Version classiqueVersion mobile

La Charte africaine des droits de l’homme et des peuples

 | 
Fatsah Ouguergouz

Remerciements

A Barbara, à mes parents, Taous et Saïd, et à mes sœurs Fatima et Mouni, à qui cette réflexion sur les Droits de l'Homme a imposé bien des devoirs. Ce dont je leur suis redevable se situe très au-delà de ce que le verbe peut exprimer.

Texte intégral

« Comment serait-elle bénie, la nation où contre le fort il n’y aurait pas justice pour le faible? »
Hadith (Dits du Prophète)

« Juste aujourd’hui et injuste demain, ce n’est pas là une bonne manière de gouverner. »
Proverbe akan

« La justice ne peut pas attendre, le droit ne peut pas plier. »
Proverbe malgache

« Sache que le droit d’autrui est une braise; si tu t’en saisis, il te brûle la main. »
Proverbe zerma-songhaï

« Nit moodi garab u nit » (« L’homme est le remède pour l’homme »).
Proverbe ouolof

« Là où l’homme est nié, le diable lui-même perd ses droits. »
Proverbe peulh

« Il pleut même dans le champ du sorcier mangeur d’âmes. »
Proverbe haoussa

1La présente étude est l’aboutissement de quelques années de recherches auxquelles un certain nombre de personnes ont été associées à des titres divers ; que celles-ci veuillent bien trouver dans ces quelques lignes un modeste hommage à leur contribution.

2Il m’est tout d’abord agréable d’exprimer ma reconnaissance au Professeur Georges Abi-Saab, mon directeur de thèse, homme de science et d’esprit dont les précieux enseignements ont nourri ma réflexion et qui n’a eu de cesse de me prodiguer conseils et encouragements tout au long de cette recherche ; c’est, avant tout, grâce à son impulsion que celle-ci a été initiée et menée à son terme.

3C’est également avec un plaisir tout particulier que je remercie le Professeur Denise Bindschedler qui a co-dirigé ce travail avec une grande rigueur méthodologique alliée à un réel sens des valeurs humaines ; son expérience didactique combinée à celle de Juge à la Cour Européenne des Droits de l’Homme m’ont été d’un apport inestimable.

4Que Monsieur Kéba Mbaye, Juge et ancien Vice-Président à la Cour Internationale de Justice et Président du groupe d’experts chargé d’élaborer l’avant-projet de Charte Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples, soit également assuré de ma profonde gratitude pour avoir eu l’extrême amabilité de relire mon manuscrit et de participer à mon jury de thèse ; ses critiques et suggestions ont été des plus instructives.

5Mes remerciements vont ensuite aux nombreux diplomates et fonctionnaires internationaux qui se reconnaîtront ici et qui n’ont pas hésité à me communiquer un certain nombre de documents et d’informations essentiels pour la conduite de mes recherches.

6Je tiens encore à exprimer ma reconnaissance à l’Institut Universitaire de Hautes Etudes Internationales à travers son Secrétaire-Général, Monsieur Jean-Claude Frachebourg.

7Il me reste enfin à louer le dévouement et l’efficacité du personnel des bibliothèques de ce même Institut, de l’Institut Universitaire des Etudes du Développement, du Comité International de la Croix-Rouge et de l’Organisation des Nations Unies à Genève.

8New York, le 30 mars 1993

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search