Version classiqueVersion mobile

Brouillons pour l’avenir

 | 
Christian Comeliau

Propos

Christian Comeliau

Texte intégral

[…] il y avait encore dans le peuple des gens capables de
rêver leurs propres rêves…
Karl Polanyi, La grande transformation. Aux origines politiques et économiques de notre temps, 1944, trad. franç., Paris, NFR-Gallimard, 1972, p. 225.

1Une recherche des « alternatives » dans le monde tragique et déboussolé de ce début de millénaire : après les échecs d’un si grand nombre de tentatives prestigieuses dans le passé, n’est-ce pas là un rêve infantile, ou une fuite dangereuse dans l’utopie, ou – pire encore – un prétexte pour ne rien faire ?

2Ce rêve, nous avons cependant voulu le reprendre, une fois encore, et le traduire sous la forme de contributions à la réflexion intellectuelle et politique. Pourquoi ?

3Rappelons d’abord que le contexte actuel est celui d’une période particulièrement angoissante. Pour ceux qui, comme les rédacteurs de ce Cahier, s’interrogent depuis longtemps sur le « développement » de nos sociétés, le cauchemar des événements de ces premières années du xxie siècle constitue sans doute un extraordinaire résumé de toutes les questions qu’ils tentent d’analyser et d’identifier. Mais il ne s’agit plus seulement d’études ou d’analyses intellectuelles : les guerres, les génocides, le terrorisme, l’oppression, la misère, l’aliénation interpellent désormais chaque citoyen, chaque homme et chaque femme, dans ses valeurs, ses croyances, ses exigences, ses rêves, ses relations sociales, et finalement la possibilité même de sa vie quotidienne.

4D’où de multiples motifs pour reprendre une telle réflexion. D’abord en raison même de ces graves problèmes de viabilité des sociétés, dans lesquels notre monde demeure aujourd’hui embourbé. Et aussi parce que ceux qui n’ont pas renoncé à la réflexion prospective nous suggèrent que les défis de l’avenir sont encore plus inquiétants que les problèmes du présent. Et encore parce que nous avons le sentiment confus, mais exigeant, que ces problèmes ne résultent pas de la fatalité, qu’ils sont d’origine humaine, et qu’ils peuvent donc être résolus par les hommes, à condition que nous jetions un nouveau regard sur les conditions de leur solution. Et qu’ainsi la période actuelle apparaîtra peut-être, dans quelques années ou dans quelques décennies, comme une période « cruciale », au sens étymologique du terme, celui d’un carrefour où les hommes ont été acculés à de multiples décisions qui engagent l’avenir à long terme de leurs sociétés, dans leurs valeurs et dans ce à quoi ils sont le plus attachés, dans leurs ambitions de richesse et de puissance, dans leurs relations de rivalité et de solidarité, dans leur conception de la justice sociale, dans leur degré de respect pour le monde qui les entoure et pour l’héritage qu’ils vont laisser à leurs enfants.

5Le choix d’une nouvelle quête aussi aventureuse ne peut cependant se perdre dans l’irréalisme. Au-delà des insuffisances qui sont les nôtres, nous voulons préciser d’emblée une double limite de la réflexion proposée. nous ne cherchons pas, en premier lieu, une solution miraculeuse aux problèmes que nous dénonçons : face aux prétentions de ce que l’on appelait encore, il y a quelques années, la « pensée unique », nous croyons au contraire que l’exigence principale de la réflexion sur les « alternatives » est de restaurer la pluralité des solutions et l’autonomie des collectivités, et non pas de découvrir de prétendues « recettes » universelles. En deuxième lieu, nous ne pouvons ignorer les échecs relatifs de tous ceux qui nous ont précédés : ce que nous abordons ici, c’est une exploration des conditions préalables à l’émergence de solutions alternatives ; nous nous limitons, en d’autres termes, à une sorte de phase de « déblayage » préliminaire pour les recherches de longue échéance que nous espérons susciter.

6Ces conditions préalables, dont l’analyse constitue le premier pas de notre résistance au « désordre établi », ce sont d’abord celles d’un cadre de raisonnement différent : nous voulons changer le regard posé sur notre époque, nous attaquer à l’impensé du discours, démonter la mécanique des présupposés et des objectifs contradictoires des politiques. nous prétendons donc remettre en cause des notions et des concepts, même s’ils sont aussi fondamentaux que le marché, la propriété, la rationalité économique, voire le développement ; nous croyons qu’il faut rechercher de nouvelles méthodes d’approche des problèmes de société, qui ne soient plus dominées de manière aussi simpliste par l’économisme et par les intérêts particuliers. Mais nous pensons aussi qu’il faut établir de nouveaux liens entre la réflexion théorique et l’expérimentation sociale, et que les mouvements sociaux de notre temps doivent être soigneusement observés et analysés. Nous croyons qu’aucune avancée alternative ne sera jamais promue si elle ne peut s’appuyer sur une véritable base sociale et politique, ni d’ailleurs si elle n’assure pas les conditions de sa viabilité au sein de l’écosystème qui est le nôtre.

