Version classiqueVersion mobile

La liquidité internationale

 | 
Jacques L’Huillier

Partie III. Les essais récents de réforme du système monétaire international et la liquidité internationale

Chapitre IX. Les tentatives de réforme du système monétaire international

Texte intégral

1Peu après le “Smithonian Agreement”, sur la portée duquel personne ne se faisait beaucoup d’illusions, le Conseil des Gouverneurs du FMI constitua, en 1972, un Comité, dit Comité des Vingt, pour étudier une réforme du système monétaire international. La composition de ce Comité était calquée sur celle du Conseil d’Administration du Fonds.

2Les discussions, interminables, de ce Comité, tournèrent autour de trois thèmes principaux.

31° : Le régime des changes

4Manifestement, à l’époque, les zélateurs des changes flexibles n’avaient pas réussi à convaincre les milieux des Banques centrales des vertus du flottement des monnaies. Les responsables des instituts d’émission restaient, dans l’ensemble, attachés au principe des changes fixes. Mais les rudes épreuves que vient de subir le système agonisant de Bretton-Woods préparent les esprits à accepter une souplesse croissante dans ce domaine. Dans la formule fameuse : changes fixes mais ajustables, l’accent tend à se déplacer du premier au second qualificatif.

52° : La répartition des tâches du rééquilibre

6L’aspiration est très répandue de répartir plus équitablement, comme l’on dit, le fardeau du rééquilibre des balances des comptes. Ce souci a deux aspects.

7D’une part, on veut mettre un terme à la dissymétrie qui existe, à cet égard, entre la position des Etats-Unis et celle des autres pays.

8D’autre part, la responsabilité de procéder à des changements de parité devrait être mieux partagée entre les pays déficitaires et les pays excédentaires, pensent de nombreux esprits, car ils ont le sentiment que, dans le passé, ce sont surtout les premiers qui ont été appelés à rectifier la définition de leur monnaie. Sur ce point, les Etats-Unis, reprenant une suggestion avancée par M. George Schultz, alors Secrétaire au Trésor, lors de l’Assemblée annuelle du FMI en 1972, font une proposition précise. Il s’agirait de s’en remettre à des indicateurs objectifs, notamment le niveau des réserves de LI, pour déterminer quels pays devraient prendre l’initiative d’un changement de leur parité vers le bas ou vers le haut.

93° : L’héritage de l’étalon de change-or fondé sur le dollar

10Cet héritage consiste surtout en une surabondance d’avoirs en dollars entre les mains des Banques centrales en dehors des Etats-Unis. L’idée qui fait son chemin au moment dont nous parlons est celle de la création d’un compte de substitution auprès duquel les Banques centrales intéressées auraient la possibilité d’échanger, contre une autre forme de LI, les dollars qu’elles estimeraient superflus dans leurs réserves. Ce projet est inspiré, entre autres considérations, par la crainte que l’envie de diverses Banques centrales de se débarrasser d’un excès de dollars, en les changeant contre d’autres devises, ne fasse sauter les digues des changes fixes et ne déclenche des mouvements de change indésirables.

11Il est clair que les problèmes qu’on vient de mentionner sont extrêmement intéressants et importants en eux-mêmes, mais on reconnaîtra aussi qu’il fallait ne pas craindre l’hypocrisie pour en discuter indépendamment du problème de la LI. Et, pourtant, c’est bien ce qui s’est passé dans le Comité des Vingt, car tous les participants savaient qu’ils ne pourraient aborder ce sujet sans parler de la question tabou des avenirs respectifs du dollar et de l’or en tant que LI. Or, ce débat ne pourrait être qu’une conversation de sourds aussi longtemps que les Etats-Unis s’obstineraient à vouloir démonétiser le métal. Ce sujet brûlant fut évité en répétant inlassablement que les DTS seraient, dans le futur, la composante majeure de la LI.

12Dans les développements qui suivent, nous nous efforcerons de montrer pourquoi il est déraisonnable de traiter les trois points qui viennent d’être évoqués sans se référer à la LI.

