Version classiqueVersion mobile

Brouillons pour l’avenir

 | 
Christian Comeliau

Paroles

Renaître de ses crises : le Plan Phénix et l’alternative de développement en Argentine

Alexandre Roig

Texte intégral

  • 1 Mario Rapoport, Historia económica, política y social de la Argentina (1880-2000), Buenos Aires, Ed (...)
  • 2 Appelé également currency board, ce système, qui s’inspire de l’étalon or, a été mis en place en 19 (...)

1Le modèle néolibéral se construit violemment en Argentine depuis 19761 et la convertibilité2 se présente comme la clef de voûte de cet édifice. La fixation du cours du peso argentin sur le dollar américain est l’aboutissement d’une politique qui fait du salaire une fonction de variable d’ajustement du système économique. Elle transforme ainsi la finance en domaine privilégié de l’accumulation, aux dépens de celui de la production.

  • 3 Robert Castel et Claudine Haroche, Propriété privée, propriété sociale, propriété de soi. Entretien (...)
  • 4 Robert Boyer, Justice sociale et performances économiques. De l’alliance cachée au conflit ouvert ?(...)

2La convertibilité conditionne le système économique mais elle engendre aussi, du fait de son caractère coercitif, un type d’action politique instrumentalisée au profit de cette logique. Il en résulte une accentuation de la destruction progressive de la société argentine, cette « société de semblables », dans laquelle un continuum de positions était assuré3. Les inégalités croissantes, l’extension du chômage, les phénomènes de désaffiliation alimentent le sentiment d’injustice qui caractérise concrètement ce modèle4.

  • 5 En octobre 2002, le taux de chômage et de sous-emploi atteint 37 % de la population active et le po (...)
  • 6 Ignacy Sachs, Development and Ethics: Whither Latin America? National Development Strategies in the (...)

3A la fin de l’année 2001, la convertibilité s’effondre sous le poids de ses propres contradictions, entraînant avec elle le système politique et économique qu’elle soutenait. La crise de ce régime d’accumulation embrase la crise de légitimation du politique. Le président de la République doit fuir le palais présidentiel sous la pression politique et populaire, le système bancaire est détruit, le chômage et la pauvreté atteignent des niveaux jusqu’alors impensables5, faisant de l’Argentine un cas de « tragédie de développement »6.

  • 7 « Qu’ils s’en aillent tous ! »

4Au milieu du désespoir et de l’angoisse, un enthousiasme contagieux envahit alors une grande partie des intellectuels et des classes moyennes. Le modèle de développement néolibéral avait échoué en Argentine, et ce dramatique naufrage semblait enfouir à jamais les velléités de reconstruction d’un tel modèle. La preuve par l’absurde était faite de le non-viabilité des politiques issues du consensus de Washington. Face au vide laissé par l’« unique pensée possible », libre cours était donné aux alternatives pour se développer et s’imposer « naturellement ». Lors des manifestations, un cri accompagne et dépasse cette recherche d’alternatives : « ¡Que se vayan todos ! »7 Il exprime le rejet d’une classe politique méprisée comme en témoignent, dans un pays où le vote est obligatoire, les 40 % de votes blancs ou nuls des élections législatives d’octobre 2001.

  • 8 Ces deux candidats proposent le retour à un modèle de développement fondé sur la finance, l’investi (...)
  • 9 Depuis que ce texte a été rédigé, l’ancien président Carlos Menem, estimant qu’il n’avait aucune ch (...)
  • 10 Julio Sevares, ¿Por qué cayo la Argentina ? Imposición, crisis y reciclaje del orden neoliberal, Bu (...)

5Pourtant, en avril 2003, les résultats du premier tour des élections présidentielles placent Carlos Menem en première position et Ricardo Lopez Murphy en troisième8. Les deux candidats totalisent 40 % des votes et le vote blanc ou nul représente une opinion marginale9. Il apparaît que le modèle de développement néolibéral a retrouvé une certaine légitimité dans la société, ou du moins qu’une partie importante de la population a donné sa voix à ceux qui véhiculent ce modèle. Un des premiers ouvrages sur la crise argentine parlait de recyclage du modèle néolibéral bien plus que de fin du modèle10. Faut-il pour autant se résigner à la prétendue pérennité de ce modèle ? La volonté doit-elle capituler face au pessimisme de la pensée ? Dans ce contexte, que signifie aujourd’hui la recherche d’alternatives en Argentine ?

