Version classiqueVersion mobile

Réchauffement climatique et migrations forcées : le cas de Tuvalu

 | 
Geremia Cometti

1. Le réchauffement climatique

Texte intégral

1.1. De l’Holocène à l’Anthropocène

  • 1 CRUTZEN P. J., 2002, « Geology of mankind: The anthropocene », Nature, 415, p. 23.
  • 2 Ibid.

1Les immenses émissions anthropiques de dioxyde de carbone dans la biosphère changent les climats présents et futurs (voir figure 1). C’est pour cette raison que le Prix Nobel de chimie en 1995, Paul Crutzen, s’est mis à évoquer une nouvelle ère géologique venue se substituer à l’Holocène : l’Anthropocène. Paul Crutzen parle de l’Anthropocène comme de la « géologie de l’humanité1 », une nouvelle ère géologique fortement influencée par les activités des êtres humains et dont les débuts remonteraient symboliquement à la création de la machine à vapeur par James Watt en 1784. Le concept de l’Anthropocène ne date pas de 2000, année durant laquelle le chimiste hollandais a lancé ce néologisme, mais avait déjà été utilisé par d’autres, comme le géologue italien Antonio Steppani qui, au xixe siècle, parlait d’une influence croissante de l’humanité sur l’environnement. Ce néologisme a désormais la faveur de la communauté scientifique2.

Figure 1 – Les émissions de dioxyde de carbone, 1751-2006 (en millions de tonnes métriques de carbone)

Figure 1 – Les émissions de dioxyde de carbone, 1751-2006 (en millions de tonnes métriques de carbone)

Source : Carbon Dioxide Information Analysis Center (CDIAC), http://cdiac.ornl.gov/​trends/​emis/​glo.html.

1.2. De Fourier aux travaux du GIEC

  • 3 Ibid.
  • 4 DEBROISE A., JOUZEL J., 2007, Le climat : jeu dangereux. Paris : Dunod, p. 8-9.
  • 5 GRINEVALD J., 2007, La biosphère de l’anthropocène : climat et pétrole, la double menace : repères (...)
  • 6 Ibid., p. 68-69.

2Outre les pluies acides et le smog photochimique, le réchauffement climatique est une des principales conséquences des activités anthropiques sur la biosphère3. En 1824 déjà le physicien français Joseph Fourier mit en évidence dans ses travaux le rôle important joué par l’écran atmosphérique dans le bilan thermique de la terre4. Mais ce fut le physicien irlandais John Tyndall qui, en 1861, évoqua le premier les gaz qui absorbent une partie de la chaleur rayonnante, surtout le dioxyde de carbone (CO2), l’ozone (O3) et la vapeur d’eau (H2O). Il imagina déjà des variations de températures liées au cycle de l’eau et aux oscillations du dioxyde de carbone5. En 1896, s’appuyant sur les travaux de Fournier et Tyndall, le chimiste suédois Svante Arrhenius fonda la théorie moderne de l’effet de serre, qu’il appela la « théorie de la serre chaude ». Arrhenius avait déjà compris que la concentration du gaz carbonique causée par la combustion des énergies fossiles réchauffait la température moyenne du globe6.

  • 7 GRINEVALD J., 2007, Op. cit., p. 68-69.

3Plus tard, en 1957, à Hawaï et dans l’Antarctique, Charles David Keeling commença à mesurer les variations du CO2 dans l’atmosphère. Ses mesures et sa « courbe de Keeling » montrent bien l’augmentation du CO2 dans l’atmosphère qui, selon lui, correspond à l’augmentation de l’usage des combustibles fossiles et de la déforestation (voir figure 2)7.

  • 8 KANDEL R., 2002, Le réchauffement climatique. Paris : Presses Universitaires de France, p. 108-109.