131° : En ce qui concerne le régime des changes, d’abord, si l’on ne connaissait pas la raison, rappelée à l’instant, de cette omission, on ne pourrait qu’admirer les spécialistes éminents du Comité d’avoir réussi à se regarder sans rire lorsqu’ils discutaient de régimes de changes fixes sans aborder la question centrale de la forme de LI appelée à servir d’étalon et de moyen de règlement ultimes au plan international.

14Quant au désir d’assouplir le régime des changes fixes, on a beaucoup reproché au système de Bretton-Woods d’avoir favorisé la rigidité des parités. Il était à la mode, à l’époque, de déplorer que divers gouvernements européens se soient accrochés trop longtemps à des parités dépassées. Mais on peut se demander si ce grief ne devait pas être adressé plutôt au dollar. Si la monnaie américaine n’avait pas été prétendante au rôle d’étalon universel, les autorités ne se seraient pas obstinées à refuser un ajustement de sa parité, par rapport à l’or, et le cours des événements aurait été sensiblement modifié.

15De plus, en se plaçant sur un plan plus général et abstrait, n’est-il pas opportun, à propos de la tendance à l’assouplissement des changes fixes, de dénoncer le ridicule qui s’attache à la formule : « changes fixes, mais ajustables ». Car si la répétition des changements de parité, comme nous l’avons souligné précédemment, peut engendrer un processus cumulatif d’instabilité, rien ne permet alors d’affirmer qu’on puisse ajuster les changes à sa guise tout en restant sous un régime de changes fixes.

162° : Pour ce qui est de la recherche d’une formule pour répartir plus équitablement les charges du rééquilibre des paiements internationaux, il est évident que, si l’on voulait placer les Etats-Unis sur le même pied que les autres pays, il fallait renoncer à l’idée de confier au dollar le soin de jouer les premiers rôles en matière de LI. C’est bien ce qu’on faisait en répétant à l’envi que la LI serait faite, dans le futur, principalement de DTS. Mais ce n’était en réalité qu’un artifice verbal, puisque nous avons vu que les DTS ne peuvent se passer, pour circuler, de la canne du dollar.

17Maintenant, à supposer qu’on se rallie à un statut de la LI qui ne confère aucun privilège ou responsabilité spécial au dollar, il reste à savoir ce qu’on entend par un juste partage des charges entre les pays déficitaires et les pays excédentaires en matière de changement de parité.

18En effet, ce qui produit une action rééquilibrante de déplacement de la demande, tant étrangère que nationale, vers la production nationale des pays déficitaires, c’est l’abaissement relatif des monnaies de ces derniers par rapport à celles des pays excédentaires. Il importe peu, de ce point de vue relatif, que ce soient les pays déficitaires qui dévaluent ou les pays excédentaires qui réévaluent.

19Il n’est pas possible non plus de dire d’avance lequel de ces deux groupes sera le plus affecté par cette correction des parités, ne serait-ce qu’en raison de la nécessité de définir au préalable la signification de cette expression : les charges du rééquilibre.

20Si l’on traite comme un fardeau le fait que les pays déficitaires devraient normalement exporter plus en volume, et importer moins, en volume aussi, et comme une sorte d’aubaine, au contraire, la situation inverse pour les pays excédentaires, on tombe dans l’absurdité puisque l’effet attendu des variations de parité dans le sens du rééquilibre implique nécessairement ces résultats. Objectivement, on ne serait en droit d’avancer l’idée que le fardeau du rééquilibre pèse plus lourdement sur les pays déficitaires, à la suite de la baisse relative de leur monnaie, que si leurs termes d’échange se dégradaient fortement. Ou encore, on serait enclin à plaindre les pays excédentaires si la hausse relative de leur monnaie engendrait dans leur économie un sous-emploi important à travers l’accroissement en volume de leurs importations et la contraction de leurs exportations. Mais il est totalement impossible de prévoir ces conséquences, car elles dépendent des circonstances qui entourent les cas d’espèce. Plus haut, nous avons reconnu qu’elles sont aussi influencées par la nature des autres mesures de rééquilibre qui accompagnent le changement de parité ainsi que par les délais qui sont impartis à l’extériorisation de leurs effets par les autorités nationales qui les ont prises. De toute manière, et surtout, ces maux éventuels sont complètement indépendants, on ne saurait trop le répéter, du fait que l’initiative du changement de parité soit prise dans le camp déficitaire ou dans le camp excédentaire.

