Version classiqueVersion mobile

Réchauffement climatique et migrations forcées : le cas de Tuvalu

 | 
Geremia Cometti

Résumé

Texte intégral

1L’augmentation de 0,74º Celsius de la température moyenne depuis la fin du xixe siècle a déjà provoqué des changements écologiques importants dans la biosphère. Une des conséquences du réchauffement climatique est l’élévation du niveau de la mer. Le point le plus haut de Tuvalu, un petit Etat polynésien formé de neuf atolls, se situe seulement à 4 mètres au-dessus du niveau de la mer et, d’ici 2050, Tuvalu pourrait disparaître des suites de la montée des océans. Cette situation pose de nombreux problèmes juridiques, dont le plus évident est la disparition du territoire d’un Etat souverain. En outre, les habitants de Tuvalu, forcés de quitter leur propre pays, ne sont pas reconnus comme réfugiés selon la convention de Genève de 1951 relative au statut des réfugiés. Par ailleurs, les pays dit développés, principaux responsables du réchauffement climatique, s’opposent à la reconnaissance juridique de ces migrants forcés. Diverses options comprenant chacune ses atouts et ses limites, comme notamment le recours aux instruments des droits de l’homme, se présentent aux habitants de Tuvalu pour obtenir cette reconnaissance. Mais le réchauffement climatique et ses effets sur les populations ne pourront être combattus sans la mobilisation de la communauté internationale.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search