Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La liquidité internationale

 | 
Jacques L’Huillier

Partie II. Les formes variées de la liquidité internationale depuis la Deuxième Guerre mondiale

Chapitre VI. L’étalon de change-or fondé sur le dollar

Texte intégral

1Etant donné que ce système est né de celui de Bretton-Woods et qu’il l’a entraîné finalement dans sa chute, il peut être qualifié d’emblée de parricide.

2Dans une première section, nous retracerons cette filiation inattendue. Et nous observerons que, parvenu à son zénith, ce système d’étalon de change-or dollar suscita, du côté des théoriciens, aussi bien des louanges extrêmes que des critiques acerbes.

3Une deuxième section servira à retracer l’ébranlement progressif du système et le chapelet d’artifices divers qui furent imaginés pour retarder l’issue fatale.

4La troisième section montrera comment la déclaration d’inconvertibilité du dollar a conduit logiquement, après quelques hésitations, à un régime de changes flottants.

Section 1. L’origine et le développement de l’étalon de change-or axe sur le dollar

5Après que la reconstitution des économies européennes et japonaise eut fait disparaître les goulets qui y étranglaient la production dans les années d’après-guerre, ces régions dégagèrent assez rapidement un excédent de balance des comptes sur les Etats-Unis, d’autant plus facilement que les pays en cause avaient choisi des parités plutôt basses qui leur assurèrent une forte compétitivité vis-à-vis de cette économie.

6Selon le mécanisme de stabilisation des changes qui avait été institué par l’Accord de Bretton-Woods et que nous avons rappelé, nombreuses furent les Banques centrales qui eurent, en dehors des Etats-Unis, l’occasion d’acheter des dollars sur les marchés des changes. Mais, au lieu de demander au Trésor américain, une fois leurs réserves en dollars ajustées à leurs besoins courants d’interventions, la conversion en or de la plus grande partie des avoirs supplémentaires en dollars qu’elles accumulaient ainsi, elles les conservèrent presque intégralement sous cette forme. La vérité oblige à dire que ces instituts d’émission furent mus en l’occurrence par un simple motif de profit. Les dollars participaient à leurs yeux des qualités de l’or, puisqu’ils étaient convertibles en métal ; mais, en plus, ils rapportaient un intérêt, qui était procuré la plupart du temps par un placement en bons du Trésor américain. Plus tard, les placements sur le marché de l’eurodollar furent aussi très appréciés.

7L’esprit, sinon la lettre, de l’Accord de Bretton-Woods était altéré puisque le dollar n’était pas seulement une monnaie d’intervention, pour les Banques centrales en question, mais aussi une monnaie de réserve à part entière.

  • 1 Pierre Pascallon, Le système monétaire international, Théorie et réalité, Les Editions de l’épargne (...)

Comme l’exprime si bien le Professeur Pascallon :
« Ainsi, dans les faits, à l’ancienne symétrie théorique de l’étalon-or, qui traitait les monnaies de tous les pays sur un pied d’égalité, d’égale soumission envers le monarque métallique, allait pouvoir succéder le mécanisme aristocratique de ce “gold exchange standard” dans lequel le dollar servait d’intermédiaire et d’écran entre l’or qui demeurait l’étalon, la référence ultime, et le “petit peuple” des monnaies inférieures »1.

8Le succès du dollar, dans son rôle international, fut cumulatif. Au plan officiel, d’abord, toutes les Banques centrales – à l’exception, il est vrai, des pays satellites dans les zones monétaires comme la zone sterling et la zone du franc français – avaient pris l’habitude de stabiliser leur taux de change par rapport au dollar, par des interventions en cette monnaie sur le marché des changes. Chacune d’elles avait ainsi la certitude que le dollar, comme LI, faisait l’objet d’une acceptation universelle.

9Au plan privé, maintenant, les opérateurs des échanges internationaux remarquaient que ce mécanisme des interventions officielles avait pour conséquence que la valeur du dollar par rapport à chaque autre monnaie fluctuait moins que les valeurs respectives de ces autres monnaies entre elles.

