Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les mots du pouvoir

 | 
Gilbert Rist

Lignes

Les rapports des organisations internationales : un discours constituant?

Dominique Maingueneau

Texte intégral

1Dans cet article je vais m’intéresser au discours des organisations internationales, plus exactement à un genre de discours privilégié de ces organisations : le « rapport ». Ce dernier, à la différence d’autres genres, en particulier ceux à usage interne, est en quelque sorte la vitrine des organisations internationales, la représentation qu’elles donnent d’elles-mêmes au monde extérieur.

2Il existe diverses disciplines qui prennent en charge l’étude du discours, chacune étant gouvernée par un intérêt spécifique ; j’adopte ici le point de vue de l’analyse du discours, qui appréhende les énoncés comme intrication d’un texte et d’un lieu social. Son objet n’est donc ni l’organisation textuelle ni la situation de communication, mais ce qui les noue à travers un mode d’énonciation. Penser les lieux indépendamment des paroles qu’ils autorisent, ou penser les paroles indépendamment des lieux dont elles sont partie prenante, c’est donc rester en deçà des exigences qui fondent l’analyse du discours.

3Celle-ci accorde ainsi un rôle central à la catégorie du genre de discours, considéré, au-delà de toute extériorité simple entre « texte » et « contexte », comme un dispositif de communication à la fois social et verbal, historiquement défini. Dans cette optique ne seront pas appelées « genres » des catégories comme le narratif, le descriptif, le polémique, etc., mais des pratiques verbales comme le journal quotidien, l’émission télévisée, la dissertation philosophique, etc., rapportées à une société déterminée. L’analyste du discours privilégie les conditions matérielles de la communication, les rôles qu’elle implique pour ses participants, les contrats tacites qui s’établissent entre eux, son support matériel, les contraintes qui pèsent sur l’organisation textuelle, etc.

Les discours constituants

  • 1 Sur cette notion, voir Dominique Maingueneau, « Analysing Self-constituting Discourses », Discourse (...)

4Dans cette brève contribution je ne vais pas faire une analyse linguistique un peu technique des rapports publiés par les organisations internationales, mais seulement me demander s’ils relèvent ou non des « discours constituants »1.

5Cette notion s’est imposée à moi à la suite de recherches que j’ai menées en particulier sur les discours religieux, scientifique, philosophique, littéraire. Me rendant compte que bien des catégories d’analyse étaient aisément transférables d’un discours à l’autre, j’en suis venu à l’hypothèse qu’il existait une aire spécifique au sein de la production verbale d’une société, celle des discours que j’ai proposé d’appeler « constituants », qui partagent un certain nombre de propriétés quant à leurs conditions d’émergence, de fonctionnement et de circulation.

6Pour éclairer la notion de discours « constituant » on peut partir d’une remarque banale : quand il y a débat sur un problème de société, on sollicite les avis d’individus qui parlent au nom de la religion, de la science, de la philosophie… car il s’agit des discours qui sont censés avoir la plus grande autorité. Ce sont en quelque sorte les discours ultimes, ceux qui, en se confrontant à un Absolu, donnent sens aux actes de la collectivité, ceux au-delà desquels il n’y a plus que de l’indicible. Zones de parole parmi d’autres et paroles qui se prétendent en surplomb de toute autre, ces discours limites (c’est-à-dire placés sur une limite et traitant de la limite) doivent gérer textuellement les paradoxes qu’implique leur statut. Avec eux se posent dans toute leur acuité les questions relatives au charisme ; pour ne s’autoriser que d’eux-mêmes ils doivent en effet se poser comme liés à une Source légitimante : statut singulier d’une position énonciative qui participe à la fois du monde ordinaire des hommes et des forces qui l’excèdent.

7Ici l’adjectif « constituant » exploite deux axes sémantiques de constituer et de son dérivé nominal constitution :

    • 2 Le terme « pragmatique » a une valeur très instable :
      Comme discipline, la pragmatique est courammen (...)

    la constitution comme acte d’établir légalement ; on s’inscrit ici dans le prolongement de certains courants pragmatiques2 qui, liant étroitement l’énonciation à sa légitimation, caractérisent le discours comme instaurant les modalités de sa propre émergence ;

  • la constitution comme mode d’organisation, agencement de constituants ; l’analyse a également affaire à des totalités textuelles construites sur des relations de cohésion/cohérence.

