Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La liquidité internationale

 | 
Jacques L’Huillier

Partie I. Quelques questions fondamentales relatives à la liquidité internationale

Chapitre I. Recherche d’une définition de la liquidité internationale

Texte intégral

1Aussi longtemps que les monnaies nationales furent purement métalliques, on ne ressentait point le besoin d’un moyen de paiement international spécifique. Les résidents d’un pays avaient toujours la possibilité, pour effectuer un paiement à l’étranger, de fondre des pièces métalliques nationales, d’envoyer le lingot dans le pays du créditeur et de faire frapper des pièces par l’Hôtel des monnaies de ce dernier pays.

2Une complication se présentait, il est vrai, lorsque le métal dont les pièces étaient faites n’était pas le même dans le pays du payeur et dans celui de la personne qui recevait le paiement, disons l’or dans l’un et l’argent dans l’autre. Cette difficulté apparente était cependant aisément surmontée grâce à l’existence de pays dits bimétallistes qui avaient adopté un double étalon et une double circulation d’or et d’argent. Car il était loisible d’échanger, dans la circulation d’un tel pays, des pièces d’un métal contre des pièces faites de l’autre métal selon la relation de valeur fixée par la loi locale entre ces pièces.

3C’est donc seulement après l’apparition des monnaies fiduciaires nationales que le problème de la LI commence à se poser en pratique.

4Normalement, une monnaie fiduciaire, par sa nature, est une monnaie strictement nationale. N’ayant aucune valeur propre comme marchandise, elle n’est désirée que pour les fonctions monétaires, dont l’exercice est commandé par son acceptabilité comme moyen de paiement. Il importe peu que la monnaie fiduciaire soit acceptée comme instrument de paiement directement en vertu d’une obligation légale – on dit alors qu’elle a cours légal – ou indirectement parce qu’une monnaie fiduciaire qui ne jouit pas du cours légal est convertible en une monnaie fiduciaire qui, elle, possède cet attribut. D’une manière ou d’une autre, l’acceptation de la monnaie fiduciaire dépend largement d’un acte de souveraineté d’un Etat national, un acte dont la portée se limite au territoire national.

5Dans ces conditions, il aurait été concevable qu’aucun paiement international ne puisse être effectué avec les monnaies fiduciaires nationales, et que pour accomplir des règlements internationaux il eût été nécessaire de recourir chaque fois à une monnaie proprement internationale, par exemple de la monnaie métallique. On imagine aisément la complication et les coûts d’une telle solution. Fort heureusement, on en a trouvé une autre, beaucoup plus élégante, qui repose sur le mécanisme de la compensation.

6Soit, dans notre pays, un marché, dit marché des changes, où se rencontrent ceux qui ont des paiements à faire à l’étranger en monnaies étrangères et ceux qui ont des paiements à recevoir de l’étranger, également en monnaies étrangères, disons des dollars US. Ceux qui doivent recevoir les paiements sont offrants de dollars contre de la monnaie nationale, tandis que ceux qui doivent faire les paiements à l’extérieur sont demandeurs de dollars contre de la monnaie nationale. Dans la mesure où les dispositions des uns et des autres sont influencées par le prix, qui est ici le cours de change entre le dollar et la monnaie nationale, influencées en ce sens que la hausse de la valeur relative du dollar accroîtrait l’offre et diminuerait la demande de dollars, et inversement, on voit qu’il doit exister un cours auquel l’offre et la demande sont égales. Les transactions qui prennent place à ce cours ne font pas autre chose que compenser les créances sur l’étranger que désirent céder les offrants, avec les dettes envers l’étranger que les demandeurs souhaitent régler. Au cours d’équilibre, cette compensation peut être parfaite, c’est-à-dire sans laisser aucun résidu de créances ou de dettes non compensées.

7Mais si les autorités désirent stabiliser le change, sinon à un cours unique, du moins entre deux limites très resserrées, il n’en est plus ainsi nécessairement. A la limite supérieure ou à la limite inférieure, la compensation ne peut avoir lieu qu’à concurrence de la plus faible des deux quantités, offerte ou demandée respectivement.