10Cette circonstance conduisit d’ailleurs le FMI à assouplir, en 1959, par une interprétation, une règle de Bretton-Woods, à savoir celle que les marges de fluctuation d’une monnaie, par rapport à sa parité, ne devaient pas dépasser 1 % de part et d’autre de cette dernière. Car si la lire, disons, était à 1 % au-dessus de sa parité exprimée en dollar, et le florin à 1 % au-dessous de sa propre parité exprimée de la même façon, alors le cours de change lire-florin pouvait s’écarter de 2 % du taux correspondant au rapport des parités de ces deux monnaies. L’interprétation du FMI dont nous parlons consista à dire que les marges limites de 1 % devaient s’entendre seulement, pour chaque monnaie, par rapport à la monnaie d’intervention choisie par les autorités, en fait le dollar.

11Dans ces conditions, on comprend que ceux des opérateurs privés, en dehors des Etats-Unis, qui ressentaient le besoin de détenir des encaisses dans une monnaie autre que la leur, choisissaient de préférence le dollar, d’abord en raison de son acceptation universelle, mais aussi à cause de cette stabilité mieux établie par rapport aux autres monnaies. Ces faits contribuèrent, au cours de la décennie 1960, au développement remarquable des dépôts en eurodollars. L’extension de l’usage du dollar comme monnaie de contrat, de paiement et même de détention d’encaisses dans les relations internationales privées fortifia à son tour l’usage officiel du dollar. Car les Banques centrales constataient que, sur les marchés des changes, les contreparties, pour leurs interventions, n’étaient vraiment toujours disponibles que pour le dollar.

12L’accumulation de dollars par des agents privés résidant en dehors des Etats-Unis faisait que les Banques centrales avaient moins l’occasion d’acheter des dollars sur les marchés des changes au point d’entrée, et pour les montants qu’elles achetaient encore elles s’abstenaient presque toujours d’en demander la conversion en or au Trésor américain. Est-ce à dire que la convertibilité du dollar en métal jaune n’avait jamais l’occasion de jouer effectivement ? C’est vrai pour l’essentiel, mais il restait quelques cas où cette convertibilité se manifestait dans les faits.

13D’une part, certaines Banques centrales, rares il est vrai, parmi celles qui accumulaient des dollars, en convertissaient régulièrement une partie auprès du Trésor américain. Il en fut ainsi, notamment, de la Banque nationale suisse.

14D’autre part, n’importe qui, agent privé ou même Banque centrale, avait la possibilité d’échanger des dollars contre de l’or sur le marché commercial du métal jaune à un cours très proche de la parité du dollar.

15Le marché de l’or de Londres avait été rouvert en 1954, et il avait retrouvé rapidement sa prépondérance d’avant-guerre. Dès 1960, le prix, exprimé en dollar sur le marché, eut tendance à dépasser la parité américaine de 35 dollars l’once.

16Cette situation apparut gênante aux Banques centrales les plus soucieuses de leur respectabilité, parce qu’elle faisait ressortir une dépréciation de toutes les monnaies par rapport à l’or. En 1961, huit pays développés : Allemagne fédérale, Belgique, Etats-Unis, France, Italie, Pays-Bas, Royaume-Uni et Suisse, décidèrent de créer un Pool de l’or. Les autorités monétaires de ces pays mirent à la disposition de la Banque d’Angleterre, choisie comme agent parce qu’elle était sur place pour opérer sur le marché, une masse de manœuvre en or formée de contributions prélevées sur leurs réserves métalliques respectives. Ces apports avaient été fixés selon une clef de répartition qui vaudrait aussi pour la suite des opérations, au cas où un besoin de reconstituer la mise de départ se ferait sentir. Dans les années qui suivirent, le Pool de l’or fonctionna correctement, et les interventions sporadiques de la Banque d’Angleterre, au nom du Pool, suffirent à régulariser le cours commercial de l’or au niveau de la parité du dollar.

17La période triomphale du système de l’étalon de change-or fondé sur le dollar va environ de la fin de 1958 à 1967.

18Dans la théorie, le système a fait l’objet de jugements très divers. Pour mettre en évidence cette variété, nous choisirons deux exemples extrêmes.