6Pour tenter de répondre à cette dernière question, nous étudierons en particulier les propositions du « Groupe Phénix », qui occupent, dans le champ de ceux qui présentent leurs propositions comme alternatives, une place dominante. Nous poserons la question de savoir dans quelle mesure nous pouvons considérer ces propositions comme alternatives.

Le Plan Phénix comme réponse à la crise

  • 11 Tous les textes du Groupe Phénix sont disponibles à l’adresse suivante : <www.econ.uba.ar/www/planfenix/principal/fenix.htm>.
  • 12 Yves Dezalay et Bryant G. Garth, La mondialisation des guerres de palais. La restructuration du pou (...)
  • 13 Ministre de l’Economie du gouvernement militaire de 1976.
  • 14 Ministre de l’Economie du gouvernement d’Eduardo Duhalde (2002-2003). Son alliance avec Nestor Kirc (...)
  • 15 Ministre de l’Economie sous le gouvernement de Carlos Menem et artisan de la convertibilité. Il ser (...)

7Le Groupe Phénix11 est considéré comme une référence eu égard à ses propositions d’alternatives de développement, pour au moins trois raisons. En premier lieu, il est principalement constitué d’économistes. Dans le monde entier, en Amérique latine en particulier et en Argentine de façon prononcée, les économistes occupent une place dominante dans la hiérarchie des agents légitimés à définir ce que peut ou doit être le modèle de développement12. Il suffit pour s’en convaincre d’observer le rôle de l’« économiste » proposé ou imposé depuis 1976 dans l’orientation des politiques gouvernementales ou lors des élections. De Martinez de Hoz13 à Roberto Lavagna14 en passant par Domingo Cavallo15, tous ont défini le profil politique du gouvernement auquel ils participaient.

8En second lieu, le Groupe Phénix s’est formé dans le cadre de la Faculté de sciences économiques de l’Université de Buenos Aires dès l’année 2000. Cette institution publique bénéficie d’un grand respect et constitue une référence dans le domaine. Son rectorat, qui compte 300’000 étudiants, a d’ailleurs fait des propositions du Groupe Phénix, le « Plan Phénix », le plan « officiel » de l’université comme proposition d’« alternative au modèle de développement ».

9En troisième lieu, les liens sont nombreux entre certains membres de ce groupe et les autorités politiques. Plusieurs d’entre eux ont occupé à diverses reprises des postes ministériels ou ont assumé de hautes responsabilités dans les administrations nationales ou internationales.

  • 16 <www.geocities.com/economistas_de_izquierda>.

10D’autres groupes d’économistes proposent des alternatives de développement, en particulier les economistas de izquierda (« économistes de gauche »)16, mais leurs rapports au politique sont plus marginaux et ils ne bénéficient pas de l’aura symbolique qui s’attache au fait de représenter le plan officiel de la plus importante et prestigieuse des universités publiques.

  • 17 CEPAL, Transformación productiva con equidad, Libros de la CEPAL, nº 25, Santiago de Chile, 1990.

11L’objectif principal de ce plan concerne le « développement économique avec équité ». L’ensemble des propositions, qui ne sont pas sans rappeler les travaux de la CEPAL sur la « transformation productive avec équité »17, s’appuient sur une interprétation des causes de la crise selon trois points essentiels qui critiquent les facteurs d’aliénation du système économique et politique argentin. Le premier point se rapporte à la destruction de l’espace public comme domaine de construction de la démocratie, le second refuse que le marché soit l’arbitre suprême dans l’allocation des ressources, et le troisième conteste la subordination inconditionnelle aux pays centraux. Le Groupe Phénix identifie donc la cause de la crise à l’impossibilité de contrôler et d’orienter le progrès social de façon autonome.

