures cosmétiques mais impliquent la mise en place de dispositifs « réparateurs » à l’avantage des groupes défavorisés n’est bien sûr pas étranger à leur image négative. Les détenteurs de prérogatives savent toujours se mobiliser pour barrer la route aux réclamations qui menacent de porter atteinte à leur situation hégémonique.

24Pour les interrogations qu’elle pose à l’« idéal démocratique », l’intention de la rectitude politique ne doit pas être écartée d’un revers de la main. Sa diabolisation, les ricanements entendus qu’elle suscite constituent autant de révélateurs de la mauvaise volonté et de l’impuissance à affronter les problèmes qu’elle dénonce. Les solutions qu’elle propose sont en revanche peu convaincantes, voire critiquables. La revalorisation lexicale des minorités discriminées via l’introduction méthodique de néologismes censés présenter la diversité sociale sous la forme de différences axiologiquement neutres entretient un leurre de réhabilitation morale et de transformation sociale. L’obsession de la rectification linguistique ménage une croyance largement disproportionnée quant au rôle de l’efficacité symbolique sur le changement des relations sociales. Elle accorde une place démesurée au pouvoir du langage sur la construction et sur la reproduction des rapports de force institués. Plus grave, la crispation autour de la polémique langagière détourne les luttes minoritaires d’enjeux et d’engagements plus importants. Il est vraiment temps de s’appliquer à réinvestir l’argumentation proprement politique.

Bibliographie

Adler Alexandre, 2000, « Vous avez dit “politiquement correct” ? », <www.courrierinternational.com/dossiers/incorrect/adl.htm>.

Austin John Langshaw, 1970, Quand dire, c’est faire, Seuil, Paris, 184 p.

Beguelin Marie-Josée et De Pietro Jean-François, 1999, « Le féminin dans la langue : un espace de variation et de réflexion », in Bouchard Pierre et al. (éds), La féminisation des noms de métiers, fonctions, grades ou titres au Québec, en Suisse romande, en France et en Communauté française de Belgique, Duculot, Louvain-la-Neuve, pp. 30-43.

Bidet Jean-Yves, sans date, « Sur le politiquement correct », <www.conscience-politique.org/politcorrect.htm>.

Constant Fred, 2000, Le multiculturalisme, Flammarion, Paris, 117 p.

Dayan Daniel et Katz Elihu, 1996, Media Events: The Live Broadcasting of History, Harvard University Press, Cambridge, 306 p.

Eizner-Favreau Olga, 1997, « Evaluating Political Correctness: Anecdotes vs. Research », <http://cpa.ca/cp/cpnov97.html#article1>.

Gauthier Janel G., 1997, « La rectitude politique dans le milieu universitaire : plusieurs facettes, significations et conséquences », <www.cpa.ca/cp/cpnov97_intro2.htm>.

Gonseth Marc-Olivier, 1992, « De l’inverse, du même et l’ambigu », in Hainard Jacques et Kaehr Roland (éds), Les femmes, Musée d’ethnographie, Neuchâtel, pp. 11-35.

Hainard Jacques et Kaehr Roland (éds), 1992, Les femmes, Musée d’ethnographie, Neuchâtel, 332 p.

Hamann Jean, 1998, « Politiquement incorrect ? », <www.ulaval.ca/scom/Au.fil.des.evenements/1998/06.11/politique.html>.

Hannerz Ulf, 1996, Transnational Connections: Culture, People, Places, Routledge, London; New York, 201 p.

Keefer Michael, 1996, Lunar Perspectives: Field Notes from the Culture Wars, House of Anansi Press, Concord (Ontario), 256 p.

Lacorne Denis, 1997, La crise de l’identité américaine : du melting-pot au multiculturalisme, Fayard, Paris, 394 p.

Lenoir Rémi, 1979, « L’invention du “troisième âge” et la constitution du champ des agents de gestion de la vieillesse », Actes de la recherche en sciences sociales (Paris), nº 26/27, pp. 57-83.

Mangeot Philippe, 1997a, « Bonnes conduites ? Petite histoire du “politiquement correct” (1) », Vacarme (Paris), nº 1, février-mars, <http://vacarme.eu.org/no1/mangeot1.html>.

–, 1997b, « Bonnes conduites ? Petite histoire du “politiquement correct” (2) », Vacarme (Paris), nº 2, avril-mai, <http://vacarme.eu.org/no2/mangeot2.html>.

Pidoux Jean-Yves, 1999, « Forum : contre le politiquement correct, contre le politiquement incorrect », <www.domainepublic.ch/archives.html>.

Poncet Charles, 1998, « Les inquisiteurs du politiquement correct », <www.praetor.ch/praetor/francais/whoswho/poncet/temps/inquisi1.htm>.

Pons Xavier, 1996, Le multiculturalisme en Australie : au-delà de Babel, L’Harmattan, Paris, 409 p.

Semprini Andrea, 1997, Le multiculturalisme, PUF, Paris, 128 p.

Singy Pascal (éd.), 1998, Les femmes et la langue : l’insécurité linguistique en question, Delachaux et Niestlé, Lausanne ; Paris, 216 p.