4J’ai rappelé ces quelques dates pour en arriver aux travaux du GIEC. En 1988, l’Organisation météorologique mondiale (OMM) et le Programme des Nations unies pour l’environnement (PNUE) ont décidé de former le « Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat » (GIEC), qui a publié en 1990 son premier rapport sur les impacts des activités humaines sur l’état de la biosphère. Ce rapport, paru tout juste deux ans avant le sommet de la terre de Rio en 1992, soulignait le risque dû à l’émission de gaz à effet de serre. Il provoqua des réactions contrastées : d’un côté, des associations environnementalistes comme Greenpeace déplorèrent le fait que le GIEC ne fût pas assez catastrophiste ; de l’autre, une centaine de scientifiques, dont très peu de spécialistes du climat, publièrent l’« Appel d’Heidelberg » en opposition avec le travail du GIEC, qu’ils qualifiaient d’irrationnel et allant à l’encontre du progrès scientifique et du développement économique8.

Figure 2 – La courbe de Keeling : concentration atmosphérique en dioxyde de carbone, mesurée sur le Mauna Loa (Hawaï), 1958-2000 (en partie par million)

Figure 2 – La courbe de Keeling : concentration atmosphérique en dioxyde de carbone, mesurée sur le Mauna Loa (Hawaï), 1958-2000 (en partie par million)

Source : Earthguide, http://earthguide.ucsd.edu/​globalchange/​keeling_curve/​01.html.

5Jusqu’à présent le GIEC a publié quatre rapports, en 1990, 1995, 2001 et 2007, dans lesquels il expose toutes les études menées sur le réchauffement climatique, d’origine principalement anthropique. Grâce à ces travaux, le 10 décembre 2007 le GIEC a reçu le Prix Nobel de la paix conjointement avec l’ex-vice-président américain Al Gore.

1.3. L’effet de serre

  • 9 CHRISTIE D. (dir.), 1998, Le regard de Janus : changements climatiques et catastrophes naturelles : (...)
  • 10 KANDEL R., 1998, L’incertitude des climats. Paris : Hachette Littératures, p. 76-77.

6En réalité, l’effet de serre est un phénomène naturel, indispensable à la vie sur terre. Grâce à lui, la température moyenne de l’atmosphère est de 15º Celsius ; sans l’effet de serre, la température serait de – 18º9. Les gaz à effet de serre représentent seulement 1 % de l’atmosphère, les 99 % restants étant composés à 78 % d’azote (N2) et à 21 % d’oxygène (O2). Or, ces deux gaz ont une structure très simple et n’interfèrent pas avec le rayonnement infrarouge. Par contre, les gaz à effet de serre comme le gaz carbonique (CO2), la vapeur d’eau (H2O), l’ozone (O2) et le méthane (CH4) ont des molécules polyatomiques qui absorbent le rayonnement infrarouge, et donc la chaleur (voir figure 3)10.

Figure 3 – L’effet de serre

Figure 3 – L’effet de serre

Source : GIEC, http://www.agirr.org/​IMG/​effet-serre.jpg.

  • 11 KANDEL R., 2002, Op. cit., p. 88.

7Les travaux du GIEC montrent clairement que cette augmentation des gaz à effet de serre dans l’atmosphère a induit une augmentation moyenne de la température de 0,74º Celsius pendant le xxe siècle (voir figure 4). Il se peut néanmoins que ce changement remarquablement rapide reste modeste par rapport à ce que nous risquons de voir au cours du xxie siècle11.

Figure 4 – Variations de la température de la surface de la terre

Figure 4 – Variations de la température de la surface de la terre

Source : GIEC, Changement climatiques 2001 : rapport de synthèse, p. 53, http://www.ipcc.ch/​pdf/​climate-changes-2001/​synthesis-syr/​french/​question-1to9.pdf.

1.4. L’augmentation des aléas naturels d’origine hydrométéorologique

  • 12 Je préfère utiliser dans cette étude le terme « aléas naturels » tout en sachant qu’il a un débat s (...)
  • 13 HEGERL C. G., ZWIERS F. W. (dir.), 2007, « Understanding and attributing climate change », IPCC, Cl (...)