12Cependant, pour le Groupe Phénix, l’Argentine possède trois atouts principaux qui passent pour autant de conditions favorables à un changement. Avant tout, ce pays possède une grande capacité productive inemployée, conjuguée à une balance commerciale et à un compte courant excédentaire, ce qui permet de conclure qu’il n’y a pas, à court terme, de limites externes à la croissance. Deuxième point important – et cet argument est partagé par tous les artisans de propositions alternatives – la « fin » du consensus de Washington et le discrédit jeté sur la mondialisation financière permettent l’émergence, dans l’espace public, de discours alternatifs sans qu’ils soient bannis d’avance. Le troisième atout réside dans l’excellente formation des agents économiques et dans les ressources naturelles de l’Argentine.

13A partir de cette analyse de la crise et d’un bilan minutieux des conditions objectives dont bénéficie l’Argentine, le Plan Phénix énonce une série de propositions concrètes pour construire un « modèle de développement alternatif ».

  • 18 Karl Polanyi, La grande transformation, Paris, Gallimard, 1983 [1944].

14La première d’entre elles tient en un nouveau « schéma de croissance » fondé sur la production industrielle, orientée à la fois vers le marché interne et l’exportation, ainsi que sur une politique de redistribution progressive et immédiate du revenu. Ce modèle de croissance, d’inspiration ouvertement keynésienne, vise à augmenter la demande effective grâce, entre autres, au crédit productif et à la mise en place d’un plan de travaux publics. Nombreux sont les membres du Groupe Phénix qui n’hésitent pas à comparer leur plan au New Deal et à réaffirmer le rôle central de l’Etat dans l’économie. A la lecture des documents publiés, ainsi qu’à travers les entretiens de certains membres du groupe, apparaît clairement une certaine revendication d’un héritage polanyien, c’est-à-dire de subordonner les logiques économiques aux logiques sociales18.

  • 19 Cet état de fait pousse d’ailleurs les provinces à émettre des bons qui permettent en partie de pal (...)
  • 20 Michel Aglietta, Régulation et crises du capitalisme, Paris, Odile Jacob, 1997.

15Cela nous amène à la question des politiques publiques, où le Groupe Phénix donne à l’Etat un rôle d’orientation. En Argentine, cette institution avait perdu, du fait de la convertibilité, une grande partie de ses instruments d’action économique ; dès lors, elle ne pouvait plus mener ni des politiques monétaires, ni des politiques de change19. Abandonner le contrôle de la monnaie, c’est laisser l’institutionnalisation des agents économiques en tant que sujets marchands – dans les termes de Michel Aglietta20 – aux mains d’acteurs étrangers ou d’une multitude d’acteurs nationaux. C’est afin d’inverser le processus de fragmentation – aussi bien territoriale que monétaire – engendré par la convertibilité que le Plan Phénix entend redonner son rôle à la Banque centrale et laisser flotter le peso, tout en acceptant une intervention publique sur le marché des changes.

16L’intervention de l’Etat revient en force sur la question des services publics. Ceux-ci ont été largement privatisés sous les gouvernements de Carlos Menem, et le contrôle public y est actuellement très faible. Le Groupe Phénix propose une plus grande régulation et un meilleur contrôle des « services publics privatisés ». Dans cette perspective, ce plan envisage que l’Etat se dote des instruments nécessaires pour garantir à tous les citoyens un système de santé et d’éducation gratuit et de qualité, ainsi qu’une assurance chômage universelle. Ces propositions impliquent en partie une remise en cause des contrats de privatisation, dont le Groupe Phénix propose une révision au cas par cas.

17Concernant l’insertion internationale de l’Argentine, le plan prévoit une renégociation de la dette extérieure. Vu le niveau d’endettement de l’Argentine, il serait impossible, pour les auteurs de ce plan, de pouvoir sortir réellement de la crise. Une exonération partielle de la dette est donc proposée, et certains membres du Groupe Phénix n’hésitent pas à préconiser une rupture avec les organisations financières internationales comme le FMI ou la Banque mondiale. Dans la foulée, il est proposé de faire du MERCOSUR le marché interne de l’Argentine, et de négocier conjointement avec les pays membres l’insertion internationale de cet espace régional.

  • 21 Eduardo Basualdo, Sistema político y modelo de acumulación en la Argentina, Buenos Aires, Universid (...)