  • 2 Emile Despres, Charles P. Kindleberger, W. Salant, “The Dollar and World Liquidity, a Minority View (...)

On trouve une appréciation extrêmement favorable dans un article collectif resté célèbre, dû aux plumes mêlées de Emile Despres, Charles Kindleberger et W. Salant, paru en 19662. Dans ce texte, les auteurs entendaient faire valoir que le système a l’immense avantage, à leurs yeux, de laisser à un mécanisme spontané le soin de régler le volume de la LI, sans qu’il y ait besoin d’un appareil institutionnel ni de décisions collectives. Les pays autres que les Etats-Unis adaptent leur politique de balance des paiements en fonction de leurs réserves désirées. Comme ce sont eux, et non les Etats-Unis, qui sont maîtres du cours de change entre leur monnaie et le dollar, ils déterminent finalement la position de la balance des comptes américaine. Un déficit accru de celle-ci n’est que la traduction d’un désir accru de LI de la part du reste du monde.

  • 3 Jacques Rueff, voir l’article publié dans le journal Le Monde des 27, 28 et 29 juin 1961, sous le t (...)
  • 4 Robert Triffin, Gold and the Dollar Crisis, Yale University Press, New Haven, 1960.

A l’opposé, nous tombons sur les vues du Professeur Triffin et du regretté Jacques Rueff3. L’un et l’autre ont eu le grand mérite de prévoir l’effondrement du système de l’étalon de change-or dollar au moment où il paraissait le plus solidement établi. Il est superflu d’exposer ici, en détail, leurs idées sur ce point, car la crise du dollar, pour reprendre une expression dont M. Triffin avait fait le titre de l’un de ses ouvrages4, s’est déroulée à peu près comme ils l’avaient annoncé l’un et l’autre. Or, nous consacrerons la section suivante à cette crise du dollar.

En revanche, ces deux auteurs se séparaient complètement l’un de l’autre quant au régime qu’ils appelaient de leurs vœux pour succéder à l’étalon de change-or fondé sur le dollar. Alors que Jacques Rueff prônait un retour à l’étalon d’or, M. Triffin recommandait de confier à une organisation internationale l’émission d’une nouvelle forme de LI.

Dès lors on est amené à se demander quelle a été l’erreur fondamentale de ceux qui n’ont pas prévu la fragilité de l’étalon de change-or fondé sur le dollar. Il semble que ce soit tout simplement parce qu’ils n’ont pas vu que non seulement le reste du monde, par sa politique de change, mais les Etats-Unis eux-mêmes, par leurs politiques monétaire et budgétaire internes, pouvaient influer sur l’équilibre de la balance des comptes américaine.

Or, comme on l’a déjà noté, le reste du monde était prêt, à l’époque, à absorber quasiment tous les avoirs en dollars correspondant au déficit externe des Etats-Unis. Il était tentant, dans ces circonstances, pour le gouvernement américain, libéré de tout souci sur le front externe, de se livrer aux délices d’une politique économique interne résolument expansionniste, qui a induit un déficit vraiment chronique de la balance externe américaine.

Pour les autorités des Etats-Unis, la tentation était d’autant plus forte que les Banques centrales étrangères, outre le financement du déficit de la balance des comptes américaine, assumait en outre le financement d’une large part du déficit du budget fédéral en plaçant, en bons du Trésor américain, les dollars acquis sur les marchés des changes.

Section 2. La crise du système

Sous un angle technique, la crise du dollar a été due au fait que, dès l’instant où les avoirs officiels en dollars détenus par des Banques centrales en dehors des Etats-Unis ont dépassé le stock d’or monétaire, évalué à la parité de 35 dollars l’once, de ce dernier pays, celui-ci était virtuellement incapable de respecter son engagement de convertibilité en or. Tout le monde pouvait constater cette carence virtuelle.

Il est probable, cependant, que la crise aurait pu être, sinon évitée, du moins retardée, si deux circonstances adverses n’avaient pas existé.

