Version classiqueVersion mobile

Les mots du pouvoir

 | 
Gilbert Rist

Lignes

Contraintes politiques et institutionnelles du discours des Nations unies

Pierre de Senarclens

Texte intégral

1Les Nations unies produisent des discours disparates, portant sur tous les aspects de la vie sociale et politique. Ces discours prennent la forme de rapports et d’études sur des thèmes d’actualité, de résolutions et de conventions. Ils ont souvent des aspects techniques, notamment lorsqu’ils concernent les affaires de l’économie. Quelles que puissent être leur diversité et leur complexité, ils ont une dimension praxéologique forte, puisque l’ONU et ses agences spécialisées ont pour mission de promouvoir la paix, le respect des droits de l’homme et le développement durable. Ces institutions exercent une autorité morale et une influence politique par les normes juridiques, les valeurs et les modèles politiques qu’elles s’efforcent de promouvoir dans l’ensemble de la société internationale. Elles jouent un rôle de premier plan dans le développement et la promotion d’une idéologie universaliste, dont les principes et les idéaux sont inscrits dans un corpus de textes irrécusables – la Charte, la Déclaration universelle des droits de l’homme, les conventions qui s’en inspirent, puis les résolutions sur le développement économique et social.

  • 1 UNDP, Global Public Goods, Oxford University Press, Oxford, 1999, p. xix.

2Ce discours, comme toute idéologie, comprend une vision de l’histoire de type eschatologique, auquel la science confère une part de légitimité, et un modèle de société valable pour le monde entier. La rhétorique produite dans les enceintes de l’ONU n’a cessé de mobiliser le registre des espérances transcendantes, des émotions qui leur sont associées, puisant dans les mythes communs des grands systèmes religieux, notamment dans la tradition judéo-chrétienne de l’histoire. « Un monde meilleur pour tous » ou « un monde libéré de la pauvreté et des souffrances qu’elle cause » sont parmi les dernières expressions de cette espérance. Ce genre eschatologique s’est manifesté depuis les origines du système dans les discours et rapports du Secrétaire général, ou dans les déclarations solennelles des chefs d’Etat et de gouvernement à la tribune de l’Assemblée générale. Il désigne à la fois les termes d’une nouvelle parousie et les malheurs du présent. Il a pour antienne les menaces de tragédies apocalyptiques imminentes et l’espoir d’une harmonie et d’un bonheur à portée de main. On pourrait multiplier à l’infini des illustrations de cette rhétorique qui oppose les espoirs de paix durable, de prospérité grandissante, de bien-être pour tous, aux tragédies du présent, en particulier des violences et de la misère qui affectent « encore » des milliards d’individus. « Nous vivons dans un monde volatile. De nouvelles opportunités contiennent des promesses toujours plus grandes en vue du bien-être et de la prospérité. Mais pris dans un réseau de tensions et de contradictions, ce monde traverse crises après crises. »1 Le discours sur le développement a d’emblée exalté les bénéfices des échanges et des communications entre les peuples tout en dénonçant le « fossé grandissant » entre les pays développés et les pays moins développés.

3Le mythe du progrès s’incarne dans la vision d’une histoire qui avance dans le sens des sociétés occidentales, celle des Etats-Unis en particulier. Au début de l’ONU, les documents officiels évoquaient simultanément les pays ou régions « arriérés », « attardés », insuffisamment développés, « moins évolués ». Le développement s’est donc exprimé en termes comparatifs et quantitatifs, avec comme modèle les Etats-Unis qui présentaient un revenu moyen par tête élevé. Le PNUD a reformulé dans les années 1990 la même vision du monde, en produisant des indicateurs de progrès plaçant les pays de l’OCDE, en particulier les Etats-Unis, en tête du mouvement historique. Il s’efforce aujourd’hui de souligner l’avancée de la démocratie dans le monde en énumérant le nombre croissant de pays régis par des régimes de ce type. Il plaide en faveur de la diversité des cultures, tout en affirmant une doctrine de la modernisation qui ignore les spécificités institutionnelles et culturelles des sociétés. Les peuples, dans cette perspective, sont voués à se convertir aux valeurs individualistes du monde occidental et aux postulats de l’économie néo-classique, tout en assumant les avancées des sciences et des techniques produites par les entreprises transnationales. Les considérations du PNUD sur l’égalité des sexes, sur la contraception, sur le développement en tant que processus « enrichissant les potentialités des individus » relèvent manifestement de ce registre.