8Ainsi, à travers les opérations énonciatives par lesquelles s’institue le discours s’articulent l’organisation textuelle et l’organisation institutionnelle que tout à la fois il présuppose et structure. Il s’agit alors pour l’analyste de mettre en évidence l’intrication d’une représentation du monde et d’une activité énonciative. Le « contenu » du discours apparaît indissociable de la manière dont il gère sa propre émergence, l’événement de parole qu’il institue.

9En fait, un discours constituant est à la fois auto- et hétéroconstituant : seul en effet un discours qui se constitue en thématisant sa propre constitution peut jouer un rôle constituant à l’égard d’autres. Cela ne signifie pas que les multiples autres types d’énoncés (les conversations, la presse, les documents administratifs, etc.) n’ont pas d’action sur eux ; bien au contraire, il existe une interaction continuelle entre discours constituants et non constituants, de même qu’entre discours constituants. Mais il est dans la nature de ces derniers de dénier cette interaction ou de prétendre la soumettre à leurs principes.

10Les discours constituants sont multiples et concurrents, bien que chacun puisse avoir à un moment ou à un autre la prétention d’être souverain. Longtemps le discours philosophique s’est conféré le droit d’assigner sa place aux autres (religion, science, littérature…), prétention constamment contestée par ceux qu’il entendait se subordonner. De son côté, le discours scientifique ne peut se poser sans conjurer à chaque instant la menace que représentent pour lui les autres discours, qui à leur tour ne cessent de renégocier leur statut par rapport à lui. Cette pluralité est irréductible : chaque discours constituant ne fait qu’un avec la gestion de cette impossible coexistence, il apparaît ainsi à la fois intérieur et extérieur aux autres, qu’il traverse et dont il est traversé.

  • 3 C’est ce que nous essayons de développer dans Dominique Maingueneau, Genèses du discours, Mardaga, (...)

11Le conflit ne s’exerce pas seulement entre les divers discours constituants, il s’exerce aussi à l’intérieur des discours constituants eux-mêmes, qui se présentent comme un espace de conflit permanent entre divers positionnements. C’est une caractéristique des sociétés modernes que les cadres de référence idéologiques y fassent l’objet d’un débat constant. Cette notion de « positionnement » (doctrine, école, théorie, parti, tendance…) est très pauvre ; elle implique seulement que l’on rapporte les énoncés à diverses identités productrices de discours qui se délimitent les unes les autres. L’unité d’analyse pertinente n’est donc pas le discours en lui-même, mais le système de relations aux autres discours, l’interdiscours à travers lequel il se constitue et se maintient3.

  • 4 Dans la tradition grecque l’« herméneia » est plutôt du côté de l’expression, de la manifestation d (...)

12Tout discours constituant s’ordonne autour de textes-sources, indissociables d’institutions qui garantissent qu’il est requis de les interpréter et disent qui est autorisé à le faire. On peut parler ici de « cadre herméneutique », dans lequel le sens du texte excède irrévocablement les capacités de ses interprètes : ces derniers auront beau faire, ils ne pourront épuiser l’« herméneia »4, la parole essentielle que la Source réserve à qui sait lire. Une telle herméneia ne ressortit pas aux intentions communicatives ordinaires, elle ne saurait être rapportée à une conscience prise dans les normes qui président à l’échange verbal : le texte n’a pas d’auteur au sens usuel, son « auteur » n’est tel que d’être le ministre d’une Instance sans visage. Décalage qui, en même temps qu’il dépossède son « auteur », donne autorité à l’œuvre et requiert pour elle des interprètes. Se poser en énonciateur d’un texte constituant, ce n’est pas parler en son nom propre mais suivre la trace d’un Autre, en qui s’incarnent la Tradition, la Vérité, la Beauté… A l’écrivain hanté par quelque Muse font écho le prédicateur habité par l’Esprit ou le rédacteur du Code civil, porte-parole contingent de la voix du Peuple.

  • 5 Régis Debray, Cours de médiologie générale, Gallimard, Paris, 1991.

13Les textes relevant des discours constituants sont à la fois plus ou moins fermés sur leur organisation interne et réinscriptibles dans d’autres discours et dans des contextes différents. On est ainsi obligé de prendre en compte la dimension médiologique du discours, pour reprendre le terme de Régis Debray5, c’est-à-dire les modalités de support et de transport des énoncés. Le « contenu », en effet, n’est pas indépendant du dispositif de transmission, il implique l’ensemble du dispositif de communication qui rend possible le texte.