8Dans son dernier rapport de 2007, le GIEC souligne que l’augmentation de la fréquence et de l’intensité de certains types d’aléas naturels12 n’est pas un hasard. Selon lui, il est possible de se servir des modèles climatiques pour examiner si les activités humaines ont un impact sur la fréquence de certains types d’aléas naturels. Par exemple, on peut établir avec certitude que les vagues de chaleur (comme la célèbre canicule de l’été 2003 en Europe) sont influencées par le réchauffement climatique dû à l’action humaine. Ainsi les vagues de chaleur vont augmenter dans l’avenir à cause des émissions de CO2 dans l’atmosphère13.

  • 14 ANDERSON J., BAUSCH C., 2006, Climate change and natural disasters: Scientific evidence of a possib (...)

9Même s’il est difficile d’analyser les causes des aléas naturels, beaucoup d’indices montrent que le réchauffement climatique influence ces événements extrêmes. Dans certains cas, comme les vagues de chaleur ou les fortes précipitations, cette influence est évidente. Dans d’autres, comme les ouragans, on parvient progressivement à constater cette influence. Dans d’autres encore, il n’est pas possible d’établir une relation claire entre le réchauffement climatique et les aléas naturels. Mais tous les cas laissent penser que, dans le futur, il faudra s’en préoccuper14.

10En effet, les statistiques du Centre de recherche sur l’épidémiologie des catastrophes (CRED) démontrent que l’augmentation des températures globales a été accompagnée d’une augmentation de la fréquence et de l’intensité des aléas naturels d’origine hydrométéorologique (voir figure 5 et tableau 1). Par contre, il n’y a pas de relation directe entre le réchauffement climatique et les aléas naturels d’origine géophysique comme les tremblements de terre, les tsunamis ou les éruptions volcaniques.

Figure 5 – Nombre d’aléas naturels enregistrés dans EM-DATa, 1950-2005

Figure 5 – Nombre d’aléas naturels enregistrés dans EM-DATa, 1950-2005

Source : CRED et SIPC, http://www.unisdr.org/​disaster-statistics/​pdf/​isdr-disaster-statistics-occurrence.pdf.

a Base de données du CRED.

Tableau 1 – Répartition des aléas naturels selon leur origine, 1900-2005
(par décennies)

Tableau 1 – Répartition des aléas naturels selon leur origine, 1900-2005(par décennies)

Source : CRED et SIPC, http://www.unisdr.org/​disaster-statistics/​pdf/​isdr-disaster-statistics-occurrence.pdf.

11Selon la terminologie de la Stratégie internationale des Nations unies pour la prévention des catastrophes (SIPC), un aléa d’origine hydrométéorologique est un « processus ou phénomène de nature atmosphérique, hydrologique ou océanographique, susceptible de provoquer des pertes en vies humaines, des dommages corporels ou autres atteintes à la santé, des dommages matériels, la perte des moyens de subsistance et des services, des perturbations sociales et économiques, ou une dégradation de l’environnement15. »

  • 16 CRED, 2008, Annual disaster statistical review: The numbers and trends 2007. Brussels: CRED, p. 4.

12Dans sa classification des aléas naturels, le CRED utilise aussi le terme « hydrométéorologique » pour englober les phénomènes classés comme « climatologiques » (par ex. les températures extrêmes), « hydrologiques » (par ex. les inondations) et « météorologiques » (par ex. les tempêtes)16.

  • 17 Cit. in BROWN O., 2008, Op. cit., p. 17-18.

13A ce stade, une précision s’impose. Durant mon stage de six mois à la SIPC, j’ai pu constater qu’il règne encore une certaine confusion dans la terminologie liée aux aléas naturels d’origine hydrométéorologique. Chaque organisation (SIPC, CRED, OMM…) utilise des termes différents. C’est pourquoi il me paraît pertinent de recourir à la distinction proposée par Robert McLeman, de l’Université d’Ottawa. Selon ce dernier, les « processus climatiques », qui sont des aléas d’origine hydrométéorologique constants dans le temps comme l’élévation du niveau des mers, la désertification et l’augmentation du manque d’eau, doivent être distingués des « événements climatiques », qui sont des aléas soudains, spectaculaires et limités dans le temps comme les inondations, les tempêtes, les cyclones et les vagues de chaleur ou de froid17. Pour éviter d’autres confusions terminologiques, je distinguerai ainsi entre « processus d’origine hydrométéorologique » et « événements d’origine hydrométéorologique ».