21Aussi bien, la seule question pertinente, sur un plan général, en ce qui concerne la répartition des effets des changements de parité entre les pays déficitaires et les pays excédentaires, est celle de l’étalon par rapport auquel ces changements ont lieu. Comme nous l’avions relevé ci-dessus, l’exigence des Etats-Unis, avancée dans les années précédant la chute du système de Bretton-Woods, que les pays excédentaires réévaluent leur monnaie par rapport à l’or, aurait naturellement imposé une charge à ces pays, s’ils avaient obtempéré, puisque leurs réserves métalliques se seraient progressivement dévalorisées.

223° : Pour ce qui est de la proposition de créer un compte de substitution pour éponger les avoirs superflus des Banques centrales en dollars, il va de soi que l’attrait qu’une telle formule est susceptible d’exercer sur les Banques dépend de la qualité de la LI qu’on leur offrirait en échange.

23Les discussions sur cette question de l’instauration éventuelle d’un compte de substitution se sont éternisées, le projet prenant progressivement une forme plus précise, par petites touches. Finalement, il se cristallisa autour de l’idée d’un actif original qui aurait été libellé en DTS, mais qui aurait été assorti de facilités spéciales de mobilisation, ainsi que de conditions de rémunération particulièrement avantageuses.

24Il paraît inutile, cependant, d’entrer dans le détail de ces travaux préparatoires, car l’affaire a été définitivement enterrée en 1980. C’est dire qu’elle avait survécu très largement au Comité des Vingt au sein duquel elle avait germé. Il semble que les principales pierres d’achoppement furent le mode de fixation des intérêts qui seraient mis à la charge des Etats-Unis, et la distribution des pertes qui résulteraient, pour le Compte de substitution, d’une éventuelle déprécation du dollar vis-à-vis du DTS.

25Mais il n’est pas impossible que, plus prosaïquement, les Banques centrales candidates à l’échange, selon le projet, aient estimé que le dollar était un actif plus intéressant en dernière analyse qu’un actif libellé en DTS. Au surplus, des Banques se posaient la question de savoir ce qui se passerait si le Compte devait être liquidé un jour. Celles qui pensaient avoir à ce moment-là une position créditrice souhaitaient que le FMI leur offre, dans ce cas, un gage sous la forme d’un prélèvement sur ses avoirs résiduels en or. Au passage, on notera que cette requête était un hommage de plus qui était rendu, par des autorités monétaires, aux qualités de LI d’un actif qu’il était séant de considérer, selon le conformisme international en honneur, comme démonétisé. Quoi qu’il en soit, aucune entente ne put se faire sur ce point, et le dossier fut définitivement refermé.

  • 1 Thomas D. Willett, Floating Exchange Rates and International Monetary Reform, op. cit., p. 76.

26L’échec patent du Comité des Vingt est donc dû, à nos yeux, à son incapacité de prendre une position nette quant aux titres respectifs du dollar et de l’or à jouer le rôle de LI. En octobre 1974, le FMI mit un terme à l’existence de cet organe. Ainsi que le relève avec malice T. D. Willett1, le premier choc pétrolier fournit providentiellement une bonne excuse pour ranger ses dossiers dans un tiroir. Mais, simultanément, le FMI créa un organe successeur, le Comité intérimaire, dont la composition fut aussi inspirée de celle du Conseil d’Administration du Fonds. Ce nouveau Comité, lui, réussit, pour sa part, à faire évoluer quelque peu la question délicate de la place de l’or dans le système monétaire international.