  • 2 Pierre de Senarclens, La crise des Nations unies, PUF, Paris, 1988.
  • 3 FMI, OCDE, ONU, Banque mondiale, 2000. Un monde meilleur pour tous, brochure, <www.paris21.org/betterworld>, p. 4.
  • 4 Le nombre des pauvres était évalué à 700 millions en 1980 ; il est aujourd’hui de près d’un milliar (...)

4On reconnaît les idéologies à leur prétention de fonder l’action collective sur une base scientifique. La science et la technique ont été considérées comme les instruments privilégiés du progrès et les premiers programmes reflétèrent cette perspective2. Les statistiques, les données quantitatives, les axiomes de la science économique n’ont cessé d’inspirer l’action de l’ONU et de ses agences spécialisées. « Ces objectifs sont quantitatifs, de sorte que l’on peut suivre les progrès avec des mots et des images, mais aussi, mais surtout, avec des chiffres et des graphiques. »3 C’est en effet rassurant !4 Les indicateurs très complexes produits par le PNUD dans le cadre de ses Rapports sur le développement humain, même s’ils sont fondés sur des données très aléatoires, ont pour fonction de véhiculer par leur précision une image de rigueur scientifique. Son dernier Rapport sur le développement humain, Mettre les nouvelles technologies au service du développement humain, traduit également cette conception de la modernisation. La technologie est universelle. Elle peut servir tous les peuples. Il est vrai que dans la perspective de l’économie néo-classique, les innovations technologiques n’ont pas d’histoire, ni d’environnement institutionnel et culturel ; le marché qui les produit n’a rien à voir avec des structures oligopolistiques et des rapports de pouvoir.

Les conflits d’interprétation

5L’universalisme des Nations unies, à l’instar de n’importe quel énoncé normatif, est susceptible d’interprétations différentes pouvant légitimer des engagements politiques hétérogènes, voire antagonistes. Ses principes et ses idéaux sont une source de légitimation équivoque, les représentants des gouvernements interprétant à leur manière les obligations qu’ils commandent. Les résolutions et conventions en matière de droits de l’homme ou de développement n’ont cessé d’être invoquées de toute part, par les puissances qui défendaient l’ordre libéral aussi bien que par les gouvernements qui contestaient ses structures dominantes. Ces disputes exprimaient des représentations antagonistes de la vie en société, des régimes et des frontières politiques. Les enceintes des Nations unies sont restées le théâtre de disputes symboliques importantes, les représentants des Etats et des ONG se livrant en leur sein à une compétition incessante pour faire triompher leurs conceptions normatives.

6En fait, toute prise de position au sein de l’ONU s’inscrit dans une chaîne de légitimation remontant aux principes de la Charte et aux résolutions antérieures de l’Assemblée, de l’ECOSOC ou d’un autre organe des Nations unies. Les textes des résolutions ont souvent des consonances irréalistes, mais ils finissent par produire une nébuleuse de valeurs convergentes dont les acteurs de la scène internationale peuvent se servir pour justifier et promouvoir leur politique. C’est la raison pour laquelle les grandes disputes politiques au sein du système n’ont cessé de porter sur des mots et des phrases, dont le sens peut constituer les éléments d’une autorité symbolique. On comprend dès lors mieux pourquoi autant de ressources humaines et matérielles sont déployées par les gouvernements pour déterminer les ordres du jour des organes constitutifs, pour influencer les délibérations de l’Assemblée générale, pour infléchir le sens et la portée de ses résolutions, pour définir l’orientation des programmes qui en résultent. En fait, les résolutions de l’Assemblée générale ou les recommandations finales des conférences organisées par les Nations unies prennent d’ordinaire la forme de longues listes de prescriptions, en partie contradictoires, souvent imprécises, émaillées de considérations limitatives, que les gouvernements n’ont pas les moyens ou la volonté de respecter. Ce discours singulier est la condition d’un consensus international. L’environnement déterminant cette production normative est toujours le même : des salles fermées, plus ou moins vastes, des enfilades de bureaux, reliés par des réseaux de communication complexes impliquant les bureaucraties nationales. Cet univers a pour caractéristique d’être très éloigné des conditions de vie des populations visées par ces textes de portée normative.