Stark Cannie, 1997, « Academic Freedom, “Political Correctness”, and Ethics », <http://cpa.ca/cp/cpnov97.html#article1>.

Terdiman Richard, 1995, « The Politics of Political Correctness », in Newfield Christopher et Strickland Ronald (eds.), After Political Correctness, Boulder Press, Westview, pp. 238-252.

Thalasinos E. et Hwang E., sans date, « Political Correctness », <www.bergen.org/~eritha/political/whatPC.html>.

Vandendorpe Christian, 1999, « Du fondamentalisme linguistique ou de la tentation de rectifier la pensée par le langage (1) et (2) », <www.uottawa.ca/academic/arts/lettres/pc.htm>.

Wander André, 2000, « Tabous et politiquement correct », <www.strasmag.com/00 dossiers/13 tabou/politique.htm>.

Yaguello Marina, 1992 [1re éd. 1978], Les mots et les femmes, Payot, Paris, 202 p.

Notes

1 Je remercie Marc-Olivier Gonseth pour ses conseils et pour sa relecture attentive.

2 Il est utile de rappeler que, dans l’usage anglo-saxon, le terme « race » tel qu’il est utilisé aujourd’hui a perdu sa référence « biologique » pseudo-scientifique du début du siècle. Pensé comme un construit social, il est synonyme de « groupe ethnique ».

3 Cet auteur s’appuie sur la définition de Thalasinos et Hwang (sans date).

4 Le principe d’équité repose sur l’idée que « la diminution des inégalités […] exigerait […] l’octroi de droits “compensateurs” » (Lacorne 1997 : 14).

5 Le livre déjà ancien de Yaguello (1992 [1978]) reste une référence indispensable en ce qui concerne la féminisation de la langue française. Les articles qui composent l’ouvrage édité par Singy (1998) constituent un utile complément à qui veut approfondir les liens qui existent entre langue(s) et identité(s) féminine( s). On y trouve du reste un court texte de Yaguello. L’article de Béguelin et De Pietro (1999) permet de creuser la question de la féminisation en Suisse romande. Enfin, les textes réunis par Hainard et Kaehr (1992), en particulier Gonseth (1992), offrent une réflexion fouillée sur la question de la différenciation sexuelle.

6 Un exemple parmi tant d’autres d’emploi du féminin avec une valeur de neutre figure dans un article de l’anthropologue Ulf Hannerz (1996 : 37) qui utilise les formes anaphoriques she et her en référence au terme épicène human animal.

7 Le problème se pose de façon identique en français où dire par exemple de Jeanne d’Arc qu’elle est « l’héroïne nationale la plus remarquable » la compare implicitement au reste des citoyennes françaises. Dès lors que le jugement veut porter sur l’ensemble des Français, on devrait, si l’on adopte les règles grammaticales standards, la déclarer « héros national le plus remarquable ».

8 Gilbert Rist m’a rappelé que certaines militantes féministes latino-américaines remplacent systématiquement Hispanic par Herspanic. Les Allemandes ont de leur côté banni le pronom impersonnel man au profit de frau.

9 Le monde anglo-saxon continue toutefois à se montrer plus radical ; preuve en est notamment la publication par les presses de l’Université d’Oxford d’une nouvelle édition de la Bible « ayant éliminé toute référence à ce qui pouvait choquer ou crisper une minorité un peu susceptible » (Vandendorpe 1999). Une telle initiative paraît encore bien peu envisageable en territoire francophone.

10 Le Petit Robert donne la date de 1957.

11 Yaguello (1992 : 116) rappelle que « l’absorption du féminin par le masculin [qui] paraît un phénomène logique et universel » ne l’est en fait pas « au moins dans un cas : chez les Iroquois [où] c’est le féminin qui sert de générique ».

12 Vandendorpe (1999) s’applique à démontrer à travers une discussion approfondie que la féminisation du français conduit à une impasse.

13 Le paradigme est productif et largement utilisé de par le monde. Il y a moins de dix ans, les écoles catholiques mauriciennes classaient encore les élèves hindous, musulmans et bouddhistes sous la rubrique « païens ». Avec l’introduction de la nouvelle terminologie politiquement correcte, ils sont devenus des « autrement croyants ». On remarquera que la reconnaissance de formes de croyance « alternatives » ne gomme pas pour autant le biais religiocentrique d’une désignation demeurée englobante.

14 En majuscules dans l’original.

15 L’article de Poncet (1998) constitue un autre exemple édifiant de cette écriture donneuse de leçons qui paraît considérer que la liberté d’expression permet les raccourcis les plus désinvoltes et les amalgames les plus saugrenus.

16 Bien que déjà ancien, l’article de Lenoir (1979) analyse finement l’idée de nouvelle jeunesse inhérente à l’invention du « troisième âge » et décrit la logique de marché qui s’alimente de l’existence de cette catégorie sociale.

17 Donnant à elle seule la preuve du tourbillon déréalisant dans laquelle se situe la controverse, cette phrase emblématique est autant citée qu’elle est modifiée au travers de ces multiples occurrences, jusqu’à être vidée de sa signification.

Auteur

Anthropologue ; professeur assistant à l’Université de Lausanne.