La première tient à la structure du compte des avoirs et engagements extérieurs des Etats-Unis. Ce compte, qui est un compte stock, a toujours eu tendance à être positif. Tant les officiels que les milieux financiers américains ont répété à satiété que, pour cette raison, les créanciers des Etats-Unis, notamment les Banques centrales étrangères, n’avaient aucun souci à se faire quant à la solvabilité de ce débiteur. Mais le problème de solvabilité n’est pas là en l’occurrence. Il découle du fait que les Etats-Unis ont un solde négatif considérable d’engagements à court terme envers le monde extérieur. A l’instar de n’importe quel banquier, les Etats-Unis ne pourraient faire face au retrait des dépôts à court terme de l’étranger qu’en rappelant des créances à court terme sur l’étranger. L’existence d’un solde net de créances à long terme sur l’extérieur n’est d’aucune utilité de ce point de vue.

  • 5 Nous préférons employer cette expression plutôt que celle de chômage naturel, qui peut froisser cer (...)

La seconde circonstance qui précipita la crise fut le laxisme systématique de la politique conjoncturelle américaine à partir du milieu des années 1960. Certes, comme nous l’avons déjà observé, ce penchant était encouragé par le fonctionnement même de l’étalon de change-or fondé sur le dollar, mais à cette condition permissive vint s’ajouter une conviction erronée des autorités des Etats-Unis, qui sous-estimèrent le niveau du chômage incompressible5. Pour cette raison, elles ont cru en permanence à l’existence d’une récession de l’économie nationale. Alternativement, ou parfois même simultanément, la politique budgétaire et la politique monétaire furent puissamment expansionnistes, et il n’est donc pas surprenant que la balance des comptes fut devenue fortement déficitaire.

Dans un tel environnement, il n’était plus possible de soutenir que la relation causale allait du besoin de LI du reste du monde au déficit externe américain. Cette relation s’était peu à peu inversée, et elle conduisait désormais du laisser-aller de la politique conjoncturelle américaine à l’accumulation involontaire d’avoirs en dollars par les Banques centrales étrangères. L’inconvénient de recourir à une forme de LI qui est dans l’étroite dépendance d’une autorité nationale apparaissait d’une manière éclatante.

  • 6 Alexander K. Swoboda et Hans Genberg, “Gold and the Dollar, Asymmetries in the World Money Stock De (...)

Pour le reste du monde, ou disons plutôt pour la plupart des pays développés, à savoir ceux dont la balance des comptes était excédentaire, cette situation avait des conséquences inflationnistes évidentes, puisqu’à mesure que la Banque centrale achetait des dollars sur le marché des changes, elle émettait de la monnaie nationale pour payer ces achats. Ce mécanisme amplificateur de la transmission de la création monétaire américaine au reste du monde a été analysé systématiquement par les Professeurs Swoboda et Genberg6. Ces auteurs montrent que l’effet de dilatation a une puissance différente selon la forme sous laquelle les Banques centrales étrangères détiennent leurs avoirs en dollars : on suit un ordre croissant de la puissance dudit effet si l’on passe de réserves en dépôt auprès du “Federal Reserve System” à des réserves en dépôt auprès de banques commerciales aux Etats-Unis, et enfin à des réserves placées en bons du Trésor américain, comme c’est souvent le cas en pratique.

Sans doute, presque tous ces pays étaient responsables des maux qu’ils subissaient, puisque c’est eux-mêmes qui avaient adultéré le régime de Bretton-Woods en un système d’étalon de change-or. Mais, maintenant, ils étaient prisonniers de ce système. A partir de 1968, ceux qui tentaient de convertir leurs dollars en or auprès du Trésor américain étaient éconduits avec courtoisie, mais aussi avec fermeté.

Il était devenu clair à tous que le système n’était plus viable, mais chacun pensait qu’il était préférable de prolonger son existence parce qu’on ne parviendrait pas à se mettre d’accord sur une formule de remplacement.

C’est ainsi que pendant plusieurs années on en fut réduit à recourir à des artifices toujours plus grossiers pour retarder l’effondrement. Les Etats-Unis, notamment, se résignèrent à accorder une garantie de change à des Banques centrales étrangères pour une partie de leurs avoirs en dollars. Cette garantie s’entendait par rapport à la monnaie propre du pays étranger en cause. C’est dire que les accords “swap” et les émissions de bons Roosa, qui furent les principaux instruments de l’octroi de cette garantie, furent négociés surtout avec les pays dont la monnaie paraissait la plus susceptible de s’élever dans l’avenir par rapport au dollar.