7Le discours des Nations unies a reflété, au cours de son histoire, différentes constellations politiques et culturelles. L’emprise du monde occidental s’est effritée avec le mouvement de décolonisation, le changement de composition de l’Assemblée générale, les revendications croissantes des pays du tiers-monde, manifestes lors de la proclamation du « nouvel ordre économique international » (1974). Dans les années 1980 au contraire, le néolibéralisme a fait une entrée en force dans le discours des Nations unies. La désintégration de l’empire soviétique a conforté l’emprise des pays de l’OCDE sur le système des Nations unies, d’autant que les Etats-Unis l’ont soumis à une pression idéologique et politique très forte en diminuant le montant de leur contribution budgétaire. Depuis lors, la plupart des instances des Nations unies ont été contraintes de gérer la pénurie des moyens.

Le rôle des secrétariats

8Les secrétariats sont partie prenante de ces disputes idéologiques et politiques. Ils jouent un rôle important dans la production discursive du système des Nations unies. Au même titre que les administrations nationales ils constituent des structures complexes, organisées de manière hiérarchique. Les secrétariats ont des contraintes bureaucratiques spécifiques, parfois lourdes, inhérentes à la nécessité de servir des Etats dont les intérêts et les conceptions du monde sont divergents et dont les directives et les influences sont également plurielles. Ils défendent les objectifs et intérêts sectoriels de leur organisation, ce qui peut limiter le champ de leur mission au service de la Communauté internationale. La composition de leur personnel est généralement hétéroclite du point de vue idéologique et culturel, davantage que celle des administrations nationales. Cependant, les fonctionnaires internationaux, malgré le déclin régulier de leur statut économique et social, gardent un mode de vie relativement privilégié dans les grandes capitales du monde occidental. Les sphères dirigeantes du système des Nations unies ont des modes de vie et des visions du monde analogues, du fait qu’elles ont suivi des filières éducatives semblables et partagent des expériences socioprofessionnelles similaires.

9Les secrétariats ont pour mission de propager les principes, les normes et valeurs contenues dans la Charte et les résolutions de l’Assemblée générale. Ainsi le Secrétaire général de l’ONU, aussi bien que les chefs d’agence, prononcent un nombre considérable de discours justifiant les normes et les activités de l’Organisation qu’ils dirigent. En règle générale, les secrétariats disposent toutefois d’une certaine autonomie dans l’accomplissement de leur mandat, d’autant qu’ils peuvent s’appuyer sur des mouvements politiques et sociaux importants ayant une base transnationale. Leur discours est aussi l’aboutissement de disputes internes portant notamment sur le contrôle du pouvoir symbolique. Les fonctionnaires qui parviennent à s’imposer dans la rédaction des discours de leurs instances dirigeantes bénéficient d’un surcroît de prestige et d’influence susceptible de favoriser leur avancement dans la hiérarchie de l’Organisation.

10Les secrétariats sont sensibles aux configurations idéologiques et politiques dominantes au sein des Nations unies. Il suffit de suivre l’histoire des Nations unies, en particulier celle de la CNUCED, pour s’en rendre compte. Au cours des dernières décennies, les secrétariats se sont comportés parfois comme des instruments des Etats membres, en particulier des Etats-Unis, de l’Union européenne ou du Japon. Les différentes administrations américaines, de Reagan à Clinton, se faisant l’écho de la communauté financière internationale, ont utilisé les institutions de Bretton Woods pour obliger les pays pauvres à payer l’intérêt de leurs dettes, pour les engager à ouvrir leur économie au commerce international, aux capitaux étrangers et aux flux monétaires. Le Secrétaire général de l’ONU aussi bien que les chefs d’agence sont élus par les représentants des Etats. Ils se montrent d’autant plus soumis à leur pression qu’ils cherchent à se faire réélire. Les autres postes de haut niveau sont également étroitement surveillés par les gouvernements et le choix des personnes qui les assument répond à des critères essentiellement politiques. Les nominations au sein des Nations unies, notamment pour les postes de haut niveau, répondent en effet systématiquement à la volonté des gouvernements de récompenser leurs fonctionnaires nationaux, leurs anciens ministres ou leurs hauts fonctionnaires à la retraite. En outre, les organisations dont le budget provient en majeure partie de ressources extrabudgétaires, telles que l’UNICEF, le HCR et le PNUD, sont dirigées par des ressortissants des pays de l’OCDE.