14L’énoncé qui relève d’un discours constituant se place à l’intérieur d’une hiérarchie de genres de discours : il y a des énoncés plus « prestigieux » que d’autres, car plus proches de la Source authentifiante : la grande philosophie, la haute théologie, la science noble… sont toujours doublées d’autres genres, moins nobles : manuels scolaires, sermons dominicaux, revues de vulgarisation… Une hiérarchie s’instaure entre les textes fondateurs, en quelque sorte « autoconstituants », et ceux qui les commentent, les résument, les interprètent… Certains textes deviennent ce qu’on pourrait appeler des « archétextes » ; ainsi L’Ethique de Spinoza ou La République de Platon pour la philosophie, les écrits des Pères de l’Église pour le discours chrétien… Mais, bien entendu, l’établissement du canon des archétextes légitimes fait l’objet d’un incessant débat entre les positionnements, chacun cherchant à imposer ses propres archétextes et l’interprétation qu’il juge orthodoxe.

Le discours des organisations internationales

15Pour une conception du discours que l’on pourrait dire « représentationniste », les genres de discours « expriment », « reflètent » « l’idéologie » d’un lieu, d’un groupe ; dans le cas qui nous intéresse, on verrait par exemple dans les rapports de la Banque mondiale « l’expression » de « l’idéologie » de cette organisation ou de ceux qui la dominent. En fait, il est plus pertinent de raisonner en termes d’« institution discursive », c’est-à-dire de faire jouer la relation dans les deux sens : d’un côté, les rapports des organisations internationales sont des institutions de discours, des dispositifs de production verbale institutionnalisés, mais d’un autre côté ces rapports permettent aux organisations de se constituer comme telles : les genres de discours spécifiques de ces organisations n’adviennent pas comme un « supplément » qui exprimerait des contenus de pensée déjà là, ils sont à la fois leur produit et la condition de leur identité.

  • 6 World Bank, World Development Report 2000/2001 : Attacking Poverty, published by Oxford University (...)

16Cela se traduit dans le fonctionnement énonciatif : les textes des rapports des organisations internationales sont aussi le lieu où s’autolégitime la communauté discursive qui produit ces textes. En d’autres termes, ces textes parlent du monde (du développement économique, de la démocratisation, des budgets, etc.) et, dans le même mouvement, légitiment les instances qui parlent ainsi du monde. On le voit de manière presque caricaturale dans la préface du rapport de la Banque mondiale (2000) sous la plume du président, James D. Wolfensohn : « Poverty amid plenty is the world’s greatest challenge. We at the Bank have made it our mission to fight poverty with passion and professionalism, putting it at the center of all the work we do. »6 Le constat de la misère du monde est immédiatement suivi par l’autoqualification des auteurs. Le « we » réfère en effet à la fois à la Banque mondiale en tant qu’entité du monde, considérée indépendamment du discours, et aux énonciateurs du texte qui contient ce « we » : en tant qu’énonciateurs qui écrivent ce rapport-ci, ils luttent performativement contre la misère qui est introduite dès les premiers mots du texte.

  • 7 Cette notion n’est pas stabilisée en analyse du discours. Je l’ai introduite (Genèses du discours, (...)

17On voit ici l’intérêt du concept de « communauté discursive »7, qui désigne ces groupes qui n’existent que par et dans l’énonciation de textes qu’ils produisent et font circuler : il y a intrication d’une certaine configuration textuelle et du mode d’existence d’un ensemble défini d’individus. Phénomène d’enveloppement réciproque : la communauté est cimentée et légitimée par les discours qui sont le produit de cette communauté. C’est la question de la médiation, des intermédiaires, qui est ainsi engagée : les rapports des organisations internationales ont beau avoir une portée globale, prétendre traiter des problèmes de l’ensemble de l’humanité, ils sont élaborés localement, dans des lieux institutionnels restreints qui ne s’effacent pas derrière leur production, qui la façonnent à travers la manière de vivre d’agents qui n’ont rien de médiateurs transparents. Dans cette perspective, toute étude des énoncés qui s’interroge sur leur mode d’émergence, de circulation et de consommation sans prendre en compte le fonctionnement des groupes qui les produisent et les gèrent ne peut qu’être réductrice.