1.5. L’élévation du niveau des mers

14L’augmentation des températures influence les processus hydrométéorologiques comme l’élévation du niveau des mers. Or, la montée des eaux est un problème qui concerne toutes les populations qui habitent sur les petites îles ainsi que sur les côtes du monde entier, et c’est pourquoi j’ai choisi de traiter de ce sujet.

  • 18 BINDOFF N. L., WILLEBRAND J. (dir.), 2007, « Oceanic climate change and sea level », IPCC, Climate (...)
  • 19 Ibid., p. 417-419.
  • 20 KANDEL R., 2002, Op. cit., p. 101.
  • 21 Ibid. et BINDOFF N. L., WILLEBRAND J., 2007, Op. cit., p. 409.

15Le niveau des mers est étroitement lié aux températures moyennes globales : plus il fait chaud, plus le niveau des mers augmente. Mais comment ? Deux phénomènes liés à la température influencent le niveau des mers. Le premier est l’expansion thermique de l’eau : avec la chaleur, l’eau subit une dilatation thermique et augmente en volume ; autrement dit, si l’océan se réchauffe, l’eau monte, et s’il se refroidit, l’eau baisse18. Le second est l’échange d’eau entre les océans et les autres réserves d’eau comme les glaciers alpins, les glaciers marins, les lacs et l’atmosphère19. A cause du réchauffement climatique, la fonte des glaciers ou des glaces qui ne sont pas dans la mer contribue à l’élévation du niveau de la mer (voir figure 6 page suivante). En revanche, la fonte des glaces qui sont déjà dans la mer ne contribue pas à l’élévation du niveau de la mer, parce que, selon le principe d’Archimède, la glace déplace une masse équivalente à l’eau liquide20. Selon l’astrophysicien Robert Kandel, de même que selon le dernier rapport du GIEC, la cause principale de l’élévation des mers est l’expansion thermique de l’eau21.

  • 22 BINDOFF N. L., WILLEBRAND J., 2007, Op. cit., p. 408.

16Il ne faut toutefois pas oublier qu’outre ces deux phénomènes, d’autres composantes indirectement liées au réchauffement climatique, comme les mouvements des plaques tectoniques, peuvent influencer le niveau des mers22.

Figure 6 – Causes de l’élévation du niveau de la mer

Figure 6 – Causes de l’élévation du niveau de la mer

Source : GIEC, Changement climatiques 2001 : rapport de synthèse, p. 71, http://www.ipcc.ch/​pdf/​climate-changes-2001/​synthesis-syr/​french/​question-1to9.pdf.

  • 23 Ibid., p. 409.
  • 24 CHRISTENSEN J. H., HEWITSON B. (dir.), 2007, « Regional climate projection », IPCC, Climate change (...)

17Le niveau des mers est monté de 120 m lors de la dernière ère glaciaire, il y a environ 21 000 ans, et il s’est stabilisé il y a environ 3000 ans. Selon les analyses, il n’est plus remonté jusqu’au xxe siècle, lorsqu’il s’est élevé de 17 cm. En moyenne, l’eau est montée de 1,7 mm par an, mais les nouveaux satellites altimétriques qui permettent de mesurer le niveau des mers, disponibles depuis les années 1990, montrent que depuis 1994 la moyenne est de 3,1 mm par an. Le GIEC, dans ses projections pour le xxie siècle, a calculé une moyenne de 4 mm par an, aboutissant à une augmentation de 18 à 59 cm en 209523. Notons toutefois que l’élévation du niveau des mers n’est et ne sera pas uniforme dans tous les océans du globe24.