11En fait, la dynamique de la mondialisation a eu pour effet d’affaiblir le rôle politique des diplomates, dont les fonctions traditionnelles ont perdu une part de leur raison d’être puisque les ministres des Affaires étrangères, les chefs d’Etat et de gouvernement, les fonctionnaires des administrations centrales négocient sans intermédiaire les problèmes touchant à des intérêts nationaux qu’ils considèrent comme sensibles. Cette réalité, qui n’est pas nouvelle, a pour conséquence de créer des confusions grandissantes entre les bureaucraties nationales et les secrétariats internationaux dans la gestion des questions que les Ministères des affaires étrangères considèrent comme d’importance marginale. Les gouvernements investissent avant tout les organisations internationales, en particulier celles dont la vocation n’est pas strictement technique, comme des espaces de représentation honorifique, et les enceintes des Nations unies sont vraisemblablement l’un des derniers espaces où les rituels diplomatiques et les discours d’Ancien Régime persistent. Leur président, leurs ministres ou leurs diplomates y font des déclarations solennelles, émaillées de propos plus ou moins substantiels, devant des assemblées plus ou moins denses, qui correspondent, en somme, à des activités discursives servant des fins de légitimation. Les gouvernements considèrent aussi l’ONU et ses agences pour les positions qu’elles peuvent offrir à leurs ressortissants, ce qui contribue à affaiblir l’idéal d’une fonction publique indépendante.

12L’orientation des positions défendues par les secrétariats reflète les contraintes politiques et institutionnelles auxquelles ils sont soumis. En règle générale, ils tendent à produire un discours minimisant les oppositions de valeurs et de conceptions politiques. Ils s’emploient à diffuser un message incontestable, tout en défendant les projets visant à emporter la conviction d’un public large et hétérogène. Avec la fin de la guerre froide, les secrétariats ont certes reçu davantage de liberté dans la mise en cause des Etats membres, mais ces critiques se sont inscrites dans le registre d’une idéologie libérale qui coïncidait avec celle des pays occidentaux.

13Il convient aussi de noter que les organisations dont les capacités opérationnelles sont faibles ou dont les missions sont mal définies, telles que l’UNESCO ou même le PNUD, investissent l’espace de la rhétorique et se caractérisent par un discours imprécis. Une bonne part de leurs ressources budgétaires est consacrée à rassembler des colloques, à produire des textes de portée normative, à lancer des idées, à engager des « projets pilotes ». Cette fonction discursive peut prendre une dimension démesurée. La rhétorique devient une espèce de « surréalité ». L’effusion discursive du PNUD depuis les années 1990 a coïncidé avec l’affaiblissement de son budget opérationnel. L’UNESCO – qui en raison de son mandat est au service de finalités très élevées – s’emploie « à promouvoir » la coopération internationale, à « renforcer » l’engagement de la communauté internationale, à « jeter les fondements d’un monde plus juste », à éliminer toute forme de racisme ou à promouvoir une « culture de la paix ». L’imprécision des projets, leur finalité extraordinaire, leur multiplication, le flou du langage traduisent les désaccords des Etats membres sur le mandat de cette organisation, ses problèmes de gestion bureaucratique, le déclin de son budget. Les organisations subissent l’influence de leur environnement socioculturel immédiat. Le discours de l’UNESCO a toujours reflété une conception très idéaliste et rhétorique de la culture, comme si la proximité du Quartier latin gênait la conception de programmes substantiels, d’orientation cohérente et pragmatique.

L’hégémonie néo-libérale

14En diffusant leurs principes et leurs idéaux, les organisations internationales assument des fonctions de propagande, dont le langage est par nécessité simple, séducteur et réducteur. La propagande n’est pas au service de la vérité scientifique, mais d’intérêts économiques et politiques. A partir des années 1990, les Nations unies se sont beaucoup rapprochées des milieux d’affaires et des grandes fondations nord-américaines, adoptant des méthodes de promotion nouvelles, par exemple le concours de personnalités médiatiques, telles que des actrices de cinéma, pour obtenir des ressources financières. L’influence de ces milieux s’est manifestée par l’irruption d’un langage stéréotypé sur les « nouveaux défis » de la mondialisation. Elle s’exprime par un discours simplificateur sur la pauvreté de masse, appréhendée dans une perspective charitable, égrenée de considérations éthiques sur l’équité, par l’énoncé de solutions pragmatiques, associant la technique à la dynamique du marché.