18Les rapports des organisations internationales ne sont pas de ces genres de discours que personne ne lirait et dont l’existence serait imposée par des obligations d’ordre juridique (comme ces règlements ou ces consignes placardés dans un coin d’usine) ; en fait, ils sont lus par des experts (et non par l’ensemble de l’humanité…), capables d’en extraire des contenus implicites à partir d’indices d’ordres variés (qui vont de la présentation matérielle à des éléments « doctrinaux »). En matière d’extraction d’implicites on peut en effet distinguer trois grands types de textes :

  • les implicites que l’on extrait des interactions verbales ordinaires (« Il se fait tard » implicitant par exemple « Il faut que tu partes ») ;

  • les implicites qu’on pourrait dire énigmatiques, c’est-à-dire ceux qui s’inscrivent dans ce que nous avons appelé un « cadre herméneutique » : interprétation de textes littéraires, religieux, philosophiques… Ils concernent surtout les textes relevant de discours constituants, que seuls les herméneutes autorisés sont censés lire pleinement ;

  • les implicites pour experts : un rapport d’organisation internationale ou un rapport de soutenance de thèse, par exemple, sont déchiffrés par des lecteurs qui savent « lire entre les lignes ». Les rapports des organisations internationales ont pour public cible les décideurs ou les conseillers politiques ou économiques, les fonctionnaires internationaux, en clair ceux qui participent des organisations internationales ou de mondes qui en sont connexes.

19Pour ce dernier type d’implicite, on a typiquement affaire à un phénomène de « double adresse », en ce sens que deux publics sont visés simultanément. Le public officiel des rapports des organisations internationales (celui de la scène d’énonciation construite par le texte), c’est tout homme ou toute femme de bonne volonté, tout membre de l’humanité sachant lire la langue dans laquelle est écrit le rapport. Mais le lectorat effectif visé est celui des experts, pour qui ces textes ne font pas sens seulement par leur contenu, mais aussi par leur relation à un intertexte (les rapports antérieurs du même genre ou des textes d’autres genres) et en fonction du savoir dont ils disposent sur les rapports de force dans le monde et à l’intérieur des organisations internationales. Pour ces lecteurs experts, les rapports des organisations internationales sont des sources d’informations qui peuvent être utiles à divers titres : pour prendre une décision, pour prévoir certaines évolutions, pour rédiger un autre rapport, etc.

20Par définition, ce genre de discours entretient des relations complexes avec la position d’auteur. Considérons le Rapport mondial sur le développement humain 2000, publié par les Nations unies. On notera l’intéressante ambiguïté du titre : « mondial » peut se lire aussi bien en termes de génitif subjectif que de génitif objectif : un rapport qui porte sur le monde/un rapport qui est fait par le monde. Comme « le monde » en tant que tel ne peut pas parler, c’est l’ONU qui parle en son nom. On retrouve ici le statut singulier de l’ONU, qui est censée être l’expression de l’Humanité, du monde, lequel monde s’autoanalyse, dans une réflexivité qui est lourde de bien des paradoxes.

21Le texte de ce rapport présente deux couches d’auctorialité : a) une « préface » signée par Mark Malloch Brown, le président ; b) le rapport proprement dit, qui est par définition anonyme et attribué à l’ONU considérée comme collectivité indivisible. Le contraste entre les deux plans est marqué linguistiquement par le passage d’un texte énoncé au je à un texte où le couple je-tu est méthodiquement absent ; mais le rapport établit lui-même le lien entre le Texte en majesté, sans auteur, et les institutions empiriques qui l’ont produit. A la fin de la préface on donne en effet dans un encadré la liste des « Membres de l’équipe chargée de l’élaboration du rapport », liste qui, entre autres fonctions, vise à montrer, par la diversité ethnique des patronymes, que l’Humanité dans sa diversité y est représentée : « Philip Alston, Sudhir Anand, Abdullahi A. An Na’im, Radhika Coomaraswamy, Meghnad Desai […] ».

22Dans cette préface on trouve également des avertissements qui semblent avoir une double fonction : « Comme toutes les éditions précédentes, ce Rapport mondial sur le développement humain se distingue par sa totale indépendance d’esprit et par la hardiesse de sa pensée 126 » (Préface, p. iii). « Les analyses et les recommandations exprimées dans ce rapport ne reflètent pas nécessairement les idées du Programme des Nations unies pour le développement, de son conseil d’administration ou de ses États membres » (Préface, p. iv).