7Une recherche des « préalables » : la perspective est ambitieuse, mais nous la croyons nécessaire et nous souhaitons la poursuivre avec d’autres. Le premier résultat auquel nous parvenons aujourd’hui est imparfait, partiel (et peut-être trop européen), très hétérogène, voire contradictoire : sur le terme même de « développement », en particulier, le lecteur comprendra vite que les opinions exposées ne concordent pas entre elles, notamment parce qu’elles vont de l’enthousiasme pour de nouvelles conceptions du développement au rejet radical de la notion elle-même. Nous sommes conscients de ces limites et de ces contradictions, et c’est pourquoi nous avons choisi de présenter les contributions du présent Cahier sous le titre – dont la modestie n’est qu’apparente – de Brouillons pour l’avenir.

8Ces contributions s’organisent de la manière suivante, selon les rubriques traditionnelles de notre collection.

9L’ensemble des textes de base rassemblés sous la rubrique « lignes » s’ouvre sur une déclaration liminaire du directeur de l’iuéd, Jean-luc Maurer, qui affirme, en son nom et au nom de l’institut, sa conviction qu’« un autre monde est possible ». On y trouve ensuite :

  • une tentative de description de la démarche globale exigée par la recherche des alternatives de développement, avec une esquisse de « cartographie » du « labyrinthe » des choix possibles et des conditions de leur mise en œuvre (Christian Comeliau) ;

  • la proposition d’un certain nombre de « préalables cognitifs » et pédagogiques, qui apparaissent nécessaires pour que la recherche des alternatives soit à la fois possible et partagée (Marie-Dominique Perrot) ;

  • l’affirmation de la nécessité de renoncer au « mythe du marché » et à ses présupposés individualistes pour fonder la pensée sur les alternatives économiques (Jean-Michel Servet) ;

  • une perspective historique globale replaçant la recherche d’alternatives dans l’histoire de la civilisation occidentale et de sa tentative pluriséculaire de domination sur le monde (Jacques Grinevald) ;

  • enfin, une histoire plus concrète des mouvements sociaux récents, de la « mouvance antimondialiste » au mouvement « démocratique cosmopolitaire », histoire présentée ici comme débouchant sur le « plus grand mouvement social de tous les temps » (Jean Rossiaud).

10Suit une série de « débats » :

  • ils concernent d’abord la controverse récente sur l’« après-développement », courant de pensée qui propose de rechercher des alternatives au développement plutôt que des alternatives de développement : une critique de Christian Comeliau est suivie d’une réponse de l’un des principaux promoteurs de ce courant, Serge Latouche ;

  • Gilbert Rist se demande si la recherche des alternatives n’est pas un leurre, dans la mesure où le développement doit s’analyser en tant que croyance ; sur cette base, il évoque divers scénarios, ou plutôt diverses stratégies de développement dont les seules décisives, selon son interprétation, seraient celles qui se fonderaient sur un changement de croyances ;

  • Claude Raffestin, commentant le texte de Marie-Dominique Perrot, crie son angoisse devant un monde dominé par la souffrance, mais devenu incapable de penser cette souffrance.

11Les témoignages et opinions réunis sous la rubrique « Paroles » comprennent divers textes et entretiens :

  • Jean-Pierre Dupuy tente de fonder une « heuristique de la peur » : il suggère que la peur peut être bonne conseillère, parce qu’en définitive, c’est l’incertitude qui nous empêche d’agir, et parce que « nous ne croyons pas ce que nous savons » ;

  • Ignacy Sachs, s’appuyant sur l’histoire de la pensée sur le développement depuis la Seconde Guerre mondiale, réaffirme sa conviction que les idées nouvelles pénètrent dans le débat international par osmose, et que le développement demeure une idée-force d’importance majeure pour le siècle qui commence ;

  • Alain Gras développe une critique de la prétendue fatalité imposée par la mégamachine du système technique qui nous régit et dont il conviendrait de se « débrancher » ;

  • Rolf Steppacher explicite la nécessité, dans le cadre de la problématique des alternatives, de distinguer entre la notion de propriété et celle de possession ;

  • Jean Rossiaud revient sur les « perspectives de l’altermondialisme » pour tenter de dégager, de manière plus précise, le sens des réunions du Forum social mondial à Porto Alegre au cours des trois dernières années ;

  • enfin, Alexandre Roig s’interroge sur la signification du « Plan Phénix », proposé par un groupe d’économistes en tant qu’alternative de développement en argentine.

12Pour finir, les « Points d’appui » proposent l’analyse critique, par Camille Madelain, de quelques ouvrages significatifs pour la problématique d’ensemble de ce Cahier. Une bibliographie établie par Béatrice Steiner rassemble la plupart des références retenues par les auteurs des diverses contributions.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search