  • 25 STROHECKER K., 2008, World sea levels to rise 1.5m by 2100 – scientists. Vienna: Reuters, 16 March.
  • 26 RAHMSTORF S., 2007, « A semi-empirical approach to projecting future sea-level rise », Science, 315 (...)
  • 27 Cit. in CHURCH J. A. (et al.), 2007, « Preparing for sea-level rise », ECOS, 137, p. 15. Version or (...)

18D’autres scientifiques ont contesté les analyses faites par le GIEC. Par exemple, lors d’une conférence sur le climat à Vienne, le 16 avril 2008, les scientifiques anglais du Proudman Oceanographic Laboratory de Liverpool ont vivement critiqué les estimations du GIEC ; selon leurs prévisions, le niveau des mers augmentera de 1,5 m d’ici 210025. L’océanographe allemand Stefan Rahmstorf estime lui aussi que le niveau des mers s’élèvera davantage que ne le prévoit le GIEC, de 50 à 140 cm entre 1990 et 210026. James Hansen, climatologue de la NASA, a eu la même réaction à l’égard du quatrième rapport du GIEC : « J’ai été très déçu des commentaires [du GIEC] à propos de l’élévation du niveau de la mer, car ils n’affirmaient pas clairement que notre compréhension de la situation avait profondément changé et que le problème est nettement plus grave que nous le pensions27. »

Notes

1 CRUTZEN P. J., 2002, « Geology of mankind: The anthropocene », Nature, 415, p. 23.

2 Ibid.

3 Ibid.

4 DEBROISE A., JOUZEL J., 2007, Le climat : jeu dangereux. Paris : Dunod, p. 8-9.

5 GRINEVALD J., 2007, La biosphère de l’anthropocène : climat et pétrole, la double menace : repères transdisciplinaires (1824-2007). Chêne-Bourg : Georg, p. 58.

6 Ibid., p. 68-69.

7 GRINEVALD J., 2007, Op. cit., p. 68-69.

8 KANDEL R., 2002, Le réchauffement climatique. Paris : Presses Universitaires de France, p. 108-109.

9 CHRISTIE D. (dir.), 1998, Le regard de Janus : changements climatiques et catastrophes naturelles : PNR 31. Chêne-Bourg : Georg, p. 8.

10 KANDEL R., 1998, L’incertitude des climats. Paris : Hachette Littératures, p. 76-77.

11 KANDEL R., 2002, Op. cit., p. 88.

12 Je préfère utiliser dans cette étude le terme « aléas naturels » tout en sachant qu’il a un débat sur sa définition en anglais. Selon la Stratégie internationale des Nations unies pour la prévention des catastrophes (SIPC), on devrait désormais utiliser le simple terme disaster et non plus natural disaster parce que les catastrophes ne sont plus « naturelles » au sens où elles auraient une cause naturelle que les hommes ne peuvent empêcher ; en effet, c’est la vulnérabilité humaine et sociale qui transforme le phénomène naturel en catastrophe. Cependant, le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (UNHCR) et l’OIM – comme la plupart des organisations internationales – ainsi que le grand public sont plus familiers avec les termes « catastrophe naturelle », « aléa naturel » ou natural disaster.

13 HEGERL C. G., ZWIERS F. W. (dir.), 2007, « Understanding and attributing climate change », IPCC, Climate change 2007. Working Group I: The physical science basis of climate change. New-York : Cambridge University Press, p. 696.

14 ANDERSON J., BAUSCH C., 2006, Climate change and natural disasters: Scientific evidence of a possible relation between recent natural disasters and climate change. Brussels: Internal Policies European Parliament, p. 5.

15 PreventionWeb, plate-forme du système de la SIPC, http://www.preventionweb.net/english/professional/terminology/v.php?id=490. Version originale en anglais : Process or phenomenon of atmospheric, hydrological or oceanographic nature that may cause loss of life, injury or other health impacts, property damage, loss of livelihoods and services, social and economic disruption, or environmental damage. Traduction faite par l’auteur.