23A un niveau immédiat, on peut y voir une simple précaution ; à un second niveau, on peut y voir la volonté de légitimer ce texte comme n’étant pas simplement l’émanation d’une organisation mais comme inspiré par un Esprit, majuscule, libre comme tout esprit véritable, en excès des institutions. En s’autorisant ainsi, le texte entend se donner un sens plus haut. Ici l’on rejoint le processus de légitimation des locuteurs des discours constituants. Le Rapport du PNUD prétend ainsi ne pas ressortir aux intentions communicatives ordinaires : son texte n’a pas d’auteur au sens usuel. La commission qui l’a élaboré, comme les conciles de l’Église, a seulement laissé parler en elle quelque transcendance.

  • 8 Sur cette notion, voir Ruth Amossy (éd.), Images de soi dans le discours. La construction de l’etho (...)

24Une autre caractéristique de ce genre de discours est le « ton » très particulier de son énonciation, qui le fait passer facilement pour « ennuyeux », « pesant », parangon de la « langue de bois » pour tout dire. Ce ton est lié en particulier à l’absence de marques d’interaction et de modalisations évaluatives, à l’effacement de renvois réflexifs aux instances d’énonciation, à un usage de la langue qui se refuse à toute esthétisation. Autant de traits d’un ethos bien caractérisé. Je rappelle que l’ethos, depuis la rhétorique aristotélicienne, est l’image que le destinataire se construit du locuteur à travers la manière dont ce dernier s’exprime8 ; il s’agit d’une représentation façonnée par le discours, mais qui s’appuie sur des stéréotypes historiquement spécifiés qui préexistent au discours. En effet, la légitimation du discours ne passe pas seulement par l’articulation de contenus, elle est portée par un énonciateur « garant », dont la « corporalité » plus ou moins vague est construite dans le mouvement même de la lecture. Les « idées » s’y présentent à travers une manière de dire qui est aussi une manière d’être, associée à des représentations et des normes de « tenue » du corps en société : il existe un « monde éthique », un univers de comportements stéréotypés communément associés à la bureaucratie sur lequel se détache chacune des énonciations qui émanent des organisations internationales et que ces textes confirment ou infirment.

  • 9 Sur cette notion, voir Dominique Maingueneau, Le contexte de l’œuvre littéraire, Dunod, Paris, 1993 (...)
  • 10 Le terme « interlangue » correspond à deux notions très différentes en linguistique. Dans les théor (...)
  • 11 En linguistique on parle d’« acceptions » quand les diverses significations d’une unité lexicale so (...)

25Cet ethos ne peut être dissocié d’un certain « code langagier »9, c’est-à-dire de la manière spécifique qu’ont les genres onusiens d’investir la diversité des langues naturelles. Ces textes, en effet, ne se développent pas dans la compacité d’une langue, mais à travers une « interlangue », un espace de confrontation des variétés langagières : variétés « internes » (usages de telle profession, niveaux de langue, dialectes…) ou variétés « externes » (idiomes « étrangers »)10. Distinction au reste relative dans la mesure où l’écart entre langue « étrangère » et « non étrangère » n’est pas invariant (pour un Européen lettré le latin, pendant longtemps, n’a pas été une langue « étrangère » et c’est le cas de l’anglais pour beaucoup de fonctionnaires internationaux). Dans cette notion de « code langagier » s’associent l’acception11 de système sémiotique permettant la communication et celle de code prescriptif : le code langagier que mobilise le discours est en effet celui à travers lequel il prétend qu’il faut énoncer, le seul légitime eu égard à l’univers de sens qu’il instaure. Il est compréhensible que les discours constituants entretiennent ainsi un rapport essentiel à l’interlangue : dès lors qu’on opère sur la frontière du dicible et de l’indicible la question de la langue devient cruciale ; mais cela est vrai aussi de tout énoncé qui prétend avoir une autorité forte, qui prétend s’inscrire et faire événement.

26Les rapports des organisations internationales sont des genres de textes qui, certes, sont écrits en français, en anglais ou dans un autre idiome, mais qui, en droit, ne sont écrits ni en français, ni en anglais, ni en aucune langue naturelle, mais dans la convertibilité généralisée des multiples idiomes de l’humanité. De là une impression très particulière pour les lecteurs : le texte est écrit dans un idiome particulier, mais il en semble détaché. En un sens il n’est écrit que dans le « code langagier » onusien, qui se caractérise par une prétention à l’effacement des spécificités, qu’elles soient culturelles ou linguistiques, comme le manifeste la diversité ethnique de la commission rédactrice.