18Concrètement, une grande partie des propositions de ce plan sont reprises par certains dirigeants politiques. Il est difficile d’établir avec exactitude les filiations existantes entre le Groupe Phénix et le politique, mais il est clair que, du fait de la médiatisation dont ce groupe bénéficie et des réseaux politiques personnels de ses membres, son influence sur les politiques de développement proposées par les autorités politiques est importante, même si aucune d’entre elles ne considère ce plan comme le sien. Il semblerait donc que les conditions de sa réalisation soient réunies, même si celle-ci dépend bien évidemment de la pondération des rapports de force entre les groupes économiques et sociaux et en leur sein21.

19Cependant, sans porter de jugement de valeur sur l’opportunité et la désirabilité du contenu de ce plan que nous avons brièvement présenté, il nous faut revenir à la question de savoir si cette proposition de modèle de développement constitue ou non une alternative de développement pour l’Argentine.

Le Plan Phénix entre hégémonie et interprétation

  • 22 Antonio Gramsci, Notas sobre Maquiavelo sobre la política y sobre el estado moderno, Buenos Aires, (...)

20Rappelons avant tout que la crise du régime d’accumulation auquel a été confrontée l’Argentine est étroitement liée à une crise de légitimation du politique, matérialisée par le « ¡Que se vayan todos ! ». Cette faiblesse du politique, et le discrédit réel qui pèse sur l’idéologie dominante, nous permettent de considérer que nous assistons, en Argentine, à une crise d’hégémonie, au sens gramscien22, dans laquelle aucun modèle idéologique ne parvient à s’imposer à cause de la crise et de la disparition de la convertibilité comme instrument coercitif. Paradoxalement, c’est donc l’existence de la crise qui permet l’émergence d’alternatives de développement, entendues ici comme un ensemble de propositions qui ouvre le champ des possibles et élargit l’horizon des choix.

  • 23 Pierre Bourdieu, Los usos sociales de la ciencia, Buenos Aires, Nueva Visión, 2000.

21Comme nous l’avons vu, dans ce conflit pour l’imposition d’une nouvelle hégémonie idéologique et pour la constitution d’un nouveau bloc historique, les économistes occupent en Argentine une place centrale. Ce champ de lutte est donc étroitement lié à la structuration du champ académique des sciences économiques23. Il existe ainsi une relation intime entre construction d’une nouvelle hégémonie et courants scientifiques, eux-mêmes imprégnés d’intérêts politiques et matériels. Dans cette perspective, dans une période de crise de l’hégémonie, le Plan Phénix peut être considéré comme une alternative de développement en ce qu’il participe de la pluralité des options en présence. Par contre, il convient de souligner qu’il peut se transformer en instrument d’une nouvelle hégémonie, et donc d’une nouvelle forme de domination qui interdirait les alternatives.

  • 24 Hannah Arendt, Qu’est-ce que la politique ?, Paris, Seuil, 1995.

22En effet, si la crise permet l’existence de plusieurs voies, de « mult-iversalités » quant au modèle de développement à suivre, lorsque cette crise sera résorbée et qu’une hégémonie idéologique s’imposera, ne risquons-nous pas de retrouver une « universalité » relative à ce modèle ? On pourrait s’en réjouir si l’hégémonie qui s’impose correspondait à nos choix, et nous cesserions peut-être même de nous interroger sur la validité de la recherche d’alternatives. Mais, dans ce cas, nous rentrerions à nouveau dans une forme de pensée unique qui a pour conséquence essentielle de tuer le politique comme espace de la diversité humaine24, niant les principes de pluralité et de liberté de choix des sociétés auxquels Christian Comeliau fait référence dans ce Cahier.

23Un paradoxe apparaît donc. Pour que le Plan Phénix puisse être considéré comme une alternative de développement « réalisable », il faut que les conditions politiques de son application soient assurées. Cependant, ces conditions peuvent faire du Groupe Phénix, non plus l’agent de la diversité de choix, mais celui d’une nouvelle voie unique, sans que cela soit nécessairement conforme à la volonté de ses membres. Dans une vision à long terme, cette proposition pourrait s’inscrire dans la logique d’une alternance de modèles dominants, et donc dans celle d’un cycle de dominations idéologiques.