16 CRED, 2008, Annual disaster statistical review: The numbers and trends 2007. Brussels: CRED, p. 4.

17 Cit. in BROWN O., 2008, Op. cit., p. 17-18.

18 BINDOFF N. L., WILLEBRAND J. (dir.), 2007, « Oceanic climate change and sea level », IPCC, Climate change 2007. Working Group I: The physical science basis of climate change. New York: Cambridge University Press, p. 415-416.

19 Ibid., p. 417-419.

20 KANDEL R., 2002, Op. cit., p. 101.

21 Ibid. et BINDOFF N. L., WILLEBRAND J., 2007, Op. cit., p. 409.

22 BINDOFF N. L., WILLEBRAND J., 2007, Op. cit., p. 408.

23 Ibid., p. 409.

24 CHRISTENSEN J. H., HEWITSON B. (dir.), 2007, « Regional climate projection », IPCC, Climate change 2007. Working Group I: The physical science basis of climate change. New York: Cambridge University Press, p. 909.

25 STROHECKER K., 2008, World sea levels to rise 1.5m by 2100 – scientists. Vienna: Reuters, 16 March.

26 RAHMSTORF S., 2007, « A semi-empirical approach to projecting future sea-level rise », Science, 315, p. 368.

27 Cit. in CHURCH J. A. (et al.), 2007, « Preparing for sea-level rise », ECOS, 137, p. 15. Version originale en anglais : I was very disappointed that their comments about sea level didn’t make clear that there’s been a huge change in our understanding of that situation, and it’s a much more dangerous problem than we had realized. Traduction faite par l’auteur.

Table des illustrations

Titre Figure 1 – Les émissions de dioxyde de carbone, 1751-2006 (en millions de tonnes métriques de carbone)
Crédits Source : Carbon Dioxide Information Analysis Center (CDIAC), http://cdiac.ornl.gov/​trends/​emis/​glo.html.
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/209/img-1.png
Fichier image/png, 75k
Titre Figure 2 – La courbe de Keeling : concentration atmosphérique en dioxyde de carbone, mesurée sur le Mauna Loa (Hawaï), 1958-2000 (en partie par million)
Crédits Source : Earthguide, http://earthguide.ucsd.edu/​globalchange/​keeling_curve/​01.html.
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/209/img-2.png
Fichier image/png, 129k
Titre Figure 3 – L’effet de serre
Crédits Source : GIEC, http://www.agirr.org/​IMG/​effet-serre.jpg.
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/209/img-3.png
Fichier image/png, 1,6M
Titre Figure 4 – Variations de la température de la surface de la terre
Crédits Source : GIEC, Changement climatiques 2001 : rapport de synthèse, p. 53, http://www.ipcc.ch/​pdf/​climate-changes-2001/​synthesis-syr/​french/​question-1to9.pdf.
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/209/img-4.png
Fichier image/png, 2,3M
Titre Figure 5 – Nombre d’aléas naturels enregistrés dans EM-DATa, 1950-2005
Crédits Source : CRED et SIPC, http://www.unisdr.org/​disaster-statistics/​pdf/​isdr-disaster-statistics-occurrence.pdf.
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/209/img-5.png
Fichier image/png, 125k
Titre Tableau 1 – Répartition des aléas naturels selon leur origine, 1900-2005(par décennies)
Crédits Source : CRED et SIPC, http://www.unisdr.org/​disaster-statistics/​pdf/​isdr-disaster-statistics-occurrence.pdf.
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/209/img-6.png
Fichier image/png, 30k
Titre Figure 6 – Causes de l’élévation du niveau de la mer
Crédits Source : GIEC, Changement climatiques 2001 : rapport de synthèse, p. 71, http://www.ipcc.ch/​pdf/​climate-changes-2001/​synthesis-syr/​french/​question-1to9.pdf.
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/209/img-7.png
Fichier image/png, 946k

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search