15Les notions de gouvernance, de société civile, de capital social, de biens publics prennent une place importante dans ce discours, parce qu’elles ont pour but de reproduire les postulats de l’économie néo-classique, de réduire l’intelligence des rapports sociaux à une grammaire individualiste et positiviste définie comme scientifique, de diffuser une analyse favorable à la dynamique du marché tout en évacuant les scories du politique. Les notions de gouvernance et de société civile en particulier véhiculent l’idée que les gouvernements n’ont pas le monopole de la puissance légitime et qu’il existe d’autres instances, notamment de nature privée, telles les entreprises et les ONG, contribuant au maintien de l’ordre en participant à la régulation économique et sociale. Elles prolongent un courant de pensée d’inspiration fonctionnaliste, qui demande une gestion pragmatique et technocratique des affaires publiques. Cependant la gouvernance est également associée à un projet démocratique, impliquant le renforcement de la société civile – terme qui n’est au demeurant jamais défini – et une meilleure participation des pauvres, des femmes en particulier, aux décisions économiques et politiques et au développement des institutions légales et judiciaires. Une telle évolution devrait s’imposer spontanément, naturellement, grâce à la prise en compte de l’ensemble des intérêts individuels. Les pesanteurs idéologiques, culturelles et politiques devraient ainsi s’effriter avec la mise en place de conditions sociales favorables à la dynamique du marché. La gouvernance serait un mode de régulation a-politique à l’édifice duquel tous les acteurs, grands et petits, apporteraient leur contribution, en vue de finalités utilitaires universelles et consensuelles révélées par le discours du PNUD et de la Banque mondiale.

16Dans cette logique, les publications de l’ONU décrivent les conditions de la pauvreté, et proposent des actions tendant à diminuer les taux de mortalité infantile, éduquer les jeunes enfants, les filles en particulier, améliorer les conditions d’hygiène. Les pauvres ont désormais des « opportunités » de sortir de leur condition, notamment grâce à la technique, aux initiatives individuelles, à la dynamique du marché. Ainsi les rapports du PNUD égrènent des histoires de femmes, ayant pris en main leur destin, entraînant leur village dans le développement, image qui rappelle les épopées du capitalisme américain, tel le mythe inépuisable du cireur de chaussures à Manhattan qui devient milliardaire. Dans la même perspective, la Banque mondiale souligne volontiers la corruption et l’arbitraire des fonctionnaires de l’Etat et les bienfaits du libéralisme. Elle produit ainsi un discours incontestable sur la pauvreté qui justifie en fait une stratégie d’essence à la fois technocratique et charitable.

17Cette propagande se nourrit également de la réflexion de consultants extérieurs, avant tout d’experts provenant des milieux académiques. Les organisations internationales ont toujours entretenu des rapports étroits avec les universitaires, mais la qualité de cette collaboration s’est affaiblie. Soumis aux contraintes du néo-libéralisme, confrontés à l’érosion de leur statut économique et social, les universitaires tendent aujourd’hui à se conformer à une logique utilitaire, s’efforçant, sous l’égide des fondations, des entreprises transnationales, des gouvernements et des organisations internationales, de concevoir et parfois de gérer les projets de recherche que les sphères dirigeantes valorisent. Ce phénomène s’est manifesté notamment dans les grandes institutions académiques américaines et anglaises, qui imposent à leurs chercheurs de trouver par eux-mêmes les moyens de subventionner leurs travaux, les mettant dans la dépendance de fondations ou d’organismes publics donnant leur propre définition des objectifs de la recherche académique. Il s’ensuit un grand conformisme politique et social, qui pèse sur la nature, la finalité, et la qualité des travaux académiques.

  • 5 Larry Sumner, ancien vice-président de la Banque mondiale, ancien secrétaire au Trésor de l’adminis (...)

18L’emprise de l’establishment américain, notamment des milieux d’affaires, sur les grandes universités américaines conforte un modèle d’analyse sociologique imprégné du behaviorism des années 1960 et des langages binaires de l’informatique5. Dans cette perspective, la vie politique et sociale n’a pas d’histoire, ni d’enracinement institutionnel et culturel. Elle est appréhendée de manière essentiellement descriptive, en termes d’oppositions simples entre ce qui est bien et ce qui est mal. Les relations sociales s’expriment par des comportements que les agrégats statistiques et les chiffres expliquent. Les problèmes ont des solutions de nature avant tout technique. Les causalités complexes, les contradictions fondamentales, les conflits sont évacués de la réflexion analytique. Les choix politiques, au même titre que la dialectique, sont en fait des reliques du passé. Ce mode de pensée trouve un écho d’autant plus favorable dans le cadre des organisations internationales et des bureaucraties nationales qu’il permet d’occulter les enjeux conflictuels de la vie internationale.