  • 7 Le stock d’or monétaire des Etats-Unis, qui était un peu supérieur à 700 millions d’onces troy à la (...)

Une autre illustration de cette tendance fâcheuse à traiter les problèmes en les escamotant est la politique suivie à l’égard de l’or. Vers la fin de 1967, la demande de métal augmenta fortement sur le marché commercial, et le Pool de l’or dut vendre des quantités importantes. Après une brève accalmie, les achats spéculatifs reprirent de plus belle en mars 1968. Les Etats-Unis en furent d’autant plus préoccupés qu’ils étaient les plus gros contributeurs du Pool7. Ils convoquèrent d’urgence, à Washington, une réunion des membres du Pool.

De cette Conférence sortit une Déclaration aux termes de laquelle le Pool était dissous et deux circuits distincts (two-tier System) étaient établis pour l’or. Dans le circuit officiel, les transactions ne pourraient avoir lieu qu’au prix officiel, c’est-à-dire à un cours correspondant aux parités des monnaies, conformément aux règles des Statuts du FMI. Dans le circuit commercial, au contraire, le prix serait libre, comme s’il s’agissait d’une matière première quelconque. Pour assurer l’étanchéité de chaque circuit par rapport à l’autre, les Banques centrales des pays signataires s’engageaient à ne pas acheter ni vendre de l’or sur les marchés commerciaux.

Par cette initiative, les Etats-Unis espéraient avoir porté un coup fatal au rôle monétaire de l’or, dont la hausse sur le marché commercial du métal avait témoigné insolemment de la faiblesse du dollar. Mais leur attente fut déçue. Pendant une brève période, certes, le cours tomba légèrement au-dessous du niveau de la parité de 35 dollars l’once. Il se ressaisit cependant avec promptitude, et l’on sait à quels sommets il est monté depuis lors. Il est clair que cette ascension, même si elle fut parfois excessive, serait impensable si la majorité du public considérait l’or comme une banale matière première.

Vers la fin des années 1960, les autorités américaines se rendaient compte que le reste du monde était saturé de dollars, et que loin de vouloir en absorber davantage, il souhaitait alléger son stock.

Aux prises avec ces mécontentements de leurs partenaires, le gouvernement des Etats-Unis ressentait le besoin de leur fournir des apaisements. Il affirma qu’il entendait avoir pour objectif de ramener la balance externe des Etats-Unis à l’équilibre, peut-être même de pencher vers l’excédent.

Pour y parvenir, la mesure la plus simple eût été de dévaluer le dollar par rapport à l’or. Sans doute, comme il en va chaque fois qu’une économie est en état de surchauffe, une dévaluation n’eût été efficace que si elle s’était accompagnée d’une stricte discipline des politiques monétaire et budgétaire. Toutefois, l’effort de réduction de la dépense intérieure risque moins de déboucher sur une récession, lorsque le niveau des prix et des coûts du pays s’est relevé beaucoup trop fortement par rapport à ceux de l’étranger, si une dévaluation dévie simultanément les demandes, tant nationale qu’étrangère, de la production étrangère vers la production nationale.

Mais les Etats-Unis écartaient d’emblée l’idée de dévaluer leur monnaie. Pour eux, la fixité de la parité du dollar avait la valeur d’un dogme. Cependant, ils ne rejetaient pas pour autant la perspective d’un abaissement relatif de la valeur externe du dollar. Tout au contraire, ils exercèrent des pressions très insistantes sur les pays à balance des comptes excédentaire pour qu’ils réévaluent leur monnaie par rapport au métal.