27En 1974 et au début de 1975 déjà, quelques initiatives furent prises soit au sein du FMI, soit en dehors de lui, qui trahissaient les hésitations et les oppositions qui divisent le monde sur ce sujet. En effet, certaines des mesures que nous allons mentionner tendent à conférer de nouveau un rôle important, comme LI, à l’or, tandis que d’autres vont en sens contraire.

28Dans le second sens, négatif, pour commencer, mentionnons pour mémoire qu’en 1974, lors de la dernière réunion du Comité des Vingt, il fut prévu que la définition de la valeur du DTS serait modifiée, pour rompre le lien qui le rattachait à l’or.

29En deuxième lieu, c’est au début de 1975 que le FMI décida de supprimer toute référence à l’or dans l’exercice de ses activités. En outre, à partir de juin 1976, le FMI procédera à des ventes d’or, en prélevant le métal sur ses propres avoirs. Ces ventes s’étaleront sur quatre années. Elles atteindront au total le volume de 25 millions d’onces. D’autre part, le FMI restitua aux membres, sur leurs contributions antérieures en métal, une quantité d’or égale aussi à 25 millions d’onces. Après ces ponctions, le stock résiduel d’or du Fonds dépasse à peine 100 millions d’onces.

30En dernier lieu, l’attention doit être attirée sur deux changements de la législation américaine qui furent interprétés officiellement comme une expression de la volonté de traiter désormais le métal jaune comme une vulgaire matière première. D’une part, l’interdiction qui était faite, depuis 1934, aux résidents américains de posséder de l’or sous une forme autre que celle de bijoux, fut levée à compter du 1er janvier 1975. D’autre part, le Gouvernement américain fut habilité à vendre de l’or aux enchères, métal qui serait pris dans les réserves américaines, détenues pour l’essentiel par le Trésor américain.

31Il n’est pas exclu que ces décisions du législateur américain soient allées en dernier ressort à fin contraire par rapport à l’intention originelle. La première mesure a donné l’occasion, au public américain, de se familiariser concrètement, en procédant à des achats spéculatifs de métal au comptant et à terme, avec l’éventualité d’une restauration de l’or dans ses fonctions monétaires internationales. Car il saute aux yeux, en suivant les cours sur les marchés commerciaux de l’or, par comparaison avec ceux des matières premières les plus traitées en bourse, que la demande d’or ne s’alimente pas seulement aux besoins industriels, mais qu’elle est nourrie aussi par l’attente d’un rétablissement du rôle monétaire de l’or.

32Quant aux ventes officielles d’or, elles eurent lieu selon une périodicité irrégulière, de 1978 jusqu’à la fin de 1979. Leur suspension, probablement définitive, met d’une façon impertinente en évidence que le Gouvernement américain ne tenait pas à se défaire plus longtemps d’un actif qui pourrait occuper une place centrale dans le système monétaire international de l’avenir. Incidemment, on observera que le Trésor américain avait des raisons de rire jaune, car ces ventes de métal ont été une opération désastreuse pour les Etats-Unis puisque les acheteurs, en majorité étrangers, ont pu revendre rapidement les quantités acquises par eux à un prix très supérieur à leur prix d’achat.

33Maintenant, dans un sens ouvertement favorable à la reconnaissance du rôle monétaire international de l’or, il convient de signaler que, dès juin 1974, dans le cadre du Groupe des Dix, un accord avait pu se faire pour admettre que si une Banque centrale contractait un emprunt auprès d’une autre Banque centrale, et si la première, aux termes du contrat, remettait à la seconde de l’or en gage, l’évaluation de l’or servant ainsi de garantie pourrait se faire à n’importe quelle valeur qui conviendrait aux parties.

34Peu après, en décembre 1974, on s’entendit, en outre, pour habiliter les Banques centrales qui souhaiteraient le faire, à évaluer l’or figurant dans leurs réserves à un cours correspondant au prix sur le marché commercial.

35Les dispositions que nous venons de mentionner sont autant de témoignages en faveur de la fonction monétaire de l’or au plan international, mais elles donnent cependant une impression d’incohérence parce qu’elles ne s’ordonnent pas selon une formule de compromis global.