27L’ethos « neutre » n’est donc pas le même quand il s’agit d’un texte juridique, d’un texte scientifique, d’un texte onusien, etc. Le code langagier d’un idiome sans particularités donne à l’ethos distancié des énonciateurs des rapports des organisations internationales un étrange angélisme, celui d’un médiateur transparent entre l’ONU et l’humanité qui la mandate. Cet angélisme, à chaque fois qu’il est réussi, vient conforter l’instance d’énonciation qui le porte, selon un processus en boucle d’étayage réciproque entre énoncé et énonciation : le monde que configure l’énonciation des rapports des organisations internationales est un monde homogène, indifférent aux variations ethniques, géographiques, et intégralement accessible aux experts, autant de propriétés en quelque sorte incarnées dans cette énonciation neutralisée.

  • 12 Jean-Claude Beacco, « Les genres textuels dans l’analyse du discours : écriture légitime et communa (...)

28Cela n’est pas sans incidence sur le statut de l’énonciateur. Les rapports des organisations internationales sont écrits dans un idiome qui fonctionne de manière qu’on pourrait dire restreinte, en n’exploitant qu’un nombre limité de ses possibilités syntaxiques et lexicales, projetant ainsi la figure d’un énonciateur « sur la réserve », qui a expulsé de lui sa singularité. Mais cela n’est évidemment que la prétention attachée à ce discours ; pour le monde extérieur ce code langagier est facilement identifiable comme un discours de spécialité parmi bien d’autres : le français (l’anglais, le chinois, le russe…) des organisations internationales. On notera ici l’intérêt de la notion de communauté discursive translangagière, introduite par Jean-Claude Beacco12 pour désigner ces communautés internationales où les échanges s’effectuent ordinairement en plusieurs langues naturelles : communautés scientifiques qui se rassemblent dans des congrès internationaux, entreprises multinationales, organisations internationales (UNESCO, Organisation des Nations unies…) dont les langues de travail officielles sont multiples. Ces communautés apparaissent comme des lieux dans lesquels les discours sont produits à travers les mêmes genres ; la seule variable apparente semble alors être la langue utilisée.

Le discours des organisations internationales : un simulacre de discours constituant

  • 13 C’est nous qui soulignons.

29A-t-on affaire, avec ces rapports des organisations internationales, à des genres qui relèvent d’un nouveau discours constituant ? Pour qu’il s’agisse de discours constituant, il faudrait qu’ils ne relèvent pas du discours politique, au sens habituel du terme. Le discours politique, en effet, n’est pas un discours constituant, mais un discours qui est médiateur entre les discours constituants et la doxa, ce qui explique les rapports très ambigus qu’il ne peut manquer d’entretenir avec les médias, aujourd’hui comme à l’époque de la démocratie grecque. Chaque positionnement dans le champ politique s’oppose à ses concurrents en s’appuyant, en fonction de son identité, sur tels ou tels discours constituants : les discours technocratiques s’appuient principalement sur les sciences économiques, les discours fondamentalistes sur le discours religieux, les discours communistes s’appuyaient sur le discours philosophique… On ne peut donc pas considérer le discours des organisations internationales comme relevant du discours politique : il ne s’oppose pas à d’autres sur un même champ, puisqu’il bénéficie par définition d’un monopole énonciatif. Il implique une scène d’énonciation très remarquable, dans laquelle c’est l’Humanité représentée par une institution qui s’adresse aux hommes, appréhendés dans leur multiplicité. Ce discours qui prétend dire l’Universel par la bouche d’un Énonciateur universel peut se croire en droit d’excéder les limites du politique. On le voit dès les premières lignes de la préface du Rapport mondial sur le développement humain 2000 de l’ONU, qui se présente de manière oblique comme différent du discours politique : « La lutte pour les droits de l’homme fait depuis toujours partie intégrante du mandat de l’ONU : c’est ce qu’énoncent à la fois la Charte des Nations unies et la Déclaration universelle des droits de l’homme. Cependant, tout au long de la guerre froide, les débats sérieux sur les relations entre ce concept et la notion de développement ont trop souvent été faussés par le discours politique13 » (Préface, p. iii).