Ils se heurtèrent, cependant, à une résistance très vive, au demeurant bien compréhensible. Car si on avait pris l’habitude d’opérer les ajustements de parités par la réévaluation des monnaies des pays excédentaires par rapport à l’or, au lieu de recourir à des dévaluations des monnaies des pays déficitaires, l’or monétaire se serait déprécié à une vitesse inquiétante, en raison tout à la fois de la hausse des prix en monnaies nationales et de la hausse de diverses monnaies nationales vis-à-vis de l’or. On croira volontiers que les pays dont les réserves étaient faites en grande partie de métal n’aient pas été très séduits par cette solution de la réévaluation des monnaies des pays excédentaires.

Il ne restait donc aux autorités américaines, compte tenu de cette résistance des intéressés à leurs sollicitations, qu’à mettre vigoureusement une politique économique interne de compression de la demande intérieure au service de l’équilibre externe, sans le secours d’une politique complémentaire de déviation de la demande, en s’exposant éventuellement aux rigueurs de la dépression. C’était là une rude discipline dont les Etats-Unis avaient perdu l’habitude depuis longtemps.

Providentiellement, une théorie, due au Professeur Robert Mundell, vit alors le jour, qui promettait un ajustement, sans pleurs excessifs, à l’objectif de l’équilibre externe. Il s’agit du “policy-mix”. Dépouillée de son appareil technique, d’ailleurs fort ingénieux, la théorie revenait en somme à conseiller au gouvernement américain de continuer à mener une politique budgétaire expansionniste pour combattre toute récession intérieure, tout en conduisant une politique monétaire restrictive de manière à porter le taux d’intérêt à un niveau assez élevé pour déclencher un flux net d’entrée de capitaux, susceptible de compenser le déficit de la balance courante engendré par la haute conjoncture de l’économie.

Encore une fois, ce n’était malheureusement qu’un artifice, car il va de soi qu’un pays ne peut s’endetter indéfiniment à seule fin d’équilibrer sa balance des paiements, sans parler des doutes qui planent aujourd’hui sur l’aptitude d’un déficit budgétaire à ranimer l’activité économique en toutes circonstances.

Mais l’expérience de cette politique panachée capota aux Etats-Unis bien avant que son caractère artificiel ait eu le temps de dessiller tous les yeux. Tout simplement, le dosage correct du laxisme budgétaire et de la rigueur monétaire fut impossible à réaliser dans la pratique. En 1970, les autorités américaines, alarmées par une crise aiguë de liquidité que le “Federal Reserve Board” avait déclenchée par sa sévérité, renversèrent le cours de la politique monétaire. Mais la baisse des taux d’intérêt qui s’ensuivit provoqua une vague de retraits de fonds étrangers. En 1971, dans une série de pays européens et au Japon, les Banques centrales furent alors submergées de dollars.

Nous arrivons ainsi, suivant la chronologie, à la décision américaine de répudier la convertibilité du dollar en or. Mais avant d’en parler dans la section suivante, il reste à dire un mot, ici, d’une autre initiative que les Etats-Unis avaient prise vers 1968 pour essayer de dissiper le malaise entretenu dans le monde par la surabondance de dollars.

Nous avons déjà relevé que les Etats-Unis, à la même époque, annonçaient leur détermination de mettre un terme aux déficits de la balance des comptes américaine. Dans ces conditions, ajoutaient leurs autorités, la source de la LI en dollars était condamnée à tarir, et il conviendrait de se mettre en quête d’une source de remplacement pour l’alimentation de la LI. Comme elles se voilaient la face devant toute évocation d’un rôle monétaire éventuel de l’or, il était évident, dans leur esprit, qu’il fallait songer à une forme totalement nouvelle de LI, qui serait émise par une organisation internationale. Telle fut l’origine des DTS, auxquels sera consacré le chapitre suivant.

Section 3. La déclaration d’inconvertibilité du dollar et ses conséquences

Cette déclaration, faite par le Président Nixon, date du 15 août 1971.

Les Etats-Unis eurent l’impression d’être débarrassés d’un boulet moral. Passant d’un système d’étalon de change-or à un système d’étalon dollar pur et simple, ils n’étaient plus obligés de prendre des airs gênés pour refuser en fait le jeu de la convertibilité du dollar. Désormais, si le reste du monde estimait qu’il avait amassé trop de dollars, les pays excédentaires n’auraient qu’à relever la valeur de leur monnaie par rapport au dollar.