36La première tentative faite en direction d’une telle formule de conciliation date de l’été 1975. Le Comité intérimaire pouvait prendre note, alors, de l’arrangement suivant élaboré, lui aussi, dans le cadre du Groupe des Dix. Des transactions officielles sur l’or pouvaient être accomplies par les autorités de ces pays, mais elles ne devaient pas établir un prix officiel de l’or. De surcroît, il incombait à ces autorités d’éviter tout accroissement du poids global de leurs réserves métalliques. La Suisse s’associa à cet arrangement.

37La signification de ce dernier est relativement claire.

38Les adversaires de l’or, principalement les Etats-Unis, obtenaient que nulle autorité ne confère le statut d’étalon international à l’or en établissant un prix officiel pour celui-ci. Ils avaient aussi la satisfaction que, globalement, la séparation entre le circuit officiel et le circuit commercial fût maintenue, les réserves officielles en or restant constantes, au total, en volume.

39En revanche, les partisans de l’or enregistraient avec plaisir un élargissement du cercle des opérations que les Banques centrales pouvaient faire à l’endroit du métal. Elles seraient capables, notamment, d’utiliser l’or comme moyen de règlement ultime entre elles, à un prix dont elles conviendraient librement, à condition qu’il ne soit pas un prix fixe prédéterminé.

40Cet arrangement était valable pour une durée de deux années. A l’expiration de ce délai, il ne fut pas renouvelé.

41Car, entre-temps, le Comité intérimaire était parvenu à mettre sur pied un projet de réforme des Statuts du FMI à l’occasion d’une réunion tenue en janvier 1976 à la Jamaïque. Ce projet fut approuvé par l’Assemblée du FMI en septembre 1976, sous l’appellation de Deuxième Amendement. Les ratifications requises pour l’entrée en vigueur de cet Amendement furent réunies à la fin de mars 1978.

42Selon le nouvel article IV des Statuts, les membres du FMI sont libres de choisir le régime de changes qui leur plaît (section 2). Mais même s’ils se rallient au régime de changes flottants, ils s’engagent à contribuer à la formation d’un système stable de taux de change (section 1). De plus, le FMI est chargé d’une mission de « ferme surveillance » des politiques de change de ses membres (section 3).

43En ce qui concerne l’or, il est interdit aux membres de fixer un prix officiel pour ce métal, c’est-à-dire une parité par rapport à l’or. D’autre part, il est confirmé que toute référence à l’or disparaît dans les relations entre le Fonds et ses membres.

44D’un autre côté, les membres ont la faculté de faire des transactions sur l’or et de comptabiliser leurs réserves en or à n’importe quel prix. Autrement dit, le prix ne doit pas être prédéterminé, pour ne pas être un prix officiel ; mais les membres sont déliés de l’obligation qu’ils devaient observer, aussi longtemps que les anciennes dispositions des Statuts étaient en vigueur, selon laquelle les transactions officielles sur l’or ne pouvaient avoir lieu qu’à un prix correspondant à l’ancienne parité. Il est vrai que la suppression de cette obligation allait de soi dès l’instant que les Statuts amendés prohibent la fixation d’une parité en or. On voit aussi qu’on a renoncé à faire prendre par les Banques centrales l’engagement, probablement incontrôlable en réalité, de maintenir globalement le stock d’or monétaire constant en volume.

45Depuis l’adoption du Deuxième Amendement, deux événements, que nous avons déjà mentionnés mais dont l’importance justifie ici leur rappel, ont renforcé les chances de l’or de reprendre une fonction monétaire internationale plus active.

46L’un traduit une évolution remarquable de la position des Etats-Unis : c’est la décision prise en 1980 par le Gouvernement américain de mettre fin aux ventes d’or aux enchères auxquelles il s’était livré pendant quelque deux ans.

47L’autre fait digne d’être remémoré est le statut de liquidité qui est reconnu officiellement à l’or dans le SME, même si ce statut est encore restreint, à la fois géographiquement et fonctionnellement.

Notes

1 Thomas D. Willett, Floating Exchange Rates and International Monetary Reform, op. cit., p. 76.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search