30Mais si le discours des organisations internationales ne relève pas à proprement parler du discours politique, faut-il pour autant y voir un discours constituant ? La réponse à cette question n’est pas simple. Si l’on considère la prétention énonciative de ce discours, telle qu’elle ressort de ses modalités d’énonciation, il est constituant par la manière même dont il s’institue. Mais si l’on considère les propriétés des discours constituants, on ne peut qu’être sceptique. L’Absolu dont pourrait se réclamer un tel discours ne peut que faire défaut : il ne suffit pas que l’ensemble des gouvernements délègue des représentants pour qu’on ait affaire à un Absolu que des positionnements concurrents veulent s’approprier, à un discours porté par une Tradition, un ensemble de textes consacrés, lus par des herméneutes autorisés. Il me semble plutôt que l’on a affaire à un discours qui serait le simulacre d’un discours constituant. Le fait que les textes des organisations internationales soient produits par une institution qui se pose en surplomb de toute institution politique et possède un monopole énonciatif permet de produire un simulacre d’universalité fondée sur un Absolu. De par la position singulière que les organisations internationales occupent dans l’espace des productions verbales, leur discours ne peut pas fonctionner comme un discours politique au sens habituel du terme, mais il n’accède pas pour cela au statut de discours constituant. Pour qu’il accède à un tel statut, il faudrait qu’il soit l’équivalent du mythe dans les sociétés primitives, ce qui est – du moins dans l’état actuel des choses – incompatible avec le fonctionnement des sociétés complexes contemporaines.

31Ce caractère de « simulacre » se retrouve dans la relation ambiguë des organisations internationales à leur propre champ. Les discours constituants, on l’a vu, supposent l’existence d’espaces conflictuels où chaque « positionnement » se définit par rapport aux autres. Ce qui, en surface, se traduit par de nombreuses polémiques. Dans le cas des textes produits par les organisations internationales il y a aussi des rivalités, chaque organisation cherchant à imposer sa propre conception du « développement » ou du « progrès », mais ces luttes sont vouées à rester dans l’ombre ; elles ne sont lisibles que par les experts. Les rendre visibles, ce serait ruiner la légitimité même de ces institutions, ainsi prises dans une « double contrainte » : il faut se distinguer pour avoir une identité, il ne faut pas se distinguer pour parler de manière autorisée, pour être l’Autorité même.

32En fait, dans ses modalités d’élaboration, un rapport des organisations internationales ne diffère pas des rapports rédigés par des appareils comme les partis politiques ou les syndicats. Il s’agit de textes qui servent de cadre d’orientation pour un groupe rassemblé autour d’un projet d’ordre idéologique, et qui résultent de négociations serrées entre différentes positions ; dans ces genres de discours il se produit aussi un décalage entre les rédacteurs empiriques et la position d’Auteur, qui est attribuée à une instance transcendante qui fonde l’institution (le parti X agissant au nom du Socialisme, de la Liberté, de la France, des Travailleurs…). Mais si le discours des organisations internationales est constituant, il doit se poser non pas comme discours de compromis entre des points de vue, mais comme fondé sur l’Absolu, non pas comme produit par des fonctionnaires et des experts mais comme produit par des hommes ou des femmes qui s’autorisent de cet Absolu. Or ce ne peut pas être le cas. Il ne reste plus que des effets de simulacre, la légitimation de ce discours oscillant entre le philosophique, le religieux et le scientifique : d’un côté le renvoi à une philosophie/religion de l’humanité qui ne peut qu’être très vague, de l’autre le renvoi à des savoirs où l’économie se taille la part du lion.

Notes

1 Sur cette notion, voir Dominique Maingueneau, « Analysing Self-constituting Discourses », Discourse Studies, vol. 1, n° 2, 1999, pp. 175-199.