24Ce danger, qu’il importe de souligner ici, se conjugue cependant au futur et au conditionnel. En nous concentrant sur la situation présente, une autre lecture peut être faite du Plan Phénix en tant qu’alternative de développement en Argentine.

  • 25 Cf. la contribution de Gilbert Rist dans ce Cahier : « Le “développement” : la violence symbolique (...)

25Si nous considérons la science économique comme science dominante ou science de domination, et assumons l’impératif de l’existence d’alternatives de développement comme condition d’existence du politique, donc du choix et de la liberté, ne serait-ce pas dans la science économique elle-même qu’il faudrait également agir, faisant ainsi écho à la nécessité d’une « subversion cognitive » ?25

26Revenons aux propositions du Groupe Phénix. Ce qui différencie ces propositions de celles avancées par les partisans du modèle de développement néolibéral, ce sont les instruments techniques utilisés, les sources théoriques qui sous-tendent les analyses, les valeurs, les intentions et les contextes à partir desquels les auteurs abordent leurs objets d’études, bref, les représentations qu’ils se font du monde et de leur activité. Ces propositions de stratégies de développement, malgré leurs prétentions scientifiques, sont des discours et peuvent donc être considérées, dans la lignée de la phénoménologie et du « tournant linguistique », comme des interprétations, fruits de leurs représentations.

  • 26 Nous empruntons cette idée à Julio H.G. Olivera, « Realidad e idealidad en la ciencia económica », (...)

27Les économistes interprètent, comme tout autre agent social, la réalité dans laquelle ils sont immergés, et pratiquent ainsi tous une forme d’herméneutique26. Ce sont des interprétations du sens de la réalité qui font que ces propositions sont alternatives les unes par rapport aux autres, et non la réalité économique elle-même.

28L’existence d’alternatives de développement ne passerait-elle donc pas par la nécessité d’assumer que la science économique, au même titre que toute autre science sociale, est une « science interprétative » et que, par conséquent, aucune interprétation ne peut prétendre a priori à l’hégémonie scientifique, et encore moins à justifier l’hégémonie politique ?

  • 27 Ibid., p. 4. (La traduction est de l’auteur.)

29Cette proposition relève d’une vision épistémologique des sciences sociales en général, mais peut également provenir de l’économie elle-même, comme le propose Julio H.G. Olivera, éminent économiste argentin et l’un des initiateurs du Plan Phénix. Pour cet auteur, « l’étude de l’activité économique implique de façon inéluctable un travail interprétatif. La science qui traite de l’activité économique, la science économique, est par conséquent une science d’interprétation, une herméneutique, et en vertu de la nature de son objet, une herméneutique sociale »27. Cela implique de déconstruire le caractère naturel des théories classique et néoclassique, mais également d’assumer la dimension interprétative des théories hétérodoxes afin qu’elles ne se fondent pas à leur tour sur « un mythe oublié », qu’elles ne deviennent pas une nouvelle religion.

  • 28 Hannah Arendt, op. cit., p. 48.

30L’affirmation du caractère herméneutique de la science économique redonne toute sa place au politique et à la construction collective de modèles de développement, en offrant en permanence la possibilité d’autres solutions. Car si le « sens de la politique est la liberté »28, la pluralité est la condition de la construction d’une communauté d’hommes.

31Dans ce sens, indépendamment de la question future et hypothétique de la participation ou non à la construction d’une nouvelle hégémonie, le Plan Phénix peut être lu au présent comme un apport crucial, dans l’Argentine d’aujourd’hui, à la construction de cette pluralité, car il se présente comme une interprétation de la situation, et peut être ainsi considéré comme une alternative.

Notes

1 Mario Rapoport, Historia económica, política y social de la Argentina (1880-2000), Buenos Aires, Ediciones Macchi, 2000.

2 Appelé également currency board, ce système, qui s’inspire de l’étalon or, a été mis en place en 1991 pour lutter contre l’hyperinflation en limitant au maximum l’usage de la monnaie (émission et change).

3 Robert Castel et Claudine Haroche, Propriété privée, propriété sociale, propriété de soi. Entretiens sur la construction de l’individu moderne, Paris, Fayard, 2001, p. 90.

4 Robert Boyer, Justice sociale et performances économiques. De l’alliance cachée au conflit ouvert ?, Cahiers du CEPREMAP, nº 9135, 1991.