C’est d’ailleurs à l’exercice d’un réalignement concerté des parités, ou plutôt des taux centraux, que le Groupe des Dix se livra dès le mois de décembre 1971 avec le “Smithonian Agreement”. Optiquement, chaque côté faisait un pas, car si d’autres pays développés relevaient la valeur de leur monnaie par rapport au dollar, les Etats-Unis, eux, acceptaient d’abaisser la valeur du dollar par rapport à l’or, de 35 à 38 dollars l’once. Mais cette glissade n’avait aucune portée véritable, puisque le dollar n’avait plus de lien avec l’or.

Indiquons tout de suite que la même simagrée se répéta en février 1973, date à laquelle la définition théorique du dollar passa de 38 à 42,20 dollars l’once de métal.

En outre, le Smithonian Agreement faisait un premier mouvement en direction des changes flottants en élargissant à ± 2,25 % les marges de fluctuation des monnaies autour des taux centraux.

Allégés du poids de la convertibilité, les Etats-Unis purent s’engager dans une politique plus expansionniste que jamais. Il n’est guère étonnant, dans ces conditions, que la défiance envers le dollar se soit accrue rapidement. Nombreux étaient ceux qui avaient déjà été choqués par le caractère unilatéral de la déclaration d’inconvertibilité du dollar. Car, après tout, les Etats-Unis s’étaient engagés envers le FMI, par une lettre du Secrétaire au Trésor, à assurer la convertibilité du dollar en or, pour les Banques centrales étrangères. Et, maintenant, on constatait que les Etats-Unis devenaient totalement indifférents à leur équilibre externe.

Le passage généralisé aux changes flottants, au printemps de 1973, ne fut que la réaction du reste du monde, à retardement, à la proclamation de l’inconvertibilité du dollar par les Etats-Unis. Les autres pays qui comptent en matière monétaire internationale n’entendaient pas vivre sous un régime de changes fixes d’étalon dollar. Mais l’expérience allait montrer qu’il serait plus difficile de se dépêtrer d’un système d’étalon dollar qu’on ne le pensait. L’étude des DTS et de l’Ecu, dans les deux chapitres suivants, nous donnera déjà l’occasion de nous en persuader, en attendant de revenir, d’une manière plus générale, sur cet aspect du problème de la LI dans la troisième partie.

Notes

1 Pierre Pascallon, Le système monétaire international, Théorie et réalité, Les Editions de l’épargne, Paris 1983, p. 100.

2 Emile Despres, Charles P. Kindleberger, W. Salant, “The Dollar and World Liquidity, a Minority View”, in The Economist, 5 février 1966.

3 Jacques Rueff, voir l’article publié dans le journal Le Monde des 27, 28 et 29 juin 1961, sous le titre : « Un danger pour l’Occident, le GES ».

4 Robert Triffin, Gold and the Dollar Crisis, Yale University Press, New Haven, 1960.

5 Nous préférons employer cette expression plutôt que celle de chômage naturel, qui peut froisser certaines susceptibilités, compte tenu du contexte théorique dont elle est issue.

6 Alexander K. Swoboda et Hans Genberg, “Gold and the Dollar, Asymmetries in the World Money Stock Determination, 1959-1971, in R. Cooper and al., éd., The International Monetary System under Flexible Exchange Rates, Cambridge Mass., Ballinger, 1982, Essays in Honor of Robert Triffin.

7 Le stock d’or monétaire des Etats-Unis, qui était un peu supérieur à 700 millions d’onces troy à la fin de 1949 (il avait encore augmenté de 25 % de la fin de la guerre à la fin de 1949) n’était plus que de 345 millions à la fin de 1967.
A propos des pertes d’or subies par les Etats-Unis à travers le Pool, le regretté Milton Gilbert (Quest for World Monetary Order, a Twentieth Century Fund Study, John Wiley and Sons, New York, 1980, p. 132) relevait que, lorsque le Pool vendait de l’or, des participants autres que les Etats-Unis s’empressaient de demander au Trésor américain la conversion en or des dollars reçus en contrepartie.