2 Le terme « pragmatique » a une valeur très instable :
Comme discipline, la pragmatique est couramment définie comme l’étude de l’usage du langage, par opposition à l’étude du système linguistique. En général, pour les pragmaticiens la signification des énoncés est conçue comme le produit d’instructions attachées à certaines classes de mots.
Certains réservent la dénomination d’« approche pragmatique » à un courant spécifique d’étude du discours qui considère comme « pragmatique » toute théorie qui place en son centre des notions comme celle de connaissance partagée et d’inférence. A cette approche est en effet associée une conception inférentielle du sens, selon laquelle les sujets parlants construisent des inférences, en s’appuyant sur le contexte et sur le présupposé que les maximes conversationnelles sont partagées par les deux partenaires. L’intersubjectivité est ainsi au cœur de la sémantique.
Dans son acception la moins spécifiée, la pragmatique apparaît moins comme une discipline que comme une manière de caractériser une certaine conception du langage, et plus généralement de la communication, qui récuse une étude immanente du système linguistique. Une telle conception du langage reprend certaines préoccupations de la rhétorique traditionnelle en mettant au premier plan la force des signes et le caractère actif du langage. Elle insiste aussi sur sa réflexivité fondamentale (le fait qu’il réfère au monde en montrant sa propre activité énonciative), son caractère interactif, son rapport essentiel à un cadre permettant d’interpréter les énoncés, sa dimension juridique (l’activité de parole est sous-tendue par un réseau serré de droits et d’obligations). A ce titre, la pragmatique traverse l’ensemble des sciences humaines ; elle désigne moins une théorie particulière que l’entrecroisement de divers courants qui partagent un certain nombre d’idées-forces. En particulier la sémiotique inspirée du philosophe américain C. S. Peirce, la théorie des actes de langage, sur ce que l’on fait en parlant, l’étude des inférences que tirent les participants d’une interaction, les travaux sur l’énonciation linguistique, qui se sont développés en Europe avec C. Bally, R. Jakobson, E. Benveniste, A. Culioli, les recherches sur l’argumentation, l’étude de l’interaction verbale, en particulier d’inspiration ethnométhodologique ou psychosociologique…

3 C’est ce que nous essayons de développer dans Dominique Maingueneau, Genèses du discours, Mardaga, Liège, 1984.

4 Dans la tradition grecque l’« herméneia » est plutôt du côté de l’expression, de la manifestation du logos intérieur ; nous sommes aujourd’hui habitués, au contraire, à associer l’herméneutique à la seule interprétation.

5 Régis Debray, Cours de médiologie générale, Gallimard, Paris, 1991.

6 World Bank, World Development Report 2000/2001 : Attacking Poverty, published by Oxford University Press for the World Bank, Washington, D.C., 2001 [2000], p. v.

7 Cette notion n’est pas stabilisée en analyse du discours. Je l’ai introduite (Genèses du discours, op. cit.) pour insister sur le fait que les modes d’organisation des hommes et de leurs discours sont indissociables, que les doctrines sont inséparables de la structure des institutions qui les font émerger et les maintiennent. On peut élargir cette notion à toute communauté de communication restreinte organisée autour de la production de discours, quelle qu’en soit la nature : journalistique, scientifique, etc. Leurs membres partagent un certain nombre de modes de vie, de normes, etc. On peut se demander si la communauté discursive doit n’inclure que les producteurs de textes ou s’étendre à ceux qui participent à leur élaboration ou à leur diffusion. La problématique de la communauté discursive est devenue à partir des années 1990 un espace de recherche particulièrement actif, mais elle doit être spécifiée pour prendre en compte la diversité des types de discours.

8 Sur cette notion, voir Ruth Amossy (éd.), Images de soi dans le discours. La construction de l’ethos, Delachaux et Niestlé, Lausanne, 1999.

9 Sur cette notion, voir Dominique Maingueneau, Le contexte de l’œuvre littéraire, Dunod, Paris, 1993, pp. 101 et ss.

10 Le terme « interlangue » correspond à deux notions très différentes en linguistique. Dans les théories de l’apprentissage des langues étrangères il désigne la langue intermédiaire utilisée transitoirement par l’apprenant, qui mêle langue de départ et langue d’arrivée. Mais ici « interlangue » est pris avec un sens tout autre (Dominique Maingueneau, Le contexte de l’œuvre littéraire, op. cit., p. 104) ; il s’agit d’un équivalent d’« intertexte » appliqué aux variétés linguistiques. « Interlangue » désigne ainsi l’ensemble des langues et des variétés à l’intérieur des langues qui sont accessibles pour un locuteur placé dans une certaine position dans la société. L’interlangue inclut aussi les langues « mortes », par exemple le latin ou l’araméen. Pour tout texte qui prétend véritablement faire sens les locuteurs sont obligés de prendre conscience des ressources que leur offre l’interlangue. (Sur ces concepts de « code langagier » et d’« interlangue » : ibid., chap. 5.)

11 En linguistique on parle d’« acceptions » quand les diverses significations d’une unité lexicale sont proches, c’est-à-dire quand il y a polysémie. Si ces diverses significations sont très éloignées on parle d’homonymie (ainsi pour « jalousie »-fenêtre et « jalousie »-sentiment).

12 Jean-Claude Beacco, « Les genres textuels dans l’analyse du discours : écriture légitime et communautés translangagières », Langages, n° 105, pp. 8-27.

13 C’est nous qui soulignons.