  • 6 UNDP, op. cit., p. xx.
  • 7 Ibid., p. 453.

19En 1999, le PNUD publie un ouvrage sur les biens publics globaux auquel est associée une trentaine d’auteurs, provenant presque exclusivement des universités et des fondations américaines. Cet ouvrage insiste de manière ingénue sur l’importance de mécanismes de régulation internationale en matière financière, monétaire et environnementale pour combattre la pauvreté et autres « maux publics ». La thèse centrale est simple : il faut promouvoir les biens publics à l’échelle internationale tout en éliminant les « maux publics globaux ». Pour convaincre, ses principaux auteurs proposent de calculer les bénéfices de l’éducation en prenant les revenus d’une personne bien formée et en les comparant aux revenus qu’elle aurait obtenus au cours de sa vie sans instruction (sic)6. Dans le domaine des droits fondamentaux de la personne, ils admettent que certains pays n’en tirent pas tous les avantages, puisqu’en recourant à la répression, ils doivent supporter des coûts, à savoir des charges matérielles négatives, en termes de développement et des inefficacités (sic)7. On aurait dû y penser avant !

20Les idéologies, les institutions qui les servent, ont pour fonction la défense d’intérêts acquis. Ainsi, le discours sur le développement ou l’humanitaire justifie dans une large mesure le statu quo politique, puisqu’une part disproportionnée du budget du système est dépensée dans les pays riches et entretient des coûts administratifs qui n’ont qu’un lointain rapport avec ses missions d’assistance aux populations défavorisées. Il soutient des buts d’une valeur incontestable, tels que l’amélioration des soins de santé primaire dans les pays pauvres, tout en escamotant la défense de stratégies portant atteinte aux intérêts des grandes puissances et en masquant les violences structurelles inhérentes aux rapports de domination et d’hégémonie. La notion de bonne gouvernance mise en avant par la Banque mondiale et suivie par le PNUD, alors que ses programmes d’ajustement structurel échouaient, tend à faire porter la responsabilité principale de la pauvreté sur les élites dirigeantes des pays concernés. La promotion de la technologie par ces organisations, par exemple des OGM, fait le jeu des entreprises transnationales qui en maîtrisent le développement et la commercialisation. La propagande de l’ONU et de ses agences spécialisées a également pour fonction d’occulter l’écart entre les idéaux qu’elles proclament, par exemple au départ de grandes conférences, et les résultats tangibles que les Etats assument dans ce cadre en adoptant par consensus des recommandations finales et des programmes d’action.

21Les Nations unies défendent des principes et des idéaux, dont la réalisation est toujours en partie hors d’atteinte. L’idéologie universaliste, la propagande qui la sert, sont donc source de déconvenue. Cependant les illusions font partie intégrante de la vie sociale, de la vie politique en particulier. En l’occurrence, l’humanité a besoin d’une utopie directrice et il serait absurde de reprocher à l’ONU et à ses agences spécialisées les efforts que les peuples et les gouvernements engagent dans leur quête du bien commun, en particulier pour développer une Communauté internationale. Il n’est toutefois pas acceptable qu’elles deviennent des instruments des Etats-Unis, surtout au moment où ce pays donne tant de signes de rupture avec ses principes universalistes. Le langage du libéralisme économique, les projets qu’il véhicule, ne doivent pas se substituer au discours universaliste des Nations unies, car la dynamique du marché n’offre aucun principe d’intégration politique et sociale.

Notes

1 UNDP, Global Public Goods, Oxford University Press, Oxford, 1999, p. xix.

2 Pierre de Senarclens, La crise des Nations unies, PUF, Paris, 1988.

3 FMI, OCDE, ONU, Banque mondiale, 2000. Un monde meilleur pour tous, brochure, <www.paris21.org/betterworld>, p. 4.

4 Le nombre des pauvres était évalué à 700 millions en 1980 ; il est aujourd’hui de près d’un milliard et demi ou même deux fois plus, selon la mesure que l’on accorde à la différence entre un et deux dollars pour définir les conditions de misère.

5 Larry Sumner, ancien vice-président de la Banque mondiale, ancien secrétaire au Trésor de l’administration Clinton, est aujourd’hui président de Harvard.

6 UNDP, op. cit., p. xx.

7 Ibid., p. 453.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search