5 En octobre 2002, le taux de chômage et de sous-emploi atteint 37 % de la population active et le pourcentage de personnes considérées comme pauvres est de 57 %. 73 % des moins de 14 ans sont en dessous de la ligne de pauvreté. Source : INDEC, <www.indec.mecon.ar>.

6 Ignacy Sachs, Development and Ethics: Whither Latin America? National Development Strategies in the Globalization Age, texte pour discussion pour la conférence de la BID sur « Ethique et développement », Buenos Aires, 5-6 septembre 2002.

7 « Qu’ils s’en aillent tous ! »

8 Ces deux candidats proposent le retour à un modèle de développement fondé sur la finance, l’investissement étranger et un ancrage rigide au dollar.

9 Depuis que ce texte a été rédigé, l’ancien président Carlos Menem, estimant qu’il n’avait aucune chance d’être réélu, s’est retiré de la course à la présidence au profit de Nestor Kirchner. (N.D.E.)

10 Julio Sevares, ¿Por qué cayo la Argentina ? Imposición, crisis y reciclaje del orden neoliberal, Buenos Aires, Norma, 2002.

11 Tous les textes du Groupe Phénix sont disponibles à l’adresse suivante : <www.econ.uba.ar/www/planfenix/principal/fenix.htm>.

12 Yves Dezalay et Bryant G. Garth, La mondialisation des guerres de palais. La restructuration du pouvoir d’Etat en Amérique latine, entre notables du droit et « Chicago Boys », coll. Liber, Paris, Seuil, 2002 ; Frédéric Lebaron, La croyance économique. Les économistes entre science et politique, coll. Liber, Paris, Seuil, 2000.

13 Ministre de l’Economie du gouvernement militaire de 1976.

14 Ministre de l’Economie du gouvernement d’Eduardo Duhalde (2002-2003). Son alliance avec Nestor Kirchner a permis à ce dernier de remonter dans les sondages.

15 Ministre de l’Economie sous le gouvernement de Carlos Menem et artisan de la convertibilité. Il sera à nouveau nommé ministre sous le gouvernement de Fernando De La Rúa et sa démission annoncera la fin de ce gouvernement.

16 <www.geocities.com/economistas_de_izquierda>.

17 CEPAL, Transformación productiva con equidad, Libros de la CEPAL, nº 25, Santiago de Chile, 1990.

18 Karl Polanyi, La grande transformation, Paris, Gallimard, 1983 [1944].

19 Cet état de fait pousse d’ailleurs les provinces à émettre des bons qui permettent en partie de pallier les problèmes de liquidité mais qui conduisent en Argentine à une fragmentation monétaire poussée puisque, outre le bimonétarisme dollar/peso, s’ajoutent 14 « monnaies provinciales », sans compter les monnaies parallèles utilisées dans les clubs de troc.

20 Michel Aglietta, Régulation et crises du capitalisme, Paris, Odile Jacob, 1997.

21 Eduardo Basualdo, Sistema político y modelo de acumulación en la Argentina, Buenos Aires, Universidad Nacional de Quilmes Ediciones ; FLACSO ; IDEP, 2001.

22 Antonio Gramsci, Notas sobre Maquiavelo sobre la política y sobre el estado moderno, Buenos Aires, Nueva Visión, 1994.

23 Pierre Bourdieu, Los usos sociales de la ciencia, Buenos Aires, Nueva Visión, 2000.

24 Hannah Arendt, Qu’est-ce que la politique ?, Paris, Seuil, 1995.

25 Cf. la contribution de Gilbert Rist dans ce Cahier : « Le “développement” : la violence symbolique d’une croyance ».

26 Nous empruntons cette idée à Julio H.G. Olivera, « Realidad e idealidad en la ciencia económica », Revista Ciclos, année VII, vol. 7, nº 13, deuxième semestre 1997.

27 Ibid., p. 4. (La traduction est de l’auteur.)

28 Hannah Arendt, op. cit., p. 48.

Auteur

Maîtrise en sciences politiques à l’Université des sciences sociales de Toulouse ; diplôme d’études supérieures à l’Institut universitaire d’études du développement (Genève).

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search