8Par conséquent, si les autorités d’un pays adoptent un régime de changes fixes, elles doivent mettre en place un mécanisme grâce auquel, à la limite supérieure de la marge de fluctuation, l’excès de demande par rapport à l’offre est satisfait par un appoint de LI de leur part ; et symétriquement, à la limite inférieure de la marge, il leur incombe de résorber l’excès d’offre par rapport à la demande. Cette description donne leur signification aux termes par lesquels on désigne volontiers ces limites supérieure et inférieure de la marge de fluctuation, à savoir le point de sortie (point S dans le graphique 1) et le point d’entrée (E). Dans le premier cas, la LI sort des réserves de la Banque centrale, et dans le second cas elle y entre.

9Dans le graphique 1, les courbes d’offre et de demande en trait plein se coupent entre S et E. Le cours de change se formerait librement à un niveau intermédiaire. Maintenant, si pour la même courbe d’offre, la courbe de demande se déplaçait vers la droite – dans son tracé tireté –, le change serait au point de sortie et la Banque centrale fournirait au marché un montant de LI correspondant à l’excès de la demande par rapport à l’offre (A B) à ce cours de change S.

10Si la courbe de demande s’était déplacée vers la gauche, on aurait pu atteindre le cours de change E, et la Banque centrale aurait acheté un montant de LI correspondant à l’excès de l’offre par rapport à la demande.

11Bien entendu, les cessions de LI au point de sortie et les absorptions de LI au point d’entrée ont lieu contre monnaie nationale : lorsque la Banque centrale cède de la LI à des agents privés, ceux-ci la paient en monnaie nationale. Au contraire, lorsque la Banque résorbe de la LI, cette liquidité lui est vendue par des agents privés et elle l’achète avec de la monnaie nationale. Ces transactions peuvent éventuellement prendre place en dehors du marché des changes, comme il en va sous le régime d’étalon d’or, avec le mécanisme dit des points d’or ; mais, de nos jours, elles ont lieu plutôt sur le marché.

12De ce bref rappel de la manière dont la LI assiste les paiements internationaux en régime de changes fixes, il est loisible de tirer quelques conclusions très importantes :

131° : Contrairement à une croyance très répandue dans l’opinion publique, la LI n’intervient pas dans tous les paiements internationaux. Elle se borne à rendre possible l’accomplissement des paiements internationaux qui n’ont pas été pris en charge par le mécanisme de la compensation sur les marchés des changes.

142° : Il faut un consensus entre les Banques centrales sur les formes de la LI qui sont acceptables. En effet, si une Banque centrale fournissait aux opérateurs privés, au point de sortie du marché des changes qui fonctionne dans le pays, une liquidité qu’elle considérerait pour sa part comme une LI, mais qui ne serait pas reconnue comme telle par la plupart des autres Banques centrales, il est évident que le mécanisme de stabilisation des changes ne pourrait pas fonctionner. Car, en dernière analyse, la LI cédée par une Banque centrale sert à se procurer la monnaie de n’importe quel autre pays.

15Ce consensus quant aux formes monétaires qui sont acceptées par les Banques centrales comme LI n’a pas besoin d’être incorporé à un accord international. Une entente tacite suffit dans certains cas.

163° : Selon ses formes, la LI peut être détenue aussi bien par les agents privés que par les Banques centrales, ou bien par ces dernières seulement. Dans ce second cas, une Banque qui veut s’en servir pour stabiliser le change au point de sortie doit commencer par se procurer, avec la forme de LI en question, une autre forme de LI, que les agents privés sont susceptibles de détenir, puis mettre cette seconde LI à la disposition des opérateurs du marché des changes.

174° : Toute Banque centrale qui entend stabiliser le taux de change de la monnaie nationale doit disposer d’une réserve de LI. La somme des réserves de toutes les Banques centrales constitue le montant total de la LI.

18Sous le bénéfice de ces remarques, nous aboutissons à la définition fonctionnelle suivante : du point de vue d’une Banque centrale, c’est un instrument qui permet de se procurer immédiatement et sans condition les monnaies nationales des autres pays à des taux sinon fixes, du moins connus et non discriminatoires.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